Soutenez le forum
Votez pour M&M sur les top-sites et faîtes passer le mot!
Bazzart - PRD.
Ecoulement du temps
Nous sommes actuellement en septembre 1952
Sixième version du forum
On vous donne rendez-vous ici pour vous tenir au courant des dernières nouveautés!

 | 
 

 A killer in need - Lilyan.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Admin
Parchemins :  281
Crédits :  lux aeterna, scarred euphoria, beylin, & tumblr.
 
Âge :  38 ans (27.07.1914).
Sang :  sang mêlé, on se moque de la pureté.
Allégeance :  Grindelwald, on suit un homme qui a offert une nouvelle vie. Sa mort chamboule le monde, mais poussé par une habitude étrange, on continue de servir sa mémoire.
Profession :  Chasseur de créatures magiques, on vit pour la tradition familiale. Chef de la milice, on s'enivre de la destruction.
Ancienne école :  Mahoutokoro, on a connu le Japon avant de connaitre l'Angleterre.

Priori Incantatem
am i free?: yes
Inventaire:
code couleur: #DC7633
http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t833-yevgeniy-o-violent-passion http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t804-yevgeniy-o-when-i
MessageSujet: A killer in need - Lilyan.   Jeu 11 Mai - 16:08





a killer in need


LILYAN & YEVGENIY

MAY 1952

« Ils se foutent de ma gueule ! » Il hurle, Yevgeniy, il hurle au travers des couloirs et il hurle jusque dans son bureau. La, debout au milieu de la petite pièce, il tente de retrouver son calme. Lui qui s’est vu noyé sous de nombreux compliments, son monde s’est soudainement retourné. La louve s’est échappée. Sa milice s’est laissée emporter. Amusez-vous, leur a-t-il dit. Il le leur a dit comme il le leur dit souvent. Il le leur a dit comme il le leur dit sans cesse. Pourtant. Pourtant cette fois a été différente. Pourtant cette fois, ils sont allés trop loin. Ils sont allés si loin que certains se doivent d’en payer le prix. Grigor n’a rien pu faire. L’ordre vient d’en haut. L’ordre vient de si haut que le Murdarov ressent la pression qui s’est installée dans son monde. Il n’irait pas jusqu’à dire qu’il a peur, le chasseur. Ou du moins, il ne l’avouerait jamais. Mais, quelque part dans le fond de son esprit, il ne peut s’empêcher de penser a Isidore. Il ne peut se permettre d’être mis en observation. Il ne peut se permettre de ne pas faire confiance à ses miliciens. Après tout, il n’est pas celui qui risque le plus. « Boss ? » La porte s’ouvre délicatement. « Pas maintenant, » lance-t-il sans même se retourner. « Boss, je voulais juste – » « J’ai dit pas maintenant ! » Il est de nouveau seul. Ses mains passent sur son visage, accompagnées par un long soupir. Son futur repose au sein du système juridique. Lui qui a si souvent eu droit à des laisser passer, ses privilèges sont révolus. Pour cette fois, il ne peut se tourner vers ses supérieurs. Pour cette fois, il ne peut se contenter d’oublier les dégâts.

Désormais plus calme, il se laisse tomber devant son bureau. Couverts de rapports comme à son habitude, le dossier qui les surpasse tous sort de l’ordinaire. Il semble plus officiel. Il est plus officiel. Il ne connait pas réellement les détails du mangemagot, Yevgeniy. Lui qui en est resté loin depuis qu’il a pris le contrôle de la milice, rien n’est certain. Fawley pourrait jouer en sa faveur, mais il a besoin de plus. Après fouiller les documents qui l’entourent, il finit par trouver ce qu’il cherche. Une liste d’avocats réputés. Ceux qui seront capables de s’assurer que ses miliciens ne finissent pas dans le fin fond des cachots du ministère. Là, au milieu de tant d’autres, un nom lui saute aux yeux. Un nom qui laisse un léger rire s’échapper d’entre ses lèvres joueuses. Rosier. Lilyan. Celle qui a survécu. Elle qui a échappé les flammes. Les flammes du Murdarov. Les flammes du Karkaroff. Les flammes du régime. Elle ne l’a jamais reconnu. Toujours discret le chasseur. Elle ne sait pas. Mais il sait. Et il ne peut résister. Il ne peut résister au jeu. Le dossier sous le bras, il s’élance dans les couloirs du ministère.

Les coups qu’il assène sur la porte son violents, mais c’est son visage souriant qui entre dans le bureau de l’avocate. « Rosier ! Comment allez-vous ? » Il manque de bonnes manières, le nomade, surement parce qu’il n’a jamais réellement fait d’effort. Il se déplace dans la pièce comme s’il s’agit de la sienne. Sa silhouette imposante accompagnée de son air joyeux n’offre que peu de place à la sang pur. Habilement, il laisse le dossier tomber sur le bureau. « J’ai besoin d’aide. » Il ne s’assoit pas, le Bulgare, se contente de laisser sa large figure parler de sa position. « Mes miliciens se sont laissés emporter – ce qui arrive à tout le monde – et ont accidentellement tué quelqu’un qu’ils ne devaient pas tuer. » Il pointe vers le rapport, un air délicat au visage. « Vous ne pourriez pas les représenter par hasard ? » Enfin, il se tait. Il attend. Il sourit.




accent disclaimer & others:
 
Revenir en haut Aller en bas


Lilyan Rosier
Morsmordre
avatar
Morsmordre
Parchemins :  223
Crédits :  Shiya
 
Âge :  34
Sang :  Pur
Allégeance :  Mangemorts
Profession :  Avocate au Magenmagot
Ancienne école :  Poudlard
MessageSujet: Re: A killer in need - Lilyan.   Dim 14 Mai - 7:46

Rosier pénétra dans l'antre de son bureau, avant de claquer la porte derrière elle avec un soupir de soulagement. Elle s'appuya contre la porte et ferma les yeux. Le temps d'un instant, elle laissa son masque tomber et son vrai visage s'exprimer. Le masque était froid et professionnel. Le visage dévoilé était creusé par la fatigue et marqué par l'enchaînement cruel des malheurs dans sa vie et le stress. Vulnérable. Faible. Mais, ici, la faiblesse était récompensée par la mort. Elle se devait d'être ensevelie sans pitié sous une couche de dureté impitoyable. Pour survivre. Pour réussir ce qu'elle voulait accomplir ici. Alors Lilyan ouvrit brusquement les yeux et jeta un coup d'oeil furtif à la fenêtre près de la porte, les sourcils froncés. Rarement elle se laissait aller à de tels élans pendant qu'elle se trouvait au travail. C'était trop dangereux, trop risqué de baisser ainsi sa garde, ne serait-ce que pour quelques secondes. Mais un coup d'œil lui avait suffit pour constater que personne ne circulait dans les couloirs à ce moment-ci, de toute façon. Avec la fuite de la Black et les nombreux autres dossiers en cours, ce n'était guère étonnant que ses collègues soient occupés ailleurs. Lilyan s'accorda une seconde ou deux pour reprendre contenance, pas plus. Elle n'en avait simplement pas le loisir. Ses pensées dérivèrent vers le dossier qui avait occupé son temps pendant une partie de l'après-midi. Une tornade semblait s'être abattue sur le ministère dans les derniers jours à cause des événements récents. Ils en étaient encore à s'entendre sur les prochaines actions qu'ils mèneraient au département pour en limiter les conséquences sur la justice de Grindelward. Selon les mots de ses collègues, ceux qu'elle s'efforçait d'emprunter pour rester dans le moule et pour que personne ne doute de sa loyauté envers le régime. Des mots qui, dans un autre contexte, lui aurait fait grincer les dents de dégoût. Comme s'il y avait une véritable justice engendrée par les actions de ce gouvernement. Cette justice, elle en était le témoin silencieux et impuissant tous les jours. Elle écarta immédiatement cette pensée et se contenta d'effectuer les quelques pas qui la séparaient de son bureau. Elle faisait désormais partie de ce régime; émettre une opinion qui allait à son encontre, même en pensée, pouvait la conduire à sa perte. Renier qui elle avait été, sa famille. Telle était devenue sa vie. Mais elle faisait ce qui devait être fait pour les siens.

Rosier déposa le dossier sur son bureau et s'écrasa sur sa chaise en se massant les tempes pour faire taire le mal de tête naissant. Le travail l'attendait. Des clients avaient besoin d'elle pour mettre en lumière les faits qui prouveraient leur innocence. Les faits, eux, se foutaient de son opinion ou de son allégeance. Ils étaient immuables et concrets. Ils étaient des rochers ancrés au centre d'un océan et ses vagues déferlantes. Lilyan empoigna l'un des dossiers sur le dessus de sa pile et, de l'autre main, sa plume. Elle eut toutefois à peine le temps d'ouvrir le dossier en question quand des coups sonores frappèrent à sa porte. Elle haussa les sourcils quand le bois vibra sous la force des coups, comme si quelqu'un tentait de défoncer la porte. Puis, Murdarov débarqua en trombe dans son bureau sans prendre la peine de s'annoncer davantage et elle ne put dire être réellement surprise qu'il soit la cause de ce boucan. Après tout, Murdarov était l'une des brutes sans cervelle que Grindelward avait engagées pour sa milice. Pire encore, il en était le chef. Elle se demandait bien pourquoi il débarquait ainsi dans son bureau, toutefois. Lilyan n'eut pas le temps de développer cette réflexion que la voix tonitruante de la brute se fit entendre, sifflant de façon désagréable dans ses oreilles. Apparemment, son mal de tête n'était pas prêt de s'atténuer. « Rosier ! Comment allez-vous ? » Elle s'assura s'imprimer sur son visage sa froideur habituelle, laissant poindre une certaine irritation devant cette interruption sans manière. « Murdarov. Qu'est-ce qui vous amène à mon bureau aujourd'hui? » Elle choisit d'ignorer sa question, plutôt rhétorique dans ce contexte. Il s'approcha d'où elle était assis d'un pas léger, presque joyeux, avant de laisser tomber sur son bureau un dossier. « J’ai besoin d’aide. » Lilyan l'observa, l'œil interrogateur et intriguée malgré tout. Pourquoi venir à elle pour obtenir son aide? Elle savait qu'habituellement, Murdarov faisait plutôt affaires avec Fawley. L'autre brute se contenta de sourire de l'air joyeux d'un enfant qui venait d'ouvrir ses cadeaux de Noël. Des cadeaux particulièrement glauques, assurément. Elle l'encouragea à continuer d'un hochement de tête, mais ne tarda pas à connaître la réponse à ses questions. « Mes miliciens se sont laissés emporter – ce qui arrive à tout le monde – et ont accidentellement tué quelqu’un qu’ils ne devaient pas tuer. Vous ne pourriez pas les représenter par hasard ?  » Lilyan retint une grimace, choisissant de ne pas souligner la question évidente de comment était-il possible pour eux de tuer accidentellement une personne qu'ils ne devaient pas. Elle se contenta d'ouvrir le dossier que Murdarov venait d'apporter pour l'étudier d'un coup d'œil rapide. « Je pourrais, effectivement. Et qu'est-ce qu'il s'est passé, exactement, pour que vos miliciens tuent accidentellement cette personne? » Lilyan questionna, en s'efforçant de prendre de la distance entre son impression de l'homme et de la milice et son travail. De toute façon, elle devait en savoir plus pour trouver un angle efficace pour, peut-être, laver les miliciens des charges qui pesaient contre eux.

Spoiler:
 


Dernière édition par Lilyan Rosier le Mer 16 Aoû - 6:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin
Parchemins :  281
Crédits :  lux aeterna, scarred euphoria, beylin, & tumblr.
 
Âge :  38 ans (27.07.1914).
Sang :  sang mêlé, on se moque de la pureté.
Allégeance :  Grindelwald, on suit un homme qui a offert une nouvelle vie. Sa mort chamboule le monde, mais poussé par une habitude étrange, on continue de servir sa mémoire.
Profession :  Chasseur de créatures magiques, on vit pour la tradition familiale. Chef de la milice, on s'enivre de la destruction.
Ancienne école :  Mahoutokoro, on a connu le Japon avant de connaitre l'Angleterre.

Priori Incantatem
am i free?: yes
Inventaire:
code couleur: #DC7633
http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t833-yevgeniy-o-violent-passion http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t804-yevgeniy-o-when-i
MessageSujet: Re: A killer in need - Lilyan.   Ven 2 Juin - 17:20




a killer in need


LILYAN & YEVGENIY

MAY 1952

Si je venais à vous dire que Yevgeniy est un homme sérieux, il serait fort possible que vous vous contentiez de me rire au visage. Surement est-ce ce rire contagieux dans lequel il aime se perdre de longs moment durant. Peut-être est-ce même les sanglots qui se sont échappés de son bureau lorsque son cœur s’est brisé face à la trahison de sa fiancée. Fiancée devenue épouse, mais là n’est pas le moment de débattre les détails. Le fait est que le chef de la milice est connu pour être un homme porté par des sentiments que beaucoup se prennent à dissimuler. Ainsi, beaucoup sont surpris lorsqu’ils le reconnaissent au milieu du champ de bataille, lorsqu’ils le voient défendre les actions de ses miliciens. Lui, l’homme qui ne désire rien de plus que d’être a d’autres ce que son père lui a été, le sorcier sans enfants, il ne peut s’empêcher de les considérer comme les siens. Leur survie, tout comme l’éducation des plus jeunes, est entre ses mains. Il est celui qui les réprimande lorsqu’ils commettent des erreurs, celui qui les félicite lorsque les félicitations sont dues. Mais le moment n’est pas à la joie. Derrière la rage du chasseur se cache une pointe de peur, de doute. Il se doit de tout faire pour sortir ses miliciens de ce dans quoi ils se sont perdus. Ainsi, il se serait tourné vers un quelconque avocat, peu lui importe, du moment qu’il s’agit du meilleur. Le nom de la Rosier n’a fait que réveiller une pointe de rire dans le fond de l’esprit du Bulgare. Un rire que beaucoup considèrent mal placé, voir macabre, et cela est surement le cas, bien qu’il n’en a que faire. C’est donc avec un large sourire qu’il est entré dans le bureau de Lilyan, prêt à prendre par a sa partie de chasse préférée. Il n’empêche qu’il continue de garder le bien être de son équipe en tête.

« Murdarov. Qu'est-ce qui vous amène à mon bureau aujourd'hui? » Son sourire s’élargit face à la réponse de la sorcière. Bien que leurs chemins ne se soient que rarement croisés, leurs réputations sont loin d’être inconnues. Il n’est pas seulement la en raison de son lien avec la famille de sang pur, le Murdarov. Certes, il ne peut résister de partager un regard avec la survivante. Elle, celle qui, par le plus grand des hasards, a échappé aux flammes des Bulgares. Grigor a ses côtés, ils se sont amusés comme il s’est déjà amusé. Pourtant, quelque chose lui semble différent. Alors qu’il observe l’avocate, il se découvre un pincement au cœur. Pas pour elle, pas pour sa famille, pas en raison de ses actions. C’est un pincement qu’il se découvre en pensant à Isidore. Il serait impossible pour beaucoup de comprendre ce sentiment étrange, celui d’un homme qui vit de la mort, se découvrant un remord qu’il n’a jamais connu. Il ne regrette pas ses chasses, il ne regrette pas ses missions, il ne regrette pas ceux qui sont tombé lors de la prise de pouvoir de Grindelwald. En revanche, pour une raison qu’il ne comprend pas, il se prend à regretter cette nuit de janvier 46.

« Je pourrais, effectivement. » Les mots de la sorcière le sortent de ses pensées, et il se contente de poser ses mains sur ses hanches comme il le fait souvent. « Et qu'est-ce qu'il s'est passé, exactement, pour que vos miliciens tuent accidentellement cette personne? » Il rit, Yevgeniy, d’un rire faussement embarrassé. Sa main droite caresse sa barbe derrière laquelle se cache un sourire amusé. « Oh vous savez, un peu d’excitation par ici, un peu d’excitation par la… » D’un pas lourd, si différent de celui qu’il prend lors de l’une de ses chasses, il contourne le bureau de l’avocate. S’adossant sur la large table, il s’approche un peu plus de la sang pur. Sa voix perd en puissance, comme s’il s’agit-la d’une confession. « L’un de leur sortilège s’est perdu et a touché un sang pur étranger. » Silencieux un moment, comme si pour appuyer la tension de ses dires, il se contente de fixer la sorcière. « Ils ne veulent pas le faire passer sous le tapis, » continue-t-il en pointant vers le plafond. « Alors il me faut un avocat digne de ce nom pour s’assurer qu’ils ne finissent pas à Azkaban. » Il se redresse, et laisse ses mains reposer sur la table derrière lui. « Après tout, les flammes sont tout particulièrement difficile à contrôler, » ajoute-t-il dans un rire. Une simple remarque, peut-être. Un défi, surement. Un défi dans lequel il n’est pas certain de vouloir se perdre, pas pour le moment. Ainsi, il n’offre pas le regard lourd qu’il aurait aimé offrir à la Rosier, laissant la remarque se perdre sans intérêt. « Donc… êtes-vous intéressée ? »




accent disclaimer & others:
 
Revenir en haut Aller en bas


Lilyan Rosier
Morsmordre
avatar
Morsmordre
Parchemins :  223
Crédits :  Shiya
 
Âge :  34
Sang :  Pur
Allégeance :  Mangemorts
Profession :  Avocate au Magenmagot
Ancienne école :  Poudlard
MessageSujet: Re: A killer in need - Lilyan.   Mer 16 Aoû - 6:01

Lilyan fronça les sourcils devant l'attitude du chef de la milice. De ses énormes sourires exaspérants et irritants, il était passé à la nervosité embarrassée. Elle aurait dû deviner que les circonstances du meurtre "accidentel" pourraient paraître douteuses vues d'un œil extérieur. Il s'agissait, après tout, de la milice de Grindelwald, des brutes prêtes à faire n'importe quoi pour asseoir leur puissance et pour faire régner la terreur. Elle remarqua clairement l'inconfort du chef de la milice alors qu'il s'efforçait de répondre à sa question précise sans donner de détails précis qui pourraient davantage les incriminer, et à voix basse, comme s'il craignait que les murs ne l'entendent. Lilyan soupira, agacée par son attitude contre-productive, le froncement de ses sourcils s'accentua. Un frisson de dégoût la parcourut; les quelques bribes de l'histoire qu'elle parvenait à comprendre et son imagination étaient suffisantes pour éveiller des images mentales particulièrement violentes. Mais il était le chef de la milice. Pouvait-elle refuser de le représenter sans risquer d'attirer sur elle des soupçons qui n'étaient pas les bienvenus? Après tout, elle était censée représenter le régime de Grindelwald, incarner ses valeurs, malgré la vive opposition qu'elle ressentait à cet égard.

Elle s'efforça de repousser ces pensées et de reporter son attention au chef de la milice, qui lui résumait la situation, tentant de minimiser les actes répréhensibles de son équipe. Cela ne faisait que prouver davantage à Lilyan jusqu'à quel point la milice s'était mis les pieds dans les plats. Et, apparemment, ce serait son travail de les en sortir. Elle se contenta de soutenir le regard fuyant du chef de la milice sans rien dire, attendant la fin de son monologue pour donner une réelle opinion. Alors elle le fixait, silencieuse, le visage de marbre mis à part son irritation sincère vis-à-vis le chef de la milice.

Puis une remarque, et les fantômes des flammes qui avaient saccagé le manoir familial revinrent flotter devant ses yeux. Une simple remarque, sortie de nulle part, qui aurait pu paraître complètement innocente si elle avait été dite par un autre que cette brute. Ses oreilles bourdonnaient encore du grésillement qui avait transformé sa vie, ses souvenirs, sa famille, en un simple tas de cendres. Alors, pour la première fois depuis le début de la rencontre, elle sentit le masque glisser sur son visage, s'effriter. Malgré elle. Malgré ses efforts. Lilyan croisa les bras devant son torse. Un bouclier. Un sortilège de protection pour que le masque tienne en place quelques minutes de plus. Pour se donner le temps de reprendre contenance, elle décrocha son regard de celui du milicien pour prendre une plume et un carnet dans l'un des tiroirs de son bureau. Elle s'efforça de neutraliser ses traits, d'effacer la douleur dans ses yeux pour les transformer à nouveau en rondelle de fer. Puis, elle déposa devant elle le carnet et la plume, avant de recroiser les bras, les yeux ancrés dans ceux du milicien. « En effet, il me semble que les flammes vous soient aussi difficiles à contrôler que vos propres hommes, » répondit-elle d'un ton égal, ferme. Sans réfléchir une minute de plus aux conséquences que pourraient avoir ses paroles. Sans mesurer chacun de ses mots. Incapable de laisser passer une telle attaque sournoise sans une réplique bien sentie, envoyée la tête haute et le visage dur qui ne montrait pas son bouillonnement intérieur. Une seconde passa. Puis deux. Sans baisser le regard, Lilyan décroisa les bras et empoigna la plume sur son bureau. Elle tenta d'oublier le gouffre qui s'ouvrait en elle, le coeur lourd de devoir défendre des valeurs à l'opposé des siennes. Mais elle n'avait pas le choix. Elle devait jouer le rôle jusqu'au bout. Porter le masque qu'on attendait d'elle. Parce que si on découvrait son petit manège au Ministère, ce serait la mort qui l'attendait probablement. « J'accepte de défendre vos hommes, mais vous allez devoir m'en dire beaucoup plus sur la situation si vous voulez vraiment éviter que votre équipe ne se retrouve à Azkaban. Je l'admets, ça serait plutôt dommage, » ajouta-t-elle, accompagnant sa réplique d'un faux sourire professionnel. Parce qu'elle n'avait pas pu s'en empêcher, cette fois. « Je ne suis pas sans savoir que vos missions sont parfois confidentielles, certes, mais c'est un mal nécessaire. Soyez assurés que je ne divulguerai l'information d'aucune façon. » D'un geste rapide, elle trempa sa plume dans l'encre, inscrit la date, et la tint à quelques centimètres du carnet de notes. « Vous avez parlé d'un sortilège, puis de flammes. Est-ce que les flammes ont été lancées par l'une des baguettes ou est-ce un effet indirect du sortilège? Y avait-il d'autres témoins de l'événement mis à part les miliciens et la victime?»

Lilyan observa le milicien dans l'attente de réponses. Elle espérait que son ton professionnel effacerait l'émotion, lui permettrait de prendre de la distance avec cet homme et sa vie personnelle.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
 
A killer in need - Lilyan.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jeff The Killer
» Construction, Destruction, Reconstruction. [PV= Daïgo & Killer Bee]
» Victoria Beurk ღ She's a Killer Queen, guaranteed to blow your mind (Terminé)
» Ronaldo Killer [ R9 Video Sublime ]
» Recrutement

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: