Soutenez le forum
Votez pour M&M sur les top-sites et faîtes passer le mot!
Bazzart - PRD.
Ecoulement du temps
Nous sommes actuellement en septembre 1952
Sixième version du forum
On vous donne rendez-vous ici pour vous tenir au courant des dernières nouveautés!

 | 
 

 INTRIGUE 3 (partie 2): confrontation inattendue

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
avatar
pnj
Parchemins :  419
http://www.mudbloodsandmurmurs.com
MessageSujet: Re: INTRIGUE 3 (partie 2): confrontation inattendue    Mar 7 Mar - 23:33

Le membre 'Galaad Slughorn' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'La main de Grigri' :
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Protego
Parchemins :  53
Crédits :  avengedinchains, marge
 
MessageSujet: Re: INTRIGUE 3 (partie 2): confrontation inattendue    Jeu 9 Mar - 23:19

La douleur était sourde et superficielle, mais quand même dérangeante. Pour autant, ce n'était pas du genre à Ludwig de s'arrêter cinq minutes pour se soigner. Il avait la fâcheuse manie de traîner ses blessures et de risquer des infections tout le temps. C'était seulement qu'il avait autre chose à faire ; et tant que la blessure en question n’handicapait pas – de trop – ses mouvements, ça lui importait pas. Avec le temps, au fil des combats et règlements de compte, Ludwig avait développé une certaine résistance à la douleur. Ce n'est pas que ça lui faisait moins mal qu'à quelqu'un d'autre, non ; mais c'est qu'il avait en revanche beaucoup de points de repère de douleurs plus intenses. Il lui suffisait de se souvenir des bombardements de 1945 à Berlin pour pouvoir prendre chaque nouvelle blessure à la légère. Jamais il n'avait eu aussi froid. Jamais il n'avait eu aussi mal. Jamais il n'avait cru être plus proche de la mort. Mais à cet époque, il y avait un petit être à ses côtés, un petit être avait été trimballé de planque en planque, qui n'avait pas connu autre chose que les privations et les rationnements de la guerre. Un petit être qui n'avait tout simplement pas encore vécu. C'est pour lui que Ludwig avait lutté jusqu'à l'épuisement. C'est pour lui qu'il s'était refusé à partir rejoindre Ismaël, et son père ; il en était certain.

Mais il sentit quelqu'un le tirer un peu à l'écart des affrontements. Alice. Jusque là, il avait réussi à ne pas trop penser à elle – il ne pouvait pas être efficace s'il s'inquiétait trop pour elle – et c'était une bien maigre victoire. Elle lui lança un sort de soin, et Ludwig jeta un regard rapide à sa blessure qui se refermait, bien trop distrait par la jeune femme qui venait de lui faire un clin d’œil. Il prit sur lui pour ne pas lui demander de se mettre tout de suite à l'abri : il savait qu'elle détesterait ça. Il se contenta alors de lui faire un signe de tête reconnaissant avant d'agripper son poignet avec douceur. «C'est ma spécialité. » Le trait d'humour qu'il voulait mettre en avant fut un peu un échec alors que du coin de l’œil ils purent apercevoir Isidore qui était en mauvaise posture. Il coula un dernier regard sérieux sur la jeune femme. « Fais attention à toi. » Cela sonnait presque comme une supplication. Il n'attendit aucune réponse alors qu'il s'élançait à l'aide d'Isidore ; et avec l'aide d'Alice, ils parvinrent à détruire la barrière magique. Prudence voulut désarmer leur ennemi Caerwyn, sans succès.

Au moment où il s'apprêtait à lancer une nouvelle attaque pour débarrasser Isidore de son assaillant une bonne fois pour toute, un sortilège le percuta de plein fouet. Il s'écroula à terre sans pouvoir opposer une quelconque résistance.

Jamais il n'avait eu aussi froid. Jamais il n'avait eu aussi mal. Jamais il n'avait cru être plus proche de la mort qu'à cet instant. Un cri inhumain lui donnait le tournis. Il ne réalisait pas que c'était le sien. Il allait crever ici. Après avoir survécu à Hitler et ses SS, aux bombardements, à la chasse au résistant, aux règlements de compte de gangs opposés; il allait crever ici, dans un village pittoresque sorcier, dans la nuit et le froid d'hiver. Parce que la douleur était intolérable, et il ne pouvait pas penser à autre chose. Il ne pouvait pas penser à Alice. Il ne pouvait pas penser à David, son fils, parce qu'il était son fils quand bien même il s'évertuait à se convaincre du contraire. Il ne pouvait penser qu'à la douleur, insoutenable, qui l'aveuglait, qui le paralysait, qui lui donnait envie qu'on l'achève simplement pour qu'elle s'arrête.


OUI : Au moment où Ludwig s'apprête à tenter une nouvelle offensive contre Caerwyn, il manque de se faire percuter de plein fouet par un Doloris par un autre attaquant. Ses réflexes sont bons et il parvient à l'éviter au dernier moment et à riposter

NON : Il se prend le Doloris  (soit d'un inconnu soit de l'un d'entre vous, faites vous plaiz)


don't bend don't break don't back down
This ain't a song for the broken-hearted, no silent prayer for the faith-departed. I ain't gonna be just a face in the crowd. You're gonna hear my voice when I shout it out loud
by Wiise


RPZ:
 


Dernière édition par Ludwig J. Rosenberg le Jeu 9 Mar - 23:38, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
pnj
Parchemins :  419
http://www.mudbloodsandmurmurs.com
MessageSujet: Re: INTRIGUE 3 (partie 2): confrontation inattendue    Jeu 9 Mar - 23:19

Le membre 'Ludwig J. Rosenberg' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'La main de Grigri' :
Revenir en haut Aller en bas


Mihayl Krum
Incarcerem
avatar
Incarcerem
Parchemins :  242
Crédits :  croco.
 
Âge :  29 ans
Sang :  Sang pur
Allégeance :  Grindelwald
Profession :  Propriétaire d'une l'entreprise de baguettes
Ancienne école :  Durmstrang

Priori Incantatem
am i free?: yes
Inventaire:
code couleur:
MessageSujet: Re: INTRIGUE 3 (partie 2): confrontation inattendue    Ven 10 Mar - 17:09

Son sortilège est un échec. Il serre les dents et riposte aussitôt, envoyant dans le décor un rebelle inconnu. Il sait que Melpomène ne va pas se contenter de chercher à se défendre. Elle est machiavélique, la Black. C'est une parasite toute juste bonne à être exterminé, comme le reste de sa famille ; et elle ne sait pas se taire quand il le faut. Non, elle apprécie bien trop le goût du risque et les joutes verbales. Lorsqu'elle n'était pas encore une hors la loi, Mihayl ne se souvenait que trop bien de son mépris pour la famille Krum. Et un affront à sa famille était toujours sévèrement puni à un moment ou à un autre. Il n'en fallait donc pas plus pour intensifier son aversion déjà terrible envers la jeune femme. Pour autant, la mangemort crut bon d'envenimer davantage encore la situation avec ce qui semblait être un malin plaisir. « Ton chien n'est pas avec toi ? Peut-être sait il viser, lui ? »

Il a la mâchoire qui se contracte violemment, Mihayl, à l'écoute de ces quelques mots. Ce ne sont que des mots, pourtant, mais leur effet est dévastateur. La fureur brûle dans ses pupilles, et il n'a qu'une envie, renouer avec la tradition des combats à mains nues des Krum. Il imagine avec délectation son point s'écraser sur le visage de la sorcière. Sentir sa mâchoire se disloquer et cogner encore. Faire le sang couler sur ce menton fragile d'être inférieure. Elle devait sans doute penser qu'il était en colère parce qu'elle sous-entendait qu'un né-moldu pouvait lui être supérieur d'une quelconque façon, et dans d'autres circonstances cela aurait sans doute été le cas ; mais la vérité c'était bel et bien qu'elle avait oser comparé Desislav à un chien. Mihayl était ivre de rage. Il avait envie de la cogner jusqu'à ce qu'elle le supplie, jusqu'à sentir ses os craquer sous ses poings. Il avait envie de lui faire comprendre à quel point Desislav était au dessus d'elle et de tous les sorciers présents ce soir.

Pendant quelques secondes, Mihayl essaie de se raisonner lui même. Il est un spanesi. Il est bien vu par Grindelwald. Il est haut dans la société. Il ne peut pas se rabaisser à utiliser ses poings, pas ce soir-là en tout cas, il y a beaucoup trop de témoins. Et un instant il croit presque retrouver le contrôle de lui-même. Mais au moment où il s'apprête à lever sa baguette pour doloriser l'infâme créature, le visage de Desislav se dessine dans son esprit. Il n'en faut pas plus pour que sa rage explose et qu'il délaisse sa magie. En quelques grandes enjambées, il se dirige vers la mangemort. Il n'a le loisir ni de la frapper ni de lui dire quoique ce soit : il sent ses pieds quitter terre. Il est projeté quelques mètres plus loin, retombant au sol dans un bruit sourd, sonné.


OUI – OUI : Mihayl parvient à garder la tête froide. Avec mépris et dégoût il lance un Doloris parfaitement exécuté. La sorcière s'écroule à terre. Il arrive à son chevet en quelques grandes enjambées et s'accroupit à ses côtés, relâchant le doloris, agrippant sa chevelure et tournant son visage vers lui. Son point s'écrase violemment sur son visage.
OUI – NON : Mihayl parvient à garder la tête froide. Avec mépris et dégoût il lance un Doloris parfaitement exécuté. La sorcière s'écroule à terre.
NON – OUI : Mihayl lance un doloris mais son efficacité et sa durée sont moindres à cause de la colère qui l'étouffe. C'est quand même assez douloureux.

NON – NON : Mihayl oublie toutes ses réserves et s'élance pour la cogner, délaissant la magie pour quelques instants. Malheureusement il se retrouve projeté quelques mètres plus loin par un sort perdu.


i'm afraid i might die for you
Well you know me with that ancient gaze stripping down with yesterday's eyes. You know me as I was you see me as I will be. And I still had a lot of growing when you took me and you shaped me with those hands. You know me better than myself, make me better than I am


by Wiise




Dernière édition par Mihayl Krum le Ven 10 Mar - 17:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
pnj
Parchemins :  419
http://www.mudbloodsandmurmurs.com
MessageSujet: Re: INTRIGUE 3 (partie 2): confrontation inattendue    Ven 10 Mar - 17:09

Le membre 'Mihayl Krum' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'La main de Grigri' :
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin
Parchemins :  1183
Crédits :  lux aeterna & tumblr.
 
Âge :  25 ans (26.07.1927)
Sang :  Pureté violente que certains n'apprécient pas, image d'une famille sanguinaire en marge de la societé.
Allégeance :  Voldemort envers et contre tout, fanatique des premiers jours, il est prêt à tout pour défendre son maitre.
Profession :  Tortionnaire, artiste d'un monde sanguinaire. Mangemort en fuite, il a laissé son ancien monde pour supporter Voldemort. Ancien assistant médicomage, il a appris a blesser le corps au lieu de le soigner.
Ancienne école :  Poudlard, au sein des serpents qui sont devenus ses amis les plus proches.

Priori Incantatem
am i free?: yes
Inventaire:
code couleur: firebrick
http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t481-cain-o-i-think-about-the-end-way-too-much http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t379-cain-o-drop-after
MessageSujet: Re: INTRIGUE 3 (partie 2): confrontation inattendue    Ven 10 Mar - 18:40

Il s’énerve, Cain. Il s’énerve de sa douleur. Il s’énerve de son sortilège manqué. Il peut combattre la douleur. Il ne peut relancer un sort. Silvanus s’échappera. Encore. Cain a échoué. Encore. Mais ces pensées s’échappent de son esprit. Quelques secondes plus tard, il n’y pense plus. Il ne pense plus qu’au présent. Il ne pense plus qu’à celui qui se trouve en face de lui. Il enfonce sa baguette, Cain. Sa main droite est puissante. Sa main droite est plus faible que sa gauche. Mais sa gauche ne bouge pas. Immobile à son flanc. Une extrémité morte. Une extrémité incapable. Son regard ne partage aucun doute. Son regard est déterminé. Son regard est concentré. Son regard est certain. Son regard est joueur. Il ne résiste pas, Cain. Il ne résiste pas lorsque le Spaseni abaisse sa baguette. Un sourire se dessine sur son visage. « Cain. » Ses sourcils se lèvent. Il est surpris, Cain. Surpris que le sang pur le connaisse. Lui. Un visage parmi tant d’autre. Lui. Un Prewett au milieu de Blacks. Lui. Un enfant au milieu des adultes. Et puis il comprend. Il comprend et son sourire s’élargit. Il se souvient, Cain. Il se souvient du Slughorn. Celui qui est plus faible que Galaad. Celui qui a passé trois longues journées à être son jouet. Celui qui lui a offert les informations que le Seigneur des Ténèbres a désiré. Celui qu’il a abandonné au coin d’une rue. Celui qui est le frère du patriarche.

Il ouvre la bouche, Cain. Il désire jouer. Mais une explosion le surprend. Il sursaute un court instant. Son visage se couvre de neige. Son visage se couvre de boue. Il le voit, Cain. Du coin de l’œil. Il voit Silvanus s’échapper. Il voit le doux corps de l’homme qu’il ne parvient pas à attraper. « Je ne suis apparemment pas le seul à vouloir te voir mort. » Il rit, Cain. « Je peux t’offrir un rendez-vous si ça peut aider ? » Il est arrogant, Cain. Arrogant dans son rire. Arrogant dans ses mots. Arrogant dans ses gestes. La baguette magique du Slughorn se perd dans l’une des fossettes qui habitent son visage. Il s’apprête à parler de nouveau, le Prewett. Mais ses mots se perdent dans le fond de sa gorge. Ils se perdent dans la noirceur qui l’entoure. Ils se perdent dans la noirceur qui l’emprisonne. Un instant durant, son sourire se fane. Il se fane alors que le monde s’éloigne. Sans sa vue, la bataille est chaotique. Sans sa vue, il ne peut comprendre le monde qui l’entoure. Sans sa vue, il est en danger. « J'ai entendu dire que tu étais joueur, Cain, alors jouons. » Mais il ne peut le laisser paraitre. « Qui donc t’aurais dit une telle chose ? » Ce sont les doigts sanglants du Prewett qui s’enroulent autour de la baguette du Slughorn. Sa poigne est faible. Sa poigne est blessée. Sa poigne lui arrache une légère grimace. « Le petit Spaseni ? Il n’avait pas l’air d’apprécier mon jeu, » finit-il avec une moue déçue. Il est rapide Cain. Une rapidité qui le surprend lui-même. Il ne peut voir Galaad. Mais il sait ou le Spaseni se trouve. Devant lui. À bout de bras. Sa propre baguette s’enfonce entre les côtes du patriarche.

OUI NON : Son sortilège est silencieux. Son sortilège déchire la chair. Son sortilège est de sa propre création. Le sang coule. La plaie s’élargie. La plaie est douloureuse. La plaie ne se refermera jamais réellement. « Une marque qui liera les frères. » Il rit, Cain. Il rit d’avoir laissé sa signature sur le corps du patriarche.
autres possibilités:
 



accent disclamer & others:
 


Dernière édition par Cain Prewett le Ven 10 Mar - 18:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
pnj
Parchemins :  419
http://www.mudbloodsandmurmurs.com
MessageSujet: Re: INTRIGUE 3 (partie 2): confrontation inattendue    Ven 10 Mar - 18:40

Le membre 'Cain Prewett' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'La main de Grigri' :
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Morsmordre
Parchemins :  677
Crédits :  lolitaes
 
Âge :  Trente ans
Sang :  Le sang pur, et une tradition à laquelle il ne compte pas déroger.
Allégeance :  Il porte la Marque des Ténèbres
Profession :  Ancien chef de la brigade magique
Ancienne école :  Serpentard

Priori Incantatem
am i free?: no
Inventaire:
code couleur: seagreen
http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t426-caerwyn-lestrange-let-me-wreck-you http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t416-caerwyn-lestrange
MessageSujet: Re: INTRIGUE 3 (partie 2): confrontation inattendue    Sam 11 Mar - 9:22


Confrontation inattendue
Intrigue n°3 - part 2


Caerwyn le savait, la barrière ne tiendrait pas indéfiniment. Mais elle lui permettrait de gagner du temps, de s'occuper de Nott comme il se doit et de lui soutirer quelques informations. Et si ses camarades de la Lux étaient suffisamment intelligents - ce dont il doutait clairement - ils ne risqueraient pas de dévoiler leur identité pour la secourir.

Sa baguette revint contre la gorge de la rousse, brûlante, alors qu'il rangeait celle plus fine de la jeune femme dans une de ses poches. Elle n'était pas prête de s'en tirer ainsi.

Parle, Nott. Quel est votre objectif ? Quelle est ta mission ?

Mais tout ce qu'il obtint fut un sourire narquois et un crachat au visage. Caerwyn sentit le sang bouillonner dans ses veines et se força à garder son sang froid tout en essuyant la salive du revers de son gant. Il ne devait pas perdre ses moyens, pas même lorsqu'une femme osait le traiter ainsi.

Dans tes rêves, Lestrange. Fais ce que tu veux je ne dirai rien.
Très bien.

Avec force, il appuie sa baguette toujours brûlante contre la pommette de la Nott, laissant la peau rougir, siffler, fondre sous le contact. Au fil des années, il avait appris que les demandes et les menaces ne se révélaient pas toujours efficaces, mais que la torture finissait par faire parler les langues les plus liées. Qu'elle le veuille ou non, la rousse parlerait.

Dans son dos, Caerwyn sentit son sortilège s'ébranler. Il ne se retourna pas, bien déterminé à utiliser le temps qu'il avait pour s'occuper de sa captive. Mais lorsqu'un sortilège vint ricocher près de son visage, il n'eut d'autre choix que de faire volte-face. Une femme, encore, se tenait devant lui. Qu'avaient-elles donc à toutes vouloir faire croire qu'elles pouvaient s'en prendre à lui, comme des égales ? Elles étaient si ridicules.


OUI/NON : D'un mouvement de baguette, Caerwyn siffla un Doloris qui toucha l'inconnue en pleine poitrine et la fit tomber au sol. Voilà où se trouvait sa place, à cette impure.

Autres tirs:
 

© ACIDBRAIN





Awards:
 


Dernière édition par Caerwyn Lestrange le Sam 11 Mar - 9:25, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
pnj
Parchemins :  419
http://www.mudbloodsandmurmurs.com
MessageSujet: Re: INTRIGUE 3 (partie 2): confrontation inattendue    Sam 11 Mar - 9:22

Le membre 'Caerwyn Lestrange' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


#1 'La main de Grigri' :


--------------------------------

#2 'La main de Grigri' :
Revenir en haut Aller en bas


Melpomène Lestrange
live like legends
avatar
live like legends
Parchemins :  3965
Crédits :  Tearsflight (avatar), LAZARE (codage signature), MØRK (gif profil + signa)
 
Âge :  25 ans à se battre pour le pouvoir.
Sang :  Le sang des Black est pur, ode irrévérencieuse à la noirceur de leurs âmes, liquide vermillon qu'ils ne sauraient gaspiller. Sang royal où se mélange magie noire, ambition incontrôlée et soif de pouvoir.
Allégeance :  Marque des Ténèbres assumée, Melpomène fait partie des Mangemorts. Loyale servante depuis les premières heures de Voldemort.
Profession :  Melpomène travaillait autrefois à la morgue, embaumant derrière elle les secrets des siens. Aujourd'hui fugitive.
Ancienne école :  Poudlard dans une maison bordée d'émeraude - berceau de rencontres qui ont changé le cours de sa famille et qui ont façonné un destin aussi sombre que son patronyme.

Priori Incantatem
am i free?: no
Inventaire:
code couleur: #CF8C8C
http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t107-melpomene-child-of-the-night http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t77-melpomene-uprising
MessageSujet: Re: INTRIGUE 3 (partie 2): confrontation inattendue    Sam 11 Mar - 20:23

Instinctivement, Melpomène sait exactement où appuyer. Oh, pas parce qu'elle est au courant, non, loin de là. Mais la benjamine provoque Mihayl depuis tellement longtemps déjà qu'elle sait toujours quoi dire que pour le mettre hors de lui. La princesse de glace et l'héritier des flammes, la Black s'amusant du tempérament sanguin de l'héritier, sifflant pour le narguer alors qu'elle n'en reste pas moins sur ses gardes. Elle esquisse un sourire mauvais alors qu'elle ne quitte pas son adversaire des yeux, attentive au moindre de ses mouvements. Une moue surprise se peignant sur ses lèvres alors que le sang pur se met en marche vers elle, enjambées colériques et poings serrés. Si elle est une bonne duelliste, Melpomène n'a rien d'une bagarreuse. La poupée compte alors se reposer sur ses réflexes, baguette serrée étroitement entre les doigts - prête à riposter une fois le sorcier assez proche. Mais alors qu'elle allait souffler un sortilège entre ses lippes serrées, le bulgare quitte le sol et retombe quelques mètres plus loin dans un bruit sourd. Ricanant de ce coup du sort, Melpomène se glisse jusqu'à sa silhouette sonnée - la sorcière s'abaissant pour murmurer, l'ironie suintant de chacun de ses mots - « bien joué Krum - très impressionnant » - ses longs cheveux noirs retombant autour de son visage dans la nuit tombée alors qu'elle le provoque encore et encore, agrémentant ses paroles d'un sourire caustique. Elle fait exprès de marcher sur les doigts du jeune homme alors qu'elle s'éloigne, un « oups » moqueur lui échappant de justesse.

Alors qu'elle s'éloigne de quelques pas, ses yeux se posent sur Helios qu'elle apostrophe du regard, un fin sourire se dessinant sur ses lèvres en le voyant se mettre en mouvement vers elle. Elle ne trouve pas Galaad du regard, pourtant bien décidée à lui faire payer son affront envers les Black. Un regard bref, voilà tout ce qu'il faut au frère et à la soeur pour se comprendre.

Oui: Voyant Mihayl se relevant peu à peu, toujours un peu sonné du sortilège, Melpomène murmure un « diffindo » vicieux, la chair du Krum s'ouvrant d'une large coupure (dans toute ma bonté je te laisse choisir l'endroit Arrow)

Non: Trop occupée à attendre Helios, Melpomène ne voit pas Mihayl se relever et lorsqu'elle se retourne vers lui, il est trop tard - le sorcier lui a déjà décoché une droite. Voilà qui laissera un bleu mais rien de grave. Melpomène se rattrape au bras d'Helios de justesse - sonnée par le coup de poing mais reprenant vite fait ses esprits, les yeux brillants de colère alors que la silhouette de Stoyan Krum se dessine derrière celle de son frère.


uprising
You will hear thunder and remember me, And think: she wanted storms. The rim Of the sky will be the colour of hard crimson, And your heart, as it was then, will be on fire.


Dernière édition par Melpomène Black le Sam 11 Mar - 20:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
pnj
Parchemins :  419
http://www.mudbloodsandmurmurs.com
MessageSujet: Re: INTRIGUE 3 (partie 2): confrontation inattendue    Sam 11 Mar - 20:23

Le membre 'Melpomène Black' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'La main de Grigri' :
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: INTRIGUE 3 (partie 2): confrontation inattendue    Sam 11 Mar - 22:27

Les sortilèges sifflent, les cris fusent, les corps tombent. Tout va beaucoup trop vite pour Silvanus qui s’est élancé à la recherche de Prudence. Il l’a aperçue non loin d’Isidore et de son assaillant, mais il a perdu sa trace. Un clignement des yeux et tout change, des silhouettes fugaces passent devant lui. Un clignement des yeux et tout bascule, il aperçoit Prudence s’effondrer, victime du sortilège de celui qu’il reconnaît être Caerwyn Lestrange. Le beau Caerwyn, sur qui Silvanus a beaucoup fantasmé à Poudlard. Le beau Caerwyn, chef de la Brigade Magique de Grindelwald. Mais les vieux souvenirs et la touche de nostalgie ne font que passer furtivement sur son visage, ces sentiments très vite remplacés par d’autres, plus profonds, plus intenses. La rage. La colère. La volonté de protéger ceux qu’il aime. Prudence, son amie depuis sa première année à Poudlard. Prudence qu’il a pu retrouver grâce à Lux. Bras tendu vers le Lestrange, il avance plus déterminé que jamais. A cet instant, il ne réfléchit plus. Il ne se doute pas que son acte aura des conséquences, qu’attaquer Caerwyn signifie se positionner ouvertement contre le régime. Tout ce qu’il veut, c’est protéger Prudence.


NON OUI : « Bombarda ». Le sortilège fend l’air, détonant au milieu de la nuit et malgré sa détermination, Silvanus ne parvient pas à viser correctement, une nouvelle fois. Cependant, le sortilège explose tout près de Caerwyn, projetant des débris dans tous les sens, le rendant aveugle momentanément, les yeux agressés par la boue.  
Outcomes:
 

Il l’a raté, mais sa détermination ne faiblit pas. Il continue d’avancer, complètement à découvert, la baguette toujours tendue. Son sort a eu son effet quand même, il a le temps de retenter sa chance. Alors Silvanus lance une nouvelle salve, la voix tremblante, la voix pleine de rage. On n’attaque pas ses amis sans en payer le prix. Son orgueil aussi le rend fébrile. Il en a marre de rater ses sorts, il en a marre de n’avoir aucune utilité.  « Lacarnum Inflamaere. »


NON : Encore une fois raté. La gerbe de flamme éclaire la nuit noire mais devant la puissance de son propre sortilège, alimenté par sa propre rage, il perd le contrôle de sa baguette et envoie les flammes rougeoyantes se perdre dans les airs.
Outcomes:
 


Dernière édition par Silvanus S. Kettleburn le Dim 12 Mar - 11:38, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
pnj
Parchemins :  419
http://www.mudbloodsandmurmurs.com
MessageSujet: Re: INTRIGUE 3 (partie 2): confrontation inattendue    Sam 11 Mar - 22:27

Le membre 'Silvanus S. Kettleburn' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


#1 'La main de Grigri' :


--------------------------------

#2 'La main de Grigri' :


--------------------------------

#3 'La main de Grigri' :
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin
Parchemins :  281
Crédits :  lux aeterna, scarred euphoria, beylin, & tumblr.
 
Âge :  38 ans (27.07.1914).
Sang :  sang mêlé, on se moque de la pureté.
Allégeance :  Grindelwald, on suit un homme qui a offert une nouvelle vie. Sa mort chamboule le monde, mais poussé par une habitude étrange, on continue de servir sa mémoire.
Profession :  Chasseur de créatures magiques, on vit pour la tradition familiale. Chef de la milice, on s'enivre de la destruction.
Ancienne école :  Mahoutokoro, on a connu le Japon avant de connaitre l'Angleterre.

Priori Incantatem
am i free?: yes
Inventaire:
code couleur: #DC7633
http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t833-yevgeniy-o-violent-passion http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t804-yevgeniy-o-when-i
MessageSujet: Re: INTRIGUE 3 (partie 2): confrontation inattendue    Dim 12 Mar - 16:11

« On la retrouvera et vous aurez tout le loisir de lui faire subir le même sort qu'au reste de sa famille. » Yevgeniy laisse échapper ce rire que tous connaissent si bien, et ce malgré le pincement de son cœur. Le – les ? – meurtre des Nott reste, à ce jour, l’un de ses favoris. Il ne peut le dénier, le Bulgare, il ne peut dénier la joie qui s’est emprise de lui alors que les hurlements de la famille résonnaient à ses oreilles. Mais il ne pourra jamais compléter sa mission. Ne vous méprenez pas, il sera surement le premier à se porter volontaire lorsque le gouvernement décidera de mettre fin à la vie du serpent, Merlin. Mais il ne pourra jamais tuer Isidore. Jamais. « Monsieur Slughorn. Monsieur Murdarov. » Il se contente d’offrir un hochement de tête au Krum, un sourire joyeux a la sorcière qui occupe son bras. Je serais même incapable de vous dire ce qui s’est dit, le chasseur ayant rapidement reporté son attention sur les coupes de champagne que l’on continue de lui apporter. Il en perd rapidement le compte, et malgré sa large carrure, il commence à se sentir léger. « Pré-Au-Lard est sous attaque. » La légèreté le quitte, tandis qu’il se prend à espérer qu’Isidore ne fait pas partie du groupe Lux, bien qu’il s’en doute. Les mots de Grindelwald résonnent, et une foule se rapproche de Yevgeniy, chef de tous ces sorciers qui ne désirent que de voir le monde bruler. « L'occasion rêvée de terminer votre travail auprès des Nott, Yevgeniy. » Le cœur du Bulgare manque un battement, mais c’est tout de même son sourire carnassier qu’il offre au bras droit avant que ce dernier ne disparaisse. « C’est l’heure de jouer, » annonce-t-il. Il se contente d’observer ses subordonnés disparaitre les uns après les autres, tous poussés par une promesse de sang. Il est l’un des derniers à transplaner, Yevgeniy, observant lesquels de ses Spasenis tentent d’échapper au combat. Il hurle, leur rappelant qu’ils n’ont aucun choix, et que s’il ne les voit pas à Pré-Au-Lard, il s’occupera d’eux lui-même. Tous disparaissent, leur chef boit d’autres flutes de champagne, puis rejoint ses troupes.

La guerre fait rage autour de la large silhouette étrangère dont la respiration se fait de plus en plus visible. Il ne lui faut que quelques secondes, au Bulgare, afin de se laisser prendre dans le jeu de la guerre, dans le jeu de la mort. C’est un ricanement qui s’élève tout d’abord, tandis que le sorcier s’avance vers la foule. Le monde est pris par une magie qu’il contrôle mal, mais cela n’a aucune importance. Sa marche se transforme en course, et avant même que l’inconnu ne comprenne quoi que ce soit, les muscles du chasseur le plaquent au sol. Un frisson parcourt son échine lorsqu’il sent le crane craquer sous sa poigne mortelle, et le ricanement se change en rire que tant connaissent. Il passe de corps en corps, utilisant sa baguette lorsqu’il en sent le besoin, visant quiconque ose s’attaquer aux Spasenis. Mangemort ou Lux, il s’en moque, tout ce qui importe est qu’il continue de se mouvoir au travers de la bataille à la recherche de boucles enflammées. Son corps est ensanglanté, incapable de différencier son propre sang de celui de ses victimes. Il hurle des ordres, Yevgeniy, particulièrement en direction des membres de la milice, visiblement incapables de prendre part au combat. Et puis il se tait, il s’immobilise, fasciné par les flammes qui s’élèvent dans la nuit. Il sourit tout d’abord, jusqu’à ce que le brasier ne s’éteigne, laissant ainsi son regard trouver d’autres flammes, les seules qui lui importent réellement. Isidore.

Il se moque des autres membres de Lux, le Bulgare, il ne désire que de sauver son âme sœur. « LESTRANGE ! » Sa voix surpasse le chaos, sa silhouette surpasse celle de tant d’autres. Il utilise les quelques moments de repos imposés par les flammes pour s’interposer entre le sang pur et la Nott. Son regard dans le fond du chef de la brigade, une main ferme sur son épaule, sa voix résonne de nouveau. « Laisse-la moi. » Son sourire animal au visage, il sait que le sang pur a entendu parlé de ses exploits, qu’il sait que le Murdarov est à l’origine de la tombée des Nott, et qu’il ne désire rien de plus que de finir ce qu’il a commencé. Avant de se retourner, il pointe un doigt vers l’un des sorciers qu’il reconnait comme celui qui s’est si souvent posé entre le chasseur et sa proie (Silvanus) : « Toi... T’as de la chance de pas être ma priorité. » Il joue le jeu, Yevgeniy, et ce malgré le fait que son cœur lui hurle de tout abandonner. Il ne désire rien de plus que de prendre la Nott dans ses bras, lui promettre que personne ne pourra plus jamais lui faire de mal, embrasser ses lèvres avec la passion qui parcourt son corps. Mais il n’en fait rien. C’est l’animal qui s’approche de la sorcière, l’animal avide de sang, l’animal qu’elle ne connait pas, l’animal qu’elle n’aurait jamais dû connaitre. « Finite Incantatem. »

OUI : Le sortilège fonctionne en deux temps, libérant les jambes d’Isidore tout d’abord, puis le reste de son corps. Il ne peut la laisser tomber au sol, tout comme il ne peut l’enlacer. Alors il se contente de la poser sur son épaule, avant de s’éloigner, un regard meurtrier au visage.
NON : Isidore semble se détacher du mur, mais la magie du Bulgare manque de précision, manque de détail. Il s’énerve, grogne, et laisse son bras se mouvoir violemment. La façade s’écroule, certaines briques se heurtant au corps de la Nott, avant que cette dernière ne prenne place sur les épaules du Bulgare.




accent disclaimer & others:
 


Dernière édition par Yevgeniy Murdarov le Dim 12 Mar - 16:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
pnj
Parchemins :  419
http://www.mudbloodsandmurmurs.com
MessageSujet: Re: INTRIGUE 3 (partie 2): confrontation inattendue    Dim 12 Mar - 16:11

Le membre 'Yevgeniy Murdarov' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


#1 'La main de Grigri' :


--------------------------------

#2 'La main de Grigri' :
Revenir en haut Aller en bas


Isidore Murdarov
nothing left to lose
avatar
nothing left to lose
Parchemins :  448
Crédits :  luaneshë (avatar), Beylin (code signa), Tumblr (crackship et gifs signa)
 
Âge :  vingt-sept ans et pourtant l'impression d'avoir déjà vécu un siècle. Poupée usée qu'on a cru pouvoir briser.
Sang :  S'il a un jour été pur, le sang des Nott n'est aujourd'hui plus que souffrance et regrets. Mêlé.
Allégeance :  Lux. Elle ne s'en cache plus vraiment, Isidore. C'est crié comme un défi lancé au monde, c'est assumé avec fierté - l'âme marquée du sang de ses ennemis.
Profession :  Chiromancienne et diseuse de bonne aventure, les mensonges se professent entre ses lèvres alors qu'elle garde un capuchon vissé sur ses cheveux roux.
Ancienne école :  Poudlard, chez les Serdaigle. Mais tout a changé depuis et l'Isidore de Poudlard n'existe plus.

Priori Incantatem
am i free?: yes
Inventaire:
code couleur: #996699
MessageSujet: Re: INTRIGUE 3 (partie 2): confrontation inattendue    Dim 12 Mar - 21:59

C'est un sourire goguenard qui se peint sur les traits d'Isidore alors qu'elle regarde Caerwyn s'essuyer du revers de son gant. Elle le nargue de ses yeux remplis de défi alors que sa réponse sonne sans aucun doute comme une menace. La baguette s'appuie de nouveau sur sa peau, sur sa pommette cette fois ci, et la rouquine ne peut retenir un cri étouffé alors que la chair rougit et brûle. Une larme vient rouler sur sa pommette meurtrie, Isidore fixant le Lestrange d'un regard suintant de haine. Elle ne dira rien. Et alors qu'elle s'apprête à le provoquer un peu plus, le bouclier tremble et se brise, suivi de près par un sort s'échouant non loin de leurs têtes. Prudence. Un léger sourire se dessine sur les lèvres d'Isidore alors qu'elle voit son amie s'avancer face à Caerwyn, baguette tendue et prête au combat. Son sourire se fane rapidement cependant alors que la sorcière s'effondre au sol sous l'effet du Doloris, la Nott grommelant bon nombre d'insultes entre ses lèvres serrées. Silvanus ne tarde pas à briser son anonymat lui aussi, les gerbes rougeoyantes s'échappant du bout de sa baguette éclairant momentanément la nuit enfin tombée.

Et puis une voix. « LESTRANGE ! » - la seule voix qu'Isidore pourrait écouter pendant des heures, la seule voix qu'elle appréhendait de reconnaître au milieu des combats. La seule voix qu'elle voulait entendre pourtant. Instinctivement, la sorcière relève la tête pour poser les yeux sur gigi, retrouvant avec un plaisir contenu les traits tant adorés. « Laisse-la moi. » - le reste n'a pas d'importance et à vrai dire, Isidore n'écoute plus. Elle se force à jouer le jeu, Isidore. Se servant de la rage coulant encore au creux de ses veines pour lever un regard plein d'affront et de colère sur Gigi. Son Gigi, celui à qui elle est incapable de reprocher quoi que ce soit et qu'elle se force pourtant à prendre de haut, les muscles raidis contre le mur de brique. Son attention se reporte sur Caerwyn, laissant un dernier sourire sardonique venir ourler ses lippes.

Mais ce n'est pas son Gigi qui s'approche d'elle. C'est le chasseur, l'animal, le Spanesi qui s'avance vers le mur. L'homme qu'elle ferme souvent les yeux pour ne pas voir, l'homme qu'elle ne veut pas voir. Mais ils doivent jouer le jeu ce soir et Isidore se force à soutenir son regard, ses lèvres s'étirant dans une moue carnassière. Ses cheveux sont encore collés sur ses tempes, emmêlés de sueur froide et de larmes. Le sortilège lancé par Yevgeniy ne marche pas tout à fait et c'est le bras du bulgare qui vient brusquer la façade, les briques déjà fragilisées par les sortilèges s'effondrant comme un château de cartes. Les briques se heurtent à son corps déjà meurtri et elle grogne encore un peu plus sous le poids des pierres. Et puis son corps se soulève, posée sur l'épaule du fiancé alors qu'elle se raidit par réflexe. « Lâche moi ! » râle t'elle d'un cri étranglé, jouant son rôle elle aussi.

OUI:Le chasseur l'emmène un peu à l'écart, laissant son corps retomber sur le pavé. Isidore grogne et frotte ses membres endoloris alors que le Spanesi profite de l'obscurité de la nuit pour déposer un rapide baiser à la coupe de ses lèvres. Le temps est compté et le secret ne peut pas tomber mais le baiser est doux. Interdit, bref, presqu'imperceptible, facilement confondu avec des menaces. Isidore s'éloigne alors qu'elle se relève maladroitement, murmurant d'un ton affolé - « Et maintenant ? » parce que les secondes passent et qu'avec chaque seconde les soupçons menacent de grandir. Il leur faut un plan, maintenant.

NON: Le chasseur l'emmène un peu à l'écart, laissant son corps retomber sur le pavé. Isidore grogne et frotte ses membres endoloris alors que le Spanesi s'approche. Des pas se font cependant rapidement entendre, la poigne de Yevgeniy se refermant autour de son bras déjà douloureux. Isidore étouffe un hoquet de surprise alors que Yevgeniy relève les yeux vers le Spanesi.



Things we lost to the flame, Things we'll never see again. All that we've amassed Sits before us, shattered into ash.



Dernière édition par Isidore Nott le Dim 12 Mar - 21:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
pnj
Parchemins :  419
http://www.mudbloodsandmurmurs.com
MessageSujet: Re: INTRIGUE 3 (partie 2): confrontation inattendue    Dim 12 Mar - 21:59

Le membre 'Isidore Nott' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'La main de Grigri' :
Revenir en haut Aller en bas


Galaad Slughorn
the animal i've become
avatar
the animal i've become
Parchemins :  424
Crédits :  ?? (avatar - si quelqu'un sait, MP moi), astra (code signa), Marge (crackship), Tumblr (gif)
 
Âge :  48 ans, le demi siècle s'approche et avec lui toutes ses promesses.
Sang :  Pur, depuis toujours et pour toujours - âme souillée de tout les pêchés, le poids du monde sur les épaules.
Allégeance :  Grindelwald, jusqu'à la mort de celui-ci. Il ne pense à présent plus qu'à lui-même, prêt à tout pour s'hisser sur le trône vacant. Les Zdravko sont pour cela essentiel, sa loyauté prétendument donnée à Aleksei.
Profession :  Directeur du département d'unification des nations, une fonction de la plus haute importance pour l'homme qui manie le bulgare aussi bien que l'anglais. Dévoué depuis 1948 à la cause de celui en qui il croit (bras droit chez les Spasenis).
Ancienne école :  Il est né dans la mauvaise génération, Galaad. Il est né avec ceux condamnés aux murs du château anglais, ayant toujours regretté quelque part ne pas avoir fait ses classes dans le froid de Durmstrang. C'est donc sous l'étendard des verts et argents qu'il a effectué sa scolarité - loup parmi les agneaux s'il en est.

Priori Incantatem
am i free?: yes
Inventaire:
code couleur: #cc3300
MessageSujet: Re: INTRIGUE 3 (partie 2): confrontation inattendue    Dim 12 Mar - 22:32

Cain est joueur, certes, mais ses mots sont remplis d'arrogance. Trop d'arrogance que pour vraiment pouvoir plaire au Slughorn qui se targue de ne jamais être défié. Les doigts sanglants du Prewett s'enroulent autour de la baguette du bras droit. La poigne est faible et le Slughorn ne se méfie pas assez de l'eau qui dort, imprudent joueur - « Le petit Spaseni ? Il n’avait pas l’air d’apprécier mon jeu. » c'est la colère qui danse au creux des yeux du Spanesi. Galaad a beau traiter les siens comme des pions, l'hypocrite, il n'en reste pas moins qu'il a juré de les protéger. Tous jusqu'au dernier, Dyfnig probablement encore plus que les autres. Il l'a toujours protégé, le petit frère. Plus que les autres encore. Avant qu'il ne puisse répliquer, c'est la baguette de Cain qui s'enfonce entre ses côtes. Le sortilège est silencieux, rapide et efficace. La chair s'ouvre et le sang souille sa chemise, liquide vermillon aux accents noirs au creux de la nuit. La plaie est large et c'est un grognement sourd qui s'échappe des lippes du Slughorn alors qu'il se plie instinctivement en deux, ses doigts se resserrant un peu plus autour de sa baguette. « Une marque qui liera les frères. »

OUI: le sortilège de soin est réalisé avec efficacité lui aussi et la plaie se referme. Le sang n'est qu'un souvenir, la peau seulement barrée d'une cicatrice rougeâtre alors que le Slughorn pose de nouveau les yeux sur Cain.
NON: le sortilège est approximatif, les doigts légèrement tremblants alors que le sang continue de couler. La plaie se referme à peu près, encore rouge, encore douloureuse. Encore là, toujours présente.

Même aveuglé, le gallois apprend à se méfier du tortionnaire. Il a les réflexes rapides, Cain, même affaibli. C'est d'un regard plein de dédain que le Slughorn jauge son adversaire et ses avantages, appuyant son pied sur la main de Cain dans un sourire qu'il ne verra jamais. Il grimace, Galaad, sous le coup de la plaie qui l'élance encore.

OUI/OUI: Le poids de Galaad s'enfonce encore un peu plus sur les doigts du Prewett alors que les os craquent sous ses pieds, le Slughorn riant alors que sa victime grogne, la main gauche brisée sous ses bottes. « Tu n'as pas l'air d'apprécier le mien non plus. » - ironise t'il, toutes dents dehors.
OUI/NON: C'est un « endoloris » qui s'échappe d'entre les lèvres de Galaad, le sortilège marchant à la perfection sur Cain.
NON/OUI: Le Slughorn veut appuyer les plaies ornant déjà le corps de Cain et c'est donc un « diffindo » qui se coule entre ses lippes. Le sortilège ne marche pas tout à fait cependant, et c'est une coupure bien moins profonde que les autres qui vient décorer sa peau.
NON/NON: Cain retrouve la vue peu à peu, les effets du sortilège du Slughorn s'estompant avec le temps.


You'll never know what hit you, won't see me closing in. i'm gonna make you suffer. this hell you put me in, i'm underneath your skin. the devil within. you'll never know what hit you.


Not impressed:
 


Dernière édition par Galaad Slughorn le Dim 12 Mar - 22:34, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
pnj
Parchemins :  419
http://www.mudbloodsandmurmurs.com
MessageSujet: Re: INTRIGUE 3 (partie 2): confrontation inattendue    Dim 12 Mar - 22:32

Le membre 'Galaad Slughorn' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


#1 'La main de Grigri' :


--------------------------------

#2 'La main de Grigri' :
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Silencio
Parchemins :  320
Crédits :  Lux Eternae
 
Âge :  31 yo
Sang :  Sang-Mélé, dû à un manque de visibilité sur les statuts des arrières grands parents.
Allégeance :  En apparence pro-régime, en raison de son poste au ministère, Kieran fait semblant de courber l'échine pour accomplir sa vengeance. Il a déja aidé les mangemorts, une fois, mais on ne l'y reprendra plus : son allégeance réelle va aux Lux, plus par manque d'un autre choix que par convictions, mais ce sont les seuls qui ne mettront pas à feu et à sang le pays dans une quête absurde de pouvoir.
Profession :  Juge d'instruction au Magenmagot
Ancienne école :  Serdaigle

Priori Incantatem
am i free?: yes
Inventaire:
code couleur: steelblue
http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t853-rising-from-the-ashes-kieran http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t813-don-t-put-the-bla
MessageSujet: Re: INTRIGUE 3 (partie 2): confrontation inattendue    Dim 12 Mar - 23:23


Quelques secondes de répit, au fond de ce trou, à sécuriser les deux sorciers qu'il avait attrapé. Juste le temps de resserrer leurs liens, baguette entre les dents, yeux rieurs face à leurs regards noirs. Quoi, ils n'étaient pas contents de leur sort ? Pourtant, Kieran n'était vraiment pas la pire personne sur laquelle tomber dans une situation pareille. D'autres, au vu des cris traversant l'air, n'étaient pas aussi prévenants avec leurs ennemis. « Soyez sages, on va se revoir très vite. » Et même s'ils parvenaient à s'enfuir, leur visage serait bien vite affiché partout. On attaquait Pré-au-Lard, on assumait ses conneries.

Relevant la tête pour voir où en était les combats, il se mit à jurer dés qu'il aperçut le fils Karkaroff. Tous les tarés étaient donc de sortie ce soir, et il était en plein milieu de leur arène. S'extirpant du fossé après un « Protego » sur ses prisonniers, Kieran préféra s'écarter, vraiment peu désireux de se prendre un doloris par erreur. Il n'évita toutefois pas le Lumos que balança encore un Spanesi, le faisant se prendre les pieds dans quelque chose et manquer s'étaler tête la première. Fuck, vraiment, on ne pouvait plus quitter le champ de bataille tranquille. Esquivant un sort, il aperçut alors une gerbe de flammes et son cœur se serra complètement. Une seule personne était assez idiote pour chercher à cramer des maisons en pleine ville, et c'était forcément Silvanus.

Faisant volte face, alors que le sort venait de derrière les Karkaroff, il transplana, cherchant à s'orienter. Ce n'était pas le Kettleburn qui lui faisait face, mais les deux fils Krum, Mihayl et Stoyan, contre une brune,. À mains nues, ils allaient la tuer, mais il n'avait pas le temps d'intervenir.. à moins de faire vite. « Impedimenta ! »

OUI / OUI: Le sort projeta la jeune femme, sûrement Meplomène Black, en l'air, retenue la tête en bas. Dans cette position, elle ne ferait pas de mal à une mouche. Il n'y avait plus qu'à espérer que les Krum saisissent le message : pas d'acharnement.

Spoiler:
 

Alors qu'il s'apprêtait à transplaner encore, voulant mettre de la distance entre les Spanesi et lui, une douleur atroce le frappa de plein fouet. Le brun sentit sa machoire craquer sous la force du hurlement qu'il retint au fond de lui, non préparé à subir un tel choc mais décidé à ne pas donner plus de détails sur son état à son agresseur. Avant d'être paralysé, de tomber au sol sans plus bouger, il réussit néanmoins à se concentrer assez de temps pour s'enfuir, transplaner à nouveau, le plus vite possible, réapparaissant directement entre le Lestrange et Silvanus. La douleur était coupée, brutalement, le laissant haletant et hagard, mais capable de tenir debout. Il n'avait pas eu mal comme ça depuis six ans.

D'autres personnes les entouraient, mais il ne les voyait pas, plus. Il était donc venu, cet abruti. Une femme au sol, et c'était facile d'imaginer ce que son ami croyait faire ce soir ; le bien. Comme si se battre contre des petites frappes en plein milieu d'une ville pleine d'enfants allait résoudre tous leurs problèmes, bordel. S'élançant sans se soucier du Spanesi, le Fawley attrapa le bras de Silvanus, tremblant sous le coup du Doloris, l'adrénaline et du soulagement de le retrouver en vie. « Qu'est ce que tu fous içi, tu veux finir à Azkaban ?! »
Il n'a pas besoin de parler très fort, de toute manière il ne peut sûrement pas la hausser plus que ça, la gorge enrouée par une envie de baffer le magizoologiste et de l'étreindre. Possiblement aussi parce qu'il a tué ses cordes vocales à se retenir de crier.

« Il faut que tu partes, rentre tout de suite, je te couvrirais. »

Il n'en a rien à faire des autres, du Lestrange et de la victime qui tressaute à ses pieds. Il veut juste s'assurer que le peu de famille qui lui reste s'en sorte en vie. À propos. « Je vais tuer Alpos. » Il n'a pas trop le temps d'y penser sur le moment, mais il est quasiment certain que c'est encore de sa faute si Silv est içi, empêtré dans ce combat idiot.


you take the pain i feel



Dernière édition par Kieran Fawley le Lun 13 Mar - 15:12, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
pnj
Parchemins :  419
http://www.mudbloodsandmurmurs.com
MessageSujet: Re: INTRIGUE 3 (partie 2): confrontation inattendue    Dim 12 Mar - 23:23

Le membre 'Kieran Fawley' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'La main de Grigri' :
Revenir en haut Aller en bas


Helios Black
Morsmordre
avatar
Morsmordre
Parchemins :  132
Crédits :  .
 
Âge :  35
Sang :  Pur, evidemment.
Allégeance :  Tom Jedusor et Les Black, jusque dans la mort.
Profession :  Ancienne avocat du magenmagot, desormais fugitif.
Ancienne école :  Poudlard, Serpentard.
MessageSujet: Re: INTRIGUE 3 (partie 2): confrontation inattendue    Dim 12 Mar - 23:54

Il arrive parfois qu'il perde, Helios. Il n'a jamais été un duelliste hors pair, Helios. Plutôt stratège, brillant toujours par son intelligence et sa vivacité d'esprit, par ses talents pour mener, guider, préparé, organiser. Il était doué pour planifier, et pour torturer. Il aimait trouver des idées imaginatives, qui l'aiderait à sortir de sa monotonie habitelle. Avant, il l'était moins, cruel. Mais depuis la mort du patriarche, et l'ennui profond qu'il ressentait, depuis les affronts répété des clans adversaires, le Black perdait peu à peu de son âme. Seule Melpomène la gardait encore un peu en vie. Et puis Cain, Aleks. Toute sa troupe. Mais autrement, toute la pitié avait disparue d'Helios Black. Il était devenu encore plus froid, plus distant, plus solitaire, et tuer l'amusait, presque. Il devenait un pur mangemort, et la cause était primordiale, desormais. Mener les siens au pouvoir.

Il gémit, Helios. Il sent l'odeur salé du bitume, il n'arrive pas à s'en décoller, la douleur est beaucoup trop forte. Il ferme les yeux, se retient de hurler tant il a l'impression qu'il lui tort les os, qu'on l'enflamme vivant, qu'on lui incise les muscles, la peau. La sueur coule le long de son nez, les larmes jaillissent. Il ne veut rien montrer, il est heureux qu'il fasse nuit. Il prie pour que la douleur cesse. Mais il est bien trop habitué, Helios. A la douleur, physique, comme morale. Il est presque de marbre desormais. Intouchable. Et si il a l'impression de mourir, a cet instant, ses yeux transpire la fierté, et la rage.

Lorsque le feu decide enfin de quitter son corps, il se redresse d'un bon, les doigts fermement crispé sur la baguette. Il jète un regard circulaire sur la bataille qui fait rage et rit. Ils ne laissent pas faire, les siens, ils se battent fièrement. Tel de vrais mangemorts et bientôt, ils gagneront la bataille.Il ne trouve plus Galaad, évaporé. Peu importe. Il aurait tout le temps de lui faire payer plus tard, pour le moment, il avait d'autre connard à eventrer. Il la cherche. Melpomène. Son affront avec Galaad lui a fait oublié quelque temps sa petite sœur, mais la ride d'inquiétude se dessine de nouveau sur son front. Il croise enfin son regard et le soulagement le gagne. Elle est toujours vivante, et lui adresse un mince sourire. Elle est heureuse. Determinée. Prête à les tuer, tous. Il était temps qu'ils se battent côte à côte. Cela avait toujours été ainsi : ensemble, ils étaient plus fort. Ensemble, ils ne faisaient qu'un.

Mais tandis qu'il evite les sorts pour rejoindre sa cadette, celle ci se rattrape de justesse à son bras, desequilibré par un violent coup de poing. Le black réagit au quart de tour, s'emparant du col du sorcier et le poussant sur le sol avant de tirer Melpomène au loin. A peine le temps de faire quelque part qu'il ne comprend plus ce qui se passe. Sa sœur s'envole de son bras et se retrouve dans les airs, tête en bas, gesticulant. Helios soupire, et secoue la tête. Des sorts d'écoliers.Voilà tout ce dont ils étaient capables. C'était ridicule. Claquant la langue d'un air agacé, il agite sa baguette pour faire redescendre sa sœur. Ca, au moins, il savait faire. Puis, Reperant Kieran, il respire profondemment, fixant le sorcier  attentivement. Il esperait que ça marche pas. Hors de question de laisser une honte s'en tirer si facilement. On ne souillaient pas le nom des Black. Janus aurait tué le malheureux pour bien moins que ça.

OUI : Kieran se prend un doloris de plein fouet, avant de transplaner.

NON : Le sort fonctionne mais la qualité est moins forte. Cependant, Kieran s'écroule quelque minutes sous le coup de la douleur, tandis qu'helios s'empare de sa sœur pour s'éloigner des représailles. Il n'a pas le temps de jouer à des disputes de récréation.

Un sourire se dessine sur ses lèvres tandis qu'il loge sa main dans celle de sa soeur. "Quant à toi, sois plus prudente. Je ne peux pas bien travailler si je m'inquiète trop pour toi. Je reste, maintenant."




Dernière édition par Helios Black le Lun 13 Mar - 13:51, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
pnj
Parchemins :  419
http://www.mudbloodsandmurmurs.com
MessageSujet: Re: INTRIGUE 3 (partie 2): confrontation inattendue    Dim 12 Mar - 23:54

Le membre 'Helios Black' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'La main de Grigri' :
Revenir en haut Aller en bas


Vidja Levski
Incarcerem
avatar
Incarcerem
Parchemins :  84
Crédits :  Margot ♥ / Astra
 
Âge :  22 ans
Sang :  Sang pur
Allégeance :  Spaseni
Ancienne école :  Durmstrang

Priori Incantatem
am i free?: yes
Inventaire:
code couleur: #669933
http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t590-vidja-if-i-ever-had-a-he
MessageSujet: Re: INTRIGUE 3 (partie 2): confrontation inattendue    Lun 13 Mar - 22:11

On pouvait difficilement faire plus ennuyeux que les mondanités. Si Vidja était venue, c’était uniquement sur demande de son mari, sans quoi elle serait restée à la maison pour se gaver de yaourt. Ici, il n’y avait même pas de yaourt, seulement des mets absurdes comme du caviar, du foie gras ou du homard. Qui mange ça ? Malgré tout, elle avait finit par se glisser vers le buffet qui, malgré le fait qu’il soit dépourvu de yaourt, constituait le point d’intérêt culminant de ce bal. Sa robe la collait trop et Vidja ne cessait de tirer dessus en se tortillant. C’est donc clopin-clopant qu’elle s’approcha de la nourriture et pris un toast au hasard. Mastiquant le petit canapé, la jeune femme promenait son regard dans l’assemblé de sorciers élégants. Un instant, elle observa Abelam Lestrange évoluer dans la foule avec autant de facilité qu’elle avait de difficultés. Pour aimer de telles soirées, il fallait bien évidemment n’avoir jamais goûté de yaourt de sa vie, sans quoi il saurait que le bal était vain. Il y avait aussi la benjamine des Malfoy qui – vu sa pâleur – devait être devenue un fantôme depuis la dernière fois qu’elle l’avait vue, sa superbe n’était plus qu’un mince voile à moitié arraché. Sûrement n’avait-elle plus de yaourt chez elle. Vidja pouvait comprendre son désarroi.

« Spanesis, rassemblez vous. C'est le moment où jamais de prouver votre loyauté au régime en place. Ce soir, nous mettrons un terme à la terreur. A vous tous ici présents, qui n'êtes pas dans nos rangs mais qui pourtant festoyez avec nous, ceci est le moment d'également prouver votre loyauté. Battez vous à nos côtés. Maintenant ou jamais. »

La Bulgare redressa la tête, le regard brillant. Voilà qui était même mieux que le yaourt. Ses yeux bruns rencontrèrent ceux de son mari et un sourire étira son visage comme une blessure. Elle transplana peu après lui pour retrouver la fraîcheur de la nuit, nettement plus accueillante que l’atmosphère odorante et fébrile d’une salle de bal close. Les combats faisaient déjà rage et Vidja prit un instant pour admirer les flash de couleur qui paraient le ciel nocturne de lumières dansantes. Les détonations pétillaient à ses oreilles, accompagnant le cris et les râles, les cavalcades éperdues contre la mort et la douleur. En vain pour la majorité d’entre eux, sinon tous.
La Levski – bientôt Slughorn – se déchaussa en donna des coups de pied dans le vide et c'est, pieds nus, baguette à la main, qu’elle apporta sa touche personnelle au massacre. Elle ne semblait jamais s’épanouir autant que dans la violence, la Bulgare, sauvage et féroce guerrière de l’Est. Le sang qu’elle faisait jaillir des veines de ses adversaires venaient orner ses joues d’éclaboussures comme autant de peintures de guerre, comme autant de trophées de sa brutalité. Elle ne lançait jamais d’Avada Kedavra, Vidja. Bien trop propre. Bien trop barbant. La propreté n’a aucun charme ; la Spaseni lui préférait la crasse et le désordre. La saleté d’une cave humide l’excitait bien plus que la netteté immaculée d’une morgue. Oui à la grande boucherie, non à la précision chirurgicale. C’est pour cela qu’elle ne rechignait pas à se battre avec un couteau de chasse à l’occasion ; couteau qu’elle cachait toujours sur elle.

C’est sanguinolente qu’elle retrouva Galaad, les cheveux poisseux et humides d’hémoglobine, les pieds et les mollets maculés de sang et de boue. Elle marchait presque sans se presser, baguette dans une main, lame dans l’autre. La jeune femme s’arrêta au niveau du Gallois et pencha la tête de côté en considérant Cain au sol. Elle resta silencieuse un court instant avant de demander froidement, la voix modulée par son accent slave : « C’est lui qui t’a fait mal, Pudding ? »

OUI : La Bulgare se pencha et passa le fil de son couteau sur la joue du Mangemort pour la lui entailler profondément, le regard brillant, ses lippes étirées en un sourire carnassier. Elle se redressa alors pour contempler son œuvre, tapotant la pointe effilée de son arme avec son index, comme si elle se demandait où elle allait trancher ensuite. Néanmoins, une vive lueur rouge attira son attention et lui fit tourner la tête.

NON : Vidja s’apprêtait à jouer de son couteau quand un éclair rouge la détourna de sa tâche, attirant son regard comme un papillon par la lumière.

Une femme tomba dans la poussière, tremblante de douleur. Sous la baguette de Lestrange – l’autre, celui qui faisait des choses utiles – qui se tenait plus loin. Le rejoindre était assez tentant aussi. Décisions, décisions... [EDIT] En même temps, Cain l'avait mise très en colère. Elle resta donc aux côtés de son mari, un sourire carnassier sur le visage. « Tu en veux une tranche ? »




On the warpath.
Vivi ☽ I put the fun in funeral. I put the laughter in manslaughter. I put the hot in psychotic.


Dernière édition par Vidja Levski le Lun 13 Mar - 22:19, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
pnj
Parchemins :  419
http://www.mudbloodsandmurmurs.com
MessageSujet: Re: INTRIGUE 3 (partie 2): confrontation inattendue    Lun 13 Mar - 22:11

Le membre 'Vidja Levski' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'La main de Grigri' :
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: INTRIGUE 3 (partie 2): confrontation inattendue    

Revenir en haut Aller en bas
 
INTRIGUE 3 (partie 2): confrontation inattendue
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» Partie de plaisir
» Résumé de l'intrigue
» L'heraldique des blasons - Partie 1
» Retrouvaille inattendue [pv Zarathos]
» Confrontation

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: