Soutenez le forum
Votez pour M&M sur les top-sites et faîtes passer le mot!
Bazzart - PRD.
Ecoulement du temps
Nous sommes actuellement en septembre 1952
Sixième version du forum
On vous donne rendez-vous ici pour vous tenir au courant des dernières nouveautés!

 | 
 

 'cause the place seems still alive (Yasen)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: 'cause the place seems still alive (Yasen)   Mer 17 Mai - 19:29



'cause the place seems still alive ... When the smoke is going down


Yasen & Viona

Avril 1952

Accrochée à l'avant-dernier barreau, elle dispose les fioles après avoir épousseté les étagères d'un coup de chiffon magique. Derrière elle, une farandole de flasques de diverses tailles et couleurs la précèdent, flottant dans les airs grâce à un simple sort de lévitation. Petite merveille pour éviter les aller-retour sur l'échelle, empêchant ses pieds de se prendre dans sa jupe, la faisant alors malencontreusement chuter sur le sol froid et dur, les quatre fers en l'air ou la mâchoire en avant. Petits. Grands. Alambiqués. Courbées. Classiques ou sous forme de goutte. Transparentes ou opaques. Chacune renfermant un secret visible seulement sur l'étiquette manuscrite où sa main avait tracé les lettres manuscrites à la plume d'oie, confiance aveugle de l'acheteur envers l'apothicaire. Mervyn était parti depuis une petite heure déjà, portant un colis à un client ne pouvant se déplacer, refusant de lui en dire plus sur le destinataire, frileux de la voir s'immiscer avec autant d'aisance dans le business familial. Risquant surement une mutinerie désuète qui ne viendra jamais. Malgré la suspicion qui enserre son cœur, elle est reconnaissante de ces temps solitaires au cœur de l'échoppe. Restant la plupart du temps derrière les rideaux opaques séparant l'arrière-salle et la boutique, elle peut alors oser sortir sans craindre le regard courroucé. Déambulant à son aise et flânant pour observer le reflet des chandelles dans les divers récipients, créateurs d'illusions colorées activant son imaginaire. Petit plaisir qu'elle compte bien prendre une fois son travail terminé, plaçant les préparations du jour afin de remplir les stocks, s’inquiétant face à la rareté de certains ingrédients qui ne l'étaient pas la veille. Boycott oblige.

Le carillon tinte, coupant le silence amer bien que réconfortant de la sorcière, attisant sa curiosité alors qu'au dehors, le soleil a fortement décliné au point de s'être déjà couché derrière la rangée des immeubles de la ruelle. Les chandelles magiques vacillent sous l'effet du vent s'engouffrant, créant des ombres sur les murs avant que l'inconnu n'entre à son tour. Du haut de son perchoir, le moineau tente d'apercevoir les courbes de l'humanoïde à travers l'étagère de l'entrée, réfugiée derrière. Mais les flasques de potions et les baumes multicolores déforment sa vision qui devient inexacte. Le visiteur ne semble pourtant pas se presser outre mesure et ne crie pas son nom, signe qu'il ne s'agissait pas du propriétaire des lieux. Un client. L'un de ceux dont Merwyn lui a interdit "d'importuner", ayant plus peur qu'elle ne fasse fuir les sorciers s'ils apprenaient qu'une sorcière préparait leur réconfort santé, qu'ils ne soient d'ordre capillaire, articulaire, psychologique ou encore sexuel. La délicate ingénue dérangerait et les affaires n'étaient pas assez miraculeuses pour se le permettre. Pourtant, en l'absence du propriétaire, elle se devait bien de faire quelque chose. De dire quelque chose. Sous peine d'avoir un magasin fantôme, vidé de son personnel, à l'oisiveté de tous.

«… Bonsoir. » Du haut de son échelle, elle observe le corps du sorcier avancer derrière les bocaux empilés sur l’étagère en direction du comptoir principal. Invisible petite chose cachée derrière les denrées à défaut de l'être dans l'arrière-boutique, prenant de plus en plus d'initiatives dans un besoin d'action. La possibilité étant plus grande en l'absence du maître des lieux. Elle descend furtivement en époussetant sa jupe pour se donner bonne image. Confrontation avec le client oblige. « Je suis désolée, Monsieur mais nous allons bientôt fermer et le gérant est sorti pour une course. » continua-t-elle après s'être racler la gorge pour se donner aplomb et courage en vue de dissuader le récalcitrant. En l’absence de son cousin, elle n’était pas vraiment autorisée à passer derrière le comptoir pour autre chose que des conseils ou renseignements. Ce qui restreignait fortement son champ d’action. Mais elle ne s'en plaignait pas, le moineau. Ayant déjà reçu des bases d'enseignement par le biais de son mentor familial, elle lui est reconnaissante de lui permettre de déployer ses ailes ailleurs que dans les grotesques magie de foyer. Elle remonte l'allée afin de pouvoir faire face au client retardataire bien que dix minutes restaient fixés à l'horloge avant qu'elle ne sonne le glas de la fermeture.



Revenir en haut Aller en bas


Yasen Krum
Incarcerem
avatar
Incarcerem
Parchemins :  103
Crédits :  solaris
 
Âge :  24 yo
Sang :  Pur
Allégeance :  Yasen suit Mihayl là où il va, comme tout bon Krum. C'est un bulgare, donc un spanesi, et même s'il ne peut pas prendre activement part à la guerre civile, il doit faire des choix, des sacrifices : le sien est d'être irrémédiablement lié à la survie des Spanesis. S'ils perdent, alors lui aussi, perdra.
Profession :  Apprenti Médicomage
Ancienne école :  Durmstrang

Priori Incantatem
am i free?: yes
Inventaire:
code couleur: burgundy
http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t1009-powerless-yasen
MessageSujet: Re: 'cause the place seems still alive (Yasen)   Dim 11 Juin - 21:18

Il avait peut-être - je dis bien peut-être - commis une bourde en fin de service, alors que le manque de sommeil et la caféine rendait ses mains un peu tremblantes. Un énième patient voulant jouer le macho devant sa douce, sans comprendre que sa douleur était en train de filer la migraine à son médecin, une potion mal bouchonnée, et il avait réussi, d'une façon ou d'une autre, à faire exploser une armoire à potions parfaitement innocente.

Cela avait eu au moins le mérite de faire taire le patient, cela dit.

Il avait ensuite fermé la salle de consultation, trouvant une excuse pour qu'elle soit mise en quarantaine pour quelques heures, ce qui devait lui laisser assez de temps pour réparer ses conneries avant que Greyback ne s'en mèle - même si, à vrai dire, il doutait d'arriver à cacher une explosion et un patient hors de lui à son chef de service. C'était futile, comme était futile l'idée de se rendre chez les Rosier pour y faire le plein de potions - sur ses deniers personnels - mais Yasen était fatigué, pas prêt à se faire engueuler devant les autres médicomages, et surtout, il y avait une jolie rousse chez l'Apothicaire, pile de quoi lui remonter un peu le moral.

Le Krum transplana avant que l'on puisse le prendre sur le fait, atterissant à quelques mètres seulement de la boutique qui l'intéressait, clignant des yeux face à la pénombre en train de s'installer. A force d'enchainer les permanences, il ne savait plus quelle heure ni quel jour on était, et un coup d'oeil à sa montre lui apprit qu'il avait encore fait des heures supplémentaires. Si le chagrin, l'alcool ou l'empathie ne le tuait pas avant, le jeune homme était certain que la masse de travail le ferait. Le plus tôt le mieux.
Se repeignant rapidement dans la vitrine de la boutique pour ne pas passer pour un inferi, il pénétra rapidement dans l'échoppe, sans daigner s'annoncer. Il ne savait pas lequel des deux Rosier serait présent, et il valait mieux éviter de lancer un "Bonjour" tonitruant qui ne lui ressemblerait pas et qui pourrait aboutir, par l'effet de la surprise, à une deuxième catastrophe explosive. Se contentant d'avancer directement au comptoir, le visage de plus en plus serein au fur et à mesure qu'il impactait le fait de ne plus être entouré de personnes en souffrances, il écouta Viona s'excuser d'une petite voix, le sourire aux lèvres. Clairement, la jolie rouquine n'avait pas saisi qui se trouvait là, si elle le prenait pour un client lambda.

"Ca m'arrange que le gérant soit parti, c'est la gérante qui m'intéresse." Merlin que cela faisait du bien de pouvoir draguer un peu, sans avoir ce foutu code de déontologie perché au dessus de son crâne. Si toutes les femmes passées par St Mangouste devenaient par la même des patientes, il n'aurait plus qu'à se rabattre sur les hommes, vraiment, cette règle était stupide. "Bonjour, Viona." Le Krum avait une envie soudaine de rire de la surprise mélée d'exaspération qu'il venait de sentir affluer de la jeune femme, laquelle était enfin visible, revenant visiblement d'une séance de nettoyage intensif. Laissant libre cours à son envie, fatigué de faire semblant et fatigué tout court, il lâcha un gloussement idiot en s'accoudant au comptoir, appréciant les courbes de la Rosier dans sa robe. Vraiment, le service était de qualité içi.

"Si tu devines ce qui m'amène, je t'offre un verre, ca te tente ?" Lourd, balourd de Yasen, mais tout valait mieux que ces carcans sang pur qu'il respectait à longueur de journée avec toutes ces femmes insipides. Viona avait une étincelle en elle qui n'avait pas encore été éteinte par quelconque mariage, quelconque homme, et le bulgare était bien décidé à entretenir ce tempérament piquant, à sa manière.


for everyone you meet, is fighting a hard battle.
©crack in time

Revenir en haut Aller en bas
 
'cause the place seems still alive (Yasen)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Harem de Sigmar - Les soeurs sont dans la place !!
» Place de l'unité à Montréal bientôt une réalité
» La place d'Haïti dans le monde
» Qui va à la chasse perd sa place [Pinsk Town-Thriller Bark, Rang D, Chasseurs de Prime, Balayage de zone]
» J'aurai tant aimé être à sa place [PV : Nami]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: