Soutenez le forum
Votez pour M&M sur les top-sites et faîtes passer le mot!
Bazzart - PRD.
Ecoulement du temps
Nous sommes actuellement en septembre 1952
Sixième version du forum
On vous donne rendez-vous ici pour vous tenir au courant des dernières nouveautés!

 | 
 

 the girl who cried wolf (ft frigga)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: the girl who cried wolf (ft frigga)   Lun 1 Aoû - 18:07

the girl who cried wolf
Frigga & Hesychia
Les haines sont si longues et si opiniâtrées, que le plus grand signe de mort dans un homme malade, c'est la réconciliation.

D’un geste, elle envoi balader ce qui trône sur son bureau. Un vase s’écrase contre le mur, des papiers s’envolent dans un tourbillon furibond. Hesychia, maîtresse d’un jeu qu’elle sent s’échapper sous ses pieds. Il y a peu encore, elle pensait avoir toutes les cartes en mains. Avait complètement oublié l’existence de cette nièce, bonne à mourir avec les siens. Elle pensait la môme suffisamment maligne pour se faire oublier de tous. De ceux qui la traquent comme de ceux qui portent son nom. Il n’en fut rien. Quelqu’un avait cru bon de lui tendre la main. La louve maudissait l’inopportun, celui qui s’était mêlé des affaires des Greyback. L’autre méritait de sombrer dans l’oubli. Personne dans son clan n’était allé à sa recherche. Elle était l’enfant de celui qu’on avait été trop heureux d’enterrer. Le souvenir de Frigga mit en terre avec les autres. Qu’importe qu’elle fut vivante, sauvageonne livrée à elle-même. Le clan, sous le commandement de celle qui en était désormais la matriarche, l’avait sciemment mise de côté.

Et elle était là. Plus vivante que jamais. Hesychia, furieuse. Malade d’avoir à accueillir celle qu’elle fuit depuis des mois. Depuis son retour, on lui intime de la voir. De lui rendre une place au sein du monde sorcier. Elle a beau se chercher des excuses, repousser l’inévitable, la voilà coincée. Le moment fatidique, enfin arrivé. Elle chiffonne entre ses longs doits fins le parchemin responsable de son agitation. Maudit, jure, invective l’enfant perdue, son sauveur, les mangemorts. Tous y passent, dans un flot d’injure qui écorche l’oreille. Elle est seule dans sa masure. En profite pour dédaigner le monde sans craindre de courroucer quiconque. Enfin, le calme se fait. Ses nerfs apaisés, elle s’assied contre son secrétaire. Les yeux clos, le souffle paisible. La tempête est passée. Frigga ne viendra pas ici. Hesychia se refuse à l’accueillir dans la demeure du clan. Elle a choisi un terrain familier. Une zone loin d’être neutre. L’ancienne maison d’Hengist. Abandonnée aux herbes folles, ruine laissée en état. Un pèlerinage qui n’en est pas un. Pour Frigga, c’est une épreuve. Retourner sur la terre où les siens ont perdu la vie. Pour Hesychia, c’est un doux remède, marcher sur les traces de son frère. Lui mort, elle debout. Un œil à sa montre, il est l’heure. Elle transplane, entend arriver la première sur les lieux.

L’instant d’après, elle reparait. Le décor a changé. Les Greyback ne roulent pas sur l’or. Sa demeure est sordide, comparé aux grands de ce monde. Mais ici, tout n’est que désolation. Murs ouverts aux quatre vents, traces d’explosions… La violence des combats, marquée jusque dans les murs. Elle ne sourit pas. C’était son frère, en dépit de toute chose. Et ce sort si sinistre qui a scellé son destin pourrait tout aussi bien être le sien. Elle se réjouit de sa mort. Mais pas ici. L’indécence s’arrête aux portes de l’Enfer. Le silence est lourd, pesant. Brisé uniquement par le bruit des pas de la louve sur la vaisselle cassée. Elle laisse ses mains s’attarder sur le buffet. Quelques portraits de famille la dévisagent. Son frère lui témoigne un regard sombre. Par habitude, elle le soutient. Elle déambule entre les ruines. Enjambe les chaises cassées, passe d’une pièce à l’autre pour constater que le chaos est partout. Ce que le combat n’a pas détruit, ces mois passés à l’abandon ont condamné la maison à un désordre de taille. Doucement, la nature regagne ses droits.

Elle tend l’oreille, cherche à distinguer le plop distinctif de celle qui transplanerait ici. Elle jette un œil vers l’horizon. Le soleil commence à regagner ses quartiers. La fraîcheur du soir s’installe. La nuit sera bientôt là. Une nuit sans Lune, mais une nuit malgré tout. Et c’est bien que les Greyback sont les plus à leur aise. Quand les ténèbres les englobent tout entiers.
Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
 
the girl who cried wolf (ft frigga)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Laura Kinney - the girl with the wolf heart
» Team Aura (pv : Red Wolf )
» London Stiller...she's a special girl
» Heartbreaker version girl [Finish]
» Rp avec Thunder Wolf ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: