Soutenez le forum
Votez pour M&M sur les top-sites et faîtes passer le mot!
Bazzart - PRD.
Ecoulement du temps
Nous sommes actuellement en juillet 1952
Cinquième version du forum
On vous donne rendez-vous ici pour vous tenir au courant des dernières nouveautés!
Intrigue n°4
Venez vous faire entendre au Ministère, au Chemin de Traverse ou à Poudlard.

 | 
 

 Unsteady (Nikolai)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Admin
Parchemins :  88
Crédits :  FRIMELDA (avatar), ASTRA (code signature), tumblr (gifs)
 
Âge :  23 chapitres cornés.
Sang :  Carmin à la pureté salvatrice, le bleu de son sang est le dernier salut de la bâtarde.
Allégeance :  Grindelwald, par commodité plus que par conviction.
Profession :  Secrétaire au département de la justice magique, pantin mécanique au minois désemparé. Peintre de croûtes chimérique, la vie et le deuil s'emmêlent sur ses toiles macabres. Empoisonneuse pour le régime du bulgare.
Ancienne école :  Durmstrang.

Priori Incantatem
am i free?: yes
Inventaire:
code couleur: #47A293
MessageSujet: Unsteady (Nikolai)   Dim 9 Juil - 23:10




unsteady


LADA & NIKOLAI

NOEL 1936 - SOFIA

Les jambes de la gamine tremblent et s’agitent alors que les mains d’Olga tirent, pincent et tapotent. La nourrice tente d’insuffler l’apparence de la vie sur les joues de la fillette tout en tirant ses épais cheveux noirs en une longue natte corbeau. La poupée grogne et proteste alors que la vieille femme grommelle, mécontente. « Vous auriez pu faire un effort, Lada - » reproche t’elle du bout des lèvres - « Votre père va arriver d’une minute à l’autre et vous ressemblez à une sauvageonne. » assène t’elle avec tendresse, tentant tant bien que mal de dompter les mèches rebelles de la gamine agitée. Elle ne ressemble pas aux autres petites filles, Lada. Là où les filles de bonne famille arborent joues rosées et robe confectionnée sur mesure, la petite Karkaroff a le teint transparent. Ses longs cheveux noirs tombant en rideau le long de son visage en coeur ne faisant qu’accentuer l’aspect fantomatique de sa silhouette menue. Ses genoux cagneux claquent l’un contre l’autre alors qu’elle se relève d’un bond pour courir vers le fauteuil, entraînant à sa suite la nourrice exaspérée par son comportement.

Midi s’apprête à sonner et, déjà, quelques chants de Noël peuvent être entendus au loin par la fenêtre entrouverte. Noël n’est plus que dans quelques jours et les rues de Sofia ont revêtu leurs parures festives, Olga ayant tenté d’égayer ci et là le petit appartement de l’une ou l’autre décoration. Des efforts qui passent bien au dessus de la petite fille, la gamine s’était contentée de grogner lorsque sa nourrice lui avait mis des branches de sapin sous le nez. Elle n’est pas drôle, Lada. L’Ukrainienne ne rigole que rarement, ses sourires se faisant eux aussi rares. La fillette passait, au final, le plus clair de son temps prostrée ci et là avec un bouquin. Des livres pour enfant en bulgare dont elle s’appliquait à déchiffrer les mots, son ours en peluche fermement serré contre elle. C’est la nuit, étonnement, que la Karkaroff ressemblait le plus à une enfant de son âge. Il fallait alors la câliner, lui compter des histoires et des promesses. Le fantôme finissait d’ailleurs la plupart de ses nuits dans le lit d’Olga, blottie contre son dos, quelques larmes roulant encore contre ses joues. « Ce n’était qu’un cauchemar » lui promettait alors la figure maternelle, faisant glisser ses doigts contre sa peau de porcelaine. Elle savait très bien, Lada, qu’il s’agissait là d’un mensonge. La silhouette de sa mère, pieds flottant au dessus du sol, n’avait rien d’un mauvais rêve. Il y avait juste assez d’horreur au milieu de ses souvenirs pour la réveiller en pleine nuit, hurlant, pleurant ou tremblant. Le jour suffisait alors à chasser ses démons de petite fille, la gamine retrouvant avec le lever du soleil ses atours renfrognés.

Ses talons claquent contre le parquet, Olga terminant de nouer un ruban dans ses cheveux. Ses chaussures viennent d’être cirées, ses vêtements rapiécés. Grimée en petite fille modèle, la bâtarde est censée attendre son père. Son père. Un concept étrange qui n’a pas encore vraiment fait son chemin sous la peau de l’orpheline. Elle a perdu sa mère: son monde s’arrête là et la fillette a encore bien du mal à concevoir les choses autrement. Mais Olga lui répète encore et encore: « ton père va bientôt arriver ». Mais les mots sont étrangers et tout cela ne veut rien dire pour Lada. Nikolai Karkaroff. L’homme est déjà venu les voir plusieurs fois lors de l’année écoulée, chacune de ses visites mettant la vieille bulgare dans tout ses états. Lada et l’appartement étaient alors récurés des pieds à la tête - du sol au plafond - pour faire bonne impression. A chacune de ses visites, la méfiante trouvait au creux du visage de l’inconnu quelques traits communs. Car si Lada était le portrait craché de Tatjana, il y avait un peu de Nikolai au fond de ses traits. Un nez retroussé, un air hautain.

La cloche de l’entrée retentit, mettant fin sans sommation au cirque animant la petite pièce à vivre de l’appartement. Lada se laisse tomber sur l’une des chaises de bois, Olga prenant le temps de siffler un « Tenez vous droite ! » dans la direction de la bâtarde avant de se ruer vers la porte. La gamine fixe le mur, les mains tordues sur ses cuisses. Mal à l’aise avant même que l’homme n’ait franchi le pas de la porte.


corpse roads.
Revenir en haut Aller en bas
 
Unsteady (Nikolai)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» The Detroit News
» Nicholai Ginovaef
» 6 Novembre
» NE PAS SUPPRIMER ★ Sankyuu
» Parfois, il suffit seulement d'un regard [Mozenrath/Nikolai]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: