Soutenez le forum
Votez pour M&M sur les top-sites et faîtes passer le mot!
Bazzart - PRD.
Ecoulement du temps
Nous sommes actuellement en septembre 1952
Sixième version du forum
On vous donne rendez-vous ici pour vous tenir au courant des dernières nouveautés!

 | 
 

 (Anastas) Go row the boat to safer grounds

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: (Anastas) Go row the boat to safer grounds   Jeu 29 Sep - 3:16

TOBY
&
ANASTAS
My ears can hear and my mouth can speak. My spirit talks, I know my soul believes.


Silence. "Je préférerai qu’on aille chez toi." Les rauques de sa voix chargés de bière se propagent dans l’espace qui les sépare. Un petit rire résonne, la créature féérique bat des cils mais insiste. S’il la veut, il doit la conduire chez lui. Frustré, Tobias sait que c’est une mauvaise idée. Il jouit d’assez de libertés comme ça déjà, il n’oserait jamais demander au Rowle s’il est possible de ramener de la compagnie. Ce n’est décidément pas une nuit où la veine paraît être de son côté. Les astres semblent être en sa défaveur. Leur éclat dans la voûte céleste le nargue sournoisement et semble lui communiquer un dédain certain. Déjà rejeté par les regards dégoûtés qui se portent sur la rune arborée par son accoutrement, il avait espéré qu’au moins la seule que ça ne semble pas déranger ne poserait pas problème. Il a besoin de distraction, d’oublier, de s’oublier. Noyer sa peine entre des jambes pour se sentir revivre. Pour reprendre le contrôle de sa vie, jouir de plaisirs éphémères pour calmer sa colère.  Elle n’est pas si belle que ça. Elle n’est pas si intéressante non plus. Il a suffi de lui donner un peu d’attention, feindre une sorte d’intérêt pour qu’elle accepte volontiers d’écarter les cuisses. En soi, il s’en mordrait les doigts d’être tombé si bas. Il mérite mieux, tellement mieux. De toute façon, après la reine des glaces, elles font toutes pâle figure. Son cœur s’offusque à cette pensée intruse et soubresaute aux souvenirs qu’elle entraîne. C’est d’un revers de la main mental qu’il vire toute ineptie de son cerveau, se concentrant sur la proie à conquérir. Une énième femme qu’il oubliera le lendemain au réveil. Tentant le tout pour le tout, pari risqué mais qui pourrait s’avérer gagnant, il lui offre son sourire le plus charmeur avant de s’aventurer en terrain dangereux. "On peut prendre une chambre pas loin d’ici, sinon. Ça me parait un bon compromis." Il ne sait pas si c’est dû à l’hypothèse comme quoi il serait visiblement un clochard. Ou encore si c’est parce qu’elle a enfin réalisé la présence de la marque qui fait qu’il n’est pas vraiment le bienvenu dans ces lieux. Il ne sait pas si elle a compris qu’il est un vulgaire lié, l’ombre de lui-même, un ancilla délesté de sa fierté. En tous cas, le contenu de son verre finit sur un Toby qui réalise l’erreur qu’il a commise. Les cheveux qu’il aime tant puent l’alcool désormais.

La situation n'a pas seulement frôlé l'absurde. Elle l'incarne à souhait. "Putain." Le juron s’échappe de ses lèvres entrouvertes, alors qu’il juge de l’état de sa veste en cuir. Il retire cette dernière en maudissant sa mauvaise étoile de ce soir, essaie de rattraper le coup avec de l’eau. Son mécontentement est si grand, il pourrait ficher son poing dans le miroir s’il ne savait pas quel genre d’ennuis l’attende au tournant. Il serait peut-être mieux chez son garant. Un animal en cage, qui n’a pas à souffrir d’énièmes humiliations à l’extérieur. Lui qui se réjouissait à la perspective d’avoir le contrôle sur certains de ses mouvements, le voilà désespéré. Il quitte le bar, sort une cigarette moldue et l’allume à l’aide d’un sortilège. Sortir un briquet dans les environs ferait plus froncer des sourcils qu’autre chose, bien qu’il n’y ait pas foule pour le remarquer. Un hurlement étouffé retient son attention, et sa curiosité le met aussitôt aux aguets. D’une démarche féline, il se dirige vers l’origine, commençant à distinguer de plus en plus ce qui se trame dans les ombres. "Eh. EEH !" qu’il hurle en comprenant. Peu soucieux de la discrétion, rendant fier les Gryffondor auxquels il n’appartient pas de par son courage, il tient à en avoir le cœur net. Devant lui, un de ces spectacles odieux sur lesquels on ne voudrait pas tomber. Un soûlard, affairé à déshabiller une jeune femme qui pourrait être sa fille. Un vieux personnage dégoûtant, qui fait hérisser ses poils et qui se retourne vers la source de lumière déplaisante. Sa mauvaise humeur est tellement flagrante que Toby n’attend même pas un signal pour le désarmer. La rage éclot en fleurs pourpres dans ses veines avides de justice. Sa main tremble alors qu’il se retient d’en finir avec cette monstruosité. Ce dernier lui donne l’occasion d’évacuer sa fureur en cherchant à atteindre la baguette de sa victime, et le sang-de-bourbe ose s’insurger. "Stupéfix !" La masse s’écroule près d’une personne encore traumatisée par ce qui aurait pu lui arriver. Il court en direction de la blonde et la couvre de sa veste malgré l’état dans lequel elle se trouve. Un bruit derrière lui le surprend, et il se lève, le regard menaçant, arme brandie en direction du nouveau venant. "Qui va là ?" Généralement, ces êtres sans foi ni loi opèrent seuls. Mais l’idée d’un complice n’est pas à exclure, dans ces terres où rôde l’anarchie.
CODAGE PAR AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
 
(Anastas) Go row the boat to safer grounds
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Rèl kay Makorèl: sanble nou gen boat people ki peri nan Boyton
» Boat-people: L'etat ne peut rester les bras croises
» « Sunrise Boat » - Partenariat.
» → rhejàn enevskar; we gonna rock the boat. {u.c.}
» Fight for Haiti: Boxer goes from boat refugee to Olympics contender

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: