Soutenez le forum
Votez pour M&M sur les top-sites et faîtes passer le mot!
Bazzart - PRD.
Ecoulement du temps
Nous sommes actuellement en juillet 1952
Cinquième version du forum
On vous donne rendez-vous ici pour vous tenir au courant des dernières nouveautés!
Intrigue n°4
Venez vous faire entendre au Ministère, au Chemin de Traverse ou à Poudlard.

 | 
 

 Say you won't let go (Melwyn - fb)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 


Melpomène Lestrange
bad moon rising
avatar
bad moon rising
En ligne
Parchemins :  3588
Crédits :  FRIMELDA (avatar), Okinnel (codage signature), Tumblr (gifs signature), Marge (gif profil)
 
Âge :  25 ans à se battre pour le pouvoir.
Sang :  Le sang des Black est pur, ode irrévérencieuse à la noirceur de leurs âmes, liquide vermillon qu'ils ne sauraient gaspiller. Sang royal où se mélange magie noire, ambition incontrôlée et soif de pouvoir.
Allégeance :  Marque des Ténèbres assumée, Melpomène fait partie des Mangemorts. Loyale servante depuis les premières heures de Voldemort.
Profession :  Melpomène travaillait autrefois à la morgue, embaumant derrière elle les secrets des siens. Aujourd'hui fugitive.
Ancienne école :  Poudlard dans une maison bordée d'émeraude - berceau de rencontres qui ont changé le cours de sa famille et qui ont façonné un destin aussi sombre que son patronyme.

Priori Incantatem
am i free?: no
Inventaire:
code couleur: #CF8C8C
http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t107-melpomene-child-of-the-night http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t77-melpomene-uprising
MessageSujet: Say you won't let go (Melwyn - fb)   Sam 3 Juin - 22:46



say you won't let go


MELPOMENE & CAERWYN

15 MARS 1952

La pleine lune avait été d’une rare agonie, chaque moment passé sous les étoiles lui rappelant avec une clarté douloureuse tout ce qui ne serait jamais. Tout ce qui été perdu, tout ce qui n’était plus. Le loup avait chassé ses doutes et confirmé ses peurs. Melpomène s’était murée dans le silence, trouvant refuge dans ses appartements au moment même où la louve s’était évanouie. Elle avait soutenu les regards empreints de pitié de certains autres Mangemorts avec une pointe de défi au fond des yeux, avait couvert son corps brisé d’étoles. Son retour au quartier général nappé de brouillard, fantôme fragile à la silhouette vacillante. Epuisée par la lune et par la captivité, la Black s’était effondrée à peine le seuil de sa chambre passé. Les heures suivantes nimbées de noir et d’étoiles. Roulée en boule entre les draps, aucun mot ne s’était échappé d’entre ses lèvres fissurées. Le souvenir de tout ce qui aurait pu être dessiné à l’encre rouge à l’arrière de ses paupières, hantée par le souvenir du chasseur. Incapable de trouver le sommeil, incapable de trouver la paix. Ses épaules sursautant malgré elle au moindre bruit brusque résonnant entre les murs du quartier général. Pas de larmes pour venir souiller ses joues, pas de sanglot pour venir troubler la nuit. Juste ses yeux vides ouverts sur l’obscurité, fixant le mur sans vraiment le voir. Le coton des draps brûlant contre sa peau abimée, le plus doux des tissus ressenti comme une chape de plomb le long de ses hématomes encore vifs.

Toujours au moins une âme pour veiller la muette, Melpomène reconnaissant les silhouettes l’entourant sans même avoir besoin de les voir. Helios. Caerwyn. Aleksandr et Cain. Et même si les mots ne semblaient pas vouloir - ou pouvoir - sortir de sa gorge nouée, leur présence à ses côtés était un baume sur ses plaies. Les heures passent et la nuit se meurt, laissant place aux premiers rayons du soleil. Toute la nuit, Melpomène n’a pensé qu’à une seule chose. Toute la nuit, la louve a ressassé inlassablement la même question. Comment allait-elle l’annoncer à Caerwyn? Car si elle n’avait plus qu’une seule certitude, elle était douloureusement claire: il s'agissait là d'un secret qu’elle ne pouvait garder pour elle. C’était après tout un pan de leur vie qu’on lui avait arraché, le Lestrange tout aussi concerné qu’elle par cette vie gâchée trop tôt. Au travers du brouillard, au travers de la douleur résonnant encore au coeur même de son être, une unique émotion enflammait les veines de la Black. La haine. La haine du chasseur et des siens, la haine du Murdarov qui - non content de lui voler son futur - avait marqué sa peau de la marque de son clan. La haine de tout ce dont il l’avait privé. Colère sourde qui résonnait au creux de ses os brisés. Rêves de vengeance dessinés au fond de ses yeux fatigués. On lui avait tout prit. Son honneur et son père. Sa fierté et son enfant. Son nom trainé dans la boue et ses secrets exposés au monde magique tout entier. On lui avait tout prit et chacun de ces trop nombreux affronts serait payé par le sang.

La Black se relève tant bien que mal, appuyant son dos griffé contre le haut du lit, une grimace s’imprimant sur ses lèvres à la sensation du bois contre sa peau. Grognement sourd alors qu’elle se décale de quelques centimètres sur le côté pour se positionner un peu plus confortablement. Elle n’a pas besoin de parcourir longtemps la pièce du regard pour le trouver assis dans le fauteuil ayant vu naître leurs étreintes il y a presque deux mois. Que ce temps semble loin à la louve alors qu’elle le regarde dormir quelques instants, s’abreuvant secrètement de la vue de son visage. Combien de fois ne l’a t’elle pas imaginé dans les moindres détails, combien de fois n’a t’elle pas dessiné les contours de son corps au fond de son coeur. Les minutes s’égrènent dans le silence, la Black remontant lentement ses genoux vers sa poitrine, appuyant son menton sur ses os cagneux.

Le temps s’étiole et se perd dans les limbes de son esprit brumeux. Une minute ou une heure, cela n’avait plus d’importance pour Melpomène. Pas tant que chaque battement de son coeur s’accompagnait de honte. Pas tant que chaque battement de son coeur la ramenait à ses cauchemars. Le temps s’étiole et Caerwyn se réveille doucement, la Black ne pouvant retenir un sourire fatigué de venir décorer ses lippes. Elle referme un peu plus l’emprise de ses bras autour de ses jambes alors qu’elle ne le quitte pas des yeux. Comme s’il risquait de disparaître au moindre faux pas. Comme si la pièce toute entière menaçait de s’évaporer entre ses doigts. Ses démons piégés à l’intérieur de sa tête, poison coulant à l’arrière de sa gorge. « Bien dormi ? » se force t’elle à articuler de la voix rauque de ceux n’ayant plus parlé depuis longtemps, platitude polie de celle qui cherche à gagner du temps. Du temps pour panser ses blessures. Du temps pour souffrir. Elle se racle doucement la gorge alors qu’elle détourne les yeux, incapable de soutenir ses orbes plus longtemps. Parler à Caerwyn avait toujours été d’un naturel déconcertant. Les mots glissaient habituellement entre ses lèvres avec une facilité sucrée. Pas aujourd’hui, plus maintenant. Relevant le menton dans un soupir résigné, elle retrouve ses yeux avec appréhension. Elle a peur, Melpomène. Peur de briser ses rêves comme on a piétiné les siens, peur de casser en lui ce qu’on a fait voler en éclat en elle. Peur de ce qu’il pourrait lire au fond de ses mers tourmentées. Peur de ne pas trouver les bons mots, peur qu’il n’y ait au fond pas de bons mots. La louve déglutit avec difficulté, serrant les poings le long de ses cuisses comme pour se donner du courage. « Je dois te parler Caer… » - trop tard pour reculer à présent, une unique larme roulant le long de sa peau rendue transparente par les épreuves.


AIN'T NOBODY FUCKING WITH MY CLIQUE


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin
Parchemins :  659
Crédits :  lolitaes
 
Âge :  Trente ans
Sang :  Le sang pur, et une tradition à laquelle il ne compte pas déroger.
Allégeance :  Il porte la Marque des Ténèbres
Profession :  Ancien chef de la brigade magique
Ancienne école :  Serpentard

Priori Incantatem
am i free?: no
Inventaire:
code couleur: seagreen
http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t426-caerwyn-lestrange-let-me-wreck-you http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t416-caerwyn-lestrange
MessageSujet: Re: Say you won't let go (Melwyn - fb)   Lun 5 Juin - 10:24


Say you won't let go
Melpomène Black & Caerwyn Lestrange


Caerwyn somnolait, installé sur le sofa de la chambre de Melpomène. Il ne dormait pas vraiment, il en était incapable depuis plus d'un mois déjà. Des nuits d'insomnie sans savoir où était la Black, sans pouvoir l'aider. Puis des nuits d'agonie à la regarder allongée sur ce lit, inerte et meurtrie. Son corps, parfois, prenait le dessus sur le reste et lui accordait quelques minutes de repos réparateur. Quelques minutes de paix pour oublier la réalité et les horreurs qui l'accompagnaient. Quelques minutes de calme pour son coeur et sa tête. Puis il se réveillait, encore et encore, face au corps allongé de Melpomène. Elle ne dormait pas, elle non plus, ou très peu. Elle mangeait encore moins. Cain avait guéri la quasi-totalité de ses blessures physiques, mais ils savaient tous qu'elle portait encore les stigmates psychologiques de sa longue captivité. Elle ne parlait pas, pas même à Helios ou à lui. Le Lord était venu lui rendre visite une fois, mais personne ne savait ce qui avait pu se dire entre eux. Il n'avait sans doute même pas eu besoin de l'écouter, c'était un très bon Legilimens. Caerwyn, en revanche, se refusait à pénétrer l'esprit de Melpomène sans son accord, alors il attendait patiemment, toujours au même endroit, qu'elle veuille bien s'ouvrir à lui. Il souffrait de la voir ainsi. Pendant un mois, il s'était imaginé le pire, mais la réalité s'était avérée plus cruelle. Elle était méconnaissable sous les coupures et les ecchymoses, une beauté altérée par un traitement violent et sans coeur. Elle détesterait se voir ainsi, il le savait. Mais le temps finirait par lui rendre sa beauté d'antan et elle s'en remettrait. Caerwyn doutait, en revanche, qu'elle s'habitue un jour à l'horrible marque qui ornait sa hanche. Il était entré dans une rage sans nom en la découvrant, hurlant sur Prewett pour qu'il la fasse disparaître, sans succès. Elle serait à jamais marquée du signe des Murdarov, comme du vulgaire bétail.

Caerwyn ouvrit les yeux, sortant d'une micro-sieste qui ne lui avait apporté que peu de repos. Il savait ses traits tirés, son visage cireux et son apparence négligée. Il ne se ressemblait pas. Ils étaient tous deux de pâles répliques de ceux qu'ils étaient. Mais elle était là, et il était là. C'était tout ce qui comptait. Melpomène aurait pu revenir avec une balafre sur le visage et une jambe en moins que Caerwyn l'aurait toujours trouvé la plus belle de toutes. Elle était sa vie, et rien ne viendrait changer ça. « Bien dormi ? » Elle était assise, recroquevillée dans une position qu'il savait être celle de ses faiblesses. Ses yeux dorés ne brillaient pas, totalement éteints. La louve était meurtrie. Le Lestrange voulait la serrer contre lui, lui promettre que tout irait bien, mais il n'osait totalement l'approcher, de peur de raviver chez elle de mauvais souvenirs. Il restait prudent.

Il pensa un instant à sa question. Il n'avait pas bien dormi. Mais il ne lui dirait pas. Tout comme il ne lui avait pas encore annoncé que, deux jours après sa libération, Grindelwald avait fait publiquement exécuter son père, sa mère et sa soeur. La trahison de Caerwyn avait été un coup dur pour les Spasenis, et ils n'avaient pas perdu de temps pour mettre la main sur le reste des Lestrange. Seul son frère et lui, cachés au quartier général des Mangemorts, avaient échappé à la rafle. Et d'un coup, Caerwyn se retrouvait à la tête de son clan, responsable de leur nom. À cet instant, il avait compris Helios, et c'était certainement le plus proches qu'ils ne seraient jamais de se comprendre. Mais Helios refusait de lui parler et Caerwyn ne pouvait compter que sur lui-même pour apprendre à embrasser sa nouvelle fonction. Cette histoire, il le savait, peinerait énormément Melpomène. Elle appréciait Abelin, et sa mort ne manquerait pas de lui rappeler celle encore fraîche de Janus. Ce duo si emblématique, tombé aux mains de Grindelwald. Ils se vengeraient. Mais pas maintenant. Caerwyn se contenta donc d'un haussement d'épaules neutre.

Il pouvait voir qu'elle était effrayée, qu'elle se sentait petite et faible. Sa poitrine se soulevait avec difficulté et elle tremblait doucement devant lui. « Je dois te parler Caer… » Il se leva immédiatement pour la rejoindre, s'asseyant sur le bord de son lit et laissant son pouce venir essuyer la larme qui coulait sur sa joue. Elle venait de lui donner l'autorisation de le faire, le droit de l'approcher et de venir la consoler. Il pouvait enfin être là pour elle. Tendrement, il prit ses mains dans les siennes, apaisant sa peau pour lui faire desserrer les poings. « Je suis là. » Il n'avait pas besoin de dire plus. Si les mots coulaient avec une facilité déconcertante entre eux, ils n'étaient pas nécessaires pour qu'ils se comprennent.

Elle grelottait encore. Il savait que c'était son appréhension, sa peur qui causaient ces tressautements, mais il attira une couverture d'un coup de baguette magique et l'installa autour de ses épaules. Melpomène n'aimait pas montrer ses faiblesses, même à lui qui savait les voir. Ainsi, il lui offrait l'excuse du froid pour justifier son corps qui la trahissait et lui permettait de se sentir encore maîtresse d'elle-même. Ce n'était qu'une maigre consolation, peut-être peu efficace, mais il la connaissait suffisamment pour savoir que cela lui redonnerait un peu de courage. Son esprit Black reprendrait le dessus, ne serait-ce qu'un peu et lui insufflerait la force de parler, de se confier à lui. La force de demander de l'aide.

© ACIDBRAIN





Awards:
 
Revenir en haut Aller en bas


Melpomène Lestrange
bad moon rising
avatar
bad moon rising
En ligne
Parchemins :  3588
Crédits :  FRIMELDA (avatar), Okinnel (codage signature), Tumblr (gifs signature), Marge (gif profil)
 
Âge :  25 ans à se battre pour le pouvoir.
Sang :  Le sang des Black est pur, ode irrévérencieuse à la noirceur de leurs âmes, liquide vermillon qu'ils ne sauraient gaspiller. Sang royal où se mélange magie noire, ambition incontrôlée et soif de pouvoir.
Allégeance :  Marque des Ténèbres assumée, Melpomène fait partie des Mangemorts. Loyale servante depuis les premières heures de Voldemort.
Profession :  Melpomène travaillait autrefois à la morgue, embaumant derrière elle les secrets des siens. Aujourd'hui fugitive.
Ancienne école :  Poudlard dans une maison bordée d'émeraude - berceau de rencontres qui ont changé le cours de sa famille et qui ont façonné un destin aussi sombre que son patronyme.

Priori Incantatem
am i free?: no
Inventaire:
code couleur: #CF8C8C
http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t107-melpomene-child-of-the-night http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t77-melpomene-uprising
MessageSujet: Re: Say you won't let go (Melwyn - fb)   Lun 5 Juin - 20:30



say you won't let go


MELPOMENE & CAERWYN

15 MARS 1952

Melpomène avait soigneusement évité tout miroir depuis la fin de la pleine lune, refusant tout simplement de se confronter à son reflet fané. Le temps effacerait les ecchymoses et les cicatrices. Sa peau abimée retrouverait bien assez vite la soie d’hier. Rien n’est irréparable et, un jour, il ne resterait rien de visible sur son corps. Un jour, il ne resterait plus que la marque des Murdarov - brûlure blanchâtre le long de sa hanche. A jamais liée au clan, à jamais la proie des bulgares. La Narcisse ne s’inquiétait pas tant de sa beauté que de son âme. La visite du Lord avait été rapide et, Melpomène en était bien consciente, nécessaire. Son ancien camarade de classe se devait de s’assurer que ses secrets étaient encore en sécurité, qu’elle n’avait rien dit. Chaque souvenir sondé avec attention, chaque séance de torture déroulée une nouvelle fois dans son esprit. Mâchoire serrée et visage dénué de toute émotion pendant toute la durée de leur entretien. Aucune larme pour venir souiller ses joues devant le Lord, aucune douleur et aucune colère. Masque implacable érigé comme l’emblème de sa dévotion à la cause, Jedusor ne quittant la pièce qu’une fois armé de la certitude de son silence et de sa loyauté. Chaque souvenir, chaque cauchemar exhumé pour prouver l’étendue de sa bonne foi. Les heures passées en la seule compagnie du sorcier laissant Melpomène épuisée, les bribes de tout ce qu’elle aurait voulu oublier à présent claires comme le jour.

La silhouette de Caerwyn apaise quelque peu les battements de son coeur, Melpomène trouvant au creux de son visage tiré de quoi alléger un peu le plomb semblant peser sur ses poumons. Ce visage qu’elle avait, un instant, cru ne plus jamais revoir. Les sourcils de la louve se froncent brièvement devant son haussement d’épaule, la Black connaissant le langage corporel du Lestrange par coeur. Il y a quelque chose qui sonne faux au fond de sa neutralité, quelque chose qui murmure ses inquiétudes aux oreilles de Melpomène. Mais elle ne dit rien, la louve. Elle ne dit rien parce qu’il y a déjà trop de choses qu’elle se doit de lui avouer, elle ne dit rien parce qu’elle sait qu’il lui en parlera le moment venu. Bien loin de se douter des nouvelles responsabilités pesant sur l’héritier, bien loin de se douter de la mort d’Abelin. Dernier souvenir d’un âge d’or, Janus et son plus fidèle allié tombés aux mains d’un régime qu’elle abhorre un peu plus chaque jour. Une raison de plus s’il lui en fallait encore pour faire tomber le bulgare, et peu importe s’il faut pour cela que des vies innocentes soient sacrifiées. Le soupir qui s’échappe d’entre ses lèvres est teinté d’autant de fatigue que de résignation, la louve prise au piège d’un corps tremblant. S’il y a bien une chose que Melpomène a en horreur plus que tout, c’est de paraître faible. Ce n’est pas comme ça qu’elle a été élevée, Morgana ne lui a t’elle après tout pas toujours appris à relever la tête.

« Je dois te parler Caer… » torture de ses mots qui refusent de sortir, murmure à peine assumé. Il se lève et vient la rejoindre, laissant son pouce effacer la honte de ses joues pâles. Ses poings se desserrent au creux de ses mains et une couverture vient se poser sur ses épaules nues, l’attention faisant naître un sourire au creux de ses lèvres. Elle n’a pas froid, Melpomène. Mais la couverture lui offre l’occasion de souffler un merci fragile alors qu’elle l’enroule un petit plus autour de son buste. Elle n’est pas dupe non plus, Melpomène. Elle sait que Caerwyn a vu au travers de ses frissons et qu’il voit parfaitement les fissures craquelant le masque qu’elle s’efforce encore de porter. Qu’il voit ses tremblements pour ce qu’ils sont, qu’il voit la faiblesse au fond de ses gestes et de ses mots. Et pour la première fois, cette pensée allume un filet de honte au creux de son estomac. Elle ne veut plus paraître faible, la Black. Elle a trop pleuré, trop souffert. Ses épaules se relèvent alors qu’elle se mord la lèvre inférieure, les traits un peu plus assurés que quelques secondes auparavant. La louve doit se reconstruire. Détruire ses fondations abimées pour en bâtir de nouvelles, cimentées de haine et de rancoeur. La louve doit se reconstruire et pour ça, elle a besoin du Lestrange à ses côtés - amants maudits teintants l’horizon de rouge. C’est cette unique pensée vengeresse qui lui donne le courage de serrer un peu plus ses doigts autour des siens et de planter ses orbes dorées sur le mur opposé au lit - incapable pour autant de le regarder dans les yeux lors de ses aveux. Mais tout le courage du monde ne suffit pas toujours et, pendant quelques longues secondes, c’est le silence qui retombe. Car si Melpomène est maintenant armée de la certitude de tout ce qu’ils ont perdu, elle ne l’a jamais dit à haute voix. Probablement une infime partie de son coeur espère t’elle encore que tout cela ne soit qu’un cauchemar. Une mauvaise blague du destin, une punition cruelle en châtiment de leurs sentiments. Un tour de jeu du diable en personne, un mauvais sort.

La louve cherche ses mots, évitant toujours soigneusement de croiser son regard. Les doigts toujours serrés autour des siens, probablement trop serrés. Par où commencer… Les mots se bousculent et s’étranglent à l’arrière de sa gorge, chaque minute de plus passée dans le silence passée à se battre contre elle-même. Les dernières couleurs disparaissent de ses joues alors qu’elle se décide enfin à parler, les mots se glissant mécaniquement entre ses lèvres livides. Le ton est rapide et bas, murmure précipité de celle que chaque mot écorche un peu plus. « Il y a quelque chose que je n’ai dit à personne. » avoue t’elle, ne se laissant aucune seconde de répit. Bien consciente qu’au moment où elle s’autorise enfin à se taire, elle risque de ne pas retrouver le courage de passer aux aveux. Une nouvelle larme roule le long de sa joue sans même qu’elle ne s’en rende compte, bien trop concentrée sur le destin qu’elle s’apprête à sceller. « Je… » murmure s’étouffant à la lisière de ses lèvres « je n’en étais pas sûre jusqu’à la pleine lune. » gagner du temps, même quelques instants. Gagner du temps avant la tempête. Elle se racle la gorge sans pour autant quitter le mur des yeux, toutes ses forces utilisées pour empêcher le masque de se briser complètement. La souffrance pourtant imprimée au creux de chacun de ses mots, peinte sur l’arc saillant de ses pommettes. La souffrance de son âme qui n’a pas cessé de pleurer depuis son retour au quartier général, la souffrance de son âme qui n’a pas cessé de hurler depuis ce jour du début du mois de mars. Et au moment où elle s’apprête à prononcer les mots fatals, c’est un sanglot qui s’échappe à la place de sa gorge nouée - le masque éclatant en éclat. Ses paupières se ferment alors que sa voix est à peine plus haute qu’un chuchotement, bercé ci et là de toutes les larmes qu’elle ne versera jamais. « J’étais enceinte Caerwyn. » Quatre mots pour un deuil de plus. Une mort de plus apposée au bas d’une liste macabre bordée de noir et de sang. Leur sang.


AIN'T NOBODY FUCKING WITH MY CLIQUE


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin
Parchemins :  659
Crédits :  lolitaes
 
Âge :  Trente ans
Sang :  Le sang pur, et une tradition à laquelle il ne compte pas déroger.
Allégeance :  Il porte la Marque des Ténèbres
Profession :  Ancien chef de la brigade magique
Ancienne école :  Serpentard

Priori Incantatem
am i free?: no
Inventaire:
code couleur: seagreen
http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t426-caerwyn-lestrange-let-me-wreck-you http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t416-caerwyn-lestrange
MessageSujet: Re: Say you won't let go (Melwyn - fb)   Lun 5 Juin - 21:12


Say you won't let go
Melpomène Black & Caerwyn Lestrange


Il la sentit reprendre le contrôle d'elle-même, avant de vaciller de nouveau. Il détestait la voir ainsi, si fragile, si faible. Melpomène n'était clairement pas dans son état normal, et il ne pouvait que supposer ce qu'elle avait pu vivre pour la briser ainsi. Chaque seconde lui faisait haïr Murdarov et ses sbires un peu plus. Il se vengerait de l'homme d'une façon ou d'une autre, et il avait déjà une petite idée sur comment s'y prendre. Mais chaque chose en son temps. Sa priorité, actuellement, était d'être auprès de Melpomène et de s'assurer qu'elle se relèverait de sa chute. Il ne pouvait se résoudre à la possibilité qu'elle soit définitivement perdue, que Grindelwald ait pu venir à bout d'elle, comme il avait déjà détruit tant de membres de leurs familles. Elle était bien plus forte que cela, et elle l'avait lui. Elle s'en sortirait.

Sa poigne se raffermit, lui écrasant les doigts, mais Caerwyn ne protesta pas. Il voyait sa mâchoire crispée et ses yeux résolument fixés ailleurs que sur son visage. Elle se battait, affrontant une vérité trop dure à accepter mais qu'elle ne pouvait ignorer plus longtemps. Son coeur se tordit d'appréhension en l'entendant souffler des mots précipités, en voyant les larmes apparaître sur ses joues. Le Lestrange n'avait aucune idée de ce qu'elle s'apprêtait à lui dire, il ne parvenait pas à former la moindre hypothèse, mais la peur le paralysait déjà. Quelque chose dans sa voix, dans ses gestes, lui hurlait sa souffrance, leur souffrance. Il tressauta au son de ses sanglots.

« J’étais enceinte Caerwyn. » Un instant, une douce chaleur vint s'installer dans son ventre, une caresse joyeuse à l'entente du mot. Il toucha du bout des doigts le bonheur, celui d'une famille, d'un avenir avec Melpomène. Il imagina l'enfant, son enfant, sa fierté. Jusqu'à ce qu'il comprenne que cela ne collait pas. Que Melpomène sanglotait, le visage tordu de douleur. Qu'elle ne lui avait pas annoncer être enceinte, mais l'avoir été. Tout se glaça, le bonheur se transformant en pics de glace qui lui perçaient le coeur et la chair. Il resta silencieux un long moment, le regard vide et le corps immobile, entendant à peine la respiration pénible de la Black. Puis il ferma les yeux, inspira profondément, et se leva. Il ne savait pas comment ses jambes pouvaient le supporter. Il ne savait pas comment il pouvait être encore capable de bouger. La douleur parcourait son corps, écrasante, puissante. Elle aurait dû l'anéantir, le clouer au sol. Il se laissa tomber contre le mur, appuyant son bras et son front sur la paroi froide, les paupières toujours closes. Sa main droite tremblait contre le mur, au même rythme que sa respiration. Petit à petit, sa peine se mua en colère et il frappa la pierre. Une fois. Deux fois. Encore et encore. Rien ne semblait apaiser la douleur dans son coeur, pas même les os brisés de sa main qu'il continuait d'écraser contre le mur à présent recouvert de son sang.

Elle avait été enceinte. Ils allaient avoir un enfant. Leur enfant. Un être dont ils avaient toujours rêvé sans même en parler. Un être qui symbolisait leur amour, qui leur promettait un avenir ensemble. Un être avec un peu d'elle et un peu de lui. Un héritier ou une fière guerrière. Et alors que Caerwyn hurlait sa peine, il voyait cette magnifique image se teinter de rouge. Il voyait son enfant lui être arraché. La grossesse n'était pas préméditée, mais ils l'auraient accueillie avec joie. Une fois de plus, Grindelwald leur avait arraché leur famille. Il avait tué leur avenir.

Aucune larme ne coulait sur son visage. On n'avait jamais appris au Lestrange à pleurer. Son bras ensanglanté reposait le long de son corps alors qu'il restait immobile, le front toujours posé contre le mur. Il s'était tu, enfin. Comme s'il avait abandonné le combat. Du déni à la colère, il était maintenant passé à l'acceptation. Mais croire qu'il pouvait enterrer sa haine et sa rage était trop optimiste. La vengeance, plus forte que jamais, était encrée sur sa peau. « Murdarov l'a tué. » Ce n'était pas une question. Il le savait. Il savait que c'était le chasseur. Caerwyn ouvrit des yeux brillants de rage. Il ne tuerait pas le Spaseni. Non, la mort était un châtiment bien trop agréable pour ce monstre. Il le ferait souffrir, encore et encore, jusqu'à ce que la vie n'ait plus aucun goût pour lui, jusqu'à le briser entièrement. Il le détruirait.

© ACIDBRAIN





Awards:
 
Revenir en haut Aller en bas


Melpomène Lestrange
bad moon rising
avatar
bad moon rising
En ligne
Parchemins :  3588
Crédits :  FRIMELDA (avatar), Okinnel (codage signature), Tumblr (gifs signature), Marge (gif profil)
 
Âge :  25 ans à se battre pour le pouvoir.
Sang :  Le sang des Black est pur, ode irrévérencieuse à la noirceur de leurs âmes, liquide vermillon qu'ils ne sauraient gaspiller. Sang royal où se mélange magie noire, ambition incontrôlée et soif de pouvoir.
Allégeance :  Marque des Ténèbres assumée, Melpomène fait partie des Mangemorts. Loyale servante depuis les premières heures de Voldemort.
Profession :  Melpomène travaillait autrefois à la morgue, embaumant derrière elle les secrets des siens. Aujourd'hui fugitive.
Ancienne école :  Poudlard dans une maison bordée d'émeraude - berceau de rencontres qui ont changé le cours de sa famille et qui ont façonné un destin aussi sombre que son patronyme.

Priori Incantatem
am i free?: no
Inventaire:
code couleur: #CF8C8C
http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t107-melpomene-child-of-the-night http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t77-melpomene-uprising
MessageSujet: Re: Say you won't let go (Melwyn - fb)   Mar 6 Juin - 9:10



say you won't let go


MELPOMENE & CAERWYN

15 MARS 1952

Malgré la douleur et malgré le vide lui déchirant la poitrine, Melpomène savait qu’elle s’en sortirait. Elle s’en sortirait parce qu’elle n’avait pas le choix, elle s’en sortirait pour lui. Pour elle. Pour tout ce qu’on leur avait volé. Pour toutes les vies perdues aux mains de l’Usurpateur. Pour sa famille, pour Helios, pour Aleksandr et pour Cain. Pour les Black. Pour la mémoire de Janus, et sans même s’en rendre compte - celle d’Abelin. Pour les Mangemorts. Alors, la louve se force. Les mots se fraient un chemin au delà de ses larmes, murmure hurlant toute sa haine. Et au moment où elle arrive enfin à se confesser, maigre pénitence de celle qui n’a pas su protéger leur destin, Melpomène trouve le courage de tourner les yeux vers lui. Assez longtemps que pour voir l’espoir se peindre au fond de ses orbes, assez longtemps que pour voir le bonheur flétrir lui aussi. La même flamme sur laquelle elle s’était brûlée, le même bonheur qu’elle avait caressé du bout des doigts des semaines durant. Le même bonheur qu’elle avait sacrifié bien malgré elle, la martyre funèbre jurant d’un jour se venger de ce qu’on lui a arraché. Les traits de Caerwyn se glacent alors qu’il se lève, emportant avec lui les dernières larmes de Melpomène. Le monde danse, flou derrière le miroir de ces perles qui ne coulent plus. Le monde disparait, noir derrière la douleur. Le poing de Caerwyn s’abat sur le mur de pierre alors qu’il hurle sa peine, sa colère en réponse à ses larmes abandonnées. Elle l’entend à peine, la Black. Le monde est lointain, ses sens submergés par le souvenir déchirant du sang souillant ses cuisses. Ce rouge qui teinte maintenant les murs, ce rouge qui bientôt teintera les champs d’Angleterre et de Bulgarie. Ce rouge qui jamais ne leur rendra un enfant mais qui, peut être, suffira à apaiser le feu de leurs veines pour un temps.

S’ils n’ont jamais ouvertement discuté de fonder une famille, une vie à deux avait toujours été un idéal partagé. Un futur touché du bout de leurs rêves, un futur caressé par leurs espoirs. Paradis éphémère transformé en Enfer. Et dans tout ses cauchemars le même diable, les traits du bulgare parodiés derrière le masque âcre. Ils auraient pu tout avoir. Une famille, un futur, un enfant. Un empire. Ils auraient pu tout avoir. Ils auraient dû tout avoir. Mécaniquement et sans même s’en rendre compte, Melpomène se lève d’un geste mal assuré. Le coton fin d’un habit de nuit suffisant à peine à cacher les derniers stigmates de sa captivité. Il y a des blessures que même la magie ne sait pas guérir, il y a des marques que seule les mystères du temps parviennent à estomper. Des coupures qu’aucune incantation ne pourra jamais refermer. Un pas après l’autre, démarche tremblante, Melpomène traverse les quelques mètres de brouillard qui semble la séparer du Lestrange immobile. Il a cessé d’hurler sa peine et sa main brisée pend le long de son corps, la Black s’arrêtant quelques instants pour fixer le sang sur le mur. Ce sang qu’elle ne veut plus oublier. Elle veut se souvenir de la douleur, Melpomène. Que ce soit celle de Caerwyn ou la sienne, elle ne veut plus jamais l’oublier afin que toujours elles alimentent le feu de sa haine et que plus jamais elle ne se sente si faible.

Elle se remet en route, parcourant d’un pas plus assuré les derniers centimètres les séparant. Elle vient se poser contre son dos, ses mèches ternies venant chatouiller son cou alors qu’elle pose le menton sur son épaule. « Murdarov l’a tué. » ce n’est pas une question et le silence de la Black suffit à confirmer ses certitudes. Le chasseur n’est pas le seul à l’avoir torturée. Les poings du Murdarov ne sont pas les seuls à être venus trouver son corps fatigué. Mais ils ont venus plus souvent que les autres, avec plus de force. Ils se connaissent assez que pour deviner leurs désirs de vengeance sans même avoir à les formuler. C’est hurlé au fond de son silence, c’est dessiné au fond de chacun de ses sanglots. Brûler l’Angleterre s’il le faut pour leurs têtes. Plus proche du loup que jamais alors que ses orbes dorées se ferment et que ses bras viennent se refermer autour de la taille du sorcier, le nez contre sa peau. « On se vengera. » murmure, promesse coulant le long de son cou. De Murdarov, du régime. Des Lux. De tout ceux ayant un jour pensé les détruire. Et si son corps la trahit pour le moment, lutte de chaque seconde pour rester immobile derrière lui, elle retrouvera ses forces Melpomène. Pour leur vengeance si ce n’est pour le reste. Un mois durant, le bulgare lui avait répété qu’elle n’était qu’un monstre. Un mois durant, on lui a arraché son coeur. Ses forces. Sa dignité, son futur. Ses rêves. C’est au coeur du silence retombant doucement - lourd de sens - que la Black se fait une promesse. Celle de montrer au Murdarov et aux Spasenis que les monstres ne vivent pas que sous la lune. Que la femme peut être aussi monstrueuse que la bête.

Est-ce comme ça que naissent tout les serpents, le coeur écrasé par la douleur et l’âme offerte sur les rives du Styx ?


AIN'T NOBODY FUCKING WITH MY CLIQUE




Dernière édition par Melpomène Black le Mar 6 Juin - 11:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin
Parchemins :  659
Crédits :  lolitaes
 
Âge :  Trente ans
Sang :  Le sang pur, et une tradition à laquelle il ne compte pas déroger.
Allégeance :  Il porte la Marque des Ténèbres
Profession :  Ancien chef de la brigade magique
Ancienne école :  Serpentard

Priori Incantatem
am i free?: no
Inventaire:
code couleur: seagreen
http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t426-caerwyn-lestrange-let-me-wreck-you http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t416-caerwyn-lestrange
MessageSujet: Re: Say you won't let go (Melwyn - fb)   Mar 6 Juin - 9:49


Say you won't let go
Melpomène Black & Caerwyn Lestrange


Caerwyn le savait au plus profond de lui, rien ne lui ramènerait ce qu'il avait perdu. Il pouvait hurler, s'effondrer ou se venger, cela ne lui rendrait ni son enfant, ni Abelin, ni les autres. Mais la peine surpassait la raison et il ne voyait plus que par le spectre de la vengeance. Il voulait faire souffrir autant qu'il souffrait. Il voulait que leurs bourreaux payent pour tout le mal qu'ils leur faisaient. Ils l'avaient su dès le départ que s'engager auprès de Voldemort ne serait pas sans danger. Ils avaient été prêts à tout accepter, les risques comme la gloire. Et si cela était à refaire, ils n'hésiteraient pas une seule seconde, Caerwyn le savait. La marque encore fraîche sur son avant-bras ne donnait plus de place au doute.

Il sentit le corps de Melpomène venir se blottir contre son dos. Son odeur et sa chaleur l'apaisèrent juste assez pour qu'il reprenne ses esprits, la douleur dans sa main maintenant presque aussi forte que celle de son coeur. Elle était là. Elle était là et c'était tout ce qui comptait. Ils leur avaient ôté un enfant, mais pas leur vie, leurs espoirs et leur détermination. Ils pouvaient dépouiller leur famille mais ils ne viendraient pas à bout de leur amour. « On se vengera. » Le Lestrange se retourna, appuyant son dos contre le mur pour la serrer contre lui de son bras valide. Il déposa un baiser sur son front avant de la laisser cacher son visage dans sa poitrine. Elle pouvait se reposer sur lui, toujours. Il sentait son coeur battre et ferma les yeux pour savourer le retour de cette mélodie. La dernière fois qu'il avait eu le droit de l'entendre, c'était en s'endormant contre sa poitrine nue après lui avoir prouvé son amour. C'était, pensa-t-il avec un pincement au coeur, lorsqu'ils avaient conçu cet enfant qu'ils pleuraient aujourd'hui.

Doucement, il leva son bras blessé, et utilisa sa main brisée pour caresser ses cheveux. Son sang coulait sur la peau pâle de Melpomène, mais ni lui ni elle ne s'en souciaient. La Black avait toujours été belle ornée du sang des autres. Il n'y avait que son sang à elle que Caerwyn se refusait à voir sur son visage. Quand l'un montrait sa force de guerrière, l'autre trahissait sa faiblesse d'humaine. Mais son sang à lui, elle le méritait. Son sang, leur sang. Un jour, ils ne feraient qu'un. Un jour, il lui offrirait la famille dont elle rêvait. « Plus jamais je ne te laisserai partir loin de moi. » promit-il. Il ne pouvait revivre le cauchemar de ce dernier mois, ni même la douleur de la séparation de ces années à se cacher. Il ne pouvait plus. Ils avaient trop souffert pour pouvoir reprendre leur vie telle qu'elle était avant tout cela. Il se fichait bien de l'avis des autres et de la bienséance. Ils étaient des fugitifs. Il était le chef de son propre clan. Plus personne ne pouvait se mettre en travers de son chemin, pas même Helios ou Morgana. Caerwyn ne les laisserait pas le séparer de Melpomène. Plus jamais.

« Épouse-moi. »

© ACIDBRAIN





Awards:
 
Revenir en haut Aller en bas


Melpomène Lestrange
bad moon rising
avatar
bad moon rising
En ligne
Parchemins :  3588
Crédits :  FRIMELDA (avatar), Okinnel (codage signature), Tumblr (gifs signature), Marge (gif profil)
 
Âge :  25 ans à se battre pour le pouvoir.
Sang :  Le sang des Black est pur, ode irrévérencieuse à la noirceur de leurs âmes, liquide vermillon qu'ils ne sauraient gaspiller. Sang royal où se mélange magie noire, ambition incontrôlée et soif de pouvoir.
Allégeance :  Marque des Ténèbres assumée, Melpomène fait partie des Mangemorts. Loyale servante depuis les premières heures de Voldemort.
Profession :  Melpomène travaillait autrefois à la morgue, embaumant derrière elle les secrets des siens. Aujourd'hui fugitive.
Ancienne école :  Poudlard dans une maison bordée d'émeraude - berceau de rencontres qui ont changé le cours de sa famille et qui ont façonné un destin aussi sombre que son patronyme.

Priori Incantatem
am i free?: no
Inventaire:
code couleur: #CF8C8C
http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t107-melpomene-child-of-the-night http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t77-melpomene-uprising
MessageSujet: Re: Say you won't let go (Melwyn - fb)   Mar 6 Juin - 18:50



say you won't let go


MELPOMENE & CAERWYN

15 MARS 1952

Ils avaient tous tant perdu pour le Lord, Caerwyn et Melpomène peut être plus encore que quiconque. Certains avaient laissé derrière eux leur famille et leur vie, d’autres avaient perdu père ou mère. Tous pour la même marque, tous pour le même maître. Tous pour les mêmes idéaux. Elle respire dans son cou alors qu’elle glisse sa promesse macabre contre sa peau. Bien maigre onguent à appliquer sur leurs plaies encore béantes. Le Lestrange se retourne, son bras valide enserrant ses hanches. Pour la première fois, Melpomène remarque la marque ornant à présent son avant-bras, elle qui n’a pas encore eu l’occasion d’y porter attention. Elle voudrait sourire. Elle voudrait sourire parce qu’elle a passé des années à attendre de voir l’encre noire décorer sa peau. Elle voudrait sourire mais rien ne vient insuffler vie à ses lèvres, moue froncée alors que des orages de douleur et de haine font toujours rage au fond de ses mers dorées. Un baiser déposé sur la peau laiteuse de son front avant qu’elle ne laisse glisser son visage vers ses épaules. Les secondes passent lentement alors que le silence les enveloppe de nouveau, réparateur à présent. Rien ne leur rendra jamais le bout de coeur qui leur a été arraché. Ni le temps ni le sang ne suffiront jamais à étouffer la soif de vengeance brûlant leurs gorges et leurs poumons. Les trois mots de sa vengeance écrits partout sur son âme, éclipsant le reste. S’il lui restait encore quelques lambeaux de compassion, son mois de captivité avait suffit à transformer le concept en un souvenir. Les yeux fermés, Melpomène prend enfin le temps d’apprécier la sensation familière de son corps contre le sien. L’odeur de sa peau. Le battement de son coeur blessé.

La louve écarte son visage de son cou en le sentant bouger doucement, sa main blessée venant caresser le noir de ses cheveux. Quelques perles grenats viennent teindre l’opale de sa peau de rouge sans que cela ne fasse réagir la Black - après habituée à voir sa peau se peindre du sang des autres. Le loup lui a apprit à aimer le cuivre d’une robe sanglante. Le filet coule de sa tempe à son menton, peinture délicate entre les cicatrices. Les stigmates de la lune et des bulgares mélangés en un seul dessin, la fierté et la honte côte à côte, toutes deux à jamais imprimées sur son corps. « Plus jamais je ne te laisserai partir loin de moi. » je ne veux plus jamais partir, lui répond t’elle sans même avoir à le dire. S’il y a bien une chose que Melpomène ne veut plus, c’est se cacher. Pas alors qu’elle n’a plus rien à perdre. Pas alors qu’elle a déjà tant sacrifié. Peu importe à présent que le sang de Morgana ne les relie. Peu importe à présent les qu'en-dira-t-on et les règles de bonne conduite. Ils ne seront ni les premiers ni les deniers à briser les interdits, le sang toujours plus pur. Amour vicié scanderont certains, vicié souffleront d’autres. Elle a l’habitude des murmures, Melpomène. Elle que les médisances poursuivent depuis tant d’années. Nom de famille raillé depuis la montée au pouvoir de Grindelwald, mensonges profanés à chacune de ses sorties en compagnie d’Helios.

« Épouse-moi. »

La louve ne peut empêcher la surprise de venir fissurer le masque, donnant à ses traits fatigués un mélange de bonheur et d’incrédulité. Elle ne sait pas quoi dire, Melpomène. Elle ne sait pas quoi dire face à cette question qu’elle semble avoir attendu toute sa vie. La promesse d’un futur à deux, la promesse d’une famille à construire sur les cendres de leurs ennemis. La promesse d’une vie à partager, encore et encore. Pour toujours. Son sang lié au sien sans que plus jamais on ne puisse les séparer. Son nom lié au sien afin qu'il puisse commencer à écrire leur histoire. Une histoire de puissance et de grandeur, écrite à l'encre vermeille. Incapable de s’exprimer correctement, c’est d’un baiser qu’elle vient marquer son accord. Ses lèvres trouvent les siennes pour la première fois depuis un mois, faisant un pas de plus vers lui alors que ses doigts viennent prendre son visage en coupe et que son corps fin se presse contre le sien. Elle lui compte des dizaines de oui du bout de langue, lui dépose milles et uns évidemment au creux des lèvres. Elle ne pense à personne d’autre qu’à lui alors qu’elle ne peut retenir un sourire de venir éclairer ses traits froissés par la peine, le front posé contre le sien. Elle ne pense pas à Abelin, pas à Morgana. Pas à Helios. Pas à tout ce qui pourrait encore se mettre au milieu de ce chemin qu’ils s’apprêtent à tracer à deux. Elle ne pense à rien d’autre qu'à la chaleur qui semble venir éclairer les ténèbres, rayon de soleil au milieu de la nuit. Au milieu de la douleur se peint le bonheur. Au milieu de l’abysse se profile le salut.

Eux contre le reste du monde.

« Madame Lestrange (...) » murmure t’elle du bout de ses lèvres rieuses, plus pour elle que pour lui, en appréciant chacune des sonorités « (...) pour toujours. » euphémisme pour avouer que c'est là tout ce qu'elle a toujours voulu. Le patronyme ayant entre ses lippes un goût d’éternité alors qu'elle l'embrasse de nouveau, ses doigts s'enroulant autour de ses cheveux. Bientôt, il sera à elle - officiellement, entièrement. Après toutes ces années passées à s'aimer dans l'ombre, après toutes ces années passées à mentir et à ruser. La réalité rampe cependant entre la louve et le bonheur, dernier nuage devant les flammes qu’il a réussi à rallumer au fond de son coeur. Une grimace vient teinter son sourire alors que ses sourcils se froncent d’une inquiétude sincère, ses orbes trouvant les siennes une fois de plus - « Il va falloir l’annoncer à Abelin et Morgana. » perspective qui n’enchante pas particulièrement la sorcière. S'il y a bien quelque chose que la louve a toujours redouté à demi-mots, c'est bien le rejet de la matriarche - plus encore peut être que celui de son père ou de son frère.


AIN'T NOBODY FUCKING WITH MY CLIQUE


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin
Parchemins :  659
Crédits :  lolitaes
 
Âge :  Trente ans
Sang :  Le sang pur, et une tradition à laquelle il ne compte pas déroger.
Allégeance :  Il porte la Marque des Ténèbres
Profession :  Ancien chef de la brigade magique
Ancienne école :  Serpentard

Priori Incantatem
am i free?: no
Inventaire:
code couleur: seagreen
http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t426-caerwyn-lestrange-let-me-wreck-you http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t416-caerwyn-lestrange
MessageSujet: Re: Say you won't let go (Melwyn - fb)   Jeu 29 Juin - 9:37


Say you won't let go
Melpomène Black & Caerwyn Lestrange


« Épouse-moi. »

Les mots étaient sortis seuls, sans qu'il ne prenne le temps d'y réfléchir. Mais en avait-il réellement besoin ? Cette réalité qu'il lui offrait était si évidente. Ils avaient attendu tant d'années pour la voir se réaliser. C'était la suite naturelle, le seul chemin à emprunter. Pour une fois dans sa vie, Caerwyn parlait avec son coeur et non avec sa tête. Il l'aimait, plus qu'il n'aimerait jamais personne. Melpomène était sa vie et il n'avait de meilleur moyen de le clamer haut et fort au reste du monde qu'en prenant sa main. Elle seule se tiendrait à ses côtés, pour l'éternité.

Il vit la surprise dans ses yeux. Elle ne s'y attendait pas Melpomène. C'était un rêve caché, un désir qu'ils avaient toujours partagé sans jamais en dire un mot. C'était leur souhait le plus cher, et ils n'avaient jamais osé totalement y croire. Mais Caerwyn venait de le rendre réalité, et enfin l'éclat de vie se ralluma dans les orbes dorées de sa bien-aimée. Il la retrouvait un peu, vivifiée par la perspective d'un avenir, par la promesse de la vie qui continuait son cours malgré les épreuves. Il lui faudrait du temps pour guérir, pour oublier la torture, la solitude, la perte d'un enfant. Mais il lui offrait une main tendue vers des moments plus doux, des moments d'amour et de joie, et une famille. Leur famille. Lui, elle. Des enfants, il l'espérait. Tous unis sous la même bannière, tous du même sang. Une chimère qui deviendrait réalité.

Il accueillit son accord avec un sourire, la serrant plus fort contre son corps pour répondre à son étreinte. Ses baisers, comme tout le reste, lui avaient atrocement manqué. Il entendait chacune de ses déclarations dans ses soupirs et y répondait par autant de caresses passionnées. Il sentait la louve qui se réveillait en elle, qui lui insufflait la force de continuer, la force de vivre. Elle était une battante, Melpomène, une vraie guerrière. Quiconque aurait subi ce par quoi elle était passée n'aurait pu se relever. Mais elle le pouvait. Car elle était une Black, car elle était une Lestrange. Elle partageait le sang de deux familles qui continuaient de se battre quels que soient les coups qu'on leur assénait. Elle survivrait. Avec lui. Ensemble.

« Madame Lestrange, pour toujours. » Il admira le faible sourire qui étirait ses lèvres, ravivant quelque peu son visage fatigué. C'était lui, lui et lui seul, qui avait su remettre un peu de couleur sur sa peau. Il pouvait lire dans son regard à quel point il la rendait heureuse, sans doutes autant qu'elle le comblait de bonheur. Personne, à cet instant, n'aurait pu douter de leur amour. Ils étaient faits l'un pour l'autre, c'était inéluctable. Il répondit à son baiser avec tendresse, un sourire aux lèvres. « Madame Lestrange... tu es la seule digne de porter un tel nom. » Il n'y aurait plus de Moira ou autre imposture qui croyait pouvoir prétendre à son affection. La vérité sonnait enfin. Ce serait elle, Melpomène, pour toujours et à jamais.

Trop rapidement, le sourire se changea en grimace. « Il va falloir l’annoncer à Abelin et Morgana. » Ce fut comme un coup en plein estomac. La bulle de bonheur dans laquelle ils se trouvaient explosa, et la réalité les rattrapa instantanément. Soudain, Caerwyn sentit la douleur dans sa main droite, l'odeur âcre du sang, mais surtout la déchirure du deuil de tant de personnes perdues. Son visage se ferma. Il devait le lui dire, il devait lui apprendre la nouvelle. Mais Melpomène avait souri. Melpomène avait eu cette lueur d'espoir pour la première fois en plusieurs jours. Il ne pouvait se résoudre à tuer la flamme aussi précipitamment. La réalité attendrait encore un peu. Il fallait qu'elle guérisse, il fallait qu'elle nourrisse cet espoir, qu'elle le rende assez fort pour résister au prochain coup.

Doucement, il la raccompagna vers son lit et la fit s'asseoir. Il fit ensuite venir un mouchoir d'un coup de baguette et s'appliqua à laver son visage avec tendresse avant de nettoyer et d'améliorer l'état de sa main au meilleur de ses capacités. Puis il se leva, l'abandonnant un instant pour se diriger vers la coiffeuse où il savait qu'elle conservait ses biens les plus précieux. Il ramassa le petit boîtier qu'il reconnaissait entre tous, celui qu'elle cachait le mieux. Délicatement, il vint accrocher le bracelet autour de son maigre poignet. Le bijou pouvait enfin briller sans craintes. C'était la seule marque de fiançailles qu'il pouvait lui apporter à cet instant. Il aurait à se rendre au manoir Lestrange pour récupérer son héritage, les bijoux de sa famille, mais cela était encore trop risqué. Les plus précieux se trouvaient à Gringotts, mais y aller relèverait du suicide. « Demain. » répondit-il enfin.

Il lui dirait demain. Il lui avouerait la vérité demain. Ce soir, il voulait qu'elle puisse savourer son bonheur, leur bonheur. Juste une nuit de paix avant de replonger dans le chaos et la guerre. Il caressa sa joue et vint voler un baiser sur ses lèvres. « J'ai si hâte de pouvoir t'appeler ma femme. » avoua-t-il dans un souffle. Elle serait bientôt sienne, et il serait sien. Ensemble pour l'éternité.

© ACIDBRAIN





Awards:
 
Revenir en haut Aller en bas


Melpomène Lestrange
bad moon rising
avatar
bad moon rising
En ligne
Parchemins :  3588
Crédits :  FRIMELDA (avatar), Okinnel (codage signature), Tumblr (gifs signature), Marge (gif profil)
 
Âge :  25 ans à se battre pour le pouvoir.
Sang :  Le sang des Black est pur, ode irrévérencieuse à la noirceur de leurs âmes, liquide vermillon qu'ils ne sauraient gaspiller. Sang royal où se mélange magie noire, ambition incontrôlée et soif de pouvoir.
Allégeance :  Marque des Ténèbres assumée, Melpomène fait partie des Mangemorts. Loyale servante depuis les premières heures de Voldemort.
Profession :  Melpomène travaillait autrefois à la morgue, embaumant derrière elle les secrets des siens. Aujourd'hui fugitive.
Ancienne école :  Poudlard dans une maison bordée d'émeraude - berceau de rencontres qui ont changé le cours de sa famille et qui ont façonné un destin aussi sombre que son patronyme.

Priori Incantatem
am i free?: no
Inventaire:
code couleur: #CF8C8C
http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t107-melpomene-child-of-the-night http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t77-melpomene-uprising
MessageSujet: Re: Say you won't let go (Melwyn - fb)   Mar 4 Juil - 22:46



say you won't let go


MELPOMENE & CAERWYN

15 MARS 1952

Le futur qui se dessine devant eux brille au fond des yeux de la Black comme une bougie au beau milieu de la nuit. Comme un phare en pleine tempête, perspective rassurante et promesse d’un lendemain moins noir et moins douloureux. La surprise teinte ses traits quelques minutes, souffle de vie sur sa peau pâle. Le fantôme reprend brièvement des couleurs, retrouvant ses atours humains le temps d’un battement de coeur. Le mariage. Ils n’en ont jamais parlé avant aujourd'hui et, pourtant, l’idée s’impose comme une évidence. Le mariage. Elle n’a même jamais osé y penser, Melpomène. Persuadée depuis longtemps que la bague qui viendrait un jour orner son doigt tiendrait plus de la prison que de la déclaration. Elle n’a jamais osé envisager se marier par amour, la louve. Ce n’est pas comme ça qu’on l’a élevée. Dans son monde, fait de sang et de pouvoir, les princesses n’ont généralement pas le droit au prince charmant.

Et pourtant.

Et pourtant, le sourire qui étire ses lèvres a tout d’un songe. Elle accepte, Melpomène. Elle accepte sans même y réfléchir, laissant - une fois n’est pas coutume - s’exprimer son coeur. Elle accepte sans même y penser tant cela semble naturel. Elle n’a pas besoin de temps pour savoir que c’est ce qu’elle veut, pas besoin de temps pour se rendre compte qu’il s’agit là du futur dont elle a toujours rêvé. Elle scelle leur destin d’un baiser, venant trouver ses lèvres dans un geste étonnamment tendre à la tendresse inhabituelle. A cette étreinte se succède des dizaines d’autre caresses, les doigts de la louve parcourant avec douceur la courbe de son visage. Melpomène ferme les yeux quelques instants, comme pour profiter de la sensation de sa peau sous ses paumes. Comme pour ne jamais oublier la chaleur soufflant sur son âme, soupir de lumière au beau milieu de la tempête.

« Madame Lestrange... tu es la seule digne de porter un tel nom. » elle lui répond d’un léger rire, un sourire lointain venant habiter ses lippes quelques instants alors qu’elle se remémore le corps froid de Moira. Leurs sentiments l’un pour l’autre étaient loin d’être nouveaux et le souvenir du premier mariage du Lestrange était une cicatrice de plus sur son coeur caduque. Elle se souvenait parfaitement de la cérémonie et de la colère viciée de tristesse qui avait alors tordu ses veines. Elle en avait alors voulu au monde, Melpomène. Sa colère s’était d’abord dirigée sur Abelin et Caerwyn, complices de la douleur agitant son estomac. Colère aveugle de celle qui savait pourtant déjà à l’époque que, dans la vie, on épouse pas toujours qui l’on veut. Les semaines faisant leur oeuvre, la colère de la louve s’était alors mue en un plan macabre: si le Lestrange n’avait su éviter le mariage, la malheureuse n’était pas éternelle. L’épouse Avery sacrifiée sur l’autel d’un amour interdit. Depuis la mort de Moira, la princesse n’avait cessé de redouter en silence le moment où Caerwyn serait de nouveau enlevé à ses baisers.

Mais le bonheur n’est que de courte durée et les nuages ne tardent pas à revenir devant ses yeux. Melpomène n’a pas l’habitude de rêver. Les étoiles disparaissent des orbes de la princesse alors que deux noms s’imposent à l’arrière de sa langue. Abelin et Morgana. « Il va falloir l’annoncer à Abelin et Morgana. » Le frère et la soeur, peut être peu enclins à voir leurs enfants s’abandonner l’un à l’autre. Elle n’est pas prête, la Black. Pas prête à voir la déception pointer au fond des billes de son modèle, pas prête à perdre sa mère si peu de temps après son père. Le visage de Caerwyn se ferme et les sourcils de la louve se froncent. Quelque chose cloche. Elle le connait cependant assez bien que pour savoir qu’il ne lui dira rien pour le moment. Habituellement, Melpomène l’aurait poussé, houspillé jusqu’à ce qu’il ne crache le morceau - caprice ridicule de celle qui n’aime pas les secrets. Mais sa capture n’est qu’encore trop récente et la fatigue adoucit ses excès. Patience toute temporaire.

Il la raccompagne doucement jusqu’à son lit et la princesse abimée obtempère sans protester. La Black frissonne légèrement alors que son cousin s’applique à essuyer le sang rougissant ses joues. Elle fronce les sourcils alors qu’il tente d’améliorer l’état de sa main. Trop occupée jusque là par le désir de vengeance lui rongeant les entrailles, trop occupée jusque là par le bonheur ayant momentanément regonflé son coeur que pour se rendre compte de l’ampleur des dégâts. Probablement est-elle encore dans un état second, Melpomène. L’esprit entre le quartier général et les murs de sa cellule. Ses rêves perdus quelque part entre ses os brisés et le sang séché sur le mur. Il se lève et l’abandonne un instant, la louve en profitant pour se caler contre la tête de lit - masquant ainsi une grimace de douleur à Caerwyn. Elle ne veut pas qu’il la voit souffrir, pas alors que sa fierté la rattrape au galop. Trop de gens l’ont déjà vu détruite. Il sort un petit boîtier de sa coiffeuse, la Black reconnaissant le velours sombre entre tous. Elle aurait pu la dessiner les yeux fermés. Il revient auprès d’elle en quelques enjambées, venant accrocher l’or autour de son poignet encore recouvert d’hématomes. Melpomène esquisse un sourire triste alors que ses doigts viennent caresser le bracelet. Aujourd’hui, il peut enfin briller autre part que dans le secret d’une chambre fermée au clé. Demain, elle pourrait enfin le porter avec fierté.

« Demain. » la louve relève sur son promis une bille suspicieuse. C’est écrit partout sur son visage qu’elle se doute de quelque chose mais elle ravale ses protestations, esquissant cependant une moue mécontente. Elle est capricieuse, Melpomène. Et elle n’aime pas que l’on refuse de répondre à ses questions. Mais elle n’insiste pas, obéissant à une instinct lui intimant de ne rien presser. Pas aujourd’hui. Pas maintenant. Pas alors qu’ils venaient de se promettre l’un à l’autre. Pas alors qu’ils avaient encore à faire le deuil d’un futur qu’ils commençaient à peine à construire. Pas alors qu’il leur restait tant de chemin à parcourir. « J'ai si hâte de pouvoir t'appeler ma femme. » - un sourire volé aux ténèbres - « Et moi donc. » lui glisse t’elle du bout des lèvres alors que l’une de ses mains vient se caler dans son cou. Son front se pose contre le sien dans un soupir alors que ses lippes viennent trouver les siennes avec une avidité aussi soudaine qu'assumée. Au milieu de la mort, c’est sous baisers qu’elle se sent enfin de nouveau en vie. Quelques heures de répit dans ses bras avant d'être confrontée à la vie. Quelques heures loin du monde.

La nuit peut bien mourir et les soupirs peuvent bien s'éteindre, Melpomène sait à présent qu'elle se relèvera. Plus dure, plus sombre qu'auparavant.
La nuit peut bien mourir, la Black sait à présent qu'elle sera prête au moment où le jour se lèvera enfin.


AIN'T NOBODY FUCKING WITH MY CLIQUE


Revenir en haut Aller en bas
 
Say you won't let go (Melwyn - fb)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Let me have you for a while ♦ Melwyn

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: