Soutenez le forum
Votez pour M&M sur les top-sites et faîtes passer le mot!
Bazzart - PRD.
Ecoulement du temps
Nous sommes actuellement en septembre 1952
Sixième version du forum
On vous donne rendez-vous ici pour vous tenir au courant des dernières nouveautés!

 | 
 

 (fb) bad blood (melpomène)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: (fb) bad blood (melpomène)   Jeu 18 Aoû - 17:22


Melpomène & Nour - Flashback (1949)

Bad blood
-----------------------
Ses doigts fins effleurent délicatement la surface rugueuse du parchemin dont ses prunelles semblent incapables de se détourner. Lentement, ses yeux parcourent encore les lignes manuscrites, se délectent longuement de l'écriture soignée qui lui est étrangement familière. Elle y croit à peine, Nour, et il lui a fallu lire et relire des dizaines de fois la missive pour convaincre son esprit d'accepter la nouvelle. Il est revenu. La sentence n'a cessé de la tourmenter la nuit entière, marquant sa peau dorée de cernes sombres. Insomnie, confusion, doutes. Elle a eu beau parcourir la demeure de fond en comble, l'orientale, elle n'est pas parvenue à se débarrasser de ce mélange d'excitation et de crainte qui l'habite désormais. L'excitation de voir ce garçon en qui elle croyait tant revenir, enfin, après de longues années d'absence ayant suscité en elle colère, déception et résignation. Mais aussi la crainte de ne pas être prête à répondre à son appel, de ne plus l'être, après s'être efforcée pendant tant de temps d'adopter les convictions imposées par les siens. Quatre ans se sont écoulés depuis la disparition de Tom. Quatre années d'errance et de profonds bouleversements pour une société anglaise désormais changée, métamorphosée par l'arrivée de celui que son père ose appeler son maître. Quatre années qui ont vu l'adolescente tempétueuse se transformer en une femme orgueilleuse, et qui ont enfin autorisé les oiseaux maudits à relever la tête. Et elle doute, Nour, laissant son esprit vagabonder ailleurs alors que la journée s'écoule lentement. Poupée placée dans l'ombre du département des mystères, elle adresse à peine la parole à ses collègues, disparaissant dans les dédales des sombres couloirs du ministère. Elle a besoin de temps pour réfléchir, l'orientale, et pour se préparer à l'entrevue mouvementée qui l'attend au crépuscule. Lorsqu'enfin vient l'heure de s'échapper, la jeune femme ne s'attarde pas une seule seconde entre les murs étouffants de l'instance gouvernementale. D'un geste vif, elle transplane, s'évaporant dans le tourbillon de ses longs cheveux d'ébène.

Quelques secondes plus tard, ses pas martèlent avec détermination le sol pavé des longues ruelles du londres sorcier. Elle est nerveuse, Nour, et elle ne peut empêcher ses prunelles de traquer la moindre silhouette suspecte. La jeune femme a beau savoir qu'elle ne fait parfaitement rien d'illégal, elle craint encore d'apercevoir un visage familier dans la foule, ou même d'attirer l'attention d'un quelconque membre de la milice du mage bulgare. Le statut prestigieux que possède désormais son père au sein de la société sorcière n'autorise aucun faux pas aux membres de son clan, et la sorcière le soupçonne de faire peser sur les épaules de ses rejetons une étroite surveillance. Elle s'efforce donc d'être prudente, l'orientale, et elle laisse échapper un soupir de soulagement lorsque se profile enfin devant elle l'enseigne du Chaudron Baveur. Elle pousse à peine la lourde porte qu'elle est happée par l'atmosphère bruyante et agitée d'un pub peu à peu envahi par les sorciers désireux de noyer leur journée au fond d'une large chope de bièraubeurre. Balayant l'assemblée de ses orbes claires, elle repère assez rapidement la fine silhouette de son amie, déjà installée à une table un peu à l'écart des ivrognes et de leurs éclats de rire sonores. Il ne faut que quelques enjambées à Nour pour rejoindre la Black au visage fermé, et elle se glisse en face d'elle alors que leurs regards se croisent. L'air infiniment sérieux qu'arbore l'orientale contraste radicalement avec l'allégresse qui règne autour d'elle, mais elle ne prête désormais plus aucune attention à la foule qui les entoure. Elle est ailleurs, Nour, tant le visage de Melpomène la pousse à réaliser que tout cela est bien réel. Il est revenu, oui, et elle va devoir faire face à une nouvelle qu'elle n'attendait plus depuis bien longtemps. « Tu l’as reçue ? ». Sa voix n'est qu'un murmure à peine soufflé, et sa question ressemble davantage à une affirmation. Bien sûre qu'elle l'a reçue, la Black, et ses prunelles sombres brûlent déjà d'une flamme qui ne demandait qu'à être ravivée. Celles de l'orientale sont probablement bien plus troubles, confuses, emplies de doutes, de contradictions, et de milliers d'interrogations qui se succèdent sans répit depuis la veille. Pourquoi ce retour, maintenant ? Quels sont ses plans, et qu'attend-il d'eux soudainement ? Elle ne sait rien, Nour, et elle compte presque sur Melpomène pour éclairer sa lanterne. Comme si elle oubliait soudainement qu'elle aussi a passé quatre ans dans le noir, entretenant l'espoir silencieux que leur ancien leader revienne un jour. « Je n'arrive pas à croire qu'il soit revenu » elle ajoute simplement en secouant vaguement la tête. Il va pourtant falloir qu'elle s'y fasse, et qu'elle se prépare à rejoindre de nouveau les rangs de celui en qui son âme d'adolescente a cru si longtemps. Parce qu'elle n'a pas d'autre choix, Nour, et qu'il ne peut en être autrement. Ça a été lui, autrefois, et ça doit encore être lui.

AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas


Melpomène Lestrange
live like legends
avatar
live like legends
Parchemins :  3965
Crédits :  Tearsflight (avatar), LAZARE (codage signature), MØRK (gif profil + signa)
 
Âge :  25 ans à se battre pour le pouvoir.
Sang :  Le sang des Black est pur, ode irrévérencieuse à la noirceur de leurs âmes, liquide vermillon qu'ils ne sauraient gaspiller. Sang royal où se mélange magie noire, ambition incontrôlée et soif de pouvoir.
Allégeance :  Marque des Ténèbres assumée, Melpomène fait partie des Mangemorts. Loyale servante depuis les premières heures de Voldemort.
Profession :  Melpomène travaillait autrefois à la morgue, embaumant derrière elle les secrets des siens. Aujourd'hui fugitive.
Ancienne école :  Poudlard dans une maison bordée d'émeraude - berceau de rencontres qui ont changé le cours de sa famille et qui ont façonné un destin aussi sombre que son patronyme.

Priori Incantatem
am i free?: no
Inventaire:
code couleur: #CF8C8C
http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t107-melpomene-child-of-the-night http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t77-melpomene-uprising
MessageSujet: Re: (fb) bad blood (melpomène)   Mer 24 Aoû - 14:09

Le parchemin était arrivé comme une délivrance au manoir des Black. Quatre ans justifiés par un bout de papier. Trois longues années d’errance mais jamais de doute. Quatre longues années passées à attendre le retour de celui en lequel ils croyaient tous avec ferveur. Quatre longues années passées dans l’ombre, assistant impuissants pour la première fois depuis des générations à la chute de leur empire. La chute de Babylone. La magie noire toujours autant crainte, bien sûr, mais le nom des Black traîné dans la boue. Inflexibles devant l’étranger. Muets devant le bulgare qui leur avait pourtant fait la cour. Car ils étaient puissants, oh que oui. Étaient. Leur refus pur et simple de prendre position en sa faveur dans la nouvelle scène politique les avait relégué au second plan. On murmurait sur leur passage, les déchus. Les princes destitués. Faibles osaient-ils murmurer. Faibles. Il y avait là de quoi donner à Janus des insomnies mais cela n’avait jamais été le cas, pourtant. Car depuis le début, ils savaient qu’il allait revenir. Le seul et l’unique à avoir droit sur l’Angleterre, à avoir droit sur eux. Le seul et l’unique. Jedusor. Assise raide sur une des lourdes chaises de la salle à manger, le sorcière caressait l’encre du bout des doigts, un sourire carnassier rivé sur les traits. Le coeur battant la chamade au creux de ses tempes, ses billes noires se relevant sur le reste de sa famille. « On a bien fait d’attendre. » une pause pleine de dédain alors qu’elle souffle avec hargne - « On sera récompensés. Contrairement à tout ceux qui se sont rués aux pieds de Grindelwald… » elle secoue la tête, une mèche de ses épais cheveux ébène venant garnir ses clavicules d’un air supérieur. Elle a la haine au creux des mots, la benjamine. Car ils sont nombreux à avoir déserté les rangs aussitôt leur leader évanoui. Il leur avait pourtant bien promis de revenir. Les jours se sont certes dépliés les uns après les autres, se transformant bientôt en semaines, mois et années. La missive retomba lourdement sur la table de bois massif alors que la sorcière repoussait son siège d’un pied impatient. La société avait tant changé ces quatre dernières années et les Black étaient restés immobiles. Statues de cire, reliques d’un temps qui leur paraissait plus glorieux - gargouilles prêtes à être remises en mouvement. Et c’est avec délectation que la plus jeune de la famille pouvait lire la gloire sur les traits de ses aînés. Ils répondraient à l’appel à ses côtés. Ils seraient les premiers à se tenir à la droite de celui qui se faisait maintenant appeler Voldemort, elle en était certaine. Déjà, Janus s’était éclipsé avec Morgana - désireux sûrement de régler avec elle les derniers détails.

La journée s’était écoulée lentement, les minutes à la morgue s’étirant pour ne plus que former des heures vides de sens. Immobile devant la chair inanimée, les mouvements de la jeune légiste étaient automatiques. Profitant de la solitude des sous-sols pour laisser son esprit vagabonder dans ses souvenirs. Elle y avait toujours cru et elle pouvait assurer sans la moindre hypocrisie n’avoir jamais douté. Car malgré ses très, trop, nombreux défauts - elle était d’une loyauté sans faille. D’une loyauté qui ne connait pas le doute. De ce fanatisme qui jamais ne s’étiole. Qui ne connait ni l’érosion du temps ni celle du silence. Quatre ans. Ses pensées se perdent dans les détours de ces quatre années. Il s’est passé tellement de choses. Des morts et des naissances. Des pleurs et des rires. Il s’est passé tellement de chose et pourtant voilà déjà que son coeur se gonfle d’espoir. Il est revenu, le saveur. Celui qui chassera l’usurpateur, celui qui saura l’élever - elle et tout les autres - au rang qu’ils méritent. La journée s’égrène et voit sa fin se profiler, les pas de la sorcière la menant instinctivement jusqu’au Chaudron Baveur.

L’atmosphère du pub est lourde et pesante, le brouhaha des conversations vides de sens étouffant immédiatement la Black. Elle est plus habituée au silence, Melpomène. Elle n’aime pas les grands groupes, elle n’aime pas la foule. Elle n’aime pas se mêler à ceux qu’elle exècre, sorciers inférieurs. C’est d’un geste dédaigneux qu’elle se commande un verre de whisky pur feu, laissant les gallions cogner le bois du bar sans même un regard pour l’homme qui lui tend sa boisson. Princesse hautaine plus habituée au mutisme servile des elfes de maison qui ont depuis bien longtemps apprit à ne plus prononcer mot en présence de la benjamine. Capricieuse. Assise depuis quelques minutes seulement et ses billes noires plongées au fond de son verre, elle réagit à peine lorsque Nour se glisse devant elle. Elle l’a repérée dès son entrée dans le pub bondé, ses traits sérieux contrastant avec l’allégresse innocente de l’endroit. Faisant écho, cependant, à la moue fermée arborée par celle en face de qui elle vient de s’installer. Sourcils froncés et une lippe retroussée dans un sourire peu avenant, elle incline doucement la menton comme seul accueil. Elle se souvient encore des rires, des confidences et des sourires - Melpomène. Elle a bonne mémoire et elle n’a rien oublié. Elle n’a pas oublié les lettres, elle n’a pas oublié les quelques larmes versées dans l’intimité d’une chambre vide lorsque sa seule confidente lui avait été arrachée. Elle n’a pas oublié les secrets, elle n’a pas oublié les mots. Elle n’a pas non plus oublié la comédie. Le soutien des Shafiq à Grindelwald, leur grandeur retrouvée. Débarrassés du poids d’une malédiction qui leur a autrefois fermé tant de portes. Elle n’a pas oublié non plus le déclin de sa famille et l’ascension de celle de Nour. « Tu l’as reçue ? » elle daigne enfin lever ses pupilles vers elle, détaillant d’un oeil absent ses traits fins. Elle a toujours été belle, Nour. Elle a toujours eu cette beauté évidente, grands yeux amandes et teint doré. Sa voix n’est qu’un murmure et Melpomène hoche doucement la tête, portant son verre à ses lèvres dans un geste délicat. Rancoeur arrimée au coeur. La hargne sur le bout des doigts. Elle a la rancune tenace, la Black. Et même si Nour ne lui a jamais rien fait directement, elle ne peut empêcher son palpitant de battre d’une colère sourdre. Elle nous a trahit. La litanie qui tourne et qui retourne depuis quatre ans. Elle nous a trahit, quelques mots entêtants qu’elle ressasse dans un coin de son esprit depuis tout ce temps. L’hypocrite.

« Je n'arrive pas à croire qu'il soit revenu » le verre se repose sur la table avec un peu trop de force et c’est un sourire froid qui prend place sur les lèvres de l’amie qui se décide enfin à prendre la parole. « Et oui… » - sourire mauvais - « tu aurais peut être préféré le contraire. » plus d’honnêteté dans ces quelques mots que durant les quatre dernières années. Tu aurais peut être préféré le contraire, qu’il ne revienne jamais. Qu’il ne revienne jamais, qu’elle puisse continuer à évoluer dans cette lumière glorieuse qu’elle semblait tant apprécier. Jalousie sordide de ceux qui ont tout gagné. Jalousie sordide de deux qui ont tout perdu. Ses billes dures fixées sur les siennes, ne lâchant pas ses pupilles bleues du regard. Elle voulait que Nour puisse y lire la colère. La déception. La rancoeur. Elle avait délibérément choisi de cesser d’y croire. Ce sont eux les faibles, elle pense avec amertume. Ce sont eux les faibles, ceux qui n’ont pas eu la force de se sacrifier. Ceux qui n’ont pas eu la force de regarder leur empire sombrer devant leurs yeux. Ceux qui ont détourné le regard et ont cédé face à la pression de rentrer dans les rangs. Les vrais vertueux, ce sont eux. Les oubliés, les moqués. Ses lèvres s’étirent à nouveau alors que de nouveaux mots viennent briser le silence qui semblent s’être installé entre les deux jeunes femmes, « J’ai toujours su qu’il reviendrait. Ce n’est pas une surprise. » elle n’a jamais su quand. Elle n’a jamais su pourquoi, mais elle s’est toujours accrochée à cette certitude avec ferveur. Une moue blessée passa momentanément sur ses traits, son visage retrouvant bien vite cependant son masque détaché. Ses doigts pianotant distraitement sur le rebord de son verre d’un air impatient.


uprising
You will hear thunder and remember me, And think: she wanted storms. The rim Of the sky will be the colour of hard crimson, And your heart, as it was then, will be on fire.
Revenir en haut Aller en bas
 
(fb) bad blood (melpomène)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Episode 8: Thicker than Blood & Deeper than Water.
» armée blood axe en construction
» Blood & Chocolate ou Le gout du sang.
» [1500 pts] blood axes
» Liste Blood Ravens (BA) Cypher Table #3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: