Soutenez le forum
Votez pour M&M sur les top-sites et faîtes passer le mot!
Bazzart - PRD.
Ecoulement du temps
Nous sommes actuellement en juillet 1952
Cinquième version du forum
On vous donne rendez-vous ici pour vous tenir au courant des dernières nouveautés!
Intrigue n°4
Venez vous faire entendre au Ministère, au Chemin de Traverse ou à Poudlard.

 | 
 

 I always choose the dungeon over the sea view (ft Reag, Flashback)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 


Cassius Avery
Incarcerem
avatar
Incarcerem
Parchemins :  37
Crédits :  Schizophrenic
 
Âge :  36 années sonnantes et trébuchantes.
Sang :  Pur mais il n'en à que faire.
Allégeance :  Elles changent selon son humeur mais actuellement pour Grindelwald.
Profession :  Créateur de sort, il fouille, trifouille et experimente du bout de sa baguette.
Ancienne école :  Poudlard, il a fait ses armes mais surtout sa plume chez les curieux serdaigles.
MessageSujet: I always choose the dungeon over the sea view (ft Reag, Flashback)   Ven 5 Mai - 17:59

I always choose the dungeon over the sea view
Cassius & Reagan


C
assius s’en voulait d’avoir été aussi naif. Il avait foncé tête baissée sans réfléchir et voilà où ça l’avait mené : blessé, affaibli dans une cellule du Ministère. Pour lui tout avait été clair depuis le début. Pour lui tout n’était qu’évidence avant cela : il allait pouvoir rencontrer la personne qu’il avait le plus attendue dans sa vie, il allait pouvoir enfin être heureux et aimé pleinement par quelqu’un d’autre que lui-même. Il avait été stupide. Il avait été naïf. Il bascule sa tête légèrement en arrière pour tenter vainement d’arrêter le flot de sang s’écoulant de son nez. L’homme n’avait même pas pris la peine de se présenter, il n’avait aucun nom a hair, juste un visage, une voix qui resteraient gravés dans sa mémoire. Il n'avait rien vu venir. Ironie ultime quand on se sait voyant, s’il avait eu la foi d’en rire il aurait pu s’y employer à gorge déployée toutefois il se sentait trahi. Reagan aurait dû être là, Reagan aurait dû l’aider, rien n’aurait dû se passer comme cela. Rationnellement, il savait qu’il ne pouvait pas vraiment lui en vouloir mais les rêves brisés, les espoirs qu’il portait près de son cœur depuis son adolescence venaient de voler en éclat et il n’avait personne d’autre à haïr à part lui et son bourreau.

Il pouvait entendre un murmure de voix à l’extérieur de sa cellule et il utilise ses dernières forces pour se trainer jusqu’à la porte, l’oreille contre la paroi il peut les entendre. Il peut l’entendre lui. Il voudrait hurler, il voudrait l’invectiver. Prendrait-il seulement la peine de venir le voir ? Savait-il ce qu’il lui avait fait ? Peut-être qu’il avait lui-même ordonné qu’on lui fasse ça, il n'avait pas parlé assez vite, il n'avait pas dit suffisamment. Cassius se serait normalement interdit cette pensée, l’optimiste aurait rejeté l’idée immédiatement mais il ne l’est plus, pas après ça. Pas quand il peut sentir la douleur physique même dans des muscles dont il avait ignoré l'existence jusqu'à présent. Il entend leur stupide discussion, leur opéra, leurs petites vies pathétiques, il enrage intérieurement près à hurler sa rage comme un animal blessé. Rien ne devait se passait comme ça, il n’avait rien vu. Il ne sait rien pour une fois, il doute de tout pour une fois.

Sa rage se transforme lentement au rythme des larmes qui lui coulent le long des joues. La douleur, le sang, la haine, les larmes, le désespoir, tout se mêle et rien n’est plus discernable pour lui. Un sanglot s’échappe de sa gorge à l’idée qu’il ait pu avoir tort. Ses visions avaient toujours été correctes, son troisième oeil avait toujours été une boussole qui le guidait sans hésitation vers le nord. Son avenir avec Reagan avait toujours été une certitude. Plus maintenant. Peut-être que quelque chose avait mal tourné cette fois-ci, qu’il avait eu de la chance avant et qu’elle avait fini par tourner. Allait il finir par mourir dans cette cellule dans l’indifférence générale ?

Il ne veut plus rien entendre, il ne veut plus entendre sa voix. Lentement il se glisse sur le mur près de l’entrée laissant sur son chemin la marque sanglante de ses mains. Il se demande en combien de temps il pourrait mourir d’une hémorragie et l’idée est presque tentante. Il n’a ni sa baguette ni son pendentif, il ne peut rien faire seul. Et personne ne répondrait à ses cris, personne ne viendrait à son aide. Il se sent comme un enfant qu’on aurait abandonné en plein milieu de la forêt entouré par des loups, sa tête se pose entre ses genoux, ses mains agrippent fermement ses chevilles. Il ne bouge pas même quand il entend le mécanisme de la porte s’enclencher, même quand il reconnait les pas familiers de Reagan juste à côté de lui, même quand il l’entend refermer la porte derrière lui les laissant seuls dans la pièce. Il ouvre cependant la bouche :

« It wasn’t supposed to happen this way. »  Ses paroles étouffées par sa position, les mots pateusement énoncés. Il retient le sang qui lui coule dans la bouche, il voudrait, il aimerait, il pourrait lui cracher le tout au visage s’il s’approchait trop. Il est tenté de le faire, de lui faire comprendre son mépris, sa peur, sa douleur par ses actions aussi basses soient elles mais il renonce vite à l’idée. Une partie de lui ne peut l’empêcher d’aimer cet homme, cette même partie qui ne pourrait supporter de lui faire ça. « Did you… Did you know ? I though I could trust you, I thought I wouldn’t be put in this situation. You told me… Are you  fucking responsible for it ? »



Revenir en haut Aller en bas
 
I always choose the dungeon over the sea view (ft Reag, Flashback)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dungeon party
» 3 nouveaux dungeon a strayana ?
» Dungeon Bowl Cup !!! (Intersaison)
» Why choose for the lesser evil?
» My Life as a Dungeon Keeper

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: