Soutenez le forum
Votez pour M&M sur les top-sites et faîtes passer le mot!
Bazzart - PRD.
Ecoulement du temps
Nous sommes actuellement en septembre 1952
Sixième version du forum
On vous donne rendez-vous ici pour vous tenir au courant des dernières nouveautés!

 | 
 

 Dead inside ⚜ (helios)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Morsmordre
Parchemins :  360
Crédits :  india / neon demon
 
Âge :  26 ans.
Sang :  Pur.
Allégeance :  Mangemorts.
Profession :  Rentier ; explorateur à la retraite forcée ; membre et mécène de l'association pour la sauvegarde du patrimoine magique et historique sorcier (Kelpie)
Ancienne école :  Poudlard ; Serdaigle.

Priori Incantatem
am i free?: yes
Inventaire:
code couleur: #B50054
http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t506-abel-the-monster-i-ve-become http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t500-abelam-the-monste
MessageSujet: Dead inside ⚜ (helios)   Lun 19 Sep - 0:15

Dead inside
Helios & Abelam
Everyday I feel the same. Stuck, and I can never change, sucked into a black balloon, spat into an empty room. But was it really worth it? Did I really deserve it? It happens when you're hurting and cut me at the surface of my heart.

« Muungwana ? Ni wakati wa kuamka. » La voix profonde du grand Kenyan le tira du sommeil dans lequel il était enveloppé comme dans un cocon. Le Lestrange grogna et se retourna dans son lit, s'enroulant un peu plus dans les draps en fleur de coton d'Egypte. « Muungwana, wewe kwenda hospitali leo. », insista le majordome en ouvrant d'un coup sec les lourds rideaux de velours, inondant aussitôt la vaste chambre de lumière blanche et froide par la haute fenêtre. Abelam plaqua son bras en travers de ses yeux et marmonna avec un accent Swahili un peu approximatif : « Nilisikia... » Sembene s'inclina et descendit l'escalier courbe qui menait à la seconde partie de la chambre, ouvrit les autres rideaux sur son passage, et quitta la pièce. Abel resta un instant sans bouger dans son lit, déplaçant graduellement son bras pour gérer la quantité de lumière qui tombait sur ses paupières. Il pouvait entendre la pluie taper et rebondir contre les vitres, petits coups secs qui ne le motivaient guère à se lever, d'autant plus qu'il devait sortir aujourd'hui. Pas pour aller au théâtre, à l'association pour la sauvegarde du patrimoine magique et historique sorcier ou à quelque déjeuner mondain, non. Pour aller à Sainte Mangouste subir son traitement. Cette perspective le déprimait presque autant de ne pas s'y rendre et de risquer de se décomposer – chose qui arriverait très rapidement s'il cessait d'être soigné. C'était ces rendez-vous à l'hôpital qui le maintenaient cloué à Londres, sans possibilité de partir une semaine consécutive quelque part, à moins qu'il ne retransplane à Londres deux fois durant ladite semaine. Autant dire qu'il était hors de question qu'il recommence à voyager comme avant, son état de santé étant devenu très fragile. Une malédiction. De la magie noire. Voilà ce qui était à l'origine de son mal incurable. Une malédiction contractée dans un tombeau maya au Guatemala.

Abel s'était alors vu arraché à ce qu'il aimait faire plus que tout au monde pour être projeté dans un monde auquel il n'appartenait plus, qui avait évolué sans lui et qu'il ne reconnaissait pas. Même au sein de sa propre famille il y avait eu une fracture, plus ou moins profonde. Il ne s'était jamais autant disputé avec Caerwyn que depuis qu'il était rentré, par exemple, même si pendant ses années d'absence, ils s'en étaient envoyés des lettres passives-agressives... Même si quand il y pensait ça l'énervait, au fond c'était plutôt la tristesse qui prédominait. Celle de laisser glisser entre ses doigts un amour – platonique, cela va sans dire – qu'il prenait pour acquis, dicté par les liens du sang. Mais était-ce si déterminant que cela au fond ? Peut-être pas...

Le Lestrange finit par se redresser dans son lit, le drap glissant sur son torse nu, les cheveux ébouriffés. Il les peigna machinalement en arrière avec ses doigts et glissa un regard vitreux vers la fenêtre ruisselante de pluie. Dans un soupir résigné, Abelam sortit du lit en dédaignant le plateau de nourriture que lui avait monté Sembene. Il avait faim, mais il sentait la nausée latente au creux de sa gorge et son ventre se tordait douloureusement, lui arrachant une grimace à chaque torsion violente. Il était plus que temps qu'il se rende à l'hôpital.

Le jeune homme prit une bonne heure pour se préparer, rétif, pendant laquelle il fallut composer avec un de ses violents haut-le-cœur qui le laissait tremblant et éprouvé, pâle, lèvres et menton dégoulinant de bile noire et de sang, avec son majordome pour le soutenir – car c'était le Kenyan qui l'assistait pour se préparer. Abelam détestait cela. Le goût de pourriture acide sur sa langue, la douleur qui transperçait son corps de part en part, ses muscles tendus, stressés par le rejet soudain de ses organes malades par son propre corps. Et les vers. Les minuscules larves qui se tortillaient dans la mixture immonde qu'il régurgitait. Il en tournerait presque de l’œil.
Un peu avant dix heures, il était prêt à partir, bien élégamment vêtu – chemise, veston, cravate et tout le toutim – pour se faire récurer les entrailles de fond en comble. Il en aurait presque ricané si ça ne l'abattait pas autant. Abel passait ses gants dans le grand hall quand la sonnette retentit. Intrigué, le Lestrange alla ouvrir lui-même et le battant dévoila son cousin, Helios Black. « Oh. Helios, bonjour. » Visiblement, le plus jeune avait l'air très surpris de trouver son cousin sur le pas de la porte, jusqu'à ce qu'un souvenir d'il y a quelques jours lui revienne en mémoire.

Helios était peut-être un des quelques rares membres de sa famille avec qui il avait encore des moments privilégiés. Brefs, apparemment anodins, mais qui lui laissait encore espérer quant au fait qu'il n'allait pas être tout de suite retiré de la fameuse tapisserie familiale des Black. Ces moments, ils les avaient généralement quand ils sortaient fumer tous les deux en extérieur, en l'occurrence – pendant cette soirée-ci – sur le trottoir devant la demeure des Black. C'était lors d'un de ces grands dîners de famille avec trop de monde, d'où la nécessité de sortir s'aérer un peu en petit comité et d'assimiler une dose de nicotine avant de remettre le couvert – littéralement. Ils avaient discutés, Helios et Abel, leur conversation se mêlant aux volutes de fumée paresseuses. Ils avaient parlé de Ste Mangouste, de l'aversion qu'avait Abelam de ces consultations. Helios avait proposé de l'accompagner un de ces jours. Abel pensait qu'il avait dit cela pour être poli et n'en avait pas vraiment pris note. Apparemment, son cousin était sérieux.

« Tu... viens pour mon rendez-vous à Ste Mangouste ? », hasarda Abelam, un peu sur la retenue, comme s'il craignait qu'Helios ne le rembarre et soit venu pour tout autre chose. Mais le Black lui répondit par l'affirmative et l'explorateur s'avéra touché par l'attention. Alors il sourit à son vis-à-vis et poursuivit : « J'allais transplaner justement. » Abel lui proposa sa main.
Made by Neon Demon





« Boy with a broken soul, heart with a gaping hole. Dark twisted fantasy turned to reality. Kissing death and losing my breath. Midnight hours cobble street passages. Forgotten savages, forgotten savages ».

Revenir en haut Aller en bas


Helios Black
Morsmordre
avatar
Morsmordre
Parchemins :  132
Crédits :  .
 
Âge :  35
Sang :  Pur, evidemment.
Allégeance :  Tom Jedusor et Les Black, jusque dans la mort.
Profession :  Ancienne avocat du magenmagot, desormais fugitif.
Ancienne école :  Poudlard, Serpentard.
MessageSujet: Re: Dead inside ⚜ (helios)   Lun 19 Sep - 17:18

Dead inside
Helios & Abelam
Everyday I feel the same. Stuck, and I can never change, sucked into a black balloon, spat into an empty room. But was it really worth it? Did I really deserve it? It happens when you're hurting and cut me at the surface of my heart.

Il marchait tête haute, les mains dans les poches. L'air était froid, malgré la saison, et Helios regretta de ne pas s'être plus couvert. Il en fallait peu pour qu'il attrape du mal, étant de nature assez fragile, et c'était ce qu'il redoutait le plus. Il avait horreur de tomber malade, il se sent inutile, il ne pouvait rien faire, et on ne voulait pas le voir au boulot, bien qu'il eu été capable d'y aller quand même. Etre malade, ca ne sert a rien, c'est chiant, ennuyeux, et tout le monde vient voir toute les 5min si vous êtes toujours vivant. Alors que l'ainé Black n'aimait rien plus que sa solitude bien aimée. Il se souvenait de la dernière fois, il avait attrapé la grippe assassine. Il avait rechigné à se soigner, soupiré, juré, pour finir par attendre sagement dans son lit que ça passe. 10 jours. Un supplice. A avaler des substances infectes. Non, Helios n'aimait vraiment pas être malade. Pourtant, il savait que le chemin qu'il prenait actuellement le menerait directement vers le lieu principal de la maladie : Ste mangouste. Il s'arrêta un instant, regarda sa montre. Il était très en avance : Abe ne lui avait donné rendez que dans 45min, et il serait sur le palier des Lestranges dans un peu mois de 20 minutes. Il haussa les épaules pour lui même. Après tout, connaissant son petit cousin, il allait falloir un petit moment pour le rassurer de sortir de la maison et lui promettre que tout se passerait bien.

C'était très étrange, la relation entre Helios et Abe. Le premier était d'une froideur reconnue, presque denué de sentiments aux premiers abords. Il n'aimait pas la pitié, la sympathie trop prononcé, qu'il jugeait fausse. Il n'aimait pas non plus parler trop longtemps, préférant les silences apaisants. C'est pourquoi il était si proches de sa jeune sœur, et detestait les diners avec les Lestranges. Il se sentait toujours obligé de parler, de trouver quelque chose à dire, alors qu'il ne rêvait que d'une chose, monter dans sa chambre pour se retrouver seul. Avec Abe, c'est une histoire d'enfance. Tout de suite, un courant spécial était passé entre les deux cousins. Si Helios avait toujours jugé les Lestranges trop bavards et expensif, il avait trouvé en Abe une personne presque semblable à lui même. Ce besoin constant de se retrouver seule. Mais il y avait une chose en Abe qui fascinait Helios. Cette joie de vivre qui semblait exulter de son être en permanence. Plus qu'une joie de vivre, une curiosité insatiable, un amour de la vie, un amour des petites choses, qui faisait naitre un sourire sur les lèvres enfantines du Lestranges. Helios aimait cela. Il aimait aussi rester de glace face à Abelam. Il aimait cela car cela engendrait chez lui une moue deconfite, décue de petit garçon qui aimait partager des choses avec son grand cousin.

C'était différent, avec Abe. Ca l'avait toujours été. Il n'avait pas envie de faire le faux, de se montrer différent. Il voyait briller depuis des années dans les yeux d'Abe, plus qu'une admiration, plutôt un respect grandissant. Il faut dire que le petit était facilement impressionnable. Comme nous le disions, il était toujours impressionné par n'importe quoi, et bien que cela exaspérait parfois Helios, il devait avouer que cette naiveté, cet amour simple pour son environnement le touchait. Il n'y avait pas la même noirceur chez Helios que chez ses ainés. Il y avait, une sorte de pureté qui fascinait le Black. Comme une nature qu'on pourrait briser au simple toucher. Une joie, une vie, si pure, qu'on aurait peur de tout gacher. C'est ainsi que depuis sa plus tendre enfance, Helios a toujours aimé Abelam. Alors qu'il aurait pu le trouver faible, c'était différent. Il le trouvait pur. Il était si simple que quelque minutes en sa présence apaisait le Black. Puis les années ont passé. Abe, toujours plus en quête de découverte, ne se retrouvait plus dans sa famille et son pays. Alors il est parti. Helios en fut un peu déçu, ressentant rapidement le manque de fraicheur du petit Lestrange. Il aimait lui apprendre des choses, et il était toujours touché par la passion d'Abe lorsqu'il lui parlait. Les années passèrent sans trop de nouvelle. Helios oublia, et bien des choses lui firent oublier son cousin. Ce n'est que lors de l'enterrement d'Emilia qu'il le revit. Il en fut singulièrement touché, ne l'ayant pas revu depuis des années. A cet instant il sut que ce lien spécial avec son cousin ne disparaitrait jamais complètement. Et, bien que la douleur lui pourisse les entrailles, il esperait qu'Abe arriverait à y mettre un peu de fraicheur.... Cette fraicheur que son corps semblait avoir oublié. Malheureusement c'est un autre Abe qu'il découvrit. Faible, blafard, malade. Si Helios n'aimait pas tout les membres de sa famille, il était toujours aux soins de ceux qu'il appréciaient. Il n'étaient pas nombreux, mais il mettait un point d'honneur à être toujours là pour eux. Ce fut le cas pour Abe. Il apprit, lentement, ce qu'il s'était passé. Lui, Helios, se confiait peu, voire pas du tout. Il ne sentait pas capable de sortir ce qu'il ressentait. Alors il écoutait Abe, observait ses joues creuses, son teint de porcelaine, et, choses qui l'attrista énormément, la vie qui le quittait de jour en jour. Cette vie qui l'avait tant touché enfant, cette joie, cette energie. L'être le plus pur et sincère qu'il connaissait, perdait peu à peu toute son âme. Ce fut tout naturellement qu'il lui proposa son aide, et son soutien. Toujours dans le silence, Helios et Abe parlaient peu. C'était surtout Abe qui parlait. Et Helios aimait le couvrir d'un regard bienveillant. Il savait qu'Abe n'était pas l'homme fort qui aiderait les Lestranges à acceder au pouvoir. Mais il savait qu'il avait une force différente, caché quelque part. Une force intellectuel, voire, une force sensorielle, que peu de gens autour de lui pouvait reellement comprendre. Helios lui, était fasciné par cela, et c'est en cela qu'il éprouvait pour son cousin un amour étrange mais sincère.

Il s'arrêta sur le palier, resserrant sa veste autour de ses épaules. Il sonna. La porte s'ouvrit sur un Abe fatigué, les traits tirés, mais surpris de le voir devant lui. Helios ne put réprimer un leger sourire en coin. « Oh, Helios, bonjour. » Il inclina doucement la tête. « Bonjour, Abe. » Rien ne plus, le dialogue se passant desormais entre leurs deux regards, comme d'habitude. Il observa son cousin attentivement. Chétif, frêle, pâle comme la mort. Une ride d'inquiétude apparut sur le visage d'Helios. Il était temps qu'il s'y rede effectivement. Helios savait que la famille d'Abe étaient devenue assez hostile, surtout Caerwyn. Il était d'ailleurs choqué qu'une famille puisse abandonner leur fils, frère, dans un moment aussi difficile qu'une maladie telle que la sienne. Leur manque de soutien apparent était, aux yeux d'Helios, une véritable trahison qui ne lui viendrait jamais à l'esprit, lui étant beaucoup trop attaché aux siens. Que ce soit sa sœur, ou son frère, il avait juré dès leur naissance qu'il serait toujours présent pour eux, quoi qu'il arrive. Il trouvait les Lestranges à cet intant particulièrement irrespectueux, offensants, même. C'est pourquoi il offrait volontiers son soutien à Abe. Peut être n'était il pas la crème de la crème. Peut être pas le stratège idéal, le mangemort rêvé. Et en cela Helios était quelque peu décu, et ne manquait pas, par d'habiles sous entendus, à indiquer à son cousin qu'il ferait mieux de se soigner correctement et de se reprendre rapidement, car ils avaient besoin de lui. Et il avait un nom à gérer. Il était un héritier, et devait se comporter comme tel. C'était ainsi, et Helios lui rappelait dès qu'il le pouvait.

« Tu... viens pour mon rendez a Ste Mangouste ? » Il paraissait surpris, effrayé même. Helios se sentit légèrement vexé que son cousin ai pu pensé qu'il ai dit des paroles en l'air. Il hocha lentement la tête et haussa les épaules. « Comme promis, en effet. Je n'ai pas l'habitude de faillir à mes devoirs, tu le sais. » Il lui offrit un mince sourire. Il voulait lui montrer qu'il était bien là, lui. Il voulait un Abe fort pour leur conviction, pour leur allegeance, pour le combat. Pour cela, il avait besoin de soutien et de soin, et s'il fallait qu'il lui donne pour le mener a bien au combat, il le ferait. « J'allais justement transplaner ». Il lui offrir son bras.  « Je t'en prie. Ne perdons pas de temps. »Made by Neon Demon


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Morsmordre
Parchemins :  360
Crédits :  india / neon demon
 
Âge :  26 ans.
Sang :  Pur.
Allégeance :  Mangemorts.
Profession :  Rentier ; explorateur à la retraite forcée ; membre et mécène de l'association pour la sauvegarde du patrimoine magique et historique sorcier (Kelpie)
Ancienne école :  Poudlard ; Serdaigle.

Priori Incantatem
am i free?: yes
Inventaire:
code couleur: #B50054
http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t506-abel-the-monster-i-ve-become http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t500-abelam-the-monste
MessageSujet: Re: Dead inside ⚜ (helios)   Ven 23 Sep - 11:58

Dead inside
Helios & Abelam
Everyday I feel the same. Stuck, and I can never change, sucked into a black balloon, spat into an empty room. But was it really worth it? Did I really deserve it? It happens when you're hurting and cut me at the surface of my heart.

« Bonjour, Abe. » C'était le seul à l'appeler comme ça, Helios. Pour les autres, c'était souvent Abel, diminutif qu'il utilisait lui-même et avec lequel il signait les lettres adressées à ses proches. Sauf Helios, pour qui c'était Abe. Peut-être parce que son cousin ne l'avait jamais perçu comme la plupart des autres, peut-être parce qu'il voyait au-delà. Dans un sens, Abelam sentait qu'il avait une sorte de relation privilégiée avec le Black. Pas comme il en avait une avec Melpomène, mais quand même. Et le Lestrange le lui rendait bien. Quand l'épouse d'Helios était décédée, Abel était rentré plus tôt du Mexique afin d'assister aux obsèques et de lui présenter ses plus sincères condoléances. Il se le rappelait comme un jour d'une tristesse à fendre les pierres. Pas parce qu'il regrettait la mariée – Abelam la connaissait à peine – mais parce qu'il avait éprouvé la plus sincère empathie devant la peine de son cousin. C'était peut-être la seule fois de sa vie que le Lestrange avait éprouvé de la compassion, lui qui était pourtant si insensible à la détresse des autres d'ordinaire. Pas pas méchanceté, mais par égoïsme. Helios faisait ressortir la petite part d'altruisme qu'il conservait encore, enfouie au fond de lui, rétive à se montrer.
Lui qui n'avait même pas daigné rentrer à Londres pour l'enterrement de sa mère, trois années avant cela.

« Comme promis, en effet. Je n'ai pas l'habitude de faillir à mes devoirs, tu le sais. » Et c'était vrai, oui. Helios était quelqu'un de digne de confiance. De sa confiance, en l'occurrence. Et c'était le dernier à être du genre à faire des promesses en l'air, à jeter des mots dans le vent pour les oublier aussitôt. Ça, c'était plutôt le genre d'Abelam. Le jeune homme pouvait être cruellement oublieux de ses engagements ; de part sa nature inconstante comme mélancolique, prompt à tout envoyer au feu pour suivre ses coups de tête du moment. Il y avait néanmoins des personne en ce monde qu'il tâchait de ne pas décevoir autant que faire ce peut, comme Helios. Il était loin d'être idéal, Abel, mais il pouvait y mettre du sien. Sauf quand c'était trop difficile. Remonter la pente qu'il était en train de dévaler, c'était difficile. « Oui, tu as raison. Excuse-moi. », répondit le jeune homme avec un sourire au coin des lèvres. Puis de rajouter : « J'allais justement transplaner » et de lui tendre la main, ce à quoi Helios répondit en lui proposant son bras pour qu'Abel le verrouille au sien. « Je t'en prie. Ne perdons pas de temps. » Abelam passa crocheta son bras à celui du Black et transplana aussitôt.

Les deux hommes se matérialisèrent dans le hall de Sainte-Mangouste réservé aux arrivées par transplanage. Il y avait déjà de l'animation à l'hôpital en cette fin de matinée. Halls et couloirs fourmillaient déjà de sorciers malades, blessés, simples visiteurs... Abel se mit en route avec aplomb ; il savait parfaitement où il allait, c'était un habitué après tout. Ils croisèrent un homme avec sa baguette profondément enfoncé dans le nez qui faillit le percuter et Abel s'écarta de justesse avec un petit claquement de langue agacé. Il était déjà assez contrariant de venir ici, si c'était en plus pour se coltiner les bouseux... Abelam se faufila dans l'ascenseur en s'assurant qu'Helios le suive et s'adossa au fond de la cabine, jetant des regards sombres à ceux qui voudraient se coller trop près. Non sans un soupir affecté, il marmonna : « Si c'était possible de réserver Ste Mangouste pendant mes heures de visite, je le ferai, je te le garanti... C'est vraiment pesant de devoir supporter la plèbe dès que je viens. »

Le Lestrange invita son cousin à descendre avec lui au quatrième étage : le niveau des pathologies des sortilèges. Sorts qui ont mal tournés, victimes de sortilèges mal intentionnés,... ou victimes de malédictions, comme lui. Abel avait la magie noire chevillée au corps, une magie puissante vieille de plusieurs siècles qui s'échinait à le détruire. Et jusque là, les médicomages ne réussissaient qu'à ralentir et amoindrir légèrement la progression de son mal.
Abelam s'assit sur une des chaises de la salle d'attente, un peu en retrait des deux autres personnes qui attendaient là, laissant une place libre à côté de lui pour qu'Helios puisse s'y installer. La réceptionniste nota leur présence et, sans un mot, nota quelque chose dans son carnet de rendez-vous.

« Comment vas-tu depuis la dernière fois ? », s'enquit Abel à voix basse. « Remis de l'agitation de cet épouvantable dîner ? » Il aimait la solitude, Helios. Et par-dessus tout, il semblait ne pas supporter les grands dîners de famille où Black et Lestrange presque au complet étaient invités. Trop d'agitation sûrement, trop d'efforts à fournir pour avoir l'air parfait ou – au moins – sortable. Même Abelam qui pourtant était très à l'aise en société n'aimait pas ces dîners. Trop d'ondes négatives dirigées contre sa personne.
Made by Neon Demon





« Boy with a broken soul, heart with a gaping hole. Dark twisted fantasy turned to reality. Kissing death and losing my breath. Midnight hours cobble street passages. Forgotten savages, forgotten savages ».

Revenir en haut Aller en bas
 
Dead inside ⚜ (helios)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ❧ Don't Open, Dead Inside...
» Nymeria ϟ Dead Inside
» Road accident leaves at least 32 dead in Haiti. ANMWE!!!!!!!!!!
» Version N°15 : Bang bang you're dead !
» Narry Potter [Spoiler Inside]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: