Soutenez le forum
Votez pour M&M sur les top-sites et faîtes passer le mot!
Bazzart - PRD.
Ecoulement du temps
Nous sommes actuellement en septembre 1952
Sixième version du forum
On vous donne rendez-vous ici pour vous tenir au courant des dernières nouveautés!

 | 
 

 Hide & seek { Aoife

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Hide & seek { Aoife   Mer 18 Jan - 16:42

Damaris avait enfilé ses plus beaux vêtements de ville tandis qu'elle se préparait à sortir. Elle avait une longue robe noire, des gants blancs qui semblaient contraster avec le reste. Une cape de velours verte sombre lui couvrait les épaules alors que le temps se refroidissait de plus en plus. Dans sa bourse, elle avait quelques gallions pour faire des achats dans les magasins du chemin de Traverse. Elle espérait bien faire un tour chez le libraire, trouver de petites perles et s'asseoir dans un nid de poussière pour feuilleter les pages des vieux manuels. Si elle avait pu, elle aurait aussi demandé accès à la bibliothèque de Poudlard : elle était très réputée, mais c'était difficile, étant donné qu'elle n'avait jamais été élève là-bas et qu'elle devait faire attention à chacun de ses gestes.

Damaris était donc sur le point de se rendre là-bas, lorsqu'un bruit – un cri plutôt – attira son attention. Elle fronça les sourcils, très vite, se dépêcha de se cacher dans l'ombre d'une ruelle pour mieux ce qu'il pouvait se passer. Elle sortit tout aussi discrètement un masque de la bourse, l'enfila : maintenant, on ne distinguait plus un seul centimètre de sa peau, et elle pourrait agir si c'était bien ce qu'elle pressentait.

Elle aurait eu du mal à se tromper : ce genre de chose arriva assez couramment, malheureusement. Il n'était pas rare qu'un de ces types qui adoraient Grindelwald ose s'en prendre à un malheureux moldu. Elle ne comprenait pas comment ces lâches pouvaient avoir le culot de s'en prendre à quelqu'un qui ne pouvait pas se défendre et se l'expliquait souvent par une vie sexuelle inexistante. La première fois qu'elle avait été témoin d'une scène comme celle-là, elle avait dû se griffer pour ne pas intervenir : si elle l'avait fait, ils l'auraient reconnu, ils l'auraient tuée...et puis l'homme était mort, sous ses yeux. Les autres fois, elle avait été toujours plus prudente en agissant masquée. Les sorts sans baguette étant sa spécialité, elle ne brandissait aucun bout de bois qui aurait pu la faire trahir par une simple description, et comme les personnes à la peau noire était assez rares ici, surtout sorcières, elle couvrait le moindre centimètre de peau.

La femme était entourée de trois abrutis qui l’acculaient contre un mur. Il était évident qu'elle aurait pu se défendre, mais à ce que Damaris voyait, elle était sous l'emprise d'un sortilège d'Imperium. Il y eut une brusque lumière, et l'un d'entre eux jeta de nouveau un Doloris, faisant se tordre de douleur la pauvre victime. C'était trop...C'était tout ce qu'elle pouvait supporter. Que ce soit des dévots de Grindelwald ou pas, elle ne pouvait supporter une telle sauvagerie.

Damaris souffla, puis entra en scène. Tout était parfait : ses gants, sa cape qui tenait en place, son masque. Rien ne risquait de se faire la malle ni de tomber par inadvertance, elle s'en était assurée de multiples fois.

« Eloignez-vous d'elle. »

Sa voix lui parut volontairement grave. Les hommes se tournèrent vers elle, un peu interloqué. L'éclat qui éclaira leurs yeux lui confirma qu'ils avaient entendu parler d'elle, du moins de sa réputation. La respiration de Damaris se fut plus lente, tandis qu'elle se préparait au combat...puis elle sauta derrière un tonneau, envoyant un Stupéfix à l'homme qui se jetait sur elle. Le Jeu devenait sérieux et des rayons verts bondissaient contre les murs tandis qu'elle se déplaçait en courant.

« AVADA KEDEVRA !!!! », cria-t-elle.

Le deuxième homme fut touché en plein torse et s'écroula, mais le troisième lui échappait toujours. La jeune femme, fatiguée d'avoir lancé ces deux sorts sans baguette courut vers la fille, prit son bras et transplana.

...Elles retombèrent sur le toit d'un immeuble que Damaris connaissait bien. C'était un peu au Nord de Londres et ça aurait l'avantage de semer le doute. Essoufflée, elle imposa un sort d'Oubliettes à la pauvre fille, puis disparut de nouveau en transplanant vers le chemin de Traverse.

Damaris atterrit un peu avant dans une ruelle peu fréquentée, où elle enleva le masque et ses gants : ceux-ci pourraient la trahir. Elle mit un chapeau de sorcière et se glissa dans l'allée fréquentée par les sorciers. Il y avait un grand raffut et au beau milieu de tout cela, elle reconnut l'homme qu'elle avait agressé. La jeune sorcière fit demi-tour, baissa le chapeau un peu lorsqu'elle constata qu'une partie de sa cape avait été entamée par un sort. Merde.

Elle se précipita dans une boutique, au hasard : pourquoi, par Merlin, était-elle retournée par ici ?

Revenir en haut Aller en bas


Aoife O'Connor
dance be the ritual of immortality
avatar
dance be the ritual of immortality
Parchemins :  396
Crédits :  marge & tumblr.
 
Âge :  27 ans (02.08.1925)
Sang :  Souillé, faussement mêlé sans magie au sein d'un monde qui ne vie que pour elle.
Allégeance :  Lux, la mémoire de Dumbledore la pousse à se battre, la mémoire de son père la pousse à rester en vie.
Profession :  Danseuse étoile moldue, elle vit de son rêve. Secrétaire du chef du département de contrôle et de régulation des créatures magiques, elle se nourrit d'informations qui peuvent sauver la vie d'autres, qui peuvent aider le combat.
Ancienne école :  Aucune, une différente magie traversant ses veines, elle n'a jamais connu une quelconque école.

Priori Incantatem
am i free?: yes
Inventaire:
code couleur: teal
http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t719-aoife-o-trying-to-find-a-way-to-be-okay http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t699-aoife-o-i-guess-i
MessageSujet: Re: Hide & seek { Aoife   Ven 20 Jan - 15:54



HIDE & SEEK


DAMARIS & AOIFE

JANUARY 1952

Les jours se ressemblent autant qu’ils s’opposent. Certains sont parfaits. Une perfection telle qu’elle ne peut s’éloigner d’eux. Une perfection telle qu’elle ne désire que de les voir continuer. A jamais. Une telle journée est simple. Une telle journée ne consiste pas de grand-chose. Elle a besoin de danser, Aoife. Elle a besoin de sentir les mouvements de son corps. Elle a besoin de sentir la douleur de l’art. Elle a besoin d’entendre la douce musique. Par-dessus tout elle a besoin de sentir les yeux d’autres. Elle veut les voir caresser son corps. Elle veut les sentir embrasser ses courbes. Elle ne désire que d’être le centre de l’attention, Aoife. À quoi bon vivre autrement ? À quoi bon perdre son temps dans un monde qui ne la considère pas supérieure ? Elle vit pour l’attention, Aoife. Elle vit pour l’attention qu’on lui offre lorsqu’elle entre sur scène. Mais elle n’y entre pas tous les jours, Aoife. Elle ne peut y entrer tous les jours. Elle ne peut le faire parce qu’elle a promis de ne pas le faire. Ainsi, certains jours diffèrent. Certains jours lui volent la danse. Certains jours lui volent l’attention. Elle se perd dans un monde qu’elle a souvent désiré quitter. Elle se perd dans un monde qu’elle a quitté. Plusieurs années durant, elle s’est éloignée. Et puis elle est revenue. Elle est revenue dans un monde qui ne l’admire pas autant qu’il se doit de le faire. Elle est revenue dans un monde qui ne la considère pas supérieure. Elle est revenue dans un monde qui ne veut pas d’elle. Elle est revenue dans un monde qui ne voudra jamais d’elle. Et pour la première fois, elle s’occupe d’autrui, Aoife. Elle suit les principes d’une organisation qui se bat pour une vie meilleure. Elle se bat pour une organisation qui rêve. Elle se bat parce que son père s’est battu. Elle se bat parce que son père ne se bat plus. Elle se bat sans se battre. Elle ne peut se battre, Aoife. Incapable de manipuler cette magie que tant connaissent. Incapable de tuer avec aise. Incapable de blesser. Incapable de se défendre. Incapable de se défendre parce que se défendre signifie signer son arrêt de mort. Incapable. Incapable, pourtant parfaite. Parfaite dans son corps. Parfaite dans son être. Parfaite dans sa perfection.

« N’oublies pas les cabines d’essayage avant de partir, Aoife. » Cette journée n’est pas parfaite. Cette journée est loin de l’être. Pourtant, Aoife l’est toujours. Resplendissante dans sa tenue fatiguée. Resplendissante dans son visage fatigué. Resplendissante jusqu’au plus profond de son être. Elle n’offre qu’un signe de tête à l’homme et à ses ordres. Puis il disparait. Un court moment durant, elle ne bouge pas. Elle respire délicatement, Aoife. Une mèche de cheveux s’est échappée de son chignon. Une mèche de cheveux s’est collée à son visage. Elle la replace d’un geste précis. Seule, elle se prend à préparer son corps. Elle le prépare pour la longue répétition qu’elle s’apprête à rejoindre. Elle le prépare pour la soirée dans laquelle elle va se perdre. Elle se prend à danser, Aoife. Doucement, sans ressentir le besoin d’entendre une quelconque musique. Ses pointes sont parfaites. Ses mouvements gracieux. Elle se laisse portée un instant. Portée par l’œuvre qu’elle créé avec élégance. Puis on la ramène violemment sur terre. La clochette chante, tandis qu’on se faufile à l’intérieur de la boutique. Énervée de s’être fait privée d’un moment parfait, Aoife se tient droite. « La boutique est exceptionnellement fermée cet après-midi. » Elle s’apprête à inciter l’inconnue à s’enfuir, mais se retient. C’est la peau d’un noir de jet qui réveille la curiosité de la banshee. Elle en a entendu parler. De cette sorcière qui semble mener une guerre solitaire. Ses actions sont remontées jusqu’aux oreilles du conseil. Ils désirent lui offrir une chance. Mais là n’est pas le rôle d’Aoife. Elle se contente d’écouter. Elle se contente de répéter ce qu’elle entend. La n’est pas sa place. Pourtant. Pourtant elle ne peut la faire disparaitre. Pas alors qu’elle est ainsi introuvable. Elle inspire profondément, Aoife. Elle s’appuie sur le balai qu’elle tient toujours à la main. « Que puis-je faire pour vous ? » Elle lui tend une main invisible, Aoife. Les réponses façonneront sa réaction. Si la sorcière en est digne, on la présentera à un recruteur. Si elle ne l’est pas, tant mieux. Aoife ne manquera pas sa répétition pour si peu.



accent disclamer & others:
 
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Hide & seek { Aoife   Mer 1 Fév - 21:41

Damaris avait du mal à reprendre sa respiration. Elle était là, observant à travers la vitre de la porte ce qu'il pouvait se passer dehors. Elle entendait l'agitation qui régnait dehors et pour la première fois depuis longtemps, eut peur qu'on ouvre ladite porte et la chope. Elle se demandait quelle folie l'avait prise de retourner sur le Chemin de Traverse, hormis qu'elle devait acheter quelques produits pour la santé de son « adorable maître ». Dehors, il y avait les premières lueurs de la nuit, et ses torches qui se promenaient partout, à sa recherche. Elle jeta un rapide regard autour d'elle comme une biche en fuite l'aurait fait, se rendit compte qu'elle était dans un magasin de vêtement.

La voix d'Aoife la surprit : elle sursauta, mit la main à son cœur tout en mettant sa main sur sa bouche, comme si elle voulait lui intimer le silence. Dans la précipitation, elle ne prit pas le temps de regarder à quoi cette femme pouvait ressembler. Tout ce qu'elle savait, c'était qu'elle comptait sur elle pour le moment, et que si elle était une ennemie, elle ne tarderait pas à hurler au loup. Damaris gardait ses dernières forces pour transplaner.

Le bruit de la chasse à la sorcière arrivait par ici. Elle les entendait qui ouvraient les portes des magasins, qui posaient des questions aux passants. Difficile de dire à ce moment ce que ressentait réellement Damaris : elle était figée, peut-être par irréductibilité de la situation. La jeune sorcière se plaça contre un bout de mur, de manière à ne plus être vue à travers la vitrine du magasin, et chaque seconde parut être une minute, alors qu'elle les entendait la chercher dans toute la rue. Elle écoutait leurs rires gras de blancs trop nourris, sa respiration qu'elle réduisait volontairement de manière à être aussi silencieuse que celle d'un mort, elle était attentive à tous les bruits de la rue, que ce soit ce type qui disait que la personne qu'ils cherchaient devait être partie depuis longtemps, ou ce monsieur qui persuada les autres de faire demi-tour et de faire un signalement à la police.

Cinq minutes, à moins que ce ne soit dix, Damaris était tombée par terre, épuisée. Elle avait ressenti une telle tension sans trouver un moyen de s'échapper qu'elle en ressentait une grande fatigue émotionnelle. Elle sentait ses joues humides et d'ailleurs, les essuya d'un geste sec, horrifiée d'être surprise dans une telle situation. Ses yeux, elle, ne lâchaient pas la jeune employée du magasin. Elle aimait son regard noir, la manière dont elle prenait la vie et ses formes lisses.

Tremblante mais décidée, Damaris se releva. Elle prit garde de ne toucher à aucun vêtement, dans un souci de précaution, mais aussi parce que les blancs avaient un mépris certain sur ce que les membres de leur race pouvait causer par le toucher.

« Pardon. », fit-elle, d'une voix basse. Ça lui échappe miraculeusement.

« Merci de ne pas avoir dit que j'étais ici. Vous m'avez demandé ce que vous pouviez faire pour moi, mais rien. Vous êtes parfaite, vous avez été parfaite. »
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Hide & seek { Aoife   

Revenir en haut Aller en bas
 
Hide & seek { Aoife
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Hide & Seek {Kyle}
» no time to play hide and seek. (ft. fleur)
» hide and seek.
» IV,1 - hide and seek (gargaria)
» Japan Expo 16 du 2 au 5 juillet 2015

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: