Soutenez le forum
Votez pour M&M sur les top-sites et faîtes passer le mot!
Bazzart - PRD.
Ecoulement du temps
Nous sommes actuellement en septembre 1952
Sixième version du forum
On vous donne rendez-vous ici pour vous tenir au courant des dernières nouveautés!

 | 
 

 A distraction to mask what I feel - Elie. (fb)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Admin
Parchemins :  1172
Crédits :  lux aeterna & tumblr.
 
Âge :  25 ans (26.07.1927)
Sang :  Pureté violente que certains n'apprécient pas, image d'une famille sanguinaire en marge de la societé.
Allégeance :  Voldemort envers et contre tout, fanatique des premiers jours, il est prêt à tout pour défendre son maitre.
Profession :  Tortionnaire, artiste d'un monde sanguinaire. Mangemort en fuite, il a laissé son ancien monde pour supporter Voldemort. Ancien assistant médicomage, il a appris a blesser le corps au lieu de le soigner.
Ancienne école :  Poudlard, au sein des serpents qui sont devenus ses amis les plus proches.

Priori Incantatem
am i free?: yes
Inventaire:
code couleur: firebrick
http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t481-cain-o-i-think-about-the-end-way-too-much http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t379-cain-o-drop-after
MessageSujet: A distraction to mask what I feel - Elie. (fb)   Dim 14 Mai - 21:08



a distraction to mask what i feel


ELIE & CAIN

MID FEBRUARY 1952

Il soupire, Cain. Allongé sur son lit, il n’est que silence. La fumée de sa cigarette traverse la barrière de ses lèvres. Elle remplit ses poumons, enivre son corps. Elle s’échappe ensuite, perdue dans la pièce sombre. Il n’est pas seul, Cain. Il ne pourrait pas être seul. Il ne le supporterait pas. Aleksandr est allongé à ses côtés. Lui non plus ne parle pas. Ils n’ont pas parlé depuis un moment. Mais ils s’en fichent. Ils apprécient le silence. Ils ne désirent que leur compagnie. Ils titubent depuis qu’ils l’ont perdue, Melpomène. Jamais le trio n’a-t-il eu besoin de passer chaque instant ensemble. Mais ils ont toujours su qu’ils se retrouveraient une fois la journée terminée. Le monde est désormais différent. Plus rien n’est certain. Plus rien n’est sûr. Il doute du monde, Cain. Il croit en la cause. Il croit en Voldemort. Il croit en lui plus qu’il n’a jamais cru au reste de sa vie. Pourtant. Pourtant il doute du monde, Cain. Il doute du monde parce que son monde n’arrête pas de s’écrouler. Il a perdu son père. Il a perdu sa vie. Il a perdu Melpomène. Que perdra-t-il ensuite ? Aleksandr ? Lentement, il laisse sa tête se tourner vers le mangemort. Son frère d’armes. Son frère de cœur. Son frère. Il est plus proche du Bulgare que de son ainé, le Prewett. Aucun ne sait réellement pourquoi, ils savent juste qu’ainsi est leur vie. « Aleks ? » Le Karkaroff se tourne vers lui. « Hm ? » Le monde semble lent. Peut-être l’est-il. « Rien. » « Hm. » Il y a de ces jours pendant lesquels ils parlent sans cesse. Ils parlent de leurs plans. Ils parlent de leurs peurs. Ils parlent de leurs rires. Mais ce jour est différent. Ce jour est silencieux. Un silence réparateur. Un silence qui se brise. On frappe à la porte de la chambre. « Karkaroff ? » On lui arrache son ancre. Cain se contente de le voir s’éloigner. Ils partagent un long regard. Puis un sourire en coin se dessine sur les lèvres d’Aleksandr. D’un mouvement de baguette, il fait voler le paquet de cigarettes jusqu’au visage du Prewett. « Tues donc tes poumons en m’attendant. » Il rit, Cain. Un rire qui s’éteint lentement une fois de nouveau seul.

Une heure passe. Il est toujours seul. Il ne supporte pas d’être seul. Il laisse ses doigts briser la fumée qui continue de l’entourer. Sa main, un jour brisée, a retrouvé sa mobilité. Quelques cicatrices sont encore visibles. Cicatrices qui finiront par disparaitre. Ce qui ne sera pas le cas de celle qu’il a laissé dans le flanc du Slughorn. Il sourit, Cain. Puis ses pensées se perdent de nouveau. Il a besoin de nouveauté. Il a besoin de quelque chose d’autre. Autre que le QG sombre. Autre que les serpents. Autre que la solitude. Calmement, il se lève. Habillé comme il l’est souvent, il se recouvre d’une large cape. Un mot laissé pour Aleksandr, il s’élance dans le monde moldu tout d’abord. Dans un crac sonore, il passe d’une rue sombre à une autre. L’allée des embrume lui offre une couverture, ne serait-ce que quelques instants durant. Son visage dissimulé, il se mêle à la foule qui ne lui prête que peu d’attention. La journée touche à sa fin. Les boutiques se ferment une à une. Les sorciers se font rares. Arrivé dans un coin du chemin de traverse, le monde change imperceptiblement. Son large capuchon attire plus d’attention que nécessaire. Alors il reste dans l’ombre. Enfin, il trouve l’enseigne qu’il recherche. Il ne peut voir l’intérieur de la boutique. Il ne peut la voir parce que des avis de recherche placardent la façade. Son regard fixe celui de Melpomène, la mention "arrested" placardée en lettres rouges. C’est le dégout qui recouvre un moment son visage. Mêlés aux mangemorts se trouvent des visages de la Lux. Certains qu’il reconnait. D’autres dont il se fiche.

Après de longues minutes, il finit par se mettre en mouvement. D’un geste rapide, il s’empare de certaines affiches, en laisse d’autres. Voldemort, Melpomène, et Aleksandr se perdent dans le fond d’une de ses poches. Celle qui arbore son propre visage, il garde à la main. Une fois à l’intérieur de la boutique, il verrouille la porte d’un mouvement de baguette. Quelques minutes avant la fermeture officielle, peut-être, mais il ne peut plus attendre. Toujours encapuchonné, il trouve celui qu’il est venu voir. Celui qui ne l’a pas vu depuis qu’il fuit le régime. C’est son affiche de recherche qu’il pose sur la table avant tout. « Huit milles gallions, rien que cela. » D’un geste habile, il dévoile son visage, ses lèvres étirées dans un rictus joueur. « À croire que tu ne veux plus de moi. » Il fixe Elie un moment, silencieux. Il attend, Cain. Il attend la réponse du psychomage. Là, dans le fond de son regard, la raison de sa visite est claire. Mais il attend. Il joue. Il laisse la capture de la Black prendre place dans le fond de son esprit.



accent disclamer & others:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Silencio
Parchemins :  70
Crédits :  June
Âge :  26 ans
Sang :  le sang pur d'un impur
Allégeance :  de ceux qui ne se prononcent pas
Profession :  psychomage et propriétaire d'une librairie
Ancienne école :  auprès des bleu et argent de Poudlard

Priori Incantatem
am i free?: no
Inventaire:
code couleur: SlateGrey
http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t1021-elie-longbottom-it-s-where-my-demons-hide http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t991-elie-longbottom-if-i-wer
MessageSujet: Re: A distraction to mask what I feel - Elie. (fb)   Mar 30 Mai - 8:20


A distraction to mask what I feel
Cain Prewett & Elie Longbottom


Elie savourait sa journée de repos à l'hôpital. Il adorait son métier, réellement, mais cela restait pesant et très fatiguant, d'autant plus en cette période morose. Pas plus tard que la veille, la milice avait fait une autre descente à Ste Mangouste pour vérifier qu'aucun fugitif ne s'y trouvait. Ils avaient déjà saisi tout ce qu'ils pouvaient, suspects ou dossiers, et Elie s'était félicité d'avoir malencontreusement égaré celui de Cain dès lors que son nom avait été prononcé en novembre. S'il y avait bien une chose qu'il ne supportait pas, c'était de voir la secret médical bafoué, les secrets de ses patients exposés à tous. Le Prewett pouvait bien être le pire humain qu'il soit, Elie ne romprait tout de même pas sa promesse de silence pour cela. Il savait qu'un jour ou l'autre, les Spasenis finiraient par découvrir que Cain était venu le consulter à plusieurs reprises, et qu'un interrogatoire ferait certainement suite à cette découverte, mais ce jour n'était pas encore arrivé. Ils devaient avoir d'autres pistes plus évidentes et importantes qu'un vulgaire psychomage. Et pourtant, peu connaissaient le Prewett comme Elie le connaissait.

Il réprima la note douloureuse qui se coinça dans sa gorge à la pensée du fugitif. Il ne le reverrait plus, pas alors que c'était si dangereux. Voulait-il réellement le revoir, de toute façon ? La raison lui disait que non, que c'était l'occasion de tourner la page, de passer à autre chose. Cain ne ferait toujours que l'utiliser. S'il n'avait pas répondu à ses sentiments en presque six ans, il n'y avait aucune chance qu'il commence un jour. Mais son coeur s'obstinait, encore et encore. Il avait cette once d'espoir, cette attente de voir les choses changer. C'était ce qui lui permettait de continuer à avancer, tout en le brisant un peu plus chaque jour.

La librairie était calme. Depuis les événements de Loutry St Chaspoule, les gens sortaient moins et les commerces souffraient du manque de fréquentation. L'argent n'était pas une préoccupation pour Elie, mais sa librairie en consommait plus qu'elle n'en produisait ces derniers mois. Il n'était pas le seul dans ce cas sur le Chemin de Traverse. Le climat de tension qui régnait à Londres, ainsi que les nombreuses affiches placardées sur toutes les vitrines n'aidaient pas au commerce. Mais cela n'empêchait pas le jeune homme d'apprécier chaque instant passé dans son petit coin de paradis personnel. Parcourir les quelques rayonnages de sa librairie parvenait à calmer ses angoisses et ses peurs. Il laissait ses doigts courir sur la tranche des livres, en replaçait quelques uns à leur place et conseillait les rares clients. Chaque repos qu'il obtenait à l'hôpital, il les passait ici, au milieu de ce qui le passionnait. Il n'y avait que là qu'il pouvait oublier Cain, Abelam ou Elinor. Son havre de paix.

L'heure de fermeture était proche lorsque la sonnette de la boutique résonna dans l'air vide. Elie releva la tête, se tendant en voyant une figure encapuchonnée devant lui et en entendant le son distinctif de la serrure. Un cambriolage ? Non, il n'aurait pas fermé. Des questions ? Le tuer ? Mais pourquoi ? La silhouette s'avança lentement et déposa un avis de recherche sur la table. Mais les yeux d'Elie ne le regardaient même pas. Il s'arrêta sur la main, une main qu'il reconnaîtrait entre milles pour l'avoir tant de fois eu sur sa peau. Son coeur se gonfla de soulagement. « Huit milles gallions, rien que cela. » Elie ferma les yeux brièvement au son de sa voix, n'osant relever la tête vers son visage à présent découvert. « À croire que tu ne veux plus de moi. » Il releva enfin les yeux, croisant le regard pénétrant de Cain. Son souffle se coupa tandis que les battements de son coeur s'accéléraient dans sa poitrine. Le Prewett avait cet effet sur lui, même après des semaines d'absence. Cette envie irrépressible de lui bondir dessus et ce foudroiement qui le paralysait sur place.

Elie inspira profondément. Il était là. Il était bien là, devant lui. Il avait risqué sa liberté, sa vie, pour venir le voir. Une fois de plus, l'espoir scintilla dans ses yeux. Il saisit l'avis de recherche et le froissa avant de le jeter plus loin. « Ils devront me passer sur le corps avant d'arriver à toi. » Ce n'était pas ce qu'il aurait voulu dire. Ce n'était jamais ce qu'il aurait voulu dire. Mais ses pensées, il les gardait pour lui. Car il savait que Cain partirait au moindre signe de sentiments. Il le savait au fond de lui. Pas de Tu m'as manqué, ni de Je voudrai toujours de toi. Ce n'était pas ce que le Prewett attendait de lui. Elie détourna les yeux pour cacher la lueur blessée qui y prenait place. « J'ai détruit ton dossier médical. Ils n'ont rien sur toi. » Car quelle autre raison aurait pu pousser le Mangemort à prendre tant de risques pour venir à lui ? Il ne se faisait pas d'illusions. Cain allait repartir, satisfait, et lui resterait là, seul et dévasté. Comme à chaque fois.

Il se dirigea vers une étagère et fit semblant d'organiser le rangement des livres pour éviter son regard. Ses mains tremblaient. Frustration de ne pouvoir le toucher. Tristesse de le savoir déjà parti. « S'il y a quoi que ce soit que je puisse faire... », commença-t-il avant de s'arrêter. Il proposait son aide à un homme recherché. Sa mère hurlerait de rage et d'indignation si elle savait. Mais il était si faible, si démuni face à cet homme. « Tu sais que je suis là. » termina-t-il dans un murmure presque inaudible. Et c'était sa malédiction, ce qui le rendait si malheureux : son incapacité à abandonner Cain, à laisser derrière tout ce qu'il représentait. Il n'arrivait pas à ne pas l'aimer.

© ACIDBRAIN
Revenir en haut Aller en bas
 
A distraction to mask what I feel - Elie. (fb)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pendant la distraction pre-electorale, 30000 haitiens font face a la deportation
» Daniel Elie demande un audit de sa gestion
» Patrick Elie salue la création des commissions présidentielles
» Haïti : Un dangereux précédent par Patrick Elie
» Patrick Elie prezidan komisyon sou sekirite ap trase grann liy lame nou bezwen

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: