Soutenez le forum
Votez pour M&M sur les top-sites et faîtes passer le mot!
Bazzart - PRD.
Ecoulement du temps
Nous sommes actuellement en septembre 1952
Sixième version du forum
On vous donne rendez-vous ici pour vous tenir au courant des dernières nouveautés!

 | 
 

 I can see the darkness coming and i'm afraid of myself † Lacrymosa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: I can see the darkness coming and i'm afraid of myself † Lacrymosa   Lun 4 Juil - 15:24

Opale Lacrymosa Malfoy
Some are Born to Endless Night.



A little taste of magic on your lips
▲ Nom : Malfoy. Le serpent qui susurre entre les pétales de la rose. La grandeur et la décadence. L’horreur cachée derrière une façade soigneusement polie. C’est son nom. Son fardeau comme sa fierté. Elle a beau les détester elle ne s’imagine pas autrement que Malfoy. Dans le désespoir comme dans la victoire.

▲ Prénom :  Opale pour ses yeux, pour la douce luminescence de sa peau, pour la blondeur presque blanchâtre de ses cheveux. Mais Opale a cessé d’exister il y a longtemps. Lacrymosa des larmes et du sang. C’est ainsi qu’on la nomme désormais. Un prénom si bien choisi pour l’enfant déchue qu’elle est aujourd’hui. C’est une humiliation constante d’entre ce sobriquet. Mais elle l’embrasse et elle l’épouse. Ce sera le fer de lance de sa propre vengeance

▲ Date et lieu de naissance : Un soir venteux d’hiver au cœur même du Manoir Malfoy, entre des draps de soie, derrière de lourds rideaux de velours tirés. A cet instant elle a poussé son premier cri, voila 23 ans déjà.

▲Nature du sang : Aussi pur que la neige et pourtant déjà souillé par le pêché. Ce sang est un poison. Plein de cruauté, de mensonges et d’horreur. C’est un sang qui appelle à la domination, au pouvoir, à l’ambition.

▲Profession : Elle ne travaille pas Lacrymosa. Comment le pourrait-elle ? Elle est un poids. Alors officiellement elle ne travaille pas. Mais en vérité ? En vérité elle gère depuis les ombres qui forment sa toile un réseau d’espion bien entretenu. Il n’est que peu de secrets qu’elle ne sache pas. Et même si nulle ne sait que le pouvoir est au creux de sa main elle n’en jouit pas moins

▲Statut matrimonial : Célibataire … qui voudrait s’attacher aux pas d’une sang-pure abîmée ?

▲Ancienne maison (ou école pour les bulgares) : Serpentard aurait été la réponse la plus évidente. Comme toute sa famille. Mais pour Lacrymosa sa soif de connaissance est plus que grande que son ambition. Ainsi elle est allée à serdaigle, fière sous l’étendard bleu et bronze.

▲Patronus : Une chauve-souris, poétiquement approprié pour celle dont la vue vacille chaque jour un peu plus. Sans doute un jour sera-t-elle comme ses pauvres créatures. Obligée de crier pour pouvoir se repérer.

▲Baguette Magique : Sa baguette est faite dans un bois de bouleau d’une blancheur parfaite, avec à l’intérieur un crin de licorne. Elle mesure 27,5 centimètres, flexible. Mais Lacrymosa ne l’utilise que pour des sorts mineurs qui ne nécessite pas de savoir exactement ou viser. Sinon le bout de bois lui reste tristement inutile la plupart du temps

▲Particularité : Une  maladie magique qu’elle n’a pas choisie. Une lente dégénérescence qui touche ses yeux, la privant peu à peu de sa vue. Désormais elle ne voit que des formes floutées et de la couleur, là ou autrefois elle voyait la beauté du monde dans lequel elle vivait. Et un jour il n’y aura plus que le noir. Des ténèbres terrifiantes auxquelles elle ne pourra pas échapper.


▲Amortentia : l’odeur de la neige et des feuilles d’automnes tombées mêlé de parfum de violette.

▲Epouvantard : Le noir. L’obscurité. Ces ténèbres qui la guettent et auxquelles elle ne pourra rien faire d’autre que succomber. Elles viendront pour elle, la laissant seule et désemparée. L’étouffant et l’emprisonnant à jamais. Le noir la terrorise et même la nuit des chandelles brûlent dans sa chambre pour conjurer cette peur viscérale. Celle de se réveiller dans une obscurité absolue dont elle n’arrivera jamais à se détacher.

Je jure solennellement de faire usage du sortilège
Silencio
pour servir ma cause

"Parlez-nous un peu de vous. Si vous deviez vous décrire en quelques mots que diriez-vous ?"
Lacrymosa elle balance entre l’ombre et la clarté. Entre le vice et la pureté. Aux yeux du monde elle n’est qu’un fantôme évanescent. Une pauvre poupée un peu trop abîmée et désorientée qui sourit quand elle doit, courbe le dos et incline la tête face à la puissance de sa famille. Un pion, un jouet. Une enfant cassée qui n’a que peu de valeur et qui le sait pertinement. Et quelque part c’est vrai. C’est en partie Lacrymosa. Mais elle n’est pas que cela. Elle sait la vérité. « Savoir c’est pouvoir ». Et cette connaissance elle la cherche Lacrymosa. Derrière un masque d’indifférence parfait se cache souffrance et fragilité. Parfois aussi faible qu’un nourrisson, d’autres fois aussi froide qu’une nuit d’hiver. Lacrymosa est pleine de contradiction. Ses mots sortent toujours avec douceur, prononcés d’une voix suave mais elle est aussi coupante qu’un couteau. Derrière une fausse timidité, une vraie intelligence. Dans ses grands yeux bleus de la peur et de la honte à inspirer la compassion au cœur le plus dur. Mais chaque geste est fait pour manipuler. Poupée en apparence, marionnettiste en réalité. Elle veut leur montrer à tous. Elle n’est pas cassée. Elle n’est pas brisée. Ils peuvent bien l’ignorer pour le moment, mais le pouvoir sera un jour entre ses mains et nul ne pourra l’en priver.

"Grindelwald domine l'Angleterre et la Bulgarie depuis 6 ans en quoi cela-t-il influé sur votre quotidien ?"
Peu de choses vraiment. Ou peut-être que si. Peut-être qu’elle devrait être reconnaissante au bulgare de s’être emparé de ces terres. Car il lui a donné une opportunité qui n’aurait jamais existé pour elle sinon. La belle a vingt-trois ans. Poudlard venait de finir pour elle quand le sorcier s’est assis au pouvoir. Déjà la lente dégénérescence de sa vue avait commencé et elle n’était plus qu’un poids mort. La honte de la famille Malfoy. Une enfant sans avenir … car qui trouverait à la marier ? Quelle famille voudrait d’elle-même avec la perspective d’une alliance avec les Malfoy ? Personne. Elle resterait enfermé derrière les murs du manoir familial avec pour seules compagnies les ombres. Mais Grindelwald est arrivé. A tout changé. Bien sûr aux yeux du monde entier son sort est toujours le même et inspire un mélange de compassion et de dégoût. Mais les idiots ne savent rien. Ils parlent et parlent devant elle sans se douter qu’elle ne perd jamais une miette d’information. Sans se douter qu’elle gère avec doigté un réseau d’espionnage, vendant au plus offrant. Et tout cela est dû au bulgare. Alors oui elle devrait sans doute le remercier. Le chaos est désormais le seul endroit dans lequel elle peut exister.

"Vous voyez un passant dans la rue se faire malmener par deux spaseni, serviteurs de grindelwald, que faites-vous ?"
Rien. Il n’y aura pas un soupçon de réaction sur le visage de glace de la jeune femme. Pas un soupir, ni un tremblement. Elle passera sans voir la victime et sans regarder les malfaiteurs. Ses yeux d’opale tournés vers un endroit que nul ne peut voir. Ce n’est pas qu’elle ne ressentira rien. Le dégoût l’effleurera surement. Léger, fugitif. Mais Lacrymosa est tout sauf sotte. Elle ne peut pas se permettre de tendre une main aimable à l’agneau dans un monde ou les loups règnent. Sinon c’est elle qui se fera manger. Et elle est une Malfoy. C’est un sang vibrant qui coule dans ses veines. Le sang des conquérants. Alors elle passera sans mots dire telle une ombre blanche. Indifférente en apparence. Egoïste en vérité. Elle connait trop la dureté de la vie pour aider le premier faible venu Lacrymosa. S’il est digne de régner il le fera. Et s’il ne l’est pas il n’est rien et dès lors elle se moque bien de lui.

« Vous voila devant le miroir du Riséd, que pensez-vous y voir ? »
Elle-même sans aucun doute. Mais elle ne verra pas cette masse floue et blanche trouée par deux tâches bleues au niveau des yeux. Non cette fois elle verra les détails. Elle verra son port de tête altier, elle verra ses longs cheveux flavescent, contemplera la pâleur de sa peau d’albâtre. Verra les yeux bleus printaniers et les cernes qui les entourent. Les lèvres légèrement roses, peut-être un peu trop mince. Son corps aux accents gracieux mais bien trop fin, si fin qu’elle semble prête à se briser comme une brindille ou a s’envoler comme un oiseau selon le choix qu’elle prends. Dans le miroir du Riséd elle verra tout cela Lacrymosa et bien plus encore. Dans ses yeux il y aura la lueur de ce qu’elle aurait pu être. La fière et forte fille Malfoy au sang d’une pureté et incomparable et à l’ambition triomphante. La digne héritière d’une très ancienne famille aux trop nombreux secrets

Mais peu importe. Elle ne verra jamais.


« Par chance, vous vous trouvez en présence des trois reliques de la mort, mais vous ne pouvez en choisir qu’une. Laquelle prendriez-vous ? »
Lacrymosa ne choisirait pas la pierre. Elle n’en a pas besoin. Il n’y a pas d’êtres chers qu’elle a perdus et dont elle souhaiterait retrouver la présence. Personne dont elle voudrait sentir l’ombre sur sa peau et s’attacher la présence d’une âme a demi-effacée n’appartenant définitivement à aucun des deux mondes. Cette relique ne présente aucun avantage pour Lacrymosa. Aucun intérêt. Et Lacrymosa ne fait jamais rien qui ne lui serve pas. La baguette aurait sans doute été son choix initial. Pour la puissance dont Lacrymosa rêve mais qu’elle ne possèdera jamais. Seulement elle ne pourrait pas s’en servir. Viser à l’aveuglette en espérant que son sortilège touche la bonne personne n’est pas possible. Dangereux même. Pour elle comme pour les autres. Et puisqu’elle ne sait pas se défendre, elle ne survivrait pas très longtemps. Ne reste alors que la cape. La plus utile pour elle. Une façon de se rendre totalement invisible pour la majorité du monde. De ramasser d’avantages de miettes d’information. Une protection supplémentaire.

▲ pseudo ou prénom :  Swanielle - Flora
▲ âge :  20 ans
▲pays : France
▲ Connexion  :  tous les jours les ptit chous tous les jours  
▲ scénario ou inventé :  Inventé
▲ avatar :  Nastya Kusakina
▲ quelque chose à rajouter :  
▲ crédits :  tumblr pour les gifs, myself pour l'avatar
CORRUPTION WILL HAUNT YOU ↓ MUDBLOODS AND MURMURS


Dernière édition par O. Lacrymosa Malfoy le Mer 6 Juil - 20:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: I can see the darkness coming and i'm afraid of myself † Lacrymosa   Lun 4 Juil - 15:24

Mudbloods and murmurs
The marks humans leave are too often scars.


Beaufitude things are fragile
To see a World in a Grain of Sand
And a Heaven in a Wild Flower,
Hold Infinity in the palm of your hand
And Eternity in an hour.




« Elle se sent lourde, elle se sent bien. Balançant entre le rêve et la réalité. Un pied dans le sommeil et un autre dans l’éveil. Bienheureusement endormie. Ignorante de tout ce qui se passe autour d’elle. C’est toujours le moment ou elle se sent mieux. Quand elle ferme les yeux, qu’elle se blottit sous la lourde courtepointe de brocart. Et elle oublie. Oublie les visages durs et les mots plus durs encore. Oublie les exigences et la quête d’une perfection qu’elle ne comprend pas mais qui semble pourtant animer les siens. Lacrymosa remue la tête doucement. Bouge un bras légèrement. Un soupir s’élève a côté d’elle en retour. Une main aussi pâle que la sienne se pose sur sa peau, aussi légère qu’une plume. Un murmure s’échappe dans la chambre silencieuse.

« Rendors-toi ».

La voix est tendre. Douce. Et des lèvres roses viennent effleurer la peau de l’enfant. Inconsciemment Lacrymosa sourit. Elle est en sécurité. Elle n’est pas seule. Cachée avec elle dans le lit à baldaquin se tient sa sœur. Sa moitié. Elles souffrent ensemble dans cette trop grande et trop sombre maison emplie de secrets et de mensonges. Isallys a deux ans de plus qu’elle. Pourtant on les croirait jumelles. Deux mêmes reflets dans un miroir. Et elles ne se quittent jamais. Là ou va l’une une ombre blonde s’avance à ses côtés. Leurs parents ne comprennent pas. S’exaspèrent du lien fusionnel qu’il existe entre les deux enfants. Il est temps de grandir disent-ils. Les sangs-purs ne dépendent pas les uns des autres. Jamais. Même les liens du sang doivent se tordre et se distendre. Il en va d’une question de survie. Elles s’en moquent elles. Ils ne pourraient pas comprendre. D’eux ne viennent qu’une certaine forme d’indifférence et d’ennui. Déjà deux filles. L’une à la suite de l’autre. Il faut un héritier mâle au plus vite.  Ils sont la première branche. La tête du serpent. Il faut un héritier sinon le pouvoir tombera dans les mains de la seconde branche, déjà pourvue d’un fils. Un déshonneur qu’ils ne supporteraient pas.

L’amour est rarement dispensé au sein du manoir Malfoy. Le silence et l’obscurité règnent le plus souvent, rendant l’immense et luxueuse masure étouffante. Et Isallys comme Lacrymosa se noient. Dans les non-dits et les regrets. Elles ne rient pas. Ne jouent pas. Même si elles ne sont que de toutes jeunes enfants elles savent que ceci ne leur ait pas permis. Leurs yeux se disent tout. Les secrets, les vérités cachées. Et finalement elles n’ont pas besoin de plus. Mais ces derniers temps tout est différent. Leur mère est de nouveau grosse. D’un héritier cette fois selon leur père. Et les regards sévères qu’il portait sur elles semblent avoir disparu. Ses filles sont devenues des fantômes. Il attend le mâle qui sauvera sa famille sans complaisance pour celle qu’il a déjà. C’est une forme de liberté pour Isallys et Lacrymosa. Déjà elles n’attendent plus d’amour de lui ou de qui que ce soit. Elles n’ont qu’elles et le savent parfaitement. C’est un constat déchirant.

Ce matin on les a envoyées dans leur chambre. Peu après les premiers gémissements de douleur de leur mère. L’enfant va naitre leur a-t-on dit. Et leur présence n’est pas requise. Elles ne seraient qu’une gêne. Trop jeunes. Trop fragiles. Des poids dont on devrait s’occuper. Et tous les domestiques courent dans le grand manoir, tentant de se rendre utiles ici et là. L’excitation semble être partout. Même chez leur père qui espère désespérément un héritier. Sa femme n’est plus jeune. Cet enfant sera probablement le dernier. Elles sont donc enfermées dans cette chambre aux rideaux tirés. Une prison finalement. Mais Lacrymosa s’y sent bien, le poing fermé autour de la main de sa grande sœur, la chaleur des couvertures autour d’elle. Elle voudrait rester ainsi toute sa vie. Sans crainte. Sans mal. Mais soudain une voix trop familière tonne dans le couloir avec violence. Parsemée de venin et de rage.
« Une fille encore ? Peste soit de vous femme ! Vous qui n’engendrez que des êtres sans valeurs. Je veux un fils m’entendez-vous ?! Un fils !! »

Des pas résonnent sur le sol. Les yeux bleus de Lacrymosa et Isallys se croisent. Inquiétude, mêlée d’indifférence. Elles se recourbent sous la couette, comme pour échapper aux vicissitudes du monde extérieur. Leur père n’est pas content. Et d’une façon ou d’une autre c’est elles qui en paieront le prix.  Comme toujours. Par plus d’indifférence et de froideur. Il y en a déjà tant. Elles se demandent parfois si elles existent encore. Sont-elles vivantes ou fantômes ? Elles sont si souvent seules, si souvent ignorées qu’elles ne le savent plus vraiment. Elles ne parlent qu’entre elles s’exprimant par monosyllabes devant leurs parents qui n’en attendent pas plus. Dans la colère de leur père elles ne voient qu’un nouveau tourment.L’existence d’une nouvelle sœur ne vient même pas effleurer leur esprit. Pas encore. Elles n’ont jamais eu que l’une et l’autre. Ce n’est pas une petite sœur qui changera cela.

I don’t want to close my eyes. I want to keep them open
A Robin Redbreast in a Cage
Puts all Heaven in a Rage.
A dove house fill’d with doves and pigeons
Shudders Hell thro’ all its regions.
A Dog starv’d at his Master’s Gate
Predicts the ruin of the State.
A Horse misus’d upon the Road
Calls to Heaven for Human blood.
Each outcry of the hunted Hare
A fiber from the Brain does tear



«  Il y a des mains froides sur son visage. Glacées. Elles touchent, pressent, pincent. Parfois délicates et parfois gauches. Tentant d’être aussi efficaces que possible sans pourtant la blesser. En vain. Elle est déjà sur le point de pleurer. Ses dents blanches mordillent sa lèvre mais par fierté elle contient sa peur.  Son inquiétude. Elle ne peut pas faire autrement. Alors elle tente de rester digne. De rester forte. Comme on lui a apprit. Un onguent est posé sur ses paupières. L’odeur est amère et il ne tarde pas à piquer. Lacrymosa tremble, ses paupières tressaillent une seconde face à cette intrusion. On la palpe sous toutes les coutures. Et elle a peur elle. La blonde enfant tente d’ouvrir les yeux. Ne serait-ce qu’une seconde. Mais des doigts se posent sur ses paupières. Appuient légèrement, lui intimant l’ordre de garder ses orbes closes.

« Reste les yeux fermés. Ce n’est pas tout à fait fini. »


Lacrymosa frissonne de nouveau mais ne bouge plus. Obéissante. Elle attend un ordre, un verdict qui sera sans doute le même que d’habitude. Elle n’a plus vraiment d’espoir. Juste ce sentiment profond de honte et d’humiliation à chaque fois qu’une nouvelle expérience tentée échoue. Elle aimerait furieusement s’essuyer les yeux mais elle ne le fait pas. Consciente de la réprimande qu’elle encourrait ainsi. Mais bientôt la sensation gênante de l’onguent disparait. On lui murmure de rouvrir les yeux. La blonde les ouvres grands, un bleu pur rencontrant le visage flou de l’homme qui se tient devant elle. Elle n’arrive pas à voir exactement les traits de son visage. Mais elle sait ce qu’il attend. Un encouragement qu’elle ne peut pas donner.

« Alors ? »


Il y a tellement d’impatience dans ce mot. Une attention soutenue. Mais Lacrymosa secoue légèrement la tête. Un soupir s’échappe de la bouche du docteur avant qu’il ne lui dise d’attendre un instant. La porte claque derrière lui, la laissant seule dans une pièce qui lui parait soudain bien froide. Dans le couloir elle peut entendre des éclats de voix. Le médecin a eu l’erreur d’annoncer directement la nouvelle à son père. La voix d’Evodius Malfoy explose, traitant le physicien de tous les noms. Il ne se passe que quelques secondes puis la porte s’ouvre à toute volée. Entre son père, qu’elle reconnaitrait entre tous malgré sa vue basculante. Lacrymosa ne peut pas voir le mépris sur son visage quand il la regarde mais elle sait bien qu’il est là. Il saisit son bras avec violence et la tire quasiment derrière lui.

« Allons nous-en il n’y a que des incapables ici ! »


Non père. Ce ne sont pas des incapables. Seulement il y a des choses que personne ne peut réparer. Voila ce qu’elle aimerait lui dire Lacrymosa. Mais elle ne le fera pas. Son père refuse d’entendre sa voix, refuse de reconnaitre que sa fille est anormale. Il n’existe pas de tare chez les Malfoy. Il n’y en jamais eu. Et pourtant la vue de son enfant baisse un peu plus chaque jour. Et ni lunettes, ni sortilèges ne changent quoi que ce soit. Ils ont vu tous les médicomages, tous les spécialistes du monde sorciers. Et aucun ne semble pourtant avoir de réponse. Lacrymosa passe d’hôpital en hôpital. Connait sur le bout des doigts l’odeur aseptisée des salles d’examens. Mais elle n’a déjà plus d’espoir elle. Elle écoute les murmures des médicomages, des infirmières. Ils ne savent pas mais ils savent que si sa vue continue à ainsi se dégrader elle finira aveugle. Elle a dix ans Lacrymosa et l’espoir lui est déjà un luxe interdit.

Elle sait que pour les sangs-purs sa vie s’arrête ici. Elle ne sera jamais plus rien d’autre qu’un poids mort. Un handicap dont ils devront prendre soin à cause du sang qu’ils partagent pour lequel ils n’éprouveront que du mépris. Elle ne travaillera jamais. Sera incapable de devenir la femme qu’elle espérait. Le destin d’une femme sang-pure est souvent triste. Mais celui d’un déchet est encore bien pire. Pourtant c’est ce qui l’attend. Alors quand son père la presse d’aller plus vite en la tirant par le bras une dernière larme coule sur sa joue. »


CORRUPTION WILL HAUNT YOU ↓ MUDBLOODS AND MURMURS
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: I can see the darkness coming and i'm afraid of myself † Lacrymosa   Mer 6 Juil - 16:12

Mudbloods and murmurs
The marks humans leave are too often scars.


Perhaps we only notice things when the time comes for us to see them
He who shall train the Horse to War
Shall never pass the Polar Bar.
The Beggar’s Dog and Widow’s Cat,
Feed them and thou wilt grow fat.
The Gnat that sings his Summer song
Poison gets from Slander’s tongue.
The poison of the Snake and Newt
Is the sweat of Envy’s Foot.


« Ses yeux s’ouvrent brutalement, au milieu des ténèbres. Lacrymosa ne distingue rien au milieu des ombres. Absolument rien. La panique monte dans sa poitrine. Implacable. Une marée de terreur détruisant tout sur son passage. Le noir l’engloutit et l’avale. Un hoquet étranglé lui échappe. A tâtons sa main cherche le manche de sa baguette. Murmure un simple sort « Lumos ». Une boule de lumière apparait doucement. Et le soulagement l’envahit soudain, la frappe si violemment qu’une larme s’échappe de ses grands yeux bleus. Devant elle le monde est toujours aussi flou, un ensemble de tâches et de forme. Mais elle voit encore la lumière. Elle voit encore les couleurs. Lacrymosa n’est pas aveugle. Pas encore. Et c’est tout ce qu’elle a besoin de savoir. Il lui reste un peu plus de temps. Juste un peu plus.

« Malfoy éteins-ça tout de suite ok ? On veut dormir nous ! »

Le murmure furieux sort de la bouche d’une de ses camarades de classe. Elles sont toutes habituées pourtant. Si la chandelle que place Lacrymosa a côté de son lit s’éteint au milieu de la nuit, son réveil sera forcément suivi d’un moment de panique. La majorité du temps les serdaigle ne disent rien. Elles comprennent peut-être, ou sont trop polies pour oser lui en parler. Où simplement trop effrayées par Isallys Malfoy, qui n’oserait pas à leur jeter des sorts, pour oser ne serait-ce que contrarier sa sœur. Mais visiblement ce soir Lacrymosa a trop tiré sur la corde. Une fois de trop peut-être. « Nox » murmure-t-elle. Le noir revient. La blonde respire lentement. Ce n’est que passager. Elle se réveillera le lendemain et la lumière sera de nouveau là. Elle la verra. C’est ce que murmure toujours Isallys pour la rassurer dès qu’elle peut. Mais elles se voient désormais de moins en moins. Lacrymosa sait que sa grande sœur aurait aimé qu’elles soient dans la même maison. Malgré leur deux années de différences elles sont toujours aussi proches l’une de l’autre.

Sur le passage de Lacrymosa s’élèvent toujours des murmures, parfois des gloussements chuchotés. On se moque de la sang-pure infirme dont la vue se dégrade lentement. Elle voit encore les formes, les couleurs, mais les détails s’évanouissent et se confondent pour devenir des masses informes. Pendant un temps certains ont essayé de voir ce qu’elle ferait s’ils se mettaient au dernier moment sur son passage. S’ils tendaient une jambe quand elle passait dans l’escalier. Jouer avec la Malfoy abîmée, se moquer de la sang-pure déchue. Un plaisir pour beaucoup. Au début du moins. Sa sœur y avait mis un frein, n’hésitant pas à se venger cruellement de ceux osant la toucher. Au point que les gens avaient finis par cesser de jouer avec Lacrymosa. Effrayés. Les murmures étaient toujours là. Sans doute pensaient-ils parler assez bas pour que la blonde n’entende pas. Mais l’audition de Lacrymosa est parfaite. Supérieure à la moyenne peut-être même. Une des rares appréciables conséquences de sa quasi-cécité.

Plus sa vue se dégrade, plus son ouïe et son odorat augmentent. Bientôt elle se déplacera peut-être avec une canne mais entendra jusqu’au moindre bruissement de tissu. Bien sûr la blonde fait semblant de rien savoir. Mais elle note tout précisément. Lacrymosa n’oublie pas. N’oublieras jamais. Chaque information dévoilée peut être utile un jour ou l’autre.Elle attend simplement quelque chose. Quoi ? Elle ne sait pas précisément. Ne sait plus. Sa tête se repose en arrière sur ses oreilles. La douce est impuissante. Faible désormais. Elle doit compter sur d’autres pour la protéger. Le constat est doux-amer. Terrifiant. Parfois elle a envie de hurler. De crier au monde cette haine et cette colère qui la ronge chaque jour un peu plus. Mais elle ne dit rien. Au lieu elle penche la tête doucement, un sourire effacé sur son visage. Comme si tout allait bien. Comme si la souffrance ne la rongeait pas au point d’introduire du poison dans son âme. Comme si de rien n’était.

Un battement de paupière qui recouvre de noir ce monde qu’elle ne veut plus voir. »

But there are others, others that hold on to an emotion, a drive, loss, revenge, or love. Those, they never go away.
A truth that’s told with bad intent
Beats all the Lies you can invent.
It is right it should be so;
Man was made for Joy and Woe;
And when this we rightly know
Thro’ the World we safely go.


« Le dos bien droit elle est assise sur une chaise. Seule au milieu d’une mer d’individus. Le mouton coincé dans l’antre des loups. Elle ne supporte pas ce genre de réunion Lacrymosa. Ne supporte pas les regards en coins qu’elle sent peser dans son dos. Les murmures qui résonnent à ses oreilles comme autant de coups de clairons injurieux. Son regard trouble se fixe sur un point imaginaire. Elle ne veut pas ne serait-ce que se tourner vers les sangs-purs assis autour d’elle qui l’ignorent tant bien que mal. Il ne lui reste donc que la salle de bal à observer. Pour d’autres Lacrymosa se dit bien que le spectacle doit être magnifique à contempler. Un tourbillon de robes aux milles couleurs, passant de l’innocent taffetas lavande au luxurieux satin d’un rouge profond. Les gestes des danseurs doivent être gracieux, appliqué comme cela se doit. Leurs visages concentrés, suivant soigneusement les pas sans jamais n’en manquer un.

Mais le magnifique tableau qui se peint pour certains ,donne la nausée à Lacrymosa. Elle ne voit rien d’autres que des tâches de couleurs plus ou moins vives qui se mélangent les unes aux autres avec une incroyable rapidité la privant de tout repère. Une mer mouvante et trouble. Voila ce qui se dessine devant ses yeux à elle. Ses doigts fins enserrent soudain la fine canne qui demeure à ses côtés. En bois précieux et orné du blason des Malfoy, le pommeau est en argent finement ciselé et son nom y est gravé. Mais cela ne change rien au fait qu’elle a désormais besoin d’une canne pour marcher. Pas toujours bien sûr, uniquement dans la rue ou la foule est bien trop dense pour qu’elle puisse s’en passer. Dans ce genre de réunions également. Un nouveau symbole de honte pour celle qui n’attend plus rien des autres.

Soudain un chuchotement attire son attention. Une phrase prononcée qu’elle n’aurait de toute évidence pas du entendre. L’apparence de Lacrymosa demeure de marbre. Le visage figé d’une poupée de porcelaine. Pourtant elle ne perd pas une miette de la conversation. Ils parlent d’arrangement financiers important, sans doute persuadés que la presque aveugle a côté d’eux ne peut rien entendre. C’est toujours ce qu’ils pensent. Ils voient son handicap et sont persuadés alors qu’elle n’est rien d’important. Une âme sans valeur et sans but. Ce qu’elle a un jour été. Mais plus maintenant. Plus depuis de longues années. Sa vue est peut-être défaillante mais son ouïe est bien meilleure que la moyenne. Une façon de compenser sans doute. La blonde a vite compris que les informations qu’elle grappillait pouvaient être utiles. Elle les a d’abord rapporté à sa sœur avec le sentiment triomphant d’être enfin utile. De finalement pouvoir faire partie de la famille.

Celle-ci lui a dit de continuer, mieux, de développer son entreprise. Pour l’aider dans sa démarche Isallys a débauché un homme de main venu de Bulgarie, en apparence payé par la famille Malfoy. En réalité loyal uniquement à Isallys et Lacrymosa. L’aînée s’en est assurée, protégeant une nouvelle fois sa cadette. Pour leurs parents il s’agit d’un homme à tout faire, d’un garde du corps censé protéger Lacrymosa, l’aider à se déplacer bref lui être de toute aide nécessaire. Au lieu il l’a aidé à agrandir son réseau. Se chargeant toujours des démarches, lui permettant de resté cachée. Inconnue. Ils ont commencés par les domestiques d’abord. Ceux qui entendent tout mais que personne ne voit. C’était il y a cinq ans. Désormais chaque habitant des bas-quartier, chaque opprimé sait que s’il souhaite de l’argent facile il n’a qu’à rapporter des informations de valeurs au Fantôme ou a ses envoyés. Quand au riches et puissants ils savent toujours qui contacter s’ils ont besoin de connaitre les dernières rumeurs. C’est un commerce lucratif. Nul ne sait qui est à sa tête. Alors nul ne peut la couper. Et jamais personne ne soupçonnera la douce aveugle des Malfoy.

Et Lacrymosa tisse sa toile avec plaisir, avec bonheur. Enfin elle peut vivre. Enfin elle peut dominer. Le monde est un jeu d’échec et pour la première fois elle n’est pas un pion. Avec une satisfaction macabre elle regarde la partie se jouer, les regarde tomber avec soulagement. Et lorsqu’il ne restera plus de roi ce sera à elle de finalement régner. Qu’importe le sang qui devra couler pour cela. Elle veut sa vengeance. Elle veut sa liberté. Le pouvoir a goût doux-amer dont elle ne semble plus pouvoir se passer. »

Every Night and every Morn
Some to Misery are Born.
Every Morn and every Night
Some are Born to sweet delight.
Some are Born to sweet delight,
Some are Born to Endless Night.



CORRUPTION WILL HAUNT YOU ↓ MUDBLOODS AND MURMURS
Revenir en haut Aller en bas


Melpomène Lestrange
live like legends
avatar
live like legends
Parchemins :  3965
Crédits :  Tearsflight (avatar), LAZARE (codage signature), MØRK (gif profil + signa)
 
Âge :  25 ans à se battre pour le pouvoir.
Sang :  Le sang des Black est pur, ode irrévérencieuse à la noirceur de leurs âmes, liquide vermillon qu'ils ne sauraient gaspiller. Sang royal où se mélange magie noire, ambition incontrôlée et soif de pouvoir.
Allégeance :  Marque des Ténèbres assumée, Melpomène fait partie des Mangemorts. Loyale servante depuis les premières heures de Voldemort.
Profession :  Melpomène travaillait autrefois à la morgue, embaumant derrière elle les secrets des siens. Aujourd'hui fugitive.
Ancienne école :  Poudlard dans une maison bordée d'émeraude - berceau de rencontres qui ont changé le cours de sa famille et qui ont façonné un destin aussi sombre que son patronyme.

Priori Incantatem
am i free?: no
Inventaire:
code couleur: #CF8C8C
http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t107-melpomene-child-of-the-night http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t77-melpomene-uprising
MessageSujet: Re: I can see the darkness coming and i'm afraid of myself † Lacrymosa   Jeu 7 Juil - 11:15

cette fiche magnifique


uprising
You will hear thunder and remember me, And think: she wanted storms. The rim Of the sky will be the colour of hard crimson, And your heart, as it was then, will be on fire.
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: I can see the darkness coming and i'm afraid of myself † Lacrymosa   Jeu 7 Juil - 11:17

oooh t'est trop gentille
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: I can see the darkness coming and i'm afraid of myself † Lacrymosa   

Revenir en haut Aller en bas
 
I can see the darkness coming and i'm afraid of myself † Lacrymosa
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Obama;Change is coming to america
» | When Darkness Falls
» Star Wars KotOR : Age Of Darkness V2
» mansion of darkness
» HEAVENSBEE ► hello darkness, my old friend

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: