Soutenez le forum
Votez pour M&M sur les top-sites et faîtes passer le mot!
Bazzart - PRD.
Ecoulement du temps
Nous sommes actuellement en septembre 1952
Sixième version du forum
On vous donne rendez-vous ici pour vous tenir au courant des dernières nouveautés!

 | 
 

 Famille Avery - sang pur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Famille Avery - sang pur   Ven 19 Aoû - 17:34

Famille Avery
for the sinners to play as saints.

description
Les Avery, c'est ces sorciers de bronze dont on n'a jamais trop parlé. Des purs toutefois, et aux idéaux plus sombres encore que certaines familles d'au-dessus. Si leur nom inspire moins de respect que celui des Black ou des Lestrange, c'est pas juste parce qu'ils ont pas su s'élever à leur niveau. C'est parce qu'ils l'ont pas voulu. Eux, ils préfèrent rester dans les ombres à tirer leurs ficelles, jouer les discrets aux sourires hypocrites, faire scintiller leurs yeux d'une sournoiserie mal dissimulée, folie légère qui leur colle à la peau. Les rumeurs qui circulent à leur égard ne les alarment pas. Le regard des autres n'a jamais importé et les paroles n'sont que du vent. Du vent et de la salive. Salive teintée de rouge - ils vous feront cracher du sang. Les Avery, c'est pas des guerriers, pas les plus fidèles non plus. Mais ils comptent dans la quasi totalité de leur lignée des aigles et des serpents. Ambitieux jusqu'aux oreilles ou érudits à défaut. C'est qu'ils sont pas cons, les Avery. Qu'ils ont pas l'air, comme ça, avec leur éternel manque d'implication dans tout ce qu'ils entreprennent, leurs foutus secrets et leurs sourires en papier mâché. Qu'ils en ont dans l'crâne, savent quand il faut frapper, quand il faut s'avancer, profiter, l'ouvrir et la fermer. C'est des stratèges, des calculateurs. Ils réfléchissent beaucoup mais c'est jamais de trop. Ont toujours un coup d'avance et ça, personne le sait. On s'douterait pas un seul instant que dans leurs poitrines, y'a ce cœur qui part en fumée et dans leurs veines, ce sang tout gluant. Noir et bouillant.

LES JUMEAUX, Amos et Clarys Avery ont mis au monde cinq enfants. Deux femmes (de longues années à désespérer, à s'dire que l'héritier n'arriverait jamais) puis finalement trois hommes - mais si on leur demande, ils répondent "seulement deux", le dernier ayant été raté. Euphrodisia (la blonde, la belle, la reine), Emilia (la fragile, trop gentille, en cendres) puis les jumeaux : Garlan et Doran. Des rois soudés, qui cèdent seulement l'un pour l'autre, se partagent la couronne, prennent leurs décisions ensemble. C'est pourtant Garlan le premier né, donc lui l'héritier, et quand ça tourne mal entre eux, que y'a de l'électricité dans l'air, il aime bien l'rappeler à son frère, le rabaisser au rôle de prince, juste le temps d'un regard. La seule fois où on a bien cru qu'ils allaient s'égorger, c'est quand Elayne (promise à Doran) est finalement revenue à Garlan et qu'on a diagnostiquée Selyse - femme à la santé douteuse, au teint pâle et à la carrure frêle - stérile. Alors y'a eu comme un long blanc entre les deux frères, de la rancune, un peu de tout. Et puis Selyse a eu un enfant. Puis un deuxième. Le dernier a manifestement été de trop mais c'est pas très grave, ça a suffi à réconcilier les jumeaux et au fond, c'est tout ce qui importe.

LE TRAÎTRE, malgré ce qu'ils en disent, il y a bien eu un cinquième enfant. Troisième frère et déception d'la famille : Phineas. Un preux, lui. Insolent, stupide, généreux. Du genre à sauter dans les flaques, à provoquer ses frères tout en sachant qu'il faisait pas le poids. Un peu fou aussi, à sa façon. Mais on le laissait faire, on le mettait un peu de côté. De toute façon, c'était l'dernier, alors on s'en fichait. C'était pas une menace, pas un drame s'il s'élevait moins haut que les jumeaux. Et puis un beau jour, il est tombé amoureux d'une née-moldue, au sang si sale qu'on devinait son impureté rien qu'en la regardant dans le fond des yeux. Là, ses parents ont mis le holà, le menaçant de le bannir de la famille s'il ne se reprenait pas. Garlan&Doran voulaient carrément le tuer, mais Emilia s'est interposée. Il s'est pas repris, Phineas. A fui avec son amour, a même laissé tomber son nom pour celui de sa Sibel. De toute façon il laissait rien derrière lui, ce monde-là, il s'y serait jamais bien intégré. Les petits Rhodes n'ont donc pas été à Poudlard, c'est leurs parents qui leur ont tout appris. Surtout à se tenir éloignés des Avery, si tant est qu'ils tiennent à la vie. Et peut-être même qu'ils auront eu vent de ce groupuscule qui commence à se former, Lux. Que leurs beaux cœurs les guideront vers eux, les rendront plus traîtres encore qu'ils ne le sont déjà.

LA PRINCESSE, Emilia, c'était le petit rayon de soleil de la famille. Celle qui aimait sourire mais qu'on n'réprimandait pas pour autant. Fragile mais pas naïve, intelligente et un peu timide sur les bords. Elle a toujours été surprotégée par les jumeaux dont elle était pourtant l'aînée de deux bonnes années. Tout l'amour qu'on lui portait n'a pas empêché Amos de la donner à une famille de plus bas étage encore que la leur, et si méprisée par le monde magique que ça en devenait de l'acharnement. Des maudits ou des meurtriers, on pouvait pas l'affirmer. Mais c'est quand même un peu fou d'avoir confié la douce Emilia aux Shafiq. On aura beau dire, c'est un peu la faute des Avery si elle est plus là maintenant. Eux qui l'ont tuée en la liant à ces sombres oiseaux. Elle a succombé d'une maladie incurable, un truc long et douloureux dont on n'a pas su trouver la nature. Elle est morte dans l'agonie et, sans l'savoir, a presque provoqué une guerre. Malédiction, a crié le monde. Malédiction, ont gueulé les Avery en chœur. Ç'a été plus facile de voir la chose comme ça, de les accuser à eux, de cracher sur leur nom. Les deux familles autrefois soudées se sont brutalement séparées, rongées toutes deux par la haine et le dégoût. Puis Grindelwald est arrivé. C'est les Shafiq qui l'ont soutenu en premier, eux qui se sont élevés d'un seul coup, eux qu'il a lavé de leur opprobre, démenti leur malédiction. Les Avery, pour se faire bien voir des bulgares, n'ont eu d'autre choix que de faire pareil. Les accepter, leur pardonner. Sourires hypocrites, paroles doucereuses. Mais les uns comme les autres n'ont jamais pardonné. La mort de la princesse reste coincée au fond d'la gorge des jumeaux tandis que la teinte amère de la trahison transparaît dans chaque mot qui sort du royal gosier d'Abel Shafiq. Entre eux, c'est fini. Ils se détestent et on s'demande bien qui sera le premier à faire couler le sang vengeur.

L'ÉCHIQUIER, leur vie aux Avery, ç'a toujours été un grand plateau de jeu. Avec des pions, des coups à tirer, une tactique à mettre en place. Ils y sont préparés, savent comment on fait pour gagner. Se traîner derrière Grindelwald, bénéficier de tous les privilèges qu'il a à leur offrir et par derrière loucher sur ce Jedusor dont parlent les enfants. Eux qui ne cachent rien à leurs parents, qui savent qu'ils sauront quoi faire de tous ces babillages qu'ils mettent entre leurs grandes mains. Et les jumeaux, petit à petit, se mettent à réfléchir. À cette marque, à leurs gosses. Ils doivent rester du côté des plus forts (pour l'instant) mais les années filent vite et les gosses grandissent. Garlan&Doran font confiance aux leurs, eux qui affirment que Jedusor c'est plus que de l'ambition, qu'il a. Et ça, ça n'doit pas être négligé. Alors les Avery, ils placent leur reine d'un côté et leur roi de l'autre, sans même penser que c'est peut-être juste leurs deux jambes qu'ils foutent dans deux cercueils différents.

LES SOUS, tandis que tous occupaient des postes moindres au Ministère ou ailleurs (moindres étant un peu exagéré, mais rien de comparable à aujourd'hui) du temps où la Grande-Bretagne appartenait encore aux britanniques et où Dumbledore parvenait à garder bleue la teinte du ciel, la vie active des Avery a pris une toute autre tournure. Garlan est désormais le directeur du département des accidents et catastrophes magiques, Doran son bras droit. Les temps son bons et belle est la vie. Jusqu'à c'que le monde éclate, comme il finit toujours par le faire.

À SAVOIR, bien noter les liens de parenté avec les Prewett, les Macmillan, les Slughorn, les Shafiq (de par Emilia) et les Malfoy (la deuxième branche, de par Euphrodisia). Niveau avatar, les Avery étant une famille bariolée, avec des bruns, des blonds et des roux (Prewett style), tous les types d'avatars sont acceptés (le seul critère restant la peau claire). De même pour les prénoms, ils sont tous négociables (sauf pour Emilia et Euphrodisia).

AMOS AVERY & CLARYS AVERY, NÉE PREWETT
GARLAN AVERY (48 ANS – LIBRE) ET ELAYNE AVERY NÉE MACMILLAN (46 ANS – LIBRE)
(m) Prénom Avery - 28 ans - libre
(f) Moira Lestrange née Avery - tuée en 1948 (à 24 ans) par son mari
(m) Milo Avery - 27 ans (+)
(m) Lenny Avery - 25 ans - scénario libre
(f) Prénom Avery - 24 ans - libre

DORAN AVERY (48 ANS – LIBRE) ET SELYSE AVERY NÉE SLUGHORN (MORTE EN COUCHE)
(f) Prénom Avery - 23 ans
(m) Adam Avery - 22-23 ans - libre
(m) Declan Avery - 15 ans - PNJ

*PHINEAS RHODES NÉ AVERY (46 ANS – LIBRE) ET SIBEL RHODES (46 ANS – LIBRE)
(m/f) Prénom Rhodes - entre 25 et 27 ans - libre
(m/f) Prénom Rhodes - entre 23 et 25 ans - libre
(m/f) Prénom Rhodes - entre 20 et 23 ans - libre

*branche mêlée.

un frère pour Amos ?
Dans l'optique où les places ci-dessus ne soient pas suffisantes ou ne répondent pas à vos attentes, il est tout à fait envisageable qu'Amos ait eu un petit-frère. À vous de créer tout son petit monde. ♥
CORRUPTION WILL HAUNT YOU ↓ MUDBLOODS AND MURMURS
Revenir en haut Aller en bas
 
Famille Avery - sang pur
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ✧ Liste des Familles de Sang-Pur ✧
» Famille, Amitié, Sang, bataille, réunion ... [PV mon Canard ( Titigre)]
» CREER VOTRE FAMILLE DE SANG PUR
» ARBRE GENEALOGIQUE ✧ la grande famille des sang-purs
» On n’a pas le même sang, ni la même histoire, mais pour moi, tu fais partie de ma famille.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: