Soutenez le forum
Votez pour M&M sur les top-sites et faîtes passer le mot!
Bazzart - PRD.
Ecoulement du temps
Nous sommes actuellement en septembre 1952
Sixième version du forum
On vous donne rendez-vous ici pour vous tenir au courant des dernières nouveautés!

 | 
 

 INTRIGUE 1: DU PAIN ET DES JEUX

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
avatar
pnj
Parchemins :  419
http://www.mudbloodsandmurmurs.com
MessageSujet: INTRIGUE 1: DU PAIN ET DES JEUX   Dim 24 Juil - 19:20


Intrigue n°1
panem et circenses

Exécution
« Au cœur du Londres sorcier se trouve la place Claremont, entourée de maison de sorciers, un endroit où ceux-ci viennent habituellement se promener. Un lieu considéré comme de tout temps paisible. Sauf aujourd’hui. Aujourd’hui la place est noire de monde. On se presse, on se pousse, des visages inquiets se dessinent, d’autres en revanches couvrent mal leurs sourires carnassiers. Une estrade a été dressée au centre de la place pour que tous puissent voir l’attraction prévue. Un billot est posé sur le côté au près duquel se tient un bourreau, aiguisant doucement une hache. Le son raisonne dans l’air comme une écorchure. Aux quatre coins de la place on été installées des tables couvertes de boissons et de nourritures. L’exécution du jour se veut un spectacle, une célébration. Un jeu même, macabre certes mais la mise en scène est faite pour nourrir les envies de sang des spectateurs.

Il n’y a pas un sorcier qui n’a pas été invité, des sangs-purs luxueusement habillés aux nés-moldus arborant leur rune rouge. D’ailleurs tous savent pertinemment qu’ils n’ont pas d’autres choix que d’être là. Sous couvert de fête, l’exécution est faite avant tout pour rappeler à tous les opposants de Grindelwald que la rébellion est la mort. Et toutes les personnes réunies en sont conscientes. Soudain un roulement de tambour se fait entendre. La tension est à son comble. Un homme est traîné sur l’estrade par deux membres de la milice des spaseni, son visage est émacié, il est couvert de plaies et de bleus. C’est un membre des mangemorts qui a eu la sottise de se faire capturer. Une stupidité va lui coûter la vie.

Soudain le silence se fait. Absolu. Plein de révérence. Un autre homme monte sur l’estrade. Il est âgé, ses cheveux gris auxquels se mêlent encore de très rares mèches blondes tombent sur ses épaules, des robes luxueuses l’habillent. Grindelwald en personne. Il prend la parole d’une voix forte qui résonne sur la place grâce à un sonorus. « Bienvenue, peuple sorcier. C’est dans la plus grande tristesse que je vous accueille aujourd’hui. En effet cet homme ici présent a tenté de s’attaquer aux travailleurs du Ministère de la Magie et de tuer ainsi de nombreux sorciers innocents. En tant que votre protecteur c’est un crime que je ne saurais tolérer. Il faut éliminer cette menace qui pèse sur chacun d’entre nous et montrer aux rebelles qui veulent détruire l’unité que nous avons su construire qu’ils ne vaincront pas ! Nous devons envoyer un message clair ! Et c’est pour cela que l’accusé a été condamné à l’unanimité à l’exécution en place publique ! » Il marque une pause avant de reprendre. « Il est venu à ma connaissance que nombre d’entre vous se laissent tenter par les belles paroles de sombres groupuscules de rebelles qui veulent renverser le pouvoir. Je vous mets en garde aujourd’hui contre le danger qu’ils représentent ! Ce sont des sauvages qui ne reculeront devant rien pour arriver à leur fin et nous devons nous montrer plus forts qu’eux ! Ensembles, nous pouvons construire un monde meilleur ! Sur ce … laissons la justice suivre son cours »

Informations à connaitre :


-Tous les sorciers ont été invités peu importe leur rang et leurs origines, il s’agit de faire un exemple et de fait il faut le plus de public possible

- Des mangemorts et des membres de lux sont mêlés à l’assistance pour semer le chaos et tenter de stopper l’exécution. Cependant ils ne travaillent pas réellement ensemble.

- Les mangemorts ne sont pas connus pour le moment mis à part pour de petites attaques, il s’agit de leur première action d’ampleur.

- Des spaseni ont été installés dans la place pour surveiller les débordements et protéger Grindelwald

- Pour lancer vos sorts vous pouvez utiliser le Dé mis à disposition, si vous ne l’utilisez pas merci de rester tout de même crédible dans l’utilisation et la réussite de vos sorts.
.
CORRUPTION WILL HAUNT YOU ↓ MUDBLOODS AND MURMURS
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin
Parchemins :  400
Crédits :  Moi (avatar, code signa, gif profil), Tumblr (gifs signature)
 
Âge :  Vingt six ans (1er juillet), vingt six chandelles qui ont déjà marqué son coeur et son corps de trop de cicatrices.
Sang :  Sang de bourbe, né moldu,.. ce ne sont pas les qualificatifs qui manquent pour décrire cette tare qui le réduit en esclavage. Il ne pourra jamais prétendre à plus, il ne pourra plus jamais prétendre à rien de par ce sang qui souille ses veines depuis la naissance.
Allégeance :  Desislav ne croit en rien et en aucun leader. Mais il croit encore en l'amour, Desislav. En l'amour de Mihayl. Alors il a décidé de le suivre, où le Krum ira - le lié suivra.
Profession :  Fidèle serviteur des Krum, il endosse tour à tour les rôles de majordome, assistant et domestique. C'est là tout ce qu'il se verra jamais offrir.
Ancienne école :  Aucune. Magie faible.

Priori Incantatem
am i free?: yes
Inventaire:
code couleur: #009999
http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t108-desislav-haunted-by-demons http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t101-where-is-it-now-t
MessageSujet: Re: INTRIGUE 1: DU PAIN ET DES JEUX   Mar 26 Juil - 13:13

Desislav avait le coeur au bord des lèvres. Tout le monde s'était retrouvé convié à une exécution publique et, vu la position des Krum dans le régime, il était hors de question de se dérober à l'évènement. Il avait donc tenté de discipliner ses cheveux distraitement et accroché sa rune au col de sa veste. Cette rune d'un rouge sang qui attirait l'oeil en même temps qu'il ne le dégoutait. Cette rune d'un rouge vif qui lui rappelait trop de choses. La place Claremont était pleine de monde et le né-moldu avait les épaules légèrement courbées, les mains enfoncées profondément dans les poches de sa veste légère. Il sent un épais frisson descendre le long de sa colonne alors que le bruit d’une hache qu’on aiguise résonne dans l’atmosphère. Il ferme les yeux quelques secondes comme pour chasser l’image du billot de ses rétines - Desislav a déjà vu trop de violence. Derrière ses paupières dansent les flammes de la guerre et les cris des innocents résonnent encore à ses oreilles. Des tables ont été installées aux quatre coins de la place - cette exécution est aussi une fête. Un spectacle. Il baisse les yeux alors qu’il rouvre les paupières et suit calmement le reste des Krum - évitant soigneusement de s’attarder trop longtemps aux côtés de Mihayl. Il est mal à l’aise, Desislav. La violence sourde de la scène fait chavirer son coeur presqu’autant que la présence enivrante du sang-pur à ses côtés. Il voudrait aller trouver de ses doigts les siens, le toucher pour quelques secondes seulement - s’assurer qu’il est bien là. Un simple contact pour rassurer son esprit qui se tourmente, une chimère, une illusion. Car le né-moldu sait que c’est impossible. Leur intimité limitée à quelques caresses dérobées à la nuit. Desislav relève des yeux anxieux sur l’estrade alors qu’on y traîne un homme au visage émacié. Il peut sentir son palpitant se serrer d’angoisse à la vue des bleus et des plaies qui ornent son corps. Il ne peut détourner les yeux de la scène, il veut se montrer digne et pourtant il ne demande qu’à tourner les talons. Retrouver la fraîcheur du manoir de campagne des Krum et enlever cette rune qui semble le brûler aujourd’hui plus que jamais. Le silence tombe soudain comme une chape lourde de sens et Desislav retient sa respiration quelques secondes, comme si le seul fait de respirer pouvait alors s’avérer répréhensible. Il garde les poings engoncés dans les poches alors qu’il baisse de nouveau les yeux, un nouveau frisson dégringolant le long de sa colonne à l’écoute du sorcier dont la voix résonne au creux de sa poitrine. Les mots peuvent parfois être dangereux et derrière le calme de son discours, le né-moldu peut percevoir les menaces à peine voilées. Il détourne vivement les yeux afin de ne pas voir la suite de la scène alors qu’il se tourne vers la famille à qui il a prêté allégeance et qu’il marmonne entre ses dents - la gêne perçant derrière chacun de ses mots.« Est-ce que vous voulez quelque chose à boire ? » il espère de toutes ses forces qu'on lui réponde par l'affirmative, désireux de s'éloigner de la scène. Désireux de respirer un air moins vicié.


are you home ?
it feels like everyday stays the same, it's dragging me down, and I can't pull away. so here I go again chasing you down again. why do I do this? over and over, over and over I fall for you.

cutie en chef:
 
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: INTRIGUE 1: DU PAIN ET DES JEUX   Mar 26 Juil - 15:32

Intrigue 1
Sanglante Surprise
blood blood rolling down in the gutter

Il y a de la colère dans le regard de Mia. Une colère dévorante. De la rage à l’état pure. Ses poings se serrent et se desserrent convulsivement alors qu’elle tente de garder un sourire factice plaqué sur son visage. Elle ne peut pas vraiment se permettre d’être repérée. L’aura inexplicable de sa race flotte déjà autour d’elle attirant bien trop d’attention. Personne ne peut savoir à quel point cette cérémonie la répugne. Mais elle ne pouvait pas s’abstenir de venir. Pour la simple et bonne raison que l’homme qui va être exécuté est un mangemort. Elle ne le connait pas personnellement certes, mais les mangemorts sont si peu nombreux. Ils ne peuvent pas se permettre de perdre certains des leurs. Que deviendraient-ils alors ?

Elle balaye la place d’un long regard. Des tables sont installées couvertes de nourritures, des gens se pressent autour choisissant encas et verres comme s’ils étaient à une fête et non à une exécution. Une boule se noue dans son ventre et elle veut vomir. Les insulter. Hurler. Mais bien sûr elle ne fera rien de cela. A l’inverse elle se contente d’agrandir un peu son sourire crispé. Mais son visage se craquelle lorsque le sorcier monte sur scène. Lorsqu’il prononce son discours sur un ton faussement paternel comme s’il voulait réellement le bien des personnes qui sont là et pas leur montrer sa puissance en les écrasants un peu plus. « Répugnant ». Le mot siffle d’entre ses lèvres avant qu’elle n’ait pu se retenir, merlin merci quasiment inaudible. Mais ça n’empêche pas la blonde de sursauter d’un air coupable.

Peu désireuse de rester sur place elle se dirige rapidement vers l’une des tables chargées de nourritures pour s’occuper l’esprit. Rapidement elle saisit une coupe de champagne qu’elle fait tourner entre ses mains, appréciant la couleur du liquide. Quelque chose qu’elle n’a pas les moyens de s’offrir. Tout est raffiné sur la table, des mets du meilleur choix destinés à tous. Encore une preuve de puissance et de luxe, une façon de rappeler aux opprimés qu’ils n’auront jamais rien de tout cela mais tout en les laissant pourtant espérer. Un soupir lui échappe doucement. Lentement. « Et bien. Je ne savais pas qu’on boirait si bien à une exécution. » Elle n’oublie pas, elle. Ce n’est pas une fête. Ce n’est pas drôle. C’est une horreur de plus masquée derrière du satin. Un insulte de plus de la part d’un envahisseur qui n’a rien à faire ici.
Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: INTRIGUE 1: DU PAIN ET DES JEUX   Mar 26 Juil - 18:01

SHAFIQ
Elkacem

INTRIGUE
1

Titre
Une réunion organisée sur le tard. Demain a lieu l'exécution, celle d'un homme sans réelle valeur. Un rebelle. Un homme qui, dans un acte sans doute désespéré, a tenté d'attaquer le Ministère de la Magie. Un déchet attrapé par des aurors présent sur place, sous les ordres de leur chef. Un mangemort. Elkacem l'a entendu par inadvertance lors d'une réunion, entre son père et Grindelwald. Shafiq et chef des Nations sont proches, un statut qui n'est pas bien vu par tous. La grandeur retrouvée, peu importe la réputation qui leur colle à la peau à présent. Ils ne sont plus les maudits, mais bel et bien de loyaux pions. Ils connaissent leur positions, ils savent ce qu'ils sont. Cela ne les dérange pas.

Présent dans l'une des plus grandes salles du Bureau des aurors, toutes les congés ont été annulée. Un événement important va avoir lieu, tout le monde doit entendre ce qui va se dire aujourd'hui. Personne ne sera mis sur la sellette, au grand damne de certains qui ne partagent pas les positions de celui qui dirige cet endroit. Une grande inspiration avant d'entrer en scène. Elkacem apparaît devant tout le personnel, vêtu d'un costume trois pièces sombres, coiffé élégamment et rasé à la perfection. Il prend place devant tout ce beau monde, impassible face à ceux qu'il dirige. Le talent n'a rien à voir, énormément pense qu'il est là pour son nom. Peu importe.
    _ « Bonjour. » dit-il en balayant l'assemblée du regard. « Comme vous pouvez sans doute le savoir, demain a lieu l'exécution publique de l'homme qui a intenté, de façon peu élaborée, une attaque contre le Ministère de la Magie ! » Courte pause, un silence souhaité par le Chef du Bureau des Aurors. _ « Demain, vous serez tous en service et présent à l'exécution, aucune absence ne sera acceptée. Si c'est le cas, vous serez mis à pied. Grindelwald aura des membres de sa milice à ses côtés, nous serons là pour les soutenir en cas de débordement ! Interdiction formelle de s'attaquer à un membre de la milice du chef des Nations ou à celui-ci, comprenez que ceci est un ordre. » Shafiq à la tête du Bureau des Aurors, un placement de maître. « Toute personne de ce service intentant une action contre mes odres se verra jugée devant le Magenmagot ! » comprenez idées, et non ordres.

Quittant la pièce, il posa avant tout une main sur l'épaule de celui en qui il a une confiance presque aveugle, Hermès Travers.
    _ « Je compte sur toi pour demain... » l'un de ses amis, l'un de ses meilleurs éléments.

*
* *
Abel Shafiq, patriarche de la famille, est arrivé il y a peu sur la place Clermont. Présent à Londres depuis plusieurs jours pour des réunions avec le Chef des Nations, il a emménagé dans la résidence secondaire qu'il possède ici. Un elfe de maison l'a accompagné, tandis que les autres sont restés dans la campagne anglaise. L'homme attend ses enfants, qui semblent arriver au compte goutte. Sa cadette, la première de ses deux filles et voilà enfin son aîné, son fils, Elkacem. Famille orientale, il possède des coutumes qui ne semblent pas présente en Angleterre, en tout cas pas chez les sorciers de sang pur.
    _ « Heureux de vous voir, Père ! » dit-il, l'embrassant sur la joue avant de continuer son tour avec ses deux soeurs. « Pour une exécution, il est drôlement théâtrale ! » le regard suivant les tables recouvertes de nourriture et de boissons.

Le luxe, bien qu'ils aient toujours été sur les ban de la société avant l'unification des nations, n'a jamais quitté leur vie. Les Shafiq ont l'habitude de tout cela, et c'est sans grande attention que l'aîné prit une coupe de champagne, écoutant par la même occasion le discours de celui qu'il côtoie de temps en temps.
[list]_ « Père, mes soeurs, je dois vous abandonner un moment ! » dit-il, une seconde coupe à la main tout en s'enfonçant dans la foule à la recherche de celle qu'il a demandé en mariage il y a quelques jours à peine.
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: INTRIGUE 1: DU PAIN ET DES JEUX   Mer 27 Juil - 10:46

La nuque épousée par le col d'un imperméable trop épais, Piotr Kasatkin se dresse parmi les dignitaires étrangers. Cette rasade de polynectar fût avalée avec réticence, et son goût fût plus détestable que d'habitude. L'invitation était, il est vrai, très difficile à décliner : le département de coopération internationale l'a personnellement invité, joignant un employé zélé au courrier cacheté. En rangs bien ordonnés, les émissaires et les ressortissants des puissances étrangères n'ont été conviés qu'à dessein de faire la preuve d'une puissance dissuasive. A mesure que la populace se masse sur la place Claremont, il est de plus en plus net qu'il faut entendre la manière dont Gellert Grindelwald soigne ceux de ses ennemis. Si ce n'était pas déjà limpide, ça le devient à hauteur d'une armée de spanesi, qui se répand depuis les rues, aux fenêtres, et tout autour de l'estrade. Comme ses homologues, Piotr Kasatkin affiche un visage fermé, concentré, attentif. Quel spectacle ça va être, et quelle démonstration de force... Des bruissements de timbres parient sur la façon dont le bougre sera exécuté. En silence, et sous son masque infranchissable, Deukalíôn se laisse à son tour gagner par la frénésie de l'horreur.

Son regard glisse sur Roman. Cet enfoiré est beau, costumé aux couleurs du pouvoir. Il tient fermement sa baguette dans la pogne, droite, fixe, dans le prolongement de ses doigts, et il darde sur la foule compacte ses prunelles investigatrices. Deukalíôn l'envie. Dire qu'il pourrait le flanquer, l'escorter, le conduire. Dire que sa place est là-bas, et non planté parmi les hypocrites et les craintifs. A l'apparition du chef des Nations, ils se tendent, tous. Et Deukalíôn plus farouchement que les autres. En quelques six années, le sorcier a vieilli ; ça ne fait qu'accentuer son aura, cette certitude croissante qu'il est capable de tout, et puissant de concert. Leur regard ne se croise pas – comment cela se pourrait-il ? - mais il semble à l'ancien serviteur, au traître, que Gellert Grindelwald pourrait lire, loin, en lui, et le découvrir au milieu des autres. Il est plus probable qu'il a parfaitement oublié Deukalíôn Hristow, et cette seule et sale petite idée suffit à réveiller l'orgueil de Deukalíôn et à lui disperser la crainte. Il lève davantage le menton. Il écoute avec religion.
Revenir en haut Aller en bas


Melpomène Lestrange
live like legends
avatar
live like legends
Parchemins :  3965
Crédits :  Tearsflight (avatar), LAZARE (codage signature), MØRK (gif profil + signa)
 
Âge :  25 ans à se battre pour le pouvoir.
Sang :  Le sang des Black est pur, ode irrévérencieuse à la noirceur de leurs âmes, liquide vermillon qu'ils ne sauraient gaspiller. Sang royal où se mélange magie noire, ambition incontrôlée et soif de pouvoir.
Allégeance :  Marque des Ténèbres assumée, Melpomène fait partie des Mangemorts. Loyale servante depuis les premières heures de Voldemort.
Profession :  Melpomène travaillait autrefois à la morgue, embaumant derrière elle les secrets des siens. Aujourd'hui fugitive.
Ancienne école :  Poudlard dans une maison bordée d'émeraude - berceau de rencontres qui ont changé le cours de sa famille et qui ont façonné un destin aussi sombre que son patronyme.

Priori Incantatem
am i free?: no
Inventaire:
code couleur: #CF8C8C
http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t107-melpomene-child-of-the-night http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t77-melpomene-uprising
MessageSujet: Re: INTRIGUE 1: DU PAIN ET DES JEUX   Jeu 28 Juil - 11:15

La place Claremont est habituellement un endroit paisible. Aujourd’hui par contre, elle grouille de monde. Tout les sorciers avaient été invités à cette mascarade et les élites anglaises et bulgares se mêlaient aux liés et autres mêlés. C’est le menton haut et un air de dédain au fond des yeux que Melpomene était arrivée sur la place avec le reste de sa famille, son bras fermement passé autour de celui de son frère aîné - Helios. Vêtue d’une longue robe noire qui traînait jusque par terre et aux manches longues afin de masquer le tatouage qui ornait à présent son avant-bras, elle s’avançait dans la foule telle une fière endeuillée. Le soleil de juillet semblait ne pas briller pour tout le monde et c’est un sourire hautain qui perlait sur ses lèvres relevées de grenat. Sous leurs yeux l’homme fut traîné sans ménagement sur l’estrade, les joues creuses, le corps tuméfié et le regard pétrifié. Melpomène ne put s’empêcher de lever les yeux au ciel, ses ongles se serrant un peu plus sur la manche de son frère. Pas de peur, non - mais bel et bien de colère. Car si elle ne le connaissait que de vue, une figure lointaine dans un océan de souvenir, l’homme mis à pied sur l’échafaud était bel et bien l’un des leurs. La même marque brillait sur son avant bras, la même fureur au fond de ses yeux. « Il est venu à ma connaissance que nombre d’entre vous se laissent tenter par les belles paroles de sombres groupuscules de rebelles qui veulent renverser le pouvoir. Je vous mets en garde aujourd’hui contre le danger qu’ils représentent ! Ce sont des sauvages qui ne reculeront devant rien pour arriver à leur fin et nous devons nous montrer plus forts qu’eux ! Ensembles, nous pouvons construire un monde meilleur ! Sur ce … laissons la justice suivre son cours » c’est un feulement presqu’animal qui s’échappe de ses lippes serrées alors qu’elle se dirige d’un pas rapide vers le buffet le plus proche, se saisissant de deux coupes d’un vin écarlate. Elle en tend une à Helios d’une main décidée alors qu’elle pose de nouveau les yeux sur l’estrade. Elle a la haine au fond des yeux alors qu’elle fixe le vieux sorcier. Son coeur se serre de hâte et d’animosité alors qu’elle détaille sa silhouette qui se tasse doucement et ses cheveux blancs - elle attend, la Black - elle attend avec tellement de hargne le jour où elle se tiendra sur cette même estrade - fière aux côtés de cet homme qu’elle a toujours suivi avec conviction. Elle cherche Aleksandr et Cain du regard dans la foule, ses billes noires à la recherche de ses deux meilleurs amis. Elle finit par reporter son attention sur son frère, sifflant d’un ton proche du murmure entre ses lippes serrées dans une moue impassible « Tout cela est ridicule… » elle attend le signal en portant la coupe de vin à ses lèvres. Leur but aujourd’hui est simple, empêcher l’exécution de l’homme que l’on exhibe. Leur but aujourd’hui est compliqué, empêcher l’exécution de l’homme que l’on exhibe sans pour autant brûler leur couverture neutre. Leur empire en dépend et quelques mètres plus loin, Janus semble plus tendu que jamais.


uprising
You will hear thunder and remember me, And think: she wanted storms. The rim Of the sky will be the colour of hard crimson, And your heart, as it was then, will be on fire.
Revenir en haut Aller en bas


Helios Black
Morsmordre
avatar
Morsmordre
Parchemins :  132
Crédits :  .
 
Âge :  35
Sang :  Pur, evidemment.
Allégeance :  Tom Jedusor et Les Black, jusque dans la mort.
Profession :  Ancienne avocat du magenmagot, desormais fugitif.
Ancienne école :  Poudlard, Serpentard.
MessageSujet: Re: INTRIGUE 1: DU PAIN ET DES JEUX   Jeu 28 Juil - 20:46

La place est noire de monde. Noire de mes moutons ridicules, ce peuple ignorants, dégoutant, inculte. Helios les execre. Tous autant qu'ils sont. Eux qui suivent un meneur qui n'en est pas un, qui n'a pas le moindre mérite, la moindre place là ou il est. Eux qui n'y comprennent sans doute rien, qui se contentent de suivre pour sauver leur vie. Pauvre fous. Incapable de se montrer digne de leur sang. Helios les a en horreur. Toutes cette foule malodorante qui se presse contre l'estrade, les yeux ecarquillé, la bave aux lèvres, avides de torture et de spectacle. Son estomac se tord. C'aurait pu être eux, à cette place. Mais ils sont bien trop malins, trop intelligents, trop manipulateurs pour se laisser si facilement attrapé. La tête haute et le regard furtif, il arrive sur la place avec le reste des sien. Le bras de sa sœur lié au sien, il la couve de temps à autre d'un regard doux. Elle fulmine, Melpomène. Il la connait trop bien. Lui aussi, il est colère. Mais cette colère froide qui l'anime toujours, celle qui glace ses traits que personne n'arrive jamais a déchiffrer. Sa sœur, elle, a plus de difficulté à se contenir, bien que son intelligence lui dicte de se tenir tranquille. Il peut presque sentir son sang battre dans son bras. Doucement, il presse son pouce sur sa bras pour la caresser discrètement. Il ne peut pas l'empecher d'être en colère, ils le sont. C'est un des leur qui se fait trainer tel un chien sur l'estrade en ce moment. Helios se mord la lèvre. Interieurement, son sang est bouillant. Il aimerait tous les exterminer un par un, là maintenant. Mais l'heure n'était pas venue. Elle viendra. L'heure viendra. Où il prendra le pouvoir. Il jète un coup d'oeil à sa longue cape qui recouvre son bras, son bras marqué comme celui de sa cadette, comme celui de l'homme nu qui halète sur l'estrade tandis que la foule commence à scander. « Il est venu à ma connaissance que nombre d’entre vous se laissent tenter par les belles paroles de sombres groupuscules de rebelles qui veulent renverser le pouvoir. Je vous mets en garde aujourd’hui contre le danger qu’ils représentent ! Ce sont des sauvages qui ne reculeront devant rien pour arriver à leur fin et nous devons nous montrer plus forts qu’eux ! Ensembles, nous pouvons construire un monde meilleur ! Sur ce … laissons la justice suivre son cours » Un sifflement à peine audible s'echappe de ses lèvres alors que sa main serre un peu plus fort celle de sa sœur. Oui, l'heure viendra. Elle arrive. Ce n'est qu'un question de temps. Il suit sa sœur sans un mot, la tête haute et le regard droit, mais le visage impassible. Il est toujours impassible Helios. Personne ne devine jamais ce qu'il pense, ce qu'il ressent. On dit qu'il ne ressent rien, l'ainé Black. Que depuis des années, rien n'effleure plus son cœur. Ce n'est pas loin d'être la vérité. Il accepte le verre tendu par Melpomène d'un hochement de tête et porte la coupe vermillon à ses lèvres, appréciant le liquide apre dans sa gorge. « Tout cela est ridicule... » un frisson parcourt son echine tandis que la voix de sa sœur le surprend légèrement. Il lui presse doucement le bras, la regardant longuement. Il se redresse un peu plus, faisant tinter son verre contre celui de sa sœur.  «  Au spectacle. » Puis, plus discrètement, il se penche vers elle, caressant une mèche de ses cheveux pour venir loger sa main sur sa nuque alors que ses mots vinrent caresser sa peau.  « Melpo, tiens toi, s'il te plait. Sois patiente. » Il lui jète alors un regard empreint de douceur et d'affection. Ils ont une tâche, il serait dommage de la tuer dans l'oeuf a cause de quelques oreilles indiscrètes.


Revenir en haut Aller en bas


Melpomène Lestrange
live like legends
avatar
live like legends
Parchemins :  3965
Crédits :  Tearsflight (avatar), LAZARE (codage signature), MØRK (gif profil + signa)
 
Âge :  25 ans à se battre pour le pouvoir.
Sang :  Le sang des Black est pur, ode irrévérencieuse à la noirceur de leurs âmes, liquide vermillon qu'ils ne sauraient gaspiller. Sang royal où se mélange magie noire, ambition incontrôlée et soif de pouvoir.
Allégeance :  Marque des Ténèbres assumée, Melpomène fait partie des Mangemorts. Loyale servante depuis les premières heures de Voldemort.
Profession :  Melpomène travaillait autrefois à la morgue, embaumant derrière elle les secrets des siens. Aujourd'hui fugitive.
Ancienne école :  Poudlard dans une maison bordée d'émeraude - berceau de rencontres qui ont changé le cours de sa famille et qui ont façonné un destin aussi sombre que son patronyme.

Priori Incantatem
am i free?: no
Inventaire:
code couleur: #CF8C8C
http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t107-melpomene-child-of-the-night http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t77-melpomene-uprising
MessageSujet: Re: INTRIGUE 1: DU PAIN ET DES JEUX   Dim 31 Juil - 23:02

La main d'Helios se resserre autour de la sienne alors que la jeune femme étouffe un soupir. Tout semble toujours plus facile lorsque cet homme se tient à ses côtés. Elle le sent qui la suit alors qu'elle se dirige vers le buffet le plus proche, son pas se faisant allégresse malgré la noirceur de son âme. Elle garde le menton bien haut et le regard plein de dédain. Elle empêche son regard de fixer trop longtemps l'homme qu'on exhibe comme un animal sur l'estrade. Elle évite de poser ses billes sur ce corps qu'on s'apprête à détruire. Pas que ce soit une sentimentale, Melpomène. Elle a le coeur verrouillé et l'estomac bien accroché. Mais elle a aussi la colère enroulée autour du coeur, la Black. Elle a la fureur dans l'âme qu'on ose torturer l'un des siens - aussi stupide ait il pu être. Elle est bourrée de défaut mais elle a la loyauté à toute épreuve. Elle s'empare de deux coupes de vin, en tendant une à son aîné d'une main leste. A la place, elle se concentre sur son frère qui porte la coupe à ses lèvres fines. Il est beau, Helios. Elle se le dit souvent. Elle l'admire en silence. Elle détaille la courbe de sa mâchoire et l'arc de ses yeux. Il est beau et n'importe quelle femme serait chanceuse de l'avoir à son bras. Un petit sourire satisfait s'installe sur ses lippes alors qu'elle porte elle aussi la coupe à ses lèvres - sifflant d'un ton bas. « Tout cela est ridicule... » elle sait que ce murmure est dangereux et qu'elle joue avec le feu. Elle le comprend d'un simple regard de ce frère qui la connait si bien et qui serre un peu plus sa main autour de son bras frêle. Il fait tinter son verre contre le sien et elle  « Au spectacle. » elle lui répond d'un hochement de tête et elle porte de nouveau sa coupe à ses lèvres - en buvant une grande partie d'un trait. Il se penche ensuite vers elle, caressant une mèche de ses cheveux en logeant sa main dans le creux de sa nuque. Ils sont tactiles, les Black et les rumeurs circulent parfois. Elle s'en amuse et elle s'en joue, l'ingénue. « Melpo, tiens toi, s'il te plait. Sois patiente. » elle hoche une nouvelle fois la tête, son agacement devant la situation adouci par son regard tendre. Il est le seul à savoir la calmer. Il est le seul à savoir modérer ses ardeurs. Le seul. Alors un sourire amusé prend part sur ses lèvres alors qu’elle se retourne une nouvelle fois sur le buffet, se saisissant d’une main gracile de quelques raisins. Elle en glisse un entre ses lèvres grenats alors que son regard joueur s’amuse de la foule. Elle fait la moue et son ton hypocrite est faussement mielleux alors qu’elle disperse quelques mots au vent. « Au spectacle donc ! » Mais derrière ses airs distraits, elle a l’oeil aux aguets - la louve. Un détail qui ne manquera certainement pas d’échapper à Helios. Elle est sur ses gardes et le moindre mouvement au sein de la foule qui les entoure attrape son attention, ses muscles bandés derrière la façade rieuse. C’est une bonne comédienne, Melpomène, et quiconque la regarde n’y verrait sûrement que du feu. Du pain et des jeux. Plus de jeux que de pain pense t’elle brièvement alors que ses billes s’attardent sans le vouloir sur le corps émacié qui leur est montré. Elle porte distraitement la main à son avant-bras, caressant du bout du doigt le tissu recouvrant sa marque. Elle porte une nouvelle fois la coupe à ses lèvres alors qu'elle se saisit de nouveau du bras tant convoité, laissant couler un regard sur le visage de marbre de celui qui a toujours veillé sur elle. « Partant pour un tour ? » garder un oeil sur la foule, toujours. Marcher pour mieux observer, une moue de dégoût rivée aux traits.


uprising
You will hear thunder and remember me, And think: she wanted storms. The rim Of the sky will be the colour of hard crimson, And your heart, as it was then, will be on fire.
Revenir en haut Aller en bas


Mihayl Krum
Incarcerem
avatar
Incarcerem
Parchemins :  242
Crédits :  croco.
 
Âge :  29 ans
Sang :  Sang pur
Allégeance :  Grindelwald
Profession :  Propriétaire d'une l'entreprise de baguettes
Ancienne école :  Durmstrang

Priori Incantatem
am i free?: yes
Inventaire:
code couleur:
MessageSujet: Re: INTRIGUE 1: DU PAIN ET DES JEUX   Lun 1 Aoû - 0:11

Le bourreau aiguise son outil de travail. Le bruit résonne dans l'atmosphère comme un sombre présage. Mihayl a les yeux fixés sur cette hache qu'on affûte, vecteur de mort prochaine. Tout autour de lui, les gens se pressent, la foule est comme en effervescence. Il ne comprend pas, Mihayl. Il n'a jamais aimé les exécutions. L'idée même d'une exécution est une pensée qui lui est désagréable, mais une exécution publique ? Il déteste ça. Il ne comprend pas cette fascination malsaine que ressentent tous ces gens. Quel plaisir à être témoin de la faucheuse ? L'être humain est décidément bien étrange. Ce jour-là, son regard fixé sur l'estrade funeste et ressentant la présence rassurante de Desislav non loin de lui, il se fait la réflexion que son péché à lui semble bien moindre comparé au péché du meurtre, du moins celui exécuté avec sang froid et volontairement. Il est pourtant adepte de la violence, Mihayl, et ce depuis sa plus tendre enfance. Il a toujours été sanguin et brutal. Il a toujours éprouvé le besoin de cogner pour soulager cette accumulation de colère bouillonnant dans ses entrailles. Mais tuer. Tuer est tout à fait autre chose. Il regarde le bourreau et il se demande comment il réussit à vivre. Va-t-il dîner tout guilleret après son exécution/ sa torture quotidienne ? Comment peut-on vivre comme cela ?

Il y a un roulement de tambour, et le condamné est traîné sur l'estrade. Aussitôt, les yeux de Mihayl sont attirés par l'homme à sa gauche. Son frère, Yasen. Il n'aime pas ce qu'il voit. Son cœur se serre. Yasen est droit comme un I, rempli de fierté. Mais l'héritier des Krum peut voir la douleur dans son regard. Il peut voir sa panique intérieure. Il peut sentir sa respiration s'accélérer. Il peut voir ses yeux qui se baissent sensiblement, incapable de rester fixés sur le prisonnier. Mais tout le monde peut sentir le malaise du jeune homme. Elle est flagrante. Mihayl se retient de ne pas poser une main sur son épaule pour le soutenir. Il sait que ça n'aidera pas. Il sait déjà que Yasen ressent tout ce qu'il voudrait lui dire. Et Grindelwald vient d'arriver sur la scène. Il se concentre alors sur lui, se redressant instinctivement et sur le qui vive, gardant sa baguette prête en cas de pépin. Le discours du père de la nation résonne dans un silence religieux et Mihayl tâche de l'écouter du mieux qu'il le peut tout en baladant un regard vif et alerte dans la foule, soucieux de la sécurité de leur leader. Il n'est pas officiellement chargé de la sécurité comme certains de ses collègues de la milice spaseni, mais on leur a bien fait comprendre qu'il devait tous être sur leur garde et prêt à se battre si besoin.

Il comprend pourquoi les exécutions sont indispensables. Il comprend leur nécessité pour faire régner l'ordre et détruire toute rébellion dans l’œuf. Il s'accroche aux mots de son leader comme un naufragé. Il sait pourtant que Grindelwald aime sans doute trop le pouvoir, mais il sait aussi qu'il est bon pour la société sorcière. Meilleur que n'importe quelle alternative.

« Est-ce que vous voulez quelque chose à boire ? »

La question le tire de sa concentration. Son regard se pose sur son amant, et il doit réprimer, comme toujours, encore plus à cet instant, de l'attirer contre lui et de le protéger. Il sent son malaise. Il sent son envie de fuir. Son frère Stoyan ne lui lance même pas un regard en répondant par la négative. Il hésite quelques secondes. Il ne peut pas se permettre de perdre son attention sur la foule. « Tu peux me chercher un Whisky Desislav ? » Vas y Desi. Éloigne toi de ça, ne reste pas là. Prononcer son prénom le calme. Il ajoute aussitôt. « Yasen. » Il attend que le regard presque implorant de son frère se pose sur lui pour continuer « Accompagne Desislav d'accord ? »  Toi aussi, éloigne toi. Tu n'as pas besoin de voir ça.


i'm afraid i might die for you
Well you know me with that ancient gaze stripping down with yesterday's eyes. You know me as I was you see me as I will be. And I still had a lot of growing when you took me and you shaped me with those hands. You know me better than myself, make me better than I am


by Wiise


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin
Parchemins :  400
Crédits :  Moi (avatar, code signa, gif profil), Tumblr (gifs signature)
 
Âge :  Vingt six ans (1er juillet), vingt six chandelles qui ont déjà marqué son coeur et son corps de trop de cicatrices.
Sang :  Sang de bourbe, né moldu,.. ce ne sont pas les qualificatifs qui manquent pour décrire cette tare qui le réduit en esclavage. Il ne pourra jamais prétendre à plus, il ne pourra plus jamais prétendre à rien de par ce sang qui souille ses veines depuis la naissance.
Allégeance :  Desislav ne croit en rien et en aucun leader. Mais il croit encore en l'amour, Desislav. En l'amour de Mihayl. Alors il a décidé de le suivre, où le Krum ira - le lié suivra.
Profession :  Fidèle serviteur des Krum, il endosse tour à tour les rôles de majordome, assistant et domestique. C'est là tout ce qu'il se verra jamais offrir.
Ancienne école :  Aucune. Magie faible.

Priori Incantatem
am i free?: yes
Inventaire:
code couleur: #009999
http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t108-desislav-haunted-by-demons http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t101-where-is-it-now-t
MessageSujet: Re: INTRIGUE 1: DU PAIN ET DES JEUX   Lun 1 Aoû - 0:52

Au fond de ses poches, ses paumes tremblent légèrement. Il est mal à l'aise, Desislav - et ses émotions se lisent sur ses traits doux comme dans un livre ouvert. Il a beau faire tout les efforts du monde, se concentrer pour maîtriser l'inquiétude de ses billes - rien n'y fait et un air anxieux resté imprimé sur son visage. Il laisse ses yeux chocolat se ballader sur la foule - passant de visage en visage. Tout ces inconnus venus regarder la mort en face. S'il n'avait pas le coeur trop pur, Desislav aurait sûrement esquissé un sourire de moquerie. Tout ces innocents venus regarder la faucheuse, en quête de quelques frissons. Il sait ce que ça fait, le rouquin - de prendre une vie. Ca vous hante et ça vous suit. Il a regardé la mort en face, plusieurs fois même et il en a encore le coeur brisé. Il n'y a rien de pire que de prendre une vie. Il étouffe un soupir alors qu'il baisse précipitamment les yeux - soucieux de ne plus en voir. Il préfère laisser son regard couler sur le dos de Mihayl, détaillant sa nuque et ses cheveux blonds avec une distraction feinte. Il réprime l'envie de venir y poser la main, pensée qu'il tente de chasser rapidement de son esprit. Vision d'une douceur amère. Il est si proche et pourtant si loin. Concentré sur la foule. Il cherche un échappatoire à ce qui se présente devant lui alors il s'empresse de demander d'une voix neutre mais au fond de laquelle perce son envie de s'éloigner de la scène. « Est-ce que vous voulez quelque chose à boire ? » il n'aime pas ça, Desislav. Il est systématiquement gêné en présence de Mihayl. Gêné qu'on le considère comme inférieur. Gêné de la rune qui brûle sa poitrine. Gêné. Et la présence de Yasen à leurs côtés ne fait rien pour apaiser les craintes du rouquin qui se demande systématiquement s'il peut sentir. S'il peut ressentir son désir, ses doutes, ses peurs aussi. Ca l'intrigue et ça l'effraie. Ca lui fait de la peine aussi. Il y a bien assez de démons à l'intérieur de chaque homme que pour s'encombrer de ceux des autres. Il n'ose même pas imaginer, le né-moldu. Il n'ose même pas imaginer ce à quoi cela doit ressembler, de prendre le poids du monde sur ses épaules. Il a déjà bien du mal à porter son propre fardeau... Quelques secondes seulement se sont écoulées depuis sa question et pourtant déjà il ne peut empêcher ses mains de sortir de ses poches, se tordant les poignets alors que le bruit de la hache que l'on aiguise continue de résonner à ses oreilles. Quelques secondes avant que Mihayl ne pose enfin le regard sur lui. Quelques secondes qui lui semblent aussi longues qu'elles ne sont courtes. C'est avec soulagement qu'il accueille de nouveau ses pupilles pour un moment aussi beau que bref. « Tu peux me chercher un Whisky Desislav ? » son prénom roule entre ses lèvres et un frisson imperceptible descend le long de sa colonne. Les syllabes chantent sous sa langue et un sourire soulagé naît doucement au creux de ses lèvres. Merci. Il ne peut pas le dire tout haut mais pourtant ses billes le crient avec force. Il sent son palpitant s'alléger doucement à l'idée de s'éloigner du lieu de l'exécution. Il sent son palpitant s'alléger et pourtant il est encore lourd de trop de désirs irréalisables. Il voudrait qu'il l'accompagne. Qu'il lâche le vieux sorcier des yeux pour le dévorer du regard. Il voudrait que sa main puisse saisir la sienne sans honte ni doutes. Il voudrait tant de choses et il se contente au final de si peu. Son sourire ne quitte cependant pas ses lèvres, ses billes luisant cependant d'une lueur nouvelle lorsque l'amant reprend la parole. « Yasen. Accompagne Desislav d'accord ? » il acquisse doucement de la tête alors que son coeur bat à tout rompre dans sa poitrine. Le buffet n'est pas trop loin et il se dirige vers les victuailles avec intérêt, Yasen à ses côtés. Le cadet des Krum est tendu et ses yeux fixent le vide avec douleur. Desislav lui jette un regard plein de compassion alors qu'il se saisit du verre de whisky demandé par le plus âgé de la fratrie. Il est distrait, inquiet que tout cela soit trop dur à supporter pour Yasen. Il l'apprécie. « Ca va aller ? » l'inquiétude derrière chaque mot alors que ses billes sont fixées sur ses traits tendus. Distraction fatale, le rouquin percuta alors dans toute sa maladresse un vieux sorcier aux traits bourrus. L'homme se retourne alors violemment, envoyant au passage valser le verre d'alcool que le né-moldu tenait toujours entre les doigts, un hurlement furieux sortant de ses traits violacés par une colère sourde. « Nom d'une goule! On ne vous a jamais apprit les bonnes manières à ce que je vois ! » le né-moldu baisse momentanément les yeux, ses billes balayant le sol avec anxiété. Un chuchotement d'excuse s'échappant de ses lippes entrouvertes - « Je suis... » coupé dans son élan par un nouveau cri alors que les yeux de l'homme se posent enfin sur sa rune. « J'aurais du m'en douter ! » un rire froid. « Il n'y a qu'un sang de bourbe pour être aussi mal élevé ! » l'insulte est cuisante et il détourne une nouvelle fois le regard - la dernière phrase crachée à la figure comme un coup de grâce. « Retourne d'où tu viens, voleur de magie ! »


le résumé de la muerte:
 


are you home ?
it feels like everyday stays the same, it's dragging me down, and I can't pull away. so here I go again chasing you down again. why do I do this? over and over, over and over I fall for you.

cutie en chef:
 
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: INTRIGUE 1: DU PAIN ET DES JEUX   Jeu 4 Aoû - 0:58

Du pain et des jeux
I don't care what you think as long as it's about me



A
rkady Karkaroff transplana dans un craquement sonore. L'ébauche d'un mouvement agitait l'étoffe de sa robe de sorcier au col et aux manches rehaussées de plumes. Un vol de corbeau semblait l'avoir partiellement accompagné, frémissant encore contre ses joues, un plumage noir au reflet de pétrole. Le slave dégagea les cheveux nichés contre son cou d'un petit geste précieux de la main, jaugeant de ses iris pâles la place Claremont. L'Angleterre. Quel pays désagréable. Prétentieux, étriqué. Très sincèrement, ce que Grindelwald lui trouvait lui échappait. Quoique. Le chef des nations était natif de Bulgarie, ce qui était à peine mieux. La Grande Russie lui aurait mieux convenu ; si vaste, si majestueuse... Sans doute n'aurait-il jamais tourné les yeux vers l'Ouest s'il avait à gérer ce pays-continent.  
Par réflexe, Arkady chercha du regard les estrades réservées aux invités d'honneurs, une seconde avant de se souvenir. Ha. Oui. Sa place était désormais au milieu de la foule, de la plèbe, parmi la populace (il avait encore beaucoup de synonyme en réserve). Bref. Pressé au milieu de tous, environné de médiocrité et de grisaille. Seigneur, ce que sa vie était devenue... bas de gamme depuis un temps. Excédé, il poussa un soupir sonore et fit claquer les semelles de ses bottes Gazinskaya à plate-forme -un de ses achats préférés, en cuir de dragonneau d'un noir d'encre sans défaut et si lisses. Il fallait être honnête, il avait choisi de venir aujourd'hui. Que dire, le manque d'occupations avait fini par prendre le dessus sur sa répugnance. L'Europe découvrait la télévision cette année en suivant par million le couronnement de la jeune Elisabeth II, mais en bon né-sorcier Arkady ignorait tout des petits gadgets conçus par les moldus. Et s'ennuyait donc. Oh, pas qu'une exécution soit le summum du fun, loin de là -surtout sans sa famille, sans cousins avec qui commenter les tenues des autres invités. Mais bon, ça avait le mérite de changer de l'ordinaire. « Bienvenue, peuple sorcier. C’est dans la plus grande tristesse que je vous accueille aujourd’hui. » Ha. Oui. L'inévitable discours. « En effet cet homme ici présent a tenté de s’attaquer aux travailleurs du Ministère de la Magie et de tuer ainsi de nombreux sorciers innocents. » Sans surprise, l'Angleterre était bel et bien un pays de barbare et de hooligans. Ce genre de dérapage n'arriverait jamais en Russie. « En tant que votre protecteur c’est un crime que je ne saurais tolérer. Il faut éliminer cette menace qui pèse sur chacun d’entre nous et montrer aux rebelles qui veulent détruire l’unité que nous avons su construire qu’ils ne vaincront pas ! » A part ça, rien de nouvau sous le soleil -enfin soleil, c'était un grand mot pour ce qui éclairait ce pays. Arkady s'autorisa à décrocher. Le Chef des Nations s'adressait à la plèbe ; son message serait clair, simplifié à l'extrême pour pénétrer leurs épais cerveaux, et vierge de nouveauté qui aurait fait trois fois le tour de sa famille avant de se retrouvé prononcé sur cette place. Le slave se déplaça alors, mu par l'instinct ancestral qui poussait chacun à mettre à profit les coupures pubs pour aller se chercher un snack. Il couvrit cependant le buffet d'un regard hautement sceptique. Fort de siècles de préjugés sa vaste culture générale, il savait les Anglais pathologiquement incapables de cuisiner un plat sans le faire bouillir, moisir pendant un an puis revenir avec de la menthe. Pas question de toucher à quoique ce soit ici donc. Quoique. Les boissons à la limite. Au pire ça aurait un goût de thé. « Il est venu à ma connaissance que nombre d’entre vous se laissent tenter par les belles paroles de sombres groupuscules de rebelles qui veulent renverser le pouvoir. Je vous mets en garde aujourd’hui contre le danger qu’ils représentent ! » Est-ce que le même livreur se chargerait se sa cargaison d'armoise cette semaine ? Ce type suintait l'incompétence par tous les pores, ça aurait crevé les yeux d'un aveugle. Et cette manie qu'il avait de le réveiller à 5h avec cet air satisfait. « Ce sont des sauvages qui ne reculeront devant rien pour arriver à leur fin et nous devons nous montrer plus forts qu’eux ! Ensembles, nous pouvons construire un monde meilleur ! Sur ce … laissons la justice suivre son cours » Et s'il piégeait la sonnette ? Une potion urticante répandue dessus avant la nuit, qu'il nettoierait à une heure décente ? C'était à envisager. Un frémissement parcourut la foule, et Arkady devina que l'introduction s'achevait. Le qui et le pourquoi de l'exécution lui avait échappé -ha si, un hooligan qui avait tenté d'alléger la Terre de quelques Anglais. Devait-on vraiment le punir pour ça ?
Du haut de ses plate-formes, le slave lança un coup d'oeil scrutateur en direction du billot. Et bien, ça se passait à l'ancienne ici. Partout dans le monde, les sorciers avaient mis au point des moyens civilisés de tuer pourtant. C'était bien les Anglais ça. Conduire à gauche et décapiter des criminels mineurs.
Un léger mouvement de foule, un geste ample capté un peu trop tard sur sa droite et un coude étranger finit par entrer en collision avec ses côtes, lui arrachant un petit glapissement de surprise. Que se passait-il encore dans ce pays de fous ? Une altercation unissait un vieillard et un jeune roux -fascinant d'ailleurs ce que ce pays comptait comme roux. Bref. Un peu désorienté, Arkady traduisait à grand-peine les propos de celui qui parlait. Il ne saisissait pas tout, expressions et argots lui échappaient encore, mais la rune sur le gilet du plus jeune lui disait l'essentiel. D'ailleurs, il n'avait pas besoin de faire dans le détail ; les yeux baissés et les phrases confuses du petit roux -un début d'excuses, à n'en pas douter!- lui attiraient la sympathie du propriétaire bienveillant envers le petit personnel. Et puis. Ce type qui s'énervait à sa place lui portait sur les nerfs. Arkady aimait les esclandres, il aimait le drame, il aimait insulter les autres et laisser déferler son mépris. Qu'on lui ôte des mains une si belle occasion était difficilement supportable.  

« Тише! » coupa-t-il d'une voix tranchante -car tout était plus beau dans sa langue natale. « Paix, maintenant. Tu tâches moment de gloirrre du Chef des Nations. »

Il était possible qu'il maîtrise un peu moins l'anglais que le bulgare. Mais qu'importe. Il jaugea le vieux sorcier de son plus beau regard sibérien. Seigneur ce que cet homme était laid, ça lui faisait presque mal. Et cette couleur de peau entre fushia et violet, c'était... naturel ? Il ne pourrait pas y avoir une loi ou quelque chose pour mettre un terme aux souffrances des vieux quand ils dégénéraient comme ça ? Il finit par ciller en direction du plus jeune -regardait l'autre allait finir par le déprimer très rapidement.

« J'ai été poussé parrr faute tienne. Va me chercher un verre. »

Étrange comme les ordres étaient plus simples à construire qu'une phrase entière. Au moins, l'honneur était sauf, il ne prenait pas parti pour un fils de moldu, il préservait l'organisation de l'avènement et s'assurait un dédommagement -certes minime, mais il aimait se faire servir. Ha. S'il en avait eu, il se serait jeté des fleurs. Pour l'instant, il ramena une mèche blanche derrière son oreille et scruta l'estrade, s'assurant de n'avoir rien raté.


Dernière édition par Arkady Karkaroff le Lun 22 Aoû - 11:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: INTRIGUE 1: DU PAIN ET DES JEUX   Jeu 4 Aoû - 10:51

Intrigue n°1Du pain & des jeux.Il faudrait bien qu’elle s’y fasse, un jour. Il faudrait bien que Cerseï finisse par apprendre à adapter son comportement en fonction du pouvoir en place mais elle n’avait de Macmillan que le nom d’épouse, pas le sang, et le sien brûlait d’une certaine révolte quand elle recevait de telles convocations. Peut-être que ce qui l’agaçait, c’était le risque non négligeable de finir par sombrer dans les travers d’une magie attirée par l’hémoglobine, elle qui luttait chaque jours pour imposer des limites aux dérives de son esprit. Non seulement elle avait vu passer un hibou adressé à la lignée de son mari mais en plus elle en avait reçu une, celle qui conviait l’essayiste plus que la sang-pur. Une pour Gideon, une pour elle, donc. Le claquement de langue exaspéré s’est fait entendre tandis qu’elle traversait la demeure. Une journée à jouer la comédie, n’est-ce pas ? « Je n’irai pas. Gideon, je te préviens, je n’assisterai pas à ça ! » Seulement l’homme savait l’apaiser, il savait replacer les choses dans une certaine perspective, apaiser les révoltes de la bulgare. Bien sûr que c’était compréhensible, qu’on imaginait aisément qu’après son enfance dans la violence et les stigmates qu’il en restait, elle ne voulait pas vivre dans un monde où on pouvait se faire exécuter pour un faux-pas, toutefois.. et bien ces détails étaient secrets, ils ne serviraient donc pas d’excuses valables à son absence. Soit.

Elle a choisi une robe rouge, finement ornée de dentelle et sans doute hors de prix pour la moitié de la population sorcière lambda. Elle a longuement fixé le miroir, comme si son reflet pouvait soudain lui parler, lui indiquer quoi faire. Inutile. Son reflet ne lui dira rien. Elle avait la mort d’Helen sur les mains, elle ne pouvait pas prétendre être incapable du pire lorsque cela s’avérait nécessaire mais habituellement, il s’agissait de son choix, il s’agissait d’une décision prise de sa propre volonté. Aller contempler le gouvernement dans toute sa décadence de dictature n’était pas vraiment ce qu’on pouvait appeler une décision. On pourrait les taxer de traitres.

Le brun de ses cheveux, le bleu de ses yeux, l’apparence que la société connaissait d’elle. Ces traits par lesquels elle se rapprochait de Gideon, ceux-là même qui faisaient fondre quelque peu la différence d’âge. « Il est venu à ma connaissance que nombre d’entre vous se laissent tenter par les belles paroles de sombres groupuscules de rebelles qui veulent renverser le pouvoir. Je vous mets en garde aujourd’hui contre le danger qu’ils représentent ! » Les mains se sont glissées autour du bras de Gideon. Cerseï avait des fréquentations très diverses, en dépit du sang et des convictions, ne jugeant son entourage - et les membres de l’association - par leurs talents et leur intelligence avant tout. Se pourrait-il qu’un jour, quelqu’un vienne à l’accuser ? A les accuser de comploter ? Elle se rassure en se répétant que les Macmillan savaient se protéger, savait tourner en fonction du vent à la fois leurs idéaux apparents et leur bourse. Tout irait bien, n’est-ce pas ? Non loin d’eux, un accent bulgare attire son attention. La drôle de personne aux cheveux étrangement blancs (Arkady) - pour quelqu’un d’un tant soit peu ‘normal’ du moins - était en train de claquer un ordre dans l’air comme si c’était le moment d’exiger un verre. Il ne faisait pas bon être né-moldu, en ces temps troubles.

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Incarcerem
Parchemins :  348
Crédits :  ORTACH au carré.
 Сука Блять.
Âge :  Demi siècle franchi.
Sang :  Ichor fruit du mariage des rois. On se courbe, se prosterne devant la Pureté toute puissante.
Allégeance :  Spaseni zélé, autrefois siégeant à la droite de Grindelwald mais depuis tombé en déchéance. Il se fait plus tyran que le Tyran, fait cendres de toute opposition.
Profession :  L'encre. Du bout de sa baguette il influe sur les masses, dirige l’opinion des plus crédules. Magnat de la presse bulgare et Directeur du Bureau de la Propagande Magique.
Ancienne école :  Koldovstoretz puis Durmstrang.

Priori Incantatem
am i free?: yes
Inventaire:
code couleur: #711f2f
http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t246-karkaroff-requiem-pour-un-con http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t149-fahrenheit-451
MessageSujet: Re: INTRIGUE 1: DU PAIN ET DES JEUX   Sam 6 Aoû - 14:11

Panem et circenses
Le peuple & le billot


S
ous son regard borgne se côtoyaient suiveurs opportunistes à la ferveur tiède, hypocrites en tout genre et têtes pensantes du parti ; le sommet et les tréfonds de la pyramide se rejoignaient sous son œil inquisiteur. Il était étrange de voir que le Chef des Nations, ce colosse, avait les dimensions et le poids de tout ce monde. Curieuse géométrie.
Rangé aux cotés de l'estrade, Aristarkh surplombait cette marée humaine. Comme si sa stature ne suffisait pas à le démarquer, ses atours tranchaient violemment avec ceux de la teneurs locale ; son kaftan slave richement brodé faisait tâche, détonait dans cette mer grisâtre de costumes et de robes austères.

Puissance et opulence, voilà les deux signes sous laquelle se déroulait cette journée. Procès (sommaire), condamnation et billot : regardez donc comment Grindelwald traite les ennemis du peuple ! Canapés, caviar et champagne à foison : regardez donc comment Grindelwald prend soin de son peuple ! Tout cela n'était qu'illusions, poudre aux yeux jetée à la face des plus crédules. Eclatez-vous la panse en raillant grassement le sort du traitre à la nation, riez, jouissez de cet étalage orgiaque mais gardez-vous bien de grater le vernis doré de la machine gouvernementale. Rien de tel qu'un estomac plein pour endormir les consciences, rien de tel qu'une exécution en bonne et due forme pour étouffer les envies insurrectionnelles ... Les plus timides.
Ce genre de démonstration n'était pas toujours suffisante, et le bras droit savait les astres alignés pour que le contrôle de la situation leur glisse entre les doigts - chose trop aisée lorsque l'on a affaire à un tel troupeau. Troupeau, car la foule n'a rien d'humain. Animal, monstre multiple à la volonté unique, créature chimérique s'il en est, elle n'en était pas moins digne d'être domptée, apprivoisée. Bien au contraire : cette meute servile ne saurait se passer d'un maître, et Grindelwald était un virtuose en la matière. Il lui suffisait de poser sa main sur leur bride pour qu'ils en oublient le feu - par crainte ou par servitude, peu lui importait. Le tout était d'être assez habile pour ne pas se faire mordre ... Mais toute habilité a ses limites, et face à une bête enragée, le mieux est encore la mise à mort.
Aristarkh et ses Dragons entraient alors en jeu. Sans surprise, la sécurité de Grindelwald relevait de la plus haute importance, par conséquent les hommes sélectionnés pour cette mission appartenaient à l’élite, tant par leur niveau de formation que par la confiance qu’ils méritaient. Un mur de ces hommes séparaient l'estrade de la plèbe. Qu'un seul péon esquisse un geste à l'encontre du Chef des Nations, et cet malheureux découvrirait rapidement que le condamné allait subir un sort des plus enviable, face à ce qui l'attendait.

Se détournant de l'assemblée, Karkaroff jeta un dernier regard sur le condamné. La rumeur prenait de l'ampleur, les groupes rebelles s'affirmaient, devenaient plus téméraire - là serait leur erreur. Alors que l'appât s'agitait sur le billot, lui s'apprêtait à lâcher ses chiens.



#CRACK:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
pnj
Parchemins :  419
http://www.mudbloodsandmurmurs.com
MessageSujet: Re: INTRIGUE 1: DU PAIN ET DES JEUX   Dim 21 Aoû - 21:58


Intrigue n°1
panem et circenses

Exécution
« La foule se masse désormais aux abords de l’estrade. Les plus avides ont les yeux qui brillent d’une soif de sang mal réprimée, les autres observent du coin de l’œil avec un mélange de fascination et de dégoût. Le bourreau aiguise une dernière fois sa hache, laissant le crissement du métal contre la pierre emplir le silence comme un cri d’agonie. L’homme est soudain poussé contre le billot. De la panique et de la terreur visibles sur son visage bâillonné. C’est une vision presque insoutenable pour certains. Des parents cachent les yeux de leurs enfants, qu’ils ont eu l’imprudence d’amener ici.

Mais alors que le bourreau lève une dernière fois sa hache l’impensable se produit. Deux hommes sortent de la foule et hurlent des sortilèges qu’ils lancent en direction de l’estrade. Le bourreau vole un instant dans les airs avant de retomber au sol la nuque brisée. Mort. Le sort du second homme fait exploser une partie de l’estrade créant un trou au milieu des planches de bois sans pourtant causer de nombreux dégâts. Mais c’est suffisant. La panique s’installe. Les gens se poussent, crient, hurlent et sortent leurs baguettes prêts à tout pour se protéger. Les Spaseni se rassemblent autour de Grindelwald prêts à le protéger de leur vie. De nombreux sortilèges sont échangés. Le premier homme est tué au bout de quelques secondes à peine d’un Avada Kedavra parfaitement exécuté.

Le second en revanche parvient à se glisser dans la cohue non sans avoir lancé un dernier sort auparavant. « Morsmodre. » Une marque apparaît alors dans le ciel. Un crâne dont sort un serpent. Un symbole inconnu mais visiblement puissant. Entouré de ses gardes Grindelwald prend la parole d’une voix amplifiée par le Sonorus. « Que tout le monde se calme ! Ne bougez plus ! Pour assurer votre sécurité nous devons attraper le terroriste qui a osé venir semer le chaos. J’en appelle à vous pour se faire ! Quiconque l’attrapera sera récompensé ! »  Il se tourne vers le prisonnier toujours attaché et le regarde froidement. « Avada Kedavra ». Le corps tombe. Soudain mou. « Voila un premier exemple de justice ! » prononce Grindelwald. Bien évidemment le sorcier ne sait pas que sa dernière phrase va mettre le feu aux poudres. Membres de Lux et Mangemorts sont désormais prêts à l’action. Les membres des deux groupes sortent leurs baguettes, prêts à en découdre tandis que les Spaseni tentent de fouiller la foule en folie à la recherche du second Mangemort.

Informations à connaitre :


-C'est la panique la plus totale, la cohue, les gens se poussent et tentent de partir mais il est impossible de transplaner hors de la place.

- Des floods ont été crées pour les Lux et les Mangemorts (+), les Spanesis (+) et pour les neutres (+), ce qui vous permettra de coordonner secrètement vos actions.

- C'est la première apparition de la Marque des Ténèbres.

- Pour lancer vos sorts vous pouvez utiliser le dé mis à disposition, si vous ne l’utilisez pas merci de rester tout de même crédible dans l’utilisation et la réussite de vos sorts.
.
CORRUPTION WILL HAUNT YOU ↓ MUDBLOODS AND MURMURS
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin
Parchemins :  400
Crédits :  Moi (avatar, code signa, gif profil), Tumblr (gifs signature)
 
Âge :  Vingt six ans (1er juillet), vingt six chandelles qui ont déjà marqué son coeur et son corps de trop de cicatrices.
Sang :  Sang de bourbe, né moldu,.. ce ne sont pas les qualificatifs qui manquent pour décrire cette tare qui le réduit en esclavage. Il ne pourra jamais prétendre à plus, il ne pourra plus jamais prétendre à rien de par ce sang qui souille ses veines depuis la naissance.
Allégeance :  Desislav ne croit en rien et en aucun leader. Mais il croit encore en l'amour, Desislav. En l'amour de Mihayl. Alors il a décidé de le suivre, où le Krum ira - le lié suivra.
Profession :  Fidèle serviteur des Krum, il endosse tour à tour les rôles de majordome, assistant et domestique. C'est là tout ce qu'il se verra jamais offrir.
Ancienne école :  Aucune. Magie faible.

Priori Incantatem
am i free?: yes
Inventaire:
code couleur: #009999
http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t108-desislav-haunted-by-demons http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t101-where-is-it-now-t
MessageSujet: Re: INTRIGUE 1: DU PAIN ET DES JEUX   Dim 21 Aoû - 23:12

Le vieux sorcier avait à peine fini de crier qu'une nouvelle voix se fit entendre, Desislav cherchant instinctivement le regard de Mihayl de ses deux grandes billes implorantes. « Paix, maintenant. Tu tâches moment de gloirrre du Chef des Nations. » le bulgare avait parfois peur que son propre accent ne le trahisse trop durement, que ses r bulgares ne soient encore trop prononcés - mais il était évident à entendre le sorcier qui venait d'interrompre le barbu - qu'il y avait accent pire que le sien. Il releva des yeux interloqués sur l'étrange créature lui faisant face (Arkady). Perché sur des plateformes, crinière presqu'aussi blanche que la neige et regard sibérien - la surprise se lisait clairement sur les traits du rouquin dont le visage était toujours un livre ouvert. « J'ai été poussé parrr faute tienne. Va me chercher un verre. » nouvelle oeillade en direction du Krum tendu quelques mètres plus loin alors que ses yeux se contentent de nouveau de balayer le sol. Il était mal à l'aise avec les ordres, les aboiements d'un commandant dans une tranchée résonnants encore bien trop fortement à ses oreilles. Les pupilles toujours rivées sur ses pieds, il esquisse un mouvement d'épaule marquant un accord forcé alors qu'il se met en route d'un pas las. L'histoire a une fâcheuse tendance à se répéter et il a déjà vu trop d'horreurs. Il s'empare d'un verre et lorsque les premiers bruits de sortilèges se font entendre, le rouquin se prend un coup dans le bras - envoyant le contenu de la boisson en direction d'Arkady - tachant de rouge ses habits. Aussitôt, Desislav ne put s'empêcher de relever la tête - pas en direction de l'estrade mais en direction de son garant, ses muscles se contractant instinctivement. Il était bien au courant de la position du sang-pur au sein du régime et l'échange de sortilèges qui faisait rage au niveau de l'estrade ne lui inspirait rien de bon. A Mihayl non plus, à en juger par l'expression tendue de ses traits - ses pupilles grises attirées par la foule. Le reste se passa extrêmement vite, le bourreau est tué d'un éclair vert - l'un des deux assaillants subit lui aussi rapidement le même sort. Le coeur au fond des talons, les poings du né moldu tremblaient doucement le long de ses flancs alors qu'il se force à rester sur place, ses mers marrons toujours rivées en direction de Mihayl. Il sait qu'il ne devrait pas le fixer de la sorte. Il le sait et pourtant, il ne peut s'en empêcher. Il le fixe pour ne pas se mettre à courir avec le reste de la foule. Il le fixe pour ne pas laisser les mots du Chef de la Nation venir à bout de ses nerfs. Il le fixe pour garder la panique au loin - pour le moment du moins. Il le fixe pour ne pas se perdre dans la contemplation effrayée de l'immense tête de mort qui les surplombe maintenant, illuminant le ciel d'un vert sordide. « Sincèrement désolé pour votre cape. » le murmure est poli et il incline légèrement la tête au milieu de la cohue, rune obligeante qui l'écrase. Il a les billes éclatées d'une panique contenue alors qu'il ne peut empêcher une main de se refermer autant du bras du cadet des Krum, ses pas le menant instinctivement en direction de Mihayl lorsqu'un mouvement de foule les bloque soudainement, la silhouette de l'amant disparaissant quelques secondes derrière une masse noire.


are you home ?
it feels like everyday stays the same, it's dragging me down, and I can't pull away. so here I go again chasing you down again. why do I do this? over and over, over and over I fall for you.

cutie en chef:
 
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: INTRIGUE 1: DU PAIN ET DES JEUX   Lun 22 Aoû - 11:07

C
ertaines scènes se passent au ralenti. Les catastrophes naturelles, les accidents, ou de ces grands événements qui marquent un tournant dans l'histoire. Arkady n'aurait jamais pensé vivre un attentat, être de ces témoins impuissants face à l'horreur qui arrive, les yeux écarquillés. Quelqu'un, quelque part, avait décidé qu'aujourd'hui ce serait son tour. Un putain d'attentat sur ses fringues bordel.
Il vit le verre trébucher au ralenti dans sa direction, suprenament lentement, mais bien plus rapide que ses réflexes. Résigné à son sort, il ne bougea pas d'un pouce, encaissant l'humidité soudaine en un double battement de cils un peu épileptiques. Finalement, c'était bien le sang de bourbe qui avait renversé le premier verre. C'était un putain de récidiviste en plus, est-ce qu'il se fichait de la face du monde ? (Bon, le monde en vérité, il s'en fichait, c'était surtout de la sienne quoi.) Seigneur, le petit personnel n'était vraiment plus ce qu'il était. Avec une lenteur précédent les grands éclats théâtraux, il leva un Index Vengeur (mais manucuré avec un goût certain) en direction du roux (Desislav) -qui ne le regardait même pas bordel !

« Слушать- Toi écouter esp... »

Mais il stoppa net, interrompant une verve qui s'annonçait aussi rafraîchissante pour la grammaire anglaise qu'un rallye en tongs dans la neige. La lueur brève d'un éclair verdâtre dansa en périphérie de sa vision, et pour la première fois il songea à suivre le regard du roux. On pouvait reconnaître certaines choses sans les avoir vues, et contrairement à ce qu'il avait pu raconter à Durmstrang pour ferme le clapet des brutes, il n'avait jamais vu l'avada kedavra à l'oeuvre. Un deuxième flash quelque part, et au milieu du chaos un graffiti de fumée s'éleva dans les airs. Qu'est-ce que putaindebordeldequoi ? Tout simplement incapable de comprendre ce qu'il se passait, il resta figé, les lèvres entrouvertes sur une indignation oubliée dans les mouvements de foule. Les excuses formelles du rouquin ne faisaient qu'ajouter à sa confusion. Il bredouilla quelque chose de peu cohérent et définitivement peu stylé avant que le né-moldu ne disparaisse, avalé par la foule. Putain ça lui revenait. Il avait ruiné ses fringues. Et maintenant il s'était cassé. COMME UN PRINCE. et pour ne pas arranger sa journée une putain d'apocalypse lui tombait dessus. La foule et les bousculades finirent par l'emporter, trébuchant au hasard, il se raccrocha au bras de la première personne qui lui tomba sous la main. Il capta vaguement que c'était une femme -et surtout qu'elle avait une robe de bon goût, tout à fait dans le ton de la saison (Cersei). Il fallait peu de points communs pour se sentir pousser de l'affection. Le slave l'exprima en lui secouant nerveusement le bras -mais juste un peu, car il était parfaitement calme et maître de lui-même.

« QUOI SE PASSER ICI ? Пиздец ! QUE FAIT POLICE ?! »
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: INTRIGUE 1: DU PAIN ET DES JEUX   Lun 22 Aoû - 14:31

Cain lui avait intimé de rester à la maison mais qu'importe : Edna ne l'a pas écouté. Ce n'est pas à son frère qu'appartient la décision ; la jeune femme ne peut se permettre de désobéir à un ordre direct du chef des nations - cet incapable - par peur que cela ne se répercute sur le clan. Laissant sa cape d'été flotter derrière elle, la sorcière déambule à la recherche d'un visage connu dans la foule, laissant échapper une grimace à chaque fois qu'un étranger la frôle de trop près. À la recherche du fiancé, qu'elle sait présent et qu'elle se doit de rejoindre. Un soupire qui s'échappe de ses lèvres alors qu'elle se demande ce qu'elle fiche là. Elle aurait préféré pouvoir suivre le conseil du jumeau, pouvoir rester tranquillement à la maison. Elle n'aime pas la foule, Edna, méprise tout ce petit monde qui gravite autour d'elle en ce moment même. Petites vermines. Elle n'a qu'une hâte : que la surprise promise par Grindelwald s'achève afin de pouvoir fuir cette foule de sorciers douteux.

Elle se trouve non loin du buffet lorsque les hostilités commencent. Deux hommes tentent de s'attaquer à Grindelwald - les fous - et la foule commence à s'affoler alors que le chef des nations porte le coup de grâce à son prisonnier - un spectacle décevant, ne peut-elle s'empêcher de penser. Son âme qui s'envole rapidement, son corps qui s'échoue sur le sol. Il aurait du laisser son bourreau se charger du travail, lui au moins aurait laissé son art s'exprimer et aurait réussi à arracher un sourire à la sorcière, dont le sang commence peu à peu à bouillir dans ses veines. Non pas parce que le spectacle s'est révélé indigne de son intérêt, mais plutôt parce qu'elle méprise cet homme et ses minions. Ce leader venu d'ailleurs qui n'a aucun droit sur sa Grande-Bretagne natale mais qui réussi à mettre tout un pays à genoux. Mais la roue finira par tourner, elle en est persuadée. Elle est loin d'être suicidaire cependant, Edna et la peur est plus forte que la colère. Profitant d'un mouvement de foule, elle se glisse sous l'une des tables, de façon à se mettre à l'abri des sorts qui fusent sur la place - trop curieuse toutefois pour ne pas glisser un oeil vers l'extérieur, le regard comme hypnotisé par la figure étrange qui est apparue dans le ciel d'un coup de baguette et qu'elle jurerait déjà avoir vu. Petite enfant lâche rempant sur le sol, se retrouvant dans une situation indigne de sa position. Mais qu'importe. Elle estime bien trop sa propre vie pour prendre le risque qu'on ne la tue. S'il lui arrive quoi que ce soit aujourd'hui, elle se chargerait personnellement de tuer Cain, ou Hermès, ou les deux. Ou pire, elle reviendrait les hanter.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Morsmordre
Parchemins :  677
Crédits :  lolitaes
 
Âge :  Trente ans
Sang :  Le sang pur, et une tradition à laquelle il ne compte pas déroger.
Allégeance :  Il porte la Marque des Ténèbres
Profession :  Ancien chef de la brigade magique
Ancienne école :  Serpentard

Priori Incantatem
am i free?: no
Inventaire:
code couleur: seagreen
http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t426-caerwyn-lestrange-let-me-wreck-you http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t416-caerwyn-lestrange
MessageSujet: Re: INTRIGUE 1: DU PAIN ET DES JEUX   Lun 22 Aoû - 16:07


Du pain et des jeux
Intrigue 1


Les ordres de Jedusor avaient été clairs : il était hors de question que Caerwyn et le reste des infiltrés du ministère ne tentent quoi que ce soit lors de l'exécution publique. C'était au reste des Mangemorts de semer la pagaille pour empêcher la mort de leur compatriote. Eux ne pouvaient pas mettre en péril leur couverture, pas encore. Ils devaient simplement s'assurer que tout se déroulait comme prévu, et le cas échéant, faire en sorte que les Mangemorts puissent s'enfuir sans pertes.

Caerwyn se tenait donc non loin de l'estrade, à observer la foule comme il en avait reçu l'ordre de la part du bureau des aurors. Toute sa brigade était là, attendant des instructions de sa part. Au loin, il aperçut Melpomène qui se baladait, pendue au bras d'Hélios. Une flamme de jalousie vint dévorer son estomac alors qu'elle se collait toujours plus à son frère. Le Lestrange ne supportait pas de la voir si proche d'un autre que lui, quand bien même il savait qu'il n'avait rien à craindre du Black. Cette scène lui fit presque perdre sa concentration mais il se força à détourner les yeux pour reprendre sa surveillance. Il connaissait nombre de ces visages. Tous avaient été conviés par Grindelwald pour assister à l'exécution d'un rebelle Mangemort. Peu savaient ce qui allait réellement se passer dans les minutes à suivre.

Sans grande surprise, deux hommes se détachèrent de la foule et le premier sortilège de mort fusa, tuant le bourreau prêt à accomplir son travail. Le deuxième sortilège manqua sa cible et fit exploser le plancher de l'estrade. Puis ce fut le chaos. Les gens se mirent à hurler, courir, et les sortilèges à partir dans tous les sens. D'une voix sèche, Caerwyn ordonna à ses hommes d'établir un périmètre de sécurité autour de la foule pendant que les aurors s'occupaient de protéger Grindelwald. Il vit l'un des agresseurs s'enfuir alors que l'autre gisait au sol.

Je m'en occupe ! cria-t-il à Shafiq, le chef du bureau des aurors.

Il se précipita à son tour au sein de la foule, baguette levée. Il ne comptait pas rattraper son compatriote Mangemort, quitte à se faire réprimander pour cela. Il devait seulement donner le change. La prise de parole de Grindelwald ne suffit pas à apaiser les sorciers et Caerwyn profita de la débandade pour jeter quelques sortilèges en direction de Spaseni sans attirer l'attention sur lui. Il se retrouva rapidement près d'Hermès Travers, son partenaire de mission.

Je pense qu'on peut attendre encore un peu, souffla-t-il. Essayons de faire plus de dégâts avant d'évacuer.

Il croisa le regard de Melpomène quelques mètres plus loin et hocha la tête dans sa direction. Sois prudente, articula-t-il en silence.

© ACIDBRAIN
Revenir en haut Aller en bas


Melpomène Lestrange
live like legends
avatar
live like legends
Parchemins :  3965
Crédits :  Tearsflight (avatar), LAZARE (codage signature), MØRK (gif profil + signa)
 
Âge :  25 ans à se battre pour le pouvoir.
Sang :  Le sang des Black est pur, ode irrévérencieuse à la noirceur de leurs âmes, liquide vermillon qu'ils ne sauraient gaspiller. Sang royal où se mélange magie noire, ambition incontrôlée et soif de pouvoir.
Allégeance :  Marque des Ténèbres assumée, Melpomène fait partie des Mangemorts. Loyale servante depuis les premières heures de Voldemort.
Profession :  Melpomène travaillait autrefois à la morgue, embaumant derrière elle les secrets des siens. Aujourd'hui fugitive.
Ancienne école :  Poudlard dans une maison bordée d'émeraude - berceau de rencontres qui ont changé le cours de sa famille et qui ont façonné un destin aussi sombre que son patronyme.

Priori Incantatem
am i free?: no
Inventaire:
code couleur: #CF8C8C
http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t107-melpomene-child-of-the-night http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t77-melpomene-uprising
MessageSujet: Re: INTRIGUE 1: DU PAIN ET DES JEUX   Mar 23 Aoû - 16:04

Ses mains toujours serrées autour du bras de son frère, les yeux de la Black étaient rivés sur l'estrade. Les ordres avaient été très clairs: profiter de la panique semée par l'intervention toute proche de deux des leurs pour faire des dégâts tout en conservant leur couverture. Le plan se déroule sous les yeux, Melpomène feignant un air surpris - ses traits durs sonnant faux sous le glas de ce masque innocent. Les yeux écarquillés dans une fausse surprise. Le bourreau est exécuté, l'air se teintant rapidement de ver. Les sortilèges fusent et les paumes de la benjamine se referment instinctivement autour du bras de son aîné. Un des deux hommes tombe au sol dans un nouveau éclair lumineux, le coeur de la sorcière ratant un battement - le palpitant lui battant les tempes. « Morsmodre. » La marque se dévoile pour la première fois, le tatouage de son avant-bras se faisant brûlant sous le tissu de sa robe légère. Aucune grimace de douleur sur ses traits cependant, uniquement une lueur ébahie au fond des yeux alors qu'elle fixe le ciel ainsi paré. « Voila un premier exemple de justice ! » elle se retient de lever les yeux au ciel, sa main libre caressant le bois de sa baguette dans un des plis de sa robe longue. La foule se fait pressante et elle ne doute pas que l'ambiance tourne bientôt au vinaigre. C'est ce qu'ils ont prévu. Tout se déroule selon le plan établi, pour le moment du moins. Elle lâche le bras d'Hélios, l'or de son collier pesant lourdement sur ses clavicules alors qu'elle se retient de montrer les crocs. Garder leur couverture. Les neutres, les oubliés. Profiter du fait que personne ne fasse réellement attention à eux pour faire le plus de dégâts possibles.

Elle chercha brièvement Caerwyn du regard, l'apercevant s'élancer dans la foule plusieurs mètres plus loin. L'air sérieux et concentré, elle le vit jeter quelques sortilèges avant qu'il ne disparaisse dans un nouveau mouvement de foule. Elle ne cherche pas à le retrouver, une partie de l'estomac cependant noué. Si elle lui faisait entièrement confiance, la louve avait pourtant parfois du mal avec sa possessivité. Détournant les yeux pour se concentrer sur Hélios, elle tira sur la manche de son costume pour attirer son attention, se hissant sur la pointe des pieds avant de lui glisser au creux de l'oreille. « Allons-y... » au loin elle croisa une nouvelle fois le regard de son cousin. Sois prudente. Elle hoche brièvement la tête et au fond de ses grandes billes noires brille un éclat qui lui crie - toi aussi.

Elle détourne une nouvelle fois les yeux, sortant sa baguette dans un geste rapide alors qu'elle s'élance elle aussi dans la foule, agitant discrètement sa baguette. Dans le mouvement de foule, la sorcière en profita pour tenter de neutraliser quelques Spanesis, son regard fixé droit devant elle, l'air de rien. Son masque de sang-pur innocente effrayée pour ses robes hors de prix parfaitement en place sur son visage impassible.

Le sortilège de stupéfixion lancé par Melpomène touche-t'il un Spanesi ?
OUI - Un des Spanesis tombe au sol, raide. Les Spanesis autour de lui s'agitent, cherchant avec véhémence la source de ce sortilège.
NON - le sortilège se perd dans la foule et fait exploser une nouvelle partie de l'estrade, renforçant encore un peu plus le mouvement de panique autour d'elle et Hélios.

Elle lève les yeux au ciel alors que son sortilège renforce le mouvement de foule autour d'eux. Elle se raccroche in extremis au bras de son frère alors qu'elle manque de trébucher, emportée par un homme aux mouvements pressés. Elle râle alors qu'elle se relève, un feulement s'échappant d'entre ses lippes alors qu'elle grogne.


uprising
You will hear thunder and remember me, And think: she wanted storms. The rim Of the sky will be the colour of hard crimson, And your heart, as it was then, will be on fire.


Dernière édition par Melpomène Black le Mar 23 Aoû - 16:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
pnj
Parchemins :  419
http://www.mudbloodsandmurmurs.com
MessageSujet: Re: INTRIGUE 1: DU PAIN ET DES JEUX   Mar 23 Aoû - 16:04

Le membre 'Melpomène Black' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'La main de Grigri' :
Revenir en haut Aller en bas


Helios Black
Morsmordre
avatar
Morsmordre
Parchemins :  132
Crédits :  .
 
Âge :  35
Sang :  Pur, evidemment.
Allégeance :  Tom Jedusor et Les Black, jusque dans la mort.
Profession :  Ancienne avocat du magenmagot, desormais fugitif.
Ancienne école :  Poudlard, Serpentard.
MessageSujet: Re: INTRIGUE 1: DU PAIN ET DES JEUX   Mar 23 Aoû - 20:08

Rien ne perturba les traits du Black qui excellait dans l’art de ne rien laisser paraitre. Le bras fortement entouré autour de celui de sa sœur, l’ainé balance le regard de droite à gauche, la mine glacé, le regard givré. Et pourtant dans la tête du sorcier, les neurones chauffent, vont à 200 a l’heure. Un bref mouvement à sa droite indique à Helios que le calme apparent ne va pas faire long feu. Sans pour autant bouger le moindre muscle, il se prépare. Resserrant sa poigne autour de la taille de sa sœur, il lui indique que l’heure est arrivé. Divers regard plongent en leur direction, certains offensés. Il se contrefout de ce qu’ils peuvent bien penser, ne pouvant s’empecher une certaine provocation, il entoure un peu plus les hanches de Melpomène d’un geste langoureux. Les potins aveuglent le peuple ignorant.Plus ils prennent attention à de petites choses futiles, moins ils se concentrent sur ce qu’ils sont vraiment, les Black. Fidèle a Jedusor depuis la première heure. Et Helios préfèrait de loin qu’on l’accuse d’inceste plutôt que de traitrise. Il pourra ainsi continuer à etablir le sacre de Jedusor sans qu’on ne le soupçonne de rien. Comme il s’y attendait, deux hommes emergèrent de la foule, le premier tuant sans concession le bourreau. Un eclair apparut dans les yeux du Black, imperceptible mais suffisant pour indiquer à sa sœur que le combat était lancé.

Le chao s’installa. Les gens criaient, hurlaient même, se précipitant pour sauver leur vies tandis que la foule de spaseni se mouvaient autour de Grindewald, protegeant leur maitre. Au centre de cela, Helios, n’avait pas bougé d’un centimètre. Les pupilles furetant rapidement, il évaluait la situation, la main crispée sur sa baguette magique qu’il ne tarda pas a sortir. Il était prêt à se battre. Lui savait pour qui. Son regard trouva soudain Caerwyn et ses paupières cillèrent. Il n’aimait guère son cousin sans pour autant le detester. Il lui trouvait des manières insupportable et n’aimait pas la façon dont sa sœur le regardait. Un peu trop intensément parfois ce qui lui produisait des fourmillement dans le ventre. Bien que detestant l’inceste, Helios se demandait parfois si son amour pour sa sœur cadette ne dépassait pas l’entendement.Peu lui importait. La proteger. La garder à ses côtés était le plus important. Il poussa un soupir inaudible. Caerwyn était arrogant. Il le regarda s’elancer dans la foule, sans avoir pris le soin de réfléchir et pinca les lèvres, lui lanca un regard d’avertissement. S’il pouvait eviter de se faire tuer…

Alors le ciel s’illumina. Ses yeux se levèrent et un air surprise et satisfait pris place sur son visage. La première marque des ténèbre. Son bras l’élancent et il lance u regard furtif à sa sœur, dont l’air aussi emerveillé que lui pourrait attirer les curieux. Pourtant, ilne pouvait s’empecher de detacher son regard du ciel : leur règne prenait peu à peu forme. Ce n’était plus un concept. Ce n’était plus un rêve. C’était reel.

Il sorti de sa torpeur lorsque sa sœur tira sur sa manche. Il n’aimait pas qu’elle attire son attention de cette manière,par ces manière de gamine gatée, mais il pouvait rien lui interdire. Il l’aimait trop. « Allons y ». Il lit son air de determination et un mince sourire eclaire son visage. Sourire trop rare et reservé qu’a la jeune sorcière. Mais une demie seconde suffit a ce qu’il reprenne son air glacial. Le combat ne semble pas l’affecter. La foule en delire non plus. Son calme et ses yeux vifs se baladent de mangemorts en mangemorts, s’assurant qu’aucun ne puisse être blessé. Il serre le bras de Melpomène, lui intimant dans un murmure : « ne t’éloigne pas, compris ? » Son sortilège raté ne fit qu’augmenter la tension dans le corps de l’ainé, qui claqua de la langue. D’un geste bref, son bras a moitié dissimulé derrière sa sœur, il visa un spanesi, essayant de rester leplus auprès d’eux pour ne pas sembler suspect.

OUI : Le sortilège touche un spanesi qui s’écroule au sol.
NON. Le sortilège s’ecrase contre le bois déjà bien amoché, attirant l’attention des spanesi derrière.

Il fut sorti de sa concentration par le trébuchement de sa sœur. Ses yeux se rivèrent instantanément sur l’homme à terre qui osa râler contre la jeune femme. Sans surprise, d’un geste bref, sans réfléchi, il prononce le sort fatal.

OUI : L’homme meurt dans un eclair de lumière verte, la foule trop en panique pour s’en apercevoir.
NON : l’homme regarde Helios,une lueur d’effroi sur le visage lorsqu’il le reconnait, comprenant qu’il vient d’echapper tout juste à une mort certaine, il s’eloigne rapidement.

Empoignant fortement le bras de soeur, il emjambe nonchalamment le coeur de l'homme à terre. Il suffit d'un seul pour réveiller la colère froide de l'ainé Black, qui, baguette dissimulée sous sa robe, comptait bien montrer qui était le véritable maître. "Viens, on se tire d'ici, ça sent le macchabé. Les autres ont besoin d'aide."


Dernière édition par Helios Black le Mar 23 Aoû - 20:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
pnj
Parchemins :  419
http://www.mudbloodsandmurmurs.com
MessageSujet: Re: INTRIGUE 1: DU PAIN ET DES JEUX   Mar 23 Aoû - 20:08

Le membre 'Helios Black' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


#1 'La main de Grigri' :


--------------------------------

#2 'La main de Grigri' :
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: INTRIGUE 1: DU PAIN ET DES JEUX   Mer 24 Aoû - 18:15

Intrigue 1
Sanglante Surprise
blood blood rolling down in the gutter

La foule s’anime soudain, mer en furie, pleine de chaos et de peur. Un énorme mouvement animé qui engloutit les imprudents. Mais au centre de la tempête Mia sourit. De la joie pure visible sur son visage. Parce que le moment est enfin arrivé. La marque brille dans le ciel tel un phare éclairant la nuit. Et un peu de l’injustice est réparé. Mais rien ne dure et bientôt les deux héros sont poursuivis par les sorts. Le premier s’effondre et le second se fond dans la foule, silhouette ténue courant au milieu des autres, impossible à reconnaitre au premier abord. Les spasenis se précipitent à sa poursuite évidemment, bousculant le reste de la foule. Seulement voila, en entrant dans cette foule compacte et dense ils deviennent aussi des cibles plus faciles.

Et Mia a toujours rêvé de les voir en cible facile.

Elle ne peut vraiment se faire remarquer. Ou irait-elle ensuite ? Que ferait-elle alors ? Mais au milieu d’une émeute qui pourrait deviner d’où vient tel ou tel sort perdu ? Agir discrètement n’est pas impossible et Mia est simplement incapable de laisser passer une telle occasion. Qui sait lorsqu’elle se représentera ? C’est le premier pas des mangemort. Leur premier véritable acte et il se doit d’être un triomphe. Le premier accomplissement. La première pierre d’un règne qui deviendra parfait. Sa main s’enroule autour de sa baguette, discrète. De l’extérieur elle à l’air d’être comme toutes les autres. Une femme paniquée, cherchant désespérément une sortie à cette place sans issue. Seulement ses yeux balayent la place pour chercher sa cible.

Parfait. Un spaseni passe devant elle la poussant de plus belle en arrière. Un soutien de Grindelwald et un malpoli. Un sourire se peint sur ses lèvres. Avide. Plein de colère et d’envie. C’est le temps de la vengeance. Le temps de leur faire payer. Le mouvement de la baguette est discret, cachée dans la manche de son manteau, seul le bout en dépasse. « Stupéfix »

Le sortilège Stupéfixe marche-t-il ?

Oui – Le spaseni s’effondre à terre Spleen passe discrètement à côté de lui, satisfaite, non sans lui donner un vil coup de pied entre les côtes

Non- Le sortilège ne le touche pas et ne fait qu’attirer l’attention dans la direction de Spleen, celle-ci se met à feindre une crise de panique, la terreur dessinée sur son visage en bonne femme faible qu’elle est.
Made by Neon Demon


Dernière édition par Spleen M. Blackthorne le Mer 24 Aoû - 18:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
pnj
Parchemins :  419
http://www.mudbloodsandmurmurs.com
MessageSujet: Re: INTRIGUE 1: DU PAIN ET DES JEUX   Mer 24 Aoû - 18:15

Le membre 'Spleen M. Blackthorne' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'La main de Grigri' :
Revenir en haut Aller en bas


Melpomène Lestrange
live like legends
avatar
live like legends
Parchemins :  3965
Crédits :  Tearsflight (avatar), LAZARE (codage signature), MØRK (gif profil + signa)
 
Âge :  25 ans à se battre pour le pouvoir.
Sang :  Le sang des Black est pur, ode irrévérencieuse à la noirceur de leurs âmes, liquide vermillon qu'ils ne sauraient gaspiller. Sang royal où se mélange magie noire, ambition incontrôlée et soif de pouvoir.
Allégeance :  Marque des Ténèbres assumée, Melpomène fait partie des Mangemorts. Loyale servante depuis les premières heures de Voldemort.
Profession :  Melpomène travaillait autrefois à la morgue, embaumant derrière elle les secrets des siens. Aujourd'hui fugitive.
Ancienne école :  Poudlard dans une maison bordée d'émeraude - berceau de rencontres qui ont changé le cours de sa famille et qui ont façonné un destin aussi sombre que son patronyme.

Priori Incantatem
am i free?: no
Inventaire:
code couleur: #CF8C8C
http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t107-melpomene-child-of-the-night http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t77-melpomene-uprising
MessageSujet: Re: INTRIGUE 1: DU PAIN ET DES JEUX   Mar 30 Aoû - 12:03

Le chaos était étouffant, mais pas pour Melpomène Black. Les traits impassibles - tout au mieux de temps en temps traversés par un air de contrariété passagère - la sorcière se tenait droite aux côtés de son frère. Parfaits sangs-purs dépassés par les évènements, c'était dans un geste à peine perceptible que la sorcière avait agité la baguette. Un raté. Mais elle ne se laissait pas facilement abattre, la Black. Sous la lueur de la marque illuminant le ciel d'un vert émeraude, Melpomène se sentait plus forte que jamais. Le tatouage de son avant-bras la fourmillant un peu plus à chaque minute passée sous leur règne. Le calme d'Helios est olympien, statue de glace à laquelle sa soeur se raccroche discrètement. Elle est indépendante, Mel, elle est forte - mais il a toujours exercé cette force sur elle. Il la calme et la complète. Tempérant son impulsivité de sa simple présence. Elle a perdu Caerwyn du regard et elle se force à ne pas penser à lui, à garder toute son attention dirigée sur la bataille qu'ils ont à mener en toute discrétion. Faire sauter leur couverture serait mauvais pour les affaires. Une neutralité affichée et collée au corps dont ils ont du mal à se défaire - la magie noire sur le bout de la baguette. « Ne t’éloigne pas, compris ? » elle aurait haussé les épaules et roulé des yeux, si la remarque ne venait pas de ce frère tant respecté. Alors elle se contente de hocher le menton d'un simple coup sec et rapide, marquant son accord à l'ordre à peine voilé. Un premier Spanesi s'écroule au sol sous la volonté de son frère et le coeur de la sorcière est rempli d'une admiration sincère de le voir si grand, dévoué à défendre la cause qui lui était si chère. Ils vaincront. Elle en est certaine et elle s'imagine déjà radieuse aux côtés des Puissants. Sa silhouette frêle trébuche et elle bouscule un sorcier qui se retourne immédiatement, les insultes sur le bout de la langue. La sentence se fait à peine attendre, un éclair vert fendant la foule. Bien vite étouffé par la marée humaine, la lumière ne dure qu'un temps. Dans le pire des cas, la benjamine est une comédienne hors-pair. Elle sortira les larmes de crocodiles et les gestes dramatiques, susurrant d'une voix brisée comment l'inconnu a tenté de profiter de la foule pour arriver à ses fins. Elle a déjà tout prévu, son esprit calculateur bougeant ses pions en temps réel. Il y a toujours une solution. « Viens, on se tire d'ici, ça sent le macchabé. Les autres ont besoin d'aide. » elle le suit, masquant son sourire narquois derrière un air profondément choqué pour les quelques curieux daignant regarder dans leur direction. Actrice. L'air innocent de celle qui n'avait encore jamais vu personne mourir, du moins c'était le masque qu'elle offrait à la foule - par pure mesure de sécurité.

Elle avait pourtant sa baguette toujours fermement en main entre les pans de sa robe, le duo s'avançant dans la foule - les yeux de Melpomène passant de Mangemort en Mangemort. Elle repère celui s'étant échappé de l'estrade et ses yeux vifs s'aperçoivent également d'une femme s'apprêtant à hurler pour signaler la présence du fugitif. Elle agite la baguette entre ses dentelles, murmurant un Bloclang sournois.

OUI: Le sortilège du Bloclang fonctionne parfaitement et le hurlement est bloqué au fond de la gorge de la sorcière, laissant le temps au fugitif de prendre ses jambes à son coup dans une autre direction.
NON: La sorcière l'esquive d'un réflexe bienvenu et le sortilège provoque donc une déflagration sonore, couvrant son hurlement de fracas. Cela permet tout de même au Mangemort de prendre ses jambes à son coup mais le bruit amène vers eux plusieurs Spanesis aux aguets.

Edit post-dé: La déflagration est sonore et la Black range aussitôt sa baguette, croisant ses mains devant elle dans une innocence feinte, masque de belle éplorée aux yeux des Spanesis qui arrivent par flots. Si les apparences sont certes préservées, elle se retrouve dans l'incapacité de faire quoi que ce soit sous leurs regards inquisiteurs.


uprising
You will hear thunder and remember me, And think: she wanted storms. The rim Of the sky will be the colour of hard crimson, And your heart, as it was then, will be on fire.


Dernière édition par Melpomène Black le Mar 30 Aoû - 12:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: INTRIGUE 1: DU PAIN ET DES JEUX   

Revenir en haut Aller en bas
 
INTRIGUE 1: DU PAIN ET DES JEUX
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» LOU PAN GROUMAND (pain gourmand)
» [RP] Boulangerie chez Lina et Arnoldo "L'amour du pain"
» le jeux du sam... sam'dit !!
» [21/11/09] AMidi Jeux Centre Culturel Liévin !
» Résumé de l'intrigue

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: