Soutenez le forum
Votez pour M&M sur les top-sites et faîtes passer le mot!
Bazzart - PRD.
Ecoulement du temps
Nous sommes actuellement en juillet 1952
Cinquième version du forum
On vous donne rendez-vous ici pour vous tenir au courant des dernières nouveautés!
Intrigue n°4
Venez vous faire entendre au Ministère, au Chemin de Traverse ou à Poudlard.

 | 
 

 Cerseï ✧ « a song of light & darkness. »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Cerseï ✧ « a song of light & darkness. »   Mer 23 Nov - 15:20

Cerseï Hela Draganov
« Fear of a name increases fear of a thing itself. »


A little taste of magic on your lips
▲ Nom : Draganov ✗ Le sang fou, le sang maudit par la violence, la ruse, la traitrise. Le sang de ceux qui sont prêts à tout pour un peu de pouvoir, égoïstes et cruels. La pureté dégénérée de ces hommes qui n'ont pour limite que leur propre survie, envers et contre tous.
▲ Prénom :  Cerseï ✗ Dérivé de Circé, la sorcière si habile, charmeuse mortelle, ensorceleuse talentueuse, empoisonneuse à ses heures, considérée comme une Déesse à part entière. Cerseï, au tréma masculin parfaitement assumé, à l'aspect unique et si éloignée de cette Bulgarie natale. Hela ✗ manque caractéristique de finesse dans le dureté de son identité, qu'elle tient de la déesse des morts, entre vie et trépas, entre ombre et lumière.
▲ Date et lieu de naissance : 24 Décembre / 24 ans ✗ Venue au monde à Sofia, en Bulgarie, une veille de Noël glaciale pour meurtrir les années suivantes, blesser cette famille qui n'en était pas une, déchirer le peu d'unité qu'ils avaient.
▲Nature du sang : Sang-pur ✗ Et qui oserait en douter se prendrait la riposte acerbe d'une sorcière qui n'a nulle honte de ses origines quand bien même son nom ne rime qu'avec indifférence et douleur.
▲Profession : Langue-de-Plomb ✗ Croyez bien que pour une femme, ça n'est pas chose facile. On juge, on scrute, on attend une erreur, on rabaisse souvent mais elle se tient là, droite et silencieuse, parce qu'elle a appris avec le temps à ne jamais plier face à l'adversité. Elle aurait pu choisir d'être simplement Oubliator, de rester dans des sphères plus ou moins accessibles. Elle a préféré la complexité, elle a préféré subir et se prouver qu'elle en était capable.
▲Statut matrimonial : Célibataire ✗ Qui voudrait d'elle ? Qui voudrait de cette femme un brin inquiétante qui observe plus qu'elle n'agit, qui refuse d'être relayée au simple rang de femme au foyer ? Oh bien sûr, elle aimerait une famille mais nul n'a jamais prouvé qu'être mère était incompatible avec une carrière, n'est-ce pas ? Pour l'heure, seules les mondanités peuvent forger les alliances.
▲Ancienne maison (ou école pour les bulgares) : Durmstrang ✗ Elève talentueuse mais quelque peu effacée qui aurait pu briller si elle n'avait pas opté pour une discrétion caractéristique des traitements qui lui furent infligés, dans l'ombre du manoir familial.
▲Patronus : C'est un Sombral ✗ qui prend forme lorsqu'elle parvient enfin à trouver un souvenir suffisamment heureux pour que le corps se dessine au coeur du sortilège lumineux, malheureusement il ne saurait persister, privé des beautés de l'amour qu'elle n'a pas eu. Qu'elle n'aura sans doute jamais plus.
▲Baguette Magique : réponse ici
▲Particularité : Elle est Métamorphomage ✗ une faculté qui lui offre indéniablement quelques privilèges au sein de la société, parce qu'elle a choisi d'offrir ses services au Ministère, parce qu'être une femme est un handicap mais avoir un don est un avantage. Elle souffre toutefois de Stigmates magiques ✗ infligés par la noirceur d'une magie instable, marquant sa peau, brûlant sa raison, anéantissant ses forces de façon périodique. Elle doit à son père ces dessins sombres, qu'elle dissimule parfois avec des sortilèges, à l'intérieur du poignet, dans le creux des reins et sur l'omoplate.
▲Amortentia : réponse ici
▲Epouvantard : répondez ici

Je jure solennellement de faire usage du sortilège
Morsmordre
pour servir ma cause

"Parlez-nous un peu de vous. Si vous deviez vous décrire en quelques mots que diriez-vous ?"
répondez en au moins 6 lignes

"Grindelwald domine l'Angleterre et la Bulgarie depuis 6 ans en quoi cela-t-il influé sur votre quotidien ?"
répondez en au moins 6 lignes

"Vous voyez un passant dans la rue se faire malmener par deux spaseni, serviteurs de grindelwald, que faites-vous ?"
répondez en au moins 6 lignes

« Vous voila devant le miroir du Riséd, que pensez-vous y voir ? »
répondez en au moins 6 lignes

« Par chance, vous vous trouvez en présence des trois reliques de la mort, mais vous ne pouvez en choisir qu’une. Laquelle prendriez-vous ? »
répondez en au moins 6 lignes

▲ pseudo ou prénom :  WICKED WITCH.
▲ âge :  24 ans.
▲pays :  France.
▲ Connexion  :  3/7 minimum.
▲ scénario ou inventé :  Inventé sur la base d'une lignée disponible.
▲ avatar :  Emilia Clarke.
▲ Où avez-vous connu le forum ? : Par Bazzart, et comme c'est une refonte, j'étais déjà là
▲ quelque chose à rajouter :       
▲ crédits :  Avatar Tearsflight, Gifs Tumblr.
CORRUPTION WILL HAUNT YOU ↓ MUDBLOODS AND MURMURS


Dernière édition par Cerseï Draganov le Mer 23 Nov - 18:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Cerseï ✧ « a song of light & darkness. »   Mer 23 Nov - 15:20

Mudbloods and murmurs
petite citation




ACTE I. « Citation. »
- Titre, Auteur.

Une fille. C’est inutile, une fille. Ca n’est qu’un vulgaire pion sur l’échiquier du pouvoir. Il n’y a que le sang qui compte. Il n’y a que le sang qui éveille au fond des pupilles de cette lignée un tant soit peu d’intérêt. Il n’y a pas d’amour, seulement l’ambition et la survie, cette haine qui ronge, dévore et tue. Poupées de perfection, les filles ne sont qu’une chair à vendre, couveuses charmantes qui ne crachent aucun venin, n’est-ce pas ? Cerseï devait être de ces créatures fragiles dont on attend obéissance et soumission. Elle devait plier sous la volonté d’un tyran de père. Ca ne fut jamais le cas. Le blanc de ses cheveux se révélait déjà entorse aux habitudes, son caractère revêche ne fut que la goutte d’eau pour faire déborder le vase de la violence. Petite voleuse de savoirs. Elle avait l’esprit ouvert au monde, la soif de connaissances sans les limites d’une société patriarcale et réductrice. A six ans, elle se faisait taper sur les doigts après avoir subtilisé dans la bibliothèque un quelconque ouvrage qu’une enfant, qui plus est du sexe faible, ne devait pas avoir entre les mains. Machisme assumé. Discipline de fer infructueuse. Cerseï ne consentait pas aux excès de ses parents, elle s’opposait déjà trop tôt à ne pas exister - rabaissée, elle ne baissait le nez que pour mieux le relever. De ses soeurs, elle était peut-être celle dont on désirait le moins la présence. A l’arrivée de la benjamine, elle a montré un instinct protecteur d’autant plus dérangeant qu’il accentuait la révolte, le désir de briser les chaînes - et les coups remplacèrent les cris de colère. Les larmes de la gamine ne brisaient pas le carcan silencieux d’une demeure froide. L’affection se mérite, Cerseï n’en était plus digne chaque fois que les paroles virevoltaient d’insolence. Je ne serai jamais votre chose.

Eliminer les gêneurs est une tradition, éliminer un enfant n’est pas possible, pas sans questionnements, pas lorsque la pureté de l’hémoglobine exige tradition et ruse. Alors on ne tue pas, on brise. Il n’y a rien que les noires arcanes de la magie ne sachent briser, détruire, formater. On retire l’âme et la volonté à la petite chose trop proche de devenir une femme. Elle avait treize ans lorsque sa peau fut marquée du premier symptôme, dessin sombre sur l’épiderme de lait, esquisse sur le cou gracile. Les plumes du cygne blanc se teintent de noir. Et tandis que le père se persuade de la nécessité de ses sortilèges, qu’il prend malgré lui plaisir à la souffrance de ce qui menace l’intégrité de son autorité, la jeune sorcière goûte pour la première fois à une puissance qui ronge la raison sur son passage. Elle veut savoir, elle veut apprendre.

L’AÎNEE - « Cerseï.. »
LA REBELLE - « Non. Je n’ai pas besoin d’aide, je vais bien. »

Des mensonges débités avec assurance, droit dans les yeux, sans ciller, alors que saigne le coeur blessé par l’homme qui aurait dû vouloir la protéger, vouloir son bonheur. Au corps replié sur lui-même dans le silence d’une chambre, à l’enveloppe charnelle qui absorbe des forces qui le dépassent, l’esprit ne survit pas. Contrainte, elle se tait. Rien ne sort d’entre les murs de cette famille bouffée par les complots internes. Ils ne connaissent pas l’amour. C’est un concept dont Cerseï ne connaît rien. Une valeur défaite de son sens au profit de l’ambition, au profit d’une autorité déviante. Et si elle devait s’y brûler les ailes, tant pis, Cerseï refusait de s’y soumettre à jamais. Il paierait un jour le prix de sa violence.

…✁…

Le rouge de la colère sur la longue chevelure. Le rouge de la rancoeur, qui un jour deviendrait également le signe de la passion. A ce stade, ça n’était jamais que le témoin de ses émotions, de cette haine qui pulsait déjà dans ses veines. On aurait pu croire que la métamorphomagie aurait été source de fierté, talent rare et parfois convoité, parfaite monnaie d’échange pour marier une fille un peu trop encombrante, toutefois dés son plus jeune âge, Cerseï a montré un caractère indomptable. Le blanc qu’elle arborait à la naissance n’était qu’une toile vierge où se déposaient les couleurs de son coeur révolté. Rouge du sang qu’elle aurait aimé faire couler la première fois où il a levé la main sur elle. Pouvait-elle mentir ? Pas si jeune. Elle n’avait pas de professeur dédié à cette maîtrise, elle n’était que l’esclave de cette étrange magie qui la rendait d’autant plus différente - trop remarquable selon son père, surtout sur la fourberie de ce regard plein de défis. Ne pouvait-elle donc pas être une gamine bien docile comme on les aime ? Merlin savait combien le père détestait qu’on lui tienne tête, qu’on remette en question sa légendaire autorité. Tyran avait-elle osé souffler, une fois, et le bleu s’était mis à parer l’enveloppe charnelle, de la racine des cheveux sur la peau blessée par la violence de celui qui osait encore se réclamer comme leur géniteur à tous. Elle a compris ce jour-là l’utilité de son don, elle a compris qu’en le disciplinant, elle serait plus forte, elle pourrait cacher au monde les actes de ce monstre et, peut-être, les retourner contre lui. Pour protéger ses soeurs, elle aurait donné n’importe quoi, elle aurait donné sa vie, et pour les bêtises de sa cadette, elle a un jour subit les représailles, sous une apparence qui n’était pas la sienne. Elle a maîtrisé, cette fois, elle a contrôlé pour le bien de sa cadette, elle a tenu bon en puisant dans tout ce qu’elle avait d’amour et d’affection, pour mieux s’effondrer quelques heures plus tard. Métamorphomage, était-ce une bénédiction ou une malédiction ? Dans les extrêmes limites, la jeune Cerseï avait su prendre en main ses facultés, elle avait fait de la magie son alliée mais au-delà, pour son propre bien, elle s’était toujours révélée incapable d’entrevoir pleinement les multiples facettes.

Blanc, comme la pureté. Blanc, qu’elle finit par assumer, en dépit des conseils de celle qu’elle devait nommer « mère », parfois à contrecoeur face à l’indifférence qu’elle démontrait. En se jurant de ne plus plier, de ne plus être le jouet de la fortune, Cerseï avait gagné en assurance, capable de sourire en toutes circonstances, lentement devenue maîtresse dans l’art d’imiter une expression en public tandis que son âme ressentait tout autre chose. Certes, le stratagème avait ses failles et ne durait encore que peu de temps mais quand le myocarde chavirait, elle glissait dans la foule, volait le visage d’une autre pour échapper aux regards et déverser sa peine à l’abri des mondanités, des rumeurs, des scandales. Elle aurait des regrets. Elle aurait toute sa vie l’impression de ne pas contrôler, de n’être que le réceptacle vide d’un pouvoir qui pourrait être tellement plus entre les doigts d’une autre mais elle était née ainsi, le destin avait voulu faire de cette fillette malmenée une palette de teintes aussi complexes que son caractère lui-même. Elle ne pouvait refuser le cadeau de la nature, celui-là même qui ferait tourner la chance en sa faveur, des années plus tard, en croisant le regard bleu d’un homme plein de charme, fasciné par les mystères. N’était-elle pas, dans ses paradoxes, un doux mystère ? Qu’elle soit blonde, brune, rousse ou qu’elle prenne l’éclat pur de sa réalité, elle n’en restait pas moins une rose à cueillir, blanche comme la neige, des épines arrachant les perles sanguines aux malheureux arrogants.

ACTE II. « A million thoughts in my head, Should I let my heart keep listening 'Cause up 'til now I've walked the line, Nothing lost but something missing. »
- If Only, Descendants.

Ne me fais pas honte, a-t-il répété une dernière fois avant d’entrer dans la somptueuse demeure où se déroulait la réception. Elle avait seize ans, une cascade de cheveux blancs tombant sur ses épaules et des yeux d’un bleu intense. Elle attirait les regards, tantôt curieux tantôt réprobateurs, parfois désireux. Grandir dans l’adversité forgeait le caractère, et cette sorte de fragilité qu’elle dégageait avait une étrange tendance à retourner les hommes sur son passage. Elle est élégante et gracieuse, elle a ces gestes délicats et ces sourires charmants mais un esprit vif également, comme si elle avait eu à coeur de devenir une perfection capable de rendre son père fou de rage. Elle savait se glisser habilement derrière un sorcier qui lui plaisait pour souffler, dans son dos, un trait d’esprit ou un compliment détourné, elle savait offrir ses yeux de biche et accepter une danse. Ne me fait pas honte, ça résonnait toujours dans sa tête, elle n’en oubliait jamais le risque inhérent et, ainsi, elle ne lui causait pas de torts. Enfant malheureuse cherchant un peu d’amour, quelque soit la manière, quelqu’en soit la forme. Carence affective qui ronge son coeur meurtri.

Est-ce qu’elle souffre, la jolie poupée ? Est-ce qu’elle a mal ? Est-ce qu’elle trouve du plaisir dans la révolte qui couve, dans les répliques insolentes ? Elle se tient droite face à cet homme sans âme qui lui sert de père, qui noircit sa lumière. Elle a ce désir ardent de le détruire, de le faire tomber, de libérer sa petite soeur de son emprise, et elle prend les coups en silence, en serrant les dents, en se mordant la lèvre.

LA REBELLE - « Vous êtes peut-être un monstre mais je vous surpasserai, un jour, pour le plaisir de vous voir tomber. »

Elle avait craché les mots dans une ultime offense, la longue chevelure blanche se teintant lentement d’un noir d’encre. Il a brisé la chose innocente, il a cassé le jouet plein de bonté, et si l’on dit que les hommes de cette famille ont la folie dans l’hémoglobine, elle a désormais le mal gravé à même la peau.. et aucune envie de s’en défaire, brûlure amère qui lui rappelle ses origines. Ca n’est qu’une femme, lui a-t-il répété, elle n’y peut rien, elle n’y pourra jamais rien, et le rire moqueur a trouvé son échos entre les murs du manoir. Qu’il se délecte encore de son petit pouvoir, sa vengeance sera d’une cruauté sans fin. Elle ne veut pas le voir mourir, oh non, elle veut l’enchaîner à la contemplation de son empire effondré, à feu et à sang.


CORRUPTION WILL HAUNT YOU ↓ MUDBLOODS AND MURMURS


Dernière édition par Cerseï Draganov le Mer 23 Nov - 17:50, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Cerseï ✧ « a song of light & darkness. »   Mer 23 Nov - 15:20

Mudbloods and murmurs
petite citation




ACTE III. « And I bleed when I fall down, I'm only human And I crash and I break down. Your words in my head, knives in my heart. »
- Human, Christina Perri.

Elle s’est effondrée. L’enveloppe charnelle s’est effondrée sur le sol du Ministère de la Magie, poupée de chiffon malmenée par la vie. On a pu dire bien des choses sur cet évènement, qu’une femme ne pouvait assumer des responsabilités, qu’elle avait peut-être un secret honteux à cacher, une grossesse à dissimuler. Sainte-Mangouste a bien vite découvert que la gamine était bien plus résistante qu’il n’y paraissait, les marques sur sa peau se révélant imbibées d’une magie sombre et particulièrement instables. La convalescence n’a duré que quelques jours, voyant les médicomages impuissants elle a choisi de retourner à ses ambitions, à son travail. Elle n’est qu’un être humain, après tout, elle faiblit parfois, elle souffre souvent, elle pleure même des fois mais le temps passant, elle apprenait à se détacher au maximum de ses faiblesses, soufflant sur la malchance, écartant allègrement les obstacles sur son chemin. Elle a enjambé le premier cadavre de son existence avec une assurance déconcertante, abandonnant l’audacieux qui avait cru pouvoir profiter d’un instant de flottement pour glisser les doigts sur la peau pâle. Vulgaire impureté, crasse du bas Londres, être insignifiant basé sur ses uniques désirs primaires.

Non pas qu’elle en soit dépourvue, n’est-ce pas ? Elle est jolie, lui dit-on, et le sourire en coin murmure mille promesses. Personne pour lui passer la bague au doigt, personne pour l’arracher à cette nouvelle liberté, pas même son géniteur qu’elle défie chaque fois que les escarpins résonnent dans le manoir familial.

LE PERE - « Tu vas rentrer à la maison et retrouver ta place. »
LA REBELLE - « Et comment comptez-vous vous y prendre, père ? Vous n’avez aucun pouvoir sur le Ministère, pas tant que je fais correctement mon travail. J’ai peut-être l’intelligence dont vous êtes cruellement dépourvu. ».

Et plus elle cherchait à se défaire de l’emprise de Timoteï, plus elle se laissait happée par ces travers qui les unissaient. Elle n’avait peut-être pas la violence sanglante et salissante mais Cerseï n’était pas dépourvue de démons intérieurs, mordant avec ferveur dans la pomme de ses remords. Qu’étaient-ils sinon des sentiments ? S’ils prenaient momentanément le pouvoir, dans l’obscurité de sa charmante sa charmante demeure, c’était bien parce qu’elle n’avait personne à aimer. Des amants, oui, de passage. Elle était critiquée pour cette intolérable indépendance dans une société patriarcale mais elle se fichait des murmures, elle s’en nourrissait même, un sourire narquois, les ongles aiguisés et le regard perçant. Elle osait dire à ses détracteurs qu’elle pouvait être aussi homme qu’eux, s’il leur suffisait de cela pour calmer les blessures de leur ego. Elles se comptaient sur les doigts d’une mains, ces femmes qui osaient défier l’autorité, et si Cerseï avait été stupide, alors elle n’y serait jamais parvenue. C’était cette envie de connaître le monde qui l’aidait, qui l’avait extirpée de sa condition d’enfant maltraitée. Si on la traitait de prostituée, elle n’hésitait pas à persifler qu’elle n’avait nul besoin de faire payer ses charmes pour exister. Intriguante bulgare à l’accent quasi inexistant, fondue dans la population anglaise avec brio. On souffle certes encore Draganov sur son passage, pour peu de temps elle l’espérait. Une alliance pourrait la sécuriser, pourrait tout simplement détruire ses chaînes, pour toujours et à jamais. Frileuse malgré tout du tempérament peu fiable des hommes, elle se contente de cette solitude étouffante, le nez dans toutes sortes d’ouvrages. Elle a l’histoire dans le coeur, elle a cette envie de connaître le passé, les mystères des civilisations sorcières d’autrefois, ses paumes jouant de savantes partitions sur d’antiques artefacts. Comprendre les moeurs d’antan et creuser les secrets, voilà quel était son rôle, voilà quel était son domaine premier.

PENSINE.
Ils n’avaient rien soupçonné. L’homme aux yeux bleus avait passé les tests, il était parvenu au bout du recrutement, même si son identité avait laissé un flou, une sorte de donnée dérangeante. Pourquoi un sang obscur aux origines incertaines pourrait-il prétendre à cette fonction ? Et pourtant, il avait du talent. Il maniait la magie avec précision, les artefacts inconnus avec prudence, il ne faisait pas d’erreurs stupides, d’actes irréfléchis de débutant. Il avait cette assurance dérangeante et ces charisme qui faisait tiquer les plus sceptiques. Vous serez mis à l’essai. lui avait-on d’abord dit, et les deux premiers mois se firent sous ce nom falsifié, emprunté à un lointain cousin de Bulgarie qui ne comptait jamais mettre les pieds dans la pluvieuse et snobinarde Angleterre. Quelle ne fut pas leur surprise lorsque, engagé, ses traits changèrent. Il a manqué en cracher son thé sur le contrat, le recruteur. Derrière le visage masculin de Dimitri se dévoilaient les traits fins de Cerseï, les cheveux d’un noir profond, les yeux d’un bleu intense et une expression mutine sur les lèvres. Que pouvait-il dire ? Il s’était laissé leurrer, de façon absurde, simplement parce que Draganov voulait dire quelque chose. Au fait que ses vingt-et-une années marquaient une trop grande jeunesse, elle avait répondu que la majorité sorcière considérait qu’une femme pouvait se marier bien plus tôt que cela, alors pourquoi pas travailler, pourquoi pas servir un gouvernement qu’elle aimait ? Fourbe manipulatrice ne reculant devant rien pour atteindre son but. Elle allait en baver, lui avait-il dit, et elle avait rétorqué qu’elle était prête. Prête à tout pour servir, pour se montrer utile. Supervisée par un mâle ? Pas de problème, tant qu’elle pouvait accomplir ce pourquoi elle était payée.

ACTE IV. « So I've got some mischief In my blood. Can you blame me ? I never got no love »
- Rotten to the core, Descendants.


CORRUPTION WILL HAUNT YOU ↓ MUDBLOODS AND MURMURS


Dernière édition par Cerseï Draganov le Mer 23 Nov - 19:05, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas


Melpomène Lestrange
bad moon rising
avatar
bad moon rising
Parchemins :  3613
Crédits :  FRIMELDA (avatar), LAZARE (codage signature), Tumblr (gifs signature), Marge (gif profil)
 
Âge :  25 ans à se battre pour le pouvoir.
Sang :  Le sang des Black est pur, ode irrévérencieuse à la noirceur de leurs âmes, liquide vermillon qu'ils ne sauraient gaspiller. Sang royal où se mélange magie noire, ambition incontrôlée et soif de pouvoir.
Allégeance :  Marque des Ténèbres assumée, Melpomène fait partie des Mangemorts. Loyale servante depuis les premières heures de Voldemort.
Profession :  Melpomène travaillait autrefois à la morgue, embaumant derrière elle les secrets des siens. Aujourd'hui fugitive.
Ancienne école :  Poudlard dans une maison bordée d'émeraude - berceau de rencontres qui ont changé le cours de sa famille et qui ont façonné un destin aussi sombre que son patronyme.

Priori Incantatem
am i free?: no
Inventaire:
code couleur: #CF8C8C
http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t107-melpomene-child-of-the-night http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t77-melpomene-uprising
MessageSujet: Re: Cerseï ✧ « a song of light & darkness. »   Mer 23 Nov - 15:43

Je suis contente de voir la refonte de Cerseï lancée J'ai hâte de relire ta fiche en tout cas, comme d'hab n'hésite pas si tu as la moindre question heart
Et rebienvenue parmi nous, en espérant que cette Cerseï version 2 te conviendra plus


ain't nobody fucking with my clique
You will hear thunder and remember me, And think: she wanted storms. The rim Of the sky will be the colour of hard crimson, And your heart, as it was then, will be on fire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Morsmordre
Parchemins :  361
Crédits :  india / neon demon
 
Âge :  26 ans.
Sang :  Pur.
Allégeance :  Mangemorts.
Profession :  Rentier ; explorateur à la retraite forcée ; membre et mécène de l'association pour la sauvegarde du patrimoine magique et historique sorcier (Kelpie)
Ancienne école :  Poudlard ; Serdaigle.

Priori Incantatem
am i free?: yes
Inventaire:
code couleur: #B50054
http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t506-abel-the-monster-i-ve-become http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t500-abelam-the-monste
MessageSujet: Re: Cerseï ✧ « a song of light & darkness. »   Mer 23 Nov - 22:32

You are back
J'ai hâte de lire toute ta fiche quand elle sera terminée





« Boy with a broken soul, heart with a gaping hole. Dark twisted fantasy turned to reality. Kissing death and losing my breath. Midnight hours cobble street passages. Forgotten savages, forgotten savages ».

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin
Parchemins :  664
Crédits :  lolitaes
 
Âge :  Trente ans
Sang :  Le sang pur, et une tradition à laquelle il ne compte pas déroger.
Allégeance :  Il porte la Marque des Ténèbres
Profession :  Ancien chef de la brigade magique
Ancienne école :  Serpentard

Priori Incantatem
am i free?: no
Inventaire:
code couleur: seagreen
http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t426-caerwyn-lestrange-let-me-wreck-you http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t416-caerwyn-lestrange
MessageSujet: Re: Cerseï ✧ « a song of light & darkness. »   Dim 18 Déc - 22:00

Salut ma jolie, tu en es où dans ta nouvelle fiche ?





Awards:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin
Parchemins :  664
Crédits :  lolitaes
 
Âge :  Trente ans
Sang :  Le sang pur, et une tradition à laquelle il ne compte pas déroger.
Allégeance :  Il porte la Marque des Ténèbres
Profession :  Ancien chef de la brigade magique
Ancienne école :  Serpentard

Priori Incantatem
am i free?: no
Inventaire:
code couleur: seagreen
http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t426-caerwyn-lestrange-let-me-wreck-you http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t416-caerwyn-lestrange
MessageSujet: Re: Cerseï ✧ « a song of light & darkness. »   Mar 27 Déc - 14:23

Bonjour, si tu souhaites rester sur le forum, pense à aller te recenser ici et à nous donner de tes nouvelles !





Awards:
 
Revenir en haut Aller en bas
 
Cerseï ✧ « a song of light & darkness. »
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» The Age of Light and Darkness
» Editeur light libre
» the light of aerendil
» Under the moon light [PV Fel]
» Lucky Light

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: