Soutenez le forum
Votez pour M&M sur les top-sites et faîtes passer le mot!
Bazzart - PRD.
Ecoulement du temps
Nous sommes actuellement en juillet 1952
Cinquième version du forum
On vous donne rendez-vous ici pour vous tenir au courant des dernières nouveautés!
Intrigue n°4
Venez vous faire entendre au Ministère, au Chemin de Traverse ou à Poudlard.

 | 
 

 I need to see you. Again (Cleo)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 


Helios Black
Morsmordre
avatar
Morsmordre
Parchemins :  128
Crédits :  .
 
Âge :  35
Sang :  Pur, evidemment.
Allégeance :  Tom Jedusor et Les Black, jusque dans la mort.
Profession :  Ancienne avocat du magenmagot, desormais fugitif.
Ancienne école :  Poudlard, Serpentard.
MessageSujet: I need to see you. Again (Cleo)   Mer 19 Avr - 15:05

Dans la nuit noire, surgissent chaque nuit, les monstres, les loups, les vauriens, les assassins, les violeurs, les tueurs. Chaque nuit accueille les vices, les secrets, les péchés, que le jour dissimule allègrement. Chaque nuit, les démons pointent leur nez, se révèlent, se glissent à pas de loup hors de la maison familiale. Dans le silence, le mince sourire aux lèvres en pensant à la luxure qui les attendent. Chaque nuit, elles sortent leur plus beaux atouts. Les soies virevoltantes, les chaires appetissantes, l'epiderme brillant, dont même la sueur a l'odeur allechante. Sucrée, douce, fleurie. Elle les attirent, les font languir, pendre leur langue immonde, promener leur mains noueuse et moites. Sales. Chaque nuit voit venir son lot de fous, de dégénéré, d'assoiffés. Chaque nuit, le cabaret s'ouvre, fier, brillant, vantant ses spectacles grandioses, cachant ses arrières salles dépravée. Chaque nuit, la main au chaudron s'illumine, arguant nombre de curieux, et bon nombre de ses habitués au bordel.

La ruelle est sombre, et l'odeur de la pluie est entêtante sur le pavé, lui donnant presque la nausée. Ou peut être est ce à cause de la potion. Il ne sait trop. Elle a recommencé, à tomber, trempant sa veste de velour, degoulinant sur la pierre. Il respire longuement. Il n'a pas peur. Il est serein. La pensée de l'endroit où il compte aller le debecte, mais la raison est si douce qu'elle lui fait tout oublier. Il est très tard, et, doucement, les lumières s'eteignent derrière les fenêtres, une par une. Il attend, Helios. Adossé au mur, il compte les minutes, car il n'a pas beaucoup de temps. Emmener une fiole de plus aurait eveiller trop de soupçons si on l'avait fouillé, et, de suite, on l'aurait embarqué. Qui aurait l'audace d'avoir du polynectar sur lui en ces temps troublés, si ce n'est un espion, un lux, ou pire : un mangemort. Ou pire : Helios Black, dont la tête était chèrement mise à prix, désormais. Au moins, il pouvait aller au bon lui semblait sous les traits d'un autre, il pouvait parfois se promener, mais peu, juste au cas où.  Reservé aux cas d'urgence, où, comme aujourd'hui, aux nuits où son ombre l'empêchait de dormir. Son ombre à elle. L'ombre de Cléo.

Il s'était traité de fou. Il s'était insulté, avait juré contre lui même. C'était irraisonnable. Complétement cretin, et risquait de mettre tout le monde en danger. Mais c'était plus fort que lui. Elle s'était imposé dans ses rêves, dans ses pensées, et lorsqu'elle refusait d'en sortir, il était temps de le faire. Il jurait contre lui même et retournait la photo d'Emilia sur la table. Il jurait contre lui même et s'en voulait d'être un homme. D'être humain. Et d'éprouver. Il s'en voulait de ne pas réussir à lui être fidèle, d'avoir des pensées pour une autres alors qu'il s'était juré de n'être qu'a elle. Même après sa mort. Il pensait que ce serait facile. Il pensait son amour si fort que plus aucune femme ne pourrait avoir d'emprise sur lui desormais. Mais le deuil à ses limites, qu'on appelle le temps. Et Cléo avait eclipsé Emilia dès la première nuit où il avait croisé son regard douleur. Elle le traiterait de tout les noms. Peut être. Surement. Ou peut être pas. C'était idiot mais elle n'avait pu s'en empêcher. Il avait réfléchi cette sortie des semaines auparavant, il avait echaffaudé un plan, il avait suivi un itinéraire particulier qu'il avait repéré de nombreuses fois. Ce n'était pas dans ses habitudes de s'emporter, de laisser l'envie l'emporter sur la raisons, c'était même tout l'inverse de lui, si sérieux, si raisonné, si maître de lui même. Et pourtant une simple prostitué avait réussi à tout eclipsé. Une simple prostitué, si simple, et pourtant si spéciale. Il ne l'avait pas touché. Jamais. A l'origine, une envie, un entêtement, plutôt. Le désir de se défier, de défier sa fidélité, et son statut d'homme. D'humain. Le besoin de défier ses faiblesses, l'avait un soir mener jusqu'au porte de la maison close. Du bordel. Un simple regard lui avait soulevé le cœur, et il avait failli rebrousser chemin. Mais il sentait l'humain reprendre le dessus, il sentait son corps, son bas ventre lui faire presque mal. Il avait envie. Etait-ce tant un mal ? Pour Helios Black, ça l'était. Car il ne se considérait plus comme humain depuis bien longtemps, et avait tant travaillé sa puissance intellectuel et sa capacité à ne plus rien éprouver qu'il se considérait desormais plus que comme un cerveau. Mais il s'était surestimé. Comme toujours....

Puis il était entré. Les yeux l'avaient suivi, surpris. Mais personne n'avait osé dire le moindre mot. Tant de mystère planait autour d'Helios Black. Pouvait on seulement lui reprocher d'être parfois comme ses pairs ? On l'avait suivi et on avait tenté de chuchoter. Mais les murmures s'étaient bien vite tus. Puis, il l'avait rencontré. Il était tombé. Et il ne savait vraiment si elle le laisserait un jour se relever. Lorsque le noir total tomba sur la rue, le sorcier s'engagea. Passant la lourde porte, relevant lentement son visage. Le visage d'un habitué d'ici. Le visage d'un homme qu'l avait epié des semaines durant et dont il connaissait les habitudes par cœur. Le visage de l'homme qui ne venait jamais le mercredi. Il entra et fut pris de plein fouet par la musique, par les odeurs, par les danses et les tourbillons de désirs. Il fit exactement ce que faisait l'homme. Ce qu'il avait observé. Ce qu'il avait demandé. Il entra et alors, son cœur se calma. Il était serein, cependant. Tout avait été calculé à la seconde près, et rien ne pouvait echouer. Après tout, tout ce qu'il voulait, c'était la voir. Tout ce qu'il voulait, c'était lui montrer que même fugitif, il continuait à être là. C'était stupide, mais pour Helios Black, sa vie gachée était desormais rattaché à une tout sauf simple prostituée. Il connaissait le chemin. Il avait demandé Cléo. C'était simple, tant de gens la désirait. Tant de gens la besognait, tant de gens forniquaient. Il reprima un haut le cœur. Lui aussi était là pour elle aujourd'hui. Mais il était différent.

Il s'arrêta devant la porte et frappa. Trois fois. Silence. Puis une quatrième. Il s'était annoncé. Il inspira. Ce moment, il l'avait longtemps attendu.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin
Parchemins :  118
Crédits :  mischief insane
Âge :  21 ans
Sang :  Sang mêlée
Allégeance :  Lux
Profession :  Danseuse et prostituée à la Main au Chaudron
Ancienne école :  Gryffondor pendant 5 ans
http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t869-charlotte-cleo-ricci-and-then-there-was-fire http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t862-charlotte-cleo-ri
MessageSujet: Re: I need to see you. Again (Cleo)   Jeu 20 Avr - 10:37


I need to see you. Again.
Helios Black & Cleo Ricci


Il faisait sombre à Londres. Le soleil pouvait briller de milles éclats, la ville restait dans l'ombre, une ombre pesante et oppressante. Cela faisait des années qu'ils étaient sous occupation, mais jamais le gouvernement n'avait été si violent et punitif. Tout allait relativement bien jusqu'à présent. Ils s'étaient préparés, pendant tout ce temps, pour enfin renverser Grindelwald, pour enfin faire justice à Dumbledore et ceux qui avaient péri en suivant ses idées. Mais ils avaient tout gâché. Les Mangemorts. Une trahison aux yeux de Cleo. Des alliés qui s'étaient retournés contre eux, des alliés devenus ennemis. Et des masques qui étaient tombés. Mais elle préférait ne pas y penser.

Tout le monde était sur le qui-vive avec les derniers événements. Si son rôle était encore plus important à présent, on avait ordonné à Cleo d'être prudente. Nott avait déjà été repérée, et avec un peu de chance, ce serait le seul visage que le gouvernement parviendrait à mettre sur eux. Ils devaient agir intelligemment, et non pas courir aux devants du danger. C'était ce qui avait coûté la vie de ses parents. Et si Cleo se fichait bien d'y laisser sa vie, elle ne pouvait résolument pas abandonner son frère aux mains des Rosier. Jamais elle ne laisserait Joshua devenir comme eux et subir ce qu'elle-même subissait. Pour lui, elle devait survivre. Pour lui, elle devait se battre.

Et sa bataille, c'était au milieu des draps de la Main au Chaudron qu'elle la menait. Les hommes étaient si simples à manipuler à renforts de courbes et de mains expertes. C'était un travail sur le long terme, une progression de mise en confiance pour parvenir à soutirer quelques mots, quelques informations qui pourraient leur servir. Des heures de servitude pour un soupir utile. C'était la seule chose qu'elle savait faire, ce qu'elle faisait le mieux. Cleo se haïssait souvent d'être cette fille, de n'avoir qu'un niveau moyen en magie à cause de ses études interrompues et une liberté restreinte. La plupart des missions se menaient de nuit, lorsqu'elle se perdait en murmures dans les corps de ceux qui l'asservissaient.

Cleo rejoignit la petite chambre qui enfermait ses pires hontes. Elle n'avait pas dansé ce soir, son planning déjà trop chargé pour perdre du temps à la faire monter sur scène. On l'avait prévenue quelques minutes plus tôt qu'un client de dernière minute était arrivé pour elle. Cleo le connaissait bien, il venait tous les jeudi soirs pour elle. Sauf qu'on était mercredi. C'était étrange. Elle se dépêcha néanmoins à se préparer. Avec des gestes habitués, elle tressa ses cheveux en deux nattes enfantines, raviva le rose de ses joues et de ses lèvres, puis enfila la petite robe qui pendait dans l'armoire de sa salle d'eau. Il les aimait jeunes. Plus jeunes encore que Cleo. Ce client-là la répugnait, mais il payait bien, et plus d'argent signifiait une dette qui diminuait, alors elle se taisait.

Il frappa à la porte, encore une fois un comportement qu'il n'avait pas l'habitude d'adopter. Mais Cleo n'eut pas le temps d'y réfléchir, elle colla un sourire faux sur son visage pour accueillir l'homme. « Tu ne pouvais plus attendre pour me voir, Daddy ? » lança-t-elle d'une voix faussement enjouée. Elle le laissa entrer, le prit par la main et le guida vers le fauteuil qu'il affectionnait. Elle attendit qu'il se soit assis pour s'installer sur ses genoux. « Tu m'as manquée, Daddy, continua-t-elle avec une moue boudeuse. J'ai été une gentille fille pendant ton absence. » Doucement, elle bougea sur ses genoux pour se frotter à lui. Tout son être hurlait le dégoût, mais elle se tut. Elle n'était plus Charlotte à présent. Elle était Cleo. Et elle jouait un rôle. À chaque minute de chaque heure de chaque jour. Elle jouait un rôle.

© ACIDBRAIN
Revenir en haut Aller en bas


Helios Black
Morsmordre
avatar
Morsmordre
Parchemins :  128
Crédits :  .
 
Âge :  35
Sang :  Pur, evidemment.
Allégeance :  Tom Jedusor et Les Black, jusque dans la mort.
Profession :  Ancienne avocat du magenmagot, desormais fugitif.
Ancienne école :  Poudlard, Serpentard.
MessageSujet: Re: I need to see you. Again (Cleo)   Lun 24 Avr - 19:34

Il n'était pas serein, Helios. Certes, l'impatience et l'excitation le brûlait jusqu'au bout des doigts, mais il connaissait les conséquences dramatiques que pouvait avoir sa gentille excursion. Raide comme un piquet, il tentait de se dominer comme il pouvait, faisant passer la sueur de son front pour un désir brûlant pour la jeune prostituée derrière la porte. Rien n'était aisé, depuis le renforcement les contrôles. Depuis qu'il était devenu fugitif en somme. Il savait pourquoi il l'était, il savait aussi que c'était de sa faute et que cela avait été inévitable. La mort du paternel avait eu des repercussions immenses et tous en payaient desormais le prix. Le prix de la fidélité au lord. Le prix de leur fidélité pour Tom Jedusor. Obligés de se cacher, chassés, poursuivi comme des rats, Helios avait la sensation d'être enterré vivant. Et il savait qu'il ne tiendrait pas longtemps sans prendre quelques risques. Il avait imaginé ce moment, ces moments. Jamais il n'aurait osé l'avouer, mais chaque instants étaient difficile tant la chaire de Cleo l'appelait dans leurs derniers moments ensemble. Si, au départ, le deuil d'Helios et son profond respect pour la femme l'empêchait de ressentir quoi que ce soit, plus les rendez vous se succédaient, plus le visage de la demoiselle restait gravé sur ses rétines, plus sa peau, satinée, scintillante, semblait d'une douceur inimaginable.

Cependant sa fierté était trop forte, pour qu'il daigne se laisser aller. Qu'elle ne fut pas la surprise de la jeune femme lorsqu'elle se retrouva face à un client qui ne voulait finalement que « discuter » ? D'ordinaire, ils ne s'embarrassaient pas même de quelques mots, se contentant de se jeter sur elle comme un chien sur un vulgaire bout de viande. Mais Helios, lui, était différent. Il considérait les femmes comme des êtres à part entière, dans cette société qui préférait les cantonner au rôle de la bonne à tout faire. Il aimait qu'elles soient différentes, comme l'était Emilia. Il aimait qu'elles soient tantôt maquillée, tantôt comme au saut du lit, qu'elles ne soient aucunement genée de n'avoir aucun atours, qu'elles ne soient pas genée de rester naturelles. Qu'elles n'aient pas honte de ce qu'elles sont. Helios avait grandis entouré de femmes fortes, que ce soit Melpomène, ou sa mère. Des femmes qui ne se laissait pas dicter leur conduites. Insoumises, indépendante, magnifiques. C'est ainsi qu'il avait connu les femmes et c'est ainsi qu'il désirait les connaître. Les femmes de la société lui faisait pitié. Il avait horreur de les voir accroché à leur mari, comme si elles ne pouvaient vivre sans eux. Ce qu'il l'avait séduit, chez Emilia, c'était cette capacité qu'elle avait à le défier en permanence. En ça, elle ressemblait enormément aux femmes de sa famille.

C'était ce qu'il l'avait séduit chez Cleo. Cet air faussement effarouchée qu'elle se donnait pour plaire à ses clients, tandis qu'un tout autre feu brûlait secrètement en elle. La moue boudeuse, le corps soumise tandis que si vous vous attardiez une seconde dans le bleu de ses yeux, vous y verriez les flammes de l'insolence. Elle était maitresse de cette unique pièce, seule au milieu des draps, embaumée de parfums, vêtues de dentelles. Elle n'était qu'une poupée de chiffon donnée au plus offrant, elle se donnait, toute entière. Helios en était singulièrement rebuté. Petit déjà, il detestait les choses faciles. Il avait toujours trouvé ça louche. Il avait apprit que les choses se méritaient, qu'on n'obtenait rien sans travail, sans acharnement, sans en payer un prix. C'est ainsi qu'il désirait Cleo. Petit à petit, en apprenant à la connaître. En la laissant, peu à peu, déconstruire tout ce qu'il avait construit. Au départ, ce ne devait être qu'un passe temps. Au départ, ce ne devait être qu'un défi personnel. Un enième défi pour Emilia. Mais rien ne s'était passé comme il l'avait prévu. Il l'avait evincé, evincé la jolie blonde, evincé la femme eternelle. Elle s'était imposée, sa moue délicieuse et ses cheveux d'ambre. Elle avait ouvert sa poitrine et y avait plongé la main sans le moindre égard. Il était encore temps de faire marche arrière. D'arrêter cette masquarade aux conséquences funestes. Il avait maintes fois tenté de disparaître. De se dire, cette fois sera la dernière. Mais lorsque la lueur dans les yeux de Cleo prit une nouvelle couleur, lorsqu'il son sourire effarouché, lorsque sa mine méfiante laissa place aux yeux rieurs, aux yeux plaisirs, c'était terminé. Il était perdu.

Il prenait sa respiration pour la troisième fois lorsque la porte s'ouvrit à la volée. Elle apparut dans l'encadrement, et son expression lui donna une violence nausée. «  Tu ne pouvais plus attendre pour me voir, daddy ? » Elle était méconnaissable. Le visage rose encadré de deux tresses enfantines, ses formes voluptueuses qu'il aimait deviner grossièrement masquée par une robe de petite fille. Il ravala sa salive. Où était-elle passée ? Il ouvrit la bouche mais la ferma aussitôt tandis qu'elle le trainait jusqu'au fauteuil. Ses yeux prirent une lueur affolée. «  Tu m'as manquée, daddy. J'ai été une gentille fille pendant ton absence. Lentement, elle grimpa sur lui, se frottant allegrement contre ses cuisse. La bile lui monta dans la gorge, tandis qu'il sentait le désir grimper en flèche, et son bas ventre se durcir de seconde en seconde alors qu'il pouvait sentir la chaleur de sa peau caresser son entrejambe. Alors elle se frotta plus fort encore, et, par inadvertance sa la main du sorcier vint se coller tout contre le fessier de la jeune femme. Sans le vouloir, il pu deviner de part la très courte robe qu'elle ne portait pas de sous vêtements. C'en fut trop. Il se leva d'un bond, violemment, repoussant Cleo qui tomba à la renverse au pied du lit. Il poussa un juron étouffée. « Ca suffit. Arrête ça, ... maintenant. ». Il tenta de contenir la violente envie de vomir qui lui taillaidait l'estomac, restant tourné face au mur pour dissimulé son excitation masculine trop évidente. Il ferma les yeux, respira profondement. « C'est moi. » Il se retourna. S'accroupi a côté d'elle et l'aida doucement à se relever. « Pardonne moi, je ne voulais pas te blesser. » Il fuit son regard. Il n'avait aucune idée de la réaction qu'elle allait avoir. Dans un murmure a peine audible, son visage presque tout contre le sien. « J'ai frappé 3 fois. Je ne suis pas ton daddy.... »


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin
Parchemins :  118
Crédits :  mischief insane
Âge :  21 ans
Sang :  Sang mêlée
Allégeance :  Lux
Profession :  Danseuse et prostituée à la Main au Chaudron
Ancienne école :  Gryffondor pendant 5 ans
http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t869-charlotte-cleo-ricci-and-then-there-was-fire http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t862-charlotte-cleo-ri
MessageSujet: Re: I need to see you. Again (Cleo)   Lun 24 Avr - 20:23


I need to see you. Again.
Helios Black & Cleo Ricci


Elle se demandait souvent comme elle faisait, Cleo, pour supporter tout cela. Pour supporter sa réalité. L'orpheline vendue à une maquerelle. La jeune femme qui vend son corps, non par choix mais par absence totale de liberté. L'innocente qui se salit un peu plus chaque jour. Ses parents se retourneraient dans leurs tombes s'ils savaient ce que leur fille était devenue, s'ils la voyaient à présent. À la Main au Chaudron, Cleo avait la réputation d'être la plus sulfureuse, celle qui ne refusait aucun fantasme, aucune envie. Elle avait vite compris que chaque entrevue serait douloureuse et traumatisante, quelle qu'en soit le détail, mais que les plus osées venaient souvent avec une bourse plus remplie pour combler sa dette. Elle avait fait son choix. Elle avait, le jour de ses dix-sept ans, enfermé Charlotte bien loin dans son coeur et son esprit pour la protéger de tout cela. Et elle avait bien fait.

S'entendre prononcer ces mots, se voir marcher ainsi avec ce sourire idiot au visage, elle avait envie de vomir. Ses réflexes, parfois, lui intimaient de repousser l'homme devant elle, de s'enfuir, de partir en courant. Elle ne savait où, ni comment, ni dans quel but, simplement courir, sans jamais s'arrêter. Courir sans jamais se retourner. Mais elle ne le pouvait pas. Qu'adviendrait-il de Joshua ? Quelles seraient les répercussions ? Alors elle avalait sa peur et se laissait faire, poupée de son aux mains des marionnettistes. Elle éteignait sa flamme pour ne plus la sentir vaciller dans ses yeux, laissant ses orbes vides dans un mirage de paillettes. Son corps agissait seul, autonome après des années de pratique. Elle n'avait plus besoin de faire le moindre effort. Ils s'en fichaient, tous. Du moment qu'ils obtenaient ce qu'ils voulaient au final. Certains prenaient même plaisir à la voir si docile entre leurs mains répugnantes.

Il ne fallut pas longtemps avant qu'une de ces mains rejoignent le bas de son dos. D'ici quelques secondes, il lui susurrerait de se mettre à genoux pour daddy et de venir prendre sa récompense pour avoir été une si gentille fille. Elle connaissait le refrain. Mais un coup brusque la fit basculer, voler quelques mètres plus loin pour atterrir au sol dans une douleur qui lui vrilla les genoux. « Ca suffit. Arrête ça, ... maintenant. » Quoi ? Qu'avait-elle fait de mal ? Il n'avait jamais demandé quoi que ce soit d'autre que ce scénario malsain et extrêmement perturbant. Elle n'était pas bête, ce n'était pas sa baguette qu'elle avait senti quelques secondes plus tôt. Pourquoi ce changement soudain ?

« C'est moi. » Elle haussa un sourcil étonné, première émotion vraie qu'elle daignait lui concéder. Que voulait-il dire enfin ? Ses agissements étaient de plus en plus étranges. Elle aurait voulu crier, elle aussi, exiger des explications, mais elle n'était pas payée pour ça. S'il souhaitait changer de scénario, elle irait dans le sens du courant. Elle le regarda s'approcher et s'accroupir avec un air plus doux. Daddy voulait se réconcilier ? « Pardonne moi, je ne voulais pas te blesser. »

Ce ne furent pas les mots qui lui mirent la puce à l'oreille, mais bien le regard fuyant. Quelque chose ne tournait pas rond. Elle ne connaissait que trop bien ce comportement hésitant, cette mesure des mots. Mais ce n'était pas poss... « J'ai frappé 3 fois. Je ne suis pas ton daddy... » Son visage s'empourpra, à la fois de honte et de colère. Et la gifle partit avant même qu'elle ne puisse la retenir. Il avait osé. « Donne-moi une seule bonne raison de ne pas me mettre à hurler », siffla-t-elle, le regard glacial. C'était bien la première fois qu'elle le tutoyait, qu'elle s'adressait à lui avec autant de familiarité et d'affront. Mais il n'était pas un client ce soir, il n'était plus un client tout court. Le traître, le bourreau. Helios Black. Elle n'avait pas compris tout de suite, elle n'avait pas saisi les signes, certaine de ne plus jamais le revoir après ce qu'il s'était passé. Discrètement, elle se laissa glisser sur le sol, s'approchant de la table de chevet sur laquelle était posée sa baguette. Elle savait à présent de quoi cet homme était capable.

© ACIDBRAIN
Revenir en haut Aller en bas


Helios Black
Morsmordre
avatar
Morsmordre
Parchemins :  128
Crédits :  .
 
Âge :  35
Sang :  Pur, evidemment.
Allégeance :  Tom Jedusor et Les Black, jusque dans la mort.
Profession :  Ancienne avocat du magenmagot, desormais fugitif.
Ancienne école :  Poudlard, Serpentard.
MessageSujet: Re: I need to see you. Again (Cleo)   Lun 24 Avr - 20:52

La gifle lui coupa le souffle. Il l'avait merité. C'était une évidence. Cependant, au fond de lui, il avait le sentiment d'avoir gagné une petite victoire. Elle l'avait giflé. Elle l'avait touché. Elle l'avait tutoyé. Plein plus que tout ce qu'elle avait fait auparavant, bien plus qu'une caresse involontaire sur le dos de la main, un sourire en coin, une petite intimité qui avait envie de s'installer mais qu'elle n'osait pas laisser sortir. Enfin, elle devenait qui elle était vraiment. Helios ne put se retenir d'ouvrir de grand yeux, de la regarder, de l'admirer telle qu'elle était. Elle ne le considérait plus comme un client, desormais. Il ne l'avait jamais vraiment été. Elle était furieuse. Mais sa fureur était sublime, et il l'aimait encore plus de cette manière. Son visage s'était empourpré, et il su qu'il avait gagné une partie de la belle lorsque la honte vint teindre ses jolies joues d'un leger rose. Ainsi, elle se denudait devant le moindre inconnu, ainsi, elle se laisser aller a n'importe quelle cabriole, a n'importe quelle chose immonde devant de vieux pervers immonde. Mais devant lui, un simple frottement l'avait couverte de honte. Il su a cet instant qu'il n'était plus n'importe qui. Il sut a cet instant, qu'un jeu très dangereux venait de commencer. Il la trouva magnifique, à cet instant. Le rouge de ses joues rappelait l'ambre de ses cheveux, et contrastait avec la couleur de ses yeux. Sa moue honteuse la rendait à la fois plus sauvage et plus vulnérable. Si il avait pu, il aurait aimé l'embrassé, à cet instant, maintenant. Car la colère lui donnait l'allure fougueuse, et il n'en fallait pas plus qu'il l'admire davantage.

Il en fallait beaucoup, pour decrocher l'admiration d'Helios Black. Il en fallait beaucoup, pour decrocher son interêt. Mais elle, Cleo, elle ne cessait de le surprendre. Cet homme si froid, si orgueilleux, blessé au plus profond de sa fierté par de nombreux echec, était en train de tomber amoureux. Et, aussi surement qu'il ne s'en rendait pas compte, le sorcier s'enfoncait dans une spirale dont il ne mesurait pas encore pleinement les conséquences. « Donne moi une seule bonne raison de ne pas me mettre à hurler.» Autant de familiarité le fit sourire. Un mince sourire en coin qui laissait transparaitre un peu de son arrogance. Toutefois, Cleo avat ce même talent qu'emilia avait de son vivant, qui etait celui de calmer un peu l'arrogance du Black. Elle le rendait vulnérable et il tentait tant bien que mal de s'en cacher. Il baissa les yeux. D'ordinaire il ne le faisait jamais. Mais il savait qu'il méritait amplement cette gifle, et il ne chercha pas à se défendre. Il ne chercha pas à se répandre en excuse. Il se contenta de la suivre du regard, elle qui partait se retrancher près du lit, proche de sa baguette. Il haussa un sourcil. Il fit un pas, prudemment. Il ne voulait pas la brusquer. La dernière chose qu'il désirait était de lui faire peur. Mais il savait qu'elle avait aussi peur qu'elle était curieuse. Il commençait à la connaître, Cleo. Il approcha lentement, afin de s'asseoir sur le lit. Il garda une distance avec elle. Il était prudent, Helios. Toujours prudent. Il s'eclaircit la gorge, regardant un point au loin, en face de lui. « Aucune. Je n'en ai aucune. Mais si tu avais voulu hurler, tu l'aurais déjà fait. »

Il la regarda alors de ses yeux clairs. Il la fixa, longuement, la défiant d'oser appeler à l'aide. Il savait qu'elle ne le ferait pas. Parce qu'elle savait qu'elle n'avait rien à craindre. « Si cela peut te rassurer, si je t'avais voulu du mal, j'aurais envoyé quelqu'un le faire à mal place. Mais tu n'as pas besoin d'être rassurée, n'est ce pas, Cleo. La peur, tu ne la connais plus. » Il parlait du voix rauque, infiniment basse et douce. Il n'avait rien a prouver face à elle. Elle le connaissait déjà, plus intimement que ses propres camarade mangemorts. Parce qu'elle savait regarder là où il fallait. Néanmoins, elle ne savait que ce que lui voulait bien qu'elle sache. Il la connaissait ambitieuse, il le savait. Une telle fougue ne resterait pas putain sans la moindre ambition. Et il se méfiait des ambitieux. Ils étaient imprévisible et désiraient grimper, le plus possible. Il ne savait pas pourquoi, mais il sentait un instinc sauvage et determiné chez Cleo qui l'effrayait presque. Cette femme était prête à tout pour réussir. Mais réussir quoi ? Son regard s'attarda sur le collier bordeaux de la sorcière. Une lueur triste passa dans ses yeux durant une poignée de secondes. Il ne connaissait rien de la vie de cette jeune femme mais quelque chose le persuadait qu'elle avait un but bien précis et que rien ne l'arrêterait. A présent qu'il était mangemort, qu'est ce qu'il l'empêcherait d'aller le vendre au plus offrant ? Après tout, chacun son tour.

Il haussa de nouveau les épaules. « Après tout, un cri et tu empocherais une jolie récompense. » Une lueur maline passa dans ses yeux. « Tu aimerais, pas vrai ? Plus besoin de faire tout ça, plus besoin de vendre ton corps attachée à ce collier. La liberté. » Il appuya ses avant bras sur ses cuisses, passa une main sur son visage avant de soupirer longuement. « Mais tu n'es pas idiote.  Loin de là.  Tu as le droit de t'acharner sur moi autant que tu le voudras. Je suis ici, maintenant. » Il ecarta les bras, lui indiquant qu'elle était libre de faire tout ce qu'elle voulait. Il jouait avec le feu, il en était conscient, mais une intuition lui criait qu'il ne craignait rien. Pour l'instant.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin
Parchemins :  118
Crédits :  mischief insane
Âge :  21 ans
Sang :  Sang mêlée
Allégeance :  Lux
Profession :  Danseuse et prostituée à la Main au Chaudron
Ancienne école :  Gryffondor pendant 5 ans
http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t869-charlotte-cleo-ricci-and-then-there-was-fire http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t862-charlotte-cleo-ri
MessageSujet: Re: I need to see you. Again (Cleo)   Ven 12 Mai - 7:41


I need to see you. Again.
Helios Black & Cleo Ricci


Il s'avança vers elle, et dans un élan de peur, elle se jeta sur sa baguette magique qu'elle pointa vers lui. Elle savait bien qu'elle ne faisait pas le poids, que son manque d'éducation et d'entraînement la rendaient inoffensive face à celui qui avait massacré les siens lors de l'attaque de Loutry St Chaspoule. Mais Charlotte n'était pas du genre à baisser les bras face à l'adversité, et Cleo avait gardé beaucoup de ses traits de caractères bien qu'elle les étouffait la plupart du temps. Si Black tentait de s'en prendre à elle, elle ne lui rendrait pas la partie facile. Il se contenta de s'asseoir sur le lit et de la fixer. Elle ne savait pas ce qui la dérangeait le plus : être fixée par le regard du pervers qu'elle détestait, ou savoir que c'était Helios en-dessous, un homme qu'elle abhorrait pour de toutes autres raisons. « Aucune. Je n'en ai aucune. Mais si tu avais voulu hurler, tu l'aurais déjà fait. » Elle échappa un sourire moqueur. Se croyait-il à l'abri parce qu'elle n'avait pas encore donné l'alerte ? C'était bien présomptueux de sa part. « Si cela peut te rassurer, si je t'avais voulu du mal, j'aurais envoyé quelqu'un le faire à ma place. Mais tu n'as pas besoin d'être rassurée, n'est ce pas, Cleo. La peur, tu ne la connais plus. »

Il ne la connaissait pas. Il était comme tous les autres, à penser la connaître, à penser la cerner. Ils se leurraient, tous. Ils ne voyaient que la façade, que ce qu'elle voulait bien montrer. Et si Helios avait été plus observateur que le reste, il restait encore dans le noir et l'ignorance. Ne plus connaître la peur ? La bonne blague. Bien sûr qu'elle connaissait la peur, Cleo. Elle était terrorisée, chaque jour, chaque instant. Elle vivait dans un monde qui l'effrayait, un monde où son seul allié n'était jamais venu la chercher, où sa seule amie était une prostituée aussi désespérée qu'elle. Elle avait réussi à la dompter cette peur, à lui ordonner de ne pas monter jusqu'à ses yeux, mais elle restait là, tapie dans son coeur, douloureuse. Et il croyait la connaître.

Il haussa les épaules devant son manque d'éloquence. « Après tout, un cri et tu empocherais une jolie récompense. Tu aimerais, pas vrai ? Plus besoin de faire tout ça, plus besoin de vendre ton corps attachée à ce collier. La liberté. » Etait-il idiot ? Tentait-il une sorte de suicide tordu ? C'était à croire qu'il voulait qu'elle le dénonce. Et cette idée était de plus en plus tentante. Elle ne savait pas ce qui la retenait de le faire. Il avait raison, la récompense était alléchante. Quinze mille gallions. Bien assez pour couvrir sa dette et partir loin avec son frère. Tout ce qu'elle avait à faire était de crier. Tout simplement. « Mais tu n'es pas idiote. Loin de là. Tu as le droit de t'acharner sur moi autant que tu le voudras. Je suis ici, maintenant. » Le voir écarter les bras, comme s'il l'invitait à venir s'y réfugier, la mit dans une colère noire.

« Tu te crois intelligent, Helios Black ? Tu penses pouvoir me cerner, me berner ? Parce que tu es le grand Helios Black, l'héritier d'une famille de sang pur, l'avocat, la menace qui plane aujourd'hui sur Londres ? Et que je ne suis que la pauvre gamine qui vend son corps au sang souillé, trop fragile entre tes grandes mains ? » Elle se releva, le regard sévère, et s'avança jusqu'à appuyer sa baguette contre la gorge de l'homme. « Montre-toi. Arrête de te cacher derrière ce visage, et je t'écouterai. Mais ne me fais pas croire que tu as pris un risque en venant ici alors que tu te caches. »

© ACIDBRAIN
Revenir en haut Aller en bas


Helios Black
Morsmordre
avatar
Morsmordre
Parchemins :  128
Crédits :  .
 
Âge :  35
Sang :  Pur, evidemment.
Allégeance :  Tom Jedusor et Les Black, jusque dans la mort.
Profession :  Ancienne avocat du magenmagot, desormais fugitif.
Ancienne école :  Poudlard, Serpentard.
MessageSujet: Re: I need to see you. Again (Cleo)   Lun 19 Juin - 2:10


I need to see you. Again.
Helios Black & Cleo Ricci


Helios se delectait de voir passer une myriade d'émotions contradictoire sur le visage de la belle. Il tentait vainement de cacher l'amusement que lui procurait sa joyeuse -bien que dangereuse- escapade, et prenait un plaisir évident face à la surprise de Cléo. Elle était belle quand elle était en colère, plus encore quand elle avait l'air courroucé, et plus encore quand elle affichait son air moqueur et condescendant. D'ordinaire, la condescendance le vexait au plus haut point, et il ne supportait pas qu'on se sente supérieur à lui. Il tâchait de faire comprendre à l'interlocuteur que le rabaisser était lourd de conséquence, et si ladite personne était trop stupide pour piger à temps, il le faisait à sa manière. Helios était d'une grande patience, mais pas pour tout. Et surtout pas avec tout le monde. En fait, il était patient quand il le voulait bien.

Avec Cléo, par exemple, il était prêt à faire preuve d'une patience infinie. Le jeu en valait la chandelle, et, ce n'était pas une nuit torride que recherchait le sorcier, mais de l'intelligence, et de l'interêt. Son monde en était tellement denué depuis plusieurs mois qu'il était prêt à presque n'importe quoi pour se divertir, et quiconque connaissait Helios Black savait qu'il ne recherchait pas la frivolité. Il étudiait chacun de ses traits minutieusement de la moquerie au courroux, de l'etonnement à la colère. S'il se trompait sur elle, alors il savait qu'elle se trompait aussi sur lui. Il esperait qu'elle n'était pas comme les autres, et pourtant il commençait à être déçue. Elle ne voyait, elle aussi, que la surface. L'homme arrogant, presomptueux, et trop calme pour être honnête. Comme tout les autres, elle voyait le black avant le reste, fier de sa famille, de sa personne, de sa richesse. Elle était superficielle. Comme tout le monde.

«  Tu te crois intelligent, Helios Black ? Tu penses pouvoir me cerner, me berner ? Parce que tu es le grand Helios Black, l'héritier d'une famille de sang pur, l'avocat, la menace qui plane aujourd'hui sur Londres ? Et que je ne suis que la pauvre gamine qui vend son corps au sang souillé, trop fragile entre tes grandes mains ? » Il sourit. Recula d'un pas. Baissa un œil doux sur la baguette de la jeune femme, enfoncé sur sa pomme d'adam. Il ne bougea plus d'un pouce, ne trembla pas. Il se contentait de sourire et de garder le regard doucereux sur Cléo. « Tu ne regardes pas assez loin Cléo. C'est dommage. Tu ne regardes pas au délà des apparences . Ni des tiennes, ni de celles des autres. Tu t'enfermes dans les images que les gens te renvois. Pour être franc, je ne me sens pas comme une grande menace, actuellement vois-tu, sinon je ne me cacherais pas comme un rat. Puis, je ne suis plus avocat non plus. La seule chose que tu sembles avoir cerner est l'intelligence, mais, l'étant toi même, je l'espère en tout cas, ce n'était pas bien difficile à comprendre. Il perdit son sourire. Une lueur déçue brillait dans son regard, il aimait son répondant certes, mais il s'était attendu à autre chose. Il ne savait pas vraiment quoi, peut être à une personne différente. Il était encore trop optimiste avec les gens, apparemment. Ne me sous estime pas, Cléo. J'en ferais de même avec toi. Je ne suis pas assez stupide pour considérer les femmes de cet endroit comme des gamines fragiles. Il faut toujours se méfier, l'ambition se cache souvent dans les coins les plus pauvres.

Il ne broncha toujours pas. Il n'avait pas peur d'elle. Il savait maintenant qu'il s'était trompé : elle avait peur. Sa réaction le prouvait. Elle savait qu'elle ne pouvait rien faire contre lui, et lui savait qu'il ne ferait rien contre elle, même si il y était obligé. Il l'observa pendant plusieurs seconde dans le silence, attendant qu'elle le brise, ou qu'elle daigne ceder son emprise. Montre-toi. Arrête de te cacher derrière ce visage, et je t'écouterai. Mais ne me fais pas croire que tu as pris un risque en venant ici alors que tu te caches.

Il leva un sourcil surpris. La voilà. Enfin. Un rictus amusé s'etala sur son visage, tandis qu'il designait la baguette du regard. « Range d'abord ceci et j'aviserais. Tu n'en a pas besoin. » Il soupira. Son cerveau réfléchissait à une vitesse effrené. Il devait prendre la bonne décision, il avait peu de temps. Il voulait acceder à sa requête mais il devait savoir comment sortir d'ici sous sa véritable apparence, et le risque était énorme. Il avait des milliers de chance de se faire prendre. La raison lui dictait de refuser. Après tout pourquoi risquer sa vie, sa liberté pour une femme enchainée, pute de surcroit, et qu'il faisait semblant de le hair ? Mais au fond, il voulait se montrer, il voulait être lui même il voulait qu'elle le voit tel qu'il était il voulait être avec elle comme les fois précédente. Des semaines enfermé, emprisonné, enchainé à un quartier et à sa famille. Il devenait aigri, fou. Il s'ennuyait. Réfléchis, réfléchis. Son regard s'attarda sur la longue cape de velour. Puis sur Cléo. Elle lui devrait bien ça. Soudain, il dégaina sa baguette et inversa les rôles, enfoncant le bois dans la gorge de la jeune femme. Doucement, il la force à lever sa tête en arrière. « Appelle et je te fais taire avant même que le moindre son ne sorte de ta bouche. » Il la regarde droit dans ses yeux clairs. Sa voix était douce. Sa poigne etait néanmoins légère, et son but n'etait pas de lui faire mal. « Il me tarde de quitter cet être répugnant, de toute façon. »

Sans quitter la jeune femme des yeux, il délaisse sa gorge nue pour pointer sa baguette sur sa sienne. « Revelio. » Lentement les traits de l'homme ridé se détendirent pour laisser apparaître une peau plus jeune, les cheveux perdirent leur fils d'argents pour prendre la teinte charbon typique des black, les yeux marrons prirent un bleu perçant et glacial, tandis que les pommettes devenaient plus saillantes. Enfin, la taille perdit bien une dizaine de centimètre. L'homme agé qui se trouvait devant Cléo quelque minutes auparavant avait disparu, laissant place à Helios Black. Enfin. Il ne savait trop quelle folie l'avait pris ainsi, mais il se rendait compte minute après minute que profiter de la présence de cléo sans être lui même ne valait pas la peine d'avoir fait le chemin jusqu'ici. Après tout, c'était Helios qui aimait passer du temps en compagnie de la jeune femme, sans éprouver le besoin de soulever ses jupes à peine arrivé. N'ayant pas bouger d'un centimètre le temps de sa transformation, ses yeux bleus fixaient toujours ceux de la jeune femmes. Il haussa un sourcil, un air de défi dans les pupilles. Il rangea sa baguette, bien qu'il garda sa main fermement dessus.

« Bonsoir, Cléo. Ca fait longtemps. » Il se sentait enfin lui même. [/list]
© ACIDBRAIN


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin
Parchemins :  118
Crédits :  mischief insane
Âge :  21 ans
Sang :  Sang mêlée
Allégeance :  Lux
Profession :  Danseuse et prostituée à la Main au Chaudron
Ancienne école :  Gryffondor pendant 5 ans
http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t869-charlotte-cleo-ricci-and-then-there-was-fire http://www.mudbloodsandmurmurs.com/t862-charlotte-cleo-ri
MessageSujet: Re: I need to see you. Again (Cleo)   Dim 13 Aoû - 10:22


I need to see you. Again.
Helios Black & Cleo Ricci


Cleo était perdue. Elle ne savait comment réagir, ni même que penser de cette visite inattendue. Au fond, Helios Black avait toujours eu cet effet sur elle. Chacune de ses visites avait été aussi déroutante que la précédente. Il ne l'avait pas touchée, jamais. Pas même de caresse sur son bras ou sa joue. Pas un seul baiser. Et jamais aucun geste perverti comme ceux qu'elle endurait chaque jour. Il n'avait que des mots à lui offrir et à attendre d'elle. Elle avait été surprise, déroutée, au départ. Elle l'était toujours un peu. Elle s'était souvent demandé ce qui le poussait à venir, encore et encore, à payer pour sa compagnie. Helios Black était-il si seul pour venir passer son temps aux côtés d'une pute de bas étage ? Elle ne comprenait pas. Mais si l'homme restait une énigme, elle avait appris à accueillir ses visites avec plaisir plus qu'avec appréhension. Avec lui, elle pouvait se reposer, relâcher un tant soit peu son masque. Et, en toute honnêteté, il payait bien.

Puis il y avait eu Loutry St Chaspoule. Il y avait eu l'attentat, et les Mangemorts. Son estomac s'était retourné lorsqu'elle avait vu le visage d'Helios sur les murs de la ville. Elle n'en savait rien, comme il ne savait pas qu'elle appartenait à la Lux. Sans le savoir, ils avaient été alliés. Ils étaient à présent ennemis, et elle seule avait l'avantage de cette information. Sa colère était sans égal. Elle se sentait trompée, dégoûtée par son comportement, et dégoûtée par la propre confiance qu'elle avait commencé à lui accorder. Elle l'avait laissé s'insinuer dans ses pensées, elle avait développé une sorte d'attachement à l'homme. Tout ça pour être trahie. Elle aurait dû être plus prudente, elle savait bien de quoi les sang purs étaient capables. Elle avait été si naïve. Et sa colère était bien plus dirigée vers elle-même que vers lui.

« Tu ne regardes pas assez loin Cleo. C'est dommage. Tu ne regardes pas au-delà des apparences. Ni des tiennes, ni de celles des autres. Tu t'enfermes dans les images que les gens te renvoient. » Pouvait-il l'en blâmer ? Croyait-il qu'elle avait le luxe d'apprendre à connaître les gens, de pouvoir nouer des liens ? Elle n'avait pas cette liberté. Elle n'avait aucune liberté. « La seule chose que tu sembles avoir cerné est l'intelligence, mais, l'étant toi même, je l'espère en tout cas, ce n'était pas bien difficile à comprendre. » L'était-elle ? Elle en doutait à présent. Elle n'avait rien vu venir, s'était laissé bernée par le Black sans imaginer un seul instant de quoi il était capable. Elle l'avait clairement sous-estimé oui, mais elle ne voulait plus faire cette erreur.

Sa résolution reprit le dessus, son courage de Gryffondor brûlant dans ses yeux alors qu'elle le menaçait de sa baguette. Elle n'avait peut-être pas terminé ses études, mais cinq années à Poudlard lui avaient laissé suffisamment de connaissance pour réussir à lui tenir tête un petit moment si nécessaire. Elle ne voulait plus avoir peur, Cleo. Elle ne voulait plus être cette gamine faible qu'elle se savait être devenue depuis qu'elle avait perdu son identité. « Montre-toi. Arrête de te cacher derrière ce visage, et je t'écouterai. Mais ne me fais pas croire que tu as pris un risque en venant ici alors que tu te caches. »

Helios sembla satisfait de cette réponse. Il souriait. Le regard de la jeune femme ne s'adoucit pas pour autant. « Range d'abord ceci et j'aviserais. Tu n'en as pas besoin. » Cleo hésita un instant. Elle ne voulait pas tomber dans un piège. Mais sans savoir l'expliquer, elle savait qu'elle pouvait lui faire confiance. Il ne la poignarderait pas dans le dos. Elle baissa donc sa baguette, la gardant tout de même serrée dans son poing. Il soupira avant de lever vivement la sienne, inversant les rôles. Elle pesta. « Appelle et je te fais taire avant même que le moindre son ne sorte de ta bouche. » Ses yeux bleus lui hurlaient d'oser le faire, d'oser lui lancer un sort. Elle ne se démonterait pas. Elle se battrait s'il le fallait.

Sa poigne se resserra sur sa baguette. « Revelio. » Surprise, elle lâcha le morceau de bois qui tomba au sol, tandis que sous ses yeux, les traits de son client se transformaient pour laisser place à un visage plus plaisant, plus amical. La peau se lissa, les cheveux foncèrent, la mâchoire devint saillante. Et finalement, les yeux, ceux qu'elle ne parvenait jamais vraiment à oublier. Sans s'en rendre compte, sa posture se relâcha, son corps apaisé et confiant devant l'homme qui se tenait devant elle. Elle se remit à respirer sans avoir réalisé qu'elle retenait son souffle. Elle ne savait pas que c'était la seule chose qu'elle avait attendu. « Bonsoir, Cleo. Ca fait longtemps. » Elle eut envie de se jeter dans ses bras, de le laisser la rassurer et l'écouter. Puis elle se rappela qu'ils n'étaient plus amis, qu'ils ne l'avaient jamais vraiment été pour commencer. Sa voix se cassa un peu. « Pourquoi ? » Pourquoi était-il là ? Pourquoi avait-il choisi ce camp ? Pourquoi n'arrivait-elle pas à totalement le haïr malgré tout ce qu'il avait fait ?

Comme possédée, elle parcourut les quelques pas qui les séparaient et commença à le frapper, avec force. Ses petits poings s'abattaient sur son torse, ses bras. Elle était furieuse. Furieuse et perdue. Et c'était de sa faute. À lui. À elle. Elle retenait difficilement ses cris de rage, son cerveau lui hurlant de ne pas attirer l'attention. Si Helios Black devait tomber ce soir, elle voulait qu'il lui explique d'abord. Elle voulait des réponses. Elle se fichait bien du reste.

© ACIDBRAIN
Revenir en haut Aller en bas
 
I need to see you. Again (Cleo)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» We are youth of this world {Cleo}
» MJVERSAIRE ღ Eat. Pray. Gnutgnut.
» Something Inside ▬ Cleo
» SAVANNAH CLEO HEMINGWAY ► Emilia Clarke
» LOU-HOPE CLEO GRIMALDI ► Dasha Sidorchuck

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: