Soutenez le forum
Votez pour M&M sur les top-sites et faîtes passer le mot!
Bazzart - PRD.
Ecoulement du temps
Nous sommes actuellement en septembre 1952
Sixième version du forum
On vous donne rendez-vous ici pour vous tenir au courant des dernières nouveautés!

 | 
 

 ace in the hole (freya)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: ace in the hole (freya)   Dim 17 Juil - 23:07

Freya Sonja Draganov
What did they aim for when they missed your heart?


A little taste of magic on your lips
▲ Nom : Draganov, un nom qui fait frémir tant il transpire de l'ambition sans limite d'une famille assoiffée de pouvoir. Se référant à la férocité du dragon, ce nom résonne dans le caractère de ceux qui le porte jusqu'à la mort.
▲ Prénom :  Freya, on lui a donné le nom d'une déesse nordique de l'amour et de la fertilité, résumant ainsi le seul et unique statut que son sexe pourrait lui offrir, mais aussi nom d'une déesse aux attributs guerrier, prédestinant sans doute la forte envie de vengeance et de sang de la demoiselle. Sonja, autre prénom scandinave, sans doute la seule once de sagesse dans le tempérament survolté d'une blonde avide de liberté.
▲ Date et lieu de naissance : Elle est née un certain 13 juillet 1932 dans la capitale bulgare, Sofia tout comme ses soeurs avant elle.
▲Nature du sang : Pur, à n'en point douter. Celui qui oserait remettre en cause cet état de fait se verrait sévèrement châtié pour avoir insulter l'honneur et la pureté de la lignée Draganov.
▲Profession : Musicienne, autant dire qu'aux yeux de ses parents, elle n'a aucun réel métier et pourtant, pour elle, c'est le seul moyen qu'elle a trouvé, depuis sa plus tendre enfance, pour échapper au quotidien et s'évader dans un monde qui n'appartiens qu'à elle. Elle ne gagne pas réellement sa vie en faisant cela, mais cela lui permet d'éveiller certains yeux vides, lors de soirées mondaines auxquelles on lui demande d'assister.
▲Statut matrimonial : A ses yeux, elle est célibataire, et sans très prochainement fiancée au meilleur parti auquel son père pourra la vendre afin d'assoir un peu plus son pouvoir. Ignore encore, cependant, qu'elle est déjà Fiancée à Elkacem Shafiq depuis peu.
▲Ancienne maison (ou école pour les bulgares) : Durmstrang.
▲Patronus : Un chat, qui apparait une fois le sortilège prononcé et qui est la parfaite représentation de sa propriétaire: à la fois calme et rusé, attendant dans l'ombre que son heure vienne, avec quelques accès de folie par moment.
▲Baguette Magique : Elle possède une baguette de 23,5 cm en bois de noisetier, contenant du ventricule de coeur de Dragon. C'est une baguette qui réagit énormément aux émotions de sa propriétaire mais qui permet d'appréhender rapidement de nouveaux sortilèges. De par sa taille, elle est rapide et très maniable, mais en l'absence d'une grande maîtrise de soi, elle peut être extrêmement dangereuse: le coeur de dragon étant, souvent, générateur d'accident magique lorsqu'il n'est pas maitrisé.
▲Particularité : Elle aurait aimé être métamorphe, mais la nature ne l'a doté d'aucune compétence magique particulière. En revanche, elle s'est, depuis peu, mise à l'apprentissage intensif de la legillimencie. Dans son esprit, cela lui permettra de reprendre le contrôle.
▲Amortentia : encens, rose et cerise noire • Elle ne sait pas d'où lui vient cet amour de l'encens, sans doute, de ces vieux monuments qu'elle aime visiter et qui dégage souvent, après cette première impression de poussière, un parfum plus discret, vestiges d'ancienne fumigation. C'est dans ses souvenirs qu'il faut venir chercher l'origine de son amour pour l'odeur des roses, un jardin où elle se retrouvait avec ses soeurs et qui, aujourd'hui, lui procure un sentiment de sécurité. La cerise noire, parfum gourmand et acidulé propre à son jeune âge.
▲Epouvantard : Son père • Déjà présent dans ses cauchemars, c'est lui qui apparait lorsqu'elle fait face à l'une de ses créatures. Si elle a toujours été protégée par ses soeurs, il reste une figure impressionnante qui lui coupe la respiration. Oh il n'a jamais levé la main sur elle, enfin, pas sur son vrai corps, mais il y a d'autres formes de violence qui peuvent être tout aussi redoutable.

Je jure solennellement de faire usage du sortilège
Morsmordre
pour servir ma cause

"Parlez-nous un peu de vous. Si vous deviez vous décrire en quelques mots que diriez-vous ?"
Comment peut-on cerner quelqu'un en quelques mots ? Soit, je vais tenter de vous expliquer brièvement qui je suis ... Je pense que la plupart des gens vous dirons que je suis quelqu'un de plutôt calme, habitée par une certaine élégance que j'attribue sans doute à l'environnement dans lequel j'ai grandi. D'un naturel artiste, je suis une personne passionnée et rigoureuse: j'aime aller au bout des choses mais je ne suis pas contre un peu d'improvisation. Je suis même excellente à cela. Car oui, ce que l'on ne vous dira pas, c'est sans doute que je suis une bonne actrice. A vrai dire, je pense qu'on pourrait même dire que je suis un peu manipulatrice sur les bords: après avoir grandi dans un cadre des plus particuliers, j'ai appris à me débrouiller avec ce que j'avais, ce qui fait de moi quelqu'un de séducteur. Comme pour répondre à la tradition familiale, je suis prête à tout pour satisfaire mes ambitions: maligne, je n'hésite pas à prêcher le faux, me laissant étiqueter fragile, naïve et manipulable pour retourner la situation à mon avantage. J'avoue être fière de ma capacité d'analyse et de mes facilités à m'adapter à ce qui m'entoure, c'est une qualité que j'ai longuement travaillé, patiente, afin de pouvoir un jour, satisfaire mes besoins d'indépendance et de liberté. Il n'y a pas que ma famille qui m'emprisonne: ma condition de femme m'impose certains codes auxquels je me dois de répondre, mais, au fond de moi, je n'oublie pas que je me suis promis une chose. Atteindre la lune ou mourir, il n'y a pour moi aucune autre alternative. Je ne resterais pas une demoiselle en détresse et je prendrais en main, le contrôle de mon destin. J'ai confiance en mes atouts, je suis quelqu'un d'assurée et je fais toujours les choses en tout ou rien: je prends peu de risques pour le moment, mais je n'hésite pas lorsque je dois faire quelques choses. Alors, pour résumer, je pense qu'on peut dire les choses ainsi: je donne l'impression d'être une jolie poupée, sage et parfaite, subissant sans broncher les mots de son père, mais attendant patiemment son heure, l'heure de sa vengeance, l'heure où elle brisera ces chaines invisibles qui la maintiennent docile pour conquérir sa liberté.

"Grindelwald domine l'Angleterre et la Bulgarie depuis 6 ans en quoi cela-t-il influé sur votre quotidien ?"
J'étais très jeune lorsque tout ces histoires ont commencé, je n'ai donc, contrairement à d'autre, pas vraiment moyen de comparer avec un "avant". A treize ans, on a tendance à être très centré sur soi, et j'admets que je ne peux parler que de ce qui a changé dans mon environnement proche. Quand Grindelwald à prit le pouvoir, je n'ai pas vraiment pris conscience de ce qu'il se passait: nous sommes partis pour l'Angleterre peu après. Je ne sais pas vraiment si c'est l'influence du sorcier, ou s'il a toujours été ainsi, mais j'étais plus vieille, mes soeurs prenaient leur indépendance et j'ai été percuté de plein fouet par la folie qui habite les hommes de ma famille. Si Grindelwald n'avait pas été là, peut être que mes choix seraient différents, peut être que je ne serais pas sur le point de rejoindre un groupuscule s'opposant à celui qui, aujourd'hui, se fait appeler le chef des nations. Je ne sais pas ce qu'on sont avènement à pu orchestrer comme avantages ou inconvénients, mais je sais ce que sa chute à le pouvoir de m'offrir.

"Vous voyez un passant dans la rue se faire malmener par deux spaseni, serviteurs de grindelwald, que faites-vous ?"
Ce que je vais dire peut être très mal interprété mais soit, allons y ! Et bien, pour être honnête, je ne suis la femme d'une seule réaction: cela peut dépendre de mon humeur, de qui est le passant, de qui sont les spaseni. Personnellement, je pense que, dans une majorité de cas et dans l'éventualité que je considère le passant comme une pauvre victime, que je me reconnaisse dans sa souffrance, alors je m'interposerais. Je suis une Draganov, qui sait ce qui pourrait arriver à ceux qui oseront lever la main sur moi. Bien sur, ce n'est pas une science exacte, mais je suis généralement suffisamment rebelle pour m'interposer, bien qu'avec du recul, je craigne des représailles provenant de ma famille, une série d'interrogation sur ce qui m'a poussé à faire cela ... En revanche, je ne vous cache pas que, dans d'autres circonstances, il est tout à fait possible que je laisse les spaseni faire, que je me contente d'ignorer ce qu'il se passe et que je continu mon chemin comme si de rien n'était ... Je vous l'ai dis, moi même je suis aléatoire.

« Vous voila devant le miroir du Riséd, que pensez-vous y voir ? »
Etonnement, je n'y vois ni argent, ni famille. Je ne rêve de gloire ou d'amour et cela me rend triste, d'une certaine manière. J'ai l'impression d'être à des kilomètres des préoccupations des autres filles de mon âge. Quand je vois comment l'une de mes soeurs s'est battue pour obtenir la vie de ses rêves: même cela ne parvient pas à me motiver le matin ... Alors peut être que je suis un peu jeune pour rêver d'un mari, d'enfant, d'un travail qui m'épanouisse chaque jour un peu plus. Non, moi mon truc, c'est de régler les choses les unes après les autres. Ce miroir me renvoi non pas une image, mais plutôt un sentiment: un apaisement total. Je me vois, debout, me souriant avec l'air le plus reposé du monde et au fond de moi, je sais qu'Il n'est plus là et Elle non plus. Je sais que ma carrière musicale décolle, que c'est encore le frisson des premiers succès et je les vois tous. Ma famille. Mes soeurs, enfin heureuses et libérées de leurs démons, de nos démons ... Je ressens les nuits sans cauchemars, la réelle unité des Draganov, je ressens un océan de possibilité, une liberté qui ne sera plus jamais entravé, ni par notre père, ni par notre frère. Je ressens que le futur peut se construire.

« Par chance, vous vous trouvez en présence des trois reliques de la mort, mais vous ne pouvez en choisir qu’une. Laquelle prendriez-vous ? »
La baguette. Sans la moindre hésitation. Il n'y a personne a qui je tenais suffisamment qui aurait pu, malheureusement, disparaitre don la pierre ne m'est d'aucune utilité. Je n'ai personne à protéger non plus et je ne suis pas une fuyarde, je laisse donc la cape à ceux qui le veulent. Non. Moi c'est la baguette. L'incarnation de la puissance, du contrôle, la représentation même de la victoire. Le seul moyen qui me permettrait de mettre un terme direct à tout ce qui nous blesse, à tout ce qui est néfaste. C'est étrange, d'avoir dix neuf ans et de se dire que, si tous les propriétaires de cette baguette ont connus un funeste destin, je m'en moque. Pas que je n'ai pas de considération pour ma propre vie, que je me considère au dessus de tout cela ou, au contraire, que je n'y apporte aucun crédit ... Mais j'aime me dire que je suis le dicton "aux grands maux les grands remèdes. Je préfère mourir libre que de vivre sous l'emprise éternelle des hommes Draganov.

▲ pseudo ou prénom :  Atomic.Sky
▲ âge :  Bientôt vingt-quatre ans  
▲pays :  France
▲ Connexion  :  h24
▲ scénario ou inventé :  scenario de Cerseï Macmillan
▲ avatar :  Chloé Moretz
▲ Où avez-vous connu le forum ? :  Grace à une petite pub Facebook et à une petite balade sur le forum
▲ quelque chose à rajouter :  Réponse ici  
▲ crédits :  Réponse ici
CORRUPTION WILL HAUNT YOU ↓ MUDBLOODS AND MURMURS


Dernière édition par Freya Draganov le Jeu 21 Juil - 0:42, édité 18 fois
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: ace in the hole (freya)   Dim 17 Juil - 23:09

Mudbloods and murmurs
she dreamed of paradise



this house no longer, feels like home.


La pièce était plongée dans la pénombre, elle avait tiré les rideaux, ne laissant que quelques rayons de soleil pénétrer les lieux, offrant à l'endroit une ambiance feutré et intime qu'elle aimait bien. Etrangement, elle s'était toujours sentie plus à l'aise dans le noir. Enfin toujours, depuis quelques années, cela était certain. C'était dans cette bibliothèque qu'elle se sentait le mieux: les étagères pleines de livres lui donnaient l'impression d'être dans un cocon protecteur et elle ne souffrait pas de l'étroitesse des lieux. Inspirant profondément, elle laissa ses doigts caresser l'instrument, profitant de l'absence de ses parents pour laisser sa créativité s'exprimer. Depuis quelques temps, ils n'appréciaient pas de l'entendre, elle se contentait de s'entrainer lors de leurs multiples absences, ou, lorsque le temps le permettait, elle restait à l'extérieur. L'archet glissa lentement sur les cordes, faisant résonner les murs d'un bruit noble et profond qui fit battre son coeur un peu plus vite. Elle aimait cette sensation, elle aimait se sentir vivante lorsqu'elle jouait.

La petite fille se promenait silencieusement dans le spacieux manoir. Ils étaient venus rendre une dernière visite à des amis avant de quitter Sofia pour rejoindre Londres et vivre en Angleterre. Freya avait hâte d'y être, de découvrir cet autre pays, mais la perspective de passer l'après-midi ici était ennuyant. Si son frère et sa soeur la plus âgée, restaient sagement près de leurs parents, elle n'avait pu tenir en place et avait été invité à aller jouer dans le jardin de la propriété. Subjuguée par la taille de l'habitation, la petite fille c'était lancée dans une chasse au trésor, se prenant pour une aventurière découvrant chacun des pièces comme s'il s'agissait d'une nouvelle contrée à découvrir. Elle finit par arriver dans un petit salon au centre duquel trônait un magnifique piano. Après avoir, pendant plusieurs minutes, essayer de s'assoir sur le banc, elle finit par se hisser sur le dessus recouvert de velours et laissa ses doigts enfantin glisser sur les touches lisses du piano. Freya ? Dans la surprise, l'enfant se retourna vers la porte, appuyant involontairement sur une série de touche, provoquant un bruit des plus dishamonique qui lui arracha une grimace. Cerseï ? Sa grande soeur la rejoint rapidement, la tirant par le bras pour la faire descendre. Elles n'avaient rien à faire ici et, avec le bruit qu'elles venaient de faire, elles n'allaient pas tarder à être rejoint par les adultes. L'aînée cherchait sa cadette pour la ramener dans le salon où tous se trouvait. Freya avait toujours été en admiration devant sa grande soeur: elle était toujours subjuguée par la manière dont elle la connaissait bien. Elle aurait aimé lui expliquer combien elle était intéressée par ce qu'elle venait de découvrir. oui prenant la main, elle trottina derrière elle. Mais, à peine avaient-elle atteint la porte que cette dernière s'ouvrit sur le regard sombre et furieux de leur père.

Le souvenir, en demi teinte, lui arracha tout de même un sourire. En grandissant, elle avait perdu en expansivité: elle ne partageait plus autant ses sentiments, gardant pour elle ses émotions, laissant la vie perdre ses couleurs pour se parer de noir et blanc. Elle se frappa mentalement. Pourquoi fallait-elle toujours qu'elle pense au pire, qu'elle transforme un beau souvenir en quelque chose de triste ou qui éveillait sa colère. Les années passant, elle était devenue une jeune femme pleine d'amertume, quittant le statut d'enfant joyeuse pour celui d'affamée de vengeance. Non, ce n'était pas sa vie qui était monochrome, c'était les lunettes qu'on lui imposait depuis que Cerseï avait quitté le domicile familiale. Pauvre d'elles. songea la jeune femme alors que sa main continuait d'effectuer les mouvements tant de fois répétés. Comment en étaient-elles arrivées là ...?

Le vase trônait sur le sol, brisé en mille morceaux. Les larmes aux yeux, Freya regardait autour d'elle comme pour trouver un échappatoire. Sa mère, alertée par le bruit, l'avait vu. Alors qu'elle faisait demi-tour, l'enfant sentait son coeur se serrer: elle savait très bien qui allait arriver.. Freya ! Mais qu'est-ce que tu as fais ! La cadette se retourna, la chevelure blanche de sa soeur aînée apparut dans l'escalier. Cerce dévala les marches, constatant les dégâts. Mère m'a vu ! lui dit-elle alors qu'elle allait fondre en larme, déjà effrayée à l'idée d'être punie par leur père. Contre toute attente, l'aînée l'attrapa par le bras et la tira jusqu'à un placard où elle la cacha, lui faisant signe de se taire avant de fermer la porte. Freya ne comprenait pas. Du haut de ses dix ans, elle se contenta d'obéir, entrouvrant la porte pour constater, avec stupeur, qu'un double de sa propre personne se trouvait dans la pièce.  Mais ... ! Le double la regarda, lui faisant signe de ne pas faire de bruit et c'est là qu'elle comprit. Ce n'était pas un double, ni un clone, ni même un sortilège. C'était Cerseï, sous sa propre apparence. Elle vit son père entrer dans la pièce, et alors elle ferma les yeux le plus fort qu'elle pouvait. Prostrée au fond du placard, elle se laissa glisser par terre, bouchant ses oreilles avec ses mains pour étouffer les bruits sourds qui provenait de l'extérieur du placard. Ce jour là, Freya comprit que, depuis des années, si elle avait pu être tranquille, c'était uniquement grâce à sa soeur. Ce jour là, elle prit conscience que, depuis tout ce temps, c'était Cerseï qui se faisait punir à sa place, subissant les punitions sans jamais rien dire. Ce jour là, Freya pleura.

Elle lâcha tout brusquement. L'instrument glissa pour trouver appuis sur sa jambe, évitant de peu un contact avec le sol qui aurait pu lui être fatal. En revanche, l'archet percuta le parquet dans un bruit sourd qui ne déclencha, chez la blonde, aucune réaction. Elle se leva, adossant son précieux violoncelle contre la chaise sur laquelle elle s'était installée un peu plus tôt. Prise d'une série de tremblement, elle s'approcha de l'une des fenêtres, entrouvrant le rideau, ses yeux se plissant au contact de la lumière si vive du soleil. Qui avait dit qu'il ne faisait jamais beau en Angleterre. Ses doigts délicats l'ouvrirent et elle inspira, tachant d'éloigner d'elle les démons qui menaçaient de l'engloutir. Encore une crise d'angoisse, la deuxième ce mois ci. C'était de plus en plus fréquent. Un mal qu'elle gardait secret, rien que pour elle. Ses soeurs s'inquièteraient, son père et son frère se moqueraient, sa mère ... N'en n'aurait strictement rien à faire. Du bout des doigts, elle déboutonna quelque peu son chemisier, laissant l'air, frais malgré tout, refroidir sa peau brulante. Il fallait qu'elle se calme, et vite.


all i want to do it's be more like me and be less like you.


Le petit bureau, ou plutôt, la console, qu'on avait disposé dans sa chambre avait la chance d'être collée à une fenêtre donnant sur le parc. Cela reflétait le calme des lieux et, si Freya préférait être dans les jardins la plupart du temps, elle devait admettre que la vue l'apaisait. Aujourd'hui, il pleuvait. Le ciel gris, couvert d'épais nuages sombres, la dissuadait de mettre un pied dehors. Et puis, elle n'aimait pas être mouillée. Quittant le lit sur lequel elle s'était assise, elle entrouvrit la porte et écouta. Personne. Ou alors une personne très discrète, tout le contraire de sa mère. Elle referma la porte aussi silencieusement que possible, grimaçant lorsqu'elle grinça légèrement et courut au tiroir de la console dont elle sortit une lettre, reçue un peu plus tôt dans la journée. Elle ne pu retenir le sourire tendre qui naquit sur ses lèvres. Cerseï.

Freya cachait son sourire moqueur dans le livre qu'elle lisait. Depuis plus d'une heure, elle écoutait son père pester contre le monde, contre sa fille, contre ce maudit beau-fils. Rien ne pouvait la rendre plus heureuse que de voir l'effet  que faisait cette désillusion sur le tempérament enflammé de Timoteï Draganov. Quelle sale petite ... l'injure resta coincée dans sa gorge alors que, de rage, il brisait l'une des fenêtres du salon, y lançant l'un des innombrables bibelots dont sa femme faisait collection. Cette dernière se tenait face à lui, assise dans l'un des fauteuils, brodant un énième mouchoir qu'elle s'empresserait de brûler par la suite. De marbre face à la réaction de son époux, elle sortit sa baguette et, d'un coup de poignet, répara les débris disséminé dans le salon. Ces accès de colère n'était pas rare et le Reparo était devenu le mot le plus prononcé de leur mariage. La benjamine regarda ses parents, jubilant de voir son géniteur si enragé en découvrant que Cerseï l'avait roulé. Une magnifique révérence avec laquelle elle avait conquis sa liberté: un mariage qu'elle avait fait passer pour parfait aux yeux de Timoteï, mais qui dissimulait un succès colossal. Quelle était forte, cette soeur admirée. Ça ne se passera pas comme ça ! Elle leva discrètement les yeux aux ciel. QU'allait-il donc faire ? Maintenant qu'elle était mariée, elle était intouchable. Oserait-il s'attaquer à son propre sang ? Freya savait que son père n'accordait pas grande importance à leur présence: elles étaient des femmes, elles étaient inutiles. Malgré la colère de son père, Freya souriait. Il n'y avait pas que cela qui la rendait joyeuse: non, sa soeur avait ouvert la voie, et il lui faudra s'y engouffrer. Elle avait conquis sa liberté.  

La porte s'ouvrit à la volée, faisant sursauter la jeune femme qui s'empressa de cacher le papier dans ses jupes. A l'entrée de la chambre, Denitsa Draganov la fixait de ses grand yeux sombres, déclenchant, chez sa fille, une soudaine vague de colère. Elle n'avait jamais eu de bonnes relations avec sa mère: toute son enfance, elle avait cherché son aval, sa bénédiction. Elle avait voulu la rendre fière, décrocher un sourire chez celle qui lui semblait si triste, avoir un semblant de vie normal: si elle n'obtenait réellement d'amour de son père, peut être pouvait elle en trouver chez cette mère qu'elle ne voyait que rarement. Mensonges. Condamnée sans même avoir tenter de la découvrir, c'était quelques années plus tôt que Freya avait cessé d'espérer, de croire en quelque chose envers Denitsa.

Elle respirait difficilement, se remettant de ce que son esprit venait de subir. La porte rebondie contre le chambranle en bois, se rouvrant sur un léger rayon de lumière qui exposa son corps prostré contre le mur. C'était une nouvelle technique, une nouvelle forme de violence. Il devait avoir compris que les coups ne le mènerait à rien, qu'il avait plus à y perdre qu'autre chose. Alors c'était son esprit qu'il tentait de briser à présent. Et, malgré elle, Freya devait admettre qu'il se débrouillait bien. Sortant un coffre de sous son lit, toujours haletante, Freya se chercha une page précise, souriant de soulagement en la retrouvant. Legillimencie. C'était ce à quoi elle s'entrainait depuis des mois. Bien sur, elle savait qu'elle aurait du privilégie l'occlumencie pour se protéger, mais c'était secondaire, elle s'en occuperait plus tard. Pour le moment, elle cherchait un moyen de répliquer. Attrapant sa baguette, Freya quitta la chambre pour se faufiler dans le couloir, elle entraperçue sa mère occupé à elle-ne-savait quoi. Pointant sa baguette sur la femme lui faisant dos, elle prononça le sortilège, espérant que, cette fois, il fonctionnerait. Elle fut assaillie par une vague d'image, s'arrêtant sur une seule. Sa mère et son père, pencher sur le berceau d'un bébé. Dans la même pièce elle reconnu son frère et ses deux soeurs. Le bébé, c'était elle. Elle allait sourire, découvrir comment ses parents agissaient dans ce monde qu'elle ignorait. Excitée, elle déchanta rapidement. Timoteï Draganov s'éloigna du lit comme s'il l'avait brûlé. Encore une fille ... murmura-t-il avant de quitter la femme en larmes. Choquée, Freya quitta l'esprit de sa mère, avec une seule phrase en tête. Merlin, pourquoi n'es-tu pas un fils ...

Un jeu de regard s'engagea entre la mère et sa benjamine, et puis, un coup d'oeil vers le bas et Freya sut. Elle avait comprit. Mais ne dit rien, se contentant alors de quitter la chambre sans même se retourner. Ça avait toujours été ainsi. Abandonniste qu'elle était, Denitsa semblait avoir perdu foi en toute chose, vivant au jour le jour, s'occupant de son fils unique et de son mari comme si ses filles, comme si elle, n'existaient pas. C'était sans doute le mieux pour elle. songea Freya avant de retourner ferme la porte, pressée de se mettre à la rédaction de sa réponse.


you can't afford to be weak


Elle s'observait sous toutes les coutures, tournant et se retournant devant le grand miroir de sa chambre. Sa robe bleue mettait en valeur ses formes de jeune femme tout en restant correcte de par sa longueur et le décolleté recouvert de dentelle qui cachait ses atout, laissant place à l'imagination. Ses mèches blondes avaient été coiffées un peu plus tôt dans la journée, relevées en un chignon élégant qui encadrait son visage pâle et contrastait avec ses yeux clairs cerclés de noir. La porte s'ouvrit sur son frère aîné. Vanadil était élégant dans sa tenue de soirée. Sans réellement la regarder, il lui fit un signe de tête et quitta l'embrasure de la porte. Tentant de garder un équilibre sur ses chaussures à talons plus hautes que d'ordinaire, Freya rejoint le couloir où elle trouva au bras de son frère, leur soeur. Ces deux là s'étaient toujours, plus ou moins bien entendu, et si Vanadil ne lui adressait presque jamais la parole, il semblait plus loquace avec elle. Soupirant, la blonde emboita le pas et descendit dans la salle de réception où se pressait déjà une multitude d'invités.

Elle avait été convoqué dans le bureau de son père et faisait désormais face au couple parental, appréhendant un peu ce qui allait se passer. C'était la première fois qu'ils demandaient à la voir, seule. Freya lança un regard paniqué à la porte avant que son père ne s'éclaircisse la gorge.  Freya ... Nous devons parler. Elle se retint de faire remarquer que c'était déjà le cas mais se contenta de hocher la tête.  Tu vas bientôt avoir vingt ans, il est temps que tu participes à la vie de la famille ! La voix forte l'intimidait et elle continua de garder le silence, incapable e comprendre ce qu'il entendait pas "participer à la vie de la famille". Ses yeux clairs sondèrent sa mère, mais cette dernière évitait soigneusement son regard.  Dans quelques semaines aura lieu une grande soirée durant laquelle nous tacherons de te trouver un mari. Elle manqua de s'étouffer. Un mari. On voulait la  marier maintenant ? Elle ne put retenir le gémissement qui franchi ses lèvres. Et puis, elle comprit: il ne voulait pas que ce qu'il s'était passé avec Cerseï se reproduise avec elle: plus docile, leur aînée posait bien moins de problème que les deux plus jeunes enfants du couple. Pendant les minutes qui suivirent, Freya n'écouta plus rien: elle voyait bien les lèvres de son père bouger, il parlait mais elle ne comprenait pas, elle n'entendait pas. Se retenant de pleurer jusqu'à la dernière seconde, elle quitta, dès qu'elle en eut l'occasion, le bureau et s'engouffra dans sa chambre. Les yeux rouges, quelques larmes coulant sur ses joues, elle sortit un parchemin du tiroir de sa console, gribouillant quelques mots à la plume ... Il fallait qu'elle envoie un message à sa soeur ...  

Savoir le but sous-jacent de la petite soirée ne fit qu'attiser sa haine. Elle allait troquer une vie -courte, certes - de silence et d'obéissance, pour une autre ? Ne considéraient-ils pas qu'elle était trop jeune ? Que leur première fille devait être la première à trouver un époux ? Avec le sentiment que le ciel s'acharnait sur elle, Freya se hâta de rejoindre la table, s'éloignant des convives et du coeur de la fête. Elle observa alors. Dans un coin de la salle, Vanadil, désormais seul, lançait des oeillades séductrice à un groupe de jeunes femme à l'autre bout de la salle tout en discutant avec quelques hommes qu'il devait bien connaitre. Sa soeur, elle, était en grande conversation avec leur mère qui semblait plus que contrariée et jetait des coups d'oeil réguliers à son fils. Quand à son père ... Il discutait avec un homme d'une trentaine d'années. Son visage lui disait vaguement quelque chose, mais Freya aurait été incapable de mettre un nom sur ce regard sombre qui, parfois, quittait Timoteï Draganov pour la scruter, elle. Mal-à-l'aise, elle se détourna, manquant de percuter une silhouette connue.

Au départ, c'était une rumeur qu'elle avait entendu. Des bruits de couloirs au milieu de ce qui était le bataillon rapproché de Grindelwald. Tous ne jurait que par lui et, au milieu de tout cela, tel un fil d'Ariane, il se tenait là. Sentant le parfum de la liberté, de la révolte, elle l'avait suivi jusqu'à se retrouver là, au milieu d'une grande salle d'un manoir éloigné, au milieu de parfaits inconnus. Voldemort. Un nom dont elle ignorait tout jusqu'alors. Une volonté de se révolter qui lui parlait. La peste ou le choléra ? Qu'importe, elle voulait sa liberté. C'était là qu'elle avait rencontré l'inconnu. Ils eurent un sourire discret mais entendu l'un pour l'autre et, après une salutation des plus convenable, elle le vit retourner vers l'assistance, prenant garde de garder sa manche bien baissée. Freya retourna à sa contemplation, pressée que les heures passent et que cette mascarade se termine. Cette soirée allait sceller son destin, elle en avait conscience, sans réellement savoir en quoi ...


CORRUPTION WILL HAUNT YOU ↓ MUDBLOODS AND MURMURS


Dernière édition par Freya Draganov le Mer 20 Juil - 23:39, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: ace in the hole (freya)   Dim 17 Juil - 23:26

MA SOEUR C'EST LA PLUS BELLE
Le premier qui te touche j'le tue

Sinon bienvenuuuuuuuue Je suis tellement happy que la petite Freya te fasse craquer
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: ace in the hole (freya)   Dim 17 Juil - 23:50

Je suis trop contente pour Cerseï que tu aies cédé pour ce scénario de fou

Bienvenue sur le forum, hâte de voir comment tu vas nous interpréter ça si tu as des questions, n'hésite pas à contacter le staff, on est là pour ça
Revenir en haut Aller en bas


Melpomène Lestrange
live like legends
avatar
live like legends
Parchemins :  3965
Crédits :  Tearsflight (avatar), LAZARE (codage signature), MØRK (gif profil + signa)
 
Âge :  25 ans à se battre pour le pouvoir.
Sang :  Le sang des Black est pur, ode irrévérencieuse à la noirceur de leurs âmes, liquide vermillon qu'ils ne sauraient gaspiller. Sang royal où se mélange magie noire, ambition incontrôlée et soif de pouvoir.
Allégeance :  Marque des Ténèbres assumée, Melpomène fait partie des Mangemorts. Loyale servante depuis les premières heures de Voldemort.
Profession :  Melpomène travaillait autrefois à la morgue, embaumant derrière elle les secrets des siens. Aujourd'hui fugitive.
Ancienne école :  Poudlard dans une maison bordée d'émeraude - berceau de rencontres qui ont changé le cours de sa famille et qui ont façonné un destin aussi sombre que son patronyme.

Priori Incantatem
am i free?: no
Inventaire:
code couleur: #CF8C8C
http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t107-melpomene-child-of-the-night http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t77-melpomene-uprising
MessageSujet: Re: ace in the hole (freya)   Lun 18 Juil - 0:13

Excellent choix de scénario
j'ai tellement hâte de te lire


uprising
You will hear thunder and remember me, And think: she wanted storms. The rim Of the sky will be the colour of hard crimson, And your heart, as it was then, will be on fire.
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: ace in the hole (freya)   Lun 18 Juil - 0:14

Vous êtes l'antre de la tentation Comment résister ?
Merci à toutes !
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: ace in the hole (freya)   Lun 18 Juil - 0:21

Quel scénario
Bienvenue parmi nous, bon courage pour ta fiche
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: ace in the hole (freya)   Lun 18 Juil - 2:28

J'en connais une qui est contente
Bienvenue ici belle demoiselle
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: ace in the hole (freya)   Lun 18 Juil - 9:57

c'est un super choix de scénar
bienvenue parmi nous
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: ace in the hole (freya)   Lun 18 Juil - 10:58

Ce scénario J'ai hâte de voir ce que tu vas en faire
Bienvenue sur M&M, bon courage pour ta fiche
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: ace in the hole (freya)   Lun 18 Juil - 17:48

Rho la la cet accueil de fou ! Merci à tous !!
Mais attention moi et ma sistah on va conquérir le monde !!! ( bon initialement je voulais mettre un smileys de conquête mais comme je suis sur mon téléphone c'est mort dooooonc imaginez un super smiley qui fait peur)
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: ace in the hole (freya)   Lun 18 Juil - 18:01

Bienvenue parmi nous et bon courage pour ta fiche .
Revenir en haut Aller en bas


Mihayl Krum
Incarcerem
avatar
Incarcerem
Parchemins :  242
Crédits :  croco.
 
Âge :  29 ans
Sang :  Sang pur
Allégeance :  Grindelwald
Profession :  Propriétaire d'une l'entreprise de baguettes
Ancienne école :  Durmstrang

Priori Incantatem
am i free?: yes
Inventaire:
code couleur:
MessageSujet: Re: ace in the hole (freya)   Lun 18 Juil - 21:26

Cette choupette et une bulgare wesh c'est cool 8)

Welcome et bon courage pour la fin de la fiche \o/


i'm afraid i might die for you
Well you know me with that ancient gaze stripping down with yesterday's eyes. You know me as I was you see me as I will be. And I still had a lot of growing when you took me and you shaped me with those hands. You know me better than myself, make me better than I am


by Wiise


Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: ace in the hole (freya)   Mar 19 Juil - 12:32

chloé
bienvenuuuuuuue
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: ace in the hole (freya)   Mer 20 Juil - 10:16

Bienvenue, jolie belle-sœur !
Cet avatar, quoi, je meurs !
J'me réjouis de lire tes RPs, j'aime déjà bien ta plume !
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: ace in the hole (freya)   Mer 20 Juil - 10:36


Mon dieu, mais c'est qu'elle s'embête pas la soeurette :yaya:

Merci à tous pour vos bienvenus, j'espère finir rapidement pour vous rejoindre.
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: ace in the hole (freya)   Mer 20 Juil - 20:36

Hey ! Bienvenue à toi et bonne chance pour ta fiche !
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: ace in the hole (freya)   Jeu 21 Juil - 0:45

Coucou toi
Je viens de dévorer ta fiche et je dois dire que j'adore ta plume

Cela dit, tu as oublié de nous envoyer ta demande de don Je t'invite donc à nous envoyer un paragraphe explicatif (ou test rp comme tu le souhaites) de la façon dont Freya a obtenu le don de légilimencie et la façon dont elle s'en sert aujourd'hui

De même, il y a ce passage qui a retenu mon attention :

Citation :
Personnellement, je pense que, dans une majorité de cas et dans l'éventualité que je considère le passant comme une pauvre victime, que je me reconnaisse dans sa souffrance, alors je m'interposerais. Je suis une Draganov, qui sait ce qui pourrait arriver à ceux qui oseront lever la main sur moi.

Je ne te demande pas le moins du monde de le modifier, juste de prendre en compte que les spaseni se fichent du nom que peuvent porter les gens ; toute personne qui se soulève contre la volonté de Grindelwald est vue comme un ennemi, Dragonov ou non Elle s'expose donc à de gros risques en adoptant ce genre de comportement
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: ace in the hole (freya)   Jeu 21 Juil - 0:47

Oh merci merci
Aaaah bah comme c'était encore en apprentissage, j'étais pas certaine que ce soit vraiment un don à proprement parler en fait (vu qu'elle ne l'a "réussi" qu'une seule fois)
Ouais elle est un peu ouf la louloute. Après, je pense qu'elle sait qu'elle aura pas de passe droit, mais elle espère les représailles (v'est qu'elle nous conduirait à une 3e guerre mondiale la louloute)
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: ace in the hole (freya)   Jeu 21 Juil - 13:07

Félicitations !
bienvenu(e) sur Mudbloods & Murmurs

tes premiers pas parmi nous
méchants parents mais super personnage elle est toute attachante freya (mais tout feu tout flamme) je te valide avec plaisir, va donc comploter avec ma soeur


Tout d'abord félicitations et bienvenu(e) sur Mudbloods & Murmurs!

Maintenant que ta fiche est validée, il te reste juste quelques petites étapes avant de pouvoir commencer à RP parmi nous! Tout d'abord, n'oublie pas de vérifier dans le bottin des avatars que ton avatar t'a bien été réservé, ainsi que dans les différents listings, afin de vérifier que tu es correctement recensé. Il est également obligatoire de passer remplir les quelques informations dont nous avons besoin dans ce sujet de recensement. Tu n'auras ensuite plus qu'à créer ta fiche de liens afin de pouvoir commencer à trouver toutes sortes de liens plus farfelus les uns que les autres avec les autres joueurs

Mais par dessus tout n'oublie pas de t'amuser et de prendre du plaisir à RP. On a hâte de lire toutes vos histoires et on cale d'ors et déjà un bisou sur vos fesses. N'oubliez pas qu'en cas de question/demande ou quoi que ce soit d'autre, tout le staff est à votre disponibilité par MP, chouette, beuglante ou crieur
CORRUPTION WILL HAUNT YOU ↓ MUDBLOODS AND MURMURS
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: ace in the hole (freya)   

Revenir en haut Aller en bas
 
ace in the hole (freya)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Black Hole RPG
» Black Hole, mais d'où vient-il? [Shikaku]
» (F/LIBRE) FREYA MAVOR
» Une virée nocture qui tourne mal (pv Freya)
» Nous sommes riches aussi de nos misères [Freya :3]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: