Soutenez le forum
Votez pour M&M sur les top-sites et faîtes passer le mot!
Bazzart - PRD.
Ecoulement du temps
Nous sommes actuellement en septembre 1952
Sixième version du forum
On vous donne rendez-vous ici pour vous tenir au courant des dernières nouveautés!

 | 
 

 Alice - La muse.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Alice - La muse.   Mer 21 Sep - 21:20

Alice Leroy
petite citation
▲ Nom : Leroy. Un prénom aux consonnances bien française. Théoriquement, Alice s'appelait Abergel. Alice Abergel. Le nom de famille de son père, un nom juif. Craignant pour leur vie suite au drame familial, sa mère decida de reprendre son nom de jeune fille, et de le donner aussi à son unique enfant, prunelle de ses yeux, seule chose qui lui restait maintenant que Frank n'était plus. Ainsi, désormais, pour le monde entier, pour la France, pour l'angleterre, pour les allemands, pour Hitler, elle est Alice leroy.
▲ Prénom : Alice. Simplement le prénom de sa grand mère, et de son arrière grand mère avant elle. Il a traversé les temps, les âges, les descendances. Ainsi, elle est fière de le porter. Fière de porter de prénom de celle que l'on a pourchassé, traquée, tuer de part leur sang, de part leur religion. Elle porte le prénom d'Alice la tête haute, fière et battante, comme chacune des femmes et des hommes de sa famille.
▲ Date et lieu de naissance : 14 Mai 1923, à Paris, France. Longtemps ville lumière, Alice ne l'a connu que ténèbre, sang et cris. Elle n'a jamais admiré la beauté de la dame de fer, sous un soleil printanier, une légère brise faisant volant sa robe légère. Elle n'a jamais pu admirer le reflet du ciel sur la seine, ni pu poser pour les dessinateurs au bord de l'eau pour qu'il puisse dessiner son visage de poupée. Elle n'a jamais pu parcourir les rues à vélo le sourire aux lèvres. Non. Alice a connu le Paris de l'occupation, celui de la terreur et du ciel gris, des murs gris, des sourires gris. De la vie grise. Si pour beaucoup, elle est née dans une ville signe de soleil et de lumière, pour elle, il en est tout autrement. Elle veut l'oublier, Paris. Paris solitaire. Elle ne veut plus jamais y penser, trop de fantômes s'y promènent.
▲Nature du sang : Mêlé. Née d'une mère sorcière, Ornella Leroy, et d'un père moldu, Frank Abergel. Sa mère a rencontré son père alors que celui se promenait avec ses parents le long de la seine, a paris. Les Abergel ont toujours aimé le monde moldu, malgré leur pouvoirs magiques. Ils aimaient s'y rendre en vacances, ils aimaient se comporter comme eux. Il aimait leur simplicité, la vie sans artifices, sans magie, juste vivre comme ça. Ainsi, Ornella et Frank engagèrent la conversation au milieu des pigeons. Sacré cliché n'est ce pas. A cela près qu'elle était sorcière. Ca lui a fait un drôle de choc quand il l'a su, 6 ans plus tard, tandis qu'il la demandait en mariage. C'était la belle époque oui, la belle époque. Mais ça n'a jamais rien changé pour lui, ni pour elle. Ils s'aimaient. De cette pureté qui disparaît petit à petit. Malgré les épreuve, malgré la mort, malgré tout ils s'aimaient. Et ils ont toujours vu leur sang mêlé comme une force que la petite Alice est fière de sentir couler sans ses veines. Le sang de son père sera pour toujours le plus beau du monde, qu'il soit moldu, juif, noir, blanc, rouge ou bleu.
▲Profession : Alice est vendeuse dans une petite librairie londonienne. Coincée entre deux grandes boutiques, cette petite facade discrète ne se fait pas beaucoup remarquer. L'endroit est sombre et la poussière y est reine, mais Alice s'y sent comme chez elle. Amoureuse de livres, elle aime s'y asseoir et feuilleter en attendant une clientère trop rare. Elle se fait un salaire de misère, mais ce qui compte, c'est qu'on ne la remarque pas.
▲Statut matrimonial : Officiellement, la jolie brune est célibataire. Bien que ses yeux brillent pour un jeune homme qu'elle voit de plus en plus régulièrement. Elle ne se rend même pas compte qu'elle sourit. Elle nie, sa mère soupçonne quelque chose mais elle nie en bloc. Elle n'a pas le temps de penser à sa mais pourtant... Sur le chemin du sommeil, elle aime en rêver...
▲Ancienne maison (ou école pour les bulgares) : Sorcière comme sa mère, Alice a commencé ses études de sorcellerie à l'école Beauxbatons. Elle n'a donc suivi les drames successifs qu'a distance, et cela s'est revelé encore plus douloureux, car elle n'a pas pu voir son père avant... avant. Elle n'a pas terminé sa 7e année, quittant l'école en Septembre à la suite d ela nouvelle de la disparition de son père.
▲Patronus : Une loutre grise . Agile, discrète, et maline.
▲Baguette Magique : Bois de saule et crin de licorne, 41 cm. Caracterielle mais efficace.
▲Particularité : Aucune. Si ce n'est un goût prononcé pour la désobeissance et la témérité un peu folle. Une sale gosse, comme on dirait, pourtant adorable.
▲Amortentia : L'odeur de lessive qui ne quittait jamais les chemises de son père, qu'elle retrouvait sans ses draps, ses vêtements, même les rideaux... il la suivait partout, la suit toujours partout.
▲Epouvantard : Une prison. Miniscule, au sol dur et froid, obscure et lugubre.

Je jure solennellement de faire usage du sortilège
Protego
pour servir ma cause

"Parlez-nous un peu de vous. Si vous deviez vous décrire en quelques mots que diriez-vous ?"
Et bien... je dirais discrète. Et determinée. Je n'aime pas beaucoup me faire remarquer. J'aime beaucoup être seule, aussi, le bruit me dérange et la foule me met mal à l'aise. Je sais ce que je veux, et je sais ce que je dois faire pour l'obtenir. Les obstacles ne me font pas peur, ils font partie de la vie, la rythme, lui donne de l'effet. Je sais pourquoi je suis ici, et ce que j'ai à faire, et croyez moi, ce sera bien fait. Je ne me suis laisserais pas dominer comme d'autre ce sont fait écrasé. Je ne suis pas une fourmis, et je ne suis pas idiote. Puis, je participe rarement aux combats, aux débats. J'essaie de ne pas trop attirer l'attention sur moi, je crois que c'est comme ça qu'on peut rester tranquille le plus longtemps. C'est ce qu'il veulent entendre, au gouvernement.En vérité, j'ai peur de mettre ma mère en danger... Mais je suis quelqu'un de têtue. J'ai vu les ravages d'un gouvernement comme celui ci. Je dirais que je suis une battante, ma mère m'a elevé comme ça. Elle m'a expliqué très tôt comment il fallait agir, ne jamais montrer ses faiblesse. Autrement, je suis de nature assez calme.... assez bavarde comme je me sens proche de quelqu'un. J'aime beaucoup la solitude, j'aime beaucoup lire, m'informer. J'ai un objectif et j'y pense toujours, sans arrêt. Ma mère pense que ça va me rendre folle comme ça le rendait fou, lui, papa. Mais je ne suis pas folle. Je sais ce que je dois faire, c'est tout, je ne m'arrêterais pas. J'essaie d'être souriante. Après tout, tous ne sont pas mauvais. Alors j'essaie de donner le meilleur de moi même chaque jour, les gens ont besoin de voir des sourires... Ils ont très vite fait de devenir aussi gris que le monde. Et lorsqu'une âme devient grise, elle ne revient jamais vraiment.

« Vous voila devant le miroir du Riséd, que pensez-vous y voir ? »
Je vois une famille. Unis. Ensemble. Qui n'a jamais été brisé par d'immondes connards. Je me vois... souriante. J'ai les cheveux longs, un grand sourire, je porte ma robe du dimanche. A ma gauche, ma mère, plus replète qu'aujourd'hui. Elle se porte bien, elle porte encore son alliance, elle aussi, elle sourit. Elle est jolie, bien apprêté, ses longs cheveux noirs remonté en un chignon élégant. A ma droite, je le vois, lui. Cela fait si longtemps que je ne l'ai pas vu, il est comme sur les photos. Je vois mon père, un large sourire aux lèvres. Nous dépassant toutes les deux d'une bonne tête et demi, il est frêle, mais il l'a toujours été. Il entoure les épaule de ma mère de son bras. Je me trouve au milieu, réchauffée par leur amour. L'image est brûlante d'amour. Rien ne semble pouvoir la détruire, ils ont l'air tellement heureux. Je suis plus joufflue qu'aujourd'hui, je dirais que je mange à ma faim. J'ai de jolis boucles d'oreilles, de jolies chaussures. Nous avons l'air d'une famille aisé.Mais surtout nous semble ensemble. Voila ce que j'y vois. Un rêve du passé qui ne se réalisera jamais. Certains aiment voir ce miroir. Moi je le deteste. J'ai l'impression de voir à la fois un souvenir, mais aussi une chose que je pourrais jamais obtenir. Et ca me met tellement en colère que je préfère m'en détourner. Je préfère les souvenirs de ma tête.

« Par chance, vous vous trouvez en présence des trois reliques de la mort, mais vous ne pouvez en choisir qu’une. Laquelle prendriez-vous ? »
Au premiers abord j'aurais envie de choisir la pierre de ressurection. Mais je ne le ferais pas, car je pense que la mort est quelque chose de trop abstraits, trop compliquée, trop maline surtout, pour qu'un simple artefact puisse la tromper. Je pense qu'on ne peut pas déjouer la mort, on ne peut pas ramener quelqu'un a la vie. Ce serait déjouer le destin, ainsi je pense que c'est celle des trois relique qui est la plus dangereuse, car elle ne peut pas donner quelque chose de reel.... Bien que j'aimerais de tout cœur que mon père revienne... Alors je choisirais la cape d'invisibilité. C'est un outil, qui pourrait me servir aisément dans mes objectifs. Je ne choisirais pas la baguette. Je comprend les motivations de ceux qui la convoite, mais elle est comme la pierre : c'est un bien pour un mal. Bien que je rêve de tuer ceux qui nous ont tant fait souffrir, j'ai du mal a imaginer le sang salir mes mains. Meme si je sais que je vais surement y être obligé. Je ne choisirais pas volontairement un objet pour asservir le monde. Ce même monde que je rêve de voir sortir de l'asservissement.
"Grindelwald domine l'Angleterre et la Bulgarie depuis 6 ans en quoi cela-t-il influé sur votre quotidien ?"
Officiellement, ça n'a pas eu grande influence. Nous n'avons jamais eu beaucoup d'argent. Vous voyez, en France pendant la guerre on a appris à vivre avec rien. Et c'est presque une bonne chose parce que ça nous a appris à nous suffire de pas grand chose. Alors ici, avec ma mère, on a pas grand chose. Un petit appartement, modestement meublé. Je suis surtout riche de mes livres, de mes articles, et de ces trucs que je découpe dans les journaux. Je les garde précieusement, cela me permet de me faire une image précise de ce qui se passe et de comprendre le vrai du faux. J'aime apprendre. On vit à deux, modestement, mais on s'en sort. Tant qu'on a de quoi manger. J'ai pas un salaire énorme, mais c'est toujours mieux qu'avant. Bien sur, on execre le gouvernement. Nous nous efforçons d'écouter la radio mais je dois bien avouer que nous finissons par la couper. Rien que les voix nous donne des frissons. Ca recommence, comme avant, a croire que rien n'a jamais été liberé finalement. Nous aurions du rester côté moldu... mais pour des sorciers, c'est trop difficile, notre quotidien est bien trop différent. Alors on se tais, ma mère et moi. On se tasse. On se fait discret. Mais nous agissons dans le secret.... Cette fois, nous ne resterons pas les bras croisé pour voir d'autre être bons partir injustement. Cette fois, nous voulons nous battre, cette fois nous nous battrons et nous gagnerons.

"Vous voyez un passant dans la rue se faire malmener par deux spaseni, serviteurs de grindelwald, que faites-vous ?"
Je me mord l'intérieur de mes joues jusqu'à sentir le goût métalisé du sang dans ma bouche. A chaque fois. C'est extrêmement difficile, mais je n'ai pas le choix. Je ne peux pas risquer de me faire arrêter, j'ai besoin d'être libre pour pouvoir agir contre eux. Alors je vais marcher sans regarder et attendre qu'il s'en aillent. Puis, j'irais à la rencontre du malheureux et je l'aiderais du mieux que je pourrais. C'est tout ce que je peux faire, je m'en veux, vous savez mais c'est un sacrifice a faire pour l'avenir.... Je prendrais la personne par l'épaule, comme je l'ai déjà fait, comme ma mère l'a déjà fait, et je l'inviterais à venir prendre le thé.... Ils ont besoin de réconfort. Cette vie est tellement injuste et difficile, les spaseni sont terrifiants, terrifiants et odieux. Ils faut que nous soyons tous solidaires...

▲ pseudo ou prénom : Mel.
▲ âge : 24 ans
▲pays : France
▲ Connexion : Tout les jours
▲ scénario ou inventé : Inventé.
▲ avatar : Felicity Jones
▲ Où avez-vous connu le forum ? : Par Margot
▲ quelque chose à rajouter : DC d'Helios :3
▲ crédits : Réponse ic


Dernière édition par Alice Leroy le Dim 25 Sep - 0:26, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Alice - La muse.   Mer 21 Sep - 21:20

Mudbloods and murmurs
citation de votre choix citation de votre choix citation de votre choix

Chapitre 1 : Nuit. 27 Septembre 1940.

L'air, il lui manque. L'air, elle le cherche. Elle ne peut plus respirer.
Soudain, elle se reveilla en sursaut. L'aube commencait à se lever dans le dortoir. Alice se redresse. Sa chemise de nuit lui colle à la peau, la sueur ruissele le long de ses cheveux, sa frange lui gouttant devant les yeux. Elle a le souffle court, les yeux grands ouvert, l'oeil hagard. Elle n'arrive pas a retrouver sa respiration. Elle ne sait pas pourquoi mais elle sent que quelque chose ne va pas. Elle jète un œil à l'heure, 7h56. Quelques filles ont déjà rejoint la cuisine pour le petit déjeuner. Mais elle n'ira pas. Elle sait que quelque chose ne va. Elle le sent. La peur commence à la faire frissonner. Des idées commencent à germer dans son esprit tandis qu'elle se lève d'un bond, prenant rapidement de quoi se vêtir. S'engouffrant derrière un paravent, elle s'habille à la tête obsedée par ce pressentiment qui lui fait mal au ventre. Elle jète un œil par la fenetre, soupirant. Elle ne comprenait pas pourquoi son père avait tant tenu à aller rendre visite à ses grands parents, dans le Paris moldu. Avec ce qui se passait, elle trouvait cela particulièrement irresponsable. Elle avait bien tentée de se faire entendre, mais du haut de ses 17 ans, et de sa crise d'adolescence bien amorcée, elle ne faisait pas face. Son père lui avait dit qu'on ne devait jamais abandonner ses parents, quel que soit le contexte et puis il refusait de faire venir sa mère dans le monde magique, cela la mettait mal a l'aise et la rendait malade. C'était l'air renfrognée qu'Alice était partie pour sa dernière année à Beauxbatons, le cœur serré malgré tout . Il savait ce qui pouvait se passer et pourtant... il aurait été tellement plus prudent que ses grands parents viennent vivre avec eux, côté sorcier. Côté sorcier, il n'y avait pas de guerre, il n'y avait pas d'Hitler... On ne pourchassait pas les juifs. Mais ils disaient être en sécurité. Après tout, eux étaient nés en France, ils pensaient n'avoir rien a craindre. Mais Alice l'avait vu, cet Hitler, dans le journée. Et rien qu'a voir sa photo, rien que d'y repenser, elle en tremblait encore de tout ses membres.

Elle se lava les dents à la hâte. Une ride inquiète commençait à apparaître sur son front. Elle fait signe à ses camarades d'un hochement de tête, s'empare de sa cape bleuté et descend les escaliers. Le jour inonde les couloirs par les grande baies vitré qui entoure le grand Chateau de beauxbatons. Au dehors, de nombreuses élèves profite de l'heure tardive de leur cours pour prendre le petit dejeuner dehors, dans l'herbe, à la vue des montagnes. Elles ont retiré leur capes, nous n'étions que fin Septembre et l'air était encore bon. Elle s'arrête. Elle a besoin de s'arrêter car la tête lui tourne. Elle ne comprend pas ce qui lui arrive, un cauchemar peut être. Alors elle releve le visage. Puis se met à courir. Elle lache son cartable, qui s'écroule à terre et se met a dévaler les escaliers, les couloirs, ouvrir les portes à la volée, grimper les marches quatre & quatre jusqu'à la volière. Là, elle cherche du regard le tiroir correspondant à son courrier. Vide. Elle tousse, la sueur perle sur son front. C'était un faux pressentiment. Tandis qu'elle se retourne, un hibou vient presque lui fouetter le visage. Elle pousse un juron etouffé, et attrape au vol une lettre blanche. Son cœur tambourrine alors qu'elle déchire le papier de l'enveloppe, le hibou lui mordant le poignet pour recevoir une sollicitation.

Ma chérie,
J'espère que tu vas bien, que tu profites du beaux temps, et de l'air encore bon. Je t'ai envoyé quelque confiseries, si le hibou ne les a pas fait tomber sur le chemin, il est un peu bête.
Je veux que tu me promette de rester à l'école malgré ce que je vais te dire, je ne veux pas que tu ressente tout ce qui se passe...
Ils sont venus les chercher cette nuit. Un nouvel ordre est tombé. Ils sont venus les prendre. Ton père, tes grands parents. La police est venue et les a emmené dans un camion. Mon cœur, ne t'inquiète pas trop. Il reviendront sans doute très bientôt. Je pense qu'ils veulent juste leur poser des questions, et quand il apprendront qu'il y a erreur, ils reviendront à la maison, et papa rentrera. Nous proposerons à grand père et grand mère de venir aussi, ça n'a vraiment l'air plus sur du tout par chez eux, si la police vient les voir. Ne t'inquiète pas, et travaille bien à l'école. Je te tiens au courant très très vite ma belle. Je t'embrasse très fort, et papa aussi, il pense surement fort à toi.
Maman.


La lettre tombe sur le sol. L'oiseau est parti, trop impatienté, surement. Ses yeux se remplissent de larmes alors qu'elle se retient au mur pour ne pas tomber. Elle savait que cela arriverait, elle n'avait pas confiance en ce Hitler. Elle se laisse glisser contre le mur, son cœur menacant de faire exploser sa poitrine. La décision était prise. Dès demain, elle rentrerait. Elle demanderait l'autorisation de rentrer chez elle. Elle refusait de laisser sa mère seule. Et puis, si son père rentrait, elle voulait être là pour l'accueillir et lui ordonner de revenir côté sorcier avec grand père et grand mère. Il n'aurait pas le choix après tout. Rassurée après cette pensée, la sorcière se releva, puis se dirigea vers le bureau de sa tutrice. Une fois à la maison tout irait bien. Elle était sure que sa mère avait raison, et qu'ils seraient rentré dans quelque jours. Elle allait aider sa mère jusqu'à ce qu'ils reviennent. Tout se passerait pour le mieux. Tant pis pour la dernière année, elle avait plus important à faire après, tout, elle était sûre que sa tutrice comprendrait.

Chapitre II : Gris. 18 Juin 1949

« Attention miss ! C'est qu'elles ont des siècles ces fichus echelles ! »
Alice se cramponne aux barreaux, jetant un œil au dessous, un sourire malin sur les lèvres. « T'inquiète pas, Thomas, j'ai l'habitude tu sais, quand tu vas t'enfermer dans ton bureau fumer tes cigares, je m'occupe de tout ! » Elle lui tira la langue et s'empare d'un gros volume sur la dernière etagère. D'un geste agile, elle pose son pied sur le rebord de la bibliothèque pour faire glisser l'echelle jusqu'à la prochaine rangée. La pile de livres lui pèse sur le bras, et la sueur perle sur son front. Mais ce n'était pas la première fois, et elle aimait l'odeur des livres. « Toi, fais attention à ce que tu dis, j'aurais vite fait de te virer tu sais ? » Elle range les deux gros volumes, puis redescend lentement jusqu'à poser le pied à terre. Elle regarde son patron, penche la tête sur le côté, et lui sourit. Son regard est teinté de défi alors qu'elle sauta à terre. « Ha oui ? Je suis ta seule employée, Tom, et tu ne trouverais personne d'aussi efficace que moi ». A cette phrase elle lui fait un clin d'oeil et lui passe devant sans ménagement. Ce dernier hausse les épaules. « Baaaah, t'as raison va... t'es pas bien futée, mais t'as le mérite d'être efficace, après tout. » Elle sourit en coin, bien que l'homme ne pouvait pas la voir. Elle ne répondit pas, et entendit la porte du bureau se refermer. Elle remit une mèche de cheveu derrière son oreille. Elle aimait bien son patron. Contrairement à beaucoup de femmes au travail, elle n'était pas exploitée, et il la traitait convenablement. Une fois, il l'avait invité à diner chez lui, avec sa femme et ses enfants, mais elle avait refusé. Elle était reconnaissante à Thomas de la traiter d'égal à égal et de ne pas la sous estimer parce qu'elle était une femme, mais elle ne voulait pas non plus qu'ils se lient trop d'amitié. En réalité, elle ne voulait pas d'ami. Elle avait un seul et unique objectif, et ce dernier necessitait de n'avoir aucune accroche.

Elle s'essuit rapidement le front d'un revers de main. Le travail d'assistant libraire était difficile pour une seule et unique employée. Mais Alice ne le changerait pour rien au monde. Elle n'était pas très bien payée, mais elle avait la paix. Son patron ne lui posait aucune question, la traitait convenablement, et lui faisait meme quelque primes lorsque son travail était très bien fait. Elle travaillait beaucoup, toute la journée, et portait des heures durant de lourds volumes. A contrario, elle pouvait, parfois, prendre des pauses dans le gros et moelleux fauteuil du fond et bouquiner pendant plusieurs minutes. Elle aimait cette ambiance. Ils n'avaient pas beaucoup de clients, les gens avaient autre chose a faire et leur boutique était beaucoup trop discrète. Et puis, pour être honnête, Alice préfèrait cela. Cela évitait d'attirer trop l'attention sur eux, et puis sur elle. Elle voulait se fondre dans la masse, surtout depuis qu'elle menait ses petites activités a côté...

Au début, elle y croyait pas trop. Sa mère disait qu'elle allait a un espèce de club. Plus tard elle avait compris que c'était pas un club du tout. Et qu'il était même très, très très illégal, comme club. Elle avait un peu râlé, disant que si elle était découverte, ils mourraient pour rien. Mais elle s'était vite prise au jeu. Lux, comme ça s'appelait. C'était pas très gros, voire pas organisé du tout même. Mais ca avait l'avantage d'être honnete et de savoir ce que ça voulait. Alice avait enfin trouvé ce qu'elle cherchait. Un but à sa vie. Une manière, enfin, de changer le monde. Lasse de vivre dans des dictature, elle était determinée à ce que cela change une bonne fois pour toute. Et si elle devait y laisser sa vie, elle savait qu'elle ne rejoindrait pas son père en vain.


Dernière édition par Alice Leroy le Dim 25 Sep - 0:05, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Morsmordre
Parchemins :  360
Crédits :  india / neon demon
 
Âge :  26 ans.
Sang :  Pur.
Allégeance :  Mangemorts.
Profession :  Rentier ; explorateur à la retraite forcée ; membre et mécène de l'association pour la sauvegarde du patrimoine magique et historique sorcier (Kelpie)
Ancienne école :  Poudlard ; Serdaigle.

Priori Incantatem
am i free?: yes
Inventaire:
code couleur: #B50054
http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t506-abel-the-monster-i-ve-become http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t500-abelam-the-monste
MessageSujet: Re: Alice - La muse.   Mer 21 Sep - 21:40

Re-bienvenue
Hâte d'en savoir plus sur cette demoiselle





« Boy with a broken soul, heart with a gaping hole. Dark twisted fantasy turned to reality. Kissing death and losing my breath. Midnight hours cobble street passages. Forgotten savages, forgotten savages ».

Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Alice - La muse.   Mer 21 Sep - 22:01

Rebienvenue parmi nous !
Felicity Jones, excellent choix !
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Alice - La muse.   Mer 21 Sep - 22:40

FELICITY MON BEBE D'AMOUR DE MA VIE (je la joue aussi )

Re-bienvenue, sois à la hauteur (nan j'déconne What a Face )
Revenir en haut Aller en bas


Melpomène Lestrange
live like legends
avatar
live like legends
Parchemins :  3965
Crédits :  Tearsflight (avatar), LAZARE (codage signature), MØRK (gif profil + signa)
 
Âge :  25 ans à se battre pour le pouvoir.
Sang :  Le sang des Black est pur, ode irrévérencieuse à la noirceur de leurs âmes, liquide vermillon qu'ils ne sauraient gaspiller. Sang royal où se mélange magie noire, ambition incontrôlée et soif de pouvoir.
Allégeance :  Marque des Ténèbres assumée, Melpomène fait partie des Mangemorts. Loyale servante depuis les premières heures de Voldemort.
Profession :  Melpomène travaillait autrefois à la morgue, embaumant derrière elle les secrets des siens. Aujourd'hui fugitive.
Ancienne école :  Poudlard dans une maison bordée d'émeraude - berceau de rencontres qui ont changé le cours de sa famille et qui ont façonné un destin aussi sombre que son patronyme.

Priori Incantatem
am i free?: no
Inventaire:
code couleur: #CF8C8C
http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t107-melpomene-child-of-the-night http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t77-melpomene-uprising
MessageSujet: Re: Alice - La muse.   Jeu 22 Sep - 7:56

Mon chat, re-bienvenue par ici
j'ai hâte de lire Alice (jotem)


uprising
You will hear thunder and remember me, And think: she wanted storms. The rim Of the sky will be the colour of hard crimson, And your heart, as it was then, will be on fire.
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Alice - La muse.   Jeu 22 Sep - 13:09

Felicity, jolem tellement d'amour
Re-bienvenue
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Alice - La muse.   Jeu 22 Sep - 16:40

Rebienvenue parmi nous
Bonne rédaction de fiche
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Alice - La muse.   Jeu 22 Sep - 18:57

Rebienvenue parmi nous ma belle
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Alice - La muse.   Sam 24 Sep - 19:58

Rebienvenue avec cette beauté. Bon courage pour ta fiche.
Revenir en haut Aller en bas


Melpomène Lestrange
live like legends
avatar
live like legends
Parchemins :  3965
Crédits :  Tearsflight (avatar), LAZARE (codage signature), MØRK (gif profil + signa)
 
Âge :  25 ans à se battre pour le pouvoir.
Sang :  Le sang des Black est pur, ode irrévérencieuse à la noirceur de leurs âmes, liquide vermillon qu'ils ne sauraient gaspiller. Sang royal où se mélange magie noire, ambition incontrôlée et soif de pouvoir.
Allégeance :  Marque des Ténèbres assumée, Melpomène fait partie des Mangemorts. Loyale servante depuis les premières heures de Voldemort.
Profession :  Melpomène travaillait autrefois à la morgue, embaumant derrière elle les secrets des siens. Aujourd'hui fugitive.
Ancienne école :  Poudlard dans une maison bordée d'émeraude - berceau de rencontres qui ont changé le cours de sa famille et qui ont façonné un destin aussi sombre que son patronyme.

Priori Incantatem
am i free?: no
Inventaire:
code couleur: #CF8C8C
http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t107-melpomene-child-of-the-night http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t77-melpomene-uprising
MessageSujet: Re: Alice - La muse.   Dim 25 Sep - 0:21

Félicitations !
bienvenu(e) sur Mudbloods & Murmurs

tes premiers pas parmi nous
Alice est trop mimi, ce petit chat quoi  J'ai hâte de la voir jouée en tout cas, elle a l'air toute douce  
Et puis de toute façon ta plume se lit toujours aussi facilement c'est un plaisir  



Tout d'abord félicitations et bienvenu(e) sur Mudbloods & Murmurs!

Maintenant que ta fiche est validée, il te reste juste quelques petites étapes avant de pouvoir commencer à RP parmi nous! Tout d'abord, n'oublie pas de vérifier dans le bottin des avatars que ton avatar t'a bien été réservé, ainsi que dans les différents listings, afin de vérifier que tu es correctement recensé. Il est également obligatoire de passer remplir les quelques informations dont nous avons besoin dans ce sujet de recensement. Tu n'auras ensuite plus qu'à créer ta fiche de liens afin de pouvoir commencer à trouver toutes sortes de liens plus farfelus les uns que les autres avec les autres joueurs  

Mais par dessus tout n'oublie pas de t'amuser et de prendre du plaisir à RP. On a hâte de lire toutes vos histoires et on cale d'ors et déjà un bisou sur vos fesses. N'oubliez pas qu'en cas de question/demande ou quoi que ce soit d'autre, tout le staff est à votre disponibilité par MP, chouette, beuglante ou crieur
CORRUPTION WILL HAUNT YOU ↓ MUDBLOODS AND MURMURS


uprising
You will hear thunder and remember me, And think: she wanted storms. The rim Of the sky will be the colour of hard crimson, And your heart, as it was then, will be on fire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin
Parchemins :  274
Crédits :  Marge (ava) / Solosand (code signa)
 
Âge :  34 ans
Sang :  Sang-mêlé
Allégeance :  Lux
Profession :  Archéologue - Conférencière
Ancienne école :  Poudlard ~ Gryffondor

Priori Incantatem
am i free?: yes
Inventaire:
code couleur: #8E2653
http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t603-prudence-i-cannot-and-will-not-cut-my-conscience-to-fit-this-year-s-fashions http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t538-prudence-a-descom
MessageSujet: Re: Alice - La muse.   Dim 25 Sep - 1:43

Maw, elle est toute mignonne cette petite Alice ♥️ Je trouve que l'avatar est on ne peut mieux choisi pour le caractère que tu lui as donné
En tous les cas, jolie fiche Je réquisitionnerai un lien avec Prue !


AS I BLEED, I KNOW I'LL BLEED AGAIN
I'm trying, I'm trying to sleep, I'm trying, I'm trying to sleep, But I can't, but I can't when you all have, Guns for hands Twenty One Pilots

Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Alice - La muse.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Alice - La muse.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jasper & Alice Forever
» Alice Blood [Attente de Réponse]
» Alice Cullen
» Fiche technique ; Muse sait aussi se battre... Quand elle veut ... [EN COURS]
» Alice always lost... [Validée]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: