Soutenez le forum
Votez pour M&M sur les top-sites et faîtes passer le mot!
Bazzart - PRD.
Ecoulement du temps
Nous sommes actuellement en juillet 1952
Cinquième version du forum
On vous donne rendez-vous ici pour vous tenir au courant des dernières nouveautés!
Intrigue n°4
Venez vous faire entendre au Ministère, au Chemin de Traverse ou à Poudlard.

 | 
 

 INTRIGUE 3: Grand bal du gouvernement

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
avatar
Admin
Parchemins :  393
Crédits :  Odistole (avatar), astra (code signa), Marge (crackship), Tumblr (gif)
 
Âge :  48 ans, le demi siècle s'approche et avec lui toutes ses promesses.
Sang :  Pur, depuis toujours et pour toujours - âme souillée de tout les pêchés, le poids du monde sur les épaules.
Allégeance :  Grindelwald, jusqu'à la mort de celui-ci. Il ne pense à présent plus qu'à lui-même, prêt à tout pour s'hisser sur le trône vacant. Les Zdravko sont pour cela essentiel, sa loyauté prétendument donnée à Aleksei.
Profession :  Directeur du département d'unification des nations, une fonction de la plus haute importance pour l'homme qui manie le bulgare aussi bien que l'anglais. Dévoué depuis 1948 à la cause de celui en qui il croit (bras droit chez les Spasenis).
Ancienne école :  Il est né dans la mauvaise génération, Galaad. Il est né avec ceux condamnés aux murs du château anglais, ayant toujours regretté quelque part ne pas avoir fait ses classes dans le froid de Durmstrang. C'est donc sous l'étendard des verts et argents qu'il a effectué sa scolarité - loup parmi les agneaux s'il en est.

Priori Incantatem
am i free?: yes
Inventaire:
code couleur: #cc3300
MessageSujet: Re: INTRIGUE 3: Grand bal du gouvernement   Jeu 23 Fév - 23:26

Le regard de Galaad parcourt inlassablement la foule, s'arrêtant de temps à autre sur des personnalités tenues à l'oeil par le gouvernement. Ses billes fixent et repartent de plus belle, une partie de son attention cependant tournée vers son interlocuteur. Il a de l'affection pour le chasseur, Galaad. Il a gagné le respect du Slughorn de par son efficacité, le bras droit admiratif - au fond - des facilités du bulgare avec les flammes. Absolument fascinant. Il aperçoit au loin les frères Karkaroff en pleine discussion avec le dévot Quirrell, la plus jeune fille de ce dernier perdue aux côtés d'un mari trop sournois pour elle. Il n'y a pas de place pour la compassion au coeur du gallois cependant et après avoir adressé un rapide salut du menton à Grigor, Galaad retourne bien vite les yeux sur Yevgeniy. Il s'apprête à reprendre la parole lorsque la silhouette de Mihayl Krum, accompagné de sa nièce - Anwen, se profile à leurs côtés. Le jeune homme est accueilli par un sourire poli de la part de son supérieur. « Monsieur Slughorn. Monsieur Murdarov. »

Il sait, Galaad, que les Krum n'ont pas toujours la meilleure des réputations. Mais celui qui a gravit les échelons à coups de poignard dans le dos appréciait Aleksandar, tout comme il apprécie son fils. Il se tue à la tâche, Mihayl. Et c'est une qualité que l'anglais apprécie tout particulièrement. C'est cette qualité plus que toutes les autres qui a poussé Galaad à envisager une alliance entre leurs deux familles. « Mihayl. Anwen. » un geste poli du menton alors qu'il porte sa propre coupe à ses lèvres. Il ne manque pas la pique à peine voilée de la jeune femme, un sourire carnassier passant brièvement sur ses lèvres. Il n'a pas fini de bouger ses pions, le patriarche, et probablement Anwen a t'elle bien consciente de n'être au fond qu'une pièce parmi les autres.

Ses yeux se posent plus particulièrement sur le jeune bulgare alors qu'il reprend la parole - « Vous passez une bonne soirée ? » - comment pourrait-il en être autrement après tout alors que l'évènement est tenu par Grindelwald lui même. Alors qu'il sont là pour honorer et protéger l'homme auquel ils ont tous prêté allégeance. Et si la conversation est en apparence innocente, et si son ton est extérieurement neutre - il sait que Mihayl en saisira les sous-entendus. Il est attentif, Galaad. Et s'il apprécie le jeune homme, il a bien longtemps apprit à ne pas accorder sa confiance sans une enquête minutieuse. Contrôlant toutes ses relations d'une poigne de fer, tournant la page sur les encombrants sans même un regard. Ses faveurs un jour, son courroux le suivant.


You'll never know what hit you, won't see me closing in. i'm gonna make you suffer. this hell you put me in, i'm underneath your skin. the devil within. you'll never know what hit you.


Not impressed:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Silencio
Parchemins :  306
Crédits :  viceroy
 
Âge :  31 yo
Sang :  Sang-Mélé, dû à un manque de visibilité sur les statuts des arrières grands parents.
Allégeance :  En apparence pro-régime, en raison de son poste au ministère, Kieran fait semblant de courber l'échine pour accomplir sa vengeance. Il a déja aidé les mangemorts, une fois, mais on ne l'y reprendra plus : son allégeance réelle va aux Lux, plus par manque d'un autre choix que par convictions, mais ce sont les seuls qui ne mettront pas à feu et à sang le pays dans une quête absurde de pouvoir.
Profession :  Juge d'instruction au Magenmagot
Ancienne école :  Serdaigle

Priori Incantatem
am i free?: yes
Inventaire:
code couleur: steelblue
http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t853-rising-from-the-ashes-kieran http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t813-don-t-put-the-bla
MessageSujet: Re: INTRIGUE 3: Grand bal du gouvernement   Lun 27 Fév - 15:33


La fête bat son plein, les gens se pressent partout et il devient malaisé de poursuivre une conversation sans être bousculé ou interrompu par le passage d’un serveur, un rire tonitruant ou un violoncelle un peu trop aigu. Pourtant, Kieran s’accroche, perd peu à peu de sa garde et reporte son attention sur Zelda, pris au piège comme bien des hommes avant lui du regard émeraude d’une jolie poupée. Il se dit qu’il ne craint pas grand-chose d’elle, que d’autres içi risquent plus leur vie que lui, que Silvanus va arriver bientôt, et qu’il n’y a pas de mal à faire connaissance, un peu. Se faisant, il agit comme tous les autres, sans s’en rendre compte.

Demain, peut-être, il comprendra qu’il aurait du être plus vigilant, plus attentif, qu’il aurait sans doute du poliment remercier la jeune femme et s’écarter, s’éclipser. Mais même s’il n’est plus auror, s’il ne cherche pas l’avancement, Kieran reste quelqu’un qui apprécie une bonne conversation, un mystère, une femme à l’aura un peu fragile. Et si Zelda ne respire pas la santé ou l’arrogance des grandes sang-pures de l’assemblée, elle a tout d’une jolie fleur qu’on ne veut pas abimer. Du moins, qu’il ne veut pas abimer.
Il ne prend pas ombrage ni de sa phrase, ni de la façon dont elle ne lui assure pas sans plus tarder qu’il n’est pas dérangeant de ne pas savoir prononcer un nom étranger. C’est une faute de Kieran, pas celle de Zelda, et c’est rafraichissant de voir une femme qui ne cherche pas automatiquement à mieux se faire voir en se répandant en excuses inutiles. A lui de faire un effort, pas à elle, surement, et s’il avait proposé de l’appeler par son prénom en tout bien, tout honneur, le fait qu’elle ne lui en donne ni la permission ou le refus l’intriguait un peu plus. Une femme très bien née lui aurait opposé un refus, d’autres auraient ri et accepté l’échange de prénoms. Zelda, elle, se fichait bien de cette convention, apparemment. Sans doute trop blasée par le nombre de personnes lui ayant demandé la même chose, faisant passer Kieran pour le dernier d’une longue lignée. Voulait-il faire une meilleure impression que les autres ? A lui de trouver une façon.

Son rire le perturbe alors, tout comme il l’enchante. Kieran la regarde se transformer sous ses yeux, alors qu’elle s’épanouit, se moque surement de lui, sans qu’il puisse en prendre ombrage. Il a surement fait une gaffe en l’associant à son but pour la soirée, il le voit maintenant, mais il ne voit pas comment. Est-elle si haut placée que personne ne mérite de la rencontrer ? Ou alors a-t-elle un but plus sombre, une mission tout autre à accomplir ? S’il se fiait à son instinct, rien ne lui dirait que la jeune femme est dangereuse, mais il s’est déjà fait avoir par des sorcières à peine plus âgées qu’elle. Alors, quoi ?
Lorsqu’elle le regarde à nouveau, il avale une gorgée de plus, presque nerveux, étonné de sentir aussi impacté par son regard, sa présence. Il est vraiment temps qu’il sorte à nouveau, qu’il vive, si une fille si jeune lui fait de l’effet avec un sourire sincère.

Il rentre dans son jeu, alors, sans arrières pensées, mais parce que cela fait trop longtemps qu’il n’a pas été bienveillant, lui aussi. Alors il sourit à la belle, pendant qu’elle aiguise sa curiosité. C’est bien ce qu’il pensait, ils n’ont pas le même intérêt pour ce gala, absolument pas le même. Un autre jour, une autre femme, il aurait tenté de la questionner, de la cuisiner, mais au final, ce n’est plus son role, n’est ce pas ? Esher était l’auror, lui n’est que le juge du fait accompli. Peu lui importe qu’elle empoisonne un bulgare, elle peut les empoisonner tous, si elle le souhaite. Lui ne sera jamais qu’un témoin.

« Je devais avoir de la compagnie, mais il semblerait qu’il m’ait fait faux bond. » A vrai dire, son sourire se crispe dans une grimace, alors qu’il remarque le temps qui passe. Que diable fait Silvanus ? Il pourrait parier que son ami a trouvé une créature abandonnée sur un coin de trottoir et a complètement oublié la soirée, où qu’il est parti boire un verre et s’amuse très bien sans lui. Il préfère imaginer ça, aussi, plutôt que quelque chose de plus grave. Silvanus sait que Kieran compte sur lui, pour les filles, pour tout. Il n’irait pas se mettre en danger, surement pas le seul soir où l’irlandais a une obligation de présence.

Tentant de mettre l’inquiétude de coté, décidé à passer une soirée plus agréable que les quinze dernières autres, il se reprend, se passe une main dans les cheveux. Le voilà mal à l’aise devant une gamine. « Et vous ? Si je vous importune, il faut me le dire, je ne voudrais pas gâcher votre soirée. »

Elle ne gâche clairement pas la sienne, mais il faut respecter les règles, encore et toujours. Il serait idiot qu’un mari ou un fiancé ne lui tombe dessus parce qu’il tourne autour d’elle, même si quelque chose dans sa démarche chaloupée et son sourire lui font comprendre qu’elle sait à quoi elle joue. Et Kieran serait mauvais joueur de refuser de discuter, de se tester, si c’est ce que Zelda souhaite. Après tout, ce que femme veut…


you take the pain i feel

Revenir en haut Aller en bas
avatar
pnj
Parchemins :  396
http://www.mudbloodsandmurmurs.com
MessageSujet: Re: INTRIGUE 3: Grand bal du gouvernement   Lun 27 Fév - 18:31

Le bal interrompu
une apparition soudaine

Un patronus et puis le silence
Le bal suit son court. Des piques de glace se glissent parmi les mondanités, des alliances se créent et d'autres se délient. Une soirée habituelle sous le régime du bulgare, somme toute. Et puis, toutes les lumières s'éteignent. La musique se meurt et le silence retombe, étouffant, comme une chape de fer sur la salle bondée. Les murmures commencent rapidement, les convives se rassurant l'un l'autre - ou au contraire, en profitant pour faire peur à leur voisin.

Jusqu'à ce qu'un renard argenté n'apparaisse au milieu de la piste de danse, les invités se reculant pas à pas. Certains effrayés, d'autres intrigués. Inquiets pour la plupart. C'est la voix d'un membre de la milice absent qui s'élève au milieu de la salle. « Pré-Au-Lard est sous attaque. Les Mangemorts et les Lux sont sur place. Je répète, Pré-Au-Lard est sous attaque. »

La panique ne tarde pas à prendre la foule, Grindelwald portant sans tarder sa baguette au niveau de sa gorge, sa voix amplifiée résonnant au creux même des os des partisans. « Spanesis, rassemblez vous. C'est le moment où jamais de prouver votre loyauté au régime en place. Ce soir, nous mettrons un terme à la terreur. A vous tous ici présents, qui n'êtes pas dans nos rangs mais qui pourtant festoyez avec nous, ceci est le moment d'également prouver votre loyauté. Battez vous à nos côtés. Maintenant ou jamais. »

La menace est à peine voilée alors que, déjà, les plus fervents partisans du chef des nations transplanent vers le village sorcier.

Le bal vient décidément de changer de visage.
Informations pratiques
- N'hésitez pas à faire des posts courts! L'important ici est de faire avancer l'action rapidement plus que de faire des longs messages!

- Malgré le discours de Grindelwald, il n'y a aucune obligation de transplaner (à part si vous faîtes partie des Spanesis, là, l'ordre est direct). Pour les neutres, par exemple, vous pouvez tout à fait continuer le sujet ici même, dans l'angoisse de l'attente.

- Pour ceux souhaitant transplaner au village, rendez-vous par ici.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin
Parchemins :  400
Crédits :  FRIMELDA (avatar), Tumblr (gifs), bat'phanie (code signa)
 
Âge :  21 hivers étalés sous les pieds - 21 pages déjà tournées et bien trop d'encre versée sur des ratures.
Sang :  Mêlé. Presque pure mais déjà trop souillée.
Allégeance :  La poupée s'aligne sur qui l'étouffe - Zelda se laisse aller au milieu du contexte actuel, penchant vers les Mangemorts par commodité.
Profession :  Danseuse, l'écran de fumée ondule et se réinvente pour qui désire la voir. Prostituée, la luxure au creux des cuisses.
Ancienne école :  "La vie" aurait-elle pu répondre.

Priori Incantatem
am i free?: yes
Inventaire:
code couleur: #E3830E
http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t542-shameless http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t504-under-the-sheets-
MessageSujet: Re: INTRIGUE 3: Grand bal du gouvernement   Lun 27 Fév - 23:57

Elle joue, insouciante en apparence. Il est facile, pour la danseuse, de séduire les hommes. Ils ne sont après tout pas bien différents les uns des autres pour celles qui les connaît par coeur. Des sourires timides et quelques cils battants, un déhanché à l'innocence toute maitrisée et des yeux profonds desquels elle arrive à chasser l'ennui. De ses orbes azur, l'Islandaise aguiche et provoque. Le chant des sirènes résonne au fond de ses mers turquoises, plante venimeuse. « Je devais avoir de la compagnie, mais il semblerait qu’il m’ait fait faux bond. » elle fait la moue quelques secondes, la comédienne. Portant la coupe à ses lèvres alors qu'elle murmure devant son visage crispé. « Je suis désolée. » la formulation correcte aurait été vous m'en voyez désolée mais l'anglais s'échappe et se rebiffe contre son palais. Le vocabulaire manque à l'étrangère et trahit ses origines, bien loin des bonnes familles diplomatiques. « Et vous ? Si je vous importune, il faut me le dire, je ne voudrais pas gâcher votre soirée. » - Zelda sourit. Elle sourit d'un de ces sourires qui hurlent "tu ne sauras jamais la vérité". Elle sourit d'un de ces sourires qui pleurent en même temps qu'ils ne rient. D'un de ces sourires qui chuchotent "tu ne veux pas savoir la vérité". Que peut-elle bien lui répondre, après tout, le jouet. Que sa compagnie est un baume, bien loin du veillard au bras duquel elle est arrivée? Que ces quelques minutes passées à discuter avec lui sont un havre, au milieu d'une soirée autrement cruelle? Elle voudrait pouvoir lui dire, Zelda. Mais les mots se bloquent et elle se retrouve à hocher la tête, doucement, une épaisse mèche de cheveux venant barrer ses yeux. « Oh non pas du tout. » avant d'ajouter, plus bas. « je passe une bonne soirée. » - le mot bon est tout relatif et crie ses mensonges mais c'est là tout ce qu'elle peut lui offrir pour le moment.

Elle s'apprête à relancer la valse lorsque les lumières s'éteignent brusquement. La musique se tait dans un soupir et l'ambiance se fait plomb au coeur de leurs poitrines. Un frisson dégringole le long du dos de la danseuse, Zelda se prenant à regretter - l'espace d'un instant - la sécurité viciée du cabaret. Une forme apparaît et la panique court parmi la foule. Elle ne bouge pas Zelda. Elle ne dit rien, les yeux fixés sur le renard qui s'est pourtant évanoui depuis plusieurs secondes. La voix de Grindelwald est lointaine, étrangère. Elle n'a pas peur, Zelda. Pour avoir peur, il faut avoir quelque chose à perdre. Elle a déjà tout joué, elle. Tout risqué. Tout abandonné. Elle met quelques minutes à relever les yeux sur Kieran, lasse au milieu de la foule qui s'agite. Le masque s'est fissuré et la jeune femme joueuse des minutes précédentes est morte avec les dernières notes de musique. C'est de nouveau l'Opium et la lassitude qui animent la commissure de ses lèvres alors que son ton se fait traînant. « Je ne sais pas transplaner. » comme si cela se suffisait à soi-même. « Pouvez-vous me déposer sur le Chemin de Traverse ? » le seul endroit de Londres qu'elle connaît comme sa poche. Qu'il la dépose dans la lumière d'un lampadaire et la laisse retourner dans ses ténèbres. Alors qu'elle repose sa coupe de champagne sur un plateau - « Merci pour la soirée. » les gestes vides et les mots mécaniques.

Les rouages de la poupées sont rouillés.


broken doll.
Their tears are filling up their glasses. No expression, no expression. Hide my head, I wanna drown my sorrow, No tomorrow, no tomorrow.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Silencio
Parchemins :  306
Crédits :  viceroy
 
Âge :  31 yo
Sang :  Sang-Mélé, dû à un manque de visibilité sur les statuts des arrières grands parents.
Allégeance :  En apparence pro-régime, en raison de son poste au ministère, Kieran fait semblant de courber l'échine pour accomplir sa vengeance. Il a déja aidé les mangemorts, une fois, mais on ne l'y reprendra plus : son allégeance réelle va aux Lux, plus par manque d'un autre choix que par convictions, mais ce sont les seuls qui ne mettront pas à feu et à sang le pays dans une quête absurde de pouvoir.
Profession :  Juge d'instruction au Magenmagot
Ancienne école :  Serdaigle

Priori Incantatem
am i free?: yes
Inventaire:
code couleur: steelblue
http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t853-rising-from-the-ashes-kieran http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t813-don-t-put-the-bla
MessageSujet: Re: INTRIGUE 3: Grand bal du gouvernement   Mar 28 Fév - 14:23


Il badine, détendu, tentant de retrouver des mécanismes, des automatismes qu’il n’a pas utilisés depuis des années. Le fait que Zelda soit toujours là prouve qu’elle n’est pas tant attendu que ça, ou du moins qu’elle n’a pas un grand intérêt pour celui ou celle avec qui elle est arrivée. Il ne fait pas grand cas de sa façon de parler, plus familière qu’elle ne devrait être, sans doute. Vivre avec deux enfants et un Silvanus vous aide à oublier le protocole, d’autant plus qu’il sait désormais qu’elle n’est pas anglaise. Cela lui donne même un charme en plus, une fraicheur à l’opposé des dizaines de demoiselles de bonne famille qui ne parlent qu’en présence de leur père ou de leur frère, pour débiter des paroles insipides.

Au moins ne la dérange-t-il pas. C’est quelques heures de gagnées, une flamme d’intérêt au milieu d’un océan d’ennui. En se remémorant ce qu’aurait pu être sa soirée sans elle, Kieran a presque l’envie de lui offrir des fleurs pour la remercier.  Pas de platitudes, pas d’intrigues inutiles, pas de flagornerie. Alors qu’ils s’apprêtent à continuer leur discussion, cependant, il sent un malaise qui s’installe, quelque chose de viscéral, de froid, s’insinuant en lui.
Patronus. Une lumière bleutée illumine la salle, cadavérisant les visages, supprimant le faste du gala pour laisser place à la curiosité ou à la peur. Peu de gens oseraient envoyer un patronus, ici, à cette heure, à ces gens. Kieran sait avant même que le renard ouvre la bouche que les nouvelles ne seront pas bonnes, et toute la soirée s’efface, le bon, le mauvais, Zelda elle-même, alors que l’adrénaline se met à courir dans ses veines.

Il se rapproche de la jeune femme, protecteur instinctif, une main prête à la soutenir au cas où elle accuserait le coup, l’autre levée en direction du patronus, sa baguette en place. Il n’a pas souvenir de l’avoir dégainée, mais les automatismes ont du bon. Pré-au-Lard, attaquée. Les terroristes. Lux.
Il n’entend presque pas Grindelwald faire son discours, alors que son cœur bat à cent à l’heure. Le champagne a un gout de cendre sur ses lèvres, et il sait, oh combien il sait qu’il n’a pas le choix que de se joindre à eux. Voilà où est Silvanus. Voilà où il est parti, comment, pourquoi, il n’en sait rien, mais il sait que le Kettleburn est là bas, en train de se battre, sans se douter que tous les spanesi vont rappliquer. Il a envie de jurer et se retient de justesse, conscient des regards, de l’ambiance, alors que les gens se mettent à bouger, à crier pour les plus stupides. Une chose à la fois.

« Je vais vous déposer. » C’est tout ce qu’il arrive à dire, alors que Zelda lui demande de la ramener. Elle est une ancre à sa colère, et il tente d’adoucir ses traits, même s’il sait être complètement lisible. Il note surement dans un coin de son esprit ce qu’elle lui dit, mais il est incapable de se concentrer complètement sur elle, et ce n’est qu’en la prenant par la taille pour les transplaner tous les deux qu’il se rend compte qu’il outrepasse clairement son rang.

Un crac plus loin, et les voilà loin de la foule, dans la nuit. La rue commerçante est vide et fantomatique, et Kieran se sent pris d’un remords. Il ne peut pas rester, mais laisser Zelda ici est dangereux aussi. « Vous n’habitez pas loin ? Tenez, prenez ma veste avant d’attraper froid. » Il sait de toute manière qu’il va transfigurer sa tenue dés qu’il sera seul, puisqu’un vêtement de fête n’est vraiment pas adapté à une bataille. Alors il pose sans lui laisser le temps de parler son manteau noir sur ses épaules dénudées, et il se penche pour lui baiser la main, l’esprit ailleurs et les yeux durs. « Je suis désolé de la tournure des évènements. J’espère que nous pourrons nous revoir dans de meilleures conditions, et ne vous inquiétez pas, tout est sous contrôle. »

Rien ne l’est, mais il reste un membre du gouvernement, et il ne peut pas, ni à Zelda ni à personne, dire ce qu’il pense de la bêtise complète de transformer Pré-au-Lard en champ de bataille. Alors il se recule, s’incline encore, la regarde une seconde et puis transplane. Maintenant, c’est lui, Silvanus, et celui qui se mettra en travers de sa route finira à Azkaban, d’une manière ou d’une autre.


you take the pain i feel

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin
Parchemins :  659
Crédits :  lolitaes
 
Âge :  Trente ans
Sang :  Le sang pur, et une tradition à laquelle il ne compte pas déroger.
Allégeance :  Il porte la Marque des Ténèbres
Profession :  Ancien chef de la brigade magique
Ancienne école :  Serpentard

Priori Incantatem
am i free?: no
Inventaire:
code couleur: seagreen
http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t426-caerwyn-lestrange-let-me-wreck-you http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t416-caerwyn-lestrange
MessageSujet: Re: INTRIGUE 3: Grand bal du gouvernement   Mar 28 Fév - 19:44


Grand bal du gouvernement
Intrigue n°3


Comme souvent, Caerwyn ne se sentait pas à sa place au bal. Il n'était pas friand des mondanités et seule la présence de Melpomène ou de sa famille pouvait lui rendre ces obligations agréables. Mais ils n'étaient pas là ce soir, ils ne pouvaient pas. Ce qu'ils faisaient ce soir était bien plus important, mais aussi terriblement dangereux. Caerwyn le savait, il passerait la soirée avec l'estomac noué d'inquiétude quant à la mission de Pré-au-Lard.

Edna et lui ne se mêlèrent pas totalement à la foule, préférant rester à l'écart pour simplement montrer qu'ils étaient présents. Mais une connaissance de la jeune Prewett vint les accoster et se présenta. Caerwyn ne connaissait pas la jeune femme, il lui répondit poliment et ils discutèrent quelques minutes avant que les lumières ne s'éteignent subitement. D'un coup, son coeur tomba dans ses talons. Il se passait quelque chose. Melpomène était peut-être en danger.

Lorsque le patronus apparut pour leur annoncer l'attaque de Pré-au-Lard, Caerwyn ferma les yeux pour s'obliger à garder son sang froid. Il ne pouvait pas se jeter dans la gueule du loup et révéler à tous son allégeance. Il devait jouer le jeu, encore un peu. Il se tourna vers Edna.

Rentre chez toi. Je dois y aller.

Il était, après tout, le chef de la brigade magique, et c'était son rôle de maintenir l'ordre. Il fit un signe de tête en direction de Quitterie également.

Vous devriez rentrer, ou rester ici à l'abri.

Puis il transplana en direction du village sorcier, ses pensées tournées vers une seule personne : Melpomène.

© ACIDBRAIN





Awards:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin
Parchemins :  401
Crédits :  Moi (avatar, code signa, gif profil), Tumblr (gifs signature)
 
Âge :  Vingt six ans (1er juillet), vingt six chandelles qui ont déjà marqué son coeur et son corps de trop de cicatrices.
Sang :  Sang de bourbe, né moldu,.. ce ne sont pas les qualificatifs qui manquent pour décrire cette tare qui le réduit en esclavage. Il ne pourra jamais prétendre à plus, il ne pourra plus jamais prétendre à rien de par ce sang qui souille ses veines depuis la naissance.
Allégeance :  Desislav ne croit en rien et en aucun leader. Mais il croit encore en l'amour, Desislav. En l'amour de Mihayl. Alors il a décidé de le suivre, où le Krum ira - le lié suivra.
Profession :  Fidèle serviteur des Krum, il endosse tour à tour les rôles de majordome, assistant et domestique. C'est là tout ce qu'il se verra jamais offrir.
Ancienne école :  Aucune. Magie faible.

Priori Incantatem
am i free?: yes
Inventaire:
code couleur: #009999
http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t108-desislav-haunted-by-demons http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t101-where-is-it-now-t
MessageSujet: Re: INTRIGUE 3: Grand bal du gouvernement   Dim 5 Mar - 17:53

Les lampes s'éteignent et les conversations se meurent, le coeur du bulgare chutant brutalement au fond de ses talons alors que la musique s'arrête brutalement. Tout cela n'augure rien de bon. Desislav retient sa respiration quelques secondes, cherchant Mihayl des yeux sans même s'en rendre compte, mécaniquement. Il se trouve toujours aux côtés d'autre Spanesis mais le bulgare ne parvient pas pour autant à détourner le regard, ses orbes pleines d'appréhension accrochés à la silhouette de son garant comme à une bouée. Il a vu assez de combats, Desislav. Il a vu assez de combats pour une éternité et le né moldu sait la cause des rebelles perdue d'avance: ils n'en sortiront jamais tout à fait gagnants, de toute façon. La nouvelle de l'attaque de Pré-Au-Lard tombe comme un couperet, et, dans la panique qui commence à s'emparer de la foule, Desislav retrouve Natsiya. Un sourire désolé se perd au détour de ses lèvres alors qu'il se met en chemin vers le reste des Krum. Alors qu'il arrive à la hauteur de Yasen, l'aîné de la fratrie les rejoint rapidement. La main de Mihayl se pose sur son bras et Desislav réprime l'envie de mêler ses doigts aux siens - fuyant son regard gris. « Rentrez tous les deux au manoir. On vous rejoint dès que possible. » - le né moldu hoche la tête d'un air absent. Il ne peut de toute façon pas lui dire ce qu'il voudrait, Desislav. Il voudrait lui hurler d'être prudent, l'intimer de rentrer avec eux au manoir. Lui dire de surtout ne pas prendre de risques. Mais il ne peut, alors il se tait, ravalant les syllabes les unes après les autres. Il se tourne vers Yasen, posa sa main sur le coude de ce dernier alors qu'ils transplanent dans un crac sonore vers le manoir familial - l'inquiétude chevillée à l'estomac et le coeur au bord des lèvres.


are you home ?
it feels like everyday stays the same, it's dragging me down, and I can't pull away. so here I go again chasing you down again. why do I do this? over and over, over and over I fall for you.

cutie en chef:
 
Revenir en haut Aller en bas
 
INTRIGUE 3: Grand bal du gouvernement
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Les 100 premiers jours du gouvernement vus par...
» le nouveau gouvernement
» Soumission au parlement de la feuille de route du gouvernement et des ministeres
» liste partielle du futur gouvernement
» Méréwyïn Alaryïn [Grand prêtre d'Arcamenel] {réservé Ambre}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: