Soutenez le forum
Votez pour M&M sur les top-sites et faîtes passer le mot!
Bazzart - PRD.
Ecoulement du temps
Nous sommes actuellement en septembre 1952
Sixième version du forum
On vous donne rendez-vous ici pour vous tenir au courant des dernières nouveautés!

 | 
 

 Can't stop the feeling - Nour.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Admin
Parchemins :  1183
Crédits :  lux aeterna & tumblr.
 
Âge :  25 ans (26.07.1927)
Sang :  Pureté violente que certains n'apprécient pas, image d'une famille sanguinaire en marge de la societé.
Allégeance :  Voldemort envers et contre tout, fanatique des premiers jours, il est prêt à tout pour défendre son maitre.
Profession :  Tortionnaire, artiste d'un monde sanguinaire. Mangemort en fuite, il a laissé son ancien monde pour supporter Voldemort. Ancien assistant médicomage, il a appris a blesser le corps au lieu de le soigner.
Ancienne école :  Poudlard, au sein des serpents qui sont devenus ses amis les plus proches.

Priori Incantatem
am i free?: yes
Inventaire:
code couleur: firebrick
http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t481-cain-o-i-think-about-the-end-way-too-much http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t379-cain-o-drop-after
MessageSujet: Can't stop the feeling - Nour.   Lun 19 Sep - 23:42



CAN'T STOP THE FEELING


NOUR & CAIN

SEPTEMBER 1951

Il est droit, Cain. Comme à son habitude, il se tient droit et fier, entouré d’une foule qui reconnait les courbes générales de son visage. La foule le connait, la foule connait son héritage, et cela leur suffit. Il est conscient de son environnement, Cain. Conscient des regards noirs qui se posent sur lui, il ne laisse rien paraitre. Tel une statue de marbre, il laisse ses propres yeux courir le long de la large pièce. Une main dans le fond de sa poche, l’autre porte la flute de champagne à ses lèvres. Il sent les bulles de la boisson couler le long de sa gorge alors que son attention se pose sur une silhouette qu’il connait par cœur. Les courbes délicates d’un corps qu’il semble ne plus pouvoir oublier se meuvent avec une délicatesse fascinante. Il voit parfaitement que cette ombre est accompagnée d’une autre, que la poigne d’un autre homme caresse cette taille délicate. Il s’en fiche, Cain. Il s’en fiche parce qu’il sait exactement que cela ne durera pas longtemps. Pourquoi ? Parce qu’il le sait. Parce qu’il joue ce jeu depuis plusieurs années. C’est donc un sourire qui se dessine sur ses lèvres lorsque la musique s’éteint. Elle s’est échappée, Nour. Il continue de la fixer, Cain. Il la fixe alors qu’elle traverse la foule, puis, enfin, leurs regards se rencontrent. Rapidement, il quitte ses yeux pour descendre le long de son cou, caresser sa poitrine, sa taille, puis ses hanches, ses cuisses, son corps tout entier. Son regard retrouve celui de la Shafiq, ardent. Il la fixe, puis se détourne, décidé à jouer ce jeu qu’il apprécie tant. Ce jeu que l’un domine un jour, avant de se laisser mener par l’autre le suivant. Les deux sorciers se sont rencontrés à l’école, au sein d’une maison qui les a accepté aussi facilement qu’elle les a rejetés. L’une maudite, l’autre macabre, ils se sont trouvés là ou personne d’autre n’a voulu d’eux. Amis, ils ont fini par se découvrir l’un l’autre comme ils ne l’ont jamais fait auparavant. Peut-être se sont-ils aimés comme des adolescents aiment, mais aucun ne l’a jamais avoué. Il s’est senti brisé, Cain. Brisé par cette sorcière qui a disparu du jour au lendemain. Brisé d’avoir été laissé derrière comme un animal de compagnie que l’on abandonne. Et puis il a oublié. Il n’aime pas se perdre dans de banals conflits, Cain. Il s’en éloigne comme de la peste, alors il s’est éloigné d’elle. Il a vécu sa vie, s’est perdu sans son maitre, s’est retrouvé dans son travail, dans ses proches amis. Il l’a oubliée, cette sorcière qui a maudit ses jours. Il l’a oubliée, puis elle est revenue. Elle est revenue et il s’est souvenu. Il s’est souvenu, mais n’en a rien laissé paraitre. Blessé dans son ego surement, dans le fond de son âme capable d’amour peut-être. Il n’a pas voulu d’elle. Il n’a pas voulu d’elle avant de se laisser prendre dans les filets qu’il a lui-même dressé. Ils se sont retrouvés. Désormais, ils agissent comme s’ils ne se sont jamais perdus. Ils jouent à ce jeu qui les pousse à se désirer plus qu’ils ne se désirent déjà. Bien qu’il ne lui fasse plus face, Cain ne peut écarter l’image du corps de l’orientale de son esprit. Elle y flotte comme un rêve qu’il ne peut contrôler, et ce malgré le fait qu’il fasse tout pour prétendre autrement.

C’est avec un bruit discret que la flute se pose sur un plateau argenté. Emportée par un serveur discret, le Prewett ne met pas longtemps à la perdre de vue. Celle qu’il n’a pas perdue de vue, en revanche, est Nour. Il la voit toujours, quelque part dans le coin de son œil alors que sa poigne s’entoure le long d’une taille qui n’est pas la sienne. Ayant toujours apprécié ces galas, il a appris à se mouvoir comme la tradition s’impose, et c’est avec facilité que son corps danse au rythme de la douce musique. Sa partenaire est bulgare, et bien qu’elle lui soit inconnue, il lui sourit et se laisse prendre dans une discussion banale. La sorcière ne l’est pas, banale, bien au contraire. Elle était de celles qu’il aime découvrir, lorsque son humeur s’y prête, celles qu’il découvrira un jour peut-être. Mais pas ce jour. Par ce jour, parce que son esprit ne peut s’éloigner du regard de la Shafiq, parce que son propre regard ne la laisse pas seule. Discrètement, ses yeux se posent dans les yeux, et il la sent concentrée sur lui. Il se rapproche de l’inconnue, passe une main au sein de sa chevelure blonde, puis s’éloigne alors que la musique s’éteint. Comme la mangemort l’a fait plus tôt, il disparait au travers de la foule. Cette fois-ci, son regard ne quitte pas celui de la jeune femme, et c’est un sourire aux lèvres qu’il quitte la salle, prenant la direction d’un couloir désert. Au tournant, il s’immobilise, attend de voir la silhouette féminine le suivre, l’observe, puis se remet en mouvement. Il se tient droit, Cain. Il se tient droit lorsque Nour tourne le coin et le trouve au milieu du couloir. La lumière est feinte, mais elle suffit à le laisser observer les courbes qu’il désire tant toucher, les courbes qu’il s’apprête à toucher. Il ne bouge pas, Cain. Ses mains au fond de ses poches, droit dans cette nonchalance qui lui est propre, il se contente de la fixer. Sa voix s’élève, son accent chantant résonnant dans leur environnement vide : « As-tu utilisé la carte de la malédiction ? » Il sourit, fait quelques pas vers elle, puis s’immobilise de nouveau. « Ou peut-être le regard inconfortable de ton père ? » D’autres pas le positionnent si proche d’elle que leurs visages se touchent presque. « Ou bien un désire qu’il ne pouvait assouvir ? » Il dépose un baiser volé sur les douces lèvres de son amante avant de laisser son rire résonner autour de lui. Un regard joueur au visage, son dos finit par trouver un mur sur lequel se poser, tandis que l’un de ses sourcils se lèvent, accompagnés par un sourire en coin.
Revenir en haut Aller en bas
 
Can't stop the feeling - Nour.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» V2 # can't stop this feeling
» 05_ i just can't stop loving you
» 07. It's a new day, a new start, and I'm feeling good!
» 01. Don't stop me now !
» 222 t-shirts et du stop-motion

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: