Soutenez le forum
Votez pour M&M sur les top-sites et faîtes passer le mot!
Bazzart - PRD.
Ecoulement du temps
Nous sommes actuellement en septembre 1952
Sixième version du forum
On vous donne rendez-vous ici pour vous tenir au courant des dernières nouveautés!

 | 
 

 milo + we might fall.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: milo + we might fall.   Sam 16 Juil - 3:06

Milo Caerus Avery
i'll be up to watch the world around us live and die.


A little taste of magic on your lips
▲Nom : fourbes aux sourires hypocrites, masques de bronze et regards insolents. Qui vous serrent la main après l’avoir lavée de leur salive, histoire que vous y voyiez pas l’sang. AVERY, ceux qui profitent, qui réfléchissent. Ils se précipitent pas, et tant pis s’ils arrivent dans les derniers. Tant pis s’ils brillent moins que certains et qu’on les voit plus qu’on n’les regarde. Eux ils font leurs petits plans dans l’dos des gens, ils demandent rien à personne, se soucient que d’leur propre bien. On dit d’eux qu’c’est des suiveurs parce qu’ils vont là où y’a du monde, là où le ciel est bleu. Ils se risqueraient pas à se salir le bout d’la chaussure ou à s’égratigner le gros orteil. Ils valent mieux qu’ça. On sait pas d’où ils viennent ni qui ils sont et sûrement qu’au fond, eux-mêmes le savent pas non plus. C’est des indécis, les Avery. Des génies aussi. Ils sont partout à la fois, peuvent s’entendre avec tout l’monde. Même ceux qu’on soupçonnerait pas, ceux qui l’méritent pas. Y’a des taches rouges sur leur blason et ils ont du vice plein la cervelle. Ils se vêtissent de blanc en pensant qu’ça leur éclaircira le cœur.
▲Prénom :  MILO, môme perdu au milieu des ombres. Qui joue à ce vilain jeu sans en connaître les règles. S’imagine qu’il n’y en a pas ou s’en invente de nouvelles. Ça fait l’grand, ça fait l’beau. Ça s’croit plus fort que tout. Parce que Milo il vole, Milo il décolle. Il est au-dessus, y’a pas à dire. Seulement ça s’passe pas en vrai, sa grandeur elle est imaginaire. Milo tout c’qu’il a à lui c’est son crâne, le reste il le loue, le donne. Ce sera au plus offrant. D’ailleurs dans sa tête c’est un peu le bordel, pourtant c’est pas faute d’avoir tenté d’ranger. Se faire taper sur les doigts ça lui a jamais suffi, à ce gosse rebelle. Les leçons elles sont pas rentrées, ou qu’à moitié. Milo c’est pas un Avery en carton, hein. Juste un bout d’feuille tout chiffonné avec des gribouillis dessus. Il fait le fier alors que de lui, fier on l’a jamais été. CAERUS, enfoiré d’opportuniste. Gueule d’ange, jolis mots et bonnes manières. On l’a changé en ce sorcier trop parfait qu’il voulait pas devenir. À l’extérieur c’est tout beau, dedans ça s’use. Marionnette-marionnettiste, il est là à tirer des ficelles que d’autres s’esbignent, en haut, à lui faire lâcher.
▲Date et lieu de naissance : c’était y’a longtemps, quelque part où il faisait froid. L’œil était pourtant bon, et chaud était le sein. C’est Mère qui guettait, qui leur murmurait, aux jumeaux Avery, des mots doux. Les couvrait de baisers, leur susurrait à quel point ils étaient beaux, à quel point ils seraient grands. Mais c’était juste une distraction. Une manière de capter leur attention tandis que par derrière, Père les accrochait à sa toile, histoire qu’ils s’y engluent dès l’moment où on les aurait sortis de STE MANGOUSTE. Moira et Milo, ils sont nés le 16 JANVIER 1924. Ç’a pas été les premiers, pas les derniers non plus. Pas les plus persécutés ni les mieux traités. Ils étaient pas si cons qu’ça, mais le duo d’joyaux qu’attendait Père, bah Père le voyait pas. Mais soit. Ils étaient bien, ils suffisaient. Étaient assez. Le seul truc qu’allait pas chez eux, c’est qu’ils allaient par deux. Et qu’alors peut-être, si on les avait laissé faire, ils auraient pu être heureux.
▲Nature du sang : Milo il trouve ça sale. Quand ça tache, ça part pas. Le gout est pas bon, la couleur est écœurante. Il aime pas plus le sien, de sang. Le trouve pas plus joli qu’un autre. Pourtant c’est pas c’qu’il dit, parce que c’est pas ce qu’on veut l’entendre dire. Son sang PUR, on voudrait qu’il l’étale sur les murs, qu’il le barbouille sur la gueule des chiens. Milo il relève la tête, il se la pète. Fait de ce détail qui l’rend pourtant indifférent une qualité d’plus à vanter, une parure. Un gros caillou qui brille, qui éblouit les autres. Une raison supplémentaire pour faire le géant, s’croire supérieur. Carmin passe-partout, liqueur laissez-passer. Milo c’est un putain d’privilégié, un maudit profiteur. On voit bien qu’il est fier, que ça l’arrange en fin d’compte plutôt bien, d’être lui. Parce que bon, la modestie c’est pas c’qui le tuera. Les autres sont convaincus, lui l’est pas. Et il a honte de tout penser d’travers, alors il y pense pas.
▲Profession : Milo il a ce pouvoir, au creux d’la main. D’enlever les souvenirs d’un coup d’baguette. De les modifier, d’en inventer. De vous rendre plus con ou heureux. C’est surtout de moldus qu’il s’occupe, mais pas que. C’est l’Ministère qui l’emploie, alors il fait c’qu’on lui dit de faire, voyez ? OUBLIATOR, que ça s’appelle. Et puis Milo c’est un pourri, alors contre un peu d’argent ou un service, il peut vous vider une tête ou vous la remplir d’horreurs. Voleur d’histoires, violeur des pensées. On l’sait pas si mauvais, Milo. On pense qu’il fait juste bien son boulot. Et lui il prend son pied, profite quelquefois de sa supériorité. Jubile, aime avoir le contrôle. Mais de cette sombre jouissance, personne n’en aura jamais vent. Car son visage, dans la tête des apeurés, c’est rien qu’une ombre. Une foutue impression de déjà-vu. Son seul regret à Milo, c’est d’pas pouvoir voir. C’est comme si on vous demandait de dérober quelque chose et que vous le dérobiez, mais sans savoir c’que c’est. Mais c’est pas si grave, parce que Milo, faute de les voir, il ressent. Des trucs. Des cataclysmes. Qui font parfois mal et parfois pleurer. Et ça, c’est déjà assez.
▲Statut matrimonial : Milo c’est personne, ou juste quelqu’un. Quelqu’un qu’est pas grand-monde, en fin de compte. Quelqu’un qui n’décide pas. Les Avery ont beau se détacher des autres familles pures de par leur discrétion et un tas d’autres vilaines choses, ils n’en respectent pas moins les mœurs de leur époque. Leur sang, c’est tout c’qu’ils ont. Rouge des fondations sur lesquelles ils construisent leur vie du début à la fin. Le mariage c’est important. Faut s’dépêcher, prendre les meilleurs. Faut qu’les filles soient belles et qu’les mecs aient un nom qui en jette. Milo, on l’a presque MARIÉ avec précipitation, l’année d’ses vingt-quatre ans. On a donnée Moira en pâture aux Lestrange et lui, il a dû apprendre à parler bulgare. Mais cette nana, Milo il l’aime pas. Et il sait bien qu’elle l’aime pas non plus. Mais bon voilà, c’est comme ça. Ils vivent ensemble, ils dorment dans l’même lit et se sont déjà vus à poil. Même que ça s’murmure que peut-être il lui aurait fait un gosse. Y’a pas de passion, y’a que du froid. C’est moche entre eux et c’est con parce qu’ils sont beaux.
▲Ancienne maison : c’est vrai qu’on dirait pas, comme ça, en l’regardant sourire bêtement, en l’voyant qui s’intéresse à rien, qui s’impatiente dès qu’on lui adresse plus de trois mots. On dirait pas qu’il en a dans l’crâne, que pendant sept ans, il a été l’un des meilleurs de sa classe. Milo, ce gosse brillant mais prétentieux. SERDAIGLE. Pigeon aux plumes dorées et bec à ouverture facile. Ah ça pour en dire, des conneries, il en dit. Mais c’est pour mieux berner, pour mieux manipuler. À faire l’enfant, le crétin. On s’méfie pas de lui, on a pas peur de lui. Et même quand il vous aura poignardé dans l’dos, vous continuerez à penser qu’il l’a pas fait exprès.
▲Patronus : la pleutre, la laide, la haïe. À l’œil fourbe mais usé, triste et désabusé. La HYÈNE qui rit aux éclats, qui s’prend dans de violents tourbillons de méchanceté. Étalez-lui vos bleus et elle s’en moquera, pointez-la d’votre baguette et elle partira. Et son rire s’perdra dans un brouillard tout gris, épais et pas joli. Vous bourrera l’crâne de ses tonalités cruelles et enfin vous laissera. S’en ira loin s’répercuter entre des murs sales. S’abîmer en échos disgracieux et pâles.
▲Baguette Magique : elle a été taillée dans c’bois RIGIDE, du MERISIER peut-être. Fière du long d’sa TRENTAINE DE CENTIMÈTRES, du genre qui cassera plutôt que de ployer, comme pour montrer à son sorcier que c’est comme ça qu’on fait. Y’a c’banal et classique VENTRICULE DE DRAGON qui lui fait office de cœur, qui lui donne du pouvoir et d’la beauté. Tout qui vise à faire de Milo quelqu’un de grand, de fort, de bien. Qui fait d’lui le truc qu’on place un peu au-dessus d’la médiocrité.
▲Particularité : c’est frustrant. Même pas vous pouvez vous l’imaginer. Pas voir c’qui se passe, juste le ressentir. Suffit qu’on l’approche, à Milo, rien qu’un peu. Suffit qu’on vive trop fort, qu’on hurle sans ouvrir la bouche. Et lui il est là, il regarde. Il entend, il ressent. Y’a ses yeux qui s’voilent soudainement de tristesse, et le voilà qui s’met à pleurer. C’est si triste, et il comprend même pas pourquoi. Et puis il se plie en deux parce que merde, là ça fait trop mal. C’est plus supportable. C’est pas humain, de souffrir autant. Et y’a cette rage qui lui brûle les tripes, qui lui donne envie de gueuler sa haine au monde. Au début c’est ce qu’il faisait, c’est comme ça qu’il réagissait. À faire tout comme c’est écrit dans sa tête, à évacuer ces sentiments contradictoires qui n’lui appartiennent pas. Et puis après, c’est Père en personne qu’est venu le calmer. Qui lui a dit mon fils maintenant ça suffit, maintenant tu deviens normal. Et c’est ce qu’il a fait. Pas en rejetant les autres, pas en tournant l’dos au peuple. Ça on lui aurait pas permis, d’ça il s’en serait pas remis. Il aime trop qu’on le regarde. Milo, il est passé maître dans l’art d’ignorer les catastrophes spirituelles. Il fait comme si. Comme si y’avait pas tous les éléments qui s’déchaînaient dans sa pauvre caboche cabossée. Comme si tout allait bien, qu’il croulait que sous sa propre peine, riait que d’ses propres blagues. Il ferme les yeux aux troubles du monde, fait semblant d’pas ressentir ce baume au cœur ou ce putain de coup d’blues. Il a un peu honte d’être lui, parfois. De foutre son museau de p’tite souris dans ce bonheur qui n’le regarde pas. De recevoir des appels à l’aide et de s’obliger à n’pas y répondre. D’avoir ce don qui l’rend infirme plus que spécial, qu’est pas utile ni trop élégant. Milo l’EMPATHE, c’est pas franchement joli, carrément pas brillant. Et même que des fois, il voudrait s’fracasser le crâne contre un mur, quand ça tambourine trop fort à l’intérieur. S’faire un trou juste au-dessus de l’oreille, histoire d’en faire sortir le poison. Il sait pas trop à quoi ça ressemblerait, Milo. Peut-être à d’la fumée, à d’l’air vicié. Vicieux. Ou alors à des lettres tout emmêlées, à des câbles disjonctés. Suffirait qu’il touche. Qu’il sente que ça pue, que c’est moche, que c’est rouge.
▲Amortentia : c’est de l’odeur enivrante que dégage cette mère qu’il traite pourtant avec mépris dont Milo est épris. Parce que malgré tout, l’odeur de MAMAN c’est pas rien. Ça l’rassure, c’est un halo familier qui l’entoure, qui l’protège. Et ça s’mêle au parfum d’la PLANTE À PIPAILLON qu’lui et Moira avaient déterrée du jardin pour venir la planter à leur fenêtre, quand ils avaient quelque chose comme dix ans. Là-bas on voyait pas qu’elle était belle, vous comprenez ? Au moins devant leur chambre, tout l’monde pouvait l’admirer.
▲Epouvantard : y’a ce coffre qui s’ouvre, qu’on exhibe devant Père, Mère, puis le monde entier. Des trucs qui crient, à l’intérieur, tout au fond. Et quand il s’approche, Milo s’rend compte que ce qu’ils hurlent, c’est tous LES SECRETS qu’il s’est efforcé de protéger au cours de sa vie. Tout c’qu’il peut pas se permettre de dire. Des vices dont il a honte et qu’il refuse d’avouer, parce que sinon on s’foutrait de sa gueule. Il paraîtrait différent aux yeux des autres. Sale. Et lui ça, il veut pas. Pas dire qu’il est attiré par les hommes autant que par les femmes. Que la vue du sang l’écœure plus qu’elle ne l’excite et que justement, il porte pas tant d’intérêt qu’ça à sa pureté. Pas dire qu’il a un bon fond caché dans son petit cœur, qu’il s’est pas fait bouffer par les ombres quand son père l’a envoyé dans leur cage. Qu’il fume des cigarettes moldues quand il est stressé – tout l’temps – et qu’il préfère marcher plutôt qu’de transplaner. Tout ça, il le cautionne pas lui-même, alors comment les autres pourraient comprendre ? Bah c’est simple, ils pourraient pas. Alors Milo il ferme sa gueule et il prétend. Prétend être aussi pourri qu’le reste de sa famille, prétend être supérieur à tout l’monde, prétend vouloir fonder un foyer avec une femme et plein d’gosses qui babillent et dont il devra pas s’préoccuper s’il veut pas passer pour un faible. Prétend qu’il est en vie, aussi.

Je jure solennellement de faire usage du sortilège
Silencio
pour servir ma cause

"Parlez-nous un peu de vous. Si vous deviez vous décrire en quelques mots que diriez-vous ?"
Milo, c’est c’gamin prétentieux et imbu de lui-même qui s’croit parfait. Faut dire que ça sonne très vrai quand c’est maman qui l’dit, vous comprenez ? Ce gosse de riche qui semble filer droit, qui argue avec ses belles phrases et est tout bonnement incapable de s’la fermer, même quand il faudrait. Il a d’la répartie, Milo, et il veut toujours avoir le dernier mot. C’est un sournois, un crétin d’sang-pur qu’en a dans la cervelle, qui sait là où il faut frapper pour qu’ça fasse mal. Il s’emporte rarement, prend tout avec un calme et une nonchalance exaspérantes, presque mielleuses. Milo, c’est l’enfant sage aux petites billes noisette qui s’occupe que d’sa propre personne, qui fourre pas son nez là où il devrait pas. S’il devait le faire, il le ferait. C’est juste que la vie du peuple l’intéresse pas plus que ça. Sûrement qu’il doit se dire que s’il fout la paix aux autres, alors les autres lui foutront la paix. Ça va dans les deux sens, non ? Il est obéissant, Milo, alors il aime aussi qu’on lui obéisse. Bagarreur à deux mornilles qui s’arrête avant qu’ça saigne, qui fait mal mais pas trop. Il a pas d’rêves, Milo. Son avenir il le prend comme il vient, sans rien modifier, rien en changer. Il a pas l’ambition pour s’élever au-dessus des nuages, vous savez. Il fait l’malin mais il pète pas plus haut qu’son cul, Milo. On lui a donné une place qu’il s’efforce de garder – et croyez bien que c’est pas facile tous les jours – alors lui, tout c’qu’il fait c’est éviter de descendre, de pas craquer. Rester là où il est. Petit prince qui galère bien trop à protéger son propre trône pour pouvoir se permettre d’aller conquérir d’autres terres. Milo, tout lui est toujours tombé tout cuit dans la gueule. Sa vie, il la vit les mains dans les poches et d’l’insolence au fond des yeux. Il a pourtant hérité du grand cœur d’sa mère, Milo. De son joli sourire et d’son stock de larmes. Y’a tout plein d’émotions qui s’bousculent dans sa tête et qui le laissent jamais tranquille. Ça pourrait n’pas avoir trop d’importance si encore il s’était agi des siennes, mais c’est pas l’cas. Alors ouais, Milo il a parfois comme des spasmes, la voix qui s’élève alors qu’elle devrait pas, un rire qui s’échappe alors que c’est pas drôle, les yeux qui brillent alors qu’il a pas l’droit de pleurer. Mais c’est pas lui, hein. C’est les autres. Tous ces pauvres crétins qui sont pas foutus d’se contenir, de vivre moins fort.

"Grindelwald domine l'Angleterre et la Bulgarie depuis 6 ans en quoi cela-t-il influé sur votre quotidien ?"
En fait, les anglais auront beau parler, l’arrivée d’ce mage bulgare dans ce pays tout moche a pas été si dramatique que ça. Pas pour les Avery en tout cas. Eux, ils ont compris dès l’départ que Grindelwald était leur joker, une bonne occasion de s’affirmer et d’remettre quelques pions en jeu. Ils ont leurs coups préparés d’avance, les Avery, et les choses vont plutôt dans leur sens, depuis un certain temps. Ils sont là à coller aux basques des slaves alors que dans l’ombre, sans qu’personne le sache, y’a les gamins qui murmurent leur poison aux parents. Comme quoi un sorcier anglais œuvre dans l’ombre. Qui siffle et qui tue. Qui commence tout juste à s’créer des fondations mais qui promet au peuple la lune, les étoiles, et même l’univers entier. Milo il le sait. Ce qu’il a, ce type qu’on commence petit à petit à suivre, c’est pas que de l’ambition. Il a l’pouvoir de faire changer les choses et ça, c’est pas un élément négligeable. Monsieur et madame Avery ils l’ont compris, eux aussi. Et on sait pas trop comment ils ont fait, mais ils l’ont fait. Et même si Milo refuse de prendre part et qu’il laisse les autres vivre pour lui, tout faire à sa place, il voit bien c’qui se trame. La marque sur l’avant-bras de son aîné, la fourberie dans l’regard de ses cadets. Le vent qui souffle, qui fait vriller les girouettes Père et Mère. Et même lui, c’pauvre gosse, il sait plus sur quel pied danser. Qui faut suivre et qui faut duper. C’est à celui qui tombera en premier.

"Vous voyez un passant dans la rue se faire malmener par deux spaseni, serviteurs de grindelwald, que faites-vous ?"
C’est pas ses oignons, à Milo. Qu’est-ce que vous voulez qu’il fasse ? Qu’il s’jette dans la mêlée, s’improvise Protego humain ? C’est pas un héros, Milo. C’est juste un type normal qui vit dans un monde malade. Un monde qui – apparemment – s’guérit tout seul. Ou sans son aide, quoi. Alors Milo, il passera à côté. Il changera pas de chemin – il vaut mieux qu’ça – mais il appellera pas la gazette non plus. Il fera semblant d’ignorer la douleur de l’un et la folie des autres. Pourra pourtant pas faire abstraction du bordel dans son crâne ni d’la petite lumière « culpabilité » qui clignotera en canon avec la « connerie » quelque part, dans un petit coin reculé d’son cœur. Mais il interviendra pas, Milo. Il laisse les chiens s’bouffer entre eux, les affamés ronger les os. Il reviendra peut-être sur ses pas, manière d’admirer c’qu’il a loupé. C’qu’il a refusé d’affronter. Mais juste si les fauves sont partis et qu’le passant est à terre. Qu’il bouge plus et bougera plus jamais. Manière de voir à quoi ça ressemble, le rien. Le vide de l’âme, les sentiments d’la mort.

« Vous voila devant le miroir du Riséd, que pensez-vous y voir ? »
C’est Moira qui s’approche, juste derrière lui. Qui traîne un très gros coffre doré. Très beau, tout brillant. Orné de motifs anciens et de pierres colorées. Milo, il est assis par terre. Et y’a sa sœur qui s’assoit à côté d’lui, qui pousse le coffre vers lui, devant eux. Mais pas entre leurs deux corps, parce que y’a rien qui pourrait les séparer, voyez ? Puis elle sourit. Et il sourit aussi. Il la regarde un moment, sait pas quoi faire. Et puis il pose son regard rocailleux sur le coffre. S’rend compte que c’est le même que celui d’son épouvantard, mais qu’bizarrement, celui-là, il a pas peur de l’ouvrir. Vas-y, font les lèvres de Moira. Y’a aucun son qui en sort mais Milo, il a très bien compris c’qu’elle voulait dire. Et lui obéit. Pose ses doigts fins sur l’or du couvercle. Le soulève sans trop d’mal parce qu’il est pas fermé. On a de toute évidence pas peur que quelqu’un regarde ce qu’il y a à l’intérieur ou vole son trésor. Et dès qu’il l’a ouvert, y’a d’la lumière d’argent qui coule le long des phalanges de Milo. Et lui, pauvre gosse perdu, il comprend pas très bien c’que ça veut dire. Juste que c’est joli, qu’ça fait du bien aux yeux. Alors il lève la tête vers sa jumelle, l’œil plein d’points d’interrogations. C’est tous tes problèmes, explique-t-elle – et y’a son rire muet qui résonne dans l’vide, que Milo devine. Ils n’existent pas. Il ricane, paumé. C’est si simple, si évident. Si faux.

« Par chance, vous vous trouvez en présence des trois reliques de la mort, mais vous ne pouvez en choisir qu’une. Laquelle prendriez-vous ? »
Petit caillou lisse et tout noir qui lui réchauffe la paume de la main. Qui promet d’balayer toutes ses erreurs. D’laver les sales promesses qu’il a pas su tenir. D’soigner ces foutues blessures qui cicatrisent pas et d’faire revenir les morts. Ou juste ceux qu’Milo voudrait voir revenir. Ceux qui méritaient pas d’partir. Ceux pour qui restait du temps. Et d’pouvoir s’croire invincible plus encore qu’il ne se le croit déjà. Mais cette fois pour de vrai, sans avoir peur de personne. Sans protéger les battements de son cœur. Il pourrait faire le héros, il pourrait s’faire aimer, être un mec bien et pas cet enfoiré opportuniste qu’il se complait à jouer. Il pourrait faire marche arrière, demi-tour sur ses pas. Pousser les Spanesi et s’barrer en courant. Riant aux éclats, emportant avec lui l’passant qui lui dirait quelque chose comme « Tu vas te faire tuer. » et lui, fier comme un paon, qui lui répondrait un truc comme « Non, j’ai la pierre de résurrection. » et ça, ce serait bien. Ouais. Vraiment bien.

▲ pseudo ou prénom : CORNERSTONE. mais sinon, moi c'est Maëva.
▲ âge :  17 ans dans trois jours, m'oubliez pas.
▲pays :  France.
▲ Connexion  :  souvent.
▲ scénario ou inventé :  inventé.
▲ avatar :  David Prat.
▲ Où avez-vous connu le forum ? :  y'a des espions de partout là aussi.
▲ quelque chose à rajouter :  kestu veux que j'te dise ?  
▲ crédits :  blitz. & tumblr.
CORRUPTION WILL HAUNT YOU ↓ MUDBLOODS AND MURMURS


Dernière édition par Milo Avery le Mer 17 Aoû - 22:30, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: milo + we might fall.   Sam 16 Juil - 3:08

And life passes you by.
tu voulais du médiocre et moi j'en avais pas.



i. and the strangest thing was waiting for that bell to ring. « Alors, elle s’appelle comment ? » Des souffles silencieux, de l’air chaud qui s’échappe des naseaux. Les réchauffe pas pour autant. Ni eux, ni la vie, ni l’cœur de personne. Y’a la princesse aux cheveux d’argent qui tient l’une des mains d’son bébé roi – deux ans d’babillage intensif au compteur. L’autre, c’est Milo qui la serre. Milo l’parrain, le confident d’maman, le cousin d’papa. Celui qui porte Ayden sur ses épaules pour le préparer au jour où il sera grand. Celui dont il faudrait s’méfier mais dont on s’méfie pas. « Qui ça, la russe ? » fait-il en jetant un regard peu intéressé à son amie. La p’tite maman à l’esprit vif, la métamorphomage mi-brune mi-blonde aux traits fins quoique poupins, lisses mais pas tout à fait froids. Gamine de vingt-et-un ans qu’a fui son enfance et la jeunesse qui s’en est suivie comme on fuirait la dragoncelle. « Bulgare. » rétorque Cerseï Draganov, manifestement agacée, en claquant d’la langue sur son palais. Elle a roulé exagérément le « r », comme pour le provoquer. Elle a beau être plus jeune que lui de trois bonnes années, elle en a pas moins la tête plus dure que Milo, même s’ils nagent dans l’même bain franc et sournois. Trop dure, lui est avis. La bulgare en question, harpie au cœur du sujet, celle dont on parle à Milo dans les trois quarts des conversations qu’il a avec à peu près tout l’monde, c’est sa fiancée. Le cadeau d’anniversaire de ses vingt-quatre ans. Il s’y attendait, il savait bien qu’ça allait tomber un jour ou l’autre. Surtout depuis qu’les deux grands pôles magiques ne font plus qu’un. Garlan et Elayne Avery se sont débrouillés pour dénicher des bons partis à chacun d’leurs cinq enfants. Même à Milo, celui qu’en valait pas la peine. « Je n’sais pas, j’ai oublié. » Le ton est nonchalant, la moue dédaigneuse. Y’a comme un « et j’n’en ai rien à foutre » qui flotte dans l’air. Milo, il pense que les slaves c’est tous les mêmes, il fait pas tellement la différence. Il sait qu’ça énerve Cerseï quand il pense comme ça et serait un menteur s’il avouait ne pas l’avoir un peu fait exprès, juste manière de la taquiner. Moira, elle dit qu’la Bulgarie et la Russie s’ressemblent autant que l’Angleterre et l’Amérique – habitée par des irlandais qui eux-mêmes se seraient fait coloniser par l’Allemagne, ajoute-t-elle souvent. Tout ça pour lui faire comprendre que ça n’a rien à voir. Mais lui, il l’écoute pas. Il écoute personne, de toute façon. Jamais. Môme borné et perdu. Il saurait pas démêler l’vrai du faux, dire qui l’prend pour un con et qui veut juste l’aider. Il s’ferme à sa propre famille – surtout à elle, les bêtes qui la composent sont les pires atrocités qu’l’univers ait jamais créé – et préfère n’écouter que lui. Et même parfois, il s’ignore, s’vide à tout sentiment, devient hermétique aux pensées. C’est qu’il est jamais sûr que c’qu’il ressent, ça vienne vraiment d’lui et pas d’un autre, alors dans l’doute, il s’éteint.

Il sent le regard pâle de Cerseï qui le transperce, la voit qui l’épie discrètement. Il s’demande ce qu’elle pense, si elle le prend pour un crétin ou n’en a rien à faire, elle non plus. Mais comme il s’y attend, elle dit rien, garde la bouche fermée, ne lui parle qu’avec les yeux. Un langage qu’il comprend pas, ne saurait en deviner le sens. C’est ça qui est bien, avec elle. C’est qu’elle juge pas, comprend quand il faut s’taire ou parler. Avec lui tout du moins. Elle place bien ses mots, choisit l’bon moment pour attaquer. « On m’a dit qu’elle était belle. » continue-t-il tout bas, plissant les yeux vers le soleil qui perce brièvement entre les épais nuages londoniens. Le duo s’est stoppé sous les plaintes d’Ayden, qui en a marre de marcher. Alors les grands lui lâchent la main et maman l’attrape sous les aisselles, le soulève de terre et le hisse sur sa hanche. Il a d’la chance, le p’tit prince, de pas être plus lourd qu’le manteau et les deux gros pulls qui l’enveloppent. Viendra le jour où ce sera lui, qui portera sa mère. Milo, il couve le gosse avec une douceur qui lui ressemble pas et y’a ses billes boisées qui brillent, chaudes et espiègles. C’est pour ça, qu’il veut pas avoir d’enfants. Parce qu’il les aimerait, qu’il les chérirait. Qu’il pourrait pas s’empêcher d’le montrer et qu’il passerait pour un papa faible et gâteux, chef de famille qu’on peut bien trop facilement faire tomber. « Donne-le moi. » Comme un écho contraire à ses propres pensées, comme si ça allait les faire fuir, le sevrer. Il tend les bras vers son filleul et le décroche de l’arbre-mère. Il proteste un peu, petit fruit pas mûr qu’on peut pas encore cueillir, mais quand il s’retrouve au sommet, ses fesses de bébé confortablement calées sur les épaules du sorcier, il cesse de râler. Tapote le crâne de Milo, lui tire les oreilles. Les grands sourient, le petit babille. Tout l’monde est content, au moins rien qu’un peu. « C’est la seule chose que mes parents m’aient dite à propos de la femme qui partagera mon lit pour le restant de mes jours : "elle est belle". Tu t’rends compte ? » Et il rit. Amer, triste. Longtemps, d’manière exagérée. Parce que c’est si drôle, que c’est si con. Il a rien demandé à personne, lui. Il veut pas d’cette russe, il veut plus d’parents, plus d’grand-frère parfait ou d’jumelle détraquée. Plus rien, juste la paix. Mais ça, c’est pas possible. Pas quand on porte son nom, qu’on a du sang bleu mais sale autant sur les mains qu’dans les veines. Pas quand on a supposément de l’ambition et qu’on a des plans tout rouges à préparer, histoire d’se faire valoir. Même quand on est un désastre dans l’genre de Milo, on reste prisonnier d’sa propre vie.

Sa tragédie, à Milo, c’est d’pas être trop, mais d’rester assez. D’se faire traiter d’inutile mais d’servir à quelque chose. D’malgré tout être quelqu’un, même si on n’est personne. D’savoir qu’il est rien mais qu’il doit quand même rester, qu’il a pas l’droit de partir, de fuir. Ce serait trop facile. Et sans s’en rendre compte, son petit ricanement dégoûté s’est amplifié, est devenu un rire franc, puis un fou-rire incontrôlable. Mais c’est pas comme si Milo cherchait à l’contrôler. Et puis les tonalités s’éraillent, couinent, disjonctent. Se brisent en une symphonie déchirante et lugubre. Fausse, si fausse qu’ça lui ferait peur lui-même. Le terrifierait carrément. « Si tu continues comme ça, tu vas faire tomber Ayden. » intervient Cerseï, l’air toutefois plus inquiète pour lui que pour son fils. Et lui faire peur, lui murmure une petite voix dans sa tête. Celle qu’est mielleuse et démente, celle aux intonations de Père. Alors Milo, il s’arrête de rire, reprend son sérieux, sa mine grave et insolente. Il retrouve sa tête grise des bons jours, celle qui plait apparemment le plus au monde. Et comme plaire, c’est dans ça qu’il s’complait, alors Milo il rira plus jamais.

ii. does she know that we bleed the same? Il l’appelait M et elle l’appelait M aussi. Ils étaient M. Les mêmes. Mais pas trop, pas jusqu’au bout. Ils étaient pas fusionnels comme ils auraient dû l’être. C’était pas une paire de jumeaux rêvée, pas des gamins qu’étaient rien l’un sans l’autre. Ils étaient pas liés par une connerie de type « à la vie à la mort » parce que Père disait que ça, c’était la philosophie des cons. Que si tu crèves, tu crèves seul et t’as pas intérêt à emmener ta sœur avec toi. Moira et Milo, ils étaient toujours fourrés ensemble mais ça voulait pas dire grand-chose. Rien, même. Ils auraient pu être bien plus proches que ça, s’ils l’avaient voulu. Mais ils ont pas voulu, et voilà l’résultat. Des âmes décharnées, des poupées influençables à souhait évoluant dans l’noir, dans une famille de crevards crevés. Non c’est vrai, y’avait rien de très beau entre eux, pas d’étincelle ni d’fantaisie, pas d’amour fou, pas d’flamme. Ils étaient la moitié l’un de l’autre, mais ils avaient pas besoin de vivre en entier. Leur propre demi leur convenait. Le reste c’était qu’du plus, et ils voulaient pas prendre le risque que ce plus devienne un fardeau. Mais quand même, y’avait des petits détails qui les faisaient tiquer, et parfois leurs pas se synchronisaient. La sensibilité de Moira rendait sensible Milo alors fallait pas la contrarier, sinon il s’énervait. Et Milo il s’énerve pas souvent, mais quand ça doit sortir, ça sort. Il a pourtant jamais regardé d’travers les mecs qui tournaient autour de sa sœur. Il a même jamais séché ses larmes après qu’elle se soit faite larguer. Ça, c’était le rôle de Wolfgang, leur aîné. C’est lui qui s’occupait de péter la gueule à ceux qui rendaient tristes ses frangines. Sûrement que Milo, on l’prenait pour un lâche ou un sans-cœur. Un irresponsable, un gamin insolent et railleur. Et c’était vrai, dans un certain sens. Mais Wolfgang, il pouvait pas comprendre c’que Milo avait toujours pris pour une évidence. Qu’ça servait à rien de consoler les filles, qu’ça allait juste les calmer jusqu’à la prochaine fois. Et encore. Lui, il savait ce qui s’passait dans leur cœur. Il savait qu’les mots héroïques du grand pouvaient apaiser l’bordel qu’on leur menait dans l’crâne, mais pas ailleurs. C’est pas parce qu’on fait fondre le couteau qui s’est planté dans votre ventre et qu’on vous dit que « ça va, c’est rien » que c’est vraiment l’cas. Non, ça va pas connard, j’ai toujours un trou dans le bide. Ça, c’était la façon d’voir les choses du premier M. Pas du second. Moira elle, fallait qu’on lui parle, fallait qu’on la touche. Y’avait qu’ça qui l’aidait. Fallait qu’on la guide, qu’on l’aime, qu’on la rassure. Qu’on lui dise de s’marier, de crever et d’coucher – dans cet ordre. Sinon elle avançait pas. Pire : elle faisait comme son jumeau, elle allait à reculons. Ouais, Milo il le sait, si on les avait laissés faire, ils auraient fait une bonne paire, tous les deux. Mais c’était apparemment évident dès l’début qu’ils iraient pas loin, qu’ils valaient pas grand-chose. Pas ensemble, en tout cas. Sauf qu’elle, on pouvait en tirer profit, on pouvait encore la modeler plutôt joliment. Lui non, lui c’était un cas désespéré. L’enfant qu’on regardait à peine, celui dont on aurait oublié l’nom dans pas longtemps. Pourtant, des deux, c’était elle la plus faible, la plus fragile. Pas lui. C’est pas pour autant qu’elle se servait d’lui comme bouclier. Elle posait pas sa tête sur son épaule, et lui, ça lui allait. Il voulait pas être responsable d’elle, pas regarder l’moment où elle allait tomber. En échange, il la traitait pas comme une gamine. Jamais d’ça entre eux. Parce que l’un des seuls trucs qu’était beau chez eux, mis à part cette manière qu’ils avaient d’se regarder en souriant, comme s’ils savaient tout de c’qu’ils pensaient alors que pas du tout, c’était la confiance qu’ils se vouaient l’un à l’autre. Elle misait toujours tout sur lui et il se faisait jamais d’souci pour elle. Et ça, ça voulait dire tant et trop. Beaucoup, quoi. Ça signifiait qu’ils étaient frère et sœur, du même sang, du même nom, de la même heure. Qu’ils étaient plus proches tous les deux qu’des trois autres. Mais à peine, et un peu la faute à l’âge. Sauf qu’ils avaient pas la même caboche ni les mêmes ambitions. Ils étaient pourris tous les deux mais à des degrés différents. Milo, il s’rappelle très bien d’à quel point la vie avait jamais eu la même saveur pour l’un et pour l’autre. Qu’le ciel était pas d’la même couleur. Qu’son tracas à elle c’était de pas être Wolfgang, l’héritier aux burnes en or, le porteur des grandes responsabilités, qu’à peine sortie de Poudlard, elle voulait une bague et un bébé. Coucher avec un inconnu au joli sang, s’faire des rivales, qu’on l’invite à danser dans des bals mondains. Changer d’nom. Vite vite vite. Il se souvient d’ça, Milo. Puis d’eux. De c’qui les séparait, de c’qu’ils sont devenus. De la manière qu’elle avait de s’faire aimer tandis qu’lui, il a jamais couru après la sympathie d’personne. De comment elle rêvait d’être grande alors qu’il se complaisait à traîner dans la poussière. Sa gentille naïveté et ses pieds à lui, enfoncés dans l’sol et recouverts de boue. Lui, il trouvait ça beau, les bleus, même s’il détestait le sang. Elle, elle voulait pas salir ses jolies robes, pas décevoir Père. Et puis justement, Père l’a envoyée toucher les nuages, quelque part où c’était bien, pour elle. Un quelque part que Milo pouvait même pas regarder, tellement c’était haut. Là où il a pas pu faire semblant d’la protéger. Et puis à la fin, c’était devenu comme une rivalité entre eux. Elle écoutait trop les parents et s’écoutait pas assez. Elle savait même plus comment on faisait pour penser, comment on faisait pour être elle. Et comme Père et Mère portaient pas plus d’attention qu’ça à Milo, Moira s’est mise à faire pareil. Et ça, il le lui a jamais pardonné. Sauf que quand elle a arrêté de l’appeler M et d’panser ses plaies, quand elle lui disait « frère » et le traitait comme un gamin, quand elle a brisé toutes ses belles promesses de petite fille, lui, il savait déjà que c’était l’début d’la fin. Qu’il l’avait perdue, qu’elle reviendrait pas. « Pour moi, tu es mort. » avait-elle dit durant l’une de leurs nombreuses disputes, les mois qui ont précédé le drame. Mais pour lui aussi, elle était morte. Fin un peu, quoi. Mais un peu c’était déjà assez. Trop, même. Mais ça, il le lui a pas dit. Il se foutait bien d’blesser les gens mais elle non, elle, il a jamais pu. Il encaissait ses cris et fermait sa gueule. Et souvent, il s’le demande. S’il le lui avait dit, elle serait partie plus vite ou serait redevenue la même Moira qu’avant ? Celle qui s’appelait M et disait à M que c’était lui l’plus fort. Vers la fin, on parlait moins souvent des jumeaux que de Moira mais ça lui posait pas d’problème, à Milo. Parce qu’au final, elle est morte et pas lui. Lui ça a jamais été qu’un rat et elle une minette de compétition. Et à trop s’montrer, elle a fini par en crever. Tandis qu’lui ça allait, on en parlait pas trop. On voulait pas risquer d’ébruiter sa pitoyable existence. Puis après, on n’a plus parlé d’elle du tout. Y’avait juste Milo pour se souvenir. D’à quel point elle était belle. S’dire que si elle avait pas existé, on aurait pas pu la lui abîmer.

Mais quand elle est morte, Milo il s’est rendu compte de son erreur. Que maintenant qu’elle était plus là, y’avait comme un vide dans son cœur. Qu’il avait toujours dit qu’elle était pas importante, ou pas plus qu’un autre membre de la famille, mais qu’en fait c’était pas vrai. Parce que Milo il fait partie d’ceux qui ont pas grand-chose, qui possèdent pas le monde et s’contentent de presque rien. Et Moira, elle était son presque rien. Elle était ce foutu rien qu’était là, qui lui tenait chaud. Il avait jamais vu ça comme ça, Milo. C’est juste quand on la lui a enlevée, il s’est rendu compte qu’il avait froid. Et parfois, Milo il s’demande si c’était pas elle la plus forte, en fin d’compte. Si elle le connaissait pas plus que lui ne la connaissait. Si tous ces trucs qu’il prenait pour des barrières, tous ces fossés qu’il creusait lui-même, ils existaient vraiment d’son côté à elle. Si dans son dos, pendant qu’il regardait pas, elle s’attelait pas à reboucher les trous et à assurer ses arrières. Ça expliquerait pas mal de choses. Comment c’est elle qu’est morte alors que c’est à lui qu’on faisait pas gaffe, notamment. Sur elle que tous les yeux étaient braqués, elle qu’on voulait surtout pas voir tomber. « T’es celui qui compte le plus. » lui avait-elle aussi dit un jour, d’son air triste et gentil. Et celui qui comptait le plus la regardait pas, regardait ailleurs. Partout sauf sur elle. Sauf sur celle qui comptait le plus. Et c’qui comptait, c’qui comptait vraiment, c’est que c’était elle qui le regardait à lui. Sans qu’il le sache. Ouais, sûrement. Juste elle, et ça a suffi. Et lui non. Et peut-être qu’il aurait dû. Putain ouais, fallait qu’il la regarde. Mais il l’a pas regardée.



CORRUPTION WILL HAUNT YOU ↓ MUDBLOODS AND MURMURS


Dernière édition par Milo Avery le Mer 17 Aoû - 16:33, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: milo + we might fall.   Sam 16 Juil - 3:09

+2 au cas où.
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: milo + we might fall.   Sam 16 Juil - 4:57

BIENVENUE, WILKOMMEN, HOLA QUÉ TAL

Ravie de pouvoir te compter entre nos membres ma petite cracotte J'ai hâte de voir ce que tu vas nous pondre comme petit perso (puis David ) DONC FAIS AU PLUS VITE Tata est vieile est n'a plus la même patience que la jeunesse

Revenir en haut Aller en bas


Melpomène Lestrange
live like legends
avatar
live like legends
Parchemins :  3965
Crédits :  Tearsflight (avatar), LAZARE (codage signature), MØRK (gif profil + signa)
 
Âge :  25 ans à se battre pour le pouvoir.
Sang :  Le sang des Black est pur, ode irrévérencieuse à la noirceur de leurs âmes, liquide vermillon qu'ils ne sauraient gaspiller. Sang royal où se mélange magie noire, ambition incontrôlée et soif de pouvoir.
Allégeance :  Marque des Ténèbres assumée, Melpomène fait partie des Mangemorts. Loyale servante depuis les premières heures de Voldemort.
Profession :  Melpomène travaillait autrefois à la morgue, embaumant derrière elle les secrets des siens. Aujourd'hui fugitive.
Ancienne école :  Poudlard dans une maison bordée d'émeraude - berceau de rencontres qui ont changé le cours de sa famille et qui ont façonné un destin aussi sombre que son patronyme.

Priori Incantatem
am i free?: no
Inventaire:
code couleur: #CF8C8C
http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t107-melpomene-child-of-the-night http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t77-melpomene-uprising
MessageSujet: Re: milo + we might fall.   Sam 16 Juil - 8:43

FEU MOIRA, meuf, feu Moira
encore bienvenue et tu sais que j'ai hâte de voir ce que tu nous prépares avec Milo ainsi que de jouer notre lien de folie


uprising
You will hear thunder and remember me, And think: she wanted storms. The rim Of the sky will be the colour of hard crimson, And your heart, as it was then, will be on fire.
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: milo + we might fall.   Sam 16 Juil - 8:52

Vous ici ?
Plus sérieusement je suis ravie de te voir
Je veux trop un lien de folie (je sais pas quoi,quand,comment mais je trouverais )
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: milo + we might fall.   Sam 16 Juil - 10:32

Citation :
▲ pseudo ou prénom : CORNERSTONE. mais sinon, moi c'est Maëva.

Et moi qui paniquait parce que ça voulait pas m'envoyer mon superbe mp d'ouverture à Maë  
Bienvenue par ici toi, pas trop de folies on te connait hein J'ai hâte de découvrir ce personnage du tonnerre  

PS : non, ce n'est toujours pas Inès
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: milo + we might fall.   Sam 16 Juil - 11:44

Eh bien eh bien, je connais pas le monsieur de l'avatar mais me gusta What a Face
Bienvenue parmi nous heart
Bon courage pour ta fiche
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: milo + we might fall.   Sam 16 Juil - 11:59

SCY, cet accueil oh là lààà. MERCI LA GUEUSE, TU ES UN LAIDERON MAIS TU ES BIEN BONNE. J'vais tenter de faire plus vite que je ne fais d'habitude (Arrow) promis. T'es belle et tout hein.
MELPO, t'es trop méchante. T'as de la chance que Milo ait de l'honneur (j'fais original tahvu) et frappe pas les filles parce que t'en mériterais quelques unes toi. En plus Phoebe j'peux décemment pas l'abîmer. Merci ma toute belle.
LACRY, han non mais t'sais quand j'ai lu ton pseudo dans les connectés direct j'ai su que c'était toi. T'es trop reconnaissable, on peut pas te confondre. :yaya: Merci ma douce, Nastya est sublime. On s'trouvera un lien qui déchire de ouf tu vas voir.
NONO, ouais j'ai changé la semaine dernière je crois. J'en avais marre de celui que je m'étais choisi quand j'avais 13 ans. Arrow Mais j'reste Maë et tu m'aimes quand même, hein ? Moi des folies ? Jamais, tu sais bien que j'suis pas comme ça. Merci t'es bonne jtm. (CHUT TE MOQUE PAS DE MOI C'EST MAL. )
ZORNITSA, de même pour cette demoiselle. J'aime j'aime j'aime. Merci beaucoup, j'espère que ce sera joli à lire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin
Parchemins :  400
Crédits :  Moi (avatar, code signa, gif profil), Tumblr (gifs signature)
 
Âge :  Vingt six ans (1er juillet), vingt six chandelles qui ont déjà marqué son coeur et son corps de trop de cicatrices.
Sang :  Sang de bourbe, né moldu,.. ce ne sont pas les qualificatifs qui manquent pour décrire cette tare qui le réduit en esclavage. Il ne pourra jamais prétendre à plus, il ne pourra plus jamais prétendre à rien de par ce sang qui souille ses veines depuis la naissance.
Allégeance :  Desislav ne croit en rien et en aucun leader. Mais il croit encore en l'amour, Desislav. En l'amour de Mihayl. Alors il a décidé de le suivre, où le Krum ira - le lié suivra.
Profession :  Fidèle serviteur des Krum, il endosse tour à tour les rôles de majordome, assistant et domestique. C'est là tout ce qu'il se verra jamais offrir.
Ancienne école :  Aucune. Magie faible.

Priori Incantatem
am i free?: yes
Inventaire:
code couleur: #009999
http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t108-desislav-haunted-by-demons http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t101-where-is-it-now-t
MessageSujet: Re: milo + we might fall.   Sam 16 Juil - 12:28

Milo Avery a écrit:
MELPO, t'es trop méchante. T'as de la chance que Milo ait de l'honneur (j'fais original tahvu) et frappe pas les filles parce que t'en mériterais quelques unes toi. En plus Phoebe j'peux décemment pas l'abîmer. Merci ma toute belle.

PREACH, tu peux mas m'abîmer Melpo (elle par contre )


are you home ?
it feels like everyday stays the same, it's dragging me down, and I can't pull away. so here I go again chasing you down again. why do I do this? over and over, over and over I fall for you.

cutie en chef:
 
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: milo + we might fall.   Sam 16 Juil - 13:13

Milo Avery a écrit:
NONO, ouais j'ai changé la semaine dernière je crois. J'en avais marre de celui que je m'étais choisi quand j'avais 13 ans. Arrow Mais j'reste Maë et tu m'aimes quand même, hein ? Moi des folies ? Jamais, tu sais bien que j'suis pas comme ça. Merci t'es bonne jtm. (CHUT TE MOQUE PAS DE MOI C'EST MAL. )

T'es bonne aussi jtm
Et bien sûr que je t'aime quand même - tes photos de raclette me manquent presque genre
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: milo + we might fall.   Sam 16 Juil - 14:57

Bienvenuuuuuuuuuuuuuuue
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: milo + we might fall.   Sam 16 Juil - 15:05

SLAVETTE, t'es odieuse.
NONO, la raclette omg. Même milieu juillet j'pourrais en manger. Arrow
TEDDY, Andrew le sublime. J'vous ship déjà avec Aryadna (#jestalkeaussi), parce qu'Andrew/Emma c'est le bien. Merci beaucoup.


Dernière édition par Milo Avery le Sam 16 Juil - 19:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: milo + we might fall.   Sam 16 Juil - 15:18

FINIS TA FICHE.
AYDEN VEUT SON PARRAIN.
Jotem
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: milo + we might fall.   Sam 16 Juil - 16:44

Tu pues un peu moins que d'habitude sous ce compte Je t'aime tu le sais

Bref, bienvenue chaton, trop hâte qu'on se trouve un lien parce que c'est obligé
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: milo + we might fall.   Sam 16 Juil - 17:01

Milo Avery a écrit:
SCY, cet accueil oh là lààà. MERCI LA GUEUSE, TU ES UN LAIDERON MAIS TU ES BIEN BONNE. J'vais tenter de faire plus vite que je ne fais d'habitude (Arrow) promis. T'es belle et tout hein.

Bourdel je peux te promettre que tu vas morfler toi mais pas pour rire
Revenir en haut Aller en bas


Mihayl Krum
Incarcerem
avatar
Incarcerem
Parchemins :  242
Crédits :  croco.
 
Âge :  29 ans
Sang :  Sang pur
Allégeance :  Grindelwald
Profession :  Propriétaire d'une l'entreprise de baguettes
Ancienne école :  Durmstrang

Priori Incantatem
am i free?: yes
Inventaire:
code couleur:
MessageSujet: Re: milo + we might fall.   Sam 16 Juil - 21:45

wesh c'est qui ce BG que je connais pas là Arrow

Bienvenue et bon courage pour la fiche


i'm afraid i might die for you
Well you know me with that ancient gaze stripping down with yesterday's eyes. You know me as I was you see me as I will be. And I still had a lot of growing when you took me and you shaped me with those hands. You know me better than myself, make me better than I am


by Wiise


Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: milo + we might fall.   Dim 17 Juil - 18:46

CERSEÏ, oui promis je me dépêche je me hâte je fonce. Garde-moi mon filleul au chaud.
KAKA, nan mais toi, j'ai vu que t'avais pris Kat j'ai bugué de très longues minutes. Arrow Merci beaucoup, t'sais bien que je t'aime aussi.
SNF, même pas peur.
MIHAYL, omg Daaane. Merci beaucoup.
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: milo + we might fall.   Lun 18 Juil - 2:16

Milo Avery a écrit:

SNF, même pas peur.

Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: milo + we might fall.   Mer 20 Juil - 19:31

MILO ! J'adore ce prénom ! <3
Bienvenue à et toi et bonne chance pour la suite de ta fiche !
Je suis sûr que ton personnage va être génial !
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: milo + we might fall.   Ven 22 Juil - 16:32

Bienvenue parmi nous, bon courage pour la rédaction de ta fiche
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin
Parchemins :  400
Crédits :  Moi (avatar, code signa, gif profil), Tumblr (gifs signature)
 
Âge :  Vingt six ans (1er juillet), vingt six chandelles qui ont déjà marqué son coeur et son corps de trop de cicatrices.
Sang :  Sang de bourbe, né moldu,.. ce ne sont pas les qualificatifs qui manquent pour décrire cette tare qui le réduit en esclavage. Il ne pourra jamais prétendre à plus, il ne pourra plus jamais prétendre à rien de par ce sang qui souille ses veines depuis la naissance.
Allégeance :  Desislav ne croit en rien et en aucun leader. Mais il croit encore en l'amour, Desislav. En l'amour de Mihayl. Alors il a décidé de le suivre, où le Krum ira - le lié suivra.
Profession :  Fidèle serviteur des Krum, il endosse tour à tour les rôles de majordome, assistant et domestique. C'est là tout ce qu'il se verra jamais offrir.
Ancienne école :  Aucune. Magie faible.

Priori Incantatem
am i free?: yes
Inventaire:
code couleur: #009999
http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t108-desislav-haunted-by-demons http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t101-where-is-it-now-t
MessageSujet: Re: milo + we might fall.   Sam 23 Juil - 19:07

Coucou

Ta fiche est postée depuis une semaine et tu n'as pas encore terminé ton histoire, je me permets donc de la déplacer le sujet, si jamais tu désires un délai et que ta fiche soit de nouveau déplacée dans les fiches en cours, n'hésite pas à poster à la suite de ce message pour nous tenir au courant

Des bisous et on espère voir très vite la fin de ta fiche


are you home ?
it feels like everyday stays the same, it's dragging me down, and I can't pull away. so here I go again chasing you down again. why do I do this? over and over, over and over I fall for you.

cutie en chef:
 
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: milo + we might fall.   Dim 24 Juil - 10:48

Bienvenue et FINI TA FICHE

Elka le veut, son BG de cousin wsh
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: milo + we might fall.   Jeu 28 Juil - 18:30

SCY,
LU&JAMIE, merci les gars j'vous aime j'vous fais la bise.
SLAVETTE, oui je sais pardon j'suis lente. En plus à partir de demain midi j'pars pour deux semaines au Portugal et j'ai toujours pas terminé ce que j'veux absolument écrire. Arrow Mais j'vais m'arranger pour tout finir avant demain, n'ayez crainte. Et je posterai une absence aussi.
ELKA, OUI JE SAIS. Tu m'réserves un lien trop beau et le rp qui va avec, hein ?

edit 12h30 - j'vous fais des bisous parce que je pars dans genre dix minutes, je posterai tout ce que j'ai écrit à mon retour (me manque une partie) après que j'aie codé, relu tout ça. Mettez-moi dans un coin où personne ne peut me voir. Arrow À dans deux semaines, portez-vous bien.

Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: milo + we might fall.   Mer 17 Aoû - 21:06

Félicitations !
bienvenu(e) sur Mudbloods & Murmurs

tes premiers pas parmi nous
qwertzuiopasdfghjkl mais c'est quoi ça ?! bordel, ça m'avait manqué de te lire, trop de perfection dans ta fiche, une fois de plus Cette plume, ce personnage, tout, je suis amoureuse d'accord? Garde moi un lien bien au chaud  


Tout d'abord félicitations et bienvenu(e) sur Mudbloods & Murmurs!

Maintenant que ta fiche est validée, il te reste juste quelques petites étapes avant de pouvoir commencer à RP parmi nous! Tout d'abord, n'oublie pas de vérifier dans le bottin des avatars que ton avatar t'a bien été réservé, ainsi que dans les différents listings, afin de vérifier que tu es correctement recensé. Il est également obligatoire de passer remplir les quelques informations dont nous avons besoin dans ce sujet de recensement. Tu n'auras ensuite plus qu'à créer ta fiche de liens afin de pouvoir commencer à trouver toutes sortes de liens plus farfelus les uns que les autres avec les autres joueurs  

Mais par dessus tout n'oublie pas de t'amuser et de prendre du plaisir à RP. On a hâte de lire toutes vos histoires et on cale d'ors et déjà un bisou sur vos fesses. N'oubliez pas qu'en cas de question/demande ou quoi que ce soit d'autre, tout le staff est à votre disponibilité par MP, chouette, beuglante ou crieur
CORRUPTION WILL HAUNT YOU ↓ MUDBLOODS AND MURMURS
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: milo + we might fall.   

Revenir en haut Aller en bas
 
milo + we might fall.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» TWR 2vs2 The Rise and Fall of Rome
» Le 23 mai... Vénus de Milo... Merci Dumont d'Urville...
» Milo
» wild party ► milo & kayla
» un ritmo latino - milo.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: