Soutenez le forum
Votez pour M&M sur les top-sites et faîtes passer le mot!
Bazzart - PRD.
Ecoulement du temps
Nous sommes actuellement en juillet 1952
Cinquième version du forum
On vous donne rendez-vous ici pour vous tenir au courant des dernières nouveautés!
Intrigue n°4
Venez vous faire entendre au Ministère, au Chemin de Traverse ou à Poudlard.

 | 
 

 (agrippine) look into my eyes, it's where my demons hide

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: (agrippine) look into my eyes, it's where my demons hide   Mar 16 Aoû - 0:36

Agrippine Athéna Travers
i'm headed straight for the castle, they wanna make me their queen


A little taste of magic on your lips
▲ Nom : Travers, le nom résonne par murmures effrayés et impressionnés. La famille que personne n’a craint jusqu’à ce qu’elle soit trop imposante pour ne plus compter. Famille maîtresse dans l’art du jeu, Agrippine a grandi en apprenant chacune de leurs manœuvres.
▲ Prénoms :  Agrippine, femmes de pouvoir, puissantes impératrices. Le choix de son père, ne pas faire d’elle une simple fille dès sa naissance, mais une Travers dans toute sa gloire. Athéna, déesse de la sagesse et des artistes, elle a rythmé chacun de ses pas depuis le premier jour. C’est d’elle dont elle s’inspire au quotidien pour conserver ce masque froid sur son visage.
▲ Date et lieu de naissance : Elle est venue au monde le 16 février 1928, au sein du Manoir Travers. Cela fait donc 23 ans qu’elle foule le sol enneigé de sa journée.
▲Nature du sang : Sang-Pure, il ne peut être autrement. Agrippine possède la fierté des Travers en leurs origines, même si elle ne l’affiche pas à tout instant. Il est, pour elle, naturel d’être pure et cela fait partie intégrante de sa personne.
▲Profession : S'il fallait résumer la profession d’Agrippine en un mot, on dirait probablement mécène. C’est pourtant bien plus complexe que cela. Au contraire de son frère aîné, Agrippine a préféré reprendre le business familial et travaille aux côtés de son père dans leur domaine artistique.
▲Statut matrimonial : Agrippine est fiancée depuis trois années, à non moins que Wendell Rowle. Si les courbes féminines l’attirent autant que les torses virils, Agrippine a toujours su qu’elle devrait se marier par obligation, car tel est son rôle. Elle l’a accepté depuis qu’elle est en âge de comprendre. Elle sait qu’elle ne tombera probablement jamais amoureuse de Wendy – sentiment dangereux qu’elle se refuse à ressentir – mais elle s’en est fait un ami et apprécie cette alliance, bien consciente qu’elle aurait pu avoir plus terrible.
▲Ancienne maison : C’est Serdaigle qui accueilli Agrippine, jeune enfant assoiffée de savoir, jamais satisfaite par une simple réponse. La maison des Aigles s’est trouvée être une perfection pour elle, jonglant entre la créativité de ses esquisses quotidiennes, dessinées du bout de ses crayons, et l’arrogance de celle qui sait ce qu’elle vaut. Elle aurait presque pu rejoindre Serpentard, tant son ambition et sa détermination étaient dignes des serpents. Néanmoins, son constant masque neutre et sa réflexion à tout instant l’ont guidée vers les bleu et bronze.
▲Patronus : Puisant dans le dernier souvenir de sa mère encore inscrit dans son esprit, c'est un cobra royal qu'Agrippine a pu faire surgir de sa baguette. Animal l'accompagnant ainsi depuis qu'elle est âgée de quatorze ans, c'est la raison pour laquelle son père lui a offert un réel quand elle a atteind sa majorité..
▲Baguette Magique : Le bois de cerisier, pour sa force mentale exceptionnelle et sa maîtrise de soi à toute épreuve, couplées à la délicatesse de sa situation féminine. Un cheveu de sirène en son cœur, en l'honneur de la finesse de ses paroles, du poids de ses mots, et de son charisme naturel. Vingt-quatre centimètres , pour la subtilité de ses attaques ; aussi souple que celle qui se glisse dans un rôle arrangeant ; et légèrement incurvée, pour la douce noirceur des sorts qui passent ses lèvres.
▲Particularité : Le don de fourchelangue habite Agrippine depuis le premier son suintant qui a glissé de sa bouche, du haut de ses trois petites années. Secret bien gardé, arme entretenue avec délicatesse, c'est une corde de plus à son arc dans sa quête ambitieuse de reconnaissance.
▲Amortentia : L’odeur de l’encre fraichement posé et des vieux livres poussiéreux, de ses crayons tout juste taillés, ainsi que du papier encore vierge. Mais également l’odeur de la rose rouge et celle du lys, juste derrière.
▲Epouvantard : Elle se voit, déchue, détruite. Plus que l’ombre d’elle-même. C’est cela sa plus grande peur, tomber de son piédestal, être oubliée. Tout perdre. Elle travaille si dure pour être plus qu’une simple femme, qu’elle ne peut accepter la simple idée de ne devenir plus rien un jour.

Je jure solennellement de faire usage du sortilège
Silencio
pour servir ma cause

"Parlez-nous un peu de vous. Si vous deviez vous décrire en quelques mots que diriez-vous ?"
Agrippine est tout ce que l’aristocratie de ses traits représente et bien plus encore. Un calme lourd irradie d’elle, jeune femme au silence posé quand il n’est pas nécessaire de parler. Elle est la jeune femme parfaite de bonne famille en apparence, son sourire au coin des lèvres incitant à la sous-estimer. Néanmoins, ce n’est qu’un masque, un masque qu’elle porte depuis qu’elle est en âge de comprendre. Un masque de justesse, tout autant qu’un masque de froideur. Son expression ne peut se lire et elle se maîtrise en tout instant. Néanmoins, celui qui sait lire son regard sait y voir la force qui s’en dégage. Le cœur ambitieux, la détermination brûlant dans son âme, Agrippine n’est pas qu’une simple fille qu’on parade comme un bijou.

Elevée telle une rose par Neron Travers, elle est aussi belle que dangereuse. Son père l’a modelée telle une dague empoisonnée. Politiquement polie, ses mots sont des armes qu’on ne peut retourner contre elle. Abrasive dans sa franchise, Agrippine est toujours directe et dit ce qu’elle pense quand elle l’estime nécessaire, même si ce n’est pas le cas des autres. Elle a grandi au contact des livres et en a développé une soif de savoir insatiable. Elle lit constamment et elle apprend tout ce qu’elle peut, Agrippine, car elle sait que chaque connaissance lui sera nécessaire à tout instant. Elle est pleine de volonté et désire prouver que toute femme qu’elle est, elle saura élever son pouvoir. Elle est aussi forte qu’un homme et ne s’incline devant personne. Elle possède l’arrogance de celle qui sait ce qu’elle vaut et n’a besoin de personne pour le lui prouver.

"Grindelwald domine l'Angleterre et la Bulgarie depuis 6 ans en quoi cela-t-il influé sur votre quotidien ?"
La domination de Grindelwald n’a aucunement changé le quotidien d’Agrippine. Elle est une Travers, et sa famille sait toujours jouer ses pions au gré du vent. Neutre dans tout son être, d’apparence comme d’âme, Agrippine continue de plier sa voile selon ce qui est désiré d’elle au moment opportun. Sang-pure, elle n’a pas eu à pâtir du nouveau régime mis en place et les Travers ont pu continuer leur business sans aucun problème. Agrippine elle-même ne voit pas ce régime d’un mauvais œil, considérant qu’il permet de contrôler tous ces sang-de-bourges. Néanmoins, elle n’est pas naïve au point de ne pas se méfier d’un homme assoiffé de pouvoir, et sait rester constamment sur ses gardes. Elle a conscience qu’on parle sur les Travers, qu’on murmure sur leur neutralité et sur leur lâcheté à s’engager. A toutes ces rumeurs, elle ne répond que d’un sourire en coin, d’une sérénité sans failles. Elle sait, Agrippine, de quoi sa famille est capable. La chance coule dans leurs veines et jamais elle ne leur fera défaut.

"Vous voyez un passant dans la rue se faire malmener par deux spaseni, serviteurs de Grindelwald, que faites-vous ?"
Agrippine n’y jette qu’un bref coup d’œil, juge la scène dans son ensemble, et continue sa route. Elle se moque bien de savoir que spaseni s’en prennent à un inconnu dans la rue, cela ne la concerne pas. Cela ne lui apporte rien d’intervenir, alors elle trace son chemin comme si rien ne se déroulait sous ses yeux. Elle n’est pas stupide et n’interviendra jamais dans un combat qui n’est pas le sien. Elle n’est pas altruiste Agrippine, loin de là, encore moins avec ceux qu’elle ne connaît pas. Seuls ses amis ont le droit à son intérêt, à sa protection, à la face bien plus… ‘gentille’ de sa personnalité. Alors pour un passant dans la rue, ce ne sera qu’un regard désintéressé et sa robe voletant derrière elle.

« Vous voila devant le miroir du Riséd, que pensez-vous y voir ? »
Agrippine souhaiterait ne rien y voir. Le désir est une faiblesse et elle refuse de désirer, car cela est une faille à exploiter par chacun de ses ennemis. La réalité est toute autre, car c’est bien une image nette, elle le sait, qui se dessinera sur la surface glacée du miroir. C’est elle-même qu’elle voit, plus vieille, peut-être dans une dizaine d’années. Le même masque froid au visage, mais la fierté de celle qui a tout réussi dans le regard. Derrière, des ombres sans visage. Elle se moque de qui la suivra, mais elle sait que ce sont ceux qui lui sont fidèle. Elle n’est pas reine, mais elle sait qu’elle a réussi. Elle a prouvé sa valeur comme femme, elle a prouvé le pouvoir qu’elle possède malgré tout ce qui se disait sur son ‘sexe faible’. Elle a réussi.

« Par chance, vous vous trouvez en présence des trois reliques de la mort, mais vous ne pouvez en choisir qu’une. Laquelle prendriez-vous ? »
Si elle se mentait à elle-même, elle dirait la baguette de sureau. Symbole de force, elle serait la preuve que même une femme peut posséder la plus puissante des armes. Néanmoins, Agrippine sait qu’elle n’a pas besoin de cela pour appuyer sa valeur. Elle réussira à la force de sa seule personne. En toute vérité, ce serait la pierre de résurrection qu’elle désirerait. Une chance de revoir cette mère perdue bien trop tôt. Ce modèle féminin qu’elle n’a connu que pendant les six premières années de sa vie, bien trop jeune pour s’en souvenir réellement. Mais les mots ne reviennent pas à la vie, c’est une leçon qu’Agrippine a appris dix-sept ans auparavant.

▲ pseudo ou prénom :  Eriam.
▲ âge :  21 ans.
▲pays :  France.
▲ Connexion  :  De manière régulière.
▲ scénario ou inventé :  Mi-inventé.
▲ avatar :  Adelaide Kane.
▲ Où avez-vous connu le forum ? :  Par la bande de patates qui vous a rejoint il n’y a pas longtemps.    
▲ quelque chose à rajouter :  Je suis un bisounours, soyez mignons avec mwa.     
▲ crédits :  hepburns & tumblr.
CORRUPTION WILL HAUNT YOU ↓ MUDBLOODS AND MURMURS


Dernière édition par Agrippine Travers le Mer 17 Aoû - 18:53, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: (agrippine) look into my eyes, it's where my demons hide   Mar 16 Aoû - 0:37

Mudbloods and murmurs
if having everything that i want is wrong, i don't wanna be right




hey brother, do you still believe in one another « J'ai fait communiquer la liste des artistes à Evodius Malfoy, père. Je me suis permise d'y ajouter les noms des quelques nouveaux talents que nous avions remarqué. » La phrase d'Agrippine glisse dans l'air du petit salon, entre deux gorgées de son thé blanc d'Afrique, un Kinhira d'Argent qu'elle savoure doucement. Son père, assis dans le fauteuil en face de son canapé, relève la tête de la Gazette du Sorcier et acquiesce à ses mots. « Bonne initiative. Comment s'est déroulée la vente du Baiser de Klimt ce matin ? » D'une main légère, Agrippine lisse le jupon de sa robe bleu nuit, reprenant par la suite une gorgée dans sa tasse. Depuis cinq ans qu'elle travaille avec son père, ces discussions sont devenues une habitude. Au départ, elle se contentait d'être une simple observatrice, une secrétaire au mieux. Elle prenait note, elle analysait, elle se formait. Elle repérait les ficelles du métier qui lui étaient inculquées depuis qu'elle était enfant. Néanmoins, Agrippine apprend vite et en une seule année, elle s'est mise à travailler directement au côté de son père et de ses oncles. Son statut féminin pousse de nombreux clients à la sous-estimer, à penser qu'ils peuvent l'arnaquer. On ne joue pas avec un Travers, c'est lui qui manipule comme il le souhaite, telle est la règle. Elle les écoute d'un sourire poli, tout en imposant sa volonté d'une voix solide. Une main de fer dans un gant de velours, jamais une expression ne lui avait aussi bien convenue. Faisant de son métier une seconde nature, apprenant à négocier et à gagner surtout, elle s'est trouvée parfaite pour ce nouveau rôle de mécène, comme ils aiment s'appeler. Sa vision féminine ajoute une touche de délicatesse aux œuvres que les Travers procurent, ainsi qu'aux artistes qu'ils financent et influencent. Bercée par le domaine de l’art, Agrippine s’y glisse comme une plume douce sur une peau désireuse. « Cette ventée s'est déroulée exactement comme prévue. Les O'Connors ont fourni le prix exigé, ainsi que quelques gallions supplémentaires pour la vitesse dont nous avons su faire preuve. Nul besoin pour eux de savoir que nous avions l'oeuvre dans nos archives depuis presque deux mois. Ils reviendront, c'est à n'en pas douter. Ils essayent désespéramment d'imiter les Yaxley et y mettront le prix à chaque fois. » Père et fille partagent un rictus narquois, un regard d'entente. Cinq années à travailler côte à cote, et ils se comprennent d'un seul mouvement.

Agrippine ne peut pas en dire autant de sa relation avec son frère aîné, le sombre Hermès. Il est des vérités que l'on ne peut cacher et celle de sa relation avec son frère en fait immuablement partie. Agrippine et Hermès ne se connaissent pas. S'ils ont toujours vécu ensemble depuis la naissance, ils n'en sont pas moins des inconnus. Elle ne connait pas son frère, tout comme il ne sait pas qui elle est. Ils sont des étrangers l'un pour l'autre, si ce n'est pire. Des rivaux. Il est l'héritier de la fortune colossale des Travers, tandis qu'elle est censée n'être qu'une femme de plus à marier. Et pourtant, c'est elle qui siège aux côtés de leur père dans l'empire familiale, tandis qu'Hermès continue ses vadrouilles comme Auror. C'est elle qui porte le nom Travers jusque dans sa loyauté la plus ultime, et qui aborde le masque de ceux qui savent manipuler d'un sourire charmeur. Elle est l'élève parfaite de son père, tout comme Hermès, le contraire serait mensonge. Et pourtant, bien involontairement, Hermès et Agrippine se ressemblent plus que ce qu'ils souhaiteraient admettre. De parfaits jumeaux dans leur port aristocratique, dans leur peau de porcelaine, et dans leurs masques givrés, malgré les trois années les séparant. Mais il est certain que jamais ils ne s'entendront, s'il y a bien une certitude ancrée en elle, c'est celle-ci. Agrippine ignore alors les esquisses aux troublants yeux bleus, les regrets qui lui serrent le cœur, cet inconnu qu'elle voudrait déchiffrer, et les terre tout au fond de son esprit acéré.

it's like i got this music in my mind, saying, "it's gonna be alright." Allongée de tout son long sur le canapé du modeste appartement de Soyan, la tête d'Agrippine repose sur les genoux du jeune homme. La main de celui-ci caresse distraitement ses cheveux, absorbé par le livre qu'il dévore depuis presque une heure. La jeune femme, quant à elle, dessine doucement sur son petit carnet blanc. L’originalité propre à sa maison se dévoile dans les dessins qu’elle esquisse constamment du bout de ses crayons. Ses muses sont ceux qui lui tiennent à cœur, Azalea et Soyan étant constamment représentés par ses doigts fins. Les amis qu'elle n'aurait jamais pensé avoir. On s'étonne souvent de la voir entourée d'une Lovegood et d'un Sang-Mêlé au nom inconnu, mais elle ne s'est jamais souciée de l'avis des autres. Petite Agrippine n'aurait probablement jamais cru devenir ami avec de telles personnes, mais le temps réserve bien des surprises.

Soyan, un an son cadet, a été un camarade au sein de Serdaigle. Un esprit aiguisé qui l'a fascinée, dans lequel elle s'est reconnue. Il a été un compagnon de lectures et de découvertes, un modèle bien malgré lui pour ses soudaines envie d'esquisse. Et puis il est devenu un ami, un confident... un cousin. Un sourire, l'un des rares sincères, vient fleurir les lèvres d'Agrippine. Soyan abaisse le regard, lève un sourcil. « Quelque chose t'amuse ? » « Je me souviens simplement du jour où tu m'as annoncé être le fils de Tibère. » Rictus moqueur sur le visage de Soyan, lueur amusée dans ses prunelles. Comme elle, il doit se rappeler de la première réelle expression de surprise qu'Agrippine avait arboré. L'imperturbable Travers réduite à néant par une simple phrase. (« Si je devais te dire la vérité Agri, alors je te dirais que Tibère est mon père et que je suis en réalité ton cousin. ») Jamais elle n'a mis sa parole en doute, connaissant trop bien Soyan pour le traiter de menteur face à elle. Son cousin, le demi-frère d'Antigone et des jumelles. Ce secret était resté soudé entre leurs lèvres. Elle sait bien que le jour où cela sera révélé, la famille Travers tremblera. Alors que cela aurait pu les séparer, les diviser à jamais - entre la loyauté infaillible d'Agrippine pour sa famille et la haine sans fond de Soyan pour Tibère - cela les a, bien au contraire, soudés, fusionnés comme jamais. Si Hermès n'a jamais été son frère, c'est Soyan qui s'est approprié cette place. De grand frère à cadet, ils échangent leurs rôles selon ce que la situation réclame. Elle le berce dans ses bras telle une mère quand la douleur se fait trop profonde, et il l'enlace à en perdre leur souffle lorsque son masque se craquelle. Il est son frère, son meilleur ami, son confident, son tout.

Mais que serait leur amitié sans le troisième membre de leur famille recomposé, si fragile mais si chaleureuse ? La troisième membre serait plus exacte, la place étant occupée par Azalea, cette étoile au nom de Lovegood. Le rayon de soleil de leur trio tragique. Pour tout dire, Azalea ne fut que l'amie de Soyan pour un long moment, jusqu'à ce jour où elles se sont croisées dans la salle commune des Serdaigle. Rien ne les destinait à être amies, et pourtant ce fut instantané. Deux mots échangés, et Agrippine savait que cette âme lui plaisait. Brillante. Unique. Unsteady. Fragile. Elle a touché Agrippine comme peu ont réussi. Elle a touché Agrippine et celle-ci ne l'a plus jamais lâchée. Aucune ne sait réellement comment leur relation a évolué. Une main qui s'égare, un sourire sensuel, un regard qui brûle. Les années s'écoulent et Azalea devient son amante. Agrippine assume ses désirs charnels, n'a jamais ressenti le besoin de conserver cette virginité qui semble être le seul argument de tant de filles de son âge. C'est sa valeur qui fait ce qu'elle est, pas son corps. Ses passions restent néanmoins secrètes, camouflées derrière des portes closes. Elle sait que Neron est au courant, au moins pour ses amants. Ses maîtresses, Agrippine les cache avec encore plus de précision. Elles sont rares, presque inexistantes, deux ou trois, jamais plus. Azalea est la seule qui reste. Aucun amour entre elle, pas de celui que ressentent un mari et son épouse, qui peuvent s'offrir ce luxe d'aimer, cette faiblesse que sont les sentiments. Le leur est platonique, amical, fraternel même. Ce qu'il se passe entre leurs corps reste caché dans les pièces sombres. En-dehors, Azalea est son amie, sa meilleure amie même, sa sœur peut-être. Elle est ce soleil nécessaire aux âmes tourmentées de Soyan et d'Agrippine. Cette flamme qui les éclaire sur leur chemin nocturne.

Ses amis sont atypiques, Agrippine en a bien conscience, pour la jeune fille de bonne famille qu'elle est. Mais ils sont les siens, ceux dont jamais elle ne se passera, sa bouée quand elle se noie, l'amour dont elle refuse d'admettre qu'elle a besoin.

got venom dripping from my lips know who you're about to kiss Le silence résonne dans la chambre d’Agrippine. Allongée de tout son long sur son lit, ses cheveux de jais forment une couronne autour de sa tête. Vêtue d’une légère robe blanche, elle laisse la brise du printemps lui caresser la peau, provoquant quelques frissons. Le tissu blanc frotte contre sa peau alors que Métis ondule contre son ventre, et vient se glisser dans son cou. D’une main distraite, Agrippine caresse son python royal, ses doigts grattant contre les écailles dorées. « Tu es bien pensive… » Les sifflements de Métis sont un son rassurant pour ses oreilles, habituée qu’elle est, depuis que son père lui a offert la femelle serpent, six années auparavant. « Je réfléchis. Ce dont père a parlé offre une perspective intéressante. » Son serpent se contente de siffler contre sa nuque, se moquant bien des perspectives humaines. Pourtant, Agrippine ne peut oublier les paroles que son père lui a murmuré hier. Obtenir un basilic. Le domestiquer par le biais de son don. Augmenter le pouvoir de leur famille de cette famille, sans que personne ne sache réellement ce qu’il en est.

Personne n’est au courant pour son don en-dehors des Travers, Neron et Hermès, mais également Soyan. Bien évidemment,  son père et son frère ne savent pas que ce dernier est au courant, ne sachant même pas qu’il est le fils de Tibère. Pour Agrippine, il s’est agi d’une marque de confiance ultime entre eux. Il lui a avoué être son cousin, elle lui a révélé son don de fourchelangue. Cela l’a soulagée, en un sens. Reine des faux-semblants, elle tient tout de même à garder une certaine vérité avec ses amis. Sauf en ce qui concerne son don. Elle a bien trop conscience du danger que cela amènerait sur elle. Être fourchelangue est fort mal vu dans leur société actuelle, même avec la prise de pouvoir de Grindelwald. Alors aucun son suintant ne glisse hors de sa bouche en-dehors du manoir Travers, sauf quand cela est extrêmement nécessaire. Si elle-même se moque des avis qu’on peut poser sur sa personne, elle n’est pas stupide pour offrir un de ses failles sur un plateau d’argent à ses opposants.

Agrippine se souvient encore du jour où elle a découvert son don de fourchelangue. Ou plutôt, où sa famille l’a découvert. Pour elle, même enfant, la langue des serpents fait partie de sa nature. Elle l’accepte, tout comme elle accepte sa magie. Ce serait illogique pour elle que de rejeter ce qui fait partie d’elle dans ses fondements. Néanmoins, cela a été une surprise pour ses parents, Neron et Moïra ne s’attendant probablement pas à une fille fourchelangue. Un serpent s’était glissé dans le salon, résultat de la magie encore mal contrôlée d’Hermès, alors âgé de six ans, tandis qu’elle-même en avait trois. Son père allait pour le faire disparaître quand les premiers sons avaient glissé en-dehors de la bouche d’Agrippine. Si elle ne se souvient pas de ses premières manifestations magiques, à un peu moins d’un an, son premier souvenir est bel et bien celui-ci. Petite Agrippine essayant de rassurer le serpent effrayé, ne comprenant pas pourquoi père et mère n’entendaient pas le serpent comme elle. Son père lui a immédiatement fait comprendre que si ce don était une fierté, il ne devait pas dépasser les portes du manoir. Pas officiellement en tout cas.

Son talent, c’est une corde de plus à son arc. Une arme de plus à manier. Agrippine n’en a aucune honte, et profite du secret qui l’entoure pour l’utiliser à son avantage. Durant ses sept années à Poudlard, les serpents furent ses yeux et ses oreilles, technique qu’elle conserve encore aujourd’hui. Personne ne se soucie d’un animal, censé être stupide et irréfléchi. Elle en joue, pour faire avancer ses pions sur l’échiquier de sa vie. Cela lui sert énormément pour contenter sa soif de savoir, lui permettant de connaître ses adversaires et ceux à qui elle a à faire. Être une fourchelangue, c’est une part d’elle-même, tout comme ses cheveux d’encre ou bien encore ses yeux noisette. C’est une fierté, un secret abrasif, un murmure suintant.

you held on tight to me, 'cause nothing's as it seems, i'm spinning out of control « Tu es fiancée. » « Oui Azalea, je suis fiancée. Répéter ces mots ne changera rien à la réalité du propos. » Roulement de yeux. Azalea la regarde, mi blasée, mi... amusée, alors qu'Agrippine sirote tranquillement son verre d'eau. « J'essaye simplement d'intégrer l'idée de te savoir fiancée à seulement vingt ans. » Le verre d'eau est posé sur la table basse du salon de Soyan, et Agrippine observe Azalea, couchée sur plusieurs coussins disposés à même le sol. Ses prochains mots sont choisis avec soin, pour ne pas froisser son amie, ce qu'elle refuse de faire. « Azalea, je suis en âge d'être fiancée depuis ma majorité. Ainsi est mon rôle, avoir un époux approprié pour transmettre mon sang et les valeurs de mon nom. Et Wendell Rowle est un excellent parti. » Elle sait que tout cela est étranger pour Azalea. Les Sang-Pur et leur fonctionnement. La force des obligations bien avant un quelconque sentiment. Elle ne ressent pas Agrippine, elle ne ressent plus. Azalea, ses grands yeux noir dévorant son visage teinté de tâches de rousseur, n'a jamais connu Victoire. C'était son secret à Agrippine, un secret au goût de larmes, et de rage, et de peine. Il est mort avec Victoire, quand celle-ci a rendu son dernier souffle, et seules deux âmes en ont aujourd'hui le souvenir. Agrippine même, qui cache au fond de son esprit les rêves peuplés de longs cheveux roux et d'une bouche au rouge dévorant. Ainsi que Jupiter, qui garde en lui imprimé les cris de douleur qui l'ont déchirée.

« Je ne t'imagine pas soumise à un homme. » « 'Soumise' Azalea ? Moi ? Soyons sérieuses. C'est bien pour cela que j'ai accepté l'alliance avec Wendell. Il ne me contrôlera pas, il n'essaiera même pas. Jamais je ne l'aimerai Azalea, tu le sais aussi bien que moi. Néanmoins, nous pourrons être amis, et c'est bien plus que ce que nombre de filles de sang-pur peuvent avoir. » L'amour, celui qui trembler les âmes et vibrer les cœurs, est un sentiment auquel Agrippine a renoncé depuis longtemps. Qu'elle a banni, deux années auparavant. Elle ne ressent pas, elle ne ressent plus, cet amour dégoulinant, cette émotion mièvre, qui détruit une personne. Son amour est fraternel, est amical, est platonique. Il est ce qui la fait avancer, sans la retenir. Ses amis ont la même valeur que son ambition, raison pour laquelle elle se lève quand le soleil apparaît. « Tout ira bien Azalea. Crois en moi. Je maîtrise ma vie. » Main de fer dans un gant de velours, de soie même en ce qui la concerne, Agrippine le croit, elle a tout contrôle sur son avenir. Née Travers, elle a été faite pour régner.


CORRUPTION WILL HAUNT YOU ↓ MUDBLOODS AND MURMURS


Dernière édition par Agrippine Travers le Mer 17 Aoû - 23:37, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: (agrippine) look into my eyes, it's where my demons hide   Mar 16 Aoû - 0:45

TU ES PERFECTION. Bienvenuuue et courage pour la fin de ta fiche, mais ce que tu as déjà écrit, omg je bave. Voilà.
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: (agrippine) look into my eyes, it's where my demons hide   Mar 16 Aoû - 0:50

Je t'aime d'amour. Je t'aime d'amour comme j'ai jamais aimé personne.
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: (agrippine) look into my eyes, it's where my demons hide   Mar 16 Aoû - 1:44

Qu'elle est jolie!!!

Bienvenue ma belle!
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: (agrippine) look into my eyes, it's where my demons hide   Mar 16 Aoû - 9:25

Bienvenue à toi :)
Bon courage pour supporter l'armée de bras cassés la suite de ta fiche !
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: (agrippine) look into my eyes, it's where my demons hide   Mar 16 Aoû - 9:56

La famille et l'avatar
Bienvenue à la maison, bon courage pour la rédaction de ta fiche
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: (agrippine) look into my eyes, it's where my demons hide   Mar 16 Aoû - 11:37

bienvenue parmi nous beauté
si tu as de questions n'hésite pas à me mp
bon courage pour ta fiche !
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: (agrippine) look into my eyes, it's where my demons hide   Mar 16 Aoû - 14:35

La jolie Adelaide

Bienvenue et bon courage pour ta fiche heart
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: (agrippine) look into my eyes, it's where my demons hide   Mar 16 Aoû - 14:50

Le prénom est trop joli (+ adelaide heart)
Bienvenue
Bon courage pour ta fiche
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: (agrippine) look into my eyes, it's where my demons hide   Mar 16 Aoû - 15:04

Woh, quel accueil chaleureux, merci les loutres !

Stitch ; Tu me fais rougir patate ! Merci des compliments ma belle, tu sais comme ça me touche.

Hermès ; Je t'aime aussi fort qu'Agri' va adorer embêter Hermès.

Adham ; Le fameux Adham de Archi, dont j'entends parler depuis hier. Merci !

Freya ; J'ai l'habitude des boulets d'amour sur les forums, no soucy. Merci ma belle.

Jamison ; Wé, je sais, j'ai de bons goûts. Merci à toi.

Lacrymosa ; Merci beaucoup, et je n'hésiterai pas !

Nour ; Je te vénère pour savoir déesse Sara en avatar. Epouse-moi. Merci !

Zornitsa : Tu es adoraaaaaable. Merciiii.
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: (agrippine) look into my eyes, it's where my demons hide   Mar 16 Aoû - 19:29

J'adore Adelaide donc je ne peux qu'aimer ce choix d'avatar Pour avoir lu ta demande de don je peux déjà te dire que je vais camper sur ta fiche histoire de pouvoir la dévorer tranquillement quand elle sera bouclée
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: (agrippine) look into my eyes, it's where my demons hide   Mer 17 Aoû - 11:04

La jolie Adelaide
Bienvenue parmi nous et bon courage pour ta fiche
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: (agrippine) look into my eyes, it's where my demons hide   Mer 17 Aoû - 15:47

Ivanka ; Merci des compliments, cela me touche énormément.

Noctis ; Merci beaucoup chou !
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: (agrippine) look into my eyes, it's where my demons hide   Mer 17 Aoû - 15:56

Adelaide Kane
Bienvenue parmi nous !
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: (agrippine) look into my eyes, it's where my demons hide   Mer 17 Aoû - 19:47

Tu es belle comme un soleil
(C'est ma plus belle déclaration déso )
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: (agrippine) look into my eyes, it's where my demons hide   Mer 17 Aoû - 23:36

OMG, je pensais avoir posté o.o J'ai dû rêver que je l'avais fait, pardon
BIENVENUE MA BELLE
Je suis contente que tu sois là et que tu joues la cousine de Soyan et la fiancée de Wendy
On va dominer le monde toi et moi (a)
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: (agrippine) look into my eyes, it's where my demons hide   Mer 17 Aoû - 23:47

Siméon ; Merci beaucoup.

Jupiter ; Je te remercie de ton effort certain. (Love you too )

Wendell ; DAMN, mon fiancé m'avait oubliée. Non, en vrai, je te pardonne parce que je t'aime et que tu es un amour d'amour. Merci ma belle.
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: (agrippine) look into my eyes, it's where my demons hide   Ven 19 Aoû - 11:43

Félicitations !
bienvenu(e) sur Mudbloods & Murmurs

tes premiers pas parmi nous
Bordel cette plume Je suis en amour devant ce personnage et ce que tu as su en faire, j'ai hâte d'en lire plus (je n'oublie pas ton mp non plus, j'essaie d'y répondre dans la journée )


Tout d'abord félicitations et bienvenu(e) sur Mudbloods & Murmurs!

Maintenant que ta fiche est validée, il te reste juste quelques petites étapes avant de pouvoir commencer à RP parmi nous! Tout d'abord, n'oublie pas de vérifier dans le bottin des avatars que ton avatar t'a bien été réservé, ainsi que dans les différents listings, afin de vérifier que tu es correctement recensé. Il est également obligatoire de passer remplir les quelques informations dont nous avons besoin dans ce sujet de recensement. Tu n'auras ensuite plus qu'à créer ta fiche de liens afin de pouvoir commencer à trouver toutes sortes de liens plus farfelus les uns que les autres avec les autres joueurs  

Mais par dessus tout n'oublie pas de t'amuser et de prendre du plaisir à RP. On a hâte de lire toutes vos histoires et on cale d'ors et déjà un bisou sur vos fesses. N'oubliez pas qu'en cas de question/demande ou quoi que ce soit d'autre, tout le staff est à votre disponibilité par MP, chouette, beuglante ou crieur
CORRUPTION WILL HAUNT YOU ↓ MUDBLOODS AND MURMURS
Revenir en haut Aller en bas
 
(agrippine) look into my eyes, it's where my demons hide
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Look Into My Eyes... It's Where My Demons Hide...
» JOSH ✈ look into my eyes it's where my demons hide
» Bryan Foster ∆ Look into my eyes, it's where my demons hide
» Summer Davis - Devil behind blue eyes
» Hazel -- Behind Green Eyes .

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: