Soutenez le forum
Votez pour M&M sur les top-sites et faîtes passer le mot!
Bazzart - PRD.
Ecoulement du temps
Nous sommes actuellement en septembre 1952
Sixième version du forum
On vous donne rendez-vous ici pour vous tenir au courant des dernières nouveautés!

 | 
 

 Absolutum dominium ϟ Alistair de Navars

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Absolutum dominium ϟ Alistair de Navars   Ven 15 Juil - 22:56

Alistair Piotr de Navars
petite citation


A little taste of magic on your lips
▲ Nom :  Soupçon de noblesse extirpés aux affres de la barbarie. Élan d'allégresse arraché aux mondes des féeries.  Parfums corsés, épicés, des prémices de la fin d'une rêverie déjà étiolée au fil des années. Poussières soufflées aux quatre vents, dispersées, disséminées, oubliées. Les de Navars sont de ceux là, de ceux que l'on connaît sans pouvoir s'en souvenir, de ceux que l'on aime à oublier pour mieux s'en prévenir.
▲ Prénom :  Les tambours alors battent, et battent encore, se font la mesure dissonante, discordante, de leurs pas au cœur des forêts. Demeure perchée entre deux cimes, déambulant entre les nuages, il n'en restait que le voile palpable transis des cris de quelques agonies. Pas perdue sous les voiles de Séléné, noyés des incertitudes fauves que fécondent la nuit, habités des créatures funestes qui en montrent les crocs. Sir. Monsieur. Gospodin. Alistair. Qu'importe le nom qu'on lui donne, soufflant l'hérésie d'une âme éperdue entre les vagues de la réalité.
▲ Date et lieu de naissance : Réalité somme toute viciée de quelques rêveries cauchemardesques, fantasmes teintés de ses écarlates pensées. Trente sept années qui font leurs rondes et dansent sur les tombes de ses espérances, creusant un peu plus le trou dans lequel il s'est lui-même jeté. Vautré dans l'obscurité, les regards luisants sous la neige tombante d'un hiver qui le recouvre, il se laisse submerger par le temps qui passe et le dépasse. Il est de ces enfants de la nuit que la Bulgarie sait porter aux nus, un de ces danseurs de Sofia qui s'échinent à chanter et à tourner sur les comptines de l'hiver qui se meurt. C'est un enfant de l'été, né au pourpoint des soleils renaissants, éclos sous l’orée de ces jours qui s'allongent et se meurent à la fois dans l’éphémère de leurs courses.
▲Nature du sang : Plongeon perpétuel, immuable, et inviolable qui le fait sombrer dans la réminiscence d'un passé pas si lointain.  Animal aux regards émeraudes qui rôde entre les arbres et se tapis dans les ombres des ombres. Le voilà le loup qui effraie les enfants et fait naître le frisson au creux des chairs alanguies. Métaphore curieuse d'un danger qui se tapit au creux des esprits le plus viciés, bien loin des idéaux d'innocence naguère contés, pourtant il n'est pas de ces ennemis aux sangs chauds, pas de ceux que l'on targue d'être impropre bien moins encore de ces autres qui se vantent d'être parfait.
▲Profession : Perfection biaisée, viciée de quelques lassitudes qui prennent à cœur pour mieux écœurer et pour mieux fendre les âmes de quelques desseins malaisés. Destins curieux, fatalité dépeinte avec amertume, il n'en fut pas moins sauvé par les passions soustraites de ses envies et plus encore de ses désirs. Fuite en avant vers les mondes inconnus, découvertes fugaces et entêtantes de ces autres mondes emplis de sauvagerie. Il n'est homme à savoir rester en place, il n'est de ces autres qui apprécie leur monde fermé, mais s'évade à jamais au cœur des jungles et tout autant de forets. Regards curieux portés sur les affres de la natures, affamés de ces découvertes suaves que lui offre la botanique. Il est de ceux qui se plaisent à vivre entre les fougères et les feuilles griffonnées, dans la plus âpres de sauvagerie qu'il se plaît à dompter avec tranquillité. Lui. Lui qui est de ces chercheurs en botanique magique. Lui, lui qui se fait plus savant qu'il ne semble d'être.
▲Statut matrimonial :Pourtant, déjà, tout se teint des couleurs azurés et marbrées d'une fin programmée. Un éclat dans les marbres anciens de son existence, une fêlure profonde et irrémédiable dans ces choses qui font que sa vie valait encore son pesant de liberté. Tout déjà s'efface sous les empressements moribonds d'une existence qui lui échappe, déjà se voit défait de ses passions pour mieux reprendre sa place. Se font susurrer, alors, les mots qui le rattachait à ce désir de s’ébattre pour mieux se ranger. Fiançailles curieuses qui sont attraits à ceux qui prennent place aux cœurs des pouvoirs. Fiançailles mornes pour celui qui à tous vents préférerait s'en défaire.
▲Ancienne école : Il est dès lors bien loin cet univers auquel il fut raccroché, mortifère ce monde encore empreint de ses rêveries innocentes. C'est la guerre qui le rappelle, c'est la mort qui le raccroche. Ne sont plus, dès lors, les illusions d'une enfance passée, les jours frelatés de ces hivers à Durmstrang, il ne reste plus que les sombres jours et les nuits qui le sont encore plus d'une Bulgarie aimée si fort qu'il en vient à la détester.
▲Patronus : Passions endormies, meurtries des infamies qui lui font mordre ses chairs pour mieux oublier la douleur. Douceur acariâtre qui font remonter les tohu-bohu de sa rage et tout autant de son impuissance. Crocs luisants sous la lune qui font rejaillir le compagnon du lupin sous la forme abstraite et évanescente d'une chouette hululant sous l'égide de la grande Séléné. Grande, majestueuse, chasseuse comme ce pair qu'elle ne quitte jamais. Créature crépusculaire qui ne fait jamais plus que montre de la majesté sournoise et pernicieuse du loup égaré.
▲Baguette Magique : Perdition maladive au sein de son animalité, néanmoins perdure à jamais ce brin de sorcellerie gangrené de multiples folies, le tout représenté par la sacerdotale baguette du sorcier. Celle qui est sienne n'en reste pas moins sacrée, encrée dans les générations d'une famille rendue dégénérée par les vicissitudes du passé. Il n'en reste pas moins que c'est un ouvrage d'art, taillés dans l'ébène inflexible, hantée par la hardiesse d'un dragon qui de son écaille en forge le pouvoir. Longue sans être envahissante, elle reste sa plus fidèle amie.
▲Particularité : Encrée entre ses mains, elle n'en reste pas moins que l'artefact ultime de la magie. Lui, pourtant, aura apprit comme de nombre de ses pairs, et pères, avant lui à ce servir de cette sorcellerie qui coule dans ses veines. Celle-la même qui fait de lui un être supérieur à cette humanité putréfiée, celle-la même qui fait de lui un de ces génies de la métamorphose. Sorcier, mais plus encore loup, il se vautre dans la bestialité, dans la rage et s'abreuve mieux encore de toutes les comptines assassines qui meurtrissent le monde. Il est de ces monstres qui se cachent sous les lits, effraient les enfants. Il est cette ombre qui longe les murs et meurs sous l'éclat d'un soleil d'aurore.
▲Amortentia : Ambivalence curieuse mis en exergue par les fragrances d'un amortentia qui est son pair. Odeur de morts, de putréfactions suaves, qui se mêlent à la douceur des parfums de renouveau. Rosée sempiternelle de ces matins qui se succèdent et dont il accueille avec plaisir les effluves qui nettoie ses vices nocturnes de leurs incontestables douceur. Viennent après les délices de l'enfance, un goût étrange sur le bout de la langue, bien plus sucré que celui du sang, bien plus savoureux que celui de l'eau, c'est bien la parfum douceâtre des bonbons à la violette de son enfance.
▲Epouvantard : Sa plus grande peur serait de se faire engloutir. Pas de se faire dévorer au sens propre, mais de se noyer dans le flot d'une eau sombre. De chercher un air qui ne lui viendrait pas, aspiré par la noirceur des profondeurs jusqu'à ce que la suffocation finale ne mette un terme à sa vie. Ce n'est pas la noyade qui l’effraie pourtant le plus, ce sont ces eaux noirs dont il ne peut qu'apprécier les ondulations calmes, et la couleur d'encre l'hypnotisant. Il craint de les croiser un jour ces eaux noirs, il craint de se sentir attiré par elle inexorablement, comme emporté par le chant des sirènes.

Je jure solennellement de faire usage du sortilège
Incarcerem
pour servir ma cause

"Parlez-nous un peu de vous. Si vous deviez vous décrire en quelques mots que diriez-vous ?"

Assombris de mille et un tourments, personnalité outrancière toutes maculés des carmins hérétiques. Sourires profanes esquissés sur les portraits monacales. Ambivalence certaines qui, déjà, font se bousculer les plateaux sur les balances célestes. L'homme se veut d'une douceur froide, martyre de la bête sans pour autant en montrer les prémices de quelques souffrances. La bête se veut infernale, se fait meurtrière et rôdeuse, mordant au sein la société qui l'aura engendré, qui l'aura nourri, pour mieux la rejeter. Années serviles à jamais marquées au creux de ses chairs, ressortent comme autant de dents au creux d'une mâchoire digne des bouches de ces enfers tant de fois invoqués. Créatures toutes façonnées des vices d'une humanité déjà tombée sous les affres de leurs multiples vicissitudes. Rien de plus que le reflet trouble de ces secrets qu'ils n'ont de cesse de murmurer pour ne pas récrier les mots pourfendus de vérités. Mensonges outranciers qui déjà font montre de tout un puritanisme dont il n'a cure. L'homme est ainsi fait, tout ourlé de ces fils d'or qui cousent et maintiennent ainsi sa bouche, fait expirer son ombre à sa place pour mieux en faire grandir l'alter. Ego tout offert à l'orgueil d'un maître, d'un dieu, d'une légende qui se rengorge de ces désirs, chassant, furetant, jamais bien loin de ce qui s'annonce comme l'écho de sa gloire. Les deux se complètent autant qu'ils s’entre-dévorent. Autant de lumière que d'obscurité, autant de séduction que de répulsion, tout se mêle pour laisser paraître le parfum suave des petites morts annoncées. Il n'est plus rien dès lors que ces poussières écarlates qu'il souffle comme autant de poudres aux yeux, scintillement macabre qui annonce les morts éphémères, celle qui déjà se défont quand se font voir les premières lueurs d'une aurore matinale. L'homme déjà se laisse retombée, choit de cette hauteur qui est la sienne pour reprendre de ces forces qui lui manquent. Sursaut de cet orgueil qui fait de lui un maître parmi l'humanité, sursaut chaotique qui le rend aussi opiniâtre qu'il peut être têtu, aussi autoritaire qu'il peut se montrer coulant. Ambages qui ne parent pas son existence mais en font toute sa consistance.

"Grindelwald domine l'Angleterre et la Bulgarie depuis 6 ans en quoi cela-t-il influé sur votre quotidien ?"

Il n'est de changement qu'ils n'ont pas vu arrivés. Ne sont de haines que celles que déjà ils ressentaient. Déjà depuis bien trop longtemps écharpés en deux camps, ils laissaient entrevoir d'un côté le pardon, la rédemption tandis que de l'autre à jamais restait encrée la haine des révoltés. Il n'était pas de solutions miracles pour faire oublier à tout un chacun les choix du passé, il n'était d'oubli qui ne leur était de toute façon permis. Lui, autant que les autres, ne vit que la haine de tous les jours s'établir comme une réalité bien plus immédiates, bien plus palpables. Nul plaisir n'en découla, nul haine ne s'y rajouté, ils continueraient à vivre de cette même façon qui les avait porté jusqu'à ce siècle. Ils agiraient en leur âme et conscience, offrant service sur un échiquier qu'ils ne maîtrisaient pas, tout en s'offrant le plaisir – un jour peut être – de mordre la main d'un maître peu flatteur. Nul ne pouvait véritablement comprendre, nul ne pouvait faire d'eux de simples pions, ils œuvraient dans le sens qui leur plaisaient, toujours et à jamais.

"Vous voyez un passant dans la rue se faire malmener par deux spaseni, serviteurs de grindelwald, que faites-vous ?"

L'homme est lointain, comme détaché de la réalité à force d'en avoir trop longtemps été évincé. Il se complaît dans ce monde qui est le nôtre, mais préfère vivre dans celui qu'il fait sien. Égoïsme doucereux, autisme furieux, la violence des autres ne l'atteint pas, et jamais ne s'y mêle sans y avoir été invité. Envoyé comme un loup déguisé en agneau. Loup parmi les moutons de Panurge. Il se tait, ne détourne pas les yeux, mais préfère fait acte de sa propre violence plutôt que de se soustraire ou s'ajouter à celle des autres. Peu lui importe... Tout du moins tant qu'il ne s'agit pas de sacrifier l'un des siens. La garde est montée quand il s'agit de protéger les siens, bien plus encore de faire perdurer ses rangs et d'en garder les égards. C'est bien en cela qu'il est un chef de famille avisé, c'est bien en cela qu'il est fortement apprécié de ses pairs.

« Vous voila devant le miroir du Riséd, que pensez-vous y voir ? »

Délivré. Instant de liberté qui le ferait oublier de tous. Un besoin lancinant et pourtant à jamais présent de fuir ce monde qui le tue à petit feu sans jamais lui offrir la seconde de reprit tant réclamer. La vérité subsiste là dans le simple fait qu'il aurait à jamais voulu pouvoir échapper à ces obligations qui lui sont innées. Nature profonde du solitaire, le voilà à jamais enfermé dans la caste sociale d'un univers dévasté. Il souffre de cette nécessité qu'a le reste de son monde à requérir de ses avis, souffre d'autant plus de ne pas toujours avoir les réponses voulues. Il n'est pas encore omniscient, pas encore et jamais sûrement capable de tout résoudre... Alors il ferme les yeux, et repense à ce monde végétalisé, à ces plantes qu'il aime tant, et s'éprend des souvenirs calmes qui noient sa présence.

« Par chance, vous vous trouvez en présence des trois reliques de la mort, mais vous ne pouvez en choisir qu’une. Laquelle prendriez-vous ? »

L'oublie. Il réclamerait le droit à l'oubli, comme un instant de fuite salutaire qui lui ouvrirait les portes d'un monde bien loin de tout. Invisible aux regards les plus scrutateurs, effacés des pensées le temps d'un instant toujours bien trop éphémère. Oui, s'il le pouvait ce serait la cape d'invisibilité qu'il choisirait. Il n'aurait cure des secrets que les autres peuvent couver, se ficherait bien des paroles susurrées à demi-mots et des vilenies frappés du sceaux des cachottiers. Lui, il aspirerait surtout à un instant de tranquillité, loin des regards et des afflictions. Fuite en avant dont le besoin se fait de plus en plus imminent.

▲ pseudo ou prénom : Simaumauune ou Caroline.
▲ âge :  Vingt-six petites années.
▲pays :  France.
▲ Connexion  :  Un peu tous les jours même si cet été ça va être un peu chaud chaud chaud!
▲ scénario ou inventé :  Inventé.
▲ avatar :  Luke Fucking Good Evans.
▲ Où avez-vous connu le forum ? :  Par Mymosa et bazzart aussi, mais surtout Mymou.
▲ quelque chose à rajouter :  Hum naaaaaaaah!
▲ crédits : Avatars by Simaumauune. Gif by Tumblr (non crédité).
CORRUPTION WILL HAUNT YOU ↓ MUDBLOODS AND MURMURS
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Absolutum dominium ϟ Alistair de Navars   Ven 15 Juil - 22:58

Mudbloods and murmurs
petite citation



C'était un jour de pluie. Un de ces jours où il ne faisait pas bon de vouloir sortir, où il ne faisait pas bon de vouloir vivre, où tous les regards convergeaient vers un seul point gris. Anthracite. Tempétueux comme l'était ce ciel moribond, comme endeuillé de la perte trop soudaine d'un de ces êtres que l'on regretterait. Lui, le défunt, avait été un grand homme, de ceux que l'on regardait avec respect et que l'on considérerait encore longtemps avec tout autant de respect. Seulement, l'âge, les vicissitudes de l'existence, mais bien plus encore la maladie avaient fini par avoir sa peau, et même toute la magie qui avait un jour coulé dans ses veines n'avaient pu lutter contre les ravages d'une vie couronnée de fumées toxiques et de tabacs infernaux. A bien des égards le monde moldu arrivait encore à faire des ravages dans les rangs de leur famille, une gageure quand on pensait aux trop nombreuses années où ils s'évertuaient à les éviter, mieux encore à leur faire payer le prix de ces trop grandes souffrances qui leurs étaient dues. L'homme, porté à bout de bras, n'avait pas échappé à la haine que portaient le cœur âcre de cette famille. L'homme que l'on menait vers sa dernière demeure, bûchers de fêtes aux allures mornes où, bientôt, il reposerait parmi les fétus d'un bois où il avait grandit.

La procession, longue, toute de noire vêtue, serpente sur les chemins forestiers. Ils mènent tous à cette claire clairière où repose en son centre le chef d'une famille pénétrée de cette instance de mort. Il n'y a pourtant pas de larmes, ce sont des choses qu'ils ont apprit à proscrire comme autant de signes de faiblesses diffamatoires. Les mines, pourtant, sont assombris, et quelques uns trahissent quelques doutes quant à la succession qui s'en vient.  Pourtant, les règles sont clairs, taillés dans le marbre de la coutume ancestrale. Seul un sorcier prenant la forme d'un loup noir peut reprendre les rênes de la famille. Symbole d'un passé lointain, d'une rage surhumaine, mais plus encore d'une famille fonctionnant à l'image d'une meute, sans jamais délaisser personne, sans jamais rejeter quiconque du même sang. Lui, cet autre dont tout le monde doutait sans pour autant en dire mot, avait pourtant quitter un jour les rangs de la famille. Il avait préféré sans détourner sans demander son reste pour mieux courir le monde, et personne n'avait compris sa volonté de tout quitter, personne n'aurait pu comprendre son envie de liberté. Partir. Partir loin pour embrasser un monde bien éloigné de toutes les contraintes de pouvoirs et de pensées. Partir. Partir loin pour mieux fuir ces obligations qui l'avaient désormais rattrapées.

Soudain, comme arrivée de nul part, se fit entendre alors une houle de désapprobations. Vague putrescente de rumeurs et autres indélicatesses. On crachait par terre comme pour délier un sort, regardait derrière son épaule droite pour conjurer une malédiction, mais plus encore on grognait contre les nouveaux arrivants. Il était des désapprobations bien plus fortes que ce simple changement de chef au sein d'un même clan, il était de ces choses que l'on prenait volontairement pour une des trop nombreuses tentatives querelleuses qu'entretenaient les deux parties, scindées, de la famille. Les De Navars, qu'ils soient Anglais, ou Bulgaures, avaient gardé un profond attachement aux valeurs de leurs ancêtres, seuls leurs idées et les choix qui avaient découlés de l'incident du Gévaudan les avaient conduit à cette guerre interne qui, désormais, les séparait. D'un côté se trouvaient les partisans du pardon, de l'autre ceux de l'impardonnable.

Leur présence en ces lieux sépulcrale, séparé des autres par le bûcher érigé, n'étaient pourtant pas gage de conflit, mais uniquement de recueillement. Les deux parties ainsi scindées avaient amorcer quelques tentatives de réconciliations sous l'égide de Andreï et Jeremiah de Navars, les deux chefs rivaux. Ils avaient, et bien que cela ne fut pas du goût de tous, décidés à deux qu'il était peut être temps de remettre un peu d'ordre dans les affaires familiales. Ce n'était assurément pas une décisions prise à la légère, bien au contraire elle veillait à prendre en compte le contexte politique qui rendait leur situation quelque peu précaire, peut être même dangereuse. Et si l'on ne pouvait à l'évidence pas dire que les deux parties s'entendraient à merveille, il était une chose néanmoins sur laquelle tout le monde s'accordait : la primauté du sang de la famille. De fait, la présence de Jeremiah de Navars aux obsèques de Andreï n'était pas tant la preuve de son respect que l'attachement qu'il portait à l'accord passé. Son enfant contre la protection des siens.

Mariage arrangé qui déplaisait à tous. Alliances qui déplaisait bien plus encore à l'enfant que l'on donnait en guise d’offrande. Trop jeune, trop encrée dans les habitudes anglaises et libertaires, elle ne pouvait qu'avoir du mal à se résoudre à épouser un homme plus vieux qu'elle et qu'elle n'avait jamais vu. Dans une attitude de défit à l'autorité paternelle et familiale, elle s'était soustraite à son devoir d'assister à l'immolation du corps. En cela, néanmoins, les deux fiancés se ressemblaient énormément. Le tempérament à la fuite et aux défit les valeurs familiales. Un besoin étrange de se défaire de tout, et de l'emprise du sang qui faisaient d'eux des prisonniers bien plus que des conquérants.

Le flambeau tombait des mains de l'homme désigné par la fatalité comme un nouveau guide. Il allumait chaque fétus faits de paille et de bois pour mieux voir le corps embaumé du géniteur partir en fumées. Il ne s'attristait pas tant de cette disparition que de la situation dans laquelle il se trouvait, et cela générait en lui maintes colères qu'il dissimulait à force d'un contrôle qu'il se surprenait à avoir sur lui-mêmes. Il se demandait alors si son père, avant lui, avait aussi souffert de cette inaptitude à œuvrer pour soi-même, à toujours entrevoir ce qui serait mieux pour un clan dans une sorte d'abnégation de l'ordre de la malédiction. Il n'en savait rien. Il n'avait jamais été assez proche de son père pour l'imaginer ainsi, il l'avait toujours connu lointain et autoritaire... Assez pour qu'aucun liens ne soient véritablement palpables entre eux, et cependant pas assez pour arriver à défaire cette dernière chose qu'il avait enclenché.

Oui, assurément, en regardant les flammes lécher le corps du père, il se disait que son existence allait être bien plus difficile que tout ce qu'elle avait jamais été.


CORRUPTION WILL HAUNT YOU ↓ MUDBLOODS AND MURMURS


Dernière édition par Alistair de Navars le Dim 17 Juil - 11:14, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Absolutum dominium ϟ Alistair de Navars   Ven 15 Juil - 23:02

Bienvenuuuuuuuuuuuuuuuuuue
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Absolutum dominium ϟ Alistair de Navars   Ven 15 Juil - 23:07

NOTRE SAUVEUR A TOUTES ET TOUS
What a Face
Bienvenuuue et bon courage pour ta fiche
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Absolutum dominium ϟ Alistair de Navars   Ven 15 Juil - 23:15

Merci et merci!
Sauveuse peut être pas tant que ça quand même!
Où alors confectionnez moi une bannière pour mettre en signa du genre "LA SAUVEUSE C'EST UNE VRAIE FRITEUSE" (oui j'ai rien d'autre qui m'est venu pour rimer avec "euse").
Revenir en haut Aller en bas


Melpomène Lestrange
live like legends
avatar
live like legends
Parchemins :  3965
Crédits :  Tearsflight (avatar), LAZARE (codage signature), MØRK (gif profil + signa)
 
Âge :  25 ans à se battre pour le pouvoir.
Sang :  Le sang des Black est pur, ode irrévérencieuse à la noirceur de leurs âmes, liquide vermillon qu'ils ne sauraient gaspiller. Sang royal où se mélange magie noire, ambition incontrôlée et soif de pouvoir.
Allégeance :  Marque des Ténèbres assumée, Melpomène fait partie des Mangemorts. Loyale servante depuis les premières heures de Voldemort.
Profession :  Melpomène travaillait autrefois à la morgue, embaumant derrière elle les secrets des siens. Aujourd'hui fugitive.
Ancienne école :  Poudlard dans une maison bordée d'émeraude - berceau de rencontres qui ont changé le cours de sa famille et qui ont façonné un destin aussi sombre que son patronyme.

Priori Incantatem
am i free?: no
Inventaire:
code couleur: #CF8C8C
http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t107-melpomene-child-of-the-night http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t77-melpomene-uprising
MessageSujet: Re: Absolutum dominium ϟ Alistair de Navars   Ven 15 Juil - 23:20

NOTRE SAUVEUSE ahah
officiellement bienvenue par ici


uprising
You will hear thunder and remember me, And think: she wanted storms. The rim Of the sky will be the colour of hard crimson, And your heart, as it was then, will be on fire.
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Absolutum dominium ϟ Alistair de Navars   Ven 15 Juil - 23:27

Encore une fois merci de nous avoir sauvé les fesses, tu gères la fougère

Je ne peux qu'approuver ce choix d'avatar, d'ailleurs je bave déjà alors bienvenue
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Absolutum dominium ϟ Alistair de Navars   Ven 15 Juil - 23:35

Melpo: Merci merci et de rien!

Ivanka: Sais-tu que je n'ai qu'un amour féminin dans ma vie? Enfin un vrai que je joue moi et que j'aime d'une folie furieuse... C'est Kat! Alors par amour pour nos deux avatars, je dis qu'il nous faut un lien! Nah!
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Absolutum dominium ϟ Alistair de Navars   Sam 16 Juil - 0:32

Bienvenue sur le forum toi
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Absolutum dominium ϟ Alistair de Navars   Sam 16 Juil - 9:02

tu sait que je te kiffe
rien d'autre à dire
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Absolutum dominium ϟ Alistair de Navars   Sam 16 Juil - 15:04

Tu pues
Bonne chance pour la suite de ta fiche mon lapin
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Absolutum dominium ϟ Alistair de Navars   Sam 16 Juil - 16:43

Coucou belle panthère
ravie de te voir ici même si tu nous connait J'ai dévoré ta fiche ! JE VEUX LIRE LA SUITE Le perso est franchement intéressant et ta plume est à tomber par terre
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Absolutum dominium ϟ Alistair de Navars   Sam 16 Juil - 17:13

Alistair de Navars a écrit:
Ivanka: Sais-tu que je n'ai qu'un amour féminin dans ma vie? Enfin un vrai que je joue moi et que j'aime d'une folie furieuse... C'est Kat! Alors par amour pour nos deux avatars, je dis qu'il nous faut un lien! Nah!

Qui suis-je pour m'y opposer? Personne donc je t'attends quand tu veux pour qu'on trouve quelque chose avec plaisir
Revenir en haut Aller en bas


Mihayl Krum
Incarcerem
avatar
Incarcerem
Parchemins :  242
Crédits :  croco.
 
Âge :  29 ans
Sang :  Sang pur
Allégeance :  Grindelwald
Profession :  Propriétaire d'une l'entreprise de baguettes
Ancienne école :  Durmstrang

Priori Incantatem
am i free?: yes
Inventaire:
code couleur:
MessageSujet: Re: Absolutum dominium ϟ Alistair de Navars   Sam 16 Juil - 21:32

Bienvenue sur le forum

Bon courage pour la fiche ♥️


i'm afraid i might die for you
Well you know me with that ancient gaze stripping down with yesterday's eyes. You know me as I was you see me as I will be. And I still had a lot of growing when you took me and you shaped me with those hands. You know me better than myself, make me better than I am


by Wiise


Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Absolutum dominium ϟ Alistair de Navars   Dim 17 Juil - 17:07

Et voila qui est terminé.
Merci à tout le monde.
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Absolutum dominium ϟ Alistair de Navars   Dim 17 Juil - 17:30

Félicitations !
bienvenu(e) sur Mudbloods & Murmurs

tes premiers pas parmi nous
Comme toujours très jolie fiche    la famille est super intéressante et je te réserve un lien  


Tout d'abord félicitations et bienvenu(e) sur Mudbloods & Murmurs!

Maintenant que ta fiche est validée, il te reste juste quelques petites étapes avant de pouvoir commencer à RP parmi nous! Tout d'abord, n'oublie pas de vérifier dans le bottin des avatars que ton avatar t'a bien été réservé, ainsi que dans les différents listings, afin de vérifier que tu es correctement recensé. Il est également obligatoire de passer remplir les quelques informations dont nous avons besoin dans ce sujet de recensement. Tu n'auras ensuite plus qu'à créer ta fiche de liens afin de pouvoir commencer à trouver toutes sortes de liens plus farfelus les uns que les autres avec les autres joueurs  

Mais par dessus tout n'oublie pas de t'amuser et de prendre du plaisir à RP. On a hâte de lire toutes vos histoires et on cale d'ors et déjà un bisou sur vos fesses. N'oubliez pas qu'en cas de question/demande ou quoi que ce soit d'autre, tout le staff est à votre disponibilité par MP, chouette, beuglante ou crieur
CORRUPTION WILL HAUNT YOU ↓ MUDBLOODS AND MURMURS
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Absolutum dominium ϟ Alistair de Navars   

Revenir en haut Aller en bas
 
Absolutum dominium ϟ Alistair de Navars
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Alistair Souleater
» Quelqu'un m'a dit ♦ ft Alistair & Ambroise
» On ne dérange pas un serpent • Alistair
» You're bringing new life to your family tree now ◮ Alistair & Andy
» "Le sublime touche, le beau charme." (Alistair M. Fitzbern)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: