Soutenez le forum
Votez pour M&M sur les top-sites et faîtes passer le mot!
Bazzart - PRD.
Ecoulement du temps
Nous sommes actuellement en septembre 1952
Sixième version du forum
On vous donne rendez-vous ici pour vous tenir au courant des dernières nouveautés!

 | 
 

 Falling to pieces | Isolde

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Falling to pieces | Isolde   Mer 3 Aoû - 23:00

Prewett, Creirwy, Isolde
petite citation


A little taste of magic on your lips
▲ Nom : Héritage des générations ultérieur. Tout ne doit être que prestige, grandeur et frayeur. Ton nom se murmure que la peur marque les visages. Prewett, triste bête au coeur rongé par le malin et esprit frappé par la cruauté.
▲ Prénom :  Ton prénom est doux et poétique. Héroïne d'une légende, Isolde
▲ Date et lieu de naissance : 14 février 1926 Pays de Galles, Swansea. journée des amoureux. Douce ironie pour une famille dont la noirceur des coeurs n'est que trop connue. Tu aurais pu être une belle preuve d'amour, mais tu n'es qu'une descendante de plus.
▲Nature du sang :  La pureté de ton sang n'est plus à prouver. Sadique héritage qui finalement a moins d'importances à tes yeux qu'il n'y devrait.  
▲Profession : Dresseuse de Hiboux . Tu n'étais pas l'aînée, tu n'avais donc pas besoin d'un poste important, tu n'étais pas destiné à briller, n'étais-tu pas simplement une femme ? Un pion pour des alliances. Alors, ils ont accepté que tu travailles simplement comme dresseuse de Hiboux. Peut-être la seule joie que tu as dans ta triste vie.
▲Statut matrimonial : Inexistant et inexploitable. Telle une feuille blanche, tu es seule et ne sait ce que tu veux. N'ayant jamais fait l'effort de réfléchir là-dessus, en quoi cela pourrait être important vu que tu refuse d'être touché ?  
▲Ancienne maison  : Poufsouffle, tu en étais une étrange créature. Les Poufsouffle n'étaient-ils pas les plus indulgent, pourtant n'étais-tu pas une Prewett ?
▲Patronus : Ton patronus n'est pas vraiment l'animal le plus impressionnant au monde, n'y le plus féroce. C'est un petit moineau, symbolisant la solitude et la loyauté.
▲Baguette Magique : 27.4 cm. Faite en bois de mélèze, le bois des sorciers ayant des talents cachés. Une Tige de dictame en son coeur. Flexible.
▲Particularité : Souffre d'Haptophobie
▲Amortentia :  mélange de pétrichor ( l'odeur que la terre prend après la pluie), de verveine et de pain fraîchement cuit.
▲Epouvantard : Un miroir, reflétant le noir, le vide, petit à petit des mains en sortent.

Je jure solennellement de faire usage du sortilège
Incarcerem
pour servir ma cause

"Parlez-nous un peu de vous. Si vous deviez vous décrire en quelques mots que diriez-vous ?"
N’étais tu qu’une brebis égaré dans une famille qui ne lui ressemblait en rien ? Il faut reconnaître que parfois tu te demande ce que tu tiens de ton nom, ci ce n’est que lui. Isolde, tu n’étais qu’une créature craintive qui avait toujours su prendre beaucoup de recule sur les autres. Ta famille tu l’aimais à ta manière, de loin, du regard, du respect, mais tu n’étais en rien proche d’elle. Car depuis enfant tu n’étais en rien une créature qui présentait son affection par des accolades ou des moments de complicité. Tu restais dans ton coin, créature solitaire, appréciant le silence et les livres, tu te complaisais dans une isolation que tu imposais au autres et que tu affectionnais.
Mais tu étais une petite chose docile, qui respectait les ordres et les règles, car tu avais du respect pour tes ainées, pour ton sang. Alors tu étais parfaite, dans ton imperfection. Mais tout changea avec l’âge, l’apparition de cette violence, cet art propre à ta lignée, qui te fit reculer encore plus dans ton isolation. Le refus qu’on te touche, qu’on effleure, cette peur panique qu’on pose la main sur toi. Pourtant on ne t’avait jamais frappé, mais tu commençais à avoir peur. Sentir ton palpitant accélérer et paniquer lorsque les autres franchissait tes limites.
Tu étais un être doux, un être perdu. Tu avais honte de ce que tu étais et pourtant tu savais que tu étais ainsi, une déception. Mais tu n’arrivais pas à changer, peut importe les efforts que tu faisais tu restais faible, comparé aux autres, incapable de cacher ses failles qui était désormais exposé au yeux de tous.

"Grindelwald domine l'Angleterre et la Bulgarie depuis 6 ans en quoi cela-t-il influé sur votre quotidien ?"
Ton quotidien n’est en rien affecté. Affichant par ton nom une allégeance que tu ne comprendrais probablement pas si tu prenais le temps d’y réfléchir. Tu acceptais cette domination, car c’était ainsi qu’on t’avait appris à voir les choses. N'évidence qui ne l’était pas et qui pourtant ne te posait pas de problème. Tu avais toujours tout fait pour être tel que ta famille voulait que tu sois alors tu soutenais une cause sans la connaître, car c’était ce qu’on attendait de toi.

"Vous voyez un passant dans la rue se faire malmener par deux spaseni, serviteurs de grindelwald, que faites-vous ?"
Tu détournerais probablement le regard. Cherchant à te faire invisible, cherchant à faire comme si tu ne voyais rien. En rien tu ne voudrais qu’on te remarque, mais surtout tu n’es en rien courageuse. C’était l’image que tu avais de toi, une faible qui ne pouvais rien faire pour aider les autres. Car tu étais incapable de t’aider toi-même. Alors tu passerais probablement à côté, te refusant de regarder derrière toi. Te forçant à penser que ce sorcier l’aurait probablement mérité.

« Vous voila devant le miroir du Riséd, que pensez-vous y voir ? »
Tes parents, c’est probablement la seule chose dans ta vie que tu verrais dans ce miroir. Tes parents debout à côté de toi, sourire aux lèvres. Fiers de ce que tu es, car tu ne serais pas celle que tout le monde voit. Tu serais quelqu’un d’autre, quelqu’un de fort, comme eux, comme ton aîné et tes cadets. Quelqu’un qui aurait pu servir à quelque chose. Alors il serait fier de toi, car ils ne l’étaient pas. Et ils ne le seraient probablement toujours pas, de la pauvre créature que tu es.

« Par chance, vous vous trouvez en présence des trois reliques de la mort, mais vous ne pouvez en choisir qu’une. Laquelle prendriez-vous ? »
L’évidence même, tu choisirais la cape d’invisibilité. Pour te cacher encore et toujours. Pour fuir, pour devenir l’invisible dans ce monde qui te plaît si peut. Car c’est ce qui t’effraye le plus, qu’on te regarde, qu’on te remarque. Et tu as beau faire tout ton possible pour qu’on ne te regarde pas que tu en attire l’attention. Trop souvent ils se font curieux les autres, trop souvent ils se font moqueurs. Tu n’es qu’une créature craintive qui aimerait s’enfermer dans une cage pour qu’on ne puisse jamais t’approcher. Alors la cape, car ce serait une libération que de l’avoir.

▲ pseudo ou prénom :  El-diablo-miaou
▲ âge :  24 ans
▲pays :  France
▲ Connexion  :  Dés que possible
▲ scénario ou inventé :  Inventé
▲ avatar :  Emily Browning
▲ Où avez-vous connu le forum ? :  Sur Skype
▲ quelque chose à rajouter :  
▲ crédits :  lavieenrose
CORRUPTION WILL HAUNT YOU ↓ MUDBLOODS AND MURMURS


Dernière édition par Isolde Prewett le Mer 10 Aoû - 19:17, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Falling to pieces | Isolde   Mer 3 Aoû - 23:00

Mudbloods and murmurs
petite citation





Tu n’arrivais plus à respirer, c’était comme si quelques choses de pesants s’appuyaient contre ton thorax. Un poids qui se faisait chauffer ton visage, t’empêchant de bouger. Ta bouche était ouverte et calfeutrée par une masse molle et dense qui t’étouffait. Tu voulais crier, ordonner à ce qu’on te laisse tranquille, qu’on te lâche. Essayant simplement sans air, mais aucun bruit ne pouvait sortir de ta bouche. Ton crâne s’emplissait de rouge. Un rouge alarmant, palpitant. Le rouge de ton propre sang qui montait à ta tête. Tu aurais voulu te débattre, le faire lâcher son emprise sur ton bras, mais tu me pouvais pas jouer. Et cela l’amusait, de te voir ainsi faible et effrayée. Les larmes vinrent faire son apparition sur ton visage, des larmes de douleur, c’était quelques choses d’extrêmement douloureuse; de sentir son corps réclamer de l’air. Tu n’arrivais à rien. Tu continuais de paniquer. Tu avais besoin d’oxygène. Consacrant les moindres parcelles d’énergie pour faire entrer de l’air dans ses poumons. Ta tête était saturée de rouge, vrillée par l’idée, l’ombre d’un hurlement. Tu te sentais faiblir, s’effacer. Mourir. Puis soudainement le poids disparut. Puis le noir, l’inconscience...

_ _ _ _ _

Tu fermais les yeux, ton corps collé contre le mur à coté de la porte de cette pièce dont tu venais de sortir en trombe. Ils n’étaient probablement pas ravis de ton attitude, toujours aussi faible, qu’ils penseraient de toi. Toujours incapable de faire ce que ton nom t’imposait. C’était comme lorsqu’on essayait de te toucher, tu te sentais mal, tu sentais ton palpitant accélérer et manquer un battement. Te faire mal dans la poitrine. Incapable, qu’il avait dit, ton père, lorsque tu avais reculé. Incapable de faire des choses basiques pour lui, pour eux. C’était frustrant, mais tu n’affectionnais pas, comme beaucoup de choses, cette activité. Parfois tu te demandais si tu étais réellement une Prewett, ou si tu n’en avais que le nom. Une vaste illusion que tu étais, tu devais inspirer quelque chose de similaire à la peur, mais c’était ton état naturel. La peur était la compagne de ton coeur et de ton esprit, tu étais une créature craintive qui était incapable de faire du mal. C’était ce que tu étais. Un agneau dans une famille de loups.

_ _ _ _ _

Tu fermais les yeux, et prit une profonde inspiration. Un souvenir heureux, c’était ce qui était demandé. Un souvenir heureux, cette pensée vint t’arracher un petit rire étouffé. Tu aimais lire des romans, et tu eux une petite pensée pour l’oeuvre d'I. M. Barrie. Roman que tu avais dévoré petite, rêvant que Peter pan viendrait te tirer de ton enfance. Tu aurais pu devenir sa Wendy, s’envoler grâce à une pensée heureuse et passer le reste de ta vie à raconter des histoires aux enfants perdus, et ne jamais grandir. Les yeux fermés, tu pris donc une profonde inspiration. Tu devais réussir ce fichu sort, c’était pour cela que tu étais ici, non . Exceller .
Alors tu te rappelais vaguement de la seule fois ou tu avais ressenti de la joie. Une euphorie parasitée d’aucune autre émotion. C’était une nuit d’été, tu étais dans le jardin de la maison familiale. Vêtue d’une simple robe, tu avais commencé à lire, l’un de tes nombreux romans aventure. Personne n’était présent dans les lieux, on t’avait laissé seule. Tu t’étais simplement laissé vivre quelques instants sans penser aux autres, mais juste à toi. Égoïstement, mais c’était libérateur d’un autre côté. Sortir quelques instants de ta cage et battre de tes propres ailes. Ils te regardaient différemment depuis quelque temps, tu n’étais pas à la hauteur de leurs attentes, à la hauteur de ton nom. Tu les décevais tellement, et cela se voyait. Puis tes yeux quittèrent les lignes de l’oeuvre, pour se diriger vers le ciel qui se remplit de nombreuses traînées de lumière. C’était comme une peinture qui se crée sous tes yeux, une pluie d’étoiles. Et c’était magnifique. Rien ne pouvait rivaliser avec cette vision. Tu te levas, laissant tomber au sol ton livre, incapable de quitter le ciel du regard et tu tournas légèrement sur toi-même une légère brise digne de celle des saisons chaudes te fit frissonner. C’était la perfection. Et cela t’avait émerveillé.
Puis tu ouvris les yeux
Un moineau sortit de sa baguette et tourna autour de toi, laissant derrière lui une traînée comparable à ces des étoiles filantes. Un sourire vint faire esquisse sur tes lèvres, les yeux rêveurs.  

_ _ _ _ _

Caché sous ta couette, un long frisson vint prendre possession de ton corps alors que le ciel commençait à hurler sa peine. Le tonnerre se faisait entendre te volant un petit sursaut, un petit cri étouffé de peur. L’orage était quelques choses qui t’avaient toujours effrayée, la raison tu ne la connaissais pas. C’était instinctif, cette peur viscérale qui prenait rendait ton corps tendu et crispé. Les yeux clos, tu souhaitais tombé rapidement dans les bras de Morphée, mais tu le savais pourtant que c’était trop tard. L’orage faisait rage et tu n’arrivais pas à penser à autre chose. Alors, tu étais en train de lutter, lutté contre ton envie de pleurer - chose qui était plus que courante les nuits d’orage- et ton envie d’aller rejoindre ton ainé pour ne pas rester seule.
Tu pris une profonde inspiration coupée par un nouveau sursaut, un éclair venait encore une fois de se faire entendre. Brisant ainsi tes dernières défenses. Tu ne pouvais pas rester seule. C’était impossible. Tu te redressas dans ton lit, glissant ta main dans tes cheveux pour les remettre en place. Le regard embrumé par des larmes qui finalement n’était que la preuve d’une de tes nombreuses faiblesses : la peur. Peur d’une chose aussi irrationnelle qu’une perturbation atmosphérique.
Doucement, silencieusement même, tu posas les pieds sur le parquet de ta chambre. Pour finalement sortir de ton lit. Attrapant au passage une simple petite veste en laine que tu mis sur tes vêtements de nuit. T’approchant de la porte, tu finis par décider de faire l’impensable : prendre la direction de la chambre de ton frère. Le chemin tu le connaissais pas cœur, vos chambres avaient toujours été très éloignées, c’était par ailleurs pour cette raison que tu avais toujours pris ta chambre pour un refuge. Car elle était loin de lui. Ton corps était tremblotant, ce n’était pas le froid qui te faisait frémir, mais bel et bien les coups de tonnerre qui continuait simplement de faire parler ton corps. L’effroi. Étrange non ? Que tu allais volontairement dans la chambre de ton bourreau, car le ciel avait pris le dessus sur tes instincts et sur la peur qu’il avait instauré dans ta vie ! Les cris du tonnerre anéantissaient la crainte que tu avais de te trouver seule avec lui.

Plus rapidement que tu l’aurais cru, tu te trouvas devant la chambre de ton ainé. La main posée sur la poignée de sa chambre. Posant ton front contre la porte, tu fermas les yeux alors que de ton autre main tu vins légèrement frapper à trois reprises. Ce qui provoquant une réponse, claire et audible, il ne dormait pas. Doucement, tu vins ouvrir la porte, te glissant telle une pauvre petite chose dans la tanière du loup. Tu refermas directement derrière toi. Il te regardait, très certainement surpris de te voir dans ces lieux, sur son territoire. C’était la première fois que tu mettais les pieds dans sa chambre. Mais tu ne pris pas la peine de détailler la pièce du regard. Tu fixais timidement ton aîné et laissa échappé les mots fatidiques de ta voix enfantine « Est-ce que je peux rester ? » Un nouvel éclair, un nouveau sursaut. Tu n’entendis pas distinctement ce qu’il t’avait répondu, tu savais juste qu’il y avait un « oui » dans la phrase. Alors, tu t’approchas de son lit, il continuait de te regarder alors que tu te glissais à ses côtés. Toi qui évitait les autres, tu voyais en lui le plus fort, l’ainé. Destiné à de grande chose alors inconsciemment, probablement le fruit de ton éducation, tu l’avais érigé en dominant dans ta fratrie. Il t’effrayait tout comme il te rassurait. Et lui acceptait ta faiblesse car justement, tu lui montrait ta soumission la plus total. Acceptant son statut de futur leader de votre ligné. Alors il se taisait et te laissait être faible.

_ _ _ _ _

Tu le regardais ce lever. C’était tout de même étrange ta différence de comportement, quand tu parlais volontairement tu n’avais pas de soucis, quand tu parlais de banalité, même si cela était court, tu ne te tétanisais pas. Non, mais ici, parler de toi, cela te bloquait. Suivant des yeux ton interlocuteur. Qui vint prendre position derrière toi. Tendue, c’était le mot. Ton corps devient rigide, il se sentait agressé, il était trop prêt. Un sursaut lorsqu’il posa sa main, trop proche, il ne te touchait pas, mais tu savais qu’il le pouvait et rien que cette idée te donna de nombreux frissons. Tel un petit animal fragile, tu te sentais en danger. Mais cela était le cas avec tout le monde, bien qu’il ne fût pas comme tout le monde. Tu le sentais, incapable de mettre le doigt sur ce qu’il représentait. Tout chez lui semblait te faire pensé qu’il avait quelques choses de différent des autres, en bon ou en mauvais tu n’aurais su le dire. Ton corps prenait tout le monde comme un ennemi, ou presque. Ton corps continuait de frémir par ses questions et sa proximité. Puis il se remit en place, sur son bureau. Tu profitas du fait qu’il ne te regardait pas dans les yeux pour le fixer. « Que faites vous donc ici ? Qu'attendez vous d'une thérapie telle que celle que vous souhaitez entreprendre ? », Alors que tu ouvris la bouche pour répondre, tu t’arrêtas quelques secondes. Ravalant tes mots, ravalant ton air. Amenant tes mains vers tes cheveux, que tu vins attacher rapidement dégageant ton cou et ta nuque. Tu avais chaud, tu avais surement les joues rouges. Gênée, déstabilisée. , «  Je suis ici, car on m’a demandé d’être ici. Enfin, on m’a fortement recommandé d’aller vous voir. » Murmurant presque tes mots, ils étaient comme une caresse. C’était vrai, quelqu’un lui avait donné son nom, quelqu’un lui avait conseillé ce cabinet. Ou alors tu ne t’en souvenais plus. Tu ne savais pas comment, mais tu avais trouvé lsa cartek sur ton lit après ton dernier séjour à l’hôpital à cause de ta condition.

« Il faut… il faudrait que… » Ton corps ne c’était pas encore tout a fait remis de cette proximité, tu tiras sur le col de ta robe pour tenter, en vain, de faire partir cette chaleur. « Mes médecins … » tu avais du mal, parler de toi ce n’était pas ce que tu aimais. Tu ne savais pas comment formuler ta phrase « Mes médecins veulent que je règle ce qu’ils aiment appeler ma« phobie sociale » alors je pense que c’est ce que je dois faire… » Tu te mordis la lèvre inférieure, réfléchissant, fronçant légèrement les sourcils.  Tu savais qu’il faisait son travail et donc tu prenais sur tout, mais ton corps se crispait plus tu te forcer à parler. Ton corps se sentait agressé que tu parles trop de toi. Il avait raison, tu le savais. « Je sais bien… » Tu laissas glisser tes mots sur une voix enfantine, c’était un travail sur soi. Tu l’avais encore et toujours entendu, le même refrain. Prendre sur soi. Mais elle n’avait jamais réussi à le faire. « J’ai du mal à savoir comment faire pour … accepter… ça » ça, c’était le mot que tu utiliser toujours pour parler du contact physique. Comme si c'était quelques chose de sale ou de répugnant. Intouchable, voilà ce que tu étais, car ça, t’effrayait. « Ma famille et mes médecins… aimeraient que je sois moins... isolée » tu choisissais tes mots avec soins. Isolé n’était pas le mot adapté, alors tu repris ta phrase toujours sur ta voix douce. « Ils veulent faire de moi ce que je ne suis pas » Tu fixas sa plume du regard. «  [color=indianred]Ils veulent me contrôler/color] » Dans un haussement d'épaule c'était ta conclusion. Une femme enfant, en âgé de faire ce qu'elle voulait. Il lui arrivait de boire par exemple. Mais encore ignorante de certains domaines. Ne saisissant pas la subtilité des mots de l'amour. Rien n'avait encore souillé ton esprit, tu étais devenu une femme, sans réellement l'être.


CORRUPTION WILL HAUNT YOU ↓ MUDBLOODS AND MURMURS


Dernière édition par Isolde Prewett le Ven 19 Aoû - 22:02, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Falling to pieces | Isolde   Mer 3 Aoû - 23:39

Bienvenuuue joli moineau. J'ai hâte d'en savoir plus, j'aime déjà trop le prénom et cette histoire de contact physique. Courage pour ta fiche.
Revenir en haut Aller en bas


Melpomène Lestrange
live like legends
avatar
live like legends
Parchemins :  3965
Crédits :  Tearsflight (avatar), LAZARE (codage signature), MØRK (gif profil + signa)
 
Âge :  25 ans à se battre pour le pouvoir.
Sang :  Le sang des Black est pur, ode irrévérencieuse à la noirceur de leurs âmes, liquide vermillon qu'ils ne sauraient gaspiller. Sang royal où se mélange magie noire, ambition incontrôlée et soif de pouvoir.
Allégeance :  Marque des Ténèbres assumée, Melpomène fait partie des Mangemorts. Loyale servante depuis les premières heures de Voldemort.
Profession :  Melpomène travaillait autrefois à la morgue, embaumant derrière elle les secrets des siens. Aujourd'hui fugitive.
Ancienne école :  Poudlard dans une maison bordée d'émeraude - berceau de rencontres qui ont changé le cours de sa famille et qui ont façonné un destin aussi sombre que son patronyme.

Priori Incantatem
am i free?: no
Inventaire:
code couleur: #CF8C8C
http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t107-melpomene-child-of-the-night http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t77-melpomene-uprising
MessageSujet: Re: Falling to pieces | Isolde   Jeu 4 Aoû - 11:38

Bienvenue par ici
j'ai hâte d'en apprendre plus sur ta demoiselle


uprising
You will hear thunder and remember me, And think: she wanted storms. The rim Of the sky will be the colour of hard crimson, And your heart, as it was then, will be on fire.
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Falling to pieces | Isolde   Jeu 4 Aoû - 11:56

Emily vous avez quoi tous aujourd'hui vous voulez me noyer dans ma bave ?
non sinon super choix de famille (of course )
et bienvenue parmi nous
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Falling to pieces | Isolde   Jeu 4 Aoû - 15:14

Oh quel avatar
Bienvenue parmi nous heart
Bon courage pour ta fiche
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Falling to pieces | Isolde   Jeu 4 Aoû - 23:57

Bienvenuuuuuuue
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Falling to pieces | Isolde   Ven 5 Aoû - 10:39

Oh une frangine sauvage
Encore bienvenue parmi nous J'ai hâte de lire ta fiche
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Falling to pieces | Isolde   Ven 5 Aoû - 15:10

MERCI BEAUCOUP, la fiche arrive petit à petit mais ça s'embellit de plus en plus !!!

Je suis contente de voir que mes choix plaisent en tout cas :3
Edna, lance pas ta pokéball steuplay, j'suis pas prête à me faire capturer Merci à toi également pour tout :3
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Falling to pieces | Isolde   Sam 6 Aoû - 12:04

Encore une Prewett ? Mais c'est l'invasion
Non je plaisante, excellent choix de famille et ce personnage a l'air super intéressant
Bienvenue à la maison, je viendrais demander un lien, le mobilier toussa
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Falling to pieces | Isolde   Dim 14 Aoû - 13:45

J'aime cette invasion Bienvenue sur le forum belle demoiselle

J'ai hâte de dévorer ta fiche donc courage
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Falling to pieces | Isolde   Jeu 18 Aoû - 13:59

Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Falling to pieces | Isolde   Ven 19 Aoû - 23:26

Félicitations !
bienvenu(e) sur Mudbloods & Murmurs

tes premiers pas parmi nous
Et cette fois c'est tout bon Encore bienvenue parmi nous la frangine Réserves-moi un rp


Tout d'abord félicitations et bienvenu(e) sur Mudbloods & Murmurs!

Maintenant que ta fiche est validée, il te reste juste quelques petites étapes avant de pouvoir commencer à RP parmi nous! Tout d'abord, n'oublie pas de vérifier dans le bottin des avatars que ton avatar t'a bien été réservé, ainsi que dans les différents listings, afin de vérifier que tu es correctement recensé. Il est également obligatoire de passer remplir les quelques informations dont nous avons besoin dans ce sujet de recensement. Tu n'auras ensuite plus qu'à créer ta fiche de liens afin de pouvoir commencer à trouver toutes sortes de liens plus farfelus les uns que les autres avec les autres joueurs  

Mais par dessus tout n'oublie pas de t'amuser et de prendre du plaisir à RP. On a hâte de lire toutes vos histoires et on cale d'ors et déjà un bisou sur vos fesses. N'oubliez pas qu'en cas de question/demande ou quoi que ce soit d'autre, tout le staff est à votre disponibilité par MP, chouette, beuglante ou crieur
CORRUPTION WILL HAUNT YOU ↓ MUDBLOODS AND MURMURS
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Falling to pieces | Isolde   

Revenir en haut Aller en bas
 
Falling to pieces | Isolde
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pieces detachees - GW
» La mythologie de Falling Angels
» Falling skies feat. Vasilisa Hope
» Isolde ♣ I've lost who I am
» pieces D 3005

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: