Soutenez le forum
Votez pour M&M sur les top-sites et faîtes passer le mot!
Bazzart - PRD.
Ecoulement du temps
Nous sommes actuellement en septembre 1952
Sixième version du forum
On vous donne rendez-vous ici pour vous tenir au courant des dernières nouveautés!

 | 
 

 to be or not to be (yevseus)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 


Invité
Invité
avatar
MessageSujet: to be or not to be (yevseus)   Mar 18 Avr - 18:38

TO BE OR NOT TO BE (A COWARD)
ft. yevgeniy, perseus, alecto

Le médicomage lance un dernier sourire à sa fille, l’air faussement confiant. L’art du déguisement, Perseus l’a appris il y a plus de vingt ans, lorsque les crocs de son père se sont refermés sur sa gorge. Scellant le sanglant dessein de son deuxième fils, Faustus Greyback l’a condamné à une violence sans précédent, que ce soit par proxy ou directement. En croisant son reflet, Percy voit un fléau injustifié. Une tragédie à laquelle il compte mettre fin ce matin même. Il y a tout d’abord eu sa mère, qui a soit disant trouvé la mort en Afrique du sud, à ses côté, pour mieux dissimuler son assassinat. Il y a également eu ce petit groupe de moldus, lancés deux mois auparavant dans une chasse aux sorcières des plus dévastatrices au village de hluhluwe. Perseus a été contraint de les dévorer un à un, face à sa propre fille. Un épisode qui suffit à traumatiser le sorcier, mais pas autant que l’annonce de la disparition de son frère jumeau Theseus, qui fut le coup de grâce. La disparition de son frère suffit à le conforter sur le besoin criant d'éradication de son espèce. Assez ! Songe-t-il encore à cette heure. La dague du deuil jouant sans retenue avec ses nerfs, le laissant coupable d’avoir quitté le Royaume-Unis, mais aussi d’avoir vécu tant d’années sans se donner la mort. Son frère serait encore des leurs, pense-t-il en ravalant ses larmes. Le coeur lourd, c’est aux premiers rayons de l’astre que Greyback réveille son enfant, lui annonçant sur un ton léger qu’il compte la présenter aux Nott, leur branche maternelle. Menteur, pense-t-il l’air insouciant. Tout en tenant la main d’Alecto, Perseus peut sentir le poid infâme de la culpabilité fracasser ses épaules. L’Atlas compte abandonner la jeune femme chez ses cousins, là où il la pense en sécurité. Une fois sa précieuse mise à l’abri, il se rendrait chez Faustus, et mettrait un terme à ses jours déjà trop nombreux, avant de se rendre au ministère, leur laissant le soin de l’exécuter à leur tour. La douleur ressentie par la torture ne serait rien comparée au soulagement de savoir Alecto libre, à jamais émancipée, affranchie la menace représentée par le virus qui coure en ses veines, épée de Damoclès à réduire au néant.

Dans la peine des adieux à Alecto, il y a l’espoir de lui offrir une vie meilleure. Ce même espoir qui illumine son visage bruni par le soleil d’Afrique, tandis qu’il passe délicatement un bras autour de la taille d’Alecto, et transplane avec elle jusqu’au manoir qui l’a vu grandir. En un instant, son sourire se fane. Perseus découvre avec horreur les restes de la bâtisse, visiblement réduite à un état de cendres. Le désespoir se lit sur son visage. Quelques secondes suffisent pour que son plan si longuement réfléchi ne s’effrite. Le futur s’écroule devant lui à l’instar d’un château de cartes, percé à nouveau par la flèche assassine du destin. Pendant un moment, il songe à faire appel aux talents d’oracle d’Alecto, mais ne dit rien, refusant d’alarmer la sorcière. Le loup fouille dans ses poches, et en sort une lettre jaunie par le temps. L’enveloppe contient l’invitation d’Isadore à son mariage, et surtout le nom de son fiancé, dont Perseus ne sait encore rien. Yevgeniy Murdarov, lit-il avec attention. Département du contrôle et régulation des créatures magiques. Perseus retient un hoquet. Il se sent comme le lapin blanc, prêt à emporter Alice dans une course folle contre le temps.

La créature transplane à nouveau jusqu’au ministère, où il se déplace l’air digne, Alecto pendue à son bras. Il caresse doucement sa main et se dirige vers l'ascenseur familier. Le même engin qu’il dû emprunter pour conduire Alecto à son entretien, quelques semaines auparavant. Il pousse la manivelle et en un instant, ils se retrouvent propulsés à l’étage de la milice. Perseus fait un pas en-dehors de l'ascenseur avant d’embrasser la peau métisse d’Alecto. “Vas donc voir ton oncle, je reviens te chercher dans une heure.” Poursuivant sa marche, il se dirige vers le pupitre d’une sorcière quelconque, probablement en charge du secrétariat du département. Tout autour de lui se trouvent des trophées qui ne le laissent pas indifférent, mais une fois encore il se prête à la mascarade. Il éclaircit sa voix et dit alors: “Pardonnez-moi de vous déranger. Je cherche Yevgeniy Murdarov, il me semble qu’il travaille à cet étage ?” Les yeux perçants de la sorcière se posent sur lui, puis sur une silhouette qui passe près de lui. Elle hoche de la tête et Perseus comprend que le fiancé de sa filleule se trouve face à lui. Il tend une main amicale en sa direction avant d’annoncer: “Monsieur Murdarov, je suis le docteur Greyback. Perseus Greyback. C’est un plaisir de faire votre connaissance, enfin.” Il lui tend de l’autre main la lettre et murmure alors d'une voix douce et ferme à la fois : “J’ai bien reçu votre lettre. Je viens vous présenter mes félicitations, à vous et à ma filleule.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin
Parchemins :  281
Crédits :  lux aeterna, scarred euphoria, beylin, & tumblr.
 
Âge :  38 ans (27.07.1914).
Sang :  sang mêlé, on se moque de la pureté.
Allégeance :  Grindelwald, on suit un homme qui a offert une nouvelle vie. Sa mort chamboule le monde, mais poussé par une habitude étrange, on continue de servir sa mémoire.
Profession :  Chasseur de créatures magiques, on vit pour la tradition familiale. Chef de la milice, on s'enivre de la destruction.
Ancienne école :  Mahoutokoro, on a connu le Japon avant de connaitre l'Angleterre.

Priori Incantatem
am i free?: yes
Inventaire:
code couleur: #DC7633
http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t833-yevgeniy-o-violent-passion http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t804-yevgeniy-o-when-i
MessageSujet: Re: to be or not to be (yevseus)   Ven 28 Avr - 20:15





TO BE OR NOT TO BE


PERSEUS & ALECTO & YEVGENIY

APRIL 1952

Il y a de ces journées qui nous insupportent. Ces journées qui ne semblent pas décidées à vouloir se terminer. Ces journées auxquelles on ne peut échapper. Alors on continue, perdu au milieu de l’ennui, à la recherche de cette chose qui nous permettrait de retrouver le plaisir de vivre. C’est cet ennui qui pousse Yevgeniy à faire les cent pas dans son bureau. Il lance des regards réguliers vers la pile de dossier qui recouvre son bureau, en lit un, puis abandonne de nouveau. Grindelwald a besoin de plus de miliciens, plus de sorciers prêts à semer la terreur au sein de son royaume. Que demander de plus que cette violence revigorante ? En soi, le chasseur ne ressent que de l’excitation à l’idée de voir ses rangs s’agrandir. Lorsqu’on lui a annoncé, en revanche, qu’il était celui qui se devait de choisir les nouvelles recrues, il a levé les yeux au ciel. Sa position de chef de la milice est des plus avantageuse, mais il se prend à manquer le terrain. Il ne cesse de délaisser ses devoirs afin de pouvoir rejoindre une mission quelconque, à la recherche de cette magie dévastatrice qu’il apprécie tant. À peine arrivé au ministère, il est parti à la recherche de Jae-Yong. Elle qui ne peut refuser la compagnie du bulgare n’a fait que rire a sa demande. « Je ne suis point votre secrétaire, Muradovo-chan. » Le surnom a continué de voler dans les airs alors qu’ils se lancèrent dans une danse qu’ils connaissaient si bien. Il lui a promis monts et merveilles. Elle a ris, perdue dans son art. C’est seul qu’il est retourné vers son bureau, Yevgeniy, non sans se découvrir une tache de peinture comme il lui arrive souvent après avoir passé du temps en compagnie de la Coréenne. Marque de leur complicité, il laisse ses doigts caresser le liquide, pensif.

Il s’affale dans sa chaise, le chasseur, laissant son regard passer de dossier en dossier. Les noms ne lui parlent pas. Certains se disent parfaits pour la position. D’autres ne sont que les "fils de". À sa gauche se trouve la pile de candidats acceptés. Ou devrait-il dire candidates. La milice n’est pas une place pour une femme, diront certains. Le Murdarov s’en moque, n’ayant pas été élevé dans cette vision du monde. Sa mère était reconnue pour être la meilleur chasseuse de sa génération, et personne, ni même son père, n’a jamais pu prétendre autrement. Toute sorcière dont le dossier est parvenu jusqu’aux yeux du milicien est une combattante. Là est tout ce qu’il désire. Mais il a besoin de bien plus. Là, au milieu de la pile, se trouve le futur de l’organisation. Quelque part au milieu d’incapables. Ses doigts parcourent le papier, laissant une trace bleutée de cette peinture qui ne semble pas vouloir sécher. Jamais ne retrouvera-t-il de sorciers aussi doués que ceux qui sont tombé. Un court instant, son esprit s’éloigne. Il quitte son bureau, trouve la sombre foret interdite. Là, au milieu du néant, il trouve l’un de ses meilleurs miliciens. Le loup a tué. Le loup a fuis. Le loup a disparu. Le loup finira par mourir. C’est le sorcier qui se meurt tout d’abord. Le visage n’est plus, déchiré par les griffes puissantes. Là, loin du champ de bataille. Là, entouré de chasseurs qui se devaient de détruire le monstre. Là, au milieu du néant.

Il passe une main sur son visage, Yevgeniy, fatigué. Ses pas l’emportent jusque dans un autre département, à la recherche d’informations sur une chasse qu’il pourrait mener. Il ne désire que de fuir la paperasse qui finira par le rattraper. Il se déplace au travers du hall avec agilité, s’arrêtant sans cesse afin de discuter de l’état du monde avec ceux qui le désirent. « Je cherche Yevgeniy Murdarov, il me semble qu’il travaille à cet étage ? » Tel l’animal qui entend ce qu’il pense être son nom résonner, le Bulgare tend l’oreille, avant de s’approcher du nouveau venu. Face à lui, quelque chose dans le fond de son visage semble l’interpeller. Alors que sa poigne rencontre celle de l’inconnu, son esprit semble se réveiller soudainement. La foret. Le loup. La mort. Il est incapable de se présenter, Yevgeniy, pas alors que le visage que ses yeux parcourent lui rappellent tant Theseus. Theseus et son talent. Theseus et son loup. Theseus et sa mort. « Monsieur Murdarov, je suis le docteur Greyback. Perseus Greyback. » Une à une, chaque partie du puzzle qui habite son esprit semble s’emboiter. Il passe de Theseus à Perseus. Les jumeaux. Il passe de Perseus à Isidore. La famille. « C’est un plaisir de faire votre connaissance, enfin. » Il lui sourit chaleureusement, désormais curieux de la raison derrière la présence de l’homme au sein du ministère. « J’ai bien reçu votre lettre. Je viens vous présenter mes félicitations, à vous et à ma filleule. » Sa main se referme sur l’invitation qu’il reconnait immédiatement. Il la reconnait pour avoir passé de si longues heures aux côtés d’Isidore à choisir la matière, le design. Mais reconnait également la position difficile dans laquelle il se trouve désormais. Les oreilles curieuses se sont déjà posées sur les deux hommes, alors le Murdarov joue le jeu qu’il joue depuis Halloween. « Le plaisir est le mien, Docteur Greyback. » Ses doigts caressent la lettre, nostalgiques, tandis que le fond de ses yeux se rempli lentement de larme salées. « Mais… je suis désolé de vous annoncer que… » Il s’interrompt un instant, prétextant une boule d’émotion dans le fond de sa gorge. « Le mariage a été annulé, nous… nous ne sommes plus ensemble. » Il ne connait pas Perseus. De lui, il ne sait que ce qu’on lui a dit. Il sait ce que Theseus pensait de lui. Il sait ce qu’Isidore dit de lui. Mais il ne sait pas assez. Pas assez afin de décider s’il peut lui faire confiance. Alors il attend, Yevgeniy, il attend d’entendre quelque chose qui le poussera à lui avouer la réalité. Si les mots ne viennent pas, il parlera de la rencontre à Isidore une fois rentré, lui demandera quoi faire. En attendant, il continue d’être triste, d’offre la vision d’un cœur brisé depuis de longs mois. Tous savent que le cœur du Bulgare est fragile, et il se prend à croiser des regards désolés venant des quatre coins de la salle. D’un geste de main rapide, il essuie les quelques larmes qui ont roulé le long de ses joues afin de se perdre dans sa barbe désordonnée. « Je peux faire quelque pour vous ? » Il espère se voir offrir ce qu’il recherche, Yevgeniy, tandis que l’image de Theseus continue de flotter dans le fond de son esprit.




accent disclaimer & others:
 
Revenir en haut Aller en bas
 
to be or not to be (yevseus)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: