Soutenez le forum
Votez pour M&M sur les top-sites et faîtes passer le mot!
Bazzart - PRD.
Ecoulement du temps
Nous sommes actuellement en juillet 1952
Cinquième version du forum
On vous donne rendez-vous ici pour vous tenir au courant des dernières nouveautés!
Intrigue n°4
Venez vous faire entendre au Ministère, au Chemin de Traverse ou à Poudlard.

 | 
 

 Thalie ϟ Style is a way to say who you are without having to speak

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Thalie ϟ Style is a way to say who you are without having to speak   Dim 15 Jan - 21:48

Thalie Astrée Ollivander
petite citation


A little taste of magic on your lips
▲ Nom : Ollivander. Des syllabes poétiques irrémédiablement associées à la science subtile de la conception de baguettes. Un nom prestigieux qu'elle arbore avec fierté. Un patronyme admiré, envié et respecté dont la popularité dépasse largement les frontières du Royaume-Uni.  
▲ Prénom :  Thalie. La fille d'Apollon, la muse de la comédie dite la Joyeuse, la Florissante. Elle s'est penchée sur le berceau du nouveau né des Ollivander et lui a offert son prénom en cadeau de bienvenue. Astrée. Fille du père des dieux, Zeus, représentation de la Justice à l'âge d'or, devenant la constellation de la vierge à l'âge de fer. A croire que les déesses grecques ont toutes décidé d'inspirer ses parents.
▲ Date et lieu de naissance : C'était une chaude journée d'été, sa mère s'en souvient très bien. Alors que le soleil était à un sommet, le premier cri du nouveau bébé brisa le silence de la demeure familiale. Sur son certificat de naissance, vous lirez ceci "Thalie, Astrée Ollivander née le 12 juillet 1923 à Londres".
▲Nature du sang : La traditionnelle question qu'un jeune sorcier pose de suite à un nouveau camarade. Dans ses veines coule un sang rouge carmin, un peu trop pur, pas assez problématique. Son sang, son fardeau, ses chaînes, son désespoir.
▲Profession : Depuis des siècles, les Ollivander s'illustrent dans l'art de création de baguettes. Ils sculptent le bois, y intègrent un cœur et la rendent fascinantes. Parfaites, envoûtantes, les baguettes n'ont aucun secret pour cette famille. Thalie n'a pas dérogé à la règle. Tombée dans le chaudron très jeune, elle a suivi assidûment le chemin tracé par son père, la voilà l'héritière du joyau familial. Pour le moment, elle sert en tant que vendeuse, mais on la façonne pour en faire la prochaine gérante de la boutique.
▲Statut matrimonial : Autrefois, elle croyait aux histoires d'amour. Elle écoutait les contes de fée et les balades romantiques. Elle se fascinait pour les idylles médiévales, aux amours courtois. Mais suite à de nombreuses déceptions, son cœur semble s'être fermé au grand désarroi de sa mère qui rêverait de vêtir sa fille aînée d'une belle robe et lui prodiguer de judicieux conseils le jour de son mariage. Elle est célibataire, une célibataire endurcie même.
▲Ancienne maison (ou école pour les bulgares) : Contrairement aux grandes familles de sang pur qui prônent serpentard sur toutes les autres, les Ollivander ne font aucune différence entre les maisons. Peu importait les couleurs, Thalie rendrait ses parents fiers. Elle put rejoindre serdaigle sereinement.
▲Patronus : Méfiez-vous de l'eau qui dort, vous conseille le dicton. L'habit ne fait pas le moine vous dit un autre. De sa baguette, peut sortir un élégant et majestueux cygne qui vous jaugera sans aucun doute et vous fera comprendre qu'il porte le plus beau plumage. Mais derrière ces apparences princières et délicates, se cache un animal avec du mordant et du répondant.
▲Baguette Magique : Thalie connaît toute l'histoire de la conception de sa baguette, son père la lui raconte encore aujourd'hui et se la rappelle affectueusement. Taillée dans le bois rare qu'est le houx, sa baguette est composée d'un crin de licorne et mesure 24,5 cm.
▲Particularité : Si vous entendez par là "particularité magique", elle n'en possède aucune.
▲Amortentia : Elle sent l'odeur d'un vieux parchemin bien conservé, le parfum d'une rose qui s'ouvre tout juste et celui d'un gâteau au chocolat fraîchement sorti du four.
▲Epouvantard : Le corps inerte de sa petite soeur. La peur de perdre sa dernière sœur la bouffe de l'intérieur, la tue à petit feu. Si la vie venait à quitter le corps gracieux d'Hestia, Thalie ne s'en remettrait certainement pas. Ce serait comme lui arracher le cœur et le briser en mille morceaux. Plus jamais on la privera d'un membre de sa famille. Elle s'en est fait la promesse.  

Je jure solennellement de faire usage du sortilège
Protego
pour servir ma cause

"Parlez-nous un peu de vous. Si vous deviez vous décrire en quelques mots que diriez-vous ?"

Thalie Ollivander. Plus vous cherchez à la percer à jour, plus le mystère s'épaissira. Derrière son comptoir, elle apparaît dans son élément, passionnée par son travail, très informée quant à l'histoire de chacune des baguettes. Elle se rappelle de chacun de ses clients, de leur nom et de leur visage. Dans le plus grand silence, elle observe, calcule et saisit toutes les parcelles de votre personnalité. Son regard de braise vous détaille sans le moindre scrupule, votre peau s'en sent brûlée. Lorsqu'une question lui parvient aux oreilles, elle s'emmure dans le mutisme avant de répondre le plus scrupuleusement du monde. Elle vous fera une drôle d'impression. N'importe qui se retrouve mal à l'aise devant elle. Son port altier, sa voix grave, mais posée, ses yeux de biche et son sourire figé. Tout vous semblera maîtrisé, comme dans une pièce de théâtre parfaitement orchestrée, qui vous tient en haleine du début à la fin. Détrompez-vous cependant. Elle n'a rien d'une jeune femme hautaine ou méprisante. Sa timidité la pousse à demeurer imperturbable et distante avec les inconnus. Car une fois dévoilée, sa personnalité vous semblera agréable. Elle vous accueillera chaleureusement chez elle et vous préparera un chocolat chaud pour réchauffer votre âme. Mais pour cela, il faut gagner sa confiance, car la méfiance - que dis-je la paranoïa ! - a gagné son cœur.

"Grindelwald domine l'Angleterre et la Bulgarie depuis 6 ans en quoi cela-t-il influé sur votre quotidien ?"

Pour dire vrai, Grinderwald est sa bête noire. L'ascension de cet homme au pouvoir lui a privé de sa petite sœur , Selene. Celle-ci lui comptait parmi les premiers membres de la résistance. Cela lui coûta la vie. Thalie tient depuis le décès de sa cadette à se battre contre le nouveau pouvoir en place, à tenter plus que tout de lui faire échec et le balayer. Hestia et elle ont rejoint Lux dans le plus grand secret, sans en notifier leurs parents. Les Ollivander ne prennent pas position, préférant conserver leur neutralité pour continuer à exercer leur métier en paix. Le quotidien de la famille n'a pas été modifié dans le sens où le gouvernement de Grinderwald laisse les vendeurs de baguettes en paix, du moins pour le moment. Toutefois, la mort e Selene a provoqué le désarroi chez les parents et un profond sentiment de culpabilité chez les deux filles restantes.

"Etiez-vous présent lors des évènements de Loutry St Chaspoule ? Si oui, quelle a été votre réaction ? Si non, que pensez vous de cet attentat ?"

Thalie y était effectivement. Avec sa sœur Hestia. Et elle n'oubliera jamais le massacre. Elle qui venait assister à une fête tout ce qu'il y a plus de ordinaire a rapidement déchanté. Tout le monde semblait s'amuser. Elle entendait les rires et des cris d'admiration. Elle essayait d'abandonner la réalité pendant quelques heures quand un mangemort s'en prit à un membre de son groupe. S'ensuivirent ensuite des cris, des pleurs : la panique. Tout se déroula très vite. Tout se défilait sous ses yeux sans qu'elle ne puisse rien y faire. Puis un deuxième méfait, un combat, un homme qui tombe une fois encore. Cette fête d'Halloween s'est soldée par un échec, mais il fallait s'attendre au pire. Grinderward profita de la situation pour désigner Lux et les mangemorts comme des groupes terroristes. De quoi compliquer sa tâche et l'accomplissement de ses objectifs ! Cependant, elle ne compte pas baisser les bras. En hommage à Selene. Pour Hestia. Pour sa mère, pour son père. Pour elle.

« Vous voila devant le miroir du Riséd, que pensez-vous y voir ? »

Si Thalie venait à se retrouver face au miroir du Riséd, elle y verrait la plus belle chose qui soit. Selene. En vie, en chair et en os, souriante, en bonne santé et plus âgée. Elle s'en veut de ne pas avoir su la protéger et cela l'a conduit à se montrer de plus en plus protectrice à l'égard d'Hestia. Elle aimerait que toute sa famille puisse habiter toute ensemble, dans leur belle maison victorienne dans les rues londoniennes.  Elle rêve de son enfance quand tout allait bien, quand Grinderwald ne contrôlait pas le pays, quand elles n'avaient juste qu'à s'occuper de leur journée. Le miroir du Risèd projetterait un avenir qui aurait pu arriver, qu'elle s'était imaginée à de nombreuses reprises avant de le voir s'évanouir à la mort de Selene. Mais qu'obtiendrait-elle à s'émerveiller devant cette vision ? Devenir folle ? Perdre définitivement la tête ? On l'enfermerait directement dans le service psychiatrie de Saint Mangouste.

« Par chance, vous vous trouvez en présence des trois reliques de la mort, mais vous ne pouvez en choisir qu’une. Laquelle prendriez-vous ? »

Si l'occasion se présentait à elle, cela lui poserait un problème moral. Remplie d'intégrité, elle éprouverait beaucoup de difficultés à garder son calme à l'idée de pouvoir détenir entre ses mains une de ces choses entre les mains. La cape d'invisibilité, la pierre de résurrection et la baguette de Sureau, toutes ensemble, le possesseur tiendrait en respect la mort et les ennemis. Mais être le propriétaire de ne serait-ce qu'une seule des reliques lui paraît déjà invraisemblable. De quel droit pourrait-elle en posséder une, en user, voire en abuser ? La cape d'invisibilité lui permettrait sans doute de se faufiler où bon lui semble sans être repérée. La baguette, la plus puissante du monde selon les légendes, la rendrait invincible, imparable. La pierre de résurrection lui rendrait peut-être sa sœur Selene, mais à quel prix ? Ceux qui ne la connaissent que trop peu pencheraient certainement pour la troisième option. Après tout, quelle personne ne souhaiterait pas retrouver un être aimé ? Non, si vraiment, elle devait choisir, elle prendrait la baguette. Déjà pour l'étudier, pour en concevoir d'autres peut-être aussi, essayer au moins de l'égaler. Mais un autre but plus personnel l'intéresserait : faire des prodiges pour mieux protéger sa famille. Mais accepter l'une de ces reliques reviendrait à renier ses principes.    

▲ pseudo ou prénom :  Laura.
▲ âge :  21 ans
▲pays :  France
▲ Connexion  :  trois à quatre fois par jour
▲ scénario ou inventé :  Totalement inventé
▲ avatar : Emma Stone
▲ Où avez-vous connu le forum ? :  PRD
▲ quelque chose à rajouter :  
▲ crédits :  tumblr
CORRUPTION WILL HAUNT YOU ↓ MUDBLOODS AND MURMURS


Dernière édition par Thalie Ollivander le Mer 25 Jan - 0:07, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Thalie ϟ Style is a way to say who you are without having to speak   Dim 15 Jan - 21:48

Mudbloods and murmurs
petite citation





Une fille vaut bien mieux que vingt garçons.

« Thalie ? » En entendant son prénom, la fillette fit volte face. Deux fines silhouettes s'avançaient vers elle dans la pénombre. Elle pariait sur ses deux petites sœurs et ses doutes se confirmèrent. Son cœur bondit dans sa poitrine quand le regard rempli d'intérêt et de curiosité de ses cadettes se posa sur elle. Elles cherchaient à deviner ce qu'elle leur dissimulait. Ses mains serrèrent leur emprise sur le panier d'osier un peu trop volumineux pour disparaître derrière son petit corps. Elle se mordit la lèvre inférieure frustrée et déçue d'avoir été ainsi découverte. Mais avant qu'elle n'ouvre la bouche pour leur donner une explication, un miaulement creva le silence. Quelques secondes plus tard, un grand éclat de rire échappa de la bouche de Selene, la plus jeune de la fratrie. « Tu les a gardés, avoue le ! » Thalie baissa la tête confuse. Elle avait effectivement désobéi à leur mère. « Gardé quoi ? » S'étonna Hestia prise d'un enthousiasme qui redonnerait vie  à un mort. Elle se rendit à alors à l'évidence : elle était dans une impasse. Inutile de poursuivre dans cette voie. Elle leur tourna le dos, s'accroupit et saisit les trois petites bêtes. Quand elle se présenta à nouveau à ses sœurs, trois chatons roux gesticulaient dans ses bras. Hestia semblait ravie, et Selene amusée. « Ils étaient dans une poubelle... Je ne pouvais pas les y laisser et...» Sa voix se brisa, incapable de dire la suite et révéler l'échec cuisant qu'elle avait subi peu à après sa trouvaille. «Maman n'en veut pas. » Termina la plus jeune d'une voix teintée de tristesse. Pour dire vrai, Thalie s'émerveillait devant tous les animaux égarés qu'elle rencontrait : rats, chats, chiots, hiboux. Tout y passait. Rien ne semblait en mesure de la dégoûter. Même les créatures les plus écœurantes telles que les limaces la rendaient ivre de bonheur.  « Il y en a trois. Ça nous en fait un chacune. » Lâcha Hestia un sourire énigmatique collé au visage. « On va s'en occuper toutes les trois sans que maman le sache. »En vérité, elles ne risquaient pas grand-chose. Si leurs parents apprenaient cela, ils s'en émouvraient à coup sûr. Ils ne s'énervaient jamais après leurs filles. Ils les aimaient plus que tout au monde et veillaient sur elles comme sur des trésors. « On fait ça alors ?!» Et les deux autres hochèrent frénétiquement tout en récupérant chacune un chaton. Ils étaient aussi roux que leurs nouvelles maîtresses, à croire qu'elles étaient toute indiquées à les recevoir. Un signe du destin ? Peut-être bien.  

«Un jour, cette boutique te reviendra.» Gabriel Ollivander tenait la main de sa fille aînée et la guidait à travers les rayons. Il lui indiquait certaines baguettes d'un mouvement de menton. Des boites étaient empilées soigneusement les unes sur les autres, quelques unes tombaient à cause d'un déséquilibre, mais le propriétaire prenait soin de son affaire et des lieux qu'il destinait à ses filles. «Bien entendu, tu travailleras avec tes sœurs, mais c'est toi qui devras donner une direction à l'entreprise et prendre les décisions les plus importantes. » Un sourire bienveillant apparut sur son visage. Il ne faisait aucune distinction entre ses filles, et les aimait toutes les trois de la même façon. Mais le destin avait décidé de faire peser sur les épaules de Thalie l'avenir de la maison Ollivander. La tradition voulait que la boutique et l'atelier reviennent au premier né fille et garçon confondus. Et il ne comptait pas déroger à cette règle et donner son affaire à son cousin lointain sous prétexte qu'aucun de ses enfants n'était du bon sexe. De plus,  cette branche éloignée se fichait bien de la passion familiale et ancestrale qui se transmettait de génération en génération. « Et si je n'y arrivais pas ?» Demanda t-elle en relevant la tête pour mieux voir son sage visage. Si en apparence, tous les opposaient. A l'intérieur, ils se ressemblaient bien plus qu'ils ne l'admettaient. Il avait transmis à son aînée sa fascination pour les baguettes, mais aussi son désir de savoir, un sang froid inébranlable, une bonne dose d'humilité et une pointe de timidité. Il avait été à serdaigle, Thalie et Hestia le suivraient dans cette voie. Leur mère n'en doutait pas une seconde. Il lui suffisait de les observer pour en venir à cette conclusion. «Jamais un Ollivander n'a échoué. Nous exerçons ce métier depuis deux millénaires. Crois-tu que cette enseigne va disparaître avec toi ? Certainement pas.  »  Des personnes du monde entier affluaient dans la boutique d'Ollivander pour avoir en leur possession une des meilleures baguettes possibles. Les premiers Ollivander connus avaient conçu leur premiers œuvres dès le quatrième siècle avant JC dans les pays méditerranéens. Ollivander voulait dire "celui qui a la baguette d'olivier" après tout. Thalie se rendait bien compte de la pression que cela représentait, une mission gargantuesque qui avait incombé à tant d'ancêtres. Les Ollivander avaient eu la particularité de mettre au monde énormément de garçons, à présent, cette tradition se cassait avec Thalie, Hestia et Selene. «Puis, tu auras tes sœurs pour t'aider. J'ai le sentiment que beaucoup de choses vont changer avec vous trois.  » Ajouta t-il distraitement. Oui, il y avait Hestia et Selene pour l'épauler. Et elles comptaient apporter leur pierre à l'édifice également et bouger les lignes.

« Comment c'est Beauxbâtons, maman ?» Dans le grand miroir de sa chambre, on apercevait très bien le reflet de Phébé et Thalie Ollivander. La mère et la fille se ressemblaient comme deux gouttes d'eau. Le même auburn, les mêmes prunelles vertes et le même teint de porcelaine. La petite était la copie conforme à quelques détails près de l'adulte. Tout en brossant les cheveux soyeux de son aînée, la matriarche de la famille semblait réfléchir à la réponse qu'elle pouvait apporter. Un petit soupir de nostalgie s'échappa de ses lèvres et ses yeux vagabondèrent dans la pièce en quête d'inspiration. « Le soleil brille de mille éclats les trois quarts de l'année. C'est un beau palais logé dans le sud de la France. Avant de rencontrer ton père, je ne connaissais que de doux hivers. Mais à Londres, il pleut, vente et neige bien plus que je ne l'aurais jamais imaginé. J'aurais aimé que vous étudiez à Beauxbâtons, mais je crois que votre père tient réellement à ce que vous vous rendiez dans l'école où il a appris tout ce qu'il sait. » La belle française venue du Sud à Londres pour vivre avec un homme aimant et aimable. Cela sonnait comme un beau conte de fées. Et la belle fin "et ils eurent beaucoup enfants" était également au rendez-vous. La preuve, trois petites filles, pleine de vie et de rêves, illuminaient la vie de ce couple si bien assorti.  « J'ai hâte d'aller à Poudlard, maman. Comme ça, je pourrais vous raconter à Hestia, Selene et toi comme c'est. » Pour dire vrai, elle ne craignait pas la séparation que son départ pour l'école de sorcellerie impliquerait. Pour le moment, elle n'y pensait pas vraiment. Elle avait hâte de s'extasier devant le plafond magique décrit dans les livres d'histoire, d'aller en cours de potions et de métamorphose. Elle aimait déjà les sortilèges inscrits dans le manuel. Quand la précieuse lettre arriva à la maison, tous avaient ressenti une joie immense. Gabriel Ollivander avait pris grand soin de lui trouver la baguette qu'il lui fallait. Sa mère l'avait accompagnée dans les plus grande boutiques de vêtements sorciers pour lui acheter des robes de sorcière confectionnées sur mesure.  « D'après les dires de ton père, Serdaigle gagnera une excellente élève. Si je peux te conseiller quelque chose, c'est de ne jamais t’asseoir au fond de la classe. C'est là-bas que se placent les plus bavards, ce serait dommage que tu en pâtisses.  » Thalie éclata d'un rire cristallin. Jamais, il ne lui prendrait l'envie de se mettre derrière plein d'autres têtes, surtout au risque de ne rien voir ce qui se trouvait au tableau. Mais avant même de pouvoir dire quoique ce soit, sa mère reprenait déjà la parole.  « Je te fais tes tresses et après on descend, tes grands parents vont bientôt arriver. Et il faut que je m'occupe de tes sœurs également.  »




Grandir apporte tellement d’inconvénients... et de poussées d’boutons !


« Ollivander, Thalie. » Il ne restait plus que deux ou trois élèves quand la voix du sous directeur appela la petite rouquine. Elle balaya la salle du regard, prise d'une soudaine angoisse. Sa mère était complètement étrangère aux maisons de Poudlard, et son père se fichait bien des couleurs qu'elle portait tant que cela la rendait heureuse. Et pourtant, à cet instant précis, une boule se forma dans son estomac. La voilà effrayée de décevoir toute sa famille, ainsi que ses grands parents. Elle, l'héritière, sur laquelle tout l'avenir d'une affaire familiale pesait. Elle qui était destinée à reprendre le prestigieux métier qu’exerçaient les Ollivander depuis des années... La voilà apeurée face à des centaines de têtes tournées vers elle. On lui avait appris certaines choses qu'impliquaient sa place de fille aînée d'une grande famille de sang pur. Une certaine maîtrise de soi, un sang froid inébranlable. Voilà, ce qu'elle devait être : sereine et calme. Elle inspira profondément, serra les mâchoires et releva légèrement la tête. Courage, se dit-elle. Elle s'écarta lentement mais sûrement de l'autre petite fille des derniers élèves à répartir et marcha à pas de loup vers le choixpeau qui allait lui trouver sa nouvelle maison, sa seconde famille. Elle espérait rejoindre serdaigle comme son père avant elle. Dans ses mains, elle tenait toujours fermement le miroir à double sens offert par ses grands parents. Ils avaient tenu à ce que leurs petites filles ne se sentent pas entièrement séparées ou déchirées par le départ de la première de la demeure familiale. La maison de style victorien dans laquelle elle vivait avec ses sœurs et ses parents fut la dernière image qui lui revint en mémoire quand l'ancien chapeau de Godric Gryffondor se posa sur ses cheveux roux. « Mmh... Une Ollivander ! Voilà qui est intéressant. » Thalie ferma les yeux en entendant cette petite voix à ses oreilles. Elle se mordilla la lèvre inférieure, priant Merlin et Morgane qu'on l'envoie là où son cœur le demandait. Par chance, la réponse ne tarda pas à arriver. « Avec toi, pas la moindre hésitation.. SERDAIGLE ! »  Comme mon père, se réjouissait-elle tandis qu'on entendait déjà des applaudissements à la table des aigles. Le professeur souleva le chapeau et lui indiqua d'un regard à rejoindre les autres étudiants de sa nouvelle maison. Et elle trottina vers les collégiens les plus studieux, les plus intelligents et les plus sages de l'école. Un an plus tard, Hestia se retrouverait à sa place et deux ans encore après, ce serait au tour de Selene. Thalia n'avait pas encore commencé son année qu'elle souriait déjà à l'idée de les voir venir à Poudlard. Le lendemain, elle écrirait sa première lettre pour décrire la magnifique grande salle et la salle commune de serdaigle.

Thalie regardait ses belles chaussures neuves, des bottillons en cuir offerts par sa mère pour le jour de noël. Des petites flocons tombaient doucement sur le bitume des rues de Londres. Depuis le début des vacances, l'adolescente broyait du noir au grand dam de sa famille. Elle faisait bonne figure lors des repas et des moments privilégiés comme l'ouverture des cadeaux, mais elle demeurait abattue, un peu ailleurs, "la tête dans la lune" comme disait son père. L'hiver se refroidissait de jour en jour, et cela la poussait à se couvrir un peu plus chaque matin. Elle ferma son manteau jusqu'à son menton, enfonça ses mains dans les poches et son cou dans son écharpe de laine.  « Thalie ?! » Entendit-elle. La jeune fille inclina la tête et son regard s'arrêta sur sa petite sœur Hestia. Elle la gratifia d'un sourire à peine visible et stoppa sa route vers l'un des parcs à proximité. Dans le fond, elle éprouvait le besoin de s'isoler, de rester seule avec elle-même, mais ne se sentait pas la force de le faire remarquer à sa cadette. Elle ne comptait pas risquer de la vexer. Puis c'était Hestia tout simplement. Cette dernière traversa la rue en courant un petit peu. Les rues étaient désertes à cette heure-ci, les voisins s’emmitouflaient dans leurs couvertures au coin du feu et n'osaient pas sortir le nez dehors. « Qu'est-ce qui se passe ? Samuel te manque tant que ça ? » Sa-muel... ou le pire crétin de tout l'univers ! Thalie se souviendrait de lui toute sa vie. Elle haussa simplement les épaules et poursuivit son chemin. Elle ne voulait pas en parler, pas à même à Hestia ou à Selene. Ce sujet la faisait bien trop souffrir. Sa mère avait eu le tact de ne pas lui poser de question sur lui en voyant sa mine déconfite. Son père avait très bien compris le problème et lui avait déposé un baiser sur le front avant de lui dire en souriant "aucun garçon ne vaut la peine que tu pleures". Quelque part, cela lui avait réchauffé le cœur. Gabriel Ollivander était un père aimant et compréhensif, un tantinet réservé, mais parfaitement observateur. Il s'avérait fusionnel avec toutes ses filles malgré les apparences. « Il t'a fait du mal ? Il a... ? » A croire que le mot était beaucoup trop difficile à dire. « Rompu ? » Ajouta Thalie se rendant compte qu'elle n'allait certainement pas y couper. Et elle réalisa aussi que peut-être qu'une conversation avec sa douce petite sœur pourrait lui faire du bien.« Oui. » Répondit-elle simplement un peu embêtée par cette situation. Ça ne serait pas la première fois. Thalie s'amourachait tellement facilement et voyait son cœur brisé pour la troisième fois depuis sa cinquième année. A seize ans, elle avait connu trois idylles désastreuses. Cette dernière secoua frénétiquement la tête et Hestia en parût soulagée. « En fait, c'est moi qui ai rompu.» Soupira t-elle à la grande surprise de sa petite sœur. « Il ne s'intéresse qu'à mon nom et notre argent. Il n'arrêtait pas de me poser des questions sur la fortune de notre père. J'ai vite compris que c'était qu'un crétin opportuniste.» Thalie rêvait d'un mariage heureux, pas comme ceux qui existaient entre sang purs, un mariage d'amour comme son père et sa mère. Et il fallait se rendre à l'évidence qu'elle n'obtiendrait rien avec ce Samuel. « Je suppose qu'il l'a payé très cher. » S'amusa Hestia en pensant au caractère bien trempé de son aînée. Oh ça oui, il avait regretté d'avoir pris l'héritière des Ollivander pour une pintade, une naïve qui se laissait avoir facilement. Thalie pouffa doucement en repensant à sa crise de colère après cette énième déception. « Je lui ai balancé mon livre d'histoire de la magie au visage. Et après cela, je lui ai envoyé un sortilège de chauve furie pour m'assurer qu'il comprenne bien le message.» La réaction de sa cadette ne se fit pas attendre. Un grand éclat de rire résonna dans la rue. Tout le monde prenait Thalie pour une petite chose naïve, innocente et fragile à cause de sa timidité et son visage angélique. Elle ne parlait pas beaucoup. On ne savait pas ce qu'elle pensait. Alors, les garçons se fascinaient pour elle. « Décidément, tu ressembles plus à un chat sauvage qu'à un aigle. Je crois que dans n'importe quelle autre famille, on essaierait de mieux t'éduquer. » Et c'était peu dire.

« Avec de tels résultats, vous pourriez envisager une carrière à Saint Mangouste, miss Ollivander. » Dans les années 40, les femmes n'étaient pas poussées bien loin dans une carrière. Encore moins dans des familles de sang pur. Si elle venait à tenter une formation de médicomage ou alors de guérisseur, on lui mettrait probablement des bâtons dans les roues. Toutefois, on la sentirait plus légitime en tant que nouvelle propriétaire de la boutique des Ollivander après plusieurs années à étudier avec son père. Il n'y avait pas d'héritier mâle et si son père l'avait choisie et bien élevée, alors on lui ferait confiance. Oh bien sûr, elle devrait faire ses preuves, mais cette voie lui semblait plus envisageable, et surtout moins ardue. D'autant plus qu'elle aimait vraiment la science subtile des baguettes magiques, magie plus discrète, moins imposante, moins embêtante que la médicomagie. Mais tout aussi prestigieuse et noble. Mais Thalie ne disait rien, elle se contentait d'écouter son directeur de maison apparemment très enthousiaste face aux optimal obtenus aux derniers devoirs en potions et en botanique. En tant que serdaigle et fille d'une grande famille de sang pur, elle devait se montrer à la hauteur de ses ancêtres et des attentes qu'on avait pour elle. Son père ne laissait rien transparaître, mais les amis de ce dernier - tous des sang purs très bien placés au ministère - montraient une certaine méfiance à l'idée qu'une telle charge incombe à une fille. Alors, forcément, elle se mettait la pression, se débattait pour obtenir les meilleurs résultats possibles et la peur de décevoir s'accroissait avec le temps. « Vous avez peut-être la chance de réussir là où d'autres femmes ont échoué avant vous, vous devriez vraiment saisir cette chance. » Insistait-il. Thalie dut faire appel à toute sa patience pour ne pas l'envoyer bouler. Maintien, contrôle étaient maîtres de sa vie. Son professeur était un sang mêlé, un brin révolutionnaire et féministe, qui voulait croire en Thalie. Elle la préfète modèle, l'étudiante parfaitement assidue et attentive, la serdaigle par excellence. Toujours prête à aider les autres dans leurs devoirs. Voilà ce qu'elle était. Elle en souffrait d'une certaine façon. « Professeur, je suis au regret de vous annoncer que je ne tiens vraiment pas à devenir médicomage. Je désire travailler avec mon père dans la boutique familiale. » Tenta t-elle de se sauver de ce mauvais pas. Chaque Ollivander s'illustrait dans des domaines en particulier, elle en potions, Hestia en métamorphose et Selene au quidditch. On espérait sans vraiment l'avouer les voir prendre un autre chemin que celui auquel on les destinait. « D'après les dires des professeurs, vous semblez pourtant passionnée par les plantes et les soins. Vos résultats parlent pour vous. » Quelle tête de mule. Les mentalités changeaient un petit peu dans le monde des moldus, c'était sûrement à cause de ça. Les moldus avaient eu notamment Emmeline Pankhurst, une des grandes féministes britanniques. Parfois Thalie leur enviait cet esprit et ce mouvement plus avancé. « Je suis vraiment désolée, professeur. Mais, je n'y tiens vraiment pas. » Elle attendit quelques secondes avant qu'il ne la laisse partir dans un mouvement de tête manifestement déçu. Ce n'était pas la première fois qu'on lui reconnaissait un certain talent pour ce genre de choses, on lui avait dit après ses buses en sixième année, maintenant, on le lui répétait encore à la fin de sa septième année. Les aspics approchaient à grand pas et la fin de ses années à Poudlard également. Dans quelques mois, elle laisserait Selene et Hestia seules à Poudlard, l'une dans sa tentative de devenir animagus, l'autre dans ses efforts de calmer ses ardeurs révoltées contre le système patriarcal et le racisme à l'égard des nés-moldus et créatures magiques. Qui donc prendrait soin de Selene seulement âgée de 15 ans ? Qui essaierait de soutenir Hestia dans son attente pour sa première transformation humaine ? Qui les protégerait tout simplement ? Tant de questions sans réponse qui la rendaient chaque jour un peu plus nerveuse.




S'aimer et se le dire, puis, plus rien ; se quitter et se maudire.

«Thalie ? Tu accepterais de t'occuper du magasin en mon absence ? » Gabriel Ollivander enfilait déjà sa cape argentée quand sa fille parvint jusqu'à lui. Il l'observa quelques secondes avant de ranger son matériel dans les tiroirs. Silencieuse, elle regardait son père s'activer dans l'atelier pour partir Merlin savait où. L'homme s'immobilisa et reprit la parole : «Je reviens d'ici une heure. Ça ira, tu crois ?  » Thalie afficha un sourire amusé devant la mine inquiète de son paternel. Il lui inculquait toutes les valeurs d'un créateur de baguettes, ainsi que la prudence d'un homme d'affaires. Elle se devait d'apprendre rapidement et bien, et avec plus de ferveur qu'un homme à sa place. Il avait conscience des difficultés que ses filles rencontreraient dans un avenir plus ou moins lointain, alors il mettait tout en oeuvre pour les pousser au delà de leurs limites, et plus particulièrement Thalie.  « Oui, ne t'en fais pas. Je m'en sortirais. Et j'ai un bon professeur, tu sais. » Elle se permit un petit rire avant d'embrasser son père sur la joue. Dans le monde magique, les Ollivander divisaient. Certains sang purs voyaient la mort de la famille et du nom, d'autres proposaient leurs fils en mariage pour mettre la main sur la fortune des Ollivander. Thalie faisait un très bon parti, fille aînée d'une grande famille, d'une beauté très remarquable et aux manières presque parfaites. Elle se montrait courtoise, aimable et charmante dès qu'un client entrait dans son antre. La plupart du temps le patriarche ne donnait pas suite, prétextant qu'il fallait considérer toutes les possibilités. «Bien. » Répondit-il en se dirigeant vers la sortie, sa fille sur ses talons. On entendit alors la sonnette de la porte d'entrée et se dessina sur le paillasson une silhouette masculine.  Les deux hommes se saluèrent et son père disparut dans la masse des personnes se baladant dans le chemin de traverse. L'inconnu s'avança à petite foulée. « Bonjour monsieur. » Fit-elle simplement en affichant un sourire poli.  « Bonjour mademoiselle. » Elle percevait dans la voix du jeune homme un accent  du nord est, cependant, elle ne saurait dire la nationalité. Sa mère travaillait au département de la coopération magique internationale, peut-être parviendrait-elle à deviner. « J'ai entendu dire qu'on confectionnait les meilleures baguettes magiques à Londres. Ayant brisé malencontreusement la mienne, je souhaiterais en obtenir une.   » La réputation des Ollivander n'avait aucune frontière et cela depuis des siècles et des siècles. Thalie s'en rendait bien compte et une fois encore, elle sentit tout le poids du monde sur ses épaules. « Eh bien, vous avez frappé à la bonne porte monsieur... ? » Elle prit un mètre dans son tiroir et s'apprêta à s'approcher de lui tandis qu'il répondait le plus affablement du monde :  « Appelez moi Kristofer.   »  Elle hocha simplement la tête et arriva à sa hauteur. Elle se mordit la lèvre quand elle constata qu'il la dépassait de deux  têtes au moins. Heureusement, la magie existait, et elle pourrait simplement jeter un sort sur son ruban. « De quelle main tenez-vous votre baguette ? » Il pinça légèrement les lèvres avant de répondre : « Je suis droitier.  » Il leva le bras pour qu'elle puisse prendre les premières mesures, d'abord de l'épaule jusqu'au bout des doigts, puis du coude au poignet. Se rendant compte qu'elle ne pouvait décemment pas se maintenir sur la pointe des pieds, elle laissa le mètre faire la suite : des épaules au pied, puis le tour de tête. « Si l'homme que j'ai croisé est le célèbre Gabriel Ollivander, vous devez être sa fille ?  » Commença t-il certainement plus pour faire la conversation qu'autre chose. « C'est exact. Je m'appelle Thalie Ollivander. » Répondit-elle sur le même ton toujours concentrée sur les mesures qu'elle prenait. Elle s'éloigna de lui pour aller chercher les baguettes qui lui semblaient les plus évidentes.  « Peut-être le savez-vous déjà, mais nous utilisons pour nos baguettes des cœurs comme les ventricules de cœur de dragon, des crins de licorne ou des plumes de phénix. Chaque baguette conçue par nos soins ici est unique, mais aussi dotée d'une puissance prodigieuse.  Vous ne trouverez nulle part ailleurs une baguette plus satisfaisante que celles des Ollivander.    » Quand les autres concepteurs de baguettes s'écroulaient au bout d'un siècle ou deux, les Ollivander se maintenaient depuis des millénaires. Elle revint à son comptoir avec une dizaine de boites. Elle lui tendit la première et la récupéra rapidement. Il en fallut encore quatre autres avant qu'il n'en trouve une qui lui convienne. Satisfaite, Thalie rangea soigneusement la baguette dans son écrin tandis que Kristofer l'observait avec beaucoup d'attention et de curiosité.  « Bois de if, plume de phénix, mesurant 29,5 cm. Félicitations, vous venez de faire l'acquisition d'un des meilleures baguettes qui soit. Elle vous sera très utile dans l'enchantement des potions. Exercez-vous le métier d'apothicaire ou de chercheur ?  » Demanda t-elle tout en lui tendant sa nouvelle alliée, puis elle reprit de manière plus formelle :  « Cela vous fera sept gallions et dix mornilles.  » Et il posa son dû sur la table. Mais avant de repartir vers ses autres occupations, il essaya cette simple question, manifestement charmé par Thalie : « Aurais-je la joie de vous revoir Thalie ?  » Elle ouvrit légèrement la bouche avant de s'empourprer comme une adolescente. Elle ne s'y était absolument pas attendue. Et elle répondit timidement sentant ses joues s'enflammer chaque seconde davantage : « Peut-être, si vous revenez vers 17 h 30.  »

« Elle est jolie celle-ci. Qu'est-ce que tu en penses Thalie ? » Dans les mains de Phébé Ollivander tenait un magazine contenant près d'une centaine de robes de mariées des plus belles boutiques de vêtements de France. Pour x raisons, elle tenait à ce que sa fille porte une robe d'un couturier français. Elle estimait qu'ils faisaient les plus belles créations et de loin. Thalie n'avait pas tenu à la contredire lorsque cette décision fut prise. Peu importait l'origine de cette pièce tant qu'elle resplendissait n'est-ce pas ? Mais Thalie se préoccupait peu de ce genre de choses ce jour-là. Ses yeux se perdaient dans le vide, elle n'entendait absolument rien et ne faisait plus attention à sa pauvre mère qui essayait de la faire revenir sur terre. « Thalie, ma chérie..  » Insista t-elle en claquant des doigts. Subitement, elle recouvra les esprits et porta son regard sur sa mère. Elle lui fit un très faible sourire.  « Elle ne te plait pas ? » De quoi discutaient-elles déjà ? Ah oui, les préparatifs du mariage qui n'aurait pas lieu et de la robe blanche qu'elle ne porterait de toute évidence jamais. Elle fronça doucement les sourcils. Elle n'avait pas envie de lui dire que son rêve de la voir se marier ne se produirait jamais, du moins pas maintenant. Elle se tortilla les doigts et baissa la tête. Elle sentit les larmes lui monter aux yeux. Qu'avait-elle fait pour mériter ça ?  « On peut en chercher d'autres, bien entendu. » Fit-elle d'une voix inquiète. « Non, je... »  Elle n'y parvenait pas. La vérité ne voulait pas sortir. Lui avouer que Kristofer l'avait abandonnée trois mois avant le jour J, avec une partie de leurs économies... ce serait reconnaître un énième échec, une énième déception amoureuse. Elle ne pouvait pas s'y résoudre. Elle s'y refusait catégoriquement.  « Dis moi ce qu'il se passe voyons !  » L'inquiétude devenait de la colère et de l'agacement désormais. Thalie tremblait à présent comme une feuille et se leva pour lui tourner le dos. Elle sentait son regard brûler sa peau. La cheminée juste en face d'elle lui fit réaliser qu'elle n'avait pas le choix. Fuir cette conversation lui semblait impossible, mais se sortir de là lui parut vital. Aucune autre solution s'offrait à elle. « Il... Il est parti.» Murmura t-elle en serrant les bras sous sa poitrine. « Quoi ?  » Souffla sa mère dans sa nuque avant de l'attraper doucement et l'obliger à lui faire face. Désormais, des larmes roulaient sur ses joues. « Il ne reviendra pas. Je me suis encore fait avoir... Je suis idiote. » Disait-elle entre deux sanglots. Intérieurement, elle se traitait de tous les noms d'oiseaux : crétine, espèce de troll, idiote, stupide, petite naïve. Tout y passait et pas forcément les plus tendres. Les mains de sa mère se posèrent délicatement sur ses joues. « Ce sont des choses qui arrivent. » Chuchota t-elle pour la rassurer. Mais Thalie n'y croyait pas le moins du monde. Ça n'arrivait qu'à elle oui. Elle était si romantique, si fleur bleu, si innocente qu'elle tombait à chaque fois dans le panneau. Dès qu'un jeune homme charmant et patient lui disait des mots doux, elle s'en émouvait. Elle se sentait sale, ridicule et affreusement inutile. Décidément, elle ne prendrait jamais du plomb dans la cervelle. « Mais que vont dire les gens ? » Ils se moqueraient sans doute. Peut-être viendraient-ils moins dans leur boutique. Peut-être lui feraient-ils moins confiance. Elle se fichait bien que les hommes et femmes se foutent d'elle, mais si les gens finissaient pas regarder son père de haut ? « Mais on s'en fiche des gens, Thalie. Le plus important pour nous, c'est toi. » Fit-elle avec assurance tout en essuyant les joues de sa fille :  « Nous sommes bien plus solides que tu ne sembles le penser. Notre famille existe depuis des siècles. La différence entre nous et les autres lignées, c'est que nous sommes unis et que nous nous aimons les uns les autres. Personne ne peut détruire une famille qui s'aime.  » Et c'était très certainement la plus grande force des Ollivander : la famille.  




La paix n'a jamais été une option.

Sur le lit à baldaquin reposait le corps de Selene Ollivander. Si elle n'avait pas été aussi pale, on aurait pu croire qu'elle dormait seulement. Elle semblait si sereine, si paisible comme si la mort lui avait apporté la paix. Assise sur le parquet de la chambre, Thalie regardait sa petite sœur avec détresse et désespoir. La nuit avait été longue et le soleil se levait seulement en cette journée d'hiver. Des cernes se creusaient sous ses petits yeux éclatés par la tristesse et les larmes. Ses lèvres tremblaient et son cœur battait tantôt la chamade, tantôt aussi lentement qu'une limace avançait. Elle ne voulait pas y croire. A vrai dire, elle espérait même qu ce ne serait qu'un mauvais rêve, qu'elle se réveillerait et retrouverait Selene dans la cuisine à rire de bon cœur en compagnie d'Hestia. Elle se rappelait pourtant parfaitement de ce crétin de Lucas portant dans ses bras sa petite Selene tuée lors d'une mission menée par les membres de Lux contre le gouvernement de Grinderwald. Elle avait eu envie de lui balancer sa poêle au visage, lui donner des coups de poing en visage et lui hurler qu'il lui mentait. Mais le pouls éteint de sa petite sœur l'avait comme paralysée. Que diraient leurs parents à leur retour ? Comment réagiraient-ils ? Y survivraient-ils ? Elle ne parviendrait à soutenir leur douleur ? Elle passa ses doigts dans ses cheveux et les poussa durement en arrière. Elle s'arracha bien quelques mèches au passage. Un soupir sortit de sa bouche endolorie par la tristesse et les pleurs. Elle ne se pardonnerait jamais la mort  de Selene. C'était de sa faute, juste de sa faute. C'était elle la grande sœur, elle qui devait les protéger. Et elle avait échoué, plus que lamentablement. Elle étira ses bras prise d'une soudaine colère à son propre égard. Elle serra les dents fermement avant de frapper le plus fort possible dans le matelas pour laisser éclater sa peine, la haine qu'elle éprouvait désormais à son encontre. Ses bras se balançaient dans tous les sens et heurtaient parfois violemment le sommier. Sa peau prit une légère teinte rouge, une douleur s’immisça en elle, mais cela importait que trop peu. Elle finit par saisir une peluche qui traînait sur la couette et la balança à travers la pièce. L'objet s'écrasa contre le miroir de l'armoire qui se brisa. Le bruit la rendit d'autant plus hystérique, et elle laissa échapper un cri de désespoir qui résonna sur les murs de la chambre. Elle se laissa à nouveau tomber sur le sol, ses genoux et mains accusèrent le coup violemment. A présent à quatre pattes, elle pleurait toutes les larmes de son corps. Elle s'effondra finalement et se recroquevilla en position de fœtus. Sa sœur était morte, elle ne reviendrait jamais... comme Kristofer, sauf que la mort avait un caractère bien plus définitif. Elle ne pouvait même pas espérer de la retrouver un jour. JAMAIS !  La porte s'ouvrit doucement, mais Thalie ne s'en rendit pas compte, ou alors, elle fit semblant. Elle enfouissait son visage dans ses cheveux roux et genoux.  « Thalie, j'ai... » La voix d'Hestia, son unique sœur encore vivante. Elle avait sans doute prévenu leurs parents par un patronus messager, considérant que les hiboux n'iraient certainement pas assez vite pour ce genre de nouvelles. Elle s'agenouilla à côté d'elle et lui attrapa les épaules dans une tentative misérable de la relever. « Ne restons pas là, Thalie. Allons au salon. » Au salon ? Là où ces deux débiles avaient déposé Selene ? Certainement pas. Thalie se redressa dans un effort surhumain. « Je ne veux pas la laisser. » Lâcha t-elle en secouant la tête de droite à gauche. Elle avait amené le corps de Selene dans sa chambre pour l'éloigner de Lucas et de l'autre membre de Lux. Toutes les deux avaient su l'engagement de leur cadette auprès des rebelles et s'étaient inquiétées au début, avant d'être rassurées d'une certaine façon. Selene leur avait promis de ne pas prendre des risques inconsidérés. Mais Thalie aurait dû être là pour veiller sur elle. « C'est de ma faute, Hestia. J'ai échoué dans mon rôle d'aînée... elle est morte à cause de moi.  » Elle aurait dû l'empêcher de se rendre là-bas, la convaincre d'abandonner les lux, de prendre une autre voie, celle de la neutralité. « J'aurais dû être là... nous aurions dû être là. » La corrigea t-elle les larmes aux yeux. Le cœur de Thalie se figea pendant une seconde, elle crut que l'air allait lui manquer une fois encore. Les lèvres tremblantes, les yeux fatigués, les sourcils froncés, Thalie faisait peine à voir. Et elles tombèrent dans les bras l'une de l'autre, pleurant de plus belle. Oui, elles étaient en faute toutes les deux.

Assise à son bureau dans l'atelier de la famille, Thalie notait sur son parchemin tous les endroits que Hestia lui avait indiqué après son repérage de la nuit dernière. Depuis qu'elle était animagus confirmé, sa cadette arpentait les forêts en quête d'un nouveau bois et les dangers possibles à éviter. Sous sa forme de renard, elle tâtait le terrain et inscrivait dans sa mémoire où se trouvaient les meutes de loups, de centaures ainsi que les arbres dans lesquels certains botrucs logeaient. Thalie visualisait très bien l'espace. Elle avait toujours eu une très bonne mémoire, par chance, elle partageait cette grande qualité par chacun des membres de sa famille. «Tu fermeras la boutique, Thalie ? » Elle sourit à son père. Ce dernier prenait de l'âge et apprenait à ses filles les dernières choses à savoir. Il pouvait considérablement s'appuyer sur ses deux filles restantes. Thalie était une très bonne administratrice, elle gérait les comptes et archivait les noms dans les registres sans le moindre problème. De son côté, Hestia lui découvrait de nouveaux bois et facilitait considérablement la prise des ingrédients pour la confection des baguettes. Il avait très mal vécu la mort de Selene. Perdre un enfant si jeune... Rien n'était plus cruel dans la vie. Alors, il protégeait encore plus ses filles qu'avant bien qu'elles aient respectivement 28 et 27 ans. Il essayait pourtant de leur donner de l'espace, mais ce n'était pas une tâche aisée tous les jours. Quant à leur mère, elle ne rêvait plus que d'une chose pour leurs filles : les voir heureuses et en bonne santé. Elle avait abandonné son métier au ministère suite au décès de Selene, considérant Grinderwald comme le responsable de la disparition de sa dernière fille. Ce qu'ils ignoraient tous les deux était que leurs deux filles restantes avaient fait le choix des lux également et risquaient leur vie, tout particulièrement Hestia qui espionnait pour le compte de cette organisation. « Oui. Et promis, je ne tarderais pas.  » Il arrivait souvent que les deux survivantes de la famille Ollivander se retrouvent dans l'atelier après le départ de leur père pour parler de leur implication dans la rébellion contre le système de Grinderwald. Elles ne se pardonnaient toujours pas la mort de leur petite sœur. Pire, elles culpabilisaient. Cela avait définitivement fermé le cœur de Thalie à l'amour, elle ne voulait plus souffrir. Et la méfiance était à présent son mot d'ordre. Gabriel Ollivander hocha simplement la tête et l'embrassa sur le front avant de partir pour leur demeure. Thalie mentait à ses parents et à la plupart des gens qui l'entouraient. Elle ne montrait pas ouvertement ses convictions par crainte de représailles pour son père et sa mère. Hestia en faisait autant. Le ministère les pensait neutres et c'était mieux ainsi. Quand elle fut assurée que son paternel fut loin de cette pièce, elle plongea sa main dans la poche de sa cape et en sortit son miroir à double sens.« Hestia ?»  Puis, elle vit les yeux bleus de sa petite sœur, ainsi que quelques mèches roux carotte. « Oui ? » Demanda t-elle finalement. « C'est bon, tu peux venir.» Si Thalie et Hestia restaient parfois tard le soir, il ne fallait pas que cela arrive trop souvent. Leur père devinerait rapidement la supercherie. Il n'était pas stupide loin de là. Ils les connaissait par cœur et alors, elles devaient redoubler de vigilance pour le protéger, mais aussi pour se protéger elles-même.   

CORRUPTION WILL HAUNT YOU ↓ MUDBLOODS AND MURMURS


Dernière édition par Thalie Ollivander le Dim 22 Jan - 23:50, édité 26 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin
Parchemins :  388
Crédits :  praimfaya (avatar), Beylin (code signa), Tumblr (crackship et gifs signa)
 
Âge :  vingt-sept ans et pourtant l'impression d'avoir déjà vécu un siècle. Poupée usée qu'on a cru pouvoir briser.
Sang :  S'il a un jour été pur, le sang des Nott n'est aujourd'hui plus que souffrance et regrets. Mêlé.
Allégeance :  Lux. Elle ne s'en cache plus vraiment, Isidore. C'est crié comme un défi lancé au monde, c'est assumé avec fierté - l'âme marquée du sang de ses ennemis.
Profession :  Chiromancienne et diseuse de bonne aventure, les mensonges se professent entre ses lèvres alors qu'elle garde un capuchon vissé sur ses cheveux roux.
Ancienne école :  Poudlard, chez les Serdaigle. Mais tout a changé depuis et l'Isidore de Poudlard n'existe plus.

Priori Incantatem
am i free?: yes
Inventaire:
code couleur: #996699
MessageSujet: Re: Thalie ϟ Style is a way to say who you are without having to speak   Dim 15 Jan - 21:56

En vrai je stalke un peu le moment où tu posteras ta fiche depuis tantôt J'étais trop intriguée par le combo Emma Stone + Thalie (je suis amoureuse de ce prénom ) + Ollivander + Lux. Et je dois dire que je suis pas déçue, j'adore ce qui est déjà écrit sur ton personnage
En tout cas, bienvenue avec ce personnage qui a l'air d'envoyer du lourd heart

Je viendrai sûrement t'embêter pour un lien très vite parce qu'Isidore et Thalie n'ont qu'un an de différence et étaient toutes les deux à Serdaigle. En plus, elles font toutes les deux partie de Lux donc je suis sûre qu'on doit pouvoir trouver quelque chose



broken strings
over the bend, entirely bonkers, you like me best when I'm off my rocker.

Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Thalie ϟ Style is a way to say who you are without having to speak   Dim 15 Jan - 22:13

Oh ! C'est la première fois que je reçois un tel accueil. Je suis touchée de lire autant d'enthousiasme. Et merci pour tous ces compliments, ils me vont droit au cœur. heart J'espère que la suite te plaira également.
Et garde moi un lien. On s'en trouvera un super !
Revenir en haut Aller en bas


Aoife O'Connor
dance be the ritual of immortality
avatar
dance be the ritual of immortality
Parchemins :  356
Crédits :  marge & tumblr.
 
Âge :  26 ans (02.08.1925)
Sang :  Souillé, faussement mêlé sans magie au sein d'un monde qui ne vie que pour elle.
Allégeance :  Lux, la mémoire de Dumbledore la pousse à se battre, la mémoire de son père la pousse à rester en vie.
Profession :  Danseuse étoile moldue, elle vit de son rêve. Secrétaire du chef du département de contrôle et de régulation des créatures magiques, elle se nourrit d'informations qui peuvent sauver la vie d'autres, qui peuvent aider le combat.
Ancienne école :  Aucune, une différente magie traversant ses veines, elle n'a jamais connu une quelconque école.

Priori Incantatem
am i free?: yes
Inventaire:
code couleur: teal
http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t719-aoife-o-trying-to-find-a-way-to-be-okay http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t699-aoife-o-i-guess-i
MessageSujet: Re: Thalie ϟ Style is a way to say who you are without having to speak   Dim 15 Jan - 23:12

HAN
Comme ça c'est fait En vrai, Isidore m'a trop entrainée dans le stalkage, du coup j'étais pareil, à attendre sagement que tu postes ta fiche
Je suis normalement pas une super fan d'Emma, mais je dois avouer que les avatars me font fondre tellement ils sont beaux, donc qui sait, tu me feras peut-être changer d'avis

En tout cas ce debut de fiche est trop super bien, du coup j'ai hâte de pouvoir lire la suite Et obligé il nous faudra un lien aussi, parce que voila
Bienvenue par iciiiiii



accent disclamer & others:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin
Parchemins :  1199
Crédits :  Marge (avatar) / NEON DEMON (code signature) / Melpo (GIF)
 
Âge :  26 ans
Sang :  Pur (et dur)
Allégeance :  C'est désormais une évidence ; Tom Jedusor
Profession :  Ex-employé au département d'unification des nations, désormais mangemort reconnu et fugitif
Ancienne école :  Poudlard ~ Serpentard

Priori Incantatem
am i free?: no
Inventaire:
code couleur: #91C893
http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t483-aleksandr-never-explain-anything http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t449-aleksandr-karkaro
MessageSujet: Re: Thalie ϟ Style is a way to say who you are without having to speak   Lun 16 Jan - 1:34

Bienvenuuuue !

Je t'avoue que je suis moi aussi assez excitée de voir une nouvelle inscrite pour la Lux (on va devenir un groupe (presque) exclusivement féminin (bon courage, Ludwig) Arrow ) ♥ Surtout que ce que tu nous a posé là annonce du bon, moi j'ai hâte de tout lire !

(Je rejoins l'avis d'Aoife, ton avatar est de toute beauté ♥)

Bon courage pour ta fiche



Everyday it's a-gettin' closer
Goin' faster than a roller coaster
Love like yours will surely come my way


Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Thalie ϟ Style is a way to say who you are without having to speak   Lun 16 Jan - 16:34

Mais quel accueil !

Aoife. Hihi. Tu vas l'adorer, sois en certaine. Vraiment mille fois merci pour ces quelques mots. Je suis ravie de voir que le début de ma fiche plaît autant. J'espère que la suite te conquerra également. Et un lien, il nous en faudra un absolument.

Aleksander, Ezra Miller, quelle jolie surprise de le voir pris J'aurais bien fait un personnage masculin, mais je ne les joue pas très bien. J'ai préféré éviter le massacre. Merci pour ton petit messaage, c'est très gentil.


Dernière édition par Thalie Ollivander le Mar 17 Jan - 22:14, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin
Parchemins :  1199
Crédits :  Marge (avatar) / NEON DEMON (code signature) / Melpo (GIF)
 
Âge :  26 ans
Sang :  Pur (et dur)
Allégeance :  C'est désormais une évidence ; Tom Jedusor
Profession :  Ex-employé au département d'unification des nations, désormais mangemort reconnu et fugitif
Ancienne école :  Poudlard ~ Serpentard

Priori Incantatem
am i free?: no
Inventaire:
code couleur: #91C893
http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t483-aleksandr-never-explain-anything http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t449-aleksandr-karkaro
MessageSujet: Re: Thalie ϟ Style is a way to say who you are without having to speak   Mar 17 Jan - 21:57

C'est vrai qu'Ezra Miller, c'est toujours une jolie surprise Arrow

Haha, feel you =w= Moi j'ai une petite préférence à les jouer, justement, les personnages masculins. Je sais pas pourquoi j'ai moins d'idées pour faire des meufs (bien que j'en joue aussi une, là.)

Et de rien, dis, ça me fait plaisir =w= ♥



Everyday it's a-gettin' closer
Goin' faster than a roller coaster
Love like yours will surely come my way


Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Thalie ϟ Style is a way to say who you are without having to speak   Mar 17 Jan - 22:13

Ezra a été mon coup de cœur dans Le monde de Charlie et ça s'est confirmé avec Les animaux fantastiques.  Par contre, je ne crois pas que je vais regarder la ligue des justiciers... vu la qualité de Superman vs Batman... Bref. Arrow

Je suppose que tout le monde ne fonctionne pas pareil et qu'il faut de tout pour faire le monde. J'ai déjà joué des hommes hein ? Mais il me faut des semaines (voire des mois) pour les concevoir et arriver à quelque chose qui me satisfait.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin
Parchemins :  1199
Crédits :  Marge (avatar) / NEON DEMON (code signature) / Melpo (GIF)
 
Âge :  26 ans
Sang :  Pur (et dur)
Allégeance :  C'est désormais une évidence ; Tom Jedusor
Profession :  Ex-employé au département d'unification des nations, désormais mangemort reconnu et fugitif
Ancienne école :  Poudlard ~ Serpentard

Priori Incantatem
am i free?: no
Inventaire:
code couleur: #91C893
http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t483-aleksandr-never-explain-anything http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t449-aleksandr-karkaro
MessageSujet: Re: Thalie ϟ Style is a way to say who you are without having to speak   Mar 17 Jan - 22:28

Il est trop parfait dans Le monde de Charlie et les Animaux Fantastiques. Mais tu dois le voir dans We Need To Talk About Kevin, aussi.

Haha, absolument 8D De toute façon, moi je dis qu'on est là pour se faire plaisir et jouer ce qui nous tente, donc YOLO


Btw, j'ai lu tes réponses aux questions et Thalie me parait de plus en plus attachante Je suis persuadée qu'on pourra se trouver un lien sympa avec Prudence ♥



Everyday it's a-gettin' closer
Goin' faster than a roller coaster
Love like yours will surely come my way


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin
Parchemins :  388
Crédits :  praimfaya (avatar), Beylin (code signa), Tumblr (crackship et gifs signa)
 
Âge :  vingt-sept ans et pourtant l'impression d'avoir déjà vécu un siècle. Poupée usée qu'on a cru pouvoir briser.
Sang :  S'il a un jour été pur, le sang des Nott n'est aujourd'hui plus que souffrance et regrets. Mêlé.
Allégeance :  Lux. Elle ne s'en cache plus vraiment, Isidore. C'est crié comme un défi lancé au monde, c'est assumé avec fierté - l'âme marquée du sang de ses ennemis.
Profession :  Chiromancienne et diseuse de bonne aventure, les mensonges se professent entre ses lèvres alors qu'elle garde un capuchon vissé sur ses cheveux roux.
Ancienne école :  Poudlard, chez les Serdaigle. Mais tout a changé depuis et l'Isidore de Poudlard n'existe plus.

Priori Incantatem
am i free?: yes
Inventaire:
code couleur: #996699
MessageSujet: Re: Thalie ϟ Style is a way to say who you are without having to speak   Mer 18 Jan - 9:20

@Aleksandr Karkaroff a écrit:
Mais tu dois le voir dans We Need To Talk About Kevin, aussi.

Oh oui c'est un de mes films préférés, il joue tellement... bien dedans



broken strings
over the bend, entirely bonkers, you like me best when I'm off my rocker.

Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Thalie ϟ Style is a way to say who you are without having to speak   Mer 18 Jan - 12:16

Han ! J'ai vu qu'il y avait aussi Tilda Swinton (faut regarder Only Lovers Left Alive d'ailleurs ) alors, je l'ajoute de suite à ma liste des films à voir. Merci à vous deux de m'avoir parlé de ce film.

Je suis tout à fait d'accord avec toi ! Il faut jouer ce qui nous plaît sinon, on s'ennuie.

Han Prudence, avec la belle Eva Green ?! J'adore cette actrice. Un lien, ce sera avec joie bien entendu.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin
Parchemins :  1199
Crédits :  Marge (avatar) / NEON DEMON (code signature) / Melpo (GIF)
 
Âge :  26 ans
Sang :  Pur (et dur)
Allégeance :  C'est désormais une évidence ; Tom Jedusor
Profession :  Ex-employé au département d'unification des nations, désormais mangemort reconnu et fugitif
Ancienne école :  Poudlard ~ Serpentard

Priori Incantatem
am i free?: no
Inventaire:
code couleur: #91C893
http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t483-aleksandr-never-explain-anything http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t449-aleksandr-karkaro
MessageSujet: Re: Thalie ϟ Style is a way to say who you are without having to speak   Mer 18 Jan - 12:39

Thalie Ollivander a écrit:
Han ! J'ai vu qu'il y avait aussi Tilda Swinton (faut regarder Only Lovers Left Alive d'ailleurs ) alors, je l'ajoute de suite à ma liste des films à voir. Merci à vous deux de m'avoir parlé de ce film.

Je suis tout à fait d'accord avec toi ! Il faut jouer ce qui nous plaît sinon, on s'ennuie.

Han Prudence, avec la belle Eva Green ?! J'adore cette actrice. Un lien, ce sera avec joie bien entendu.

Haha, déjà vu, et j'adore 8D Clairement, la dynamique Tilda Swinton / Ezra Miller fait toute la puissance du film, dans le cas de We Need To Talk About Kevin Et c'est avec grand plaisir, écoute !

Voui, Prudence avec Eva Green J'en prend bonne note, je viendrai te sauter dessus avec plaisir, alors



Everyday it's a-gettin' closer
Goin' faster than a roller coaster
Love like yours will surely come my way


Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Thalie ϟ Style is a way to say who you are without having to speak   Sam 21 Jan - 9:28

Je rejoins mvdd, cet avatar est tout simplement sublime
Bienvenue sur le forum, j'ai hâte d'en apprendre plus sur ta demoiselle
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Thalie ϟ Style is a way to say who you are without having to speak   Sam 21 Jan - 16:36

Je t'attendrai alors dans ma fiche de liens

Merci Edna. Ce prénom est trop mignon.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin
Parchemins :  393
Crédits :  Odistole (avatar), astra (code signa), Marge (crackship), Tumblr (gif)
 
Âge :  48 ans, le demi siècle s'approche et avec lui toutes ses promesses.
Sang :  Pur, depuis toujours et pour toujours - âme souillée de tout les pêchés, le poids du monde sur les épaules.
Allégeance :  Grindelwald, jusqu'à la mort de celui-ci. Il ne pense à présent plus qu'à lui-même, prêt à tout pour s'hisser sur le trône vacant. Les Zdravko sont pour cela essentiel, sa loyauté prétendument donnée à Aleksei.
Profession :  Directeur du département d'unification des nations, une fonction de la plus haute importance pour l'homme qui manie le bulgare aussi bien que l'anglais. Dévoué depuis 1948 à la cause de celui en qui il croit (bras droit chez les Spasenis).
Ancienne école :  Il est né dans la mauvaise génération, Galaad. Il est né avec ceux condamnés aux murs du château anglais, ayant toujours regretté quelque part ne pas avoir fait ses classes dans le froid de Durmstrang. C'est donc sous l'étendard des verts et argents qu'il a effectué sa scolarité - loup parmi les agneaux s'il en est.

Priori Incantatem
am i free?: yes
Inventaire:
code couleur: #cc3300
MessageSujet: Re: Thalie ϟ Style is a way to say who you are without having to speak   Lun 23 Jan - 11:43

Félicitations !
bienvenu(e) sur Mudbloods & Murmurs

tes premiers pas parmi nous
Quelle fiche   je sais pas où t'as vu un pavé pas beau mais moi j'ai trouvé la lecture très agréable et très fluide heart Thalie est un personnage vraiment touchant et j'ai hâte de trouver des liens entre elle et mes personnages  

Comme les Ollivander sont une famille de sang-pur libre à la création, je me permets de te rappeler de ne pas oublier de les créer dans le descriptif des familles histoire que les registres soient à jour  



Tout d'abord félicitations et bienvenu(e) sur Mudbloods & Murmurs!

Maintenant que ta fiche est validée, il te reste juste quelques petites étapes avant de pouvoir commencer à RP parmi nous! Tout d'abord, n'oublie pas de vérifier dans le bottin des avatars que ton avatar t'a bien été réservé, ainsi que dans les différents listings, afin de vérifier que tu es correctement recensé. Il est également obligatoire de passer remplir les quelques informations dont nous avons besoin dans ce sujet de recensement. Tu n'auras ensuite plus qu'à créer ta fiche de liens afin de pouvoir commencer à trouver toutes sortes de liens plus farfelus les uns que les autres avec les autres joueurs  

Mais par dessus tout n'oublie pas de t'amuser et de prendre du plaisir à RP. On a hâte de lire toutes vos histoires et on cale d'ors et déjà un bisou sur vos fesses. N'oubliez pas qu'en cas de question/demande ou quoi que ce soit d'autre, tout le staff est à votre disponibilité par MP, chouette, beuglante ou crieur  
CORRUPTION WILL HAUNT YOU ↓ MUDBLOODS AND MURMURS


You'll never know what hit you, won't see me closing in. i'm gonna make you suffer. this hell you put me in, i'm underneath your skin. the devil within. you'll never know what hit you.


Not impressed:
 
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Thalie ϟ Style is a way to say who you are without having to speak   Lun 23 Jan - 12:00

Oh merci beaucoup ! Tous ces compliments me vont droit au cœur.
J'ai hâte également de concevoir des liens

Et ce gif

Je vais de ce pas recenser tout ça et faire ma fiche de lien
Pour le descriptif, je vais voir avec Hestia, je devrais le poster dans la soirée ou demain.
Revenir en haut Aller en bas
 
Thalie ϟ Style is a way to say who you are without having to speak
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Thalie
» [WIP] Trak scratchbuild - DoW style
» Tournoi draft African Style 21 Mai
» Maison du Rohan style maison canadienne.
» Quel est votre style de musique ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: