Soutenez le forum
Votez pour M&M sur les top-sites et faîtes passer le mot!
Bazzart - PRD.
Ecoulement du temps
Nous sommes actuellement en juillet 1952
Cinquième version du forum
On vous donne rendez-vous ici pour vous tenir au courant des dernières nouveautés!
Intrigue n°4
Venez vous faire entendre au Ministère, au Chemin de Traverse ou à Poudlard.

 | 
 

 LOCKED OUT OF HEAVEN. (Melwyn)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 


Melpomène Lestrange
bad moon rising
avatar
bad moon rising
Parchemins :  3613
Crédits :  FRIMELDA (avatar), LAZARE (codage signature), Tumblr (gifs signature), Marge (gif profil)
 
Âge :  25 ans à se battre pour le pouvoir.
Sang :  Le sang des Black est pur, ode irrévérencieuse à la noirceur de leurs âmes, liquide vermillon qu'ils ne sauraient gaspiller. Sang royal où se mélange magie noire, ambition incontrôlée et soif de pouvoir.
Allégeance :  Marque des Ténèbres assumée, Melpomène fait partie des Mangemorts. Loyale servante depuis les premières heures de Voldemort.
Profession :  Melpomène travaillait autrefois à la morgue, embaumant derrière elle les secrets des siens. Aujourd'hui fugitive.
Ancienne école :  Poudlard dans une maison bordée d'émeraude - berceau de rencontres qui ont changé le cours de sa famille et qui ont façonné un destin aussi sombre que son patronyme.

Priori Incantatem
am i free?: no
Inventaire:
code couleur: #CF8C8C
http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t107-melpomene-child-of-the-night http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t77-melpomene-uprising
MessageSujet: LOCKED OUT OF HEAVEN. (Melwyn)   Ven 17 Fév - 16:13



locked out of heaven


MELPOMENE & CAERWYN

FIN JANVIER 1952

Les jours s'étaient succédés et avaient bientôt entraînés les mois dans leur sillage. Les jours et les nuits s'étaient successivement chassés, creusant chaque jour un peu plus le trou rongeant la poitrine de Melpomène. Janus était tombé, l'année s'était terminée et le deuil déchirait toujours son coeur. On n'oublie pas les gens qu'on aime. La Black était probablement plus entourée que jamais depuis la mort du patriarche et leur fuite vers le quartier général. Cain à sa gauche et Aleksandr à sa droite, les doigts serrés - plus soudés que jamais. Tout les Black réunis autour de Jedusor, famille entière dévouée à la cause de celui qu'ils voyaient un jour dominer le monde. Et pourtant, paradoxalement, Melpomène s'était rarement sentie aussi seule. Le coeur vidé de ce qui le faisait normalement battre. Car si le quartier général n'était jamais vraiment silencieux, car même si se retrouver au coeur même de l'action avait de nombreux avantages - Caerwyn n'était pas là.

Elle avait attendu, la benjamine, après la mort de son père. Elle avait espéré, aussi. Elle avait espéré un regard, un baiser, un sourire, sa main sur la sienne. Un mot, un souffle, une caresse. N’importe quoi. Bien trop fière après leur dernière entrevue que pour encore faire le moindre pas vers lui, le palpitant gelé de trop aimer. L’espoir s’était bien vite transformé en tristesse. Après la tristesse était venue l’amertume. Peu à peu, l’amertume s’était teintée de colère devant le silence du Lestrange. Janus était mort. La colère s’était évanouie pour de nouveau laisser quelques larmes souiller ses joues - valse macabre autour de son coeur exsangue. Janus était mort et il n’était toujours pas là. Lui qui savait, peut être mieux que quiconque, à quel point la Black était attachée à tout ce que son père représentait. Les fêtes de fin d’année étaient arrivées et Melpomène avait nappé son coeur brisé de quelques éclats de rire. Les fêtes de fin d’année s'étaient terminées, le houx avait fané et la solitude était revenue. Janus était mort et il n’était toujours pas là.  

Alors, Melpomène avait laissé l’espoir mourir lui aussi.

Elle s’était occupée l’esprit du mieux possible, s’était immergée encore un peu plus dans les Mangemorts - les doigts posés sur le tatouage ornant son avant-bras. Elle avait multiplié ses entraînements avec ses plus vieux amis, s’était jurée d’obtenir vengeance. De l'obtenir vite et cruellement. Elle avait fermé les yeux pour ne plus voir le monde. Elle avait fermé les yeux pour tenter d’oublier son absence. Elle était partie en mission et avait attendu les pleines lunes fébrilement. Se réfugiant au creux du loup pour ne plus se souvenir. Se réfugiant sous la lune pour, enfin, sentir le contrôle lui glisser entre les doigts. Janus n’existait pas dans l’âme du loup. Caerwyn non plus. Il n’y avait au fond des orbes lupines que la chaleur moite du sang. Celui d’un animal ou celui d’un homme, celui d’un ennemi ou celui d’un ami. Une nuit par mois pour oublier son empire brisé.  

C'est épuisée que Melpomène s’était laissée tomber sur le matelas de la petite chambre qui était à présent la sienne. Si les lieux hurlaient les gallions investis, la pièce était loin d’égaler l’opulence de ses appartements au manoir. Tout ce qui lui rappelait autrefois le Lestrange avait disparu, remplacé par des bouts de cuir dépourvus d’histoire. Dans la précipitation de leur départ, Melpomène avait cependant eu le temps d’emmener le bracelet offert par son cousin il y a de ça plusieurs années déjà. C’était la première chose dont Melpomène s’était emparée, le cachant à la vue des siens mais l’emportant bel et bien avec elle. Si la benjamine semblait avoir laissé une partie de son coeur entre les murs l’ayant vue grandir, elle n’avait pu se résoudre à y abandonner également ces quelques grammes d’or. Jamais. Il était à présent dans le tiroir de la commode de bois. Toujours loin des regard mais jamais vraiment éloigné de ses pensées.

C’est instinctivement que Melpomène s’était relevée pour se saisir du bracelet, laissant ses doigts en parcourir les maillons. La princesse ravale quelques larmes avant de s’allonger de nouveau, l’or du cadeau frais sous ses doigts. Le soleil avait déjà amorcé sa descente en cette fin d’après-midi mais le quartier général était toujours occupé. Les Mangemorts partis en mission rentraient dans ce qui leur servait à tous de sanctuaire, les plans s’échafaudaient, les coeurs s'exaltaient au rythme de la haine.

Trois coups vifs résonnent. Trois coups qu’elle aurait pu reconnaître parmi mille, trois coups qui font s’arrêter son coeur avant de l’inonder d'une colère froide. L’amertume. Le manque. La solitude. Elle soupire et elle ne dit rien. Elle sait qu’il rentrera de toute façon. Elle ne compte plus pleurer, Melpomène. Elle ne compte même pas crier. Sans même qu’elle ne s’en rende compte, le masque est retombé sur ses traits. Distante, le regard lointain alors que ses lèvres se serrent instinctivement au fur et à mesure que la porte s’ouvre et que son coeur s'arrête.

Le bracelet serré au creux de son poing comme un secret.

Trois mois et demi. Une centaine de jours. Trop d’heures que pour les compter. Et pourtant, tout le temps au monde n’aurait suffit à effacer les traits de Caerwyn de la mémoire de Melpomène. Elle retrouve son visage avec un pincement au coeur, la gorge serrée. Elle se relève rapidement, plantant ses orbes au fond des siennes. « Tu t’es perdu, Caerwyn ? » - les mots sont sifflés d’une traite, dans un seul soupir. Les mots sont froids, les mots sont absents. Les mots sont peints de trop de souffrance, aussi. Parce que plus que la colère et la frustration de leur dernier entretien, c’est l’absence du Lestrange qui a profondément blessé Melpomène. Janus est mort et il n’est jamais venu. Janus est mort et il l'a laissée seule. Son monde s'est effondré et il a disparu.


ain't nobody fucking with my clique
You will hear thunder and remember me, And think: she wanted storms. The rim Of the sky will be the colour of hard crimson, And your heart, as it was then, will be on fire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin
Parchemins :  664
Crédits :  lolitaes
 
Âge :  Trente ans
Sang :  Le sang pur, et une tradition à laquelle il ne compte pas déroger.
Allégeance :  Il porte la Marque des Ténèbres
Profession :  Ancien chef de la brigade magique
Ancienne école :  Serpentard

Priori Incantatem
am i free?: no
Inventaire:
code couleur: seagreen
http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t426-caerwyn-lestrange-let-me-wreck-you http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t416-caerwyn-lestrange
MessageSujet: Re: LOCKED OUT OF HEAVEN. (Melwyn)   Mar 14 Mar - 9:59


Locked out of heaven
Melpomène Black & Caerwyn Lestrange
Janvier 1952



Caerwyn soupira, massant ses tempes pour alléger le mal de tête qu'il sentait venir. Tout le monde s'agitait autour de lui, courant dans tous les sens. L'un des Mangemorts auraient été aperçu à l'autre bout du pays. L'estomac noué, le Lestrange ne pouvait qu'espérer une chose : que ce ne soit pas un membre de sa famille. Que ce ne soit pas Melpomène. Il ne pouvait rien faire de plus. Depuis plus de trois mois maintenant, Grindelwald et sa milice s'assuraient qu'il passe la majorité de son temps assis dans son bureau au ministère, à remplir des rapports et des procédures. Il n'était pas interdit de terrain, pas officiellement en tout cas, mais toute excuse était bonne pour l'empêcher d'y aller. Ce métier qu'il avait autrefois aimé n'était plus qu'un souvenir. Il dirigeait la brigade depuis son bureau, et voyait souvent ses ordres contredits par la milice - cette autorité supérieure qu'il abhorrait. Le Lestrange était très loin d'être bête, et il savait que même si ses nombreux interrogatoires l'avaient disculpés après les événements d'Halloween, il restait suspect. Le gouvernement le surveillait sans nul doute.

C'était pour cette raison que Caerwyn ne se rendait que très rarement au quartier général des Mangemorts. Y aller serait trop risqué. Il l'avait fait, une fois, pour rendre visite à son cousin Helios et récupérer les ordres sur la marche à suivre. Depuis, il passait par des camarades de l'ombre pour communiquer avec le Black ou Jedusor, pour transmettre le peu d'informations qu'il parvenait encore à récolter. Il n'avait pas d'autre choix. Fuir, rejoindre les Mangemorts, serait signer l'arrêt de mort des Lestrange. Si Caerwyn était reconnu comme terroriste, sa famille serait arrêtée, et très certainement torturée puis tuée. Abelin était capable de se défendre, mais Caerwyn ne voulait risquer la sécurité de sa mère, de son frère et de sa soeur, sans parler de ses cousins. L'identification des Black était déjà un gros coup dur pour eux et il ne pouvait se permettre d'en rajouter.

Hélas, sa détermination faiblissait de jour en jour. Et cette faiblesse avait un nom. Melpomène. Il ne se passait pas une seule seconde sans qu'il ne pense à sa belle Melpomène, seule et loin de lui. La dernière fois qu'il l'avait vue, elle était en état de choc, gelée dans ses bras, après la mort de son père. Caerwyn le savait, le départ de Janus était la pire chose qui aurait pu arriver à sa cousine. Elle l'aimait tellement. Et alors qu'elle avait dû traverser cette épreuve, il n'avait pu être là pour elle. Il aurait tant aimé que les choses se soient déroulées autrement. Mais le contexte actuel des choses était ainsi et il n'avait eu d'autres choix que de rester loin d'elle. Pendant plus de trois mois.

Son corps hurlait le manque d'elle, mais c'était son coeur qui en souffrait le plus. Alors même que Caerwyn connaissait la nature de ses sentiments pour elle depuis plus de dix ans à présent, il l'avait repoussée. Dans la colère et la souffrance, il avait fait l'erreur de lui dire de partir et de disparaître de sa vie. Melpomène ne le lui pardonnerait jamais. Et lui non plus. La vérité, c'était qu'il n'avait pas encore eu le courage d'affronter son regard après ça. Sa surveillance était une terriblement bonne excuse pour le tenir éloigné d'elle.

Le Lestrange baissa les yeux sur le rapport qu'il était en train de rédiger et soupira en voyant le Melpomène écrit dessus. Il froissa le parchemin et en prit un autre en prenant attention à bien épeler Madelaine cette fois-ci. Il nota rapidement les faits, signa et appliqua son sceau de chef de la brigade magique avant de se lever pour saisir sa cape d'hiver. Il devait voir Melpomène. Maintenant.

Sans un regard pour ses collègues, il s'éclipsa, transplanant à plusieurs reprises dans toute l'Angleterre, empruntant un conduit de cheminée puis un taxi moldu. Le petit jeu dura presque une heure avant qu'il n'apparaisse finalement devant le quartier général des Mangemorts où il se dirigea directement vers les appartements de Melpomène. Son coeur battait la chamade à l'idée de la savoir là, de l'autre côté de la porte en bois. Sa gorge était serrée, bloquée par le stress de la revoir. Il n'y avait que Melpomène pour le rendre si vulnérable, si humain. Nulle autre ne pouvait lui procurer ses sensations. Inspirant profondément, il frappa. Trois coups, leur code.

Il la trouva allongée sur le lit, le visage fermé. Elle était en colère, il le sentait. Et il ne pouvait lui en vouloir, elle en avait parfaitement le droit.

Tu t'es perdu, Caerwyn ?

Sa froideur le blessa. Il avait beau savoir, la connaître, son rejet même feint lui faisait du mal. Il ne pouvait pas dire qu'il ne s'y était pas attendu, bien au contraire. Et malgré son accueil, Caerwyn se sentait enfin chez lui, enfin complet. Elle n'avait pas changé Melpomène, toujours aussi magnifique malgré ses traits tirés et le chagrin qu'elle portait dans ses yeux. Il lui suffisait de poser ses yeux sur elle pour sentir son coeur se gonfler. Sans réfléchir plus, Caerwyn s'avança et passa une main sur sa joue dans une douce caresse.

Tu m'as tellement manquée.

© ACIDBRAIN





Awards:
 
Revenir en haut Aller en bas


Melpomène Lestrange
bad moon rising
avatar
bad moon rising
Parchemins :  3613
Crédits :  FRIMELDA (avatar), LAZARE (codage signature), Tumblr (gifs signature), Marge (gif profil)
 
Âge :  25 ans à se battre pour le pouvoir.
Sang :  Le sang des Black est pur, ode irrévérencieuse à la noirceur de leurs âmes, liquide vermillon qu'ils ne sauraient gaspiller. Sang royal où se mélange magie noire, ambition incontrôlée et soif de pouvoir.
Allégeance :  Marque des Ténèbres assumée, Melpomène fait partie des Mangemorts. Loyale servante depuis les premières heures de Voldemort.
Profession :  Melpomène travaillait autrefois à la morgue, embaumant derrière elle les secrets des siens. Aujourd'hui fugitive.
Ancienne école :  Poudlard dans une maison bordée d'émeraude - berceau de rencontres qui ont changé le cours de sa famille et qui ont façonné un destin aussi sombre que son patronyme.

Priori Incantatem
am i free?: no
Inventaire:
code couleur: #CF8C8C
http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t107-melpomene-child-of-the-night http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t77-melpomene-uprising
MessageSujet: Re: LOCKED OUT OF HEAVEN. (Melwyn)   Mer 15 Mar - 22:26



locked out of heaven


MELPOMENE & CAERWYN

FIN JANVIER 1952

La soirée de la mort de Janus était un brouillard dans la mémoire de Melpomène. Elle se souvenait avec une acuité douloureuse de la silhouette du père s'effondrant comme un château de cartes. Elle se souvenait des sortilèges et du monde qui s'était arrêté d'un coup. Elle se souvenait du vide. Elle se souvenait des bras de Caerwyn, de la sensation familière de ses doigts au creux de son cou. Le reste de la soirée, par contre, n'était qu'un enchevêtrement de sons et d'images. Le silence. Le froid. Les visages tendus de sa famille rassemblée, et puis la fuite. Mécanique, rapide, automatique. Silhouettes fantomatiques s'évanouissant dans la nuit, coeurs endeuillés et valises légères. Le corps lourd, cependant, du poids des souvenirs. Et si la benjamine de la famille était familière avec la faucheuse, les mains de la princesse confiant après tout à la Mort les sombres secrets des siens - Melpomène avait pourtant refusé de poser les yeux sur le cadavre de son père. Les orbes résolument baissées devant la dépouille du patriarche, fermées pour mieux se remémorer la gloire d'hier. Les semaines et les mois avaient beau avoir embaumé les fissures de son coeur, la réparation était bancale. Une odeur, un mot, un sortilège, un geste - il n'en fallait pas plus pour que son palpitant ne se brise de nouveau.

Trois coups frappés à la porte de ses souvenirs, trois coups assommés contre les parois de son coeur.

« Tu t’es perdu, Caerwyn ? » - sifflement pernicieux aux doux accents de mensonge alors que ses doigts se referment un peu plus autour du bracelet doré, dans une vaine tentative d'en maitriser le tremblement. Elle aimerait pouvoir lui dire autre chose, Melpomène. Lui conter son amour et le punir de leur dernière entrevue, s'excuser au creux de son cou et l'accabler de la solitude ayant gelé son coeur. Mais les mots se bousculent et se coincent au fond de sa gorge nouée, ses pupilles brisées s'enivrant cependant des traits de son visage. Il n'a pas changé, Caerwyn. La fatigue et l'inquiétude se sont invitées au détour de ses yeux, maitresses indésirables, mais cela ne change rien au fait que la seule vue de son visage suffit à apaiser la Black. Ce sont après tout ces traits que Melpomène a gravé sur son coeur, ces traits qu'elle a attendu, caressé, dessiné en rêve de trop nombreuses fois.

Sa main se pose sur sa joue et, instinctivement, la louve ferme les yeux. Sa peau de porcelaine brûlante sous la pulpe de ses doigts glacés par la brise hivernale, un frisson orphelin dégringolant le long de sa colonne. Les paupières closes et le souffle coupé sous une caresse aussi tendre qu’inespérée. Car Melpomène a beau jouer la comédie, menton relevé et rejet de façade, c’est sous ses doigts que se trouve le bonheur. Le calme sur le bout des ongles alors que le masque de la princesse se fissure et craquèle. Moues d’argile menaçant de se briser au moindre sourire, la commissure des lèvres de la belle tressaille cependant alors que sa main coule le long de sa joue. « Tu m'as tellement manquée. »

Sans même réfléchir à son geste, la main de la Black vient se poser sur celle du Lestrange, ses paupières s’ouvrant de nouveau pour révéler ses orbes fatiguées. Les jours se sont fait trop longs sans lui, les nuits trop noires et les pleines lunes trop courtes. Ses doigts se mêlent brièvement aux siens, se serrant autour de ses phalanges dans une étreinte aussi courte que vraie. Elle ne trouvera probablement jamais les mots, Melpomène. Des mots pour lui dire à quel point elle l’aime, des mots pour le supplier de ne plus jamais partir, des mots pour lui dessiner les affres de son coeur qui saigne - « Je t’ai attendu. » à chaque seconde, chaque minute, chaque semaine et chaque mois. Avec chaque battement de son coeur, Melpomène l’a attendu. Et quelque part entre la solitude et la peine, une sensation glaciale s’était glissée au creux de ses veines - insidieux sentiment d'abandon. Ses doigts s’éloignent des siens, retombant sur sa cuisse dans un geste lourd. Et si ses mots sonnent comme un aveu, elle ne peut empêcher son ton de se briser légèrement.

Son poing se détend quelque peu, laissant l’or de leur secret briller sur sa peau. Quelques grammes de métal pour lui assurer qu’elle ne l’a pas oublié. Un geste à la place de milliers de mots, un geste pour remplacer tout ce qu’elle ne pourra jamais dire. Un geste pour lui montrer que derrière la colère se trouve bel et bien l’amour. Ses yeux se baissent pour se poser sur son poing à moitié serré, faisant rouler les maillons du bracelet entre ses doigts. C’est toute leur histoire qu’elle a l’impression de tenir au creux des mains, la benjamine, leurs secrets peints entre les fils d’or. Il y a tant de choses que Melpomène voudrait pouvoir lui murmurer. Tellement de vérités que son éducation lui dicte de ne jamais dire, tant de choses qu’elle ne sait même pas comment exprimer. Son coeur qui se gonfle avant de tomber, son estomac qui se contracte de désir avant de se creuser, ses tempes qui battent avant de disparaître.  

Alors, dans un geste lent, la Black pose ses lèvres sur les siennes. Elle a le désir sur le bout de la langue, Melpomène. L'avidité déposée à la coupe d'une caresse. Mais plus que tout, c’est un toi aussi tu m’as manqué qui s’esquisse au creux de ses lippes. Ses mains s’accrochent au tissu de sa cape alors que son coeur semble s'emballer de nouveau sous les effluves d'un baiser. Elle étouffe un soupir alors qu'elle s'éloigne de quelques pas, la moindre surface de sa peau lui intimant de retourner entre ses bras. La poupée s’appuie contre le mur, les yeux happés par les contours de son visage. « Les choses ne sont pas trop compliquées au Ministère ? », une pointe de distance au fond de la voix, nuancée cependant par l’inquiétude qui pointe derrière de le moindre de ses mots. Elle est au courant, Melpomène, des difficultés rencontrées par les Lestrange. Elle sait, aussi, que leur fuite n’a fait qu’accroître le poids pesant constamment sur les épaules de Caerwyn. Elle sait, mais elle veut sa version des faits. Parler comme ils le faisaient autrefois, loin des masques et des rôles à jouer.

Parler de lui pour ne pas parler d'elle. Parler de lui pour ne pas parler du père tombé sous ses yeux.

Un sourire se dessine sur le contour de ses lèvres alors qu'elle repousse une mèche de jais derrière son oreille, les doigts légèrement tremblants encore alors que son coeur se réchauffe d'une sensation qu'elle craignait avoir oublié.


ain't nobody fucking with my clique
You will hear thunder and remember me, And think: she wanted storms. The rim Of the sky will be the colour of hard crimson, And your heart, as it was then, will be on fire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin
Parchemins :  664
Crédits :  lolitaes
 
Âge :  Trente ans
Sang :  Le sang pur, et une tradition à laquelle il ne compte pas déroger.
Allégeance :  Il porte la Marque des Ténèbres
Profession :  Ancien chef de la brigade magique
Ancienne école :  Serpentard

Priori Incantatem
am i free?: no
Inventaire:
code couleur: seagreen
http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t426-caerwyn-lestrange-let-me-wreck-you http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t416-caerwyn-lestrange
MessageSujet: Re: LOCKED OUT OF HEAVEN. (Melwyn)   Lun 10 Avr - 9:04


Locked out of heaven
Melpomène Black & Caerwyn Lestrange
Janvier 1952



Elle était là, sous ses yeux. Caerwyn s'émerveillait toujours de la chance qu'il avait de l'avoir dans sa vie. Il l'avait aimée dès l'instant même où il avait posé ses yeux sur elle, conscient déjà qu'un lien unique existait entre eux. Il avait fallu des années pour que ce fil flou devienne plus clair et prenne tout son sens, mais jamais il n'avait cessé de l'aimer, d'une manière ou d'une autre. Melpomène était sa vie depuis le jour de sa venue au monde. Il n'existait que pour elle, n'avait d'autre but que celui de faire d'elle la femme la plus comblée. Il se moquait bien des regards désapprobateurs, des personnes haineuses et de sa famille hostile si cela lui assurait une minute de plus aux côtés de la Black. Seul son avis à elle lui importait. Il n'avait pas peur de se l'avouer, il n'avait pas peur de le lui montrer. C'était eux contre les autres, ils le savaient.

Tu m'as tellement manqué.

Un aveu qui n'en est pas un. Elle le savait Melpomène, elle le sentait au creux de son coeur. Elle le savait, mais elle avait besoin de l'entendre, besoin d'être rassurée après tout ce qu'il s'était passé. Elle voulait une confirmation, une certitude. Que tout ça était vrai, que rien ne s'était terminé, et qu'il était là, toujours. Elle posa une main douce sur la sienne avant de laisser tomber son masque et de lui avouer à son tour toute sa peine et sa fatigue. Elle lui dévoilait ses blessures et ses insécurités en un seul regard. Et il l'aimait tellement pour cela. Ses doigts se refermèrent sur les siens en un appel au secours teinté de remerciements.

Je t’ai attendu.

Il entendait la fatigue dans sa voix. Il entendait ce qu'elle ne disait pas. Trop longtemps, ajoutait-elle. J'ai cru que tu ne viendrai plus, murmurait-elle. J'étais si seule, pleurait-elle. Pourquoi m'as-tu laissée ? demandait-elle sans comprendre. Avant de le lâcher, rompant le contact entre leurs deux corps. Doucement, elle ouvrit le poing dans lequel elle tenait leur secret fermement serré. Un simple bracelet qui signifiait tellement pour eux. Caerwyn le saisit pour venir l'enrouler autour de son poignet frêle et pâle. L'or scintillait sur sa peau diaphane.

Tu n'auras plus à le faire, promit-il sans ciller.

Il accueillit son baiser avec soulagement, laissant son coeur se gonfler dans sa poitrine. Il la laissa prendre le contrôle, l'attacher à elle dans un geste possessif pour lui montrer qu'il était là, qu'il ne s'enfuirait pas. Pas cette fois. Plus jamais. Tant de choses avaient changé depuis la dernière fois. Au diable les convenances et les ragots. Ils étaient déjà tous deux déshonorés, elle pour appartenir aux Mangemorts, et lui pour avoir des liens avec elle. Et même si cela importait encore aux yeux de leurs parents, Caerwyn ne voulait plus s'en soucier. Douze ans. Douze ans qu'il attendait, qu'il se contenait, qu'il s'empêchait de l'aimer comme il le désirait. Douze ans qu'il se retenait, qu'il se contentait de petites incartades. Douze ans qu'ils se cachaient. C'était terminé.

Les choses ne sont pas trop compliquées au Ministère ?

Caerwyn alla s'installer sur le petit sofa qui n'égalait en rien l'ancien mobilier de la Black, tapotant doucement la place à côté de lui pour inviter sa cousine à y prendre place. Il attendit qu'elle se soit assise pour saisir doucement ses mains dans les siennes et les serrer avec tendresse. Il connaissait Melpomène par coeur, assez pour deviner pourquoi elle s'intéressait subitement à ce qu'il faisait à l'extérieur.

Elles le sont, avoua-t-il. Père et moi avons subi de nombreux interrogatoires après votre fuite. Le reste des Lestrange également, mais surtout nous deux. Ils ont rien réussi à tirer de nous, ce qui les a beaucoup énervés. Et comme il n'y a aucun soupçon, ils ne peuvent pas vraiment faire autre chose que nous poser des questions. Pour l'instant du moins.

Il grimaça. Nul doute que Grindelwald finirait par passer au-dessus de la loi s'il ne parvenait pas à trouver rapidement une information. Mais ils étaient prêts. Pas même la torture ne pourrait les faire parler.

Je passe mes journées enfermé dans mon bureau, ils évitent de m'envoyer sur le terrain au maximum. Ils se méfient. Mais j'ai encore suffisamment d'influence pour servir le Maître. Tant que je serai utile là-bas, il veut que j'y reste.

Une pointe d'excuse s'insinuait dans sa voix. Il savait que Melpomène comprenait, que la cause passait avant le reste, mais il s'en voulait de ne pas être là pour elle, avec elle.

Et toi ? Fais-moi plaisir, dis-moi qui tu as bien pu dévorer ces derniers mois, continua-t-il avec un sourire en effleurant son collier. Romanov, c'était toi ? Les membres de la milice n'étaient pas très contents.

Caerwyn ne s'était pas senti aussi heureux depuis des mois. Il n'y avait qu'auprès de Melpomène qu'il était capable de tels sentiments.

© ACIDBRAIN





Awards:
 
Revenir en haut Aller en bas


Melpomène Lestrange
bad moon rising
avatar
bad moon rising
Parchemins :  3613
Crédits :  FRIMELDA (avatar), LAZARE (codage signature), Tumblr (gifs signature), Marge (gif profil)
 
Âge :  25 ans à se battre pour le pouvoir.
Sang :  Le sang des Black est pur, ode irrévérencieuse à la noirceur de leurs âmes, liquide vermillon qu'ils ne sauraient gaspiller. Sang royal où se mélange magie noire, ambition incontrôlée et soif de pouvoir.
Allégeance :  Marque des Ténèbres assumée, Melpomène fait partie des Mangemorts. Loyale servante depuis les premières heures de Voldemort.
Profession :  Melpomène travaillait autrefois à la morgue, embaumant derrière elle les secrets des siens. Aujourd'hui fugitive.
Ancienne école :  Poudlard dans une maison bordée d'émeraude - berceau de rencontres qui ont changé le cours de sa famille et qui ont façonné un destin aussi sombre que son patronyme.

Priori Incantatem
am i free?: no
Inventaire:
code couleur: #CF8C8C
http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t107-melpomene-child-of-the-night http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t77-melpomene-uprising
MessageSujet: Re: LOCKED OUT OF HEAVEN. (Melwyn)   Lun 10 Avr - 16:04



locked out of heaven


MELPOMÈNE & CAERWYN

FIN JANVIER 1952

Ses mots se brisent et s’étouffent, aveu fragile hanté par tout ce qu’elle ne dira jamais. Sa paume se desserre lentement pour laisser apparaître l’or d’un bracelet délicat. Leur bracelet, leur secret. Melpomène se souvenait encore précisément de la soirée où Caerwyn le lui avait offert. Quelques minutes sucrées alors volées à la décence dans la bibliothèque familiale. Et si l’adolescente d’hier était déjà bien consciente de ses sentiments pour le Lestrange, les battements de son coeur étaient encore fragiles à l’époque. Intimidés par un secret trop grand pour elle. Effrayés par un amour trop puissant. Mais l’adolescente avait grandi et avec chaque jour et chaque année les battements de son coeur s’étaient intensifiés. Gagnants en intensité et en certitude avec les mois. Aujourd’hui, la Black n’avait plus qu’une seule certitude: elle ne pouvait plus vivre sans lui. Peu importe le jugement d'Helios, peu importe la colère glaciale Morgana, peu importe le souvenir de Janus. Peu importe la rage d’Abelin et les moqueries d’Aleksandr et Cain. Un frisson dégringolant le long de sa colonne sous la caresse de ses doigts autour de son poignet. Un sourire lointain s’étira au coin de ses lèvres à la vue de son poignet ainsi orné. Là, à même sa peau, scintillait leur amour et toutes ses promesses. « Tu n'auras plus à le faire » - Melpomène ne lui répond que d’un baiser, ses lèvres trouvant enfin les siennes avec douceur. La tendresse des premières secondes est bien vite brulée d’avidité, la volonté de la Black effilochée par les années. Ses doigts s’enroulent autour du bord de sa cape, l’attirant un peu plus à elle. Pendant quelques minutes, le monde n’existe plus qu’au creux de ses lèvres. Et même alors que le baiser meurt à la commissure de ses lippes, Melpomène reste accrochée à lui. La louve doit se faire violence pour laisser ses paumes glisser contre le tissu, réticente à s’éloigner.

Elle se force pourtant à s’écarter de quelques pas - « Les choses ne sont pas trop compliquées au Ministère ? » - maigre tentative de détourner la conversation de ses démons. Elle n’est pas prête à en parler, Melpomène, pas encore. Peut être, au fond, ne le sera t’elle jamais vraiment. Elle le regarde traverser la pièce pour aller s’installer sur le petit sofa, se mettant presqu’instantanément elle aussi en mouvement, se posant à ses côtés. Il prend ses mains avec douceur, Melpomène se rapprochant le plus possible de lui, le bout de ses jambes mêlées aux siennes alors que sa tête se pose sur son épaule. « Elles le sont » - Melpomène grimace, contrariée - « Père et moi avons subi de nombreux interrogatoires après votre fuite. Le reste des Lestrange également, mais surtout nous deux. Ils ont rien réussi à tirer de nous, ce qui les a beaucoup énervés. Et comme il n'y a aucun soupçon, ils ne peuvent pas vraiment faire autre chose que nous poser des questions. Pour l'instant du moins. » - la Black s’éloigne de quelques centimètres à peine, une de ses mains se dérobant à celles de Caerwyn et venant effleurer le creux de sa joue, les orbes tapissées d’inquiétude. Melpomène avait toujours su - ils avaient tous toujours su - que renverser Grindelwald ne se ferait pas sans sacrifices. Et si la jeune femme était prête à tout pour ses idées, elle ne pouvait supporter l’idée de voir le sang des siens versé. Elle étouffe un soupir colérique entre ses lèvres serrées (un soupir qui le supplie pourtant d'un sois prudent silencieux), sa main libre maintenant posée au creux de sa nuque, le bout de ses doigts caressant sa peau avec une distraction toute feinte. « Je passe mes journées enfermé dans mon bureau, ils évitent de m'envoyer sur le terrain au maximum. Ils se méfient. Mais j'ai encore suffisamment d'influence pour servir le Maître. Tant que je serai utile là-bas, il veut que j'y reste. » - elle hoche doucement la tête par l’affirmative, ses mot se transformant en murmure - « D’accord. » - qui est elle après tout pour s’opposer aux plans du Lord. Caerwyn leur était en effet d’une utilité précieuse et même si chaque jour passée loin de lui était d’une solitude douloureuse, Melpomène en comprenait la nécessité.

« Et toi ? Fais-moi plaisir, dis-moi qui tu as bien pu dévorer ces derniers mois » - les doigts de Caerwyn effleurent son collier avec un sourire - « Romanov, c'était toi ? Les membres de la milice n'étaient pas très contents. » Pour la première fois en trois mois, Melpomène rigole. Pas d’un rire moqueur, pas d’un rire amer. Non. C’est un éclat de rire au fond duquel se distingue le bonheur qui s’échappe d’entre ses lèvres. Un sourire rieur se dessinant sur ses traits, gratifiant le Lestrange d’un clin d’oeil joueur. Il n’y avait qu’avec Caerwyn que Melpomène s’autorisait autant de naturel, princesse décomplexée bien loin du masque de granit offert au reste du monde. La jeune femme inclina doucement la tête sur le côté soufflant un « Tant mieux. Ils méritent bien qu'on les ennuie un peu. » amusé. Melpomène laisse ses doigts se perdre un peu plus à la surface de sa peau avant de reprendre la parole, la voix plus grave que quelques instants auparavant - fenêtre ouverte sur ses peines. « Il n’y a pas grand chose à faire ici, sinon. » accents capricieux de celle qui supporte mal être privée de liberté. Des mois qu’ils préparaient l’attaque de Pré-au-Lard et la Black bouillonnait d’excitation. Melpomène était moins patiente qu’Helios, moins patiente que Remus même. Elle avait besoin de se battre, besoin de l’adrénaline des combats autour de son coeur. Elle étouffait entre les murs du quartier général.

Mais Melpomène ne veut plus parler. Après ces trois mois passés loin de lui, après toutes ces années à se retenir - c’est un désir tendre qui coule comme un poison au creux de ses veines. Enivrant. Lourd à lui en faire tourner la tête. Assez puissant que pour tout balayer dans son sillage. Lentement, la louve se rapproche encore un peu - venant trouver ses lèvres une nouvelle fois dans une étreinte pressante. Son coeur se gonfle et s’affole alors que ses lèvres quittent déjà les siennes avec regrets, ne mettant cependant que quelques millimètres entre eux. Quelques millimètres pourtant ressentis comme des kilomètres tant Melpomène avait à présent besoin de sentir sa peau contre la sienne - « Tu ne dois pas partir tout de suite ? » car même si elle voudrait qu’il ne parte plus jamais, il n’en reste pas moins qu’ils ont tous un rôle à jouer. Le front posé contre le sien et les lèvres offertes au plus près de sa peau, Melpomène n’attend qu’un mot. Un mot ou un geste pour enfin laisser son coeur brûler. Un mot ou un geste pour briser la dernière barrière existant encore entre eux, leur dernier interdit, leur dernier secret. Après toutes ces années passées sous le coup d'un contrôle vacillant. Encore et toujours. Se désirant chaque jour plus intensément que la veille. Car à portée de main, écrits sur la peau de Caerwyn se trouvaient son présent et son passé mais surtout son futur. Elle en était certaine.


ain't nobody fucking with my clique
You will hear thunder and remember me, And think: she wanted storms. The rim Of the sky will be the colour of hard crimson, And your heart, as it was then, will be on fire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin
Parchemins :  664
Crédits :  lolitaes
 
Âge :  Trente ans
Sang :  Le sang pur, et une tradition à laquelle il ne compte pas déroger.
Allégeance :  Il porte la Marque des Ténèbres
Profession :  Ancien chef de la brigade magique
Ancienne école :  Serpentard

Priori Incantatem
am i free?: no
Inventaire:
code couleur: seagreen
http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t426-caerwyn-lestrange-let-me-wreck-you http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t416-caerwyn-lestrange
MessageSujet: Re: LOCKED OUT OF HEAVEN. (Melwyn)   Lun 10 Avr - 17:27


Locked out of heaven
Melpomène Black & Caerwyn Lestrange
Janvier 1952



Chaque geste, chaque mot, chaque contact était d'un naturel à couper le souffle. Ils n'avaient jamais eu à se poser de questions, jamais eu à hésiter l'un avec l'autre. Jamais, jusqu'à ce qu'ils soient en âge de comprendre que certains de leurs gestes, certains de leurs mots allaient trop loin, bien au-delà des convenances. Ils avaient pris peur, avaient tenu leurs distances, longtemps, très longtemps. Mais ni la distance, ni le temps n'avaient su effacer cette connexion entre eux. Ils étaient comme deux pièces d'un puzzle qui se fondaient l'une dans l'autre sans effort, créant une image complète et plus vive. Ils étaient uniques chacun de leur côté, mais encore plus beaux ensemble. Ils l'étaient, là, enlacés sur ce petit sofa qui supportait leur secret.

Il la laissa s'amuser alors qu'il répondait à sa question. Il ne releva pas lorsqu'elle fit glisser sa paume de sa joue à sa nuque, profitant clairement du peu de temps qu'ils avaient pour s'enivrer au maximum l'un de l'autre. Il ne pouvait lui en vouloir. Jamais ils n'avaient eu à supporter d'être si loin l'un de l'autre, sans pouvoir même s'apercevoir ou se parler. Caerwyn avait en mémoire toutes les lettres qu'il avait pu recevoir, brûlées aussitôt lues pour qu'aucun regard indésirable ne puisse tomber dessus. C'était dans ses lettres que Melpomène se livrait le plus, qu'elle laissait le naturel reprendre le dessus et cessait de se cacher derrière des faux-semblants. C'était, de loin, la Melpomène qu'il préférait. La Melpomène qu'il était le seul à voir. La femme sans inquiétudes, sans artifices. La femme amoureuse et qui n'avait pas peur de l'être. Sa femme, sa Melpomène.

Son éclat de rire lui réchauffa le coeur, lui insufflant un souffle de vie et d'envie. Un sourire vint aussitôt scinder le visage sérieux et fermé qu'il portait en permanence. C'était Melpomène. Elle était sa joie et sa vie, il n'en avait jamais douté, et ne le pourrait jamais plus. Ces longs mois de guerre froide avaient été bien trop pénibles pour qu'il ne prenne le risque de l'éloigner une fois de plus.

Tant mieux. Ils méritent bien qu'on les ennuie un peu.

Caerwyn se contenta de sourire. Il voulait lui dire à quel point il était fier d'elle, à quel point il l'aimait. La louve n'avait en rien diminué l'affection qu'il lui portait. Bien au contraire, il l'admirait d'autant plus, cette femme forte et indomptable, capable de déchirer la peau de ses ennemis en un rien de temps. Elle n'en était que plus belle à ses yeux.

Il n’y a pas grand chose à faire ici, sinon.

L'amertume s'entendait dans sa voix. Caerwyn replaça doucement une mèche de cheveux rebelle.

Bientôt, Mel. Le gouvernement a enfin annoncé la date du bal, on va pouvoir passer à l'action. Je sais que ça te semble long, mais ne laisse pas ton impatience te mener vers des gestes inconsidérés. Tu dois être prudente. Si ce n'est pas pour toi, fais-le pour moi.

Mais déjà, Melpomène ne voulait plus parler. Les mots étaient rarement son fort, à moins qu'ils n'expriment la haine et le mépris. La Black n'aimait pas verbaliser ses peurs et ses faiblesses. Caerwyn n'avait pas besoin de mots pour la comprendre, tout dans ses gestes criait sa détresse. Il accueillit son baiser avec autant de passion qu'elle ne lui en offrait. C'était comme si soudain, d'une simple caresse de ses lèvres, elle avait su raviver un désir vieux de plusieurs années et qu'il s'efforçait d'étouffer.

Tu ne dois pas partir tout de suite ?

Si. Si, il devrait partir. C'était plus prudent. Il ne devait pas éveiller les soupçons. Pourtant, il ne pouvait s'y résoudre. Il ne pouvait l'abandonner, pas encore, pas alors qu'ils venaient tout juste de se retrouver.

On ne se reverra certainement pas avant un long moment, souffla-t-il en caressant sa joue.

Il pouvait distinguer la lueur blessée et triste dans les orbes sombres de la Black. Comment pourrait-il la laisser ?

Je peux rester pour la nuit. Si tu le veux.

C'était irresponsable, irréfléchi. Mais plus rien ne comptait. Melpomène avait besoin de lui. Il avait besoin d'elle. Il retournerait bien assez tôt à sa mission, et alors combien de semaines, combien de mois avant qu'ils ne puissent se recroiser ? S'ils se recroisaient un jour... Son ventre se contracta et Caerwyn sut. Il ne voulait plus attendre, il ne voulait plus se cacher, il ne voulait plus fuir par respect des conventions. Il ne voulait que Melpomène et il ne se déroberait plus.

© ACIDBRAIN





Awards:
 
Revenir en haut Aller en bas


Melpomène Lestrange
bad moon rising
avatar
bad moon rising
Parchemins :  3613
Crédits :  FRIMELDA (avatar), LAZARE (codage signature), Tumblr (gifs signature), Marge (gif profil)
 
Âge :  25 ans à se battre pour le pouvoir.
Sang :  Le sang des Black est pur, ode irrévérencieuse à la noirceur de leurs âmes, liquide vermillon qu'ils ne sauraient gaspiller. Sang royal où se mélange magie noire, ambition incontrôlée et soif de pouvoir.
Allégeance :  Marque des Ténèbres assumée, Melpomène fait partie des Mangemorts. Loyale servante depuis les premières heures de Voldemort.
Profession :  Melpomène travaillait autrefois à la morgue, embaumant derrière elle les secrets des siens. Aujourd'hui fugitive.
Ancienne école :  Poudlard dans une maison bordée d'émeraude - berceau de rencontres qui ont changé le cours de sa famille et qui ont façonné un destin aussi sombre que son patronyme.

Priori Incantatem
am i free?: no
Inventaire:
code couleur: #CF8C8C
http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t107-melpomene-child-of-the-night http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t77-melpomene-uprising
MessageSujet: Re: LOCKED OUT OF HEAVEN. (Melwyn)   Mar 11 Avr - 2:16



locked out of heaven


MELPOMÈNE & CAERWYN

FIN JANVIER 1952

La Black accueille sourire de Caerwyn comme le plus beau des cadeaux, laissant ses doigts parcourir sa nuque sans répit. S’enivrant de la sensation de sa peau sous la sienne autant qu’elle le pouvait. L’urgence sur le bout des doigts. L’urgence des amants nageant à contre courant, l’urgence des amoureux qui se savent condamnés. Un sourire naît et meurt entre ses lèvres alors que l’amertume acidifie ses mots. Louve trop habituée à trop de liberté, princesse trop accrochée à tout ce qui était hier encore sa vie. Indépendance et vanité. « Bientôt, Mel. Le gouvernement a enfin annoncé la date du bal, on va pouvoir passer à l'action. Je sais que ça te semble long, mais ne laisse pas ton impatience te mener vers des gestes inconsidérés. Tu dois être prudente. Si ce n'est pas pour toi, fais-le pour moi. » - Melpomène acquiesce silencieusement. Elle n’est pas douée avec les mots Melpomène. On lui a apprit à les utiliser pour blesser. On lui a répété d’utiliser sa langue comme un couteau. On lui a apprit à parler pour haïr, pas pour aimer. Janus et Morgana étaient des modèles pour Melpomène de bien des façons, poupée moulée à l’image de sa mère, mais apprendre à mettre des mots sur ses peurs et sur ses doutes n’avait jamais été au programme de l’éducation de la petite dernière. La voix de Janus résonne encore quelque part au fond de son esprit -  Les mots sont importants, Melpomène. Les mots sont des armes. Ils blessent, ils tuent et ils accusent. Alors utilise les à ton avantage. Pour blesser, tuer et accuser. Pas pour se dévoiler, jamais. Alors, Melpomène laisse ses yeux et ses gestes parler pour elle. Le moindre de ses baisers hurle la peur qui lui lacère le coeur à l’idée de le voir partir de nouveau, le moindre de ses regards murmure des centaines de je t’aime incontrôlés.

Elle coupe court à la conversation d’un nouveau baiser, lippes fiévreuses à la recherche des siennes. Là, au creux de ses bouche se trouvait l’antidote à tout ses maux. Etait-ce au final aussi simple qu’un baiser? La Black se force à s’éloigner de quelques millimètres, un murmure brisé s’échappant de ses lèvres rougies par le désir - « Tu ne dois pas partir tout de suite ? » - Melpomène ne pouvait cacher la tristesse latente derrière sa question. Elle ne voulait pas qu’il parte. Pas maintenant mais pas demain non plus. Chimère inaccessible qu’elle se prenait parfois à caresser du bout des doigts en rêve. « On ne se reverra certainement pas avant un long moment. » la peau de sa joue semble brûler sous ses doigts alors qu’elle baisse les yeux, une lueur blessée au fond du regard. Sa main glisse le long de sa nuque pour retomber sur le sofa, aveu d’impuissance devant son coeur fêlé. Par dessus tout, Melpomène sait qu’il a raison. Que le temps leur manque et qu’il risque de s’écouler de nouveaux mois - trop longs et trois froids - avant qu’ils ne puissent de nouveau s’accorder quelques instants d’intimité. Et c’est cette certitude qui fait vaciller ses orbes pendant quelques secondes, les peurs de la louve écrites à l’encre de Chine au fond de ses yeux sombres pour qui savait les lire.

« Je peux rester pour la nuit. Si tu le veux ». - la louve relève les yeux sur son cousin, l’éclat blessé maintenant remplacé par quelque chose de plus riche. De l’espoir. Du désir. Quelque chose de plus doux, de l’amour. Marquant son accord d’un nouveau baiser, Melpomène pivote pour s’installer à califourchon sur Caerwyn, ses paumes venant instinctivement caresser les contours de son visage. En cet instant précis, le monde aurait pu brûler au dehors que la Black n’aurait eu d’yeux que pour les traits dessinés encore et encore par le bout de ses doigts. Le quartier général avait cessé d’exister au delà des murs de la petite chambre. Elle s’écarte de quelques centimètres, un sourire satisfait au coin des lèvres - les traits bouleversés de trop l’aimer. « Je veux bien oui. » - et alors qu’elle prononce ces quelques mots, son coeur se gonfle et rate un battement. Après des années à se désirer en silence, après des années de caresses interrompues - ils abandonnaient enfin. Au diable les conventions, au diable la retenue. Ce soir, la Black compte bien lui offrir ses soupirs. Quoiqu’en dise les convenances. Le temps s’allonge sous son souffle alors qu’une main de fer semble s’emparer de son coeur. Et si ses lèvres partent caresser la peau de son cou, une peur insidieuse tord son estomac. Celle de ne pas être à la hauteur. Celle de se tromper, celle de ne plus savoir quoi faire. Car si Melpomène a souvent imaginé ce moment, ses dernières étreintes charnelles remontent à l’adolescence.

Ses lèvres remontent de son cou à la naissance de son oreille, caressant la peau du Lestrange du bout de ses lippes. Un frisson dégringole le long de sa colonne alors qu’elle s’éloigne légèrement, croisant le regard de Caerwyn. C’est un nouveau sourire qui vient éclairer ses traits, complexion de porcelaine rosée par leurs baisers. Un sourire qui chante le mot bonheur, un sourire qui offre toute l’envie que ses caresses ne parviennent pas à exprimer. Son corps se rapproche du sien alors qu’une mèche folle vient barrer son visage. Enfin murmurent ses yeux. Après toutes ces années racontent ses doigts. Pour toujours promet finalement son coeur. Depuis toujours.

Et si ce n'était pas rare Melpomène et Caerwyn se retrouvent à échanger des baisers enflammés quand l'occasion leur en étant offerte, cette fois ci est différente. Parce que, pour la première fois, ils tenaient tout deux au creux de leurs paumes la certitude d’aller jusqu’au bout. 


ain't nobody fucking with my clique
You will hear thunder and remember me, And think: she wanted storms. The rim Of the sky will be the colour of hard crimson, And your heart, as it was then, will be on fire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin
Parchemins :  664
Crédits :  lolitaes
 
Âge :  Trente ans
Sang :  Le sang pur, et une tradition à laquelle il ne compte pas déroger.
Allégeance :  Il porte la Marque des Ténèbres
Profession :  Ancien chef de la brigade magique
Ancienne école :  Serpentard

Priori Incantatem
am i free?: no
Inventaire:
code couleur: seagreen
http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t426-caerwyn-lestrange-let-me-wreck-you http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t416-caerwyn-lestrange
MessageSujet: Re: LOCKED OUT OF HEAVEN. (Melwyn)   Mar 11 Avr - 9:12


Locked out of heaven
Melpomène Black & Caerwyn Lestrange
Janvier 1952



Caerwyn n'était pas dupe. Il se doutait bien qu'en proposant de rester, ils ne passeraient pas la nuit à parler jusqu'au petit matin pour finir par s'endormir dans les bras l'un de l'autre. Il n'avait rien contre cette idée, mais il savait que ce n'était pas le scénario qui les attendait. Car ils avaient justement trop attendu. Leur désir, leur frustration, tout ça ne pouvait mener qu'à une seule chose. Et si Caerwyn se contenait habituellement, ce ne serait pas le cas ce soir. Il ne pouvait imposer un énième refus à Melpomène, pas maintenant.

Sa réaction ne se fit pas attendre. L'air blessé laissa place à un regard avide et conquérant. Ses lèvres attaquèrent avec douceur et son corps vint trouver sa place favorite, sur ses genoux. Le Lestrange ne comptait plus le nombre de fois où ils s'étaient retrouvés dans cette même position, Melpomène contre lui, dévorant sa peau et ondulant ses hanches dans une envie non dissimulée. Il avait toujours fini par la repousser, si ce n'était une contrainte extérieure qui les obligeait à se séparer. Pas ce soir. Pas alors qu'elle le regardait ainsi, les yeux débordant d'amour et de promesses.

Je veux bien oui.

Quatre petits mots qui firent voler en éclats ses dernières inquiétudes. Quatre petits mots qui voulaient tout dire. Caerwyn ferma les yeux avec un petit soupir tremblant alors qu'elle venait parsemer son cou de baisers. Melpomène adorait s'attaquer à ce coin de peau et il ne pouvait le lui reprocher, pas alors qu'il y était si sensible et qu'elle lui procurait un plaisir grandissant à chaque fois. Instinctivement, ses mains vinrent se poser sur les cuisses qui encadraient son corps, passant sous le tissu de sa robe noire pour venir caresser sa peau nue. Ses doigts montaient progressivement, sans rencontrer le moindre obstacle sur leur passage. Caerwyn sourit. Depuis sa transformation, Melpomène ne supportait plus les vêtements, se contentant du minimum pour satisfaire ses parents. Et ce n'était pas lui qui allait s'en plaindre. La simple pensée de la savoir nue sous sa robe suffisait à lui faire tourner la tête.

Elle s'écarta avec un sourire, l'un de ceux qui faisaient fondre son coeur. Il voyait le bonheur pétiller dans ses yeux là où quelques instants auparavant se trouvaient tristesse et désolation. C'était lui, lui seul, qui avait fait ça. C'était lui qui était à l'origine de ce sourire. Son coeur se gonfla de fierté à cette pensée.

Je veux te voir, demanda-t-il.

Elle savait très bien ce qu'il lui demandait. Elle savait très bien qu'il préférait la louve au masque qu'elle était obligée de porter. Elle savait très bien qu'il la trouvait plus belle et qu'il la désirait bien plus lorsqu'elle était elle-même, lorsqu'elle était vraie. Elle ne tarda pas à porter les mains à sa nuque pour ôter le collier d'or et le poser là où elle était assise quelques minutes plus tôt. Ses yeux prirent alors la teinte dorée dans laquelle Caerwyn aimait se noyer, ses lèvres s'étirèrent sur quelques crocs sous lesquels il désirait succomber, et sous ses doigts il sentit la peau de son dos se déchirer en des cicatrices qu'il admirait. Elle était magnifique Melpomène. Il laissa ses mains glisser jusqu'à la peau de ses hanches qu'il caressa doucement.

Tu es bien plus belle ainsi, avoua-t-il avec sincérité.

Et pour la première fois de la soirée, ce fut lui qui l'attira pour lui voler un baiser. Il n'y avait rien de précipité cette fois. Ils savaient qu'ils avaient tout le temps du monde pour eux, ils savaient que, qu'importe le temps que cela prendrait, ils iraient jusqu'au bout. Pas de précipitation, pas de hâte de peur que l'un ou l'autre se rétracte. Juste l'envie de voir cet instant durer et s'ancrer dans leur mémoire. Seulement le besoin de prendre le temps et de savourer chaque instant.

Caerwyn avala le hoquet de surprise de Melpomène lorsque ses doigts vinrent frôler un sein. Ils étaient rarement allés au-delà de baisers enflammés et de quelques caresses. Et Caerwyn savait très bien que sa cousine l'avait attendu, qu'elle n'avait pas été touchée depuis des années. Il ne l'aima que plus face à sa dévotion et à cette nouvelle preuve d'amour. Et il ferait en sorte que toute cette attente vaille le coup.

© ACIDBRAIN





Awards:
 
Revenir en haut Aller en bas


Melpomène Lestrange
bad moon rising
avatar
bad moon rising
Parchemins :  3613
Crédits :  FRIMELDA (avatar), LAZARE (codage signature), Tumblr (gifs signature), Marge (gif profil)
 
Âge :  25 ans à se battre pour le pouvoir.
Sang :  Le sang des Black est pur, ode irrévérencieuse à la noirceur de leurs âmes, liquide vermillon qu'ils ne sauraient gaspiller. Sang royal où se mélange magie noire, ambition incontrôlée et soif de pouvoir.
Allégeance :  Marque des Ténèbres assumée, Melpomène fait partie des Mangemorts. Loyale servante depuis les premières heures de Voldemort.
Profession :  Melpomène travaillait autrefois à la morgue, embaumant derrière elle les secrets des siens. Aujourd'hui fugitive.
Ancienne école :  Poudlard dans une maison bordée d'émeraude - berceau de rencontres qui ont changé le cours de sa famille et qui ont façonné un destin aussi sombre que son patronyme.

Priori Incantatem
am i free?: no
Inventaire:
code couleur: #CF8C8C
http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t107-melpomene-child-of-the-night http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t77-melpomene-uprising
MessageSujet: Re: LOCKED OUT OF HEAVEN. (Melwyn)   Mar 11 Avr - 16:20



locked out of heaven


MELPOMÈNE & CAERWYN

FIN JANVIER 1952

Melpomène n’avait jamais fait partie de ces femmes faciles à aimer. Loin de ces poupées sensibles aux orbes innocentes. Loin, très loin, de celles dont les lèvres hurlaient la simplicité. Il n’y avait rien de simple chez Melpomène, plus rien d’innocent non plus. Le mensonge déposé au bout de la langue comme un poison, comédienne venimeuse et insaisissable. Petit jeu bien rodé destiné à tenir le monde à l’écart, mirage soigneusement esquissé pensé pour écarter les curieux. Il y avait pourtant des gens à qui elle n’avait jamais menti, des gens avec qui elle n’avait jamais joué. Caerwyn était le seul à la connaître avec tant de naturel et de candeur. Il avait toujours su voir derrière le masque. La Black cache un sourire satisfait au creux de son cou alors qu’un soupir s’échappe d’entre les lèvres du Lestrange. Melpomène avait encore bien des choses à découvrir, mais toutes ces années à se chercher sans jamais vraiment se trouver lui avaient au moins apprit bon nombre des faiblesses de Caerwyn. Mais au delà des soupirs de l’homme dont les mains se posent sur ses cuisses, Melpomène sourit parce que plus rien n’a d’importance. Il n’y a plus que son odeur enivrante, il n’y a plus que la sensation de ses cheveux sur le bout de son nez alors qu’elle mordille légèrement un de ses lobes. Il n’y a plus que sa peau sous ses lèvres et ses mains sous sa robe, glissant toujours plus haut sur ses cuisses. Melpomène n’avait jamais été quelqu’un de pudique et cela ne s’était pas arrangé sous l’influence de la lune, se contentant à présent du minimum. Toilettes raffinées sur sa peau nue, dentelles enlaçant hier encore sa nudité. La note de désir perçant au fond des yeux du Lestrange au contact de sa peau ne la fait que l’aimer plus encore, princesse faite reine sous les doigts de son amant. La louve s’éloigne alors de quelques  centimètres, les lippes fendues d’un sourire chuchotant le mot bonheur. « Je veux te voir. » - la Black lui répond d’une oeillade complice, portant lentement les mains à sa nuque.

Si sa condition n’était pas un secret pour sa famille et ses amis, Caerwyn était le seul à aimer la louve autant que Melpomène. Le seul à se délecter du spectacle de ses mers mouchetées d’or. Le seul à voir la beauté du monstre, le seul à contempler les cicatrices couvrant sa peau. Deux côtés d’une même pièce, la femme et le loup main dans la main. Ses mains volent jusque ses hanches alors qu’elle dépose le collier un peu plus loin sur le sofa, sentant presqu’instinctivement la sensation familière des marques rouges venir ouvrir sa peau. « Tu es bien plus belle ainsi. », son coeur tremble face à sa sincérité, la louve rugissant de plaisir au fond de son estomac.

Les mots se bousculent et s’étouffent sur son palais, gorgée nouée de désir. Rien ne semble être assez fort pour décrire l’amour incendiant ses veines, rien ne semble être assez beau pour parler d’eux. Alors, encore une fois, Melpomène ne dit rien. Se contentant de retrouver ses lèvres avec une avidité difficilement contenue. Ses gestes perdus entre le besoin de le toucher et l’envie de prendre son temps, paumes maladroites dénouant le noeud de sa cape d’hiver. La Black ferme les yeux, concentrée sur la sensation des doigts de Caerwyn remontant son corps sous le tissu. Concentrée sur ses lèvres caressant les siennes, inscrivant chaque sensation au plus profond de sa mémoire. Chaque frisson, chaque soupir. Le Lestrange la prenant par surprise en venant effleurer la courbe de l’un de ses seins, vertige exquis étouffé au creux de ses lèvres. Doux gémissement déposé à la coupe de ses lippes comme un mot d’amour alors que ses doigts tremblants partent à l’assaut de sa chemise. Bouton après bouton, tantôt lente et tantôt précipitée, la belle fait glisser le tissu - caressant du bout des doigts la courbe de ses épaules. Ses hanches se rapprochant encore un peu plus des siennes alors que ses mains glissent dans son dos, l’un de ses ongles effleurant la courbe d’une omoplate. La louve frissonne sous les caresses du Lestrange, des gémissements étouffés s’échappant ci et là de ses lèvres entrouvertes. La peau comme électrisée sous ses doigts. Il n’y avait pas de regrets au fond du coeur de Melpomène. Certainement pas pour leurs étreintes, pas non plus pour toutes ces années d’abstinence. Car la louve n’avait jamais voulu d’un autre que lui, poupée de porcelaine destinée à s’épanouir sous ses mains.

Sa peau habituellement aussi pâle que les matins d’hiver était à présent rougie par endroits, joues rosées sous l’intensité de ses baisers. Le souffle coupé alors que ses canines glissent contre la lèvre inférieure de Caerwyn, coulant de nouveau vers le creux de son cou. Certains cherchaient le bonheur toute leur vie, le touchait du bout de leurs rêves pour finir par le perdre de vue. Mais Melpomène, elle, avait sans aucun doute trouvé le sien. Un amour certes peu conventionnel, un amour hors des normes. Des sentiments qualifiés d’honteux par beaucoup mais qui trouvaient pourtant tout leurs sens aux creux de leurs sourires. Son corps se penche un peu plus vers le sien alors que ses sens s’enivrent sous la valse de leurs soupirs entremêlés.  


ain't nobody fucking with my clique
You will hear thunder and remember me, And think: she wanted storms. The rim Of the sky will be the colour of hard crimson, And your heart, as it was then, will be on fire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin
Parchemins :  664
Crédits :  lolitaes
 
Âge :  Trente ans
Sang :  Le sang pur, et une tradition à laquelle il ne compte pas déroger.
Allégeance :  Il porte la Marque des Ténèbres
Profession :  Ancien chef de la brigade magique
Ancienne école :  Serpentard

Priori Incantatem
am i free?: no
Inventaire:
code couleur: seagreen
http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t426-caerwyn-lestrange-let-me-wreck-you http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t416-caerwyn-lestrange
MessageSujet: Re: LOCKED OUT OF HEAVEN. (Melwyn)   Ven 21 Avr - 10:57


Locked out of heaven
Melpomène Black & Caerwyn Lestrange
Janvier 1952



Il se perdait. Il se perdait dans les sensations, dans les caresses, dans les baisers, dans les soupirs. Il se perdait dans ses yeux voilés de désir, dans la vision de sa peau rosie, dans ses cheveux éparses. Il se perdait dans le goût de sa peau, dans la douceur de ses courbes, dans le parfum de ses cheveux, dans la mélodie de ses soupirs. Il se perdait en elle, dans le tableau qu'elle peignait sous ses yeux. Il n'y avait plus qu'elle, éclipsant toute autre réalité. Melpomène. C'était le nom de la vie, de l'envie, de la mort et de l'amour. C'était son passé, son présent et son futur. C'était son tout.

Melpomène. Alors que ses canines venaient fendre sa lèvre inférieure dans une douleur bienvenue. Alors que ses doigts s'attaquaient à ses vêtements. Alors que ses lèvres prenaient d'assaut sa bouche déjà ivre d'elle. Alors que sa peau effleurait la sienne. Alors que ses soupirs abreuvaient sa soif.

Lentement, il souleva le tissu noir de sa robe, révélant les courbes de son corps nu. Il resta un instant à l'admirer, traçant du bout des doigts les cicatrices qui barraient sa peau d'opaline. Elle était magnifique Melpomène, bien plus qu'il n'aurait jamais pu rêver. Elle n'était pas parfaite, elle ne l'avait jamais été, mais elle était parfaite pour lui, tout comme il était parfait pour elle. Il n'avait d'autres certitudes en ce monde que celle-ci. Son corps tout entier frissonna lorsqu'il l'attira contre sa peau pour baiser ses lèvres rougies. Elle était à lui. Enfin.

Dans une valse improvisée, il la souleva, ses jambes enserrées autour de sa taille, la fit virevolter en un sourire avant de la poser délicatement au milieu de ses draps immaculés. Ses vêtements commençaient à devenir trop restrictifs alors que son envie de la posséder grandissait. Patience. Ses mèches de jais juraient sur le lit blanc, accentuant sa beauté. Il voulait embrasser chaque parcelle de sa peau pâle, et c'est ce qu'il fit. Le corps de Melpomène tremblait sous le sien et ses soupirs l'encourageaient dans son exploration.

Melpomène. Il l'aimait Melpomène. Chacun de ses baisers en était une déclaration. Chaque frisson qu'il procurait à son corps était une preuve. Et alors qu'il lui offrait le plaisir, il lui montrait que rien ne comptait plus pour lui que son bonheur. L'amour. C'était de l'amour qu'ils vivaient. L'amour à son état le plus pur, le plus primitif. L'amour, sans paraître et sans atours. L'amour, tout simplement.

© ACIDBRAIN





Awards:
 
Revenir en haut Aller en bas


Melpomène Lestrange
bad moon rising
avatar
bad moon rising
Parchemins :  3613
Crédits :  FRIMELDA (avatar), LAZARE (codage signature), Tumblr (gifs signature), Marge (gif profil)
 
Âge :  25 ans à se battre pour le pouvoir.
Sang :  Le sang des Black est pur, ode irrévérencieuse à la noirceur de leurs âmes, liquide vermillon qu'ils ne sauraient gaspiller. Sang royal où se mélange magie noire, ambition incontrôlée et soif de pouvoir.
Allégeance :  Marque des Ténèbres assumée, Melpomène fait partie des Mangemorts. Loyale servante depuis les premières heures de Voldemort.
Profession :  Melpomène travaillait autrefois à la morgue, embaumant derrière elle les secrets des siens. Aujourd'hui fugitive.
Ancienne école :  Poudlard dans une maison bordée d'émeraude - berceau de rencontres qui ont changé le cours de sa famille et qui ont façonné un destin aussi sombre que son patronyme.

Priori Incantatem
am i free?: no
Inventaire:
code couleur: #CF8C8C
http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t107-melpomene-child-of-the-night http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t77-melpomene-uprising
MessageSujet: Re: LOCKED OUT OF HEAVEN. (Melwyn)   Ven 21 Avr - 22:47



locked out of heaven


MELPOMÈNE & CAERWYN

FIN JANVIER 1952

Leurs soupirs naissent et meurent à même leurs peaux, souffles d’amour déposé sur leurs dermes rougis. Les secondes emportent la retenue des premiers instants et c’est avec un empressement teinté de passion que la louve fait glisser le tissu de la chemise du Lestrange, laissant ses doigts et ses lèvres partir une nouvelle fois à la rencontre de sa peau. Et alors que les yeux de Caerwyn s’enivrent de la vue de ses courbes dévoilées - débarrassées, enfin, de leur enveloppe endeuillée - un frisson dégringole le long de sa colonne. Un frisson de plaisir. Un frisson d’appréhension. Un frisson de vie. Après dix ans à imaginer leurs étreintes, chaque baiser, chaque caresse paraissait plus intense sur sa peau brûlante. Le collier abandonné derrière eux alors que son corps ne quitte pas le sien, jambes fermement serrées autour de sa taille. Ses lèvres quittent à peine la peau de son cou alors qu’il la transporte jusqu’au lit, la déposant entre les draps. Sa chevelure ébène déposée comme un diadème sur le blanc du coton, la pâleur de ses joues chassée par le sang bouillonnant sous sa peau. Le Lestrange ne tarde pas à repartir à l’assaut de sa peau, Melpomène oubliant jusqu’au monde autour sous l’ivresse de ses lèvres glissant le long de ses courbes. Tremblante sous le plaisir de ses caresses, jamais rassasiée de ses mains sur son corps. Soupir après soupir, frisson après frisson, les derniers lambeaux de contrôle de la Black s’évanouissent, engloutis sous les vagues de bonheur partant de son coeur vers le creux de son estomac. Soupirante sous ses baisers, l’alanguie se mord doucement les lèvres - le coeur prêt à exploser. De plaisir, certes, mais surtout d’amour. Si beaucoup lui prêtaient un coeur de marbre, chacun de ses soupirs était une preuve de plus du contraire - chacune de ses caresses le faisant se gonfler un peu plus contre les parois de sa poitrine. Après tout ce temps, la louve s’abandonnait enfin entre ses mains. Elle était sienne et il était à elle - depuis toujours.

Ce simple fait n’avait jamais semblé aussi à clair à Melpomène qu’au son de leurs soupirs.  

Les doigts enroulés autour des draps immaculés, Melpomène se fait violence pour se relever légèrement, les paumes encore tremblantes alors qu’elle vient attraper ses épaules et trouver ses lèvres. Il n’y a plus aucune retenue au creux de ses gestes alors que ses mains courent le long de sa poitrine, le débarrassant du reste de ses vêtements de ses doigts empressés. Tout les rêves du monde n’avaient pas pu préparer la louve au désir grondant sous sa peau, flammes incendiaires au fond de ses yeux, soupirante suspendue à la coupe de ses lèvres comme on s’accroche à la vie. La Black se colle une nouvelle fois à lui, frissonnant contre sa peau alors qu’elle murmure au creux de son cou un « je t’aime » inattendu. C’est sorti comme une évidence, murmuré comme le plus beau des secrets - assumé aussi comme la plus simple des vérités. Car si chacun de ses regards l’a toujours crié, jusqu’à en éveiller les soupçons, Melpomène ne l’a encore jamais dit. Trois petits mots murmurés comme un merci, trois petits mots assénés comme une promesse. Trois petits mots hurlant le feu de son coeur et de son âme. Couchés au creux même des draps ayants vu ses peurs et ses doutes, c’est le plaisir que soupire à présent la louve. Oubliées la tristesse et la solitude, il ne reste que le désir lui dévorant le coeur. Le désir de lui, toujours plus, toujours. Le désir d’enfin s’abandonner à lui de la façon la plus totale, coeur déposé entre ses mains, gémissements étouffés au plus proche de sa peau. Les doigts de la princesse effleurent les contours de son visage alors qu’elle pose le front contre le sien, les mains tremblantes lorsque ses pupilles assombries par le plaisir lui intiment de lui montrer. Ses hanches se rapprochent encore un peu plus des siennes et la louve ferme les yeux, les couleurs vives du plaisir imprimées à jamais à l’arrière des paupières.

Sa vie toute entière déposée au coeur de leurs soupirs. Son je t'aime répété encore et encore dans chacun de ses gestes.


ain't nobody fucking with my clique
You will hear thunder and remember me, And think: she wanted storms. The rim Of the sky will be the colour of hard crimson, And your heart, as it was then, will be on fire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin
Parchemins :  664
Crédits :  lolitaes
 
Âge :  Trente ans
Sang :  Le sang pur, et une tradition à laquelle il ne compte pas déroger.
Allégeance :  Il porte la Marque des Ténèbres
Profession :  Ancien chef de la brigade magique
Ancienne école :  Serpentard

Priori Incantatem
am i free?: no
Inventaire:
code couleur: seagreen
http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t426-caerwyn-lestrange-let-me-wreck-you http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t416-caerwyn-lestrange
MessageSujet: Re: LOCKED OUT OF HEAVEN. (Melwyn)   Sam 29 Avr - 17:17


Locked out of heaven
Melpomène Black & Caerwyn Lestrange
Janvier 1952



Toutes ces années à l'attendre, tous ces mois à la désirer, toutes ces nuits à rêver d'elle. Il ne s'était pas écoulé une seule minute durant laquelle les pensées de Caerwyn n'étaient pas hantées par Melpomène. Douze ans auparavant, il avait su, il avait compris. C'était arrivé insidieusement, sans qu'il ne s'en aperçoive, sans aucun signe avant coureur. C'était arrivé et ça n'était jamais reparti. L'amour. Il était tombé amoureux, lui le garçon si froid et solitaire, lui qui voyait l'amour comme une faiblesse et les femmes comme des distractions sans importance. Il était tombé amoureux et soudain, elle était devenue l'exception, celle qui mettait à mal chacune de ses convictions, chaque fragment de son apprentissage et de son identité. Elle l'avait brisé, s'était faufilée sous la carapace du Lestrange pour venir se loger dans son coeur sans jamais en sortir. Et lorsqu'il l'avait compris, il était déjà trop tard. Ils s'étaient battus, défendus, mais rien n'y avait fait. Petit à petit, ils épuisaient leurs forces. Petit à petit, ils baissaient les armes. Petit à petit, ils s'aimaient.

Caerwyn s'était su perdu le jour où Melpomène lui avait accordé un premier baiser. Il se savait condamné alors qu'elle lui offrait à présent son corps. Les flammes de l'Enfer le consumeraient certainement un jour, mais si leur chaleur était aussi douce que celle qui émanait de la peau de la Black contre la sienne, alors il les accueillait à bras ouverts. Il se fichait bien à présent des conséquences s'il pouvait goûter encore à cette peau pâle et abîmée, s'il pouvait la sentir trembler sous ses caresses, s'il pouvait la voir se courber de plaisir sous ses baisers. Elle avait le souffle court, Melpomène, et le visage rose. Ses yeux brillaient d'une lueur que lui seul pouvait voir, et elle n'était que plus belle encore, ainsi abandonnée entre ses mains. Il voyait la confiance et l'amour dans ses yeux alors qu'elle l'attirait pour saisir ses lèvres dans un baiser fiévreux. Il la laissa faire, se livrant à son tour entre ses mains tandis qu'elle ôtait les dernières enveloppes de tissu qui les séparaient.

Le contact de leurs corps nus les fit frissonner. Melpomène plaça son visage au creux de son cou, comme elle aimait tant le faire. « Je t’aime ». C'était un murmure, un aveu, une déclaration. Le coeur de Caerwyn se gonfla dans sa poitrine et un sourire prit place sur son visage sans qu'il ne puisse s'en empêcher. Quelle idiote. Comme si elle avait besoin de le dire pour qu'il le sache, pour qu'il le sente. Il la connaissait trop bien pour l'ignorer. Et pourtant, elle avait fait cet effort, elle avait surmonté son éducation si rude qui lui ordonnait de taire ses sentiments, tout ça pour lui. Plus que ces trois mots, c'était l'effort qu'elle y avait mis qui le toucha. Il recula son visage pour lui faire face, baisant furtivement sa joue avant de planter son regard dans le sien. « Je t’aime plus encore », répondit-il sans concession. Il n'y avait aucune hésitation dans sa voix, aucun tremblement dans son regard. Il n'avait pas honte, Caerwyn, et surtout, il n'avait plus peur.

Il s'appliqua alors à le lui prouver, à le lui dire, encore et encore, non plus avec des mots, mais bien avec ses actes. Il l'aimait, Melpomène, plus qu'il n'avait jamais aimé et plus qu'il n'aimerait jamais. Il l'aimait, et cet amour surpassait le reste, son honneur, sa fierté, son égo, sa vie. Qu'on lui enlève tout, pour que Melpomène reste à jamais au creux de ses bras, les yeux voilés de plaisir et la gorge offerte. S'il devait mourir, c'était la dernière image qu'il voulait graver sur ses paupières, celle de son visage, vrai et honnête. Et dans son dernier souffle, tout ce qu'il désirait entendre était sa respiration courte contre son oreille, entrecoupée d'une symphonie de soupirs.

© ACIDBRAIN





Awards:
 
Revenir en haut Aller en bas
 
LOCKED OUT OF HEAVEN. (Melwyn)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Locked Out Of Heaven ✝ MALEFIQUE.
» Modèle ► locked out of heaven
» (F) Johanna Braddy (négociable) ϟ locked out of heaven
» HIGHWAY TO HEAVEN ♥ welcome in New Heaven
» Stairway to Heaven

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: