Soutenez le forum
Votez pour M&M sur les top-sites et faîtes passer le mot!
Bazzart - PRD.
Ecoulement du temps
Nous sommes actuellement en septembre 1952
Sixième version du forum
On vous donne rendez-vous ici pour vous tenir au courant des dernières nouveautés!

 | 
 

 folie douce (Stitch)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: folie douce (Stitch)   Dim 17 Juil - 21:14

Hyacinth « Stitch » Lovegood
We all go a little mad sometimes


A little taste of magic on your lips
▲ Nom : Lovegood, nom de pure déraison, la folie dans les mirettes, l’excentricité comme étendard, et il divague, parle aux plantes et aux tasses, sourires absurdes, regards insistants, il met mal à l’aise, roi des cinglés.
▲ Prénom : Hyacinth, ce n’est pas lui, prénom moche et stupide, prénom jeté aux oubliettes. Rebaptisé Stitch par sa bien-aimée disparue, il ne répond qu’à ce pseudonyme absurde, issu de points de suture grossiers qu’il s’était infligés à lui-même, encore trop jeune pour la magie.
▲ Date et lieu de naissance :le vingt-neuf février 1928 – jour rare qui lui fait annoncer à qui veut l'entendre qu'il va bientôt avoir six ans – à Loutry Ste Chaspoule, dans la demeure familiale, tête blonde aux cris partagés avec une autre.
▲Nature du sang : sang-mêlé, il s’est un jour tailladé le bras pour observer son sang, n’a rien découvert et a écopé d’une sublime cicatrice (due aux points de suture ratés).
▲Profession : courriériste du cœur à la Gazette du Sorcier, absolument fier de son job, s’en vante h24. La plupart du temps, il répond n’importe quoi, mais les lecteurs voient dans ses écrits une symbolique cachée qui fait son succès.
▲Statut matrimonial : impropre à marier de par sa démence, éternellement amoureux d’une fille morte, désirs divers envers les vivants, surtout pour deux êtres, sans s’en soucier vraiment.
▲Ancienne maison : Poufsouffle, il était gentillesse et patience incarnées du temps de Poudlard.
▲Patronus : un chien viverrin, petite bête gourmande et nuisible.
▲Baguette Magique : sombre et tortueuse, elle a été sculptée dans du bois d’ébène, mesure très exactement 27,1 centimètres et renferme en son sein un crin de Kelpy, ce qui la rend un brin insolente, comme son propriétaire.
▲Particularité : aucune, sauf si parler à des tasses à thé ébréchées s'avère particulier.
▲Amortentia : la pluie en plein été, les maisons en pain d'épice, les tapis de mousse, et par-dessus les autres, une odeur mêlée de pomme et de fleur d'oranger.
▲Epouvantard : de l’eau et du sang, c’est lui, se frottant les mains à genoux dans une flaque jusqu’à s’écorcher vif pour enlever son sang de sa peau, le jour où il a entièrement basculé dans la folie.

Je jure solennellement de faire usage du sortilège
Morsmordre,
pour servir ma cause

"Parlez-nous un peu de vous. Si vous deviez vous décrire en quelques mots que diriez-vous ?"
Stitch a les yeux vides, souvent, toujours à chercher dans le vague quelque chose qu’il semble avoir perdu. Il faut claquer des doigts, le ramener sur terre avec un bruit sec, dégonfler les ballons d’hélium qui l’emmènent ailleurs. Il parle beaucoup, pourtant, il parle à tout, aux enfants qui passent sous sa fenêtre, aux chats errants qui saccagent les poubelles, aux myosotis qui poussent entre les pavés, au contrôleur du magicobus, aux poignées de porte qu’il trouve jolies, aux moineaux, aux lampadaires, aux chênes, et surtout aux tasses, parce qu’il aime les tasses à thé, elles sont belles, et rondes, et fleuries, et la porcelaine est douce et fraîche, il en a des centaines, sur les étagères, les buffets, dans les placards, sous le lit, au bord de la baignoire, dans les jardinières du balcon. Elles ont toutes un nom, il pleure toujours lorsque l’une d’entre elles se brise sur le carrelage, avant de se souvenir qu’il suffit d’un reparo pour retrouver son bonheur. Bonheur factice, bonheur de substitution, bonheur absurde, bonheur de fou. Il aime les tasses, parce qu’elles sont comme des personnes, au fond, et qu’il aime les gens, mais il est naïf, et se fait un peu avoir, et il ne comprend pas très bien ce qu’il faut faire de son argent, ne comprend pas très bien à quelle heure il faut manger, quand il ne faut pas faire de bruit parce que le bébé du voisin s’est endormi, ne comprend pas très bien pourquoi il faut dire bonjour le matin et bonsoir le soir, ni pourquoi on doit dire merci à la dame, ni pourquoi il ne faut pas lui dire que sa robe la boudine. Parce qu’il est sincère, Stitch, il dit les choses, comme les enfants disent les choses, sans filtre, sans barrière, il ne ment pas, et c’est dangereux, parfois, mais Stitch est courageux, ou plutôt inconscient du danger. Il n’a pas peur, peur de rien, pas parce que c’est un dur à cuir, pas parce que ça fait viril, juste parce qu’il ne sait plus de quoi avoir peur depuis qu’elle est morte. Stitch va et vient dans les vies des autres, parfois il disparaît, revient des mois plus tard. Il flâne beaucoup, s’installe sur les bancs et cause aux petites vieilles, il aime tenir compagnie, il aime s’incruster, simplement parce qu’il en a besoin, qu’il se sent un peu attaché à tout le monde. Il est lucide sur les gens, Stitch, il ne sait pas si ce qu’ils font dans la vie est utile, non, il ne sait pas non plus s’ils devraient choisir la chemise rouge ou la chemise blanche, mais il est désarmant, parfois, désarmant par sa franchise brute, désarmant quand il affirme qu’il s’appelle Stitch, désarmant quand il cause à ses tasses, désarmant parce qu’il trouve les mots justes mais qu’il le fait pas exprès, parce que la folie a toujours un petit quelque chose de désarmant, au fond.

"Grindelwald domine l'Angleterre et la Bulgarie depuis 6 ans en quoi cela-t-il influé sur votre quotidien ?"
La colère, les larmes, les injures qu’on l’empêche d’hurler, mains plaquées sur sa bouche pour le préserver, corps maîtrisé par la magie, immobilisé, emprisonné, pour qu’il n’aille pas se faire tuer sous les baguettes des spaseni. Il rejette Grindelwald de tout son être, il le vomit, réaction physique, viscérale, il n’entend plus quand on prononce son nom. Il se protège, se force à oublier, redevient fou, complètement fou. C’est plus simple, d’être fou. Excuse toute faite, on peut se permettre ce que les sains d’esprit n’osent pas. Son monde n’a pas changé, au début, famille de sangs-mêlés artistes, pas de rétrogradation, pas de débandade. Excentricité ancrée en eux, les rires des Lovegood ne s’effacent pas avec de la politique. Stitch ne s’était jamais soucié de politique. Et puis, il y a eu la rupture du Pacte, il y a eu la traque des créatures magiques, il a couru, couru à en crever, quand il avait senti l’orage arriver, quand il s’était rappelé qu’elle allait au marché, quand il avait vu le parapluie oublié. Mais les poissons, ça s’éviscère, écho lointain, encore maintenant, et tout ce sang, et tout ce sang, qu’il a fallu frotter, frotter, frotter. C’est ce jour-là, qu’il a sombré, ce jour-là, qu’il n’est plus revenu. Grindelwald a bousillé sa cervelle, bousillé son cœur, bousillé sa vie.

"Vous voyez un passant dans la rue se faire malmener par deux spaseni, serviteurs de grindelwald, que faites-vous ?"
Il plaide la folie. Bouscule les spanesi, légèrement, juste pour attirer leur attention, sourire béat aux lèvres. Il suffit de loucher, de faire quelques grimaces et il se lance dans la tirade de la tasse, le temps que le malheureux pris pour cible puisse s’éloigner. « Messieurs, messieurs, l’heure est grave. Ma tasse préférée, Jane, a disparu. Elle est en porcelaine de Saxe, parée de fleurs bleues peintes à la main et rehaussées de détails dorés, fabriquée chez Meissen à la fin du XVIIIème siècle. Ma grand-mère me l’a offerte. Je me suis disputé avec elle hier, elle s’est mise en colère et est partie – votre grand-mère ? – non, Jane ! – Jane ? – La tasse ! Suivez un peu ! » On frappe rarement les fous, en général, ça les fait marrer. En général. Parfois, il se met en danger, parfois, il revient blessé, parfois, il s’est chopé un doloris dans la gueule. Ce n’est pas grave, parce que l’esprit malade accepte ça, les maux du corps ne sont pas très graves, voire indolores. Une fois, il en a mordu un, leur a fait croire qu’il avait la rage, s’est barré en courant. Mais le plus souvent, la démence suffit, on lance un c’est juste un débile et la diversion est réussie.  

« Vous voila devant le miroir du Riséd, que pensez-vous y voir ? »
Des tasses. Une infinité de tasses. C’est ce qu’il verrait dans son état actuel, ce qu’il verrait tant qu’il reste dans le déni, tant qu’il s’abrite dans ses névroses. Ou c’est ce qu’il aimerait voir, en tout cas. Collectionner les tasses, ce n’est plus une passion depuis longtemps, c’est vital, aussi vital que de boire, manger, respirer. Entasser des tasses pour construire son rempart, rempart contre ses propres souvenirs, contre le sang qui lui paraît toujours d’un rouge trop vif, imprimé dans sa mémoire comme un tatouage ineffaçable. Derrière les tasses, si elles daignent s’écarter pour laisser regarder, il y a de l’eau, de l’eau à perte de vue, de l’eau bleue comme on n’en voit jamais vraiment, des reflets qui éblouissent, font plisser les yeux, une mèche de cheveux roux flotte dans l’air quelques instants, disparait, peut-être a-t-il la chance de voir un éclat d’écailles roses, perdu au milieu des vagues, et toujours ce rire, au creux de son oreille, ce rire qu’il a peur d’oublier, ce rire qui s’estompe et qui laisse place à d’autres, peu à peu, des silhouettes qui s’ajoutent au tableau, une blessure qui guérit, peut-être, mais elle brûle encore trop, et le sel de la mer la fait brûler encore plus, alors restons-en aux tasses. Une infinité de tasses.

« Par chance, vous vous trouvez en présence des trois reliques de la mort, mais vous ne pouvez en choisir qu’une. Laquelle prendriez-vous ? »
Stitch est censé ignorer leur existence, ignorer même jusqu’à leur légende, ses parents ont préféré lui cacher cela, de peur qu’il n’en retienne qu’une des trois : pierre de résurrection. Et s’il savait, il partirait en quête, et s’il savait, il claquerait tout du jour au lendemain, ne prendrait même pas la peine de faire un sac, de prévoir à manger, il partirait. Où ? Il ne sait pas. Il demanderait aux gens croisant sa route, peu importe, mais ça deviendrait un but en soi, la raison même de son existence, plus rien d’autre n’aurait d'importance et il disparaîtrait dans la nature. A tout jamais, sans doute. Mais Stitch s’en souvient très bien, des trois reliques, se souvient en avoir entendu parler à Poudlard. Il ne se rappelle pas des deux premières, mais bien de la dernière. Les craintes de sa famille sont infondées, il ne s’enlisera pas dans la recherche de cette pierre mythique, parce qu’avant le Stitch qui ne veut que la ramener à la vie, il y a l’instinct de préservation de Stitch, il y a ses divagations, et la folie, la folie qui le maintient à l’écart de toute souffrance, parce que partir en mission pour elle, c’est penser à elle, c’est revoir la plaie béante, les entrailles et le sang, c’est se frotter les bras, encore frotter, par réflexe, comme un geste trop répété qui reste, malgré tout, qui reste en lui, frotter, frotter un liquide rouge fantôme qu’il voit pourtant très bien, à travers le voile de ses souvenirs. Et ça, c’est invivable, irréparable, insurmontable.

▲ pseudo ou prénom :  Camille.
▲ âge :  23 ans.
▲pays :  Belgique.
▲ Connexion  :  5/7.
▲ scénario ou inventé :  Inventé.
▲ avatar :  Evan Peters.
▲ Où avez-vous connu le forum ? :  J'ai suivi des Gremlins fourbes.
▲ quelque chose à rajouter :  Je vous (re-)aime déjà. ♥
▲ crédits :  Swan/Tumblr.
CORRUPTION WILL HAUNT YOU ↓ MUDBLOODS AND MURMURS


Dernière édition par Stitch Lovegood le Mer 20 Juil - 13:27, édité 22 fois
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: folie douce (Stitch)   Dim 17 Juil - 21:15

Mudbloods and murmurs
My madness keeps me sane



Dans l’Univers, il y avait Maebh, et puis les autres, petits grains de sable insignifiants, jolis mais incapables de rivaliser. Maebh. Il pouvait répéter son prénom plus de cent fois par jour. Parce que Maebh, ce n’était pas seulement le centre de l’Univers, c’était l’Univers en lui-même, c’étaient ses grands yeux bleus qui lui mangeaient tout le visage et ses cheveux trop roux qui faisaient mal aux yeux sous le soleil. Maebh n’avait pas été le premier centre de l’Univers. Il y avait eu Az. Il y a toujours Az, un peu décentrée. Az était la plus belle et la plus gentille et la plus douce de toutes les filles bien avant Maebh, même s’il aimait bien lui tirer les cheveux et lui jeter des crapauds dessus pour la faire hurler. Elle est restée la plus gentille et la plus douce, parce que Maebh n’était pas comme ça, parce que Maebh était tout autre et c’était pour ça qu’il l’aimait tant. Az, c’est sa moitié, c’est un peu lui-même, comme il est un peu elle, et quand elle sourit, c’est lui qui sourit, et inversement. Ils sont comme un gâteau marbré, chocolat et vanille mélangés, peut-être deux vanilles, pour eux, encore moins dissociables. Un vrai petit couple d’inséparables, aux plumages loufoques et aux chants enthousiastes, et Hy était persuadé qu’il ne pouvait pas aimer quelqu’un autant qu’il aimait Az, dans toute sa candeur d’enfant pas encore troublé par la gente féminine. Puis il avait appris que l’amour, ce n’était pas si simple, et qu’il y avait différentes façons d’aimer, qu’il aimerait toujours sa jumelle, et que ça ne l’empêchait pas d’aimer d’autres personnes aussi, peut-être pas plus, peut-être pas autant, mais autrement, différemment.  

Et puis, après Az, il y avait eu Maebh. Maebh aux jambes perdues sous l’eau trouble la première fois qu’ils s’étaient vus, Maebh qui lui avait demandé de tresser ses cheveux, Maebh qui lui gratouillait le creux de la paume, comme un gage d’affection. Il était émerveillé, fasciné, obsédé par Maebh, parce qu’elle était beaucoup plus belle que d’autres petites filles, parce qu’elle était sauvage, qu’elle manquait de manières, qu’elle ne buvait pas le thé comme la grand-mère Lovegood leur avait appris. Elle ne buvait pas de thé. Il passait des heures entières à l’écouter chanter et rire, à démêler sa chevelure toujours pleine de nœuds (parce qu’elle était une vraie tête de nœuds, disait-il), à regarder le ciel ou la surface de l’eau en sa compagnie. Il avait toujours su ce qu’elle était, n’avait jamais posé de questions, parce que Maebh pouvait marcher, aussi, que Maebh pouvait venir vivre avec lui si elle le souhaitait, et c’était tout ce qui comptait. Il avait fallu entrer à Poudlard, Poufsouffle, lui et sa sœur, et il aurait aimé savoir chez qui Maebh avait été répartie, mais elle n’était pas là. Le monde était cruel, tout à coup, il les éloignait l’un de l’autre, sans crier gare. Mais la distance ne changeait rien, ces deux-là s’aimaient, et peu importe les semaines, les mois sans se voir, se retrouver revenait toujours à retrouver l’oxygène, à remplir les trous qui se forment dans la poitrine. Poudlard n’était pas une belle période, parce qu’il ne comprenait rien aux cours, qu’il n’avait pas beaucoup d’amis puisqu’il ne parlait que d’elle, n’avait que son nom à la bouche, parce qu’il ne savait pas trop quoi faire du chemin qu’on lui traçait droit devant lui, qu’il avait toujours préféré les zigzags, au fond. Le temps passant, l’adolescence pointant le bout de son nez, les étreintes étaient devenues moins innocentes, le corps de Maebh était devenu troublant, et il rougissait très fort quand elle le poursuivait sur les rives, toute d'air vêtue, sans vouloir porter la robe qu’il lui avait achetée expressément.

A la sortie de Poudlard, les temps avaient changé. Le monde semblait moins léger. Lui qui croyait que Poudlard était la cruauté, il était projeté dans un tout nouveau monde, où une ombre obscurcissait le regard de ses proches, son père, sa mère, sa sœur. Un certain Grindelwald avait pris le pouvoir. Il n’y avait pas prêté attention. La sortie de Poudlard, c’était surtout revoir Maebh, à toute heure du jour et de la nuit, n’importe quand, dès qu’ils avaient envie de se voir, de se toucher, de s’aimer. Il avait refusé de voir ce qu’il fallait voir, avait refusé de pressentir le danger, que l’on voyait pourtant arriver de loin. Il avait accepté le premier travail futile qui s’était présenté, loin de toutes les réalités politiques et de l’inquiétude qui gagnait le peuple sorcier, avait répondu à ses premiers courriers du cœur par des Lorsque le Soleil se lève à l’Ouest, plantez un pommier sous le quinzième rayon de l’aube. Regardez-le pousser. Le Soleil vous le rendra. ou des Prenez votre balai et envolez-vous jusqu’à la mer. Observez les vagues, elles vont et viennent au gré du vent et de la lune. Ecoutez leur murmure. Elles vous répondront., avait entraîné la perplexité la plus profonde chez le rédacteur en chef de la Gazette du Sorcier quand il avait réalisé le succès flambant neuf de cette rubrique dont il voulait se débarrasser (les gens prenaient Stitch pour un oracle ou pour un sage, induits en erreur par l’absence du nom Lovegood inscrit en capitales en bas de la page), tout ça pour pouvoir s’installer avec Maebh. Parce qu’elle avait dit oui, qu’elle venait vivre sur la terre ferme avec lui, pour ne plus jamais se quitter. Deux ans et sept mois. Ça avait duré deux ans et sept mois. C’était devenu compliqué quelques mois avant. Grindelwald avait rompu le Pacte. Maebh avait pleuré, elle avait peur, elle voulait retourner parmi les siens. Stitch avait dit oui. Il ne pouvait pas dire non, parce qu’il l’aimait beaucoup trop et qu’il avait peur, lui aussi. Mais Maebh était revenue au bout de quelques semaines, parce qu’il lui manquait et qu’elle ne pouvait pas l’emmener sous les océans, et s’il avait su, Stitch, il lui aurait dit de partir, s’il avait su, il lui aurait dit les pires horreurs pour qu’elle s’en aille, mais il était si heureux, Stitch, tellement heureux qu’elle revienne. Il n’avait rien vu venir, depuis le début.  

Des jours, des semaines. Des mois. A voir le sang dès qu’il fermait les yeux. Le sang et son visage. Ses grands yeux ouverts et vides, vitreux, comme ceux des poissons largués dans les assiettes à Poudlard. Les poissons, ça s’éviscère. En boucle dans sa tête. Le rire gras et malsain qui avait suivi. Les poissons, ça s’éviscère, les poissons, ça s’éviscère, les poissons, ça s’éviscère. Phrase soudée à ses tympans, il s’était juré de le mettre en pièces, le propriétaire de cette voix, de ce rire, il s’était juré, mais a oublié le faciès du bourreau, il l’a oublié lorsqu’il avait voulu ramasser le sang de Maebh avec ses mains, lorsqu’il avait fini aveugle à cause des larmes trop acides, lorsqu’on l’avait tiré en arrière, un ami de sa famille qui avait assisté à tout, conscient qu’il risquait l’exécution à se donner en spectacle ainsi, il a oublié le visage, mais pas les mots, pas le rire, et ce rire sonnait le début de sa descente dans les enfers de la folie, folie furieuse, qui protège de la douleur, des larmes et des souvenirs. Des jours, des semaines, des mois, à vouloir tuer le principal responsable, à crier Grindelwald, de rage, de hargne, de démence, au beau milieu de la nuit, à se faire ensorceler par sa propre famille, pour l’empêcher d’agir, pour sa propre sécurité. Il s’était juré de ne plus jamais sourire, de ne plus jamais aimer, de ne plus jamais regarder quelqu’un, de ne plus jamais parler à quiconque. Et puis, c’était passé, c’était passé comme ça passe toujours, rongé par la culpabilité de découvrir que finalement, on peut encore avancer, que finalement, on vit encore, malgré tout, et c’était encore plus dur à vivre, et ça faisait encore plus mal, alors à la folie furieuse s’est substitué la folie douce, charmante et inoffensive. Garçon maladroit, bizarre et naïf, qui rêve toujours d’écraser Grindelwald la nuit, mais pas tout seul, qui se fait enrôler par de mauvaises gens, parce qu’il veut croire à sa vengeance, qu’il veut croire que ça l’aidera. Il réapprend à vivre, à aimer, malgré la culpabilité de savoir qu’il peut encore aimer, amour moins exclusif, peut-être moins fort, peut-être pas, amour moins dévorant, sûrement. Joli garçon qu’il faut payer, pour d’obscures raisons, joli auror à qui il faut sourire, pour ne pas se faire embarquer. Vivre sans Maebh, aimer sans Maebh. Mais ce n’est pas grave, tant qu’il a une issue de secours, une issue nommée folie.


CORRUPTION WILL HAUNT YOU ↓ MUDBLOODS AND MURMURS


Dernière édition par Stitch Lovegood le Mer 20 Juil - 0:52, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: folie douce (Stitch)   Dim 17 Juil - 21:42

UNE BEEEEEEELGE compatriote!
Bienvenue sur le forum et bonne chance pour ta fiche
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: folie douce (Stitch)   Dim 17 Juil - 21:50

Stich tu as osé et j'approuve

Franchement superbe choix de famille pour Evan, j'me réjouis d'en découvrir plus sur le personnage
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: folie douce (Stitch)   Dim 17 Juil - 22:10

MA CAMILLE D'AMOUUUUR
Je suis tellement contente que tu aies craqué
Toi qui joues un Lovegood, c'est tellement bon quoi
Et Evan entre tes doigts, c'est juste parfait
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: folie douce (Stitch)   Lun 18 Juil - 0:53

STITCH
Bienvenue officiellement
Bon courage pour ta fiche
Revenir en haut Aller en bas


Melpomène Lestrange
live like legends
avatar
live like legends
Parchemins :  3965
Crédits :  Tearsflight (avatar), LAZARE (codage signature), MØRK (gif profil + signa)
 
Âge :  25 ans à se battre pour le pouvoir.
Sang :  Le sang des Black est pur, ode irrévérencieuse à la noirceur de leurs âmes, liquide vermillon qu'ils ne sauraient gaspiller. Sang royal où se mélange magie noire, ambition incontrôlée et soif de pouvoir.
Allégeance :  Marque des Ténèbres assumée, Melpomène fait partie des Mangemorts. Loyale servante depuis les premières heures de Voldemort.
Profession :  Melpomène travaillait autrefois à la morgue, embaumant derrière elle les secrets des siens. Aujourd'hui fugitive.
Ancienne école :  Poudlard dans une maison bordée d'émeraude - berceau de rencontres qui ont changé le cours de sa famille et qui ont façonné un destin aussi sombre que son patronyme.

Priori Incantatem
am i free?: no
Inventaire:
code couleur: #CF8C8C
http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t107-melpomene-child-of-the-night http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t77-melpomene-uprising
MessageSujet: Re: folie douce (Stitch)   Lun 18 Juil - 1:21

coucou toi
un énorme bienvenue par ici (une autre belge en plus, on en aura bientôt assez que pour faire une team )
J'adore déjà ce que j'ai pu lire de ton personnage mon dieu


uprising
You will hear thunder and remember me, And think: she wanted storms. The rim Of the sky will be the colour of hard crimson, And your heart, as it was then, will be on fire.


Dernière édition par Melpomène Black le Lun 18 Juil - 11:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: folie douce (Stitch)   Lun 18 Juil - 1:44

Bon. TOI. Je te déteste parce que EVAN quoi Puis honnêtement tu m'as déjà mise l'eau à la bouche avec les premieres questions (comment ça j'aime bien les cinglés?). Le personnage a l'air super intéressant J'ai trop hâte de voir son histoire avec sa bien-aimée de cadavre Et sinon oui c'est particulier de parler à des tasses à thé ébréchées Même Scy fait pas ça voyons

En tout cas je suis super heureuse de t'accueillir ici et que tu fasses partie de notre team

Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: folie douce (Stitch)   Lun 18 Juil - 11:10

Toi toi toi
(oui on se connait, dis-moi que tu m'as reconnue ta suisse préférée, le concours de chocolat qu'on aura jamais pu se faire, tout ça )

Bienvenue sur M&M avec cette choix de famille de fou
J'ai hâte d'en lire plus
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: folie douce (Stitch)   Lun 18 Juil - 16:49

DRAGOMIR des Belges, des Belges partout. Je me sens moins seule pour une fois. Mercii. ♥️

IVANKA Oui j'ai osé. Et merci, je dois dire que ton choix d'ava mais.

LEILOU D'AMOOOOOUR Je te suivrai jusqu'au bout du monde, c'est sûr. J'ai hâte de rp avec nos petits bien dysfonctionnels encore mwahahaha.

ZORNITSA Merciii beaucouuup.

MELPOMENE merciiii, je suis contente que ça te plaise, et qu'il y ait plein de Belges.

SCYLLA Tu détestes Evan ? Je suis ravie que ça te donne envie de lire la suite, sinon. Et c'est pas si bizarre de parler à des tasses, voyooooooooons. Il lui apprendra le tasselang.

NOCTIS non, mais toi et Yaiza, vous croyiez vraiment que je savais pas où j'atterrissais en ramenant mes fesses ici ? UN JOUR UN JOUR on fera notre concours de chocolat. (parce que c'est quand même le belge le meilleur What a Face )
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: folie douce (Stitch)   Lun 18 Juil - 17:52

NORVEGEEEEEEEEEEEEEEEEEE
Je suis heureuse de te voir ici Même que je t'avais reconnue (même si j'étais pas sûre de moi et que j'ai dû demander confirmation ).

Bienvenue parmi nous et bon courage pour ta fiche .
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: folie douce (Stitch)   Lun 18 Juil - 18:28

NORVEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEGE. Merciiiii, moi aussi je suis heureuse de vous revoir toutes.
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: folie douce (Stitch)   Lun 18 Juil - 19:02

Stitch Lovegood a écrit:
NOCTIS non, mais toi et Yaiza, vous croyiez vraiment que je savais pas où j'atterrissais en ramenant mes fesses ici ? UN JOUR UN JOUR on fera notre concours de chocolat. (parce que c'est quand même le belge le meilleur What a Face )

Je préférais poser ma patte
D'ailleurs je dis ça je dis rien mais je serai sur Bruxelles d'ici 2 semaines
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: folie douce (Stitch)   Lun 18 Juil - 20:55


J'ai pas beaucoup de teeeemps.
Revenir en haut Aller en bas


Mihayl Krum
Incarcerem
avatar
Incarcerem
Parchemins :  242
Crédits :  croco.
 
Âge :  29 ans
Sang :  Sang pur
Allégeance :  Grindelwald
Profession :  Propriétaire d'une l'entreprise de baguettes
Ancienne école :  Durmstrang

Priori Incantatem
am i free?: yes
Inventaire:
code couleur:
MessageSujet: Re: folie douce (Stitch)   Lun 18 Juil - 21:14

Un Pouffy dans mes bras Ce pseudo est parfait Bon courage pour le reste \o


i'm afraid i might die for you
Well you know me with that ancient gaze stripping down with yesterday's eyes. You know me as I was you see me as I will be. And I still had a lot of growing when you took me and you shaped me with those hands. You know me better than myself, make me better than I am


by Wiise


Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: folie douce (Stitch)   Mar 19 Juil - 12:27

UN ANCIEN POUFSOUFFLE
Bienvenuuuuuuuuuuuue
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: folie douce (Stitch)   Mar 19 Juil - 18:10

MIHAYL Vive les Pouffy, ce sont les meilleurs. Merciii, j'aime beaucoup ton pseudo aussi + Dane.

TEDDY Hufflepuffs rule the world. Merciii.
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: folie douce (Stitch)   Mer 20 Juil - 3:30

Félicitations !
bienvenu(e) sur Mudbloods & Murmurs

tes premiers pas parmi nous
Bordel cette fiche est juste... j'ai pas de mots pour mes feels là Il est tellement innocent, mais pas, pur, mais pas, naïf, mais pas J'adore le personnage, toute l'ambiguïté (j'ai du re-écrire 3 fois ce mot) que tu lui as donné et puis TA PLUME Je te valide donc avec plaisir, amour, et je te menace du fait qu'on est obligés d'avoir un lien entre fous (en lus t'es ma première validation vu que c'est moi la #AdminALaBourre, du coup trop de sentiments )


Tout d'abord félicitations et bienvenu(e) sur Mudbloods & Murmurs!

Maintenant que ta fiche est validée, il te reste juste quelques petites étapes avant de pouvoir commencer à RP parmi nous! Tout d'abord, n'oublie pas de vérifier dans le bottin des avatars que ton avatar t'a bien été réservé, ainsi que dans les différents listings, afin de vérifier que tu es correctement recensé. Il est également obligatoire de passer remplir les quelques informations dont nous avons besoin dans ce sujet de recensement. Tu n'auras ensuite plus qu'à créer ta fiche de liens afin de pouvoir commencer à trouver toutes sortes de liens plus farfelus les uns que les autres avec les autres joueurs  

Mais par dessus tout n'oublie pas de t'amuser et de prendre du plaisir à RP. On a hâte de lire toutes vos histoires et on cale d'ors et déjà un bisou sur vos fesses. N'oubliez pas qu'en cas de question/demande ou quoi que ce soit d'autre, tout le staff est à votre disponibilité par MP, chouette, beuglante ou crieur
CORRUPTION WILL HAUNT YOU ↓ MUDBLOODS AND MURMURS
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: folie douce (Stitch)   Mer 20 Juil - 14:25

Merciiiiiiiiiii. Je suis ravie d'être ta première validation. Et que ça t'ait plus.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: folie douce (Stitch)   

Revenir en haut Aller en bas
 
folie douce (Stitch)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» la folie douce
» La folie des BAM ! [FINI]
» L’argent conduit à la folie !
» [BAL] Douce tromperie (PV Marie-Anne et Marine)
» Crise de folie... |Libre|

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: