Soutenez le forum
Votez pour M&M sur les top-sites et faîtes passer le mot!
Bazzart - PRD.
Ecoulement du temps
Nous sommes actuellement en septembre 1952
Sixième version du forum
On vous donne rendez-vous ici pour vous tenir au courant des dernières nouveautés!

 | 
 

 ☞ La societé sorcière

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
pnj
Parchemins :  419
http://www.mudbloodsandmurmurs.com
MessageSujet: ☞ La societé sorcière   Mar 21 Juin - 16:13

La société sorcière
une société rongée par les inégalités

Introduction
La société sorcière des années 1950 est une société extrêmement conservatrice, aux très grandes inégalités sociales. La nature de votre sang régit votre place au sein du monde magique et des portes se ferment devant ceux n'étant pas issus d'une lignée au sang-pur.

Le statut du sang
Avec l'arrivée de Grindelwald au pouvoir, les sorciers de sang pur - déjà placés à l'époque en haut de l'échelle sociale - n'ont fait que gagner en puissance au détriment du reste de la population magique. Ce sont de grands noms que l'on retrouve à la tête de la plupart des institutions d'Angleterre et de Bulgarie, alors que les sorciers de sang-mêlé accèdent plus difficilement à des postes à haute responsabilité. S'il existe des différences sur le plan professionnel, les sang-mêlés ont néanmoins la chance de jouir d'une bonne réputation au sein du gouvernement ce qui, au contraire, n'est pas le cas des nés-moldus (voir annexe) ainsi que des cracmols. Moqueries et mépris. Voilà tout ce qu'ils récoltent de ceux qui leur sont supérieurs.

Mais les cracmols ont des ancêtres sorciers et cela, personne ne l'oublie. Et s'il est certes considéré comme honteux d'en engendrer un, ils valent toujours mieux que de vulgaires nés-moldus, ces voleurs de magie dont on ne veut pas. Destinés à occuper le bas de l'échelle, à prendre les emplois dont personne ne veut - ceux qui ne nécessitent pas l'usage d'une baguette - les sans-magie ont au moins une source de réconfort : leur vie aurait pu être pire que cela. Ils auraient pu naître nés-moldus.

Amour et moeurs
Rien n'est plus important pour un sorcier de bonne famille que de pouvoir assurer sa descendance. De ce fait, la haute société privilégie les unions arrangées, qui permettent ainsi aux héritiers de transmettre leur nom de famille à leur descendance. Pour cette raison, les relations entre deux sorciers du même sexe sont vues d'un mauvais oeil et fortement réprouvées par la société, considérant presque cette déviance comme une maladie à proprement parler.

Obligés de se cacher, incapables de vivre leur amour au grand jour souvent par peur qu'on ne les renie. Rares sont ceux prêts à affronter le regard des autres et plus particulièrement celui de leur famille. Après tout, imaginez ce que l'on raconterait si l'héritier de la famille se révélait avoir ce genre de penchants. La honte, la disgrâce s'abattraient sur le clan. Et avec un climat pareil, mieux vaut sauver les apparences. Grindelwald lui-même préfère d'ailleurs taire ses préférences sexuelles.

La place de la femme
Les années 1950 sont une période sombre pour le monde sorcier dans sa totalité et peut-être plus encore pour les femmes. Il est de notoriété publique que les sorciers n’aiment guère l’évolution, ils se rassurent et trouvent refuge dans le passé. Qu’il s’agisse de vieilles coutumes ou de lois ancestrales qui n’ont aujourd’hui plus lieu d’être, les sorciers aiment se raccrocher à l’ancien. Leur rapport avec les femmes n’est pas différent. Pour de nombreux sorciers, la place des sorcières est avant tout à la maison, pour prendre soin des enfants et de la cuisine. Une sorcière est une épouse, une mère avant même de pouvoir, penser être autre chose dans l’esprit de beaucoup de sorciers, notamment les sang-purs qui élèvent bien souvent leurs filles avec la même attention qu’on porterait à une bête de concours et rien d’autre. Il existe même des classes de sorts ménagers existants à Poudlard, réservés simplement aux jeunes filles.

Pourtant certains se récrieront et diront que de tout temps des sorcières de grande puissance ont existé et ont marqué l’histoire du monde magique par leurs actions. Cela aussi est vrai, on peut penser à Circée, Morgane, Rowena ou Helga. Mais en réalité, elles se comptent sur les doigts de la main. Alors bien sûr même aujourd’hui, il existe toujours des sorcières indépendantes qui réussissent à s’imposer avec talent et charisme dans les hautes sphères du monde sorcier. Elles sont plus rares voilà tout et leur vie est bien plus compliquée. Mille et uns obstacles se tiennent devant elles. Du simple paternalisme au véritable rejet. Si certaines pleines de volonté et de force, parviennent à se trouver une place, à s’imposer, beaucoup d’autres se résignent ou se tournent vers des activités dans l’ombre. Mais les temps sont en train de lentement changer que les sorciers le veuillent ou non et les sorcières sont de plus en plus nombreuses à vouloir posséder du pouvoir et de l’influence. Elles veulent les mêmes chances et se battent pour les obtenir. Cette évolution est inéluctable et si on voit encore trop peu de femmes à des postes influents, elles se fraient doucement un chemin à coup de sourires sanglants.

Handicaps
Si la médecine magique a connu une avancée fulgurante au cours de ces dernières années,  toutes les maladies n'ont pas encore trouvé leur remède et certains sorciers peuvent faire l'objet de sérieux handicaps, pouvant entraver leur quotidien. Les maladies mentales par exemple, au même titre que certains handicaps physiques (de naissance principalement, mais pas uniquement) sont une véritable malédiction pour les personnes atteintes.

Dépendants de ceux qui veulent bien les prendre en charge, on leur refuse un emploi digne de ce nom en pensant qu'ils sont incapables d'accomplir la plus simple des tâches. La société sorcière voit les infirmes d'un mauvais oeil, les considérant plus comme un poids qu'autre chose ; on les considère incapables de s'insérer socialement et donc, on préfère consciemment les isoler.

Vie quotidienne et paranoïa
Les masques tombent et les allégeances s'assument plus facilement que jamais mais, paradoxalement, la paranoïa n'a jamais été aussi présente dans le monde sorcier. Avec la mort de Grindelwald et la guerre civile déclarée, la vie quotidienne n'a jamais été aussi difficile et dangereuse. Rester neutre est de plus en plus difficile tant les différentes factions se disputent le pouvoir. Prendre parti est à présent presqu'obligatoire.

Il est difficile de savoir de quoi demain sera fait et la vie a perdu calme et tranquillité. Londres est profondément instable et la situation risque d'évoluer à tout moment, forçant donc les sorciers à être constamment sur le qui-vive, fatiguant les corps et les esprits.

L'éducation
Poudlard a été fermé à la suite de la prise de Pré-au-Lard et de l'école par les Lux. En effet, de nombreux professeurs ont refusé de continuer à donner cours dans un climat aussi politisé et l'écrasante majorité des enfants de sang-pur ont été retirés de l'école par leurs parents. Devant le fait accompli, l'école n'a eu d'autre choix que de fermer ses portes pour une durée indéterminée - une situation inédite dans l'histoire de Poudlard.
Revenir en haut Aller en bas
 
☞ La societé sorcière
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Y'Shahinn Nehleän - Prime Sorcière
» Frida [Sorcière]
» Gwelaly Lothalia [Sorcière & Voyageuse]
» Rp pour la sorcière immortelle
» Laoi Vif [Eclaireur & Sorcière]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: